Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 17 avril 2015

Un contrat de travail unique ?

Je voulais réagir depuis un moment déjà au contrat de travail unique proposé par Gattaz. Je suis partagé. A vrai dire, d'un côté, comme Laocoon, le prêtre d'Apollon troyen devant le cheval de Troie, timeo Danaos et dona ferentes, je me méfie de ce genre de cadeaux. J'ai trouvé Gattaz convaincant quand il a exposé son projet, mais je j'oublie pas non plus qu'il représente le MEDEF dont les objectifs ne sont pas précisément ceux des salariés, c'est un euphémisme de le dire.

Il y avait un point qui me plaisait dans son exposé : il suggérait qu'un salarié et un employeur pourraient conclure un contrat de travail en définissant à l'avance les conditions dans lesquelles un licenciement devient possible et il glissait comme exemple un ralentissement de l'activité amenant l'entreprise à perdre de l'argent. 

Dans le principe, je ne suis pas contre l'idée mais je me méfie des conditions dans lesquelles un tel contrat pourrait être signé. Il faudrait que les clauses soient équilibrées.

Et en tout cas, je ne pense pas que cela relance l'emploi comme l'affirme Gattaz, car, sur ce point, je crois que c'est l'activité économique et la croissance qui le permettent.

Je n'aime pas trop l'idée de pouvoir licencier sans motifs parce que c'est la porte ouverte à tous les abus. Puisque le gouvernement s'empare du harcèlement sexuel, typiquement, tu couches ou tu dégages. Voilà, pas de motif de licenciement explicite, ça permet ce genre de choses. On peut trouver d'autres abus comme des heures de travail à rallonge sans aucune rémunération et cetera...

Il ne faut pas se voiler la face, dans toute négociation il y a toujours des arrière-pensées. Quoi que dise Gattaz je me doute qu'il ne travaille ni ne propose des solutions pour l'emploi mais pour les entreprises et les patrons. Son idée n'en mérite pas moins d'être examinée et scrutée. Il y a dans le programme du MoDem une idée qui ressemble à cela (mais assortie de limites strictes) et François Bayrou l'avait d'ailleurs portée en 2012.

Je l'ai parfois proposé, je trouvais intéressante une ancienne idée d'Alain Juppé, reprise plus tard par Raffarin et Christian Blanc : il faudrait tester dans des zones franches, de préférence défavorisées, certaines mesures pour voir si elles fonctionnent. Cela suppose de se doter d'un outil législatif qui permettent les dérogations à la loi commune, une idée qu'il ne nous est pas facile d'admettre dans notre État centralisé.

14:15 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : contrat unique | |  Facebook | | | |

dimanche, 12 avril 2015

Accord pour la vente de 36 rafales : bien joué.

Mauvaise analyse de Pierre Parillo et de son blogue politiquement incorrect à propos de la vente de rafales conclue par la France. Et la question n'est pas de vendre ou de ne pas vendre comme l'indique le Comptoir de la Comète mais bien plutôt de considérer à quelles conditions se fait la vente.

Quand il a été question de vendre, initialement, 144 rafales à l'Inde, j'ai été très inquiet à la lecture du contrat. Les trois quarts des rafales allaient être fabriqués en Inde et leur acquisition s'accompagnait d'une transfert de technologie massif. 

S'il se confirme bien que l'Inde achètera les 36 rafales, j'ai, cette fois, bien vu que cette vente ne s'accompagne d'aucun transfert, et d'ailleurs, ça râle jusqu'en Inde où il se dit que l'affaire n'est pas bonne.

J'ai déjà écrit sur le rafale pour dire tout le bien que je pense de cet avion : il est polyvalent, et il est le seul à l'être à ce point au monde. Il peut tout faire, ce qui est rare dans l'aéronautique de chasse mondiale. 

Je pense que les Indiens font un bon achat et les Français une belle vente.

