Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 mars 2018

Coopérer avec les Comores ?

Je lis à intervalles réguliers les rapports des débats qui se tiennent en commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale. Il faut dire que cette commission spécifique comporte des figures : Marielle de Sarnez (qui la préside), Jean-Luc Mélenchon, Marine Le pen et Nicolas Dupont-Aignan pour en citer quelques éminentes. Les débats en sont d'autant plus vifs.

Le gouvernement français a décidé de signer une convention avec les Comores en matière pénale : ce n'est pas une décision facile à prendre. Les Comores ont des revendications sur Mayotte depuis toujours et n'ont jamais admis que les Mahorais choisissent la France. Ce voeu de Mayotte n'est d'ailleurs pas récent : dès le milieu du XIXème siècle, l'île avait fait allégeance à la France. Les Comores, malgré les référendums répétés et clairs de Mayotte ont réussi à faire condamner la présence de la France à Mayotte par l'ONU comme s'il s'agissait d'une occupation indue. 

Dans le même temps, il y a une pression migratoire de folie sur Mayotte : sur 265 000 habitants, 100 000 seulement sont Français. Tous les autres sont en situation irrégulière. 75% des femmes qui accouchent à Mamoudzou sont étrangères et souvent en situation irrégulière alors qu'une maternité fonctionne à Anjouan.

Dupont-Aignan propose donc d'y suspendre le droit du sol et voudrait conditionner l'aide apportée par la France aux Comores au contrôle de sa population. Marine Le pen, sans condamner le projet de convention, le rejette car elle y voit un mauvais signal. Elle dresse un portrait apocalyptique des migrants qui se déversent sur l'île, y voyant les vecteurs d'une double propagation : un islam rigoriste et arriéré et l'insécurité. Jean-Louis Mélenchon pense à l'inverse que les moyens pour accueillir les migrants en provenance des Comores doivent être augmentés afin qu'ils soient reçus dans des conditions salubres.

Voilà quelle était  la position exprimée par François Bayrou en 2007 :  suspendre le droit du sol à Mayotte. Plus d'immigrés que de locaux,  il est vrai que cela devient aberrant. Je me souviens qu'à l'époque, le Nouvel Obs avait hurlé au loup comme l'a toujours fait la gauche bobo. Quand on voit la situation actuelle on comprend oh combien Bayrou avait vu juste. Dans le rapport des débats, l'intervention de Mansour Karmadine est édifiante. Sans verser dans l'apocalyptisme façon Marine Le pen, force est de constater que les Mahorais sont submergés.

Cela dit, il faut aussi garder à l'esprit que les Mahorais ont aussi parfois des membres de leur famille chez les Comoriens et qu'ils souhaitent que ces derniers puissent venir librement. Mélenchon fait observer que si les Comoriens viennent pour des raisons sanitaires à Mayotte, en implantant dans le cadre de l'entraide une unité de soins à Anjouan avec des moyens ad hoc, la France limiterait peut-être l'immigration massive très mal vécue par les Mahorais.

Pour ma part, je fais ma propre synthèse de ces débats : oui à la convention pénale, oui à la suspension du droit du sol à Mayotte, et oui à l'installation d'une unité hospitalière de qualité à Anjouan dans la mesure où nos finances nous le permettent. Je récuse la politique de la terre brûlée menée par Madame Le pen : elle l'admet, elle vote contre le texte non pour ce qu'il est mais simplement pour marquer sa désapprobation de la politique menée par la France à Mayotte puisqu'elle y dénonce le laxisme migratoire. Pourtant, l'un des objets de la convention, c'est d'obtenir aussi la coopération des Comores pour pouvoir reconduire les illégaux à la frontière. La position de Marine Le pen est donc tout à fait contradictoire.

01:05 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : comores, mayotte |  Facebook | | |

jeudi, 22 février 2018

Quelle erreur que de laisser les Kurdes à leur sort !

