Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 03 décembre 2017

La divine surprise du balance ton porc

J'avoue ne plus me tenir d'aise quand je vois tous les gros cochons du star-system commencer à tomber. La justice, comme d'habitude, on ne peut vraiment s'y fier. Ce n'est pas qu'elle ne soit pas rendue, mais c'est toujours tard plutôt que tôt. Mais du côté d'Hollywood, en revanche, on veut être exemplaire. C'est autrement plus réactif. Les maisons de production ne veulent pas être associées aux fumiers de tout acabit, ce que je peux comprendre. Les Weinstein et compagnie se font jeter de toutes parts. Je note qu'en France, on continue de faire un pont en or aux Polanski et autres tristes sires du même acabit.

Il y a des sueurs froides, évidemment, du côté de la justice. Elle est déjà lente par nature, mais songez un peu à l'avalanche de procès susceptibles de se tenir...

Je trouve, pour l'instant, qu'Emmanuel Macron et Marlène Schiappa ont bien géré cet épisode. Ni trop ni pas assez. 

On voit, en revanche, la réaction tomber le masque sans vergogne. Alors que ce salutaire coup de torchon va certainement contribuer à nettoyer les écuries d'Augias, chez Causeur, on y voit une police de pensée féministe.

Pense-t-on avoir lu de travers ? Je traduis. Dénoncer un viol ou une agression sexuelle, c'est la police de la pensée du féminisme. Voilà ce qu'écrit Diane de Bourguesdon. 

Eh non, Madame. C'est juste la Justice qui passe. Pas celle de l'État français, mais juste l'idée de la Justice. L'idée aussi qu'on finit par être rattrapé par ses crimes tôt ou tard. Chez les Grecs, il y avait les Érinyes pour ça. Aujourd'hui, on a les réseaux sociaux et internet qui font le job. Même acharnement sur les fumiers. Alectô, Mégère et Tisiphone seraient ravies.

 

22:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : balance ton porc |  Facebook | | |

lundi, 13 novembre 2017

Violences sexuelles : enfin des pré-plaintes ?

Ce gouvernement a l'air de vouloir enfin agir contre les violences sexuelles contrairement aux précédents qui ne faisaient que de bruit et des campagnes de "prévention et d'éducation".

Nicole Belloubet, la Ministre de la Justice, envisage des pré-plaintes en ligne pour les victimes d'agressions sexuelles. Alors, il ne faudrait pas "envisager", il faut le faire.

La justice doit savoir qu'une fois cela fait, les statistiques exploseront parce que la réalité apparaîtra dans toute son horreur et sa crudité. Il faut donc prévoir de faire face au prévisible afflux de plaintes et bien réfléchir aux conséquences sur la politique pénale : il ne saurait être question de se contenter d'admonester les fumiers de tout acabit. Si on veut faire de la condition des femmes une cause nationale il faut taper très fort sur leurs agresseurs.

L'expérience de prélèvements réalisés dans les hôpitaux avant même qu'une plainte ait été déposée est à systématiser.

Bref, il faut arrêter de parler et de proposer, il faut agir, maintenant.

Marlène Schiappa a raison de vouloir légiférer sur le consentement sexuel pour les mineurs : je pense qu'il ne faut pas tarder et bien y réfléchir. La fourchette 13-15 ans me semble un bon étiage. Cela ne devra pas pour autant amener la justice à absoudre des agresseurs sexuels comme cela a été honteusement le cas avec une fillette de 11 ans tout récemment.

10:05 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : violences sexuelles |  Facebook | | |

samedi, 04 novembre 2017

Les «me too» doivent déboucher sur du pénal

Les campagnes de sensibilisation, elles ont déjà été faites. Le harcèlement et les violences sexuelles sur les femmes sont connus dans tous les milieux.

Ce qu'il faut, maintenant, ce sont des amendes, de la prison. Des policiers en civil pour prendre sur le fait ceux qui se rendent coupables de harcèlement dans la rue. Un coup de téléphone à la voiture de police la plus proche et embarquement immédiat des fumiers pour le gnouf. 

Quant au star-system, acteurs, producteurs, réalisateurs et prédicateurs (comme le fumier de Tariq Ramadan), c'est le moment où jamais de taper un grand coup dans la fourmilière.