Hollande et Le Drian ont bien travaillé, les industries Dassault aussi, cela va de soi, et, il faut le dire, nos forces armées et nos pilotes également dont les missions ont montré l'efficacité de notre aéronef.

08:52 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : industrie, avion, rafale | |  Facebook | | | |

vendredi, 10 avril 2015

Instabilité législative et fiscale, l'exemple de la médecine

Il est invraisemblable que le gouvernement Valls perpétue les errements du gouvernement Ayrault sous au moins un aspect. Il ne passe pas une semaine sans que ce gouvernement, par la voix d'un de ses ministres ou par celle de son chef, annonce une nouvelle niche, ou une nouvelle obligation fiscale, au contraire, une nouvelle suppression, une nouvelle incitation et cetera.

De ce fait, les familles et les entreprises ne savent plus à quoi s'en tenir. Toutes les conditions sont réunies, à l'heure actuelle pour qu'il y ait une reprise en France : bonne santé de nos partenaires, euro faible, énergie très peu chère et même crédit à des taux historiquement bas. 

Mais avec ses atermoiements incessants, ce gouvernement retarde une possible reprise économique, pourtant absolument nécessaire pour retrouver le chemin de l'emploi. Une fois encore, François Bayrou dans ses programmes de 2007 et 2012 avait vu parfaitement juste en constatant que c'était là le principal mal dont souffrait et souffre encore la France. Et c'est exactement ce que m'on dit deux directeurs financiers de deux très grosses PME avec lesquels j'ai discuté très récemment.

Et quand elle n'est pas occupée à donner le tournis aux entreprises, la gauche sabote l'éducation nationale avec en arrière-plan la même ligne idéologique depuis trente ans, ou alors se montre absolument nulle dans le domaine social.

Partout où il serait possible de faire une réforme de bon sens, elle ne le fait pas.

Prenons l'exemple des médecins : il y a deux options. Soit on a un système de santé de type travailliste, à l'anglaise en version années 70, avec des médecins référents nommés pour tous et des mois d'attente, bien sûr pour consulter le moindre spécialiste, soit, au contraire, on a un système de concurrence libre entre médecins, mais dans ces conditions, on fait sauter une bonne fois pour toutes le numerus clausus qui existe en université de médecine en mettant en place un examen et non un concours.

Avec le système actuel, on combine le pire des deux systèmes. Les prix sont très élevés et en plus il faut attendre longtemps avant d'obtenir le moindre rendez-vous. 

Qu'est-ce que ça coûterait de faire un choix clair, sachant que l'option marxiste conduirait à mon avis à une catastrophe. Pourquoi faire dix années d'études, régler les montants monumentaux des loyers parisiens pour un cabinet et en même temps se limiter à une consultation à 23 euros ?

Les prix baisseraient bien plus sûrement sous l'effet d'une concurrence libre et non faussée, et je répète, dans ces conditions, qu'il faut remplacer le concours par un examen. Nous faisons venir des diplômés étrangers aux compétences incertaines et dans le même temps, nous laissons sur le carreau des candidats certainement de qualité simplement pare que le nombre de candidats décrétés par le gouvernement a été atteint.

Stupide.

17:14 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : médecine, lois, instabilité | |  Facebook | | | |

lundi, 02 mars 2015

Où Nicolas Sarkozy va-t-il trouver ses milliards ?

Je juge une bonne chose que l'opposition propose des mesures alternatives à celles que prend la gauche au pouvoir actuellement. Ceci ne signifie pas que je les juge meilleures, mais cela entretient un nécessaire débat économique et démocratique.

J'ai lu l'entretien que Nicolas Sarkozy a accordé au Figaro et pris acte des deux grands axes de son projet, baisser les impôts et réduire la dépense publique.

