Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 février 2017

Nous ne sommes pas à l'abri de nouveaux coups de tonnerre

Je suis centriste, centre-droit et modérément libéral et j'avoue qu'il y a une hypothèse qui me fout drôlement la trouille dans cette campagne présidentielle. Je ne devrais même pas l'énoncer ici mais de toutes façons, mes adversaires politiques ont déjà fait le calcul.

Si Hamon et Mélenchon unissaient leurs forces derrière un seul de l'un d'eux, je ne dis pas que l'addition serait 100% mathématique mais il serait à peu près sûr qu'ils dépasseraient Macron et Fillon.

Et là, le cauchemar commencerait.

Un second tour Hamon ou Mélenchon contre Marine Le pen.

J'ai lu le livre de Mélenchon. Qui sait que son intention est de convoquer une assemblée constituante en interdisant à tous ceux qui ont déjà exercé une députation de se présenter à nouveau ? Aucun processus démocratique n'est établi derrière la mise en place de cette assemblée. En fait, ce serait ni plus ni moins un coup d'état. Mélenchon dit parfois des choses profondes et j'ai du respect pour l'individu qu'il est, mais, politiquement, il me serait impossible de voter pour un homme qui a un tel programme, même contre Marine Le pen. J'ai lu le programme du FN et il n'y est nulle part question de revenir sur les processus démocratiques qui sont ceux de notre pays. Donc, à titre, ce programme est pire que celui du FN. Mais à côté de cela, quand vous avez compris QUI se trouve dans ce parti, vous pouvez commencer à trembler. Le FN se contrefiche bien des droits associés à la démocratie et surtout à l'Homme, qu'ils vomissent et on voit bien que c'est le cas de son électorat aussi. Dérapages sûrs à 200% !

Le problème, voyez-vous, c'est que le cauchemar, il est possible, et les 70 000 signataires de la pétition qui aspirent à une telle union et à sa réalisation l'ont bien compris eux. Une telle alliance serait un coup de tonnerre dans la campagne à deux mois du premier tour. Face à Hamon ou Mélenchon, MLP aurait de très sérieuses chances de gagner. 

Je vous le dis franchement, je ne pousserai un "ouf" que lorsque les candidatures à l'élection seront closes et ce danger écarté, et encore : on ne sait jamais, jusqu'au dernier moment cette option reste possible.

Nous sommes dans une configuration très instable. On peut dire, en gros, qu'il y un quart de l'électorat pour les quatre grandes forces. 25% pour la gauche de la gauche (Hamon+Mélenchon), un peu plus de 20% pour le centre (Macron), près de 25% aussi pour la droite conservatrice (Fillon + Dupont-Aignan) et 25% pour l'extrême-droite (MLP).

Tout peut basculer vite. Je me console sur un seul point : on dit l'électorat de Macron volatil mais je fais observer que je vois pas trop où il peut se diriger, désormais. Il devrait assez rapidement se consolider.

Mais ce qui rend encore plus dangereuse cette élection c'est que 40% de l'électorat n'est pas décidé. Même si Macron parvient à accéder au second tour, ce que je lui souhaite, il sera en grand danger face à Marine Le pen, sans parler de Fillon pour lequel la gauche ne viendra jamais voter. 

Il faut bien comprendre quelque chose avec le vote FN : on ne peut déjà plus le faire régresser. En réalité, la stratégie, désormais, c'est le containment, comme disent les Anglo-Saxons, c'est à dire qu'il faut l'empêcher de continuer à grignoter l'électorat. C'est le mieux que l'on puisse faire à l'heure actuelle car le vote FN est un chemin sans retour. Le seul qui était parvenu (mais à quel prix !!! A celui d'une porosité de plus en plus forte entre son électorat et celui du FN !) à faire régresser ce vote, c'était Nicolas Sarkozy en 2007.

Très franchement, si on y parvient pour 2017, mais que la situation de la France ne s'est pas rétablie en 2022, cette fois, plus rien ne pourra empêcher le FN de conquérir le pouvoir. Ce n'est qu'une question de temps.

