Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 décembre 2011

Autolib, le grand pipeau !

Delanoë a réussi une fois de plus à enfumer les médias et la population parisienne, qui décidément, ne semble demander que cela.

L'autolib ? Un coût faramineux pour un usage hors de portée de la plupart des bourses modestes. Une usine à gaz qui rend la marche à pied véloce ! Lisez donc le stress-test du Point pour vous faire une idée plus exacte de la chose. En fait, même en comptant les habituelles amendes et fourrières qui attendent l'automobiliste parisien, en coût kilométrique, l'autolib revient largement plus cher qu'une petite automobile urbaine.

Au fait, j'ai une question rigolote : on fait quoi quand il n'y a plus de place pour garer son autolib ? On va à la station suivante puis on reprend le bus ou le métro pour arriver enfin à domicile

Le Blog du Démocrate (qui vient de reprendre du service) pointe, je le crois, exactement là où ça fait mal : Delanoë, au lieu de se concentrer sur les engorgements et les saturations en a créé davantage encore à coups de couloirs inutiles et d'opérations de com. Le velib fait joli sur le papier, mais pour les promeneurs du dimanche et les touristes. Qui l'utilise vraiment pour se rendre à son lieu de travail ?

En quelques années, ce type a augmenté les impôts de 75% à Paris et génère toujours plus de nuisance. Sa politique de transport cède à la courte vue des effets de mode et ne répond à aucune des grandes problématiques auxquelles doit faire face la capitale.

Je ne parle même pas de sa politique culturelle : ce gars a vendu une partie du Jardin d'Acclimatation, saccage les Serres d'Auteuil, a tenté de pousser le Musée en Herbe à la mort lente et chasse les scolaires du stade Jean Bouin. Je ne parle même pas des Halles.

Il manque à Paris une opposition résolue à Delanoë. La droite parisienne est une chiffe molle qui sur le fond partage les options delanoïstes. Ses faux discours ne trompent personne. Les Verts ? Ils ont fait beaucoup de bruit, mais sur le fond, ils gèrent la ville avec Delanoë et s'accomodent très bien de leur alliance avec lui. 

Bref, espérons comme Mesina, du Blog du Démocrate, que les masques finiront par tomber tôt ou tard. Mais pour chasser Delanoë et toute sa troupe de clients et d'obligés, il faudra un véritable projet alternatif pour Paris. Pour l'instant, nous sommes très très très très très très très loin du compte quelle que soit la force politique que je considère dans ma bonne vieille Lutèce...

23:25 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : delanoe, autolib |  Facebook | | |

jeudi, 23 juillet 2009

Autolib, je suis sceptique...

Je suis avec intérêt le dossier autolib depuis son lancement. L'idée de la mairie de Paris est de promouvoir un système d'utilisation d'automobiles électriques sur  le modèle de Velib. J'avoue que j'ai quelques préventions par rapport à ce projet, certaines que j'ai déjà exprimées par le passé, au demeurant.

Je trouve que la dépense est très importante pour un nombre d'usagers vraisemblablement limité. Ensuite, le dispositif va supprimer encore des places dans Paris et contribuer à l'asphyxie grandissante du trafic. Enfin, si les usagers parisiens doivent se montrer aussi respectueux des autolib qu'ils le sont des velib, la facture va être salée.

J'aimerais avoir la certitude que les automobiles concernées sont vraiment écologiques, mais, pour ce que j'ai pu lire jusqu'à ce jour, les lourdes batteries électriques au lithium sont à terme une véritable catastrophe écologique si elles se généralisent.

J'enregistre en revanche avec satisfaction l'effort fait par la Mairie de Paris pour rendre un service compatible avec la proche banlieue puisque plusieurs communes de la ceinture ont été consultées et participent à l'opération.

Puisqu'on me lit à l'Hôtel de Ville, je le sais, je réitère la proposition que j'avais faite il y a un an et demi : je crois que cela ne serait pas inintéressant d'étudier la Tribryd, le véhicule mis au point par Bruno Causse, qui m'a l'air léger et peu gourmand en énergie. A 'époque, Bruni Causse proposait son véhicule pour 4000 euros/unité. 4000 tribryds, cela ferait donc 16 millions d'euros plus tout le coût de la logistique. Observons que le tribryd était proposé à 4000 euros pour une livraison unitaire. En série nul doute que le coût serait moindre.

