Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 février 2014

Quel ennui sur les réseaux sociaux !

Je ne sais pas si c'est de ma faute ou pas, mais je suis frappé d'un ennui des plus mortels. J'ai l'impression de lire et de ressasser toujours la même chose sur twitter, un peu moins sur facebook. 

Le parcours quotidien de Google Actualités et même des blogues me lasse.

On a parfois l'impression que tout est dit et que même quand ça ne l'est pas encore, de toutes façons, cela ne sert à rien de le dire.

Comme l'écrit en fait d'incipit d'un de ses blogs Jegoun (qui devient hystérique dès qu'on le contredit ces derniers temps sur les réseaux, comme quoi, ça ne favorise pas le débat d'idées , ces poubelles de la Toile), «nous étions accoudés, là, calmement. Nous refaisions le monde. Soudain, j'ai levé un œil vers la rue ; ce monde tournait sans nous.» Il a beau être parfois parano et souvent insupportable, je l'aime bien quand même jegoun, et j'aime bien le lire. Quand il ne s'énerve pas tout seul (pour des motifs parfois mystérieux) il écrit des choses plutôt sensées. Tout ça pour dire que je me suis toujours dit à peu près la même chose que lui à propos des blogues. Ouaip, le monde tourne sans nous...

Allez, ça ira mieux cette après-midi...

11:20 Publié dans Blog, Internet | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : réseaux sociaux | |  Facebook | | | |

dimanche, 26 janvier 2014

JDD numérique : quelle m...!

A ce rythme, je vais faire simple : un abonnement numérique au JDD, c'est le journal le mieux informé des projets des candidats lors de la municipale parisienne. Au passage, au JDD ils font tout pour ne pas développer leurs éditions numériques. C'est un chemin de croix pour réunir les conditions nécessaires à la lecture de leur article. Il faut créer un compte avant d'acheter un numéro avec beaucoup trop d'informations indiscrètes demandées (âge, date de naissance, adresse) et le problème c'est qu'une fois la session ouverte, en cliquant pour acheter le numéro on se trouve envoyé de nouveau à une page d'ouverture de compte. Je ne parviens même pas à mémoriser de quelle manière j'ai accédé à la bonne page. Et Après, ce n'est pas fini : une fois l'achat fait, on apprend soudainement qu'il faut installer le logiciel PressReader. Bref, j'aurais eu le temps de faire 10 fois un aller et retour au kiosque le temps de toute cette procédure. Je ne parle de pas l'itunes store : apparemment, il y avait une procédure, mais une fois l'app téléchargée, plus rien de ne passe. Une fois sur l'édition électronique, on ne comprend pas comment l'amener sur le press reader d'autant que la page proposer de l'installer une seconde fois. Quelle système merdique et nul. A ce point-là, les concepteurs méritent des claques. En désespoir de cause, j'ai téléchargé le numéro en epub, j'ai une tablette Kobo.

J'ai donc commencé à lire le fichier epub sur mon ordinateur, et, au bout du compte, la très mauvaise surprise de ne pas trouver ce que je cherchais : les grands projets de NKM pour Paris.

Ma conclusion est que l'abonnement numérique en version JDD, c'est de la m... en barre. Là, je vais enfiler une tenue décente et l'acheter en kiosque. 

09:47 Publié dans Internet, Société | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : jdd, presse numérique | |  Facebook | | | |

lundi, 20 janvier 2014

Posez vos questions à NKM !

NKM vient d'ouvrir un portail destiné aux Parisiens : il s'agit pour eux de pouvoir lui poser des questions, signaler un problème dans leur arrondissement ou dans Paris ou réagir sur le site lui-même : Dites-moi tout .

Je pense que le site gagnerait à créer une FAQ sur le modèles Questions/Réponses ou Signalements/Réactions. Cela l'enrichirait et permettrait de se faire une idée des points de vue de NKM dans le détail.

Il n'en faut pas moins demeurer réaliste : très peu de Parisiens utiliseront ce vecteur pour contacter directement NKM sauf à parvenir à générer le buzz avec, et encore. Non que le site ne soit pas bien fait mais plutôt que les Parisiens procèdent assez rarement ainsi. Ils réagissent surtout au "gros bruit" s'il les concerne. La volonté de transformer l'avenue Foch, par exemple, je pense qu'ils y prêteront attention. Les ricanements de la gauche sur les postures supposées des candidats de la droite et du centre, en revanche, c'est le dernier de leurs soucis.

