Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-10 | Page d'accueil | 2009-12 »

lundi, 09 novembre 2009

Redoublement

Le privilégié se demande ce que je pense du redoublement, après avoir lui-même fait un état des lieux issu de sa pratique professionnelle. Je suis, pour ma part, extrêmement dubitatif sur l'efficacité du redoublement : à mon avis, il ne peut produire des résultats qu'à l'unique condition d'obtenir l'adhésion de l'élève qui redouble. Or, pour ce que j'en connais, c'est assez rare d'obtenir cette adhésion. Je pense donc que cela ne sert à rien, et, en tout cas, que cela ne devrait jamais être présenté comme une sanction mais plutôt comme une possibilité de reprendre des fondamentaux.

Non, sur ce point, je préfère la solution de Bayrou : il vaut mieux mettre en place des classes passerelle très tôt afin de pallier dès le plus jeune âge les carences scolaires des enfants en difficulté, quitte à s'assurer de l'existence d'une classe passerelle à chaque niveau. Évidemment, dans une classe passerelle, il s'agit d'un côté de se recentrer sur les savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter) et d'assurer le suivi le plus individualisé possible.

En ce qui concerne le lycée, je pense qu'il est trop tard pour ces dispositifs et également que cela ne sert à rien de permettre un passage dans la classe supérieure en voie générale si un élève n'a pas la motivation nécessaire pour y poursuivre ses études. Il faut à mon avis une large palette d'orientations, incluant toutes les voies techniques et professionnelles, de manière à ce qu'un élève puisse se réorienter, sauf s'il formule de lui-même le voeu express de tenter une redoublement.

dimanche, 08 novembre 2009

Lyon-Marseille : quel match de folie !

L'Olympique Lyonnais et l'Olympique de Marseille viennent de livrer un véritable récital de buts aux amateurs de football et...de sensations fortes ! 5-5, la folie. Cela doit faire plus de 20 ans qu'il n'y a pas eu un score de ce type en ligue 1 !

Des matches de football comme on aimerait en voir plus longtemps, haletant jusqu'aux arrêts de jeu : cinquièmes buts marqués des deux côtés aux 90ème et 92ème minutes. A couper le souffle ! Le Faucon qui avait décidé de regarder Lyon-Marseille au coin de sa cheminée n'a pas du être déçu du spectacle...

22:58 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : ol, om, football, lyon, marseille |  Facebook | | |

Vive les banques et les banquiers...français !

S'il y a un lieu commun  qui m'énerve, par les temps qui courent, c'est l'hystérie généralisée autour des banques et des banquiers, dont on fait la cause universelle de tous les maux qui frappent les économies occidentales. J'admets que l'on mette en accusation certaines banques américaines, mais je ne vois pas ce que l'on peut reprocher aux banques françaises, dans l'ensemble.

Comme le disait Baudouin Prot sur France Info récemment, si les banques remboursent aussi tôt leurs emprunts, c'est tout simplement qu'elles avaient des bases saines. Maintenant, bien sûr, elles ne pourront pas éviter les soubresauts sectoriels qui continueront d'agiter la finance mondiale, mais il me semble qu'elles constituent un modèle de bonne gestion à imiter dans de nombreux pays, à commencer par ceux de la sphère anglo-saxonne.

Toutes les banques françaises ont remboursé les aides reçues, soit 12.7 milliards d'euros, avec des intérêts de 713 millions en sus : chapeau les artistes ! Cela dit, c'est le modèle d'activité universelle de la BNP qui remporte la palme : une fois encore cette banque est un modèle pour le monde entier. J'ai cru comprendre, d'ailleurs, qu'elle lorgnait discrètement à nouveau sur la Société Générale...

Le vrai problème, et il faut le dire, c'est, une fois encore, l'attitude des USA qui refusent de tirer les conséquences de la crise financière et persévèrent dans les mêmes errements.

Taxer les transactions financières pour constituer des réserves au cas où le système bancaire souffrirait à nouveau n'est pas inintéressant, mais ni le Canada ni les USA ne veulent en entendre parler, et DSK, directeur du FMI, au nom de cette institution, juge qu'une telle taxe est impossible à mettre en oeuvre. Les choses ne risquent pas de changer... Cela dit, le FMI étudie l'opportunité d'une taxe proportionnelle aux risques pris sciemment par les banques. L'inconvénient, c'est que j'aimerais bien savoir comment on va évaluer les risques en question, et qui va le faire. Et puis l'idée ne fait pas encore consensus, même si, du côté britannique, on a clairement évolué sur la question...