Pénélope Fillon, élégance de Macron

Dans cette campagne, cela fait un moment que je me dis que Pénélope Fillon doit vivre un véritable Enfer. Difficile d'établir sa responsabilité dans les circonstances qui la touchent. Je suppose qu'elle n'en a jamais mesuré les conséquences probablement parce qu'il s'agissait d'une pratique commune dans la sphère politique et qu'elle n'avait jamais été dénoncée jusque là. François Fillon n'a pas mesuré l'ampleur des changements qui se sont produits dans l'opinion au fil des ans et surtout très mal calculé l'angle d'attaque de sa campagne à l'aune d'un tel lot de casseroles.

Il n'en reste pas moins que les allusions dégueulasses et graveleuses ont rapidement proliféré contre Pénélope Fillon alors qu'il ne s'agit pas d'une personnalité publique et que jusqu'à nouvel ordre, la justice n'a pas tranché sur l'illégalité des fonds reçus.

Macron n'a jamais versé dans l'hystérie ce dont je lui donne quitus et surtout, lors d'un tout récent entretien télévisé j'ai trouvé ses propos d'une rare élégance.


Macron considère que "ce qui se passe pour... par BFMTV

J'ai senti dans les commentaires et les caricatures parfois répugnantes comme des relents fétides d'égout bien caractéristiques d'une misogynie toujours prompte à s'exprimer. Macron a l'élégance de ne pas s'en prendre à la famille d'un concurrent et de circonscrire ses observations à son seul adversaire, de manière très mesurée d'ailleurs.

C'est tout à son honneur et montre qu'il détone vis-à-vis des femmes, chose rare par les temps qui courent.

Je parcours à l'heure actuelle son programme et je ne le trouve ni génial ni non plus catastrophique. Neutre, en fait, à deux trois mesures près. Mais j'apprécie le geste rare qu'il a eu aujourd'hui envers une femme trop accablée. Les lecteurs de ce blog le savent, le respect des femmes et l'égalité des conditions sont l'une de mes préoccupations principales.

jeudi, 23 février 2017

Mon cher Emmanuel (Macron)...

Mon cher Emmanuel,

Je vois qu'avec l'alliance que vous venez de passer avec François Bayrou l'axe central est en marche, c'est le cas de le dire.

Je dois vous l'avouer, mon cher Emmanuel, j'ai eu la dent dure contre vous sur mon blog, et plus d'une fois. Si je vous rejoins aujourd'hui, c'est uniquement parce que François Bayrou le fait et que j'ai une confiance inébranlable en ce dernier. Je dois toutefois vous concéder que j'avais décelé des inflexions qui n'étaient pas pour me déplaire dans le programme que vous vous êtes enfin décidé à dérouler, depuis deux semaines.

Je me permets toutefois quelques amicales suggestions :

Premièrement, quand un thème ne fait pas sens mais est très clivant dans la sphère politique, c'est absolument inutile d'aller chercher les embrouilles pour des clopinettes. Les deux monumentales bourdes que vous avez faites la semaine dernière en sont des illustrations éclairantes.

Deuxièmement, vous l'avez noté, les médias se sont longtemps intéressés à vous mais depuis dix jours ils se sont carrément retournés contre vous. Maintenant, tout le monde va vouloir votre peau et celle de François (Bayrou) et il va vous falloir naviguer vent debout par gros temps. Ce n'est pas tout : fachosphère, réacosphère, gauchistes archéo-révolutionnaires, ils rêvent du goulag et de la schlague pour vous. Tous en embuscade parce qu'ils sentent bien que le jeune premier que vous êtes va les priver d'une victoire qu'ils étaient convaincus de conquérir aisément. Méfiez-vous, Emmanuel Macron : dans une campagne comme celle-là, tous les coups sont permis, y compris les plus vils, calomnies, diffamations et la liste peut être longue, ils ne vous rateront pas s'ils le peuvent.

Troisièmement, démarquez-vous sur les choses qui en valent la peine : on ne parle pas assez de santé dans cette campagne, mais considérez qu'un Français sur trois sera susceptible d'être touché par le cancer, par exemple, qu'il existe une série d'autres affections qui nous affligent et que même dans les villes obtenir un rendez-vous avec un spécialiste tient de la gageure. Vous voulez faire un coup d'éclat ? Au lieu d'évoquer la colonisation, aspect de notre histoire qui concerne les historiens, désormais, annoncez un plan d'envergure pour repeupler de cabinets médicaux les provinces si déshéritées que l'absence de médecins y est désormais une cause de mortalité ou de dégradation brutale de la santé ! Je ne sais pas moi, annoncez que vous multipliez par deux le numerus clausus aux concours de médecine, que vous autorisez aux pharmaciens certains actes de santé, des choses de ce genre, ensemble, qui créeraient un choc sanitaire positif. Bref, employez intelligemment votre énergie.

