Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 05 juin 2016

François Bayrou, la gestion intelligente d'une ville.

Quand je compare la gestion d'Anne Hidalgo à Paris et celle de François Bayrou à Pau, je suis vert de jalousie en considérant les Palois. D'un côté, on a une édile qui maquille la réalité des comptes municipaux par des tours de passe-passe, de l'autre un maire respectueux des deniers publics qui s'attache à réduire les dépenses et parvient, en période de crise et de baisse des dotations à diminuer les impôts locaux.

Comment s'y prend-il ? Eh bien c'est très simple : il ne verse pas dans les vertiges de la folie des grandeurs et ne considère pas l'emprunt et l'argent des contribuables comme un panier percé dans lequel il suffirait de plonger les mains pour le jeter avec prodigalité.

Sa méthode est simple et François Bayrou l'expose sur sa page facebook : plutôt que de dépenser des centaines de millions dans des projets fous et coûteux, il réhabilite l'existant. Cette manière de faire est bien moins dépensière, plus efficace, plus respectueuse de nos ressources. C'est une forme de recyclage adapté à la gestion de la ville.

Gérer au mieux l’existant en rénovant et en donnant des destinations nouvelles à nos bâtiments.

Pendant ce temps, Anne Hidalgo prévoit toujours plus de projets pharaoniques, avec son lot de nuisances, d'encombrements, de dépenses en tout genre, ce qui fait que Paris n'est qu'un vaste chantier depuis que les Socialistes y ont pris le pouvoir. Il n'y a pas un trottoir sur lequel j'ai pu marcher plus de quelques mois consécutifs dans la capitale.

Les bobos sont contents, mais la réalité, c'est que cette ville devient invivable, que la sécurité s'y dégrade, et que lorsque ce n'est pas encore suffisant, Anne Hidalgo et ses alliés bien-pensants l'y importent. Une ville plus chère, plus sale, moins bien fréquentée, encombrée, et vidée de ses classes moyennes au bénéfice de la clientèle électorale socialiste : d'un côté les minorités d'origine immigrée, de l'autre les bobos aisés. Les Socialistes savent bien que les ouvriers et la classe moyenne ne votent plus pour eux depuis longtemps. Ils font donc en sorte de les écarter des villes qu'ils dirigent. Qu'on compare la sociologie de Pau et celle de Paris, et on comprendra qu'il y a dans la capitale du Béarn un édile qui n'a pas peur du peuple, et dans la ville préférée de l'intelligentsia une majorité qui ne pense qu'à sa réélection et hypothèque l'avenir avec des projets faits pour la fête mais pas pour ceux qui travaillent.

Anne Hidalgo, comme François Bayrou, vient d'une famille modeste, mais elle a oublié ses origines et aspire aux ors de la République. Ce n'est pas son ridicule Civic Hall qui n'a de civique et de démocratique que les belles paroles qu'elle lance en l'air, qui redorera son blason.

En attendant un improbable renouveau du côté de Lutèce, je suis bien tenté d'émigrer en terre paloise, pour ma part...

16:57 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bayrou, hidalgo, pau, paris |  Facebook | | |

samedi, 26 décembre 2015

Hidalgo et Brossat ouvrent la porte à la délinquance.

L'alliance bobo-coco, rien de pire à Paris. Les premiers soulagent leur mauvaise conscience à coups de logements dits sociaux pour les délinquants, les seconds se vengent de leur impuissance en faisant tout pour les implanter là où il y a du bourgeois.

Une fois encore, Brossat et Hidalgo montrent leur absence d'intérêt pour les classes moyennes et les Parisiens en difficulté. Leur dernière idée est de construire des centres d'accueil pour migrants sans-papiers (une sacrée prime à l'illégalité en somme) et SDF en plein Bois de Boulogne. 

Partout où les Socialistes ont créé des logements sociaux ils ont amené de la délinquance. Le laxisme et la mauvaise conscience qui sont consubstantiels à leur idéologie, le refus d'admettre le primat de la responsabilité individuelle, les conduisent à offrir aux trafiquants et aux agresseurs de toutes sortes une prime à leur délinquance.