 

13:59 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : banque, fmi |  Facebook | | |

Marine Lepen, inquiétante étoile montante

S'il y a une personnalité politique à laquelle la classe politique ne prend guère garde, à l'heure actuelle, c'est bien Marine Le Pen. Or, elle dispose d'un potentiel électoral qui laisse à méditer.

Si le Front National demeure clairement l'héritier du Vichysme, de la droite nationale anti-sémite et des intégristes, Marine Le Pen représente elle une évolution conséquente par rapport à son père : contrairement à ce dernier elle n'est pas anti-sémite, et je ne suis pas même certain qu'elle soit franchement raciste. Elle incarne plutôt une droite populiste et poujadiste avec, bien évidemment, des relents extrémistes de toute sorte.

D'une certaine manière, comme elle est nettement plus présentable que son père, elle n'en est que plus redoutable. Je ne crois pas qu'elle se reconnaisse non plus dans le négationnisme, et, à vrai dire, cela ne l'intéresse pas vraiment : c'est l'actualité qui la préoccupe avant toutes choses.

Il serait extrêmement risqué de laisser le Front National se reconstituer avec un nouveau leader charismatique ; donnée à 11% en cas de 1er tour à une élection présidentielle, Marine Le Pen pourrait faire plus et mordre sur plusieurs électorats.

L'immigration, la fiscalité et la sécurité demeurent les chevaux de bataille favoris du Front National : il serait fort imprudent de les leur laisser.

01:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : le pen, front national, fn, marine |  Facebook | | |

samedi, 07 novembre 2009

Des communistes pro-staliniens, ça existe encore !

Hallucinant : je viens de faire une découverte avec l'un de mes commentateurs sur mon blog : il s'agit d'un communiste. Un vrai. Par exemple, sur son blog, à propos du mur de Berlin et de la RDA on lit ceci :

Rien à notre connaissance, dans les présentations caricaturales qui ont été proposées jusqu’ici dans les médias, ne permet aux Français de savoir que la division de l'Allemagne résulta du refus des Occidentaux d'accepter la proposition soviétique de mettre en place une Allemagne unifiée, démilitarisée et sérieusement dénazifiée. Rien qui permette de comprendre que le "mur" fut une réponse tardive de la RDA et du camp socialiste à la tentative permanente de l'Occident de déstabiliser l'Allemagne socialiste.

En fait, cela figure dans une lettre adressée au président du CSA par le Comité Internationaliste pour la Solidarité de Classe. Une authentique demande de révisionnisme historique dans la plus pure tradition communiste. Au fait, parmi les signataires, il y a Margot Honecker, militante anti-nazie, ex-ministre de l’Education nationale de la RDA. Honecker, vous savez, c'est le nom de son père : celui qui voulait faire tirer sur la foule des manifestants, en 1989...

Tiens d'ailleurs, notre militant néo-stalinien va se joindre au rassemblement pour la révolution d'Octobre, qui se tient ce 7 novembre place Stalingrad à Paris. Il fait évidemment partie de ceux qui ne se réjouissent pas de la chute du Mur de Berlin.

 

10:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags : rda, histoire, communisme, soviet |  Facebook | | |

Qu'est-ce que qu'être français ?

Je ne puis comprendre la question "qu'est-ce qu'être français" que par un détour par l'absurde en demandant ce que c'est que de ne pas être français. Ce n'est qu'en confrontant ces deux questionnements que je puis espérer tirer un enseignement édifiant de ce questionnement. Poursuivant sur ce fil, j'en viens nécessairement à me demander qui est ou non français sur le territoire de la France, et alors, la question d'origine prend tout son sens. Ceux qui ne sont pas français sont les étrangers ! Il y a trois types d'étrangers en France : les touristes, les expatriés (une petite minorité) et les immigrés.

J'imagine que la question est inepte pour les expatriés et les touristes, très peu d'entre eux ayant cherché à acquérir la nationalité française ces dernières décennies. Elle devient pertinente, en revanche, si l'on considère l'immigration.

Un peuple, tout comme un individu, procède en partie d'un inconscient collectif qui se transmet de génération en génération : inconscient fait d'habitudes, de comportements, de traits, de craintes et d'aspirations profondes.