Quatrièmement, prenez en considération les Français qui travaillent. Mais je crois que François en a fait un pilier de son alliance avec vous...Non non, le dimanche n'est pas un jour comme les autres et il doit être payé en heures supplémentaires et grassement. Même chose pour le travail de nuit. Bref, abstenez-vous de toute velléité dérégulatrice dans ce domaine sans vous interdire une certaine flexibilité naturellement. Plus généralement, ne faites pas du pouvoir d'achat des Français une marge d'amortissement des coûts.

Cinquièmement, ne vous en déplaise, il n'y a pas des cultures françaises mais UNE culture française, et vous feriez bien de vous en rappeler si vous aspirez à devenir le président des Français. Nous avons un modèle, nous avons une langue, nous avons une culture, et nous ne voulons pas les sacrifier aux idéologies dominantes. Et quand nous aimons l'Europe, nous continuons d'aimer la France et ne les jouons jamais l'une contre l'autre, qu'on se le dise.

Mesurez, enfin, à quel point la caution morale de François Bayrou vous est précieuse. Jamais je n'envisagerais de voter pour vous sans lui. Aujourd'hui, à mon lieu de travail, j'ai entendu plusieurs personnes envisager de décaler leur vote vers vous uniquement parce que François Bayrou s'associe à vous. Plus surprenant, des électeurs venus du camp Hamon pourraient aussi vous accorder leur voix pour la même raison.

Nous, les centristes historiques, qui nous sommes battus pour conserver notre indépendance, ne nous décevez pas. Nous sommes conscients qu'il existe une occasion historique d'envoyer paître d'un coup les deux partis qui se partagent le pouvoir depuis plusieurs décennies tout en bloquant la route aux populismes de gauche et de droite. Nous pouvons gagner mais il faudra pour cela un projet qui soit doté d'une âme, un programme dont les appuis soient plus que solides : enraciné dans notre terroir tout en étant tourné vers l'horizon.

Bien cordialement à vous, mon cher Emmanuel, 

Rodrigo Borgia alias l'Hérétique, blogueur centriste et démocrate canal-historique

17:17 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : macron, bayrou |  Facebook | | |

mardi, 21 février 2017

Privatisation des radars : le retour des fermiers généraux

La ville de Paris d'abord, le gouvernement ensuite, s'apprêtent à donner à des sociétés privées le privilège exorbitant de pouvoir taxer à l'oeil le gueux, franc ou gaulois de son état, heureux détenteur d'une charrette auto-motrice. Le beau tour de passe-passe, derrière, c'est de dépénaliser la chose. En somme, ce ne serait plus un PV mais simplement un octroi qu'il faudrait régler pour dépassement de vitesse ou mauvais stationnement.

Rien à voir avec la sécurité routière, bien évidemment, il s'agit juste de trouver un nouvel impôt. L'astuce socialiste (mais je ne doute pas un seul instant que Les Républicains embrayeront) c'est de faire valoir, qu'en ces temps troublés, il faut décharger les forces de police d'une tache certes mineure mais chronophage. Jolie entourloupe qui permet de ne pas évoquer les promesses mirifiques des uns et des autres et l'endettement record de la Ville de Paris (autolib, les couloirs de bus croisés accidentogènes, le tram, velib, tout ça, ça coûte...) ou encore celui de l'État.

Je voudrais rafraîchir la mémoire historique des thuriféraires de cette solution : elle a été utilisée à plusieurs reprises dans l'Histoire des Civilisations. En France, elle est à l'origine de la Révolution Française. Les citoyens ne supportaient plus les fermiers généraux. Ils les haïssaient à mort et leur ont collé la tête sur une pique dès qu'ils l'ont pu. Comprenons-nous bien : les fermiers généraux n'étaient pas de sympathiques agriculteurs mais des percepteurs d'impôt privés que le bon Roy de France Louis chargeait de percevoir une somme. A charge pour eux de la ramener qu'on ne leur donnait aucune limite s'ils souhaitaient percevoir plus.