C'est en tout cas ce qu'il s'est passé systématiquement dès que Delanoë puis Hidalgo et leur majorité ont construit des logements sociaux.

Dans le principe, je ne suis pas contre leur construction, mais dans les faits, j'y suis hostile sans révision radicale des critères d'attribution. Ce sont ceux-là que les Socialistes ne veulent pas toucher. Ils n'y considèrent que la situation sociale et jamais le comportement des individus pressentis.

Anne Hidalgo avait annoncé en janvier 2014 la mise en place d'un système de scoring. J'avais eu accès au pré-pojet et bien vu que tout cela était tout sauf transparent et surtout, fleurait bon l'artifice.

L'opposition avait eu la bêtise de soutenir ce projet complètement creux au mois d'août qui avait suivi.

La majorité socialiste dépense à chaque fois des millions d'euros de frais de procédure de toutes sortes car les riverains ne se laissent évidemment pas faire. Et pendant ce temps, les gens modestes et tranquilles peinent et doivent se débrouiller.

On pourrait imaginer un centre d'accueil dans le 16ème, pour des filières de Chrétiens d'Orient, par exemple, car ils sont persécutés en raison de leurs convictions religieuses. Cela doit être le cas de quelques autres minorités beaucoup moins connues. Mais ce n'est évidemment pas ce que veut faire la gauche parisienne bobo dont l'objectif prioritaire est d'empoisonner l'existence des arrondissements qui votent à droite et d'y importer sa clientèle électorale.

mercredi, 23 décembre 2015

Grand Paris : Valérie Pécresse a bien raison

J'apprécie le bon sens de la première grande prise de position de Valérie Pécresse. Le Grand Paris m'inspire le plus grand scepticisme depuis un moment. J'y vois un nouvel avatar de la centralisation, une énième déclinaison du Big is beautiful qui fait tant de mal à nos modèles sociétaux et économiques.

La question que je me pose ? Combien de temps Valérie Pécresse va maintenir cette position ? Je n'ai pas le sentiment que la droite la partage, et à vrai dire, dans mon propre camp, le centre, le MoDem, je sais qu'on est favorable (à tort à mon avis) au Grand Paris. J'y vois depuis un moment le moyen de marcher sur la tête des maires de la petite couronne et plus, et ces derniers, pas fous, l'ont dans l'ensemble bien compris.

00:35 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pécresse, grand paris |  Facebook | | |

mardi, 15 décembre 2015

Philippine, génération montante du MoDem

Philippine LaniessePhilippine, je la connais. Nous nous sommes rencontrés à l'occasion d'une réunion chez Béatrice, une élue MoDem, il y a quelques années. Philippine illustre de façon positive l'esprit du militantisme tel que je le conçois pas tel que je l'ai dénoncé dans mon précédent billet.

Philippine n'est pas quelqu'un qui hurle, tempête, exige, réclame son dû. Ce n'est pas non plus quelqu'un qui veut faire table rase du passé, véhicule des idéaux grandioses et parle sans discontinuer des valeurs  du centre ou même des siennes.

Philippine a la tête sur les épaules. C'est une jeune femme modeste, qui accepte de participer à une édification commune, même si ce ne sont pas ses idées que l'on met en avant d'abord, même si ce n'est pas elle que l'on promeut. 

Philippine n'a pas de problème d'ego. Elle ne soumet pas à un chantage incessant ses co-listiers ni les principaux responsables politiques de son parti à l'aune de ses analyses personnelles et accepte les compromis. Elle ne juge pas non plus ceux qu'elle affronte ou au contraire avec lesquels elle s'allie sur des étiquettes mais simplement sur ce qu'ils disent et font ou ont fait. Droitier, gauchiste, sarkozyste, autant d'épithètes véhéments qui lui indiffèrent.

Philippine est sûre de son éthique personnelle : elle n'a pas besoin de se réclamer de ses valeurs à tout bout de champ ni d'en parler sans cesse parce qu'elles fondent son engagement et que son action politique est simplement leur expression.