Légalement, est Français quiconque est né sur le sol français. Est-ce satisfaisant ? Je ne le crois pas. J'ai déjà écrit à plusieurs reprises sur ce sujet : le droit du sol ne me paraît pas suffisant. Il n'est pas suffisant parce qu'il ne garantit pas l'adhésion à ce qu'est la France. Au-delà des valeurs que les uns et les autres brandissent, il me semble que l'attachement à la France et donc les preuves de cet attachement, devraient se superposer au droit du sol pour pouvoir définir la nationalité française. Quand on nait de père ou de mère français, l'inconscient collectif au minimum, la culture nationale ensuite, assurent une proximité évidente avec l'esprit national français. Si la culture nationale est voisine (origine latine au sens romain du terme, européenne) l'assimilation se fait naturellement bien plus facilement. Mais si la culture d'origine est allogène, avec ce qu'elle comporte, elle aussi, d'inconscient collectif, alors l'assimilation ne va pas de soi et elle doit procéder d'un surcroît de volonté.

Voilà pourquoi je suis favorable à un système de nationalité à points, attestant que les postulants à la nationalité française ne la demandent pas par opportunisme, ou bien plus simplement saisissent l'opportunité, mais manifestent un intérêt bien réel pour la France et ce qu'elle représente.

La connaissance des lois, des coutumes, de la langue et de la culture française me paraissent des préalables incontournables, mais il faut en plus manifester son amitié pour notre pays et le respect de ses lois si l'on veut  rejoindre notre communauté nationale.

Être étranger et siffler l'hymne national, brûler notre drapeau, s'en prendre à nos institutions et à nos forces de protection (police, pompiers, ambulances et hôpitaux), agresser et/ou voler ceux dont on veut être le concitoyen,  voilà qui justifie, par exemple, d'être définitivement disqualifié pour devenir français.

http://heresie.hautetfort.com/archive/2009/11/07/qu-est-c...

vendredi, 06 novembre 2009

Déficit et protection sociale, l'Express ouvre le débat

François Fillon a promis de ramener d'ici 2014 le déficit budgétaire à 3%. Moi, très dubitatif, je lui demande comment, et je constate avec satisfaction qu'au moins un organe de presse fait son boulot et pose les questions crues.

C'est clair, et on le sait, même avec de la croissance, nous ne viendrons pas à bout de notre déficit ;  il n'y a donc pas 36 solutions et l'Express en fait très vite le tour.

a) soit on réduit les dépenses

b) soit on augmente les impôts.

Moi, j'ajoute une option c) partie pour se profiler, vu l'ampleur de nos déficits : on réduit nos dépenses ET on augmente nos impôts...

Après, il faut un vrai débat pour savoir comment on procède : CSG ? TVA ? Impôt sur le revenu ? qu'augmente-t-on ?

Côté dépenses, c'est simple : soit on renonce à certaines prestations et à certains services, et dans ce cas, il faut commencer à débattre pour déterminer lesquels, soit on paie ces services et ces prestations, mais ça va coûter cher, et cela nous renvoie soit à nos dépenses personnelles, soit aux impôts. Attention : ce qui est en jeu, ce sont les indemnités d'assurance maladie, celles du chômage et encore les retraites. Et nous n'allons pas y couper. J'avoue que cela m'angoisse, et que je préfère que l'on me dise la vérité tout de suite, même si ça fait mal, afin de commencer à discuter des remèdes.

Le problème, c'est que pour débattre de cela, encore faut-il en arriver au point de départ, or, nous n'y sommes pas !

Mes trois premiers billets politiques

Polluxe lance une bien jolie chaîne : il s'agit, pour un blogueur, de parler de ses trois premiers billets politiques et de juger de leur pertinence et de leurs défauts.

Cela m'a ramené relativement loin en arrière : ce blog a été ouvert le 1er mai 2006 et, je vous le donne en mille, a publié en tout premier lieu son manifeste de l'hérésie économique ! Après une courte définition de l'hérésie, j'y exposais ma foi en Aloïs Schumpeter et sa théorie économique. Si je devais avoir un regret, aujourd'hui, c'est peut-être de ne pas avoir nommé autrement ce blog : l'Orthodoxe m'aurait bien plu, par exemple. Mais bon, ce qui est fait, est fait...