Si le site est enrichi de questions/réponses, il deviendra surtout une base de données appréciables pour tous ceux qui s'engagent dans la campagne de NKM et/ou soutiennent sa candidature.

15:07 Publié dans Internet, Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nkm | |  Facebook | | | |

vendredi, 29 novembre 2013

Atteindre les électeurs, filtres infranchissables

Très souvent, quand je considère l'agitation qui secoue les réseaux sociaux un immense sentiment de vacuité m'envahit.

Je prends un exemple : cette semaine, quelques cadres et élus du MoDem se sont ralliés à Anne Hidalgo à Paris. Cela a entraîné quelques cris de triomphe à gauche et des échanges aigre-doux sur les forums et groupes MoDem. Çà et là, on en discute comme d'une fin du monde et le premier des événements de la semaine. Il y a même eu quelques titres dans la presse.

Eh bien sortez dans les rues de Paris et interrogez les passants, c'est bien simple : c'est passé complètement inaperçu. Tout le monde l'ignore.

En fait, parlez du MoDem à un Parisien moyen, tout ce qu'il ne connaît, c'est Marielle de Sarnez. Il ignore absolument tout des autres quels que soient leurs efforts pour s'agiter. Et encore, je parle des Parisiens qui remplissent leurs devoirs citoyens et suivent de très loin la politique. Les autres, c'est encore pire.

L'inconvénient, c'est que ce qui vaut pour ce genre de non-événement vaut aussi pour tout le reste. Tout le monde ignore que quelques cadres ont fait défection, mais tout le monde ignore également les propositions de Marielle de Sarnez pour Paris. A vrai dire, pas grand monde ne connaît dans le détail non plus celles d'Hidalgo ou de NKM...

Rien de plus fastidieux que les élucubrations des donneurs de leçons de tous horizons assurant connaître ce que veulent les "vrais gens" et prétendant parler en leur nom. Ça, ça pullule sur la Toile politique.

En fait, c'est super-dur de passer les filtres de l'actualité. Il faut vraiment un très très très gros bruit pour que son écho atteigne les oreilles les plus éloignées.

Du coup, il ne faut pas se biler quand des aigris, des paranos ou des furieux viennent cracher leur venin. Il y a trois personnes qui les lisent, personne ne les écoute et tout le monde s'en fout ou presque.

Un blog comme le mien ne sert quasiment à rien. Un peu en interne et c'est tout. La blogosphère, les réseaux, ce sont des positions qu'il faut tenir, mais qui ne servent à rien ou presque. Face aux moyens phénoménaux de la mairie de Paris, c'est clair qu'il y a une disproportion insurmontable.

Corollairement, les tractages et la présence sur les marchés, c'est quasiment aussi inefficace. Cela ne touche personne. A la limite, si on réussit à occuper tout un arrondissement et à le repeindre en orange avec quelques slogans bien sentis, on peut avoir un peu plus de chance de faire du bruit.

Il y a eu une année où le MoDem avait eu des initiatives sympas sur un marché du 15ème : les militants offraient des fleurs aux femmes et distribuaient des oranges (ou même des jus d'orange) aux passants. Ça ne brassait pas d'idées, mais on se faisait connaître. Le problème, c'est que les partis disparaissent sitôt les élections terminées alors qu'il faudrait de l'endurance et occuper le terrain sur le long terme. 

Il n'y pas meilleure assurance d'être inaudible que de paraphraser d'autres offres politiques. J'ai compris que le MoDem allait décliner quand je l'ai vu commencer à applaudir les Éva Joly, Augustin Legrand et admirer les Piketty et compagnie. Les stars "au grand coeur" de la gauche bobo, en somme. Ce jour-là, j'ai compris que ce parti s'était complètement asséché. Il ne restait plus qu'une base militante qui tournait en rond.

Tenter de débattre pragmatiquement d'idées, a fortiori d'en trouver, dans les réseaux militants, c'est la croix et la bannière. La plupart du temps, ils relaient des idées convenues, font du copié-collé, adorent parler des alliances et de leurs valeurs, commentent l'actualité éruptive et répètent sinon à l'envie, en fait de propositions, les annonces à la mode. Tout effort pour engager le débat, ouvrir la réflexion se heurte au mieux à un désintérêt poli, au pire à une méfiance hargneuse. Bien sûr, il y a toujours des esprits éclairés qui soulèvent des problèmes intéressants, mais la plupart du temps on fait un grand foin de propositions aussi futiles qu'inutiles. 