Perclus d'impôts, les Français finirent pas guillotiner le roi. On voit souvent le Français comme un grand enfant socialiste, on oublie que sommeille aussi en lui le libéral teigneux qui en a plein le dos d'être taxé pour un oui ou pour un non...

Les Romains procédaient à peu près de la même manière avec leurs provinces. Cela a permis à un certain Cicéron d'écrire des discours fameux et notamment contre un sale type, le préteur Caïus Licinus Verres, qui chargé d'une mission du même acabit, pillait allègrement les biens des habitants de Sicile.

Cicéron était alors questeur, c'est à dire, à son époque, une sorte de super contrôleur des comptes publics. Un questeur, ça ne rigolait pas, et de fait, bien que Verrès disposât de puissants appuis, il se trouva vite contraint de choisir l'exil à Marseille (on y trouvait déjà des corrompus dès cette époque). Il faut dire que les Siciliens avaient confié leurs affaires à un avocat de renom avec Cicéron. C'était la class action de l'époque, en somme.

Les Hidalgo, Cazeneuve et compagnie feraient bien d'y réfléchir. Entre la raréfaction des places, l'explosion du montant des amendes, la délégation du contrôle du stationnement à une société privée, et maintenant l'utilisation des radars, tout ça avec l'intention de permettre à ces intermédiaires de se payer grassement sur le dos de la bête, ça commence à bien faire...

samedi, 18 février 2017

Le pari de Marine Le pen

J'ai un souci avec Marine Le pen. En fait, je ne la déteste pas. Je ne la crois pas fondamentalement malhonnête (bon, il y a quand même le petit épisode de son garde du corps au Parlement européen, hein ?). Je pense qu'elle essaie de créer un parti de droite populiste et, pour ce faire, elle essaie de nettoyer le FN tant de ses éléments les plus extrémistes que des mesures programmatiques les plus rédhibitoires, aux yeux des Français du moins. On le voit avec l'euro dont la sortie automatique ne figure plus à son agenda ou encore la peine de mort à laquelle elle a pour l'instant renoncé. On voit aussi qu'elle s'entoure, comme dans les autres partis, d'énarques, de cadres administratifs, de polytechniciens et plus généralement d'une intelligentsia de haut niveau. 

Je concède aussi que c'est une femme intelligente et belle, charismatique et qu'elle a toujours de la tenue dans ses réunions, émissions et interventions politiques.

Le plus inquiétant, c'est que ce qu'elle dit n'est pas déconnant à 100%.

Jusque là, on pourrait se dire «Mais ? il nous fait une lune de miel avec le FN ou quoi ? Mẽrda, il est tombé amoureux de la Marine ?» . Non, les amis, pas du tout. Je ne suis pas dupe. Ok, tout le monde n'est pas à jeter au FN mais je n'oublie pas un certain nombre de fondamentaux.

Ce parti recèle encore un sacré ramassis d'antisémites, négationnistes, néonazis, intégristes et autres fumiers de tout poil. Dans un sondage qui a moins de deux ans, on voyait aussi que l'électorat du FN était celui qui comportait le plus d'électeurs antisémites (jugeant que les Juifs prenaient trop de place en France) : près d'un sur deux. C'est aussi au sein de ce parti que s'étalent au sens propre (lors des événements et des meetings) tout une littérature révisionniste (avec ses maisons d'édition spécialisées).

Tout cela, je ne l'oublie pas.

Je donne quitus à Marine Le pen de ses efforts pour tenter de nettoyer les écuries d'Augias mais je constate que le compte est encore loin d'y être.

Et puis quand je lis les 144 propositions, quand j'ai dit qu'elle n'était pas déconnante à 100% ça ne veut pas dire que tout est sensé pour autant.

Le plus délirant, c'est sur l'immigration. Plus de double-nationalité extra-européenne ? Ah ? Et les couples franco-russes, par exemple, puisque Madame Le pen est une grande amie de Poutine, ils feront quoi ? Idem pour les franco-américains, et cetera, je peux allonger la liste. 10 000 étrangers sur le sol français par an ? Bon, on chasse tous les expatriés et les étudiants étrangers alors ? Voilà une mesure authentiquement délirante.