Amusant, mais mon second billet portait sur l'immigration et voilà ce que je disais alors en introduction :

Quand le thème de l'immigration revient en force dans le débat politique en France, ce n'est jamais bon signe, car cela permet d'occulter les problèmes principaux.

Actuel, non ? Je n'ai sinon absolument pas changé d'avis ni d'analyse sur l'immigration économique depuis ce second billet, continue à penser que celle des années 70 a été une mauvaise chose et qu'il ne faut pas ouvrir les portes de la France quand la conjoncture la porte vers de forts taux de chômage.

Ma troisième note portait sur le blairisme, ma bête noire : c'est amusant, mais je pense tellement encore ce que j'ai écrit il y a trois ans que j'ai l'impression que c'était hier !

Je ne sais pas pourquoi les commentaires sont fermés. Ce n'est pas de mon fait : sans doute une décision technique d'hautetfort pour les billets anciens.

Sur une chaîne comme celle-là, ça peut valoir le coup d'avoir l'avis de blogs anciens : tiens, Nicolas, évidemment, histoire de rigoler en évoquant le temps où il était un nimbus blogosphérique ; il y a Fred qui est un vieux de la vieille, pas encore un ancêtre, mais pas loin. L'avis de mon affreux capitaliste favori, Hashtable, m'intéresse aussi, bien sûr, d'autant qu'il a ouvert son blog en septembre 2005 ! Rendez-vous compte : une antiquité, à l'échelle de la blogosphère ! Dans la catégorie vieux débris, il y a aussi Luc, aussi ancien qu'h16, et également Christophe (mais il ne répond jamais, ou presque, aux chaînes) dont l'ancien blog affiche un mois de novembre 2004. Et comme l'affreux macho que je suis n'a tagué encore aucun blog féminin, j'ajoute Olympe et Nelly ( qui me trouvera bien quelques articles dans sa besace) si elles me lisent.

12:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : politique, billet |  Facebook | | |

DSK n'est pas dans l'arène

Selon un récent sondage, DSK serait le seul à pouvoir battre Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle, en 2012, à 51% contre 49%. Bayrou perdrait à 49%. J'ai juste une petite remarque à faire : DSK n'est pas dans l'arène, et je pense qu'il a des casseroles qui pourraient lui retomber dessus s'il se présentait. A titre personnel, autant je voterais sans hésitation pour Martine Aubry lors d'un second tour, autant je pourrais envisager de voter pour Nicolas Sarkozy face à DSK auquel je n'accorde plus aucun crédit. Il fait partie de cette gauche "moderniste", à l'instar d'un Pascal Lamy, qui représente pour la France le pire de ce qu'elle peut avoir. Ces gens-là se moquent de la langue française, de la culture et de l'éducation et leur vision économique est exclusivement mondialisée : ils méprisent la France et ne défendront pas ses intérêts.

Bayrou est tout au contraire dans le creux de la vague : il doit absolument remonter afin d'être en mesure de l'emporter sur Nicolas Sarkozy en 2012 parce qu'il est le dernier espoir de la France.

J'ajoute qu'il faut fortement s'inquiéter du niveau prévisible de l'abstention.

jeudi, 05 novembre 2009

Opération vérité du mois d'octobre

J'ai attendu, cette fois, quelques jours avant de débuter l'opération vérité du mois d'octobre : les deux dernières fois, j'ai raté les publications de plusieurs blogueurs. Cette fois, je crois que j'ai le compte, espérons ne pas avoir à rééditer mon billet.

En google analytics, j'obtiens donc 17538 visites. Je suis en baisse et largement distancé par Nicolas : 25 570 visites pour son seul avis...

Le privilégié grimpe à 4636 visites. Les bills, eux, peinent davantage : 2070 visites. Mais ils n'ont pas beaucoup publié. De tout et de rien est à 5099 visites, donc en progression. C'est embêtant, Nemo ne donne que ses visiteurs absolus, soit 3 500. Là, difficile faute de connaître son taux de rebond de déterminer le nombre de visites : à mon avis, entre 4 500 et 7 000, c'est ce qui me paraît le plus vraisemblable.