09:28 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : autolib, paris, velib, delanoë |  Facebook | | |

lundi, 14 janvier 2008

Le Tribryd , mieux que le velib et l'autolib !

La chance m'a permis de faire la connaissance d'un de mes lecteurs, attiré par mes remarques sur la One Cats (véhicule à air comprimé) : il s'agit d'un inventeur qui a mis au point une morotisation hybride, électricité/flex-fuel exportable sur plusieurs types de plate-formes.

Scooters, mais aussi véhicules à trois roues. regardez bien le petit film qui suit : 



J'avais parlé du projet d'automobile électrique et du projet de Delanoë dans une note précédente en me félicitant de cette idée. Mais voilà, l'un de mes lecteurs, fond du bocal, a fait une objection cousu du bon sens. La municipalité socialiste et Delanoë ont déjà dégagé nombre de places de parking : avec un projet de véhicules électriques, avec de nombreuses stations, où vont se garer les Parisiens ?

448300901d195c004f1e56e98f393b8b.jpgAlors entre-temps, avec le projet de Bruno Causse, j'ai trouvé mieux. Déclinable en plusieurs versions, il est bien moins gourmand en place. 

On pourrait aisément imaginer une flotte de ce petit véhicule, facile à conduire, et peu consommateur d'énergie. Le schéma ci-contre est une version trois places. Moi, je vois très bien une petite famille s'installer là-dedans. Mais le mieux est de rendre visite à Bruno Causse sur son blog, ADS technologies.

 

 

 

En deux places, cela donne la seconde petite merveille qui se trouve ci-dessous.



Il ne reste plus au MoDem et à Marielle de Sarnez à Paris qu'à s'emparer de ce projet et à la proposer pour la capitale. Idéalement, il faudrait une petite version familiale pour bien faire les choses. L'inventeur chiffre actuellement un scooter hybride à 4 000 euros pièces pour une motorisation 125 cc3, mais il faut bien voir qu'il ne s'agit pas d'une production de série.

mardi, 08 janvier 2008

Automobiles en libre service à Paris ?

Mettre en place des automobiles en libre-service, à Paris, voilà une idée qui fait son chemin au sein de la classe politique parisienne. L'idée est d'installer des véhicules électriques dans des stations, un peu sur le même modèle que le velib parisien. Un autolib, en somme. Il existe bien un autolib à Lyon, mais le nombre de stations et de véhicules est très insuffisant.

Bertrand Delanoë songe à un projet de ce type pour 2008, et très précisément, envisage 2000 véhicules. Pas en reste, Françoise de Panafieu pense, elle, à 2500 véhicules. Les Verts y avaient pensé dès 2003, mais n'avaient finalement pas fait aboutir le projet (et ô combien c'eût été bien plus intelligent, pour faire baisser la circulation automobile plutôt que d'empoisonner l'existence des automobilistes par des méthodes coercitives et souvent injustes à tout point de vue).

L'UDF-MoDem de Marielle de Sarnez y réfléchit également depuis un moment, puisque l'idée est en discussion depuis deux ans au sein des groupes de réflexion qui ont travaillé sur le projet déplacement à Paris. On trouve d'ailleurs dans les pistes évoqués sur son blog de travail pour les municipales 2008, au chapitre transports de personne, cette idée :

- Développer les Plans de Déplacements d’Entreprises pour augmenter l’utilisation des transports en commun, le co-voiturage, les flottes de véhicules propres, etc.

C'est donc une bonne idée qui fait consensus, apparemment, au sein de la classe politique parisienne. Il ne reste plus qu'à passer de l'intention à l'action.

Outre les véhicules électriques pressentis, nous attirons aussi l'attention, ici, sur Démocratie et Hérésie économique, sur la One Cats à air comprimé de Guy Nègre et de son entreprise, MDI-Energy.Nous avons déjà eu l'occasion de parler ici de leur implantation en Inde et en Australie. Ce pourrait être une solution alternative.