J'entends bien Marlène Schiappa mais je trouve qu'elle parle trop et n'agit pas assez. Les rencontres pour dénoncer les fumiers, c'est bien, mais maintenant, j'attends une concertation rapide avec la justice et la police. Je ne serai convaincu d'une véritable volonté de changer les choses que lorsque j'aurai vu tous ceux qui sont mis en cause avec des menottes aux mains dans les tribunaux et les premiers d'entre eux entrer dans les prisons. 

Pas de quartier, pas de pitié (il ne manquerait plus que cela). Avec tous les témoignages, il y de quoi remplir le ministère de la Justice de dossiers.

 

18:41 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : harcèlement sexuel |  Facebook | | |

vendredi, 22 septembre 2017

Mais ils vont lui foutre la paix, à Brigitte Macron

Pas très envie de commenter l'actualité politique depuis un moment. Cela dit, il y a une chose qui me saoule : les commentaires débiles et généralement orduriers sur Brigitte Macron. Tout un tas de frustrés insignifiants ne supportent pas la différence d'âge entre elle et son mari. Elle a beau être discrète, ils n'ont de cesse que de la scruter et la harceler. Aux journalistes : vous feriez mieux de faire votre travail plutôt que de vous intéresser à des balivernes. Aux moins que rien sur les réseaux sociaux : vous foutez quoi de la journée ? Bossez au lieu de tweeter des conneries à longueur de temps. Ils n'ont que ça à faire, les ratés, apparemment.

15:37 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brigitte macron |  Facebook | | |

mercredi, 02 août 2017

Ah non ! Pitié, pas les JO à Paris !

Je suis quand même assez sidéré : des chiffres très factuels montrent que tous les budgets d'organisation des JO sont systématiquement sous-estimés. Jamais moins de deux fois et demi le montant initial. Donc, Anne Hidalgo nous promet 6 milliards de dépenses, il y en aura 15. On peut lire l'article d'Alexandre Delaigue, professeur d'économie à l'Université de Lille, qui a étudié très sérieusement le sujet.

Soyons justes, ils sont tous coupables : Valérie Pécresse, Emmanuel Macron, Anne Hidalgo, tous d'accord pour la folie des grandeurs. Et pendant ce temps, on nous parle d'économies. Je rêve ou quoi ?

Je ne suis pas le seul à m'insurger : dès le mois de mai Nicolas Tavernier dans le magazine Tavernier a montré comment les calculs de la mairie de Paris n'étaient pas honnêtes.

Je n'évoque pas le foutoir et le vaste chantier que sera Paris. Déjà qu'on en peut plus des "travaux d'embellissement" incessants de l'actuelle municipalité, aboutissant entre autres à des congestions de trafic jamais vues dans la capitale, là, ça commence vraiment à bien faire.

Bref, on a des millions de chômeurs, des milliers de milliards de dettes, des réseaux de transport à rénover, des caisses de retraite et de chômage en déficit, des recherches à financer en santé, une pyramide des âges qui nous promet un avenir pas franchement radieux et quelle est la réponse du gouvernement et des collectivités à cela ? Organiser les Jeux Olympiques à Paris pour plusieurs milliards d'euros.

Vous ne vous foutez pas un peu de notre gueule, là ?

Y'a une pétition quelque part pour demander le retrait de la candidature de Paris à l'organisation des JO ? Zut, y'en a une, celle du Front de Gauche. Là, c'est trop douloureux de la signer. Faut que j'en trouve une autre.

Ah, y'en a une autre, mais  qui est derrière ? Collectif Non au JO 2024 à Paris, trouvé ! Je ne connais pas Frédéric Viale, cet enseignant parisien, mais bonne initiative et bons arguments de sa part.

15:27 Publié dans Paris, Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : jo, 2024 |  Facebook | | |

lundi, 03 juillet 2017

Propreté à Paris, Hidalgo choisit enfin la bonne méthode !

J'ai lu dans le Parisien qu'Anne Hidalgo allait enclencher quelques vitesses supplémentaires dans le domaine de la propreté à Paris. Mesure la plus importante, elle veut verbaliser fort et en masse les comportements inciviques dans ce domaine. C'est évidemment ce qu'il faut faire. Je l'ai dit depuis longtemps ici. Il faut taper fort. Pour cela, recruter des agents spécifiquement dotés de cette mission et les récompenser au chiffre. Plus ils verbalisent, plus ils touchent de l'argent. Ça va les rendre efficaces, et ça va semer la terreur chez les dégueulasses qui considèrent Paris comme une poubelle. J'attends avec une impatiente délectation de voir les premiers gorets pris sur le fait. Un demi-milliard d'euros tout de même. Anne Hidalgo qui cherche de l'argent pour couvrir les dépenses de la ville a trouvé, je l'espère un bon filon.