Tout le caractère protectionniste de son programme fait plus que de m'inquiéter : je me demande si elle a percuté qu'à chaque mesure protectionniste de la France correspondra une mesure similaire chez nos partenaires avec toutes ses conséquences sur nos exportations et donc l'emploi.

Autre chose : Marine Le pen a l'air de penser qu'elle pourra imposer aux banques leurs taux d'intérêt quand elles font des prêts. Je me demande si elle a bien compris comment marche une banque. C'est bien simple : soit elle peut rentrer au minimum dans ses fonds soit elle ne le peut pas et dans ce cas, elle ne prête pas. Au pire, si on la force à prêter, elle cesse ses activités dans le pays où elle est active et/ou s'expatrie. Résultat des courses : assèchement généralisé du crédit. Beau résultat.

 Je vois beaucoup d'État dans le projet de Madame Le pen. A-t-elle songé qu'il ne faudrait pas le confondre avec la hotte du Père Noël et que toutes ses interventions ont un coût ? Comme je ne vois pas d'autres biais que l'impôt ou la création monétaire (mais si elle n'est pas adossée à de la création de richesses elle aboutit à une dévaluation et donc à une baisse sauvage du pouvoir d'achat), je dois dire que je serais passablement angoissé si elle devait arriver au pouvoir.

Supprimer l'AME, banco sur le plan sanitaire : les clandestins qui ne pourront plus se soigner deviendront contagieux et des formes résistantes de pandémie pourraient se répandre sur tout le territoire national. Quand le cauchemar devient réalité. Bravo, Madame Le pen, pour votre méritoire roman d'anticipation...

Je tape là où cela fait mal, mais dans le reste de son programme, il y a pas mal de choses qui sont loin d'être idiotes. Le problème, c'est qu'elles relèvent quand même pas mal de voeux pieux avec un État devenu impuissant. Car c'est bien ce que je crains qu'il adviendrait à un État Front National.

Dernier point, et cela touche la santé : apparemment la filière biologique, cela n'existe pas en France, si l'on en croit son programme. Pas un mot dessus. Or, en termes de santé, vu les ravages créés par les pesticides et les adjuvants les plus nocifs dans la production alimentaire française, il faudrait un tantinet s'en préoccuper, non ?

vendredi, 17 février 2017

Prémices du programme de Macron

Je suppose que le programme de Macron va s'étoffer mais j'ai lu ses premières propositions, en tout cas, celles qui figurent sur son site En marche (elles sont disponibles ici).

Il y a des choses qui manquent, c'est terriblement pauvre sur l'éducation, par exemple, mais il faut être honnête, il y a des choses qui me plaisent.

Le bon point, c'est l'Égalité hommes-femmes : décréter l'obligation d'instaurer la parité pour le recrutement des cadres territoriaux, c'est donner le bon exemple. L'idée de permettre une séparation du foyer fiscal pour les femmes mariées va dans le bon sens aussi. Bien aussi sur la durée du congé maternité même si j'attends le cadrage financier...Sur les violences faites aux femmes, en revanche, décevant. Un gouvernement, ce n'est pas une association d'hacktivistes... Les campagnes contre la violence faite aux femmes, ça va un temps, au bout d'un moment, il faut punir et taper dur. J'attends donc un candidat sérieux à ce sujet sur le terrain de la justice.

L'Agriculture : décevant aussi. Je ne lis pas une seule fois le mot biologique. Macron devrait lire Résolution française de Bayrou. A un moment donné, il faut qu'on comprenne que la sécurité sanitaire et l'agriculture sont intimement liées. On consomme des saloperies imprégnées de produits chimiques qui sur multiplient les cancers et les maladies étranges de toutes sortes, on se démolit les intestins, l'estomac et le cerveau avec les saletés de pesticides. Il faut des décisions fortes et il n'y en a pas chez Macron.