En plus d'être intelligente, Philippine est une jolie jeune femme, ce qui ne gâche rien. Mais ce n'est pas pour cela qu'elle m'a convaincu de ré-adhérer au MoDem cette année. En fait, on n'a même pas parlé ensemble, ou, tout du moins, pas de ré-adhésion. 

Philippine m'a convaincu simplement par son action et ses préoccupations. Pas de posture politicienne quand elle s'exprime, de l'intérêt et du pragmatisme notamment sur le thème de l'emploi et de l'alternance, pour lesquels elle a des idées à proposer et à mettre en application. Elle a, à cet effet, bien en tête la possible déclinaison francilienne du Made in France en lequel je fonde tant d'espoirs, à l'instar de Bayrou.

J'ai de la chance, Philippine Laniesse est une nouvelle élue au conseil régional d'île de France, puisqu'elle figurait en bonne position sur la liste de Valérie Pécresse (je rappelle que le MoDem a fait alliance avec la candidate de la droite). Je vais donc pouvoir l'interpeller, lui proposer le fruit de mes propres réflexions, et j'ai bon espoir de pouvoir l'inviter à répondre à quelques questions ici, sur ce blog, sur le devenir de l'île de France au fil des mois qui vont passer.

lundi, 28 septembre 2015

Propositions libérale et socialiste, pas d'aide aux femmes harcelées !

J'aime bien le Parisien Libéral et apprécie souvent ses analyses. Mais pas la dernière. Si je lui concède bien volontiers que le plan de Bartolone contre le harcèlement dont sont victimes les femmes en île de France est de la poudre aux yeux, ce que lui il suggère n'est pas mieux. J'ai ouvert des yeux ronds en lisant l'article. Mon ami libéral propose aux femmes de se démerder toutes seules (il leur conseille de prendre des cours de krav-maga). Idée brillantissime qui vaut bien les campagnes de sensibilisation socialiste...

Bref, laxisme à tous les étages.

Je n'ai pas suffisamment de chiffres pour estimer s'il faut ou non recruter des agents de sécurité, mais le fait est qu'il faut au moins en placer là où les femmes sont le plus en insécurité dans les transports et dans les rues et taper fort pénalement, ce que notre justice laxiste se refuse à faire depuis fort longtemps.

Bartolone ferait mieux de s'occuper que les forces de sécurité puissent continuer à emprunter les transports gratuitement, ce qui me paraît bien le moins puisque leur code de déontologie prévoit que leur mission de protection se poursuit, même en dehors de leurs heures de travail.

09:46 Publié dans Paris, Société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : sécurité, police, femmes |  Facebook | | |

vendredi, 18 septembre 2015

Budget participatif : je me méfie de la Mairie de Paris, même quand elle fait des dons.

Les amateurs de mythologie et de littérature ont de bonnes chances de connaître l'histoire fameuse du Cheval de Troie. C'est par le biais de cette immense statue sur roulette que les Grecs, cachés dans le vendre de la bête, purent entrer dans Troie à l'insu de ses défenseurs.

Énée, le héros de l'Énéïde rapporte toutefois les paroles d'un prêtre d'Apollon qui se serait opposé à l'introduction du piège dans la cité, elles sont rentrées dans la légende : Timeo Danaos et dona ferentes (je crains les Grecs, même quand ils font des dons).

J'invite donc les Parisiens à la plus grande prudence quand ils vont voter les propositions du fameux budget participatif d'Anne Hidalgo. L'opération peut se dérouler aussi bien sur internet qu'en mairie d'arrondissement. Contrairement à Sophie Coignard, je ne considère pas l'innovation de la maire de Paris comme le degré zéro de la politique. En revanche, il faut considérer le nombre de votants après coup pour pouvoir assurer que les Parisiens se sont exprimés. 

 Mais surtout, au moment de voter, il faut considérer avec attention les implications du projet. Je prends quelques exemples.