Les Kurdes de Syrie ont été des alliés fiables et sûrs face aux djihadistes et à Daech. Il n'en est rien de la Turquie d'Erdogan qui au contraire n'a cessé d'alimenter par ses troubles alliances l'emprise criminelle de ces islamistes fous.

Nous n'avons rien à attendre d'Erdogan alors que les YPG promeuvent et installent partout où ils sont des valeurs que nous partageons avec eux.

Nous devons commencer par retirer de la liste des organisations terroristes de l'Union européenne les YPG. J'ai appris avec stupeur qu'ils y figuraient.

Nous devons leur donner les moyens de se défendre et les alimenter en armes lourdes. Erdogan, sous prétexte de lutter contre l'irrédentisme kurde, en profite pour envahir la Syrie.

Si l'Europe, la France, les USA, ont la bêtise de faire preuve de faiblesse, les Kurdes vont se tourner vers Asssad et ses protecteurs. On sait d'Assad et de son parti que ce sont des monstres qui exécutent des crimes affreux et atroces. 

Au demeurant, Erdogan négocie aussi directement avec Poutine. 

N'ayons pas peur de contrarier la Turquie, elle n'a cessé de s'associer aux islamistes de tout poil : quand ce n'était pas Daech, c'était Al-Nosra, c'est à dire Al-Qaeda. L'ASL est un mirage, nous ne l'avons compris que bien trop tard en Europe.

Il faut donc soutenir les Kurdes et les aider à tenir le secteur d'Afrine. De toutes façons, comme Erdogan n'a pas de limites, cette histoire va mal finir : il y a des conseillers militaires américains à proximité immédiate et ils vonjt finir par prendre des obus cas dans lequel j'espère bien que les USA réagiront (il ne faut pas compter sur l'Europe, comme d'habitude forte en palabres mais ridicule pour agir...).

11:08 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kurde, ypg, turquie, syrie |  Facebook | | |

mardi, 31 octobre 2017

Soutenir les Kurdes à tout prix.

Barzani en Irak a choisi à mon avis un mauvais timing : alors que la lutte contre Daech n'est pas finie, ce n'était pas une bonne stratégie que de proclamer unilatéralement l'indépendance du Kurdistan irakien. Un Kurdistan indépendant est un épouvantail qui fait peur aux cinq nations de la région sur le territoire desquels se trouvent des Kurdes. Il faut donc procéder avec précautions. Le fédéralisme ou le confédéralisme semblent une bonne option. C'est celle que privilégient l'UPK en Irak et les YPG en Syrie. Les YPG ont même un idéal de société démocratique, socialiste, autogestionnaire et multi-cultuelle. Le reportage Rojava, une utopie au coeur du chaos syrien restitue de manière étoffée le projet politique et philosophique des YPG. Il est clair que nous ne devons en aucun cas lâcher les YPG au profit de la Turquie. Les YPG sont des associés cruciaux dans cette région du monde, les seuls à être fiables, à disposer de relais, et ceux qui partagent le plus de valeurs avec nous bien qu'ils aspirent à ériger une démocratie socialiste plutôt que libérale.

L'Europe doit donc faire comprendre à la Turquie qu'attaquer les YPG est une ligne rouge. Il faut aider leur alliance avec les tribus arabes locales, les Yézidis et les Chrétiens d'Orient en leur assurant un ravitaillement en armes de pointe pour contenir les assauts de leurs adversaires et éradiquer Daech, mais il faut également leur fournir les moyens de construire le pays auquel tous aspirent. J'ai entendu dans le reportage que je cite, par exemple, que les YPG voudraient mettre en place des centrales solaires pour alimenter le pays en électricité et édifier des raffineries modernes pour exploiter ce qu'il reste de pétrole. Les raffineries artisanales sont une véritable catastrophe écologique et un danger mortel pour la santé de tous les habitants locaux. 

Aidons-les. 

