Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 30 novembre 2014

Une fois encore Hidalgo tabasse les automobilistes parisiens

Parce que Delanoë a géré la ville de Paris avec une absence de compétence dont on voit les effets maintenant, Hidalgo colmate les brèches en matraquant les automobilistes, et, de ce fait, forcément les familles nombreuses qui ne peuvent se passer de leur véhicule.

Tenez-vous bien : le stationnement résidentiel va tripler (de 3.25 euros par semaine à 9 euros) et la carte de stationnement devenir payante (45 euros/an). Le temps de stationnement payant sera allongé jusqu'à 20 heures et le stationnement deviendra payant le samedi et au mois d'août. 

Et pour saupoudrer l'ensemble, il en coûtera quatre euros par heure de garer sa voiture à Paris en stationnement ordinaire.

Que paient les automobilistes ? La pollution ? Non.

Le coût des mensonges d'Anne Hidalgo pendant toute sa campagne sur la situation financière de la ville prétendument saine. 

Bref, ces taxes n'ont rien à voir avec la lutte contre la pollution. Il s'agit bien d'un impôt supplémentaire sur les mêmes. La preuve, d'ailleurs, c'est que les possesseurs d'automobiles hybrides ou électriques ne se trouveront pas à payer moins que les autres.

 

01:01 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : taxe, hidalgo, stationnement | |  Facebook | | | |

jeudi, 16 octobre 2014

Élections internes au MoDem : pour qui voter ?

Si l'on attend (enfin, au moins les militants centristes) les résultats de l'élection interne à la présidence de l'UDI, d'autres échéances électorales bien plus feutrées s'annoncent au sein de l'autre parti centriste, le MoDem. Le MoDem Parisien s'apprête à renouveler ses instances le 16 novembre prochain puis, du 04 au 11 décembre, c'est au niveau national que le parti centriste élira un nouveau collectif national, sorte de parlement interne.

Ce qui me fait peur, en politique, ce sont les gens qui sont assoiffés de reconnaissance sociale ou personnelle, qui attendent des récompenses, menacent de démissionner à chaque désaccord ou à chaque contrariété, qui se sentent importants pour ne pas dire indispensables et tiennent à le faire savoir. Voilà une première catégorie de personnes qui n'auront pas ma voix.

Je me défie autant des révolutionnaires, des idolâtres et des adeptes de l'agit-prop en tout genre, fussent-ils centristes. Voilà une deuxième catégorie à laquelle je n'accorde pas davantage ma voix.

Je ne souhaite donc pas pour me représenter à Paris des personnes qui changent d'avis selon leurs humeurs, font du chantage ou considèrent avec la plus grande arrogance leur propre personne.

Je ne souhaite pas non plus me retrouver avec des représentants qui détestent l'UMP par principe, haïssent les banquiers, voient dans les "riches" l'ennemi juré, entretiennent une phraséologie complotiste ou encore ne jurent que par l'éradication des moyens de transport individuels. 

Idéalement, j'aimerais des représentants qui ne se contentent pas de formules creuses, ne se satisfassent pas d'idéologie et de théorie mais soient actifs au plus proche des Parisiens et de leurs problèmes, de mes problèmes, d'ailleurs, parce que je suis parisien.

L'affirmation de notre identité centriste, les boîtes à idées collaboratives de toutes sortes ne m'intéressent pas, elles m'ennuient. Ce que je veux, c'est que l'on me propose des projets de mesures concrètes pour ouvrir les équipements sportifs, à commencer par les piscines, plus tard, c'est à dire aux heures où une bonne partie des Parisiens peuvent s'y rendre, que l'on réfléchisse sur les obstacles de toute sorte et incessants qui entravent la circulation et le stationnement parisiens, que l'on écrive à la Municipalité pour l'inviter à cesser de centraliser tout à commencer par le recrutement des animateurs dans les écoles parisiennes.

Des lièvres de cet acabit, j'en ai quelques autres à lever. On ne m'interroge jamais dessus, ni d'ailleurs aucun Parisien. 