Je crois que sur l'agriculture, il faut aller bien plus loin que cela. Je juge plein de vertus aux échanges et au libéralisme mais pour l'agriculture, cela devrait être sévèrement limité par un élément prioritaire : il faut laisser, comme le fait l'Inde, la possibilité à de petites exploitations de rendre un pays auto-suffisant pour ses ressources alimentaires. Cela suppose de soustraire les ressources alimentaires aux lois du marché. Peut-être pas intégralement, mais pour partie. Je suis Macron sur un point, c'est sur la montée en gamme, mais à condition qu'elle se traduise par le développement du bio. On peut, en changeant nos habitudes alimentaires, gagner en qualité sans dépenser plus. C'est la viande qui coûte le plus cher. Avec une alimentation principalement végétarienne, on fait d'une pierre trois coups : qualité environnementale, qualité sanitaire (alimentation meilleure pour la santé) et coûts réduits ! François Bayrou a une réflexion très forte et très finement pensée sur tous ces aspects dans sa Résolution française.

Toutefois le chapitre Environnement complète assez bien celui de l'agriculture avec quelques mesures de bon sens. Reste à voir l'application pratique.

Macron s'est calmé sur le travail. Pas de mention du temps de travail dans son pré-pojet. Cela peut être inquiétant, d'ailleurs. Je ne suis pas convaincu par sa fusion du RSI avec le régime général. Une bonne partie des entrepreneurs pourraient apprécier fort peu de se retrouver à payer bien plus de cotisations...Le RSI est un échec (voir l'analyse d'Hashtable à ce sujet), le régime général est-il pour autant une solution qui satisferait les entrepreneurs ? Faire peser les cotisations sociales sur la CSG revient à les répartir autrement. Les détenteurs d'un petit patrimoine immobilier (souvent sa propre maison), les retraités vont payer pour cela. La CSG ne me paraît pas plus juste que le système actuel.

Sur l'Éducation, c'est quasiment le vide intégral. Pas de réflexion ou presque si ce n'est faire de petites classes pour les zones en difficulté. Quand est-ce qu'il y aura un candidat qui aura un projet et un souci de qualité pour TOUS les enfants de France et pas une catégorie seulement ? Bref, pas nul, mais pas loin.

Sur la Culture, c'est nullissime. Macron n'a pas de projet. Je l'ai déjà écrit, il ne comprend pas ce que c'est que la France. Il est incapable de mettre sur pied un projet national. En fait, il n'a pas de pensée spécifique sur la culture, pas de réflexion sur le français, la langue française, la culture française. De toutes façons, il l'a dit, à ses yeux, il n'y a pas de culture française. C'est pourtant la clef de voûte de tout, le seul budget que Churchill, en pleine guerre contre les nazis, n'avait pas voulu réduire car il jugeait que si ce n'était pour la culture, pour quoi devait-on lutter ? Il lui manque une vision, celle-là même que l'on trouve chez Bayrou. C'est bien pour cela que j'ai du mal à voir des convergences entre les deux projets. Quand Macron dit que la vision de Bayrou a sa place dans son rassemblement, eh bien non, c'est faux, pas à l'heure actuelle. Et ce rassemblement ne sera pas possible sans une démarche de sa part, il ne suffira plus d'être "en marche" comme se gargarisent ses partisans...

Reste la Santé. On n'y trouve pas grand chose. Maintenir l'AME, le raisonnement est très juste : Macron a compris qu'en la supprimant, en réalité, on menaçait la santé des Français aussi (risques de contagions, et cetera...). Pour le reste, il s'engage en gros à maintenir à peu près l'existant mais il n'y a  ni mesures ni réflexions sur les déserts médicaux et les numerus clausus en médecine. La qualité des soins et des soignants se dégrade. Rien sur ces points. Bref, c'est très pauvre aussi.

J'ai parcouru d'un oeil distrait la partie logement car il n'y avait pas grande chose dedans.

Pas d'autres éléments pour l'instant.

17:00 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : macron, programme |  Facebook | | |

Affaire Théo, pas moyen de connaître la vérité

L'inconvénient avec les médias qui sont les nôtres, c'est qu'on sait qu'ils ne font plus depuis longtemps un travail d'enquête et de vérification sérieux. La plupart du temps, ils se prêtent aux interprétations idéologiques selon leur sensibilité politique.

Dans l'affaire Théo, je n'arrive pas à déterminer tous les tenants et les aboutissants. 