Un projet propose de rendre les Champs-Élysées végétalisé et praticable pour les piétons et les cyclistes. Cette avenue est déjà très large : que faut-il entendre alors ? Ne serait-ce pas l'air de rien une réduction des voies de circulation avec des travaux cauchemardesques pendant plusieurs années ?

Je vois qu'il est question de "réaménager la place Victor Hugo" : Horresco referens ! L'avenue du même nom qui y mène est constamment encombrée. C'est un cauchemar d'y circuler. Ajoutez-y un chantier et cela va être l'Enfer. Et pour longtemps ! 

Donner plus de place aux piétons place Vendôme ? Tout d'abord, il y en a déjà beaucoup, difficile de faire mieux sauf à y interdire toute circulation, mais surtout, il suffirait d'en dégager une bonne fois pour toutes les cabines de chantier qui en occupent régulièrement l'espace ! 

Paris est un chantier incessant et ce caractère-là ajoute à la fatigue et à l'essoufflement que la ville génère. Ce sont sans cesse des obstacles et des contraintes de toutes sortes sur les voies de circulation et sur les trottoirs. 

Passez-moi l'expression mais ce que je vois poindre dans beaucoup de ces projets, c'est surtout beaucoup d'emmerdements (il y en a, évidemment et heureusement, quelques uns qui sont pertinents).

mardi, 01 septembre 2015

Verbaliser et réprimer la saleté à Paris ? Chiche ?

J'ai bien pris acte de l'entretien que Mao Peninou, adjoint d'Anne Hidalogo, la maire de Paris, a accordé au Point. A la question de savoir comment on change le comportement de ceux qui salissent les sols de Paris, il a répondu texto «On informe et on sensibilise, on réprime». Hallelujah. Il a prononcé le mot "réprimer". Je me suis échiné à le dire ici : il y a un filon d'or pour les finances de Paris. Les amendes aux gorets qui laissent traîner canettes et papiers gras et de ceux qui étalent sur les trottoirs les merdasses de leurs cabots. Et je ne parle pas de ceux qui viennent te fumer au nez juste devant le panneau interdiction de fumer. Alors ceux-là, qu'ils soient à l'amende, ça ne me fait pas pleurer. Il ne reste plus qu'à passer des déclarations aux actes, maintenant.

17:48 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : saleté |  Facebook | | |

mercredi, 22 juillet 2015

Plus de dames-pipi dans le Paris tout beau d'Hidalgo et 2theloo

Il y a eu un «Paris d'avant». C'était celui qui existait avant le Paris bobo tout beau de Bertrand Delanoë puis d'Anne Hidalgo.

Comme rien n'est trop beau pour la fête et le touriste, j'imagine que la dame-pipi de notre enfance fait tache après des dizaines d'années de loyaux services.

La Mairie de Paris a donc décidé il y a quelques temps de confier la gestion des toilettes publiques à un prestataire grand luxe spécialisé dans les toilettes design propres sur elles et implantées dans les hauts lieux de tourisme.

Une société hollandaise qui n'en a rien à f... du droit français a décroché le jambonneau du mât de misaine et la voilà à congédier sans tambours ni trompettes les dames-pipi qui étaient dans la place depuis trente ans.

Avec une belle hypocrisie, la Mairie de Paris fait semblant de s'étonner alors même qu'on sait que cette société procède ainsi puisqu'elle a agi de même avec les toilettes de la SNCF qui l'avait pressenti pour un service similaire.

Je vomis cette municipalité de la gauche caviar hypocrite qui lâche en rase-campagne à peu près toujours les mêmes : ceux qui bossent et sont modestes. Les autres, soit elle les assiste, soit elle leur déroule force tapis rouges à coups de velib, d'extension de Roland Garros, de Paris-plages et de Jeux olympiques.

Je n'ai plus tellement envie d'écrire sur mon blogue depuis un moment tant la politique devient ennuyeuse, mais tout de même, la bien-pensance insupportable de la gauche parisienne me contraindra toujours à réagir à intervalles réguliers.