Ce que je souhaite c'est des représentants qui développent un militantisme de témoignages, d'alertes (concrètes !!!), pas d'une théorisation fumeuse dont nous avons trop souffert.

Idéalement, j'aimerais aussi que mes représentants soient des gens actifs, présents, pas forcément sur tous les fronts, mais sur quelques uns qui seraient utiles. J'aimerais aussi qu'ils me répondent quand je soulève des problèmes qui sont spécifiques à notre ville. Je n'ai pas envie d'être écouté quand je pérore, je sais que je suis alors totalement inintéressant. En revanche, quand je fais part d'une difficulté sur un ton raisonnable, ma voix mérite de porter peut-être un peu plus loin que le seuil de mon appartement.

Et alors ? Avec tout ça ? Pour qui dois-je voter à l'intérieur du MoDem ? Eh bien j'ai choisi la liste Ensemble pour un Paris Démocrate.

Je le dis tout de suite, elle n'est pas parfaite. Mais elle est conduite par Maud. J'ai une entière confiance en Maud. Je l'ai vue à l'oeuvre, je sais que c'est quelqu'un qui ne fera pas n'importe quoi. De tous les co-listiers (au moins ceux que je connais, je ne puis m'exprimer pour les autres) il n'y en a pas un qui ne soit pas toujours montré modéré et pondéré. J'ai vu à l'oeuvre plusieurs d'entre eux, je les ai entendus émettre des avis souvent empreints de bon sens. Denis, Philippine, Béatrice, Bruno pour en citer quelques uns, je sais que ce sont des personnes fiables et dynamiques. Je connais un peu moins bien Armand, mais je n'ai pas souvenir de l'avoir vu se retrancher sur des positions éruptives. Je suis une partie des autres sur leurs comptes twitter quand ils en ont un rien ne me choque jamais quand je les lis.

 

 

18:54 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : modem, élections | |  Facebook | | | |

lundi, 04 août 2014

Nous ferions une grave erreur en nous montrant dogmatiques avec Anne Hidalgo

C'est de notoriété publique désormais, on sait que les chiffres présentés par l'actuelle majorité pendant l'élection municipale étaient faux. Paris ne parvient pas à boucler son budget en raison d' un énorme trou de 400 millions d'euros. Emprunter la somme nécessaire à l'ajustement reviendrait à s'engager dans une spirale mortifère.

Anne Hidalgo a promis de ne pas augmenter les impôts des Parisiens, mais elle doit trouver des ressources pour financer cette somme. La logique est donc d'essayer de ponctionner les non-résidents passant à Paris. Les deux catégories principales de ceux-ci sont les touristes et les habitants de la banlieue amenés à se rendre dans la capitale, généralement pour y travailler. 

Qu'Anne Hidalgo ait demandé de pouvoir relever la taxe de séjour dans les hôtels est de ce point de vue logique, puisqu'une telle hausse toucherait principalement le tourisme, très large usager des services de la municipalité.

 De tels calculs n'exonèrent pas l'actuelle majorité de chercher à faire des économies sur certains postes (particulièrement les coûteux et incessants réaménagements de voirie, ou encore les dépenses de personnel).

Néanmoins, je trouve excessive la réaction de mes amis du MoDem et de l'UDI au sein du Conseil de Paris. Pourquoi se réjouir du "camouflet" infligé à Anne Hidalgo par le gouvernement ? Pour ma part, je ne trouvais pas l'idée si mauvaise, le fond du sujet étant surtout affaire d'une modulation raisonnée de cette hausse (8 euros par jour, je trouve en effet que cela fait beaucoup).

Bien sûr, c'est la gauche qui a été élue à Paris, c'est à elle de trouver des solutions, mais il doit être entendu que personne n'a intérêt au naufrage financier de la ville.

 

11:51 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : hidalgo, budget, paris | |  Facebook | | | |

mercredi, 23 juillet 2014

Les premiers pas d'Anne Hidalgo

Je ne me suis plus exprimé sur la vie politique et municipale parisienne depuis l'élection d'Anne Hidalgo, même si parfois cela m'a démangé.