Ah, les dernières en date au hasard : le vote blanc, la réforme fiscale. 

Ah, l'archétype de cette politique "citoyenne" comme s'en prévalent pompeusement leurs promoteurs, c'est l'énième avatar de gauche Nouvelle Donne. J'ai lu leurs propositions. Vous croyez qu'il n'y a pas assez d'impôts ? Première proposition, en créer un nouveau, je la cite : 

Créer un impôt européen sur les bénéfices des entreprises.

En fait, c'est bien simple : tout le début de leur programme ne parle que d'impôt et de la meilleure manière de le recouvrer. Aucun poncif ne nous est épargné : sur les banques, les paradis fiscaux, l'impôt progressif, Piketty, les sociétés...

Alors, dans la première partie, il n'est question que d'impôts et dans la seconde, que de dépenses...J'ai bon ? Et après nous avoir assommé d'impôts et de dépenses supplémentaires, ces gens-là nous entonnent leur habituel couplet sur la démocratie et la dictature des marchés (au passage, en accroissant la dette, ils nous en rendront encore plus dépendants...).

Déjà, moi, un parti qui commence par un slogan qui contient le mot "changer", je me méfie aussitôt. Bon, je m'acharne contre un groupuscule qui n'est pas prêt de parvenir à se faire connaître mais il incarne tellement bien les discours en creux entendus pendant toutes ces dernières années sur les réseaux...Il n'y manque que la politique 2.0 (ou 3.0, je ne sais plus où, on en est, peut-être 4.0 finalement) et autres délires électro-cosmogoniques des "réservoirs et fabriques" à idées de tout poil.

Marx, c'est mieux écrit et plus construit, entre nous. Je me rassure sur un point : ceux-là, ils ne risquent pas de dépasser les 0.5% (en étant très optimiste parce que c'est déjà beaucoup pour une secte) : on les sent tellement "proches" des préoccupations ordinaires de leurs concitoyens...

Voilà, je suis un peu désabusé, je pense. Il y a une initiative que j'ai aimée au MoDem, c'était le shadow cabinet, même si je trouvais que les interventions manquaient souvent de fond. L'idée a été reprise à l'UDI et certains dossiers creusés. Espérons que l'Alternative se dote d'un vrai contre-gouvernement en faisant connaître ses contre-mesures. J'avais pour ma part été ébloui par ce qu'avaient su faire les LibDems en Angleterre avant qu'ils accèdent au pouvoir.

23:20 Publié dans Internet, Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : réseau social, militant | |  Facebook | | | |

lundi, 23 septembre 2013

Le page rank des blogs politiques a sévèrement reculé

Par curiosité, je suis allé consulter le page rank google de mon blogue, histoire de constater la décrue. Je sais que j'écris moins, que le départ des Left blogs d'ebuzzing a tari les liens réciproques entre blogues et qu'enfin, je ne suis plus un blogue de référence de marianne.net ; de fait, tous les ingrédients étant réunis, j'ai perdu un cran, passant de 5 à 4. Ceci traduit certainement aussi une perte d'influence du centrisme sur la Toile.

Toutefois, à tout hasard, j'ai aussi testé quelques autres blogues politiques et en fait, ils ne s'en tirent globalement pas mieux : même h16, fdesouche , Sarkofrance ou encore jegoun n'obtiennent que 4. Pas mieux que moi. Seul l'inamovible Authueil conserve un PR à 5 mais parmi les blogues non-professionnels, c'est bien le seul. Du côté de la classe politique, ce n'est pas mieux à l'exception de Mélenchon qui obtient un surprenant 6. Dupont-Aignan s'en sort à 5. Et c'est tout : même des politiques blogueurs autrefois emblématiques comme Alain Lambert, Alain Juppé, JPR ou encore François Fillon, ne dépassent pas 4.

Quelques blogues de journalistes s'en tirent bien comme Rioufol avec un très haut score à 6. Je n'ai pas testé les autres mais j'imagine que d'être repris dans un gros média fait monter le score. Droites extrêmes est à 5, par exemple.

Il y a  une époque qui est révolue, à n'en pas douter.