Les États européens, bien sûr, mais les citoyens aussi. Pourquoi pas avec des campagnes participatives sur des plate-forme de type Ulule afin d'aider à financer des achats de panneaux solaires, par exemple.

Nous avons tous intérêt à ce que l'expérience sociale et démocratique des YPG soit une réussite. Et nous devrons certainement tôt ou tard revoir nos relations avec le PKK et son leader, Ocalan, pour l'instant classés dans la sphère du terrorisme, de même que ce leader et son parti devront reconsidérer leurs modalités d'action en Turquie. Ocalän est l'inspirateur de l'expérience autogestionnaire et démocratique qui se déroule sur cette région de la Syrie, bien loin des modèles religieux environnants ou du nationalisme arabe des années 70 et ce qu'il en reste. On ne peut pas l'ignorer.

12:28 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, ypg |  Facebook | | |

lundi, 30 octobre 2017

Quels intérêts derrière «l'indépendance» de la Catalogne ?

J'ai suivi avec le plus grand scepticisme les déclarations d'indépendance de l'actuel pouvoir régional en Catalogne. J'y ai vu un référendum parfaitement illégal avec un taux de participation de 40% seulement. Ni la France ni l'Europe ne peuvent avaliser une procédure qui ignore à ce point le droit. 

Les motivations des indépendantistes me laissent perplexes. Personne n'ignore que la Catalogne est la région la plus riche d'Espagne. Je ne puis m'empêcher de soupçonner des intérêts égoïstes derrière les manoeuvres de Puigdemont. Le vrai enjeu, on s'en doute, il est financier : il s'agit de mettre la main sur les taxes. Une partie de la classe politique pousse les Catalans à ne plus partager leurs richesses avec des régions espagnoles plus pauvres. Ce n'est pas un hasard si un parti comme la Ligue du Nord en Italie a applaudi des deux mains puisqu'elle récite la même antienne avec les régions du sud. On sait très bien que l'actuel parlement autonomiste explique aux Catalans depuis des années que l'Espagne leur vole leur argent (ce qui est parfaitement faux, au passage).

L'Europe s'efforce de réaliser progressivement une unité entre ses nations : on peut respecter les régions mais ne pas souhaiter, comme le dit très justement Juncker, une Europe à 94 pays.

L'Espagne est un état de droit. Depuis la chute de Franco, elle est très respectueuse de la culture, de la langue et des institutions de chacune de ses régions. Puigdemont est un boutefeu. Il a sciemment cherché un affrontement avec Marianno Rajoy pour attiser les divisions et la colère en Catalogne. Ce sinistre individu a fracturé la Catalogne pour longtemps.

J'espère que l'Espagne restera entière. 

10:56 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : espagne, catalogne |  Facebook | | |

samedi, 29 juillet 2017

Admiration pour les Kurdes !

La politique nationale française m'ennuie mais à l'international, en revanche, je ne sais comment exprimer mon admiration pour les YPG et l'alliance qu'ils ont établie avec les forces arabes progressistes, les FDS. Les kurdes sont admirables. Ce qu'ils font à Raqqa est extraordinaire. Leur organisation, l'égalité totale entre hommes et femmes, leurs idéaux, tout est remarquable de leur part.

Je suis sur twitter InfoRojava-Kurdistan qui communique beaucoup d'informations de terrain qui n'arrivent pas forcément jusqu'à nous. Ces hommes et des femmes prennent des risques insensés et font preuve d'un courage inouï pour libérer leurs terres de l'oppression islamiste et de la tyrannie.

Nous, pays européens, et la France en tête, devrions les soutenir inconditionnellement en leur fournissant du matériel militaire, des vivres et des fonds.

Kobani, Raqqa, Tal abad, et tant d'autres villes, c'est leurs victoires.

Ne nous laissons pas entourlouper par la Turquie qui tente de leur porter tort par tous les moyens et donc les liens hypocrites et nuisibles avec les islamistes sont patents.