Je ne sais pas trop quoi penser de son action dans l'immédiat. Le fait est que je ne la vois pas parvenir à tenir une de ses promesses, celle de ne pas augmenter les impôts. Comme cela avait été dit, Paris a un trou de 400 millions d'euros dans ses comptes (merci Delanoë !) et il va falloir le combler. Le plus fâcheux, c'est que l'effort ne devra pas être conjoncturel mais structurel, car, à l'heure actuelle, Paris dépense plus qu'elle ne "gagne". Ceci explique d'ailleurs pourquoi Anne Hidalgo était très favorable à la taxe de séjour, qui lui aurait éviter de taxer ses administrés.

Je pense que c'est quelqu'un de très prudent. Beaucoup plus que Delanoë.

Le problème, c'est que Paris est engagé dans des projets pharaoniques dont les coûts explosent et qu'il n'est sans doute pas possible de solder du jour au lendemain. Je pense bien sûr au projet des Halles : le montant estimé à l'heure actuelle (mais je parie qu'il grimpera encore) est désormais de un milliards d'euros, financé aux deux tiers par la commune.

La municipalité est toujours décidée  saccager les Serres d'Auteuil, sans considérer le projet alternatif de couverture de l'A13 en faveur duquel Boulogne, la commune voisine, s'est prononcée. Les Parisiens qui se sentent concernés par la sauvegarde des Serres peuvent toutefois envoyer un courrier jusqu'au 25 juillet puisqu'il y a une enquête publique sur le sujet.

Il y a tout de même quelques initiatives heureuses : par exemple, l'appel à la coopération des Parisiens pour végétaliser la ville. J'ai bien sûr toujours été favorable à cette idée, présente dans le programme de Marielle de Sarnez, en juillet dernier, et je juge astucieux de s'en remettre à l'intelligence collective parisienne pour trouver des emplacements. 

Autre satisfecit, je l'ai trouvée raisonnable sur une éventuelle candidature de Paris pour organiser des JO. C'est non, et tant mieux, nous avons d'autres priorités.

Cela dit, je ne suis pas devenu un supporter d'Anne Hidalgo, loin de là : la gauche vient d'embaucher en quelques mois 14 000 nouveaux fonctionnaires alors que les finances de la ville se portent mal. Est-ce le moment, et, au fait, à quoi vont servir ces agents ? Et pendant ce temps, le coût du stationnement va doubler, de même que celui des PV. Je pourrais à la rigueur comprendre la hausse du stationnement résidentiel, peu élevé à l'heure actuelle, mais le reste...

18:22 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hidalgo | |  Facebook | | | |

vendredi, 28 mars 2014

L'alliance UMP-Modem a plutôt bien fonctionné à Paris

J'ai regardé les scores de premier tour de l'élection municipale de 2008 à Paris. L'UMP faisait alors près de 28% au premier tour et le Modem un peu plus de 9%. On obtient 37% en additionnant les deux scores. Or, si l'on considère les résultats obtenus en 2014 par NKM avec près de 36% des voix, on s'y retrouve presqu'à 100%. 

Évidemment, les transferts de voix ne sont pas aussi limpides, mais je pense que cela a été une alliance gagnante d'autant qu'entre temps le FN est passé de 3 à 6%, surplus qu'il a probablement grignoté à l'UMP pour l'essentiel.

Dans le même temps, le PS et ses alliés ont perdu avec 41.6 contre 34.4 quand même 7 points. C'est beaucoup.

Attendons l'issue du deuxième tour, maintenant.

14:47 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : municipales 2014, nkm | |  Facebook | | | |

dimanche, 23 mars 2014

Paris 15ème, pourquoi je n'ai pas voté (mais je le ferai au second tour)

Je fais partie des abstentionnistes de ce premier tour des municipales 2014. Pour tous ceux qui connaissent mon engagement politique, je présume que cela doit surprendre.