22:56 Publié dans Internet, Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : blog, page rank | |  Facebook | | | |

vendredi, 02 août 2013

Classement politique e-buzzing août 2013

1 Egalite et Réconciliation
2 Le Blog de Jean-Luc Mélenchon
3 Les décodeurs
4 Ivan Rioufol
5 Hashtable
6 François Desouche
7 Authueil
8 Solidarité Internationale PCF
9 La Gauche m'a tuer
10 A toi l'honneur !, la suite...
11 Arnaud Mouillard
12 Ma perception de l'actu au gré de mes humeurs..
13 Le blog de Canaille le Rouge
14 Le blog républicain de Diablo
15 MonPuteaux.com
16 L'Hérétique
17 contrelacour
18 Blog gaulliste libre
19 le Blog d'Alexis Corbière
20 Libertarien

Classement réalisé par Ebuzzing

En somme, avec le départ des Left blogs, il manque toute la gauche de gouvernement là-dedans. Pas grand monde non plus du côté de la droite traditionnelle à l'exception d'Authueil et de Pierre Parillo. Je ne sais pas où classer Contre la cour. Deux libéraux, deux centristes, un souverainiste, et le reste, extrême-gauche et extrême-droite, à l'exception d'Arnaud Mouillard, plutôt gauche du PS, me semble-t-il. Finalement, avec quelques Left Blogs, ce serait assez représentatif.

23:05 Publié dans Internet, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : e-buzzing | |  Facebook | | | |

mercredi, 24 juillet 2013

C'est pas mal, netvibes

Comme bien d'autres blogueurs, à l'exception de ceux qui sont sur blogspot ou qui disposent d'une plate-forme capable de relayer des flux, je me suis trouvé bien embêté quand le service googlereader a pris fin.

Après avoir testé un certain nombre de solutions, je me suis finalement arrêté sur netvibes. Certes, et c'est dommage, je ne puis plus afficher un extrait des blogues que je lis sur mes propres colonnes, mais les fonctionnalités et les capacités d'affichage de ce reader sont particulièrement pratiques. 

On peut en outre partager une page publique. Si on pouvait en exporter le flux, ce serait parfait.

J'ai une page publique que je vais compléter au fil du temps.

18:46 Publié dans Internet | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : netvibes | |  Facebook | | | |

vendredi, 28 juin 2013

Google reader : la fin approche...

Je vois que les préoccupations du Faucon et les miennes se croisent : dans deux jours, google reader cessera de fonctionner. Et moi, je serai dans la m... parce que je n'ai trouvé aucune solution de remplacement. Il existe plusieurs lecteurs de flux, certes, mais aucun qui permette d'exporter un fil de blogues sur son propre blogue.

C'est fort fâcheux car les fils que j'affiche ici sont une source d'informations et de réflexion précieuse : je ne me vois pas visiter les blogues un par un en cliquant et cela me gonfle de devoir consulter sur un site externe spécifique l'état de la réflexion des blogues qui m'intéressent.

Je vais revenir cinq années en arrière en somme, c'est à dire à la blogroll statique. Le coup de pot serait que Google juge moins coûteux de ne plus s'occuper de son service que d'y mettre fin et qu'il demeure spontanément en place, mais il ne faut pas trop rêver...

Il y a une solution : les plate-forme doivent prendre le relais. Il me semble que blogger le prévoit mais ailleurs, il n'en est rien.

Je prends un abonnement payant chez hautetfort s'il se décide à proposer cette fonctionnalité.

15:42 Publié dans Internet | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : google reader | |  Facebook | | | |

mardi, 14 mai 2013

Taubira fait voler en éclats le mur du çon

Très forte la proposition de Taubira : assister les descendants d'esclaves en leur garantissant des logements. 

J'ai, de mon côté, une réclamation : je réclame avec indignation et énergie que l'on accorde des compensations aux descendants des serfs, compte-tenu des conditions terribles dans lesquelles ils ont été maintenus dans la misère.

Je pense également que nous devrions exiger des réparations auprès de l'Angleterre pour la bataille d'Azincourt au cours de laquelle la fine fleur de la chevalerie française a péri en cherchant à défendre le sol de la doulce France contre l'Anglois.

Je suggère également que l'on traduise devant le TPI les descendants des rois du Dahomey pour génocide, compte-tenu du nombre d'Africains qu'ils ont vendu aux trafiquants de toutes sortes.

Punissons également les Germains et les Gaulois pour ne pas s'être opposés vigoureusement à la pratique courante de l'esclavage à Rome et en Grèce. La France et l'Allemagne paieront.

Et les Italiens au fait ? Là, l'addition va être salée, en comptant tout ce que Rome a importé d'esclaves des quatre coins de la Méditerranée tout au long de la République et de l'Empire, soit près de dix siècles.