J'ai quand même l'impression que le garçon dont il est question a bien été victime d'un policier qui est loin de faire honneur à sa profession. Ce gars-là a été déjà pincé auparavant pour des faits similaires. Si ce que dit Théo est vrai, il doit être destitué.

Cela dit, on oublie aussi que le fameux Théo s'est interposé de manière violente et qu'il cherchait à couvrir la fuite de quelqu'un qui devait être arrêté.

On a d'un côté des témoignages de jeunes de ces quartiers qui disent qu'ils sont sans cesse contrôlés. Mais quand on s'y rend, dans les quartiers en question, on est en permanence sous la menace d'une agression, et, pour les filles, d'un viol.

Les bobos, intellectuels et artistes des quartiers branchés s'y entendent à dénoncer les violences policières. Sauf que...le quotidien des policiers c'est aussi ce que décrit celui qui leur a fait une réponse publique chez Marianne (à lire ici)

Le problème, c'est que l'expérience que j'ai des quartiers sensibles, parce que j'y ai vécu par le passé, elle ressemble à ce que décrit le policier de Marianne, pas à ce que disent les jeunes qui assurent être harcelés.

Je suppose que j'ai une vision partielle, partiale même, de la vie des "quartiers", comme on dit avec des guillemets. 

En tout cas, la délinquance endémique, les agressions incessantes, ce n'est pas du fantasme, je peux le garantir au moins pour les zones dans lesquelles j'ai évolué.

Et pour ce qui est des policiers, j'ai vu de mes propres yeux une horde haineuse suivre une voiture de police en caquetant, une autre encore plus nombreuse se rassembler avec des armes devant un hyper-marché.

Il faudrait que tous ceux-là, ils cessent de se faire passer pour des pauvres victimes parce que ce n'est pas exactement le souvenir qu'ils m'ont laissé.

00:37 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : théo, délinquance |  Facebook | | |

jeudi, 05 janvier 2017

Temps de travail : Hamon a raison sur le fond.

Puisque j'ai participé à la primaire de la droite, je vais faire la même chose pour celle de la gauche. Après tout, nous autres centristes pouvons voter aussi bien à gauche qu'à droite.

Et je vais voter pour Hamon. 

Les autres, ils m'agacent tous avec leur valeur travail à la noix. Il a raison, Hamon, au fond : on ne devrait pas aller vers plus de travail mais vers moins de travail, au fil de l'évolution de nos sociétés.

Ils sont tous à révérer comme le veau d'or la malédiction biblique que Dieu a infligé à Adam en le chassant d'Eden.

C'est à la sueur de ton front que tu mangeras ton pain.

Eh bien non. Je dénie que cela soit l'alpha et l'oméga de la réflexion sur le travail, comme on le trouve par exemple chez cet abruti de Peillon que je ne peux décidément pas supporter.

Le problème, c'est que le programme économique et fiscal de Hamon devrait être d'une toute nature pour que je songe sérieusement à le soutenir et ce n'est pas demain la veille que cela se produira.

Il n'empêche, son idée de taxer les machines plutôt que les humains n'est pas idiote. Il faut juste trouver un modèle économique qui rende cette fiscalité pertinente et qui assure de ne pas mettre à mal la compétitivité de nos entreprises. C'est là, où, je le crains, le bât blesse.

Il n'en apporte pas moins une vraie fraîcheur dans le paysage politique, sur ce thème-là du moins, à l'heure où Fillon rêve de porter la durée légale du travail à 48 heures. Les Macron, Peillon, Valls et consorts sont sur une ligne à peine différente.

15:39 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : hamon, travail |  Facebook | | |

mercredi, 28 décembre 2016

Le coût de la santé devient insupportable pour les foyers

La réforme des contrats dits responsables est une belle bêtise du gouvernement. Le coût des soins explose parce que les dépassements atteignent des sommets. Les complémentaires de santé sont certes une cautère sur une jambe de bois, mais elles ont le mérite de mutualiser les dépenses de santé même si leur coût va grandissant lui aussi. En limitant leur possibilité de remboursement des soins par la loi, le gouvernement empêche les citoyens qui veulent investir dans leur santé de disposer d'un garde-fou en cas de coup dur.

Encore une atteinte à la liberté de chacun de se protéger comme il l'entend.