Pour être tout de suite clair, le MoDem n'est nullement comptable de cette décision. Bien au contraire, c'est sa présence sur la liste de Philippe Goujon dans le 15ème arrondissement de Paris qui me fera finalement voter au second tour.

A la base, je n'ai déjà pas beaucoup d'estime pour l'UMP parisienne en raison de son incapacité à offrir une alternative crédible à la gauche bobo d'Anne Hidalgo. L'UMP ne fout rien depuis 10 ans alors qu'elle a les moyens de réfléchir. Paresse intellectuelle ?

J'avais salué la venue de NKM (et je la salue encore) parce qu'elle a injecté du sang neuf dans cette droite vieillissante.

Bon gré mal gré, je m'étais résolu à apporter ma voix à Goujon dans le 15ème pour trois raisons

a) Yann (Wehrling), Maud et Élisabeth, trois militants du MoDem que j'aime beaucoup figurent sur sa liste

b) il y a une alliance entre le MoDem et l'UMP à Paris

c) Goujon est réputé filloniste, une ligne à peu près acceptable pour moi à l'UMP

Mais finalement, je me suis abstenu. Je ne prétends pas à l'exemplarité, chacun a ses raisons, et ce peut être des détails aux yeux des autres qui finissent par faire que l'on s'abstient.

J'ai simplement appris hier soir que Géraldine Poirault-Gauvin, une dissidente UMP, s'était fait crever les pneus de son automobile familiale le soir de sa déclaration de candidature. Il était arrivé la même chose en 2008 à un dissident de la même famille politique. Je n'en accuse pas directement Goujon, mais, quand on a un leadership, on a la devoir moral de l'exercer et d'anticiper en avertissant ses troupes qu'on veut une campagne sans taches. C'est peut-être, sans doute, même, l'acte isolé d'un militant trop zélé. Mais c'est l'acte de trop pour moi d'autant que je n'ai entendu aucune réaction de M.Goujon à ces faits. Je n'ai pas de sympathie particulière pour Géraldine Poirault-Gauvin. Bien loin de là : c'est un soutien de J-F Copé, c'est à dire un courant politique de l'UMP auquel je suis particulièrement hostile. Mais Géraldine Poirault-Gauvin s'est présentée en femme libre et seule. Je juge insupportable un acte d'intimidation envers une femme et plus généralement un opposant politique. S'en prendre à une automobile familiale, c'est d'une certaine manière menacer aussi sa famille. On n'est pas chez les oligarques mafieux russes dans le 15ème arrondissement. Je ne saurais en aucun cas encourager quiconque avalise ou laisse passer de tels agissements. Voilà comment Goujon a perdu ma voix et s'il a connaissance de ce billet, je lui conseille d'y réfléchir.

J'irai malgré tout voter au second tour.

 La gauche parisienne me hérisse. Je vomis l'alliance des bobos trop aisés et des minorités hyper-assistées qui la constitue. Tout leur projet municipal me débecte depuis 2001. Pourrir la vie des Franciliens, vider Paris des classes moyennes, construire des bureaux ou des centres commerciaux et des logements sociaux (en envoyant entre autres des familles à problèmes ou des délinquants dedans dans le 15ème, par exemple, et j'ai des faits). Tout prévoir pour la fête et les nantis (qui doivent être trop riches puisque cela leur semble égal de payer toujours plus tant en impôts locaux que nationaux). Mais en fait de nantis, la gauche installe aussi ses affidés, fonctionnaires municipaux et minorités. Le tout forme un magma dont les privilèges aspirent les impôts des Parisiens qui travaillent, notamment dans les arrondissements de droite. En somme, les gens de droite paient et la gauche dépense en réjouissances de toutes sortes cet argent pour s'assurer les votes de sa clientèle.

Hidalgo est le nouveau chef d'orchestre de cette gauche-là. Je ne puis rater l'occasion de voter contre elle. Et puis il y a mes amis du MoDem sur la liste d'en face, et j'ai envie qu'ils intègrent au mieux le conseil municipal.