Je pense depuis 2002 que Taubira est une idéologue. J'avais jugé le choix de sa candidature par le PRG une balle dans le pied.  Cette personnalité politique est 100% psycho-rigide, tenant ferme sur son idéologie gauchiste empreinte de repentance dégoûlinante.

Tiens, en parlant de politique foncière : qui va dédommager les dizaines de milliers de Harkis abandonnés et laissés pour mort à l'issue de la guerre d'Algérie ? Et pour ceux qui sont parvenus à gagner la France, qui leur donnera quitus de toutes les souffrances qu'ils ont endurées pour notre pays ? Voilà une question de justice qui passe manifestement loin des préoccupations de Madame Taubira...

J'avoue être bassiné par les discours sur la colonisation. Ce que paient les anciens pays colonisés, désormais, ce sont les choix exercés par leurs dirigeants corrompus et ce, alors qu'ils disposaient de très beaux atouts pour engager un développement économique sans précédent. Tous ne sont pas d'ailleurs restés sur le carreau et il y a de belles réussites parmi ces nations. Mais pour ceux qui geignent et réclament toujours plus d'assistance et de dédommagements pour des maux dont nous ne sommes plus comptables depuis fort longtemps, hors de question de leur verser un sou supplémentaire, d'autant que nous avons coulé suffisamment d'aides englouties dans des systèmes de corruption dans pas mal de ces anciennes colonies.

Il n'en va pas autrement dans les DOM et les TOM : je crois que ces territoires disposent de très grands atouts : faisons-en des laboratoires pour y libérer les énergies plutôt que d'y recycler de nouvelles formes d'assistanat d'autant plus destrutrices qu'elles endorment radicalement l'esprit d'initiative et prospèrent sur un terreau fertile en rigidités de toutes sortes.

00:01 Publié dans Internet, Politique | Lien permanent | Commentaires (38) | Tags : esclavage, taubira, dom tom | |  Facebook | | | |

jeudi, 14 mars 2013

Flux RSS, le sale coup de Google...

Les inconvénients du tout gratuit c'est qu'il n'y a jamais aucun engagement contractuel. Google a décidé de mettre fin au service google reader d'ici le 1er juillet prochain.

Tous ceux qui utilisaient ce service pour afficher des flux rss sur des blogues ou sur des sites vont en être pour leurs frais.

Quand Google met en service des solutions pour les internautes il les présente toujours comme des avancées majeures, des services immenses rendus à la grande communauté des internautes mais quand il y met fin, il se garde bien d'en faire état avec force étendards et trompettes.

Du coup, la communication entre les blogues va en prendre un sacré coup. Le promoteur d'un blogging convivial, qui fut plusieurs années le blog le plus populaire aux yeux de wikio/ebuzzing va en prendre un sacré coup de vieux. Et moi aussi. Google reader était un outil efficace et puissant pour tisser du lien. Moi-même, je l'utilise pour savoir ce qu'il se dit ailleurs et souvent, je rends visite aux blogues dont l'avis m'intéresse de cette manière. D'un seul coup d'oeil, je vois défiler comme une une timeline les centres d'intérêt quotidiens de chaque blogue sélectionné. Qu'en sera-t-il sans cette possibilité ? Il ne finira plus par rester de la Toile un jour qu'un amas de fils confus et désordonné, sans tenants ni aboutissants. Bien loin du rêve de ses concepteurs...

A défaut, il existe des alternatives à Google reader, apparues lors de la mise en place de Google+ mais je ne sais pas si elles permettent d'afficher un flux sur son blogue.

Il existerait peut-être une autre solution (que je propose maintenant) : et si ebuzzing succédait à Google ? Je ne sais pas si la société a les reins suffisamment solides pour supporter le feedback de myriades de fils rss mais il me semble qu'elle dispose d'ores et déjà de la technologie ad hoc, primo, et, secundo, d'un service déjà capable d'afficher les articles qui renvoient vers un blogue d'origine sur la page de ce dernier. A voir...

Bon prince, Google n'en propose pas moins un service pour archiver les flux en attendant de trouver une autre solution pour ses feedbacks.

Il s'agit de Google Takeout (se barrer de Google, traduit familièrement). Cette application en ligne peut récupérer n'importe quelle donnée (ou presque) d'un compte google et l'archiver.

L'inconvénient, c'est qu'il faut ensuite savoir quoi faire de la dite archive...Un nettoyage de printemps comme ils disent...Contents de faire partie des poussières ?

09:42 Publié dans Internet | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : google, reader | |  Facebook | | | |