Notez que j'attaque la gauche, mais j'ai de sérieux doutes sur la droite locale. J'ai bien noté qu'elle a bêtement approuvé la candidature parisienne aux jeux olympiques et je la soupçonne de partager les rêves de grandeur et de boboïtude de l'actuelle maire de Paris et de ses amis.

16:30 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : dame-pipi, 2theloo |  Facebook | | |

mercredi, 24 juin 2015

Tour Triangle, mi-figue, mi-raisin

Les élus UDI du Conseil de Paris ont été un peu vite en besogne en affirmant que le centre soutiendrait la construction de la Tour Triangle chère à Anne Hidalgo. Pour commencer, ils oublient qu'ils ne sont pas les seuls centristes élus et qu'à ma connaissance, le MoDem parisien s'est résolument prononcé contre par la voix de Yann Werhling.

Même si je me suis opposé assez souvent à ce projet, en réalité, j'oscille beaucoup. Je ne parviens pas à trouver le projet architectural laid. C'est le reste, en fait, qui me laisse dubitatif. C'est la méthode socialiste, qui m'irrite. Unibail annonce une performance énergétique pour sa tour que je soupçonne d'être énergétivore au possible avec toute la climatisation dont elle aura besoin. J'admettrai d'être convaincu par une expertise impartiale, mais pas celle d'Unibail, évidemment, et pas davantage celle de la Mairie de Paris dont les méthodes ne m'inspirent pas confiance.

Cela dit, créer un quartier d'affaires dans la zone avec un édifice au design inhabituel, ce n'est pas forcément idiot. Il y a le Parc des Expositions juste en-dessous, l'hyper-connectée Issy-les-Moulineaux juste en face, il y a donc un potentiel. 

Les arguments mensongers, en revanche, c'est d'affirmer que les habitants du 15ème vont en profiter. Je n'en crois rien. Les moyens de communication vont être saturés et la tour triangle ne résoudra en rien les problèmes de coût du loyer dans l'arrondissement. Cela m'étonnerait, par exemple, que les familles du quartier aient une priorité sur la crèche. En réalité, elle sera à l'usage des individus aisés qui travailleront sur place. 

Le centre de santé, ça, en revanche, c'est une bonne idée. Reste à voir quels prix y seront pratiqués, mais  en effet, dans un contexte de désertification médicale de la capitale, on ne peut qu'approuver sa présence.

Le projet est séduisant, mais 75% de bureaux, c'est beaucoup. Il y a déjà 15% de bureaux vides dans la capitale. Cette proportion aurait un sens si elle était adossée à un projet de conversion des bureaux de centre-ville en logements. Je n'ai rien vu passer de tel pour l'instant à l'Hôtel de Ville.

Avec tout ça, je ne me suis pas fait une religion.

Pour être honnête, si le projet voit le jour, j'envie ceux qui auront les moyens de se payer la suite de l'hôtel qui figure à la page 8 du projet. 

 Au fond, je tends à penser que le principe est bon. Je n'aime pas trop les méthodes utilisées pour le faire passer en force, mais avec de sérieux ajustements, je pense que je tendrais à voter ce projet si j'étais un élu du Conseil de Paris. Dans les ajustements, il y a trois points qui m'ennuient :

- il est une très bonne chose que ce projet soit financé sur des fonds privés, mais une très mauvaise que le constructeur ne règle pas de taxes foncières pendant 80 ans. A qui incombera par la suite l'entretien de la tour ? Ce n'est pas très clair mais il est certain qu'avec le vieillissement des matériaux, ce sera cher.

- c'est très triste d'avoir fait disparaître la pépinière d'entreprises. Cela a certainement plus de sens que de se contenter de construire des bureaux.

- il y a beaucoup de bureaux vides à Paris. Si on leur faisait un sort pour les transformer tous en logements, je ne serais pas contre l'édification d'autres tours triangles aux différentes portes de Paris. Mais tout cela suppose un projet de fond pensé et une détermination solide. 