12:17 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kurde |  Facebook | | |

jeudi, 02 juin 2016

Le fédéralisme, seule issue pour l'Irak

J'ai lu le billet de Feurat Alani sur le blog Orient XXI que je crois être plutôt bien informé sur la situation de l'Irak. En croisant les sources et en lisant autant de témoignages qu'il est possible de le faire, j'ai le sentiment que ce qu'il dit est juste. On a pu croire qu'il existait un arc sunnite qui soutenait Daech, mais la réalité c'est que les Sunnites d'Irak ne supportent plus la classe politique de Bagdad et les anciens gouverneurs locaux. Et par-dessus tout ils détestent l'Iran.

Il n'existe, à mon avis, qu'une unique issue pour éviter une guerre civile et/ou un éclatement de de l'Irak : le fédéralisme, sous forme d'un état confédéré, comme le fait la Suisse.

Des régions ou des cantons autonomes qui élisent leurs responsables politiques. Une région kurde, une région chrétienne, une région sunnite, une région chiite. S'il existe d'autres minorités qui recouvrent une réalité géographique, il doit être possible de leur réserver une portion de territoire.

Je ne vois pas d'autres solutions pour ce pays. Reste à en convaincre ses différentes ethnies...

17:34 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : irak |  Facebook | | |

lundi, 09 mai 2016

Le meilleur ami d'Israël ? Le développement palestinien...

Je ne comprends pas la politique de Benjamin Netanyahou en Cisjordanie. Elle est contre-productive et idiote. Il fallait prouver depuis le début des accords d'Oslo aux Palestiniens que la paix leur était profitable. Mahmoud Abbas avait eu la sagesse de prolonger des accords entre Autorité Palestinienne et État d'Israël. Il fallait en retour cesser toute forme d'implantations en Cisjordanie, accorder plus de droits aux Cisjordaniens et promouvoir le développement économique dans ces territoires. 

Au lieu de cela Netanyahou, le Likoud et leurs alliés ultra-conservateurs et ultra-religieux ont tout gâché. Ils ont continué à coloniser la Cisjordanie et ont donné des miettes de pain à la population poussant les plus instables vers le radicalisme.

J'ai énormément d'affection et de sympathie pour Israël mais pas pour ses dirigeants actuels. Il existe pourtant une formation politique, Kadima, les centristes locaux, et un leader, Tzipi Livni, qui ont formulé des idées assez proches de celles que j'expose ici. Hélas, Kadima s'est écroulé quand Tzipi Livni n'a pas été réélue à sa tête. Cette dernière a alors fondé Hatnuah et participé un temps à un gouvernement de coalition, jusqu'à 2014 mais a sagement refusé de définir constitutionnellement Israël comme un État juif ce qui a lui a valu d'être éjectée par Netanyahou.

Aux dernières législatives Hatnuah et le parti travailliste se sont alliés, formant l'Union Sioniste. Ils ont obtenu un score honorable de 18.7% mais pas suffisant pour faire basculer le pouvoir.

Pour la petite histoire, Tzipi Livni est un assez étrange personnage : c'est une végétarienne affichée qui agit politiquement pour la défense animale. Elle a obtenu l'interdiction de production de foie gras en Israël et est assez mal vue de certains groupes de pression de l'agro-alimentaire. 

Pour en revenir à mon sujet initial, il existe pourtant quelques espoirs : fin 2015, par exemple, Israël, la Jordanie et l'Autorité Palestinienne ont signé l'accord Red-Dead qui a pour objet la création et l'exploitation commune d'une usine de dessalement au bord de la Mer Morte.

Pour les amateurs d'huile d'olive (j'en fais partie) je signale cette initiative économique remarquable : Oil for peace (lien ici). Alors déjà, l'huile est bio, ce qui est un bon point pour elle, mais surtout c'est une huile d'olive élaborée conjointement par des producteurs israéliens et palestiniens.