On ne peut arbitrairement faire baisser le montant des consultations. Les numerus clausus imbéciles mis en place dans les universités de médecine pendant des décennies, les charges grandissantes pour les personnels de santé indépendants (logements, assurances) font qu'il n'y a pas de marge de manoeuvre. Les études de médecine sont très longues, donc coûteuses : il faut bien que ceux qui choisissent cette voie rentrent dans leurs frais d'une manière ou d'une autre.

Pour autant, on ne peut laisser des Français de plus en plus nombreux privés de soins de base. Il faut essayer de progresser sur des solutions alternatives :

- favoriser l'automédication assistée via des plate-formes de conseils en ligne, comme cette plate-forme d'urgence pédiatrique de Strasbourg qui offre une alternative intéressante et contribue à désengorger les urgences : http://www.pediatre-online.fr/ On peut y disposer d'une consultation à raison de trois euros par minute ou ouvrir un chat pour un montant de 15 euros. 

- autoriser les pharmaciens à donner des conseils et aiguiller vers une consultation quand ils le pensent nécessaire, même si chaque Français doit rester libre d'aller consulter un médecine

- faire un effort, dans les villes les plus coûteuses, pour offrir des locaux aux professions médicales et leur permettre de se regrouper dans des maisons médicales.

- favoriser le maintien du grand âge à domicile et faire de la recherche dans les maladies gériatriques afin d'améliorer les solutions médicales. Pour cela, il faut assouplir le principe de précaution de manière à permettre des expérimentations plus rapides. Récemment, une brève d'actualité a indiqué que l'immunothérapie permet de restaurer les fonctions cognitives défaillantes d'une souris atteinte de la maladie d'Alzheimer. Mais dans le même temps, il est indiqué qu'il faudra dix ans pour espérer une solution médicale sur le marché. C'est beaucoup trop long. Il faut raccourcir considérablement les délais et donner ainsi de l'espoir à ceux qui n'en ont plus.

- Instaurer des services médicaux de proximité (Urgences, maternité, soins ambulatoires), en amont des plateaux techniques des hôpitaux, pour lutter contre les « déserts médicaux » et garantir les soins à tous les malades et à tous les territoires. (proposition du MoDem et de François Bayrou en 2012, mais l'idée reste d'actualité)

Cette liste n'est pas exhaustive. J'espère que François Bayrou se penchera sur cette question et je lui fais confiance pour ouvrir des pistes intéressantes.

J'espère aussi que la sphère journalistique fera un jour le travail que l'on attend d'elle, c'est à dire parler des idées des candidats et de leurs propositions, mais là, je sais que c'est un voeu pieux...

jeudi, 24 novembre 2016

Fillon/Macron même combat : baisse des salaires

Je ne peux d'aucune manière cautionner les projets de François Fillon sur la durée du temps de travail. Il veut faire baisser le pouvoir d'achat des Français et il s'en vante en plus ! 

Je le cite :

«Tout le  monde doit faire un effort, travailler plus et gagner un peu moins»

Alors ça, je ne suis pas prêt de l'oublier. Les Français sont de plus en plus précarisés, ils s'appauvrissent et Fillon veut aggraver leur cas ?

Le dernier à avoir fait ce genre de calcul, c'était Macron, et avec lui Hollande, puisque l'un et l'autre voulaient baisser l'obligation de rémunération des heures supplémentaires à un niveau plus élevé.

Fillon se vante d'avoir le courage de dire la vérité à la France, moi j'aimerais qu'on ait tous le courage de dire à Monsieur Fillon ses quatre vérités dimanche prochain.

Juppé est juste dix fois plus raisonnables et sensé dans ses observations, toutes de bon sens.

En ce qui concerne le pouvoir d'achat, je reçois à 200% l'analyse que François Bayrou a fait de longue date : les Français ne gagnent pas assez d'argent. Il faut envisager un programme économique qui leur permette de gagner plus et d'améliorer leur pouvoir d'achat.

Fillon va complètement à rebours de cette perspective. Si Juppé perd, cela ne sera absolument pas possible de mettre en place une alliance ou un accord de gouvernement. 

On est trop opposés. Fillon nous envoie dans le mur, avec son projet économique. Je ne vais pas l'accompagner en chantant en prime, non plus.