Je dois confesser une erreur de taille sur mes statistiques par méconnaissance de mon compteur : je ne m'étais pas rendu compte que l'on pouvait obtenir le taux d'accès direct. Ainsi, depuis le début, je crois que Google m'apporte un peu plus de 50% de mon traffic, or, j'ai un peu plus de 40% d'accès directs sur mon blog : tout le reste est donc à relativiser considérablement. Il faut donc retrancher 2/5ème à tous les pourcentages que j'ai donnés depuis quelque temps.

Avec ces nouvelles statistiques, je sais donc que google ne m'apporte que 25% de mes visites (en incluant google actualités). Marianne2 m'amène ce mois-ci un très grand nombre de visites avec 3.6% suivi par wikio à 2.9%. Ce qui est impressionnant, ensuite, c'est le poids d'Hashtable, qui m'apporte à lui seul, 2% de mes visites ! Je me demande parfois si les lecteurs de Christophe ne viennent pas voir ici si je réagis à ses aigreurs d'estomac sur le MoDem et Bayrou. Sans liens directs autres que celui de sa blogroll, 1.4% des visites, c'est conséquent ! Loin d'être négligeable, avec 1% on vient aussi de chez Antonin, toujours sans liens directs autres que la blogroll et le flux démocrate. Une reprise de billet (sur Israël) par le suite desinfos.com et voilà 0.9% de visites. lesdemocrates.fr suivent à 0.8%. Paris16.info est à nouveau fidèle au rendez-vous avec 0.7% des visites, talonné par l'incontournable Nicolas à 0.6%. Claudio , Démos et Bob m'assurent 0.5% de visites chacun.

En données hautetfort, je suis à 11 606 visiteurs uniques, 29 836 visites et 119 371 pages lues au mois d'octobre. Par ailleurs, tous mes compteurs convergent pour constater que le taux de rebond moyen sur mon blog n'est plus que de 50%. l'hérétique, hérésie, démocratie et hérésie économique  constituent le plus gros noyau de mots-clef en requête pour accéder à mon blog, et du coup, quand ils sont choisis, le taux de rebond descend considérablement, entre 10 et 20%.

Quelques billets m'ont apporté beaucoup de visites, évidemment, mais il n'y a pas de fortes disparités, ce mois-ci, et la fréquentation est donc assez équilibrée.

Ils sont toujours aussi peu nombreux, les blogueurs qui publient leurs statistiques et pour compliquer les choses, certains n'utilisent pas google analytics, si bien qu'il est difficile d'avoir des éléments de comparaison. Toutefois, je persiste à estimer qu'audience et influence sont liées, et, à cet égard, je suis de plus en plus dubitatif devant le classement wikio qui diverge toujours plus des fréquentations des blogs : comment ne pas s'étonner que le blog de Christophe Ginisty, qui revendique près de 20 000 visiteurs uniques au mois d'octobre, ou encore Alain Lambert qui publiait près de 100 000 visiteurs en mars dernier, pointent, loin derrière des blogs souvent cinq à six fois moins fréquentés ?

Wikio entretient à mon avis une illusion dangereuse, induit la presse en erreur et entretient un inquiétant huit-clos qui risque d'assécher progressivement la blogosphère. Je m'étonnais de la quasi-disparition des blogs UMP il y a quelques jours : il ne s'agit pas de jeter exclusivement la pierre à wikio, mais je pense que son mode de classement y est pour quelque chose ; c'est nuisible à la fois pour la diversité des blogs, mais également pour wikio lui-même. On m'a dit qu'une google dance était imminente : je confirme qu'elle s'est produite, et je viens de constater que le page rank de wikio.fr vient de passer de 8 à 7. Beaucoup de raisons peuvent expliquer cette baisse, entre autres le pari dangereux (mais courageux) de wikio de placer les blogs en avant sur sa page d'information principale. Mais le fait est aussi que les blogs sont en perte de vitesse, et très vraisemblablement parce qu'ils ne se lient plus qu'entre eux, par réseaux. Les réseaux les moins forts s'amenuisent progressivement, voire disparaissent.

wikio doit à mon avis revoir et pondérer son algorythme de manière à intégrer des données plus pertinentes pour élaborer ses classements. Pour plagier le Crapaud, je dirais simplement que les moches dans les soirées dansantes, c'est ce qui en fait le sel : à ne se retrouver qu'entre beaux, et à nous mirer dans nos miroirs, nous autres blogueurs, pourrions-bien un jour connaître le destin funeste de la belle-mère de Blanche-neige...