A la Mairie de Paris de présenter un projet convainquant sans passer par des artifices peu honorables (le vote à bulletins secrets pour espérer une trahison dans les rangs de l'opposition, par exemple).

23:53 Publié dans Economie, Paris | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : tour triangle |  Facebook | | |

jeudi, 18 juin 2015

Régionales et île de France : le jour où l'on ne me marchera plus sur la tête.

S'il y a une rancœur, une contrariété rageuse, devrais-je même dire, que j'éprouve très régulièrement, c'est bien le sentiment de se faire marcher sur les pieds quand ce n'est pas sur la tête à longueur de temps par les décideurs des différentes sphères.

Je suis avec intérêt les premiers pas du MoDem dans l'optique des prochaines régionales en raison de la personnalité de ses deux principaux têtes de file.

J'apprécie Yann Wehrling parce qu'il respecte les petites entités. Je me méfie d'une Région hypertrophiée et bureaucratique dont les décisions verticales s'appliqueraient aux Franciliens et aux collectivités locales franciliennes sans concertation ni négociation aucune. De ce point de vue, la réflexion entamée par Yann sur les smart cities m'intéresse et je l'invite vivement à la poursuivre.

Marielle de Sarnez est un peu un OVNI politique. J'ai d'ailleurs commencé par intituler ainsi ce billet et les observateurs fins constateront que c'est le nom de l'url du billet. Dans la sphère politique, c'est la seule personne que je connaisse qui n'ait pas une vision verticale de l'exercice du pouvoir de l'État envers les individus. Elle avait inventé un concept que fort peu d'acteurs économiques ou politiques partagent, celui d'un État facilitateur. En somme, l'État n'est là ni pour emmerder les gens, ni pour les assister, mais pour leur rendre la vie plus facile.

Dès qu'on construit un projet politique pour une région avec cette idée fixe en tête, je pense qu'on doit pouvoir éviter les principaux écueils et folies des grandeurs consubstantiels des mandatures de nos élus.

L'île de France doit faire face à un défi énergétique et écologique de taille. Elle ne produit que 11% de l'énergie qu'elle consomme ! Il y a donc une réflexion à entamer sur la question. Anne Hidalgo à Paris et pas mal d'autres communes d'île de France concentrent leur action "écologique" sur le matraquage des automobilistes. Ignorent-ils (ou est-ce par incompétence ?) que le secteur du bâtiment est en effet à l’origine de 60% des consommations énergétiques et de près de la moitié des gaz à effet de serre de la Région ? La rénovation énergétique des bâtiments m'apparaît dans ces conditions comme un enjeu de premier plan. Mais qui en parle ?

Il y a pourtant des enjeux à l'échelle territoriale qui me paraissent clairs :

 - repenser l’aménagement du territoire pour limiter les déplacements, ce qui ne signifie pas pour autant emmerder autant que faire se peut les automobilistes.

-  réfléchir aux opportunités de production locale d’énergie. 

- identifier les activités à maintenir ou à réintroduire sur le territoire pour favoriser les cycles courts (agriculture, traitement des déchets, …), les emplois locaux, entre autres.

- réfléchir à la conception d'éco-quartiers basse-consommation (pas comme le monstre énergivore que nous prépare Anne Hidalgo à la Porte de Versailles avec sa Tour Triangle). 

Un billet qui dit trop de choses d'un coup devient trop long. Je réserve donc mes réflexions suivantes pour un article ultérieur, mais j'en annonce déjà les thématiques : le tissu entrepreneurial parisien se caractérise par une faible proportion d'ETI (entreprises de taille intermédiaire). J'y ai réfléchi et lu pas mal de documents, et en fait, je suis arrivé à la conclusion suivante. Leur faible présence procède de la structure de la place financière parisienne. Les capitaux et les produits financiers que Paris propose, notre fiscalité, sont des handicaps pour les ETI au lieu d'être des atouts. Tout le volontarisme du monde échouera donc si on ne parvient pas à créer les conditions nécessaires pour une mutation en douceur de la finance francilienne. Je développerai ma pensée dans un prochain billet.