23:48 Publié dans Paris, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : propreté, hidalgo |  Facebook | | |

mercredi, 28 juin 2017

Moi, je suis le peuple, pas la France insoumise !

Elle me soûle sérieusement la France insoumise. Les mecs et les nanas, ils se croient en 1793. Ils croient parler au nom du peuple. Ça m'irrite particulièrement. La France insoumise est moins légitime qu'En Marche, elle l'oublie et c'est encore plus agaçant quand elle parle du vote blanc et des abstentionnistes.

Je me suis abstenu, parfois. Quand j'entends des gens parler au nom des abstentionnistes, j'aimerais pouvoir leur coller deux claques. Chacun s'abstient pour des raisons qui lui sont propres et ceux qui viennent faire de l'agit-prop en se permettant de se revendiquer comme porte-voix de l'abstention, ils m'insupportent.

Bref, foutez la paix au peuple et aux abstentionnistes, ils ne vous ont rien demandé, merci.

mercredi, 31 mai 2017

L'infâme intoxication contre Marielle de Sarnez

Je suis stupéfié par les accusations minables dont Marielle de Sarnez fait l'objet. Il se trouve que j'ai connu plusieurs assistantes parlementaires de Marielle, dont Philippine Laniesse, et que j'ai eu des échanges par mail à quelques reprises par le passé avec elles : leur teneur confirme à 100% ce que Philippine a déclaré à LCI. Il s'agissait en effet de communiquer et gérer les questions de Français europhiles ou non, auxquelles on peut d'ailleurs trouver des réponses sur le site de la Lettre de Marielle de Sarnez dont la contribution «l'Europe dans nos territoires».

C'est quand même grave : le Front National qui est empêtré jusqu'au cou dans ses histoires d'emplois fictifs essaie de créer un écran de fumée en balançant des calomnies par le biais de son eurodéputée Sophie Montel.

La méthode est particulièrement ignoble parce que tout n'est que mensonges. Il y a une vraie manipulation de l'opinion. Sophie Montel oublie un détail : c'est le Parlement européen qui a demandé à la justice française d'ouvrir une instruction. Rien de tel avec Marielle de Sarnez, parfaitement en règle avec l'Europe, puisque les activités de son assistante y sont déclarées et pointées.

Je suis exaspéré parce que j'entends des appels à la démission sur la base d'une absence totale d'éléments.

Et si je me mettais à accuser n'importe qui, des individus dont la tête ne me revient pas, de tout et n'importe quoi de manière publique, ce serait pareil.

Je trouve que la presse joue un très mauvais rôle dans cette histoire. Elle présente plusieurs des eurodéputés comme soupçonnés et accusés alors que la justice française n'a en fait pas le choix de faire autre chose que d'étudier la lettre de calomnies de Sophie Montel. Voilà pourquoi elle ouvre une enquête.

Je trouve le coup particulièrement minable et ignoble parce que je sais qu'il vise une personne que je sais parfaitement irréprochable et soucieuse d'honnêteté.

Je ne connais pas tous les députés calomniés, mais cela m'étonnerait aussi, par exemple, que des eurodéputés comme Jean Arthuis ou Yannick Jadot aient quoi que ce soit à se reprocher.

J'espère que le retour de boomerang sera terrible pour l'accusatrice et le parti qui la soutient.

16:43 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : sarnez |  Facebook | | |

dimanche, 28 mai 2017

l'affaire Ferrand, intox et désintox

Sur l'affaire Ferrand, il me semble que la presse et nombre de commentaires ne prennent pas l'histoire par le bon bout. Les astuces qu'il a utilisées pour la Mutuelle de Bretagne ne me semblent pas poser problème, a fortiori si la Mutuelle est gagnante au bout du compte. Il s'agit d'argent privé, pas d'argent public, et il n'y a rien d'illégal, ce que la justice a très clairement établi. C'est bien pour cela qu'elle refuse, à raison, de se saisir de l'affaire.