Moi, j'ai foi dans le commerce et les échanges économiques. Je tends à penser qu'ils apportent la paix. Je pense que c'est par cette voie que la paix se fera un jour entre Israël et la Palestine et que les deux pays pourront coexister librement et pacifiquement. Si on veut aider, plutôt que de soutenir les associations politisées et douteuses qui sèment la division, achetons les produits de ceux qui construisent la paix, c'est ainsi que nous serons leurs meilleurs alliés.

 

dimanche, 14 février 2016

La Turquie ne peut pas rester membre de l'OTAN.

Je sais que ce n'est pas la moment d'ajouter une crise à une autre et qu'on a certainement besoin de la Turquie pour accueillir les réfugiés de Syrie, mais Erdogan passe les bornes.

Cela fait un moment qu'il laisse l'État islamique et le Front Al Nosra organiser à leur guise le passage de volontaires qui après avoir fait le "jihad" reviendront poser des bombes en Occident, mais voilà, désormais, qu'il bombarde nos meilleurs alliés en Syrie, les YPG.

Comme Français, je suis lié par l'accord passé entre toutes les nations qui adhèrent à l'OTAN. En fait, dès le départ, il y a un vice : on n'aurait jamais dû accepter un pays qui n'était pas une démocratie.

Mais là, c'est grave : cet imbécile d'Erdogan pourrait nous entraîner dans une guerre avec les Russes simplement parce qu'il soutient ce que l'humanité comporte de plus malfaisant.

Oh, ne soyons pas naïfs : ni Bachar ni les Russes ne sont des démocrates et le premier a commis une somme effroyable d'atrocités. Mais, eux, au moins, n'exportent pas des Bataclan et des 11 septembre partout dans le monde.

On ne pourra à nouveau discuter avec la Turquie qu'une fois l'opposition laïque revenue au pouvoir et, malheureusement, ça n'en prend pas le chemin.

22:50 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : turquie |  Facebook | | |

mercredi, 25 novembre 2015

L'Arabie Saoudite et Daech

Je lis souvent que l'Arabie Saoudite financerait Daech. J'ai pourtant l'impression que les rapports du royaume wahhabite avec l'Islam radical ne sont pas simples. Très certainement, il y a eu des financements saoudiens en faveur du radicalisme de longues années. Il y en a encore probablement. Mais lesquels ?

J'ai souvent le sentiment que l'Arabie Saoudite n'est pas tout à fait un état unifié. Non pas qu'il soit menacé d'éclatement, mais plutôt que le pouvoir y soit bien plus diffus qu'il n'y paraît, morcelé entre les différents membres de la famille royale, les principaux chefs tribaux et une profusion de religieux.

L'attitude de l'Arabie Saoudite en Égypte montre que ce pays n'a plus confiance dans la mouvance conservatrice des Frères Musulmans. Les dirigeants saoudiens, la partie dominante de la famille royale, disons, craignent de voir leur pouvoir et leur pays menacés par le prosélytisme des radicaux d'aujourd'hui. Dans le même temps, ils partagent nombre de valeurs avec eux. Ils ne peuvent donc s'empêcher de les nourrir, jusqu'à un certain point du moins.

Quand on dit qu'il y a des financements occultes qui proviennent d'Arabie Saoudite en direction de Daech, je veux bien le croire, mais se font-ils avec l'aval du roi, j'ai déjà plus de doutes sur le sujet. 

Par ailleurs, l'Arabie Saoudite a une peur bleue de voir l'influence de l'Iran s'étendre dans la région et voit avec amertume les Chiites dominer l'Irak, longtemps entre les mains des Sunnites. Cette inquiétude permanente peut expliquer ses hésitations et ses ambivalences contre Daech.