 

21:59 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : goujon, 15ème, municipales, 2014 | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 mars 2014

Roland Garros versus Serres d'Auteuil, la suite

Il s'est rendu le 20 février dernier un jugement qui a hélas été hostile aux associations de défense des Serres d'Auteuil dans leur long combat contre la FFT et la mairie de Paris, qui n'ont de cesse de détruire des joyaux végétaux et architecturaux pour 15 jours de tournoi de tennis par an.

J'ai jusqu'ici pleinement adhéré aux vues des auteurs de la pétition citoyenne "Sauvons les Serres d'Auteuil". Je tiens toutefois à corriger une affirmation. L'auteur annonce que seuls les élus verts se sont opposés depuis le début au projet de destruction des Serres. C'est vrai que les Verts n'ont jamais rien lâché. Mais ils ne sont pas les seuls. David Alphand dans le 16ème arrondissement s'est également montré un adversaire résolu de l'extension des courts de tennis sur le domaine des Serres. Je dois également citer Laurence Dreyfuss qui n'a pas fait montre de moins d'énergie pour tenter de sauver ce qui peut l'être encore. Les deux élus ont même soumis au vote du conseil de Paris en 2011 un voeu exigeant que les modifications de PLU ne s'appliquent aux cours existant déjà. Prudents, les deux élus du 16ème s'étaient abstenus lors du vote de maintien du tournoi de Roland Garros à Paris, se défiant des "cadeaux" quand ils viennent de la municipalité.

Seul l'élu MoDem, Jean-François Martins, outre les Verts et les élus sus-nommés s'était clairement opposé au projet initial dès le début. L'inconvénient, du côté du MoDem, c'est que l'élue locale du 16ème n'avait pas exprimé le même avis lors du vote d'arrondissement. Et puis, entre-temps, Jean-François a rejoint Anne Hidalgo. Même si je ne doute pas qu'il demeure constant dans son refus, voter pour ses co-listiers reviendra à adouber la majorité actuelle avec tous ses projets.

Les autres centristes et l'UMP avaient approuvés à 100% le projet socialiste. 

Si l'on considère les projets du même acabit (Jean Bouin, Foch tout récemment, le parc Sainte-Perrine) on comprend que dans le 16ème arrondissement de Paris, il n'y a que deux options quand on veut s'opposer au saccage général :

- soit on est viscéralement à gauche, et le vote vert est dans ses conditions tout indiqué. Les Verts finiront peut-être par réduire à néant toute mobilité individuelle dans la capitale, en raison de leurs positions ayatollesques sur la circulation, mais, au moins, ils laisseraient Paris intact et embelli s'ils avaient le pouvoir. A comparer avec les projets de bureaux, de centres commerciaux et de destructions diverses du patrimoine par les Socialistes.

- si l'on a le coeur à droite, en revanche, pas d'autres options que David Alpahd et Laurence Dreyfuss. Goasguen a largement trahi les habitants du 16ème et plus généralement les Parisiens. Et il l'a fait avec une duplicité qui passe en audace et en absence de scrupules les bornes de l'acceptable. Tandis que d'une main, il glissait dans l'urne un vote favorable à l'extension, de l'autre, il brandissait une pancarte appelant à manifester contre elle ! Quelle malhonnêteté !

Dans les autres arrondissements, malheureusement, il ne reste que les Verts et, je dois le relever, Jean-François Legaret, le maire du 1er arrondissement (lui aussi s'est opposé au projet). Les Serres ne peuvent être à elles seules l'unique critère d'un vote aussi large que celui d'une élection municipale, mais, j'observe que les Verts se sont toujours opposés aux divers projets de saccage des espaces verts et des monuments orchestrés par Bertrand Delanoë. 