Ce qui coince, c'est l'autre point : avoir fait travailler son fils comme collaborateur parlementaire. Ce n'était pas certes illégal, et, à la rigueur, on pourrait admettre qu'il s'agit d'une mauvaise pratique révolue. Le problème, c'est que Ferrand fait partie de ceux qui l'ont ouvert le plus fort pour dénoncer ce genre de pratiques.

Je déteste l'hypocrisie. Je déteste ceux qui disent «faites ce que je dis, pas ce que je fais». Ferrand fait partie de cette espèce, toute socialiste, qui a le don de me hérisser.

C'est une erreur politique de continuer à le soutenir. C'est aussi une erreur morale.

 

23:36 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ferrand |  Facebook | | |

vendredi, 19 mai 2017

La justice pour Bayrou, un sacré sac de noeuds

Je ne doute pas que François Bayrou va conduire avec succès la loi sur la moralisation de la vie publique. Je dirais, en fait, que c'est le plus facile.

La difficulté, et de taille, commence avec les prisons. Il y a un engorgement de folie dans les prisons. Même si on se met à construire maintenant les établissements supplémentaires nécessaires, ils ne verront le jour qu'en 2022.

On a un vrai problème. Soit on laisse libres les délinquants, et ils récidivent parce que le laxisme mène à la récidive soit on les met en prison et ils récidivent aussi parce que les prisons sont devenues de véritables zones de non-droit surpeuplées.

Il faut donc trouver, en attendant, une solution pour les vider. Et moi, je n'en trouve pas, du moins, pas compatible avec une politique de fermeté.

J'ai quand même quelques pistes de réflexion.

La première est plutôt un principe directeur : je pense qu'on ne devrait réserver la prison qu'à la violence. Tout délit qui n'est pas associé à de la violence devrait être puni par des amendes et des peines de suivi avec contrôle et bracelet électronique. Si déjà ça, cela peut libérer des places, cela me paraît une bonne option.

La seconde concerne les étrangers en prison. Nous n'avons pas assez de places. Nous pourrions donc passer un accord avec les pays d'origine pour que les étrangers condamnés à la prison effectuent leur peine dans leur pays d'origine, quand c'est possible, naturellement, en nous engageant à payer la totalité des frais d'incarcération au pays dans lequel la peine serait effectuée. Cette mesure ne vaudrait que pour les étrangers susceptibles d'être expulsés. Pour les autres, ceux qui ont fait leur vie en France et y résident régulièrement, le régime applicable resterait celui qui vaut pour les natifs, mais, en revanche, puisque les permis de résider ne valent que pour dix années, on peut subodorer que leur pertinence serait réévaluée par la suite avec des modalités à définir. 

Pour ne pas risquer des confusions fâcheuses, je pense qu'il faudrait éviter de mettre en prison les étrangers en situation irrégulière. Bien sûr, c'est illégal d'être en France sans passer par l'obtention d'un visa, mais ce n'est pas un crime et certaines situations sont désespérées. Le bracelet électronique pour quelqu'un  qui récidiverait suffirait, me semble-t-il, amplement.

Pour préciser mon propos en l'illustrant, tous les individus qui harcèlent les femmes dans le secteur de La Chapelle à Paris sont à mes yeux tout à fait candidats à l'expulsion immédiate s'ils sont en situation irrégulière, et, s'ils sont en situation régulière, à recevoir un très sérieux avertissement sans plus de sommations supplémentaires par la suite. Cela dit, sur ce sujet, j'ai lu le compte twitter de Projet_Arcadie et apparemment, c'est une situation qui a atteint son paroxysme au fil du temps, donc pas lié aux migrants : je dis cela pour éviter les amalgames que je ne fais en aucun cas miens.

J'avoue ne pas avoir d'autres idées dans l'immédiat et je pense que ce que je dis n'est pas suffisant pour assainir la situation. Il y a aussi un très gros travail d'éducation et de prévention en amont pour faire en sorte que nombre d'individus ne soient pas tentés de glisser dans la délinquance. Comme le dit Montesquieu, il faut qu'ils aient la certitude qu'une sanction sera appliquée, dès leur plus jeune âge, quand ils commettent un délit, c'est à mon avis déjà un aspect qui fait défaut, mais sans doute pas le seul du côté de la prévention.

14:15 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bayrou, justice, prison |  Facebook | | |