Je suis en tout cas à peu près certain d'une chose : réévaluer nos rapports avec l'Arabie Saoudite et le Qatar ne fera pas avancer d'un pouce notre lutte contre l'islamisme radical. Je pense d'ailleurs que l'islamisme radical n'est qu'un vecteur et que le djihadisme se nourrit bien plus du complotisme et malheureusement de la formidable caisse de résonance que lui donne internet que de l'influence des madrasas wahhabites. 

A cet égard, fermer les mosquées salafistes en France est une erreur grossière. Mieux vaudrait donner à l'Islam français les moyens de contrôler qui vient dans les mosquées et l'aider à pouvoir distribuer des accréditations. La Mosquée de Paris assure qu'elle n'a pas les moyens de former les imams sur tout notre territoire, mais elle a peut-être suffisamment de présence pour pouvoir s'entretenir avec les imams étrangers qui viennent sur notre sol et leur donner ou leur refuser une attestation.

Je regrette à cet égard que nous ne puissions profiter du statut particulier de l'Alsace (concordat) pour y implanter de véritables écoles coraniques françaises. Ce n'est qu'une question de volonté politique. Encore faudrait-il pour cela ne pas se tromper de cible et cesser de pointer à tout bout de champ l'Islam...

A défaut, et je sens que les cheveux des nationalistes vont se hérisser, si nous ne pouvons ou ne savons construire un Islam français paisible et harmonieux, sous-traitons cette tache à un pays dont les moeurs sont compatibles avec les nôtres. Des accords pourraient être trouvés avec le Maroc, sous l'autorité du roi Mohamed V, pour former des imams avec lesquels il n'y aurait pas de conflits sur nos valeurs fondamentales.. Je crois savoir qu'il en existe déjà quelques uns, d'ailleurs.

18:54 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : islam, daech |  Facebook | | |

samedi, 14 novembre 2015

Les attentats de Paris n'ont pas une base religieuse mais géopolitique

Je vois des personnes que je connais faire une grave erreur d'analyse en ramenant à l'Islam les attaques terroristes que la France vient de subir.

Les attaques de Charlie Hebdo ont été menées par Al Qaeda (en fait, une de ses antennes), celles d'aujourd'hui par Daech.

Une fois qu'on met de côté toute la phraséologie idéologico-religieuse dans la revendication de Daech, on en arrive vite au message véritable : «tant que vous ne changerez pas de politique en Syrie et en Irak, vous subirez des attaques sur votre sol».

Le raisonnement de Daech est extrêmement simple : nous les avons attaqués sur leur sol (enfin, ce qu'ils estiment être leur sol), ils nous attaquent sur le nôtre. On sait que ces gens-là ne font aucune distinction entre civils et militaires. Nous sommes tous des cibles dès lors qu'ils considèrent notre pays comme leur ennemi. Leur stratégie, comme en Syrie et en Irak, est une stratégie de la terreur. Je doute fort que Daech aurait commandité des attentats sur notre sol si nous nous étions abstenus d'intervenir au Proche-Orient. Cela ne signifie pas qu'il ne fallait pas le faire. Plus vous donnez de gages à la terreur, plus elle exige de vous...

Quand Al-Qaeda a commis ses crimes en janvier dernier, ses motivations étaient différentes : d'abord nous punir de notre intervention au Mali où nous les avons mis en échec, ensuite, nous punir pour nos lois laïques, même si ce n'était sans doute pas leur but principal.

Bien entendu, le salafisme islamique génère un terreau propice à l'expression d'un terrorisme islamiste, mais son utilisation n'est elle pas spécifiquement musulmane.

Appeler les Musulmans à condamner les attentats est un non-sens. Ils n'ont pas de base religieuse. Les Musulmans de France peuvent bien dire et penser tout ce qu'ils veulent, ils ne pourront pas freiner le terrorisme. La seule chose qui pourrait peut-être infléchir son expansion temporairement serait un changement de politique en Syrie qui consisterait à retirer nos forces. Cela revient évidemment à céder à la terreur...

22:54 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : daech, attentats |  Facebook | | |