Il faut toutefois relativiser cette affirmation : cela ne les empêche pas de devenir des adjoints de Delanoë ni de s'allier ensuite avec les Socialistes au second tour. Ambiguïté qui jette le trouble sur la persistance de leurs choix. A comparer avec David Alphand qui est toujours allé jusqu'au bout de ses engagements. On peut aussi espérer que les candidats MoDem de sensibilité verte, comme Yann Werhling dans le 15ème, s'il est élu, auront à coeur de s'opposer résolument à de tels choix.

Il y a tout de même encore un point qui me chagrine, dans cette histoire : en 2011, le Ministère de l'écologie avait donné un accord de principe au projet, or, la ministre de l'époque était une certaine NKM...

 EDIT : dans le 10ème arrondissement, Serge Federbusch, qui représente la liste Paris Libéré et qui tient le blogue Delanopolis, m'informe qu'il s'est opposé au projet d'extension des Serres d'Auteuil de toutes ses forces, et depuis le début. Bon à savoir...

 

00:13 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : serres d'auteuil | |  Facebook | | | |

mercredi, 19 février 2014

Et un ennui mortel gagna les municipales...

Je ne sais pas ce que vous en pensez, vous, mais moi, je m'ennuie à mourir à la veille de la prochaine élection municipale.

Est-ce que les militants des réseaux sociaux se rendent compte que leurs échanges sont factices et inintéressants au possible ?

Ça me fatigue les slogans. Les promesses à tire-larigot aussi.

J'ai juste envie qu'on me propose des choses simples. 

Par exemple :

- ouvrir davantage les équipement sportifs et plus tard.

- cesser d'entraver la circulation automobile en resserrant partout les voies, créant des limitations de vitesse et des sens interdits. Les transports en commun ne sont généralement pas capables de rivaliser avec les automobiles, en confort et en temps. Il faut en prendre acte. En revanche, je suis preneur de toutes les solutions qui favorisent l'usage de véhicules propres à condition de laisser aux automobilistes parisiens le temps de s'adapter.

- améliorer la sécurité dans les transports et les rues de Paris

- gérer différemment le logement social en virant les délinquants et les indélicats de manière à ce que sa seule mention n'inquiète désormais plus ceux qui devront vivre à côté.

- Stabiliser ou même diminuer les impôts locaux

- en finir avec les grands travaux incessants : Paris est un chantier permanent. On ne peut jamais s'y déplacer normalement.

- instaurer que les directeurs d'école recrutent leurs surveillants au lieu de se les voir imposer, et qu'ils aient également autorité sur les cantines. 

- multiplier les modes de garde de manière à ce que les familles disposent de plus de solutions pour faire garder leurs enfants en bas âge.

- ne pas torpiller le secteur associatif (spécialité de l'actuelle majorité) en municipalisant à tour de bras les services qu'il peut rendre. Lui faciliter l'existence sans pour autant verser dans le clientélisme (éviter les subventions à tout va, notamment...) 

J'aimerais que toutes ces mesures soient chiffrées de manière à ce que l'on en évalue le coût. En fait, j'aimerais même que cela soit la méthodologie utilisée par les candidats : qu'ils repartent de l'actuel budget de Paris, précisent ce qu'ils gardent et ce qu'ils enlèvent et comment ils entendent financer leurs mesures. Et quand ils affirment vouloir aider le secteur de la culture ou celui des entreprises, j'aimerais aussi qu'ils précisent très exactement ce qu'ils ont en tête. Que l'on puisse juger sur pièces. Faute de quoi ce sont des affirmations générales et sans crédibilité. De ce fait, quand quelqu'un promet n'importe quoi, je tends à penser qu'il cache des choses. C'est souvent le cas, et je ne doute pas qu'un certain nombre de citoyens fasse le même raisonnement que moi.

17:44 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : municipales2014 | |  Facebook | | | |

lundi, 17 février 2014

Consolation : une femme sera maire de Paris

Je me suis un peu lassé du suivi des municipales. Bien sûr, je continue à relever les choses qui me paraissent énormes. 

Il y a tout de même un acquis qui restera de l'élection, que NKM ou Hidalgo passe, une femme sera élue. Pour une fois, d'ailleurs, ce sont des femmes qui auront été au coeur d'une élection majeure. NKM, Anne Hidalgo, Marielle de Sarnez, Danielle Simonnet auront été les actrices principales du scénario.

Il y a certes Najowski, le candidat des verts, mais il fait exception. Je ne compte pas ce vieux grigou de Saint-Just pour le FN qui se trouve pauvre avec 100 000 euros de revenus par an.

Si on compte que Marseille, Paris, Lyon et Lille sont les quatre plus grosses villes de France, la parité sera atteinte. Aubry pour Lille, NKM ou Anne Hidalgo pour Paris.

Ça me va.

 

16:46 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : femmes | |  Facebook | | | |

samedi, 15 février 2014

Objectif zéro SDF, un mensonge de plus.

Plus un candidat fait de promesses et assure à ses futures ouailles un monde merveilleux, moins elles ont de crédibilité.

Je vois mal comment Paris pourrait trouver 15 000 places pour les SDF qui résident dans la ville alors même que les gens modestes et les classes moyennes doivent quitter la ville.

Les candidats, dans la mesure de leur possibilité, feraient mieux de se concentrer sur le retour à l'emploi de ces SDF et sur le logement d'urgence, le temps de la réinsertion.

Anne Hidalgo a rappelé qu'elle voulait construire 30 000 logements sociaux. Cela signifie-t-il qu'elle compte y loger des SDF puisqu'elle associe cette mesure avec sa nouvelle promesse ?

Je jugerais cela parfaitement injuste pour tous ceux qui attendent depuis très longtemps d'y trouver une place, à commencer par les parents isolés qui élèvent seuls un ou plusieurs enfants.

De toutes façons, tous les candidats peuvent toujours prêter tous les serments du monde, jurer sur le Styx ou leurs grands dieux que cette fois ils vont trouver des solutions : ils ne risquent pas d'en subir le contrecoup. Les SDF ne votent pas et, puis, il faudrait le rappeler, plus de la moitié d'entre eux sont des étrangers en situation irrégulière (52% selon les chiffres de l'APUR). Une part significative comporte également des toxicomanes. Si je reçois que les toxicomanes et les étrangers en situation irrégulière puissent bénéficier de structures particulières ou de logement d'urgence, ce serait en revanche inacceptable qu'ils prennent la place de simples Parisiens sur liste d'attente, et, pour les premiers, apportent des nuisances dans le logement social. 

Cela me frappe que 16% des SDF ont un emploi : autrement dit, ce sont des travailleurs pauvres qui ne trouvent pas à se loger en raison de l'envolée des prix franciliens et de l'augmentation du coût de la vie. 

Avant de faire des promesses, mieux vaudrait déjà améliorer l'existant : la sécurité dans les centres d'accueil, par exemple. La moitié des SDF sont morts de trouille à l'idée de s'y rendre parce qu'on leur vole là-bas tous leurs maigres biens et parfois, ils sont mêmes battus (par d'autres SDF). 

Une première mesure, pas très coûteuse, serait déjà d'installer la plus grande quantité possible de casiers sécurisés disposant d'un mécanisme à code ; au moins autant qu'il y a de places. Ensuite, investir dans la présence de vigiles et jeter dehors les fauteurs de trouble. Tant pis pour eux. Les autres ont le droit de pouvoir passer une nuit tranquille.

Une deuxième mesure non moins utile serait qu'il y ait un vrai standard au 115. Ça me fait grincer des dents d'entendre un "yaka appeler le 115". Vous avez essayé déjà de joindre le 115, vous ? Bon courage...En recrutant quelques agents de plus, on fluidifierait nettement les communications. Avec un système informatisé de gestion des places relié à tous les hébergements d'urgence et les foyers d'accueil, on aurait enfin une bonne visibilité de leur disponibilité.

Évidemment, ça en jette moins que de promettre monts et merveilles. 

09:29 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : sdf, logement | |  Facebook | | | |