Je pense qu'il n'a pas tort de pointer du doigt les effectifs surnuméraires dans la fonction territoriale mais je doute que des mesures imposées par l'État fonctionnent. La meilleure manière de contraindre les collectivités à une gestion rigoureuse c'est de leur donner l'autonomie financière. Liberté de lever des impôts (dans des limites raisonnables) mais fin des dotations de l'État. Bien évidemment, ce projet doit être assorti d'une réforme des modes de scrutin de manière à ce que toutes les collectivités comportent des représentants élus au suffrage universel direct, à commencer par les présidents de région. Ainsi, les électeurs récolteront les fruits de ce qu'ils auront semé s'ils portent au pouvoir des dépensiers. Pour assurer des garde-fous, il faudrait interdire aux collectivités de s'endetter au-delà d'un montant raisonnable et de présenter des budgets en déséquilibre.

Il sera difficile de faire avaler à la fonction publique simultanément la réduction des effectifs, l'augmentation du temps de travail et l'allongement des durées de cotisations pour les retraites. Lutter contre l'absentéisme en rétablissant le jour de carence serait déjà une bonne chose. Pointer la fonction publique comme cause de tous les maux est un mauvais procès. Nicolas Sarkozy réitère l'erreur faite pendant sa mandature. Il ne comprend toujours pas que c'est contre-productif de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux si on ne commence pas par réfléchir au périmètre d'intervention de l'État et à ses missions. Qu'il commence par examiner ce point primordial d'abord, et seulement ensuite, alors, il pourra réfléchir aux postes qui sont nécessaires ou non.

Je suis bien d'accord que la formation professionnelle est une gabegie, mais Nicolas Sarkozy ne propose rien si ce n'est d'en souligner les coûts. Même chose pour les aides au logement.

Je ne crois donc pas à ses promesses de baisses d'impôts tant qu'il n'aura pas amélioré les points que j'ai soulevés.

En ce qui concerne les déficits sociaux, je crains, hélas, qu'on ne puisse faire autrement que d'aller vers un seuil de retraite à 63 ans minimum, 68 sans décote. Les solutions ne sont pas très nombreuses et il faut bien équilibrer les comptes. J'espère que la recherche médicale va faire un bond afin d'améliorer l'espérance de vie en bonne santé, quasiment statique depuis 15-20 ans. Augmenter la durée de la vie professionnelle, c'est bien beau, mais si les gens ne sont plus en état de travailler, que faire ?

22:25 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : sarkozy, programme | |  Facebook | | | |

jeudi, 26 février 2015

Réflexions sur la loi Macron, le dimanche et les ordonnances

J'ai suivi à distance les méandres de la loi Macron. J'avoue ne pas avoir parcouru les 400 articles de la loi mais m'en être remis à ce qu'en disait la presse.

Curieusement, l'un des points qui m'a fait tiquer est le même que celui qui a engendré un refus massif de la gauche du PS. Le texte prévoit des compensations salariales pour le travail le dimanche ou le soir mais laisse aux entreprises, le cas échéant par branches, ou au territoires d'en fixer les modalités. Il me semble que la loi devrait être plus claire sur ce point : le principe de la compensation devrait être fixé dans la loi. J'ai cru comprendre que c'était ce que demandait Hamon. Son retournement final provient du refus de Macron, entraînant nombre de frondeurs avec lui.

Être libre de travailler le dimanche, c'est très bien, mais il ne faudrait pas que cela se transforme en contrainte, quand bien même le texte assure qu'un tel choix doit relever de la libre volonté du salarié.

Le texte adopté permet aussi au gouvernement de s'asseoir sur la droit de l'environnement en procédant par ordonnance chaque fois qu'il fait obstacle à un projet de développement. On peut supposer que Macron avait en tête le cas du fameux aéroport de Notre-Dame des Landes.

le site Quoi.info décrypte avec beaucoup de clarté en quoi consiste l'ordonnance. Le Parlement doit d'abord délivrer une autorisation au gouvernement pour gouverner par ordonnance dans un domaine spécifique (l'urbanisme, par exemple). Une fois cet accord obtenu, le gouvernement peut proposer son projet au Parlement. Si celui-ci le rejette, le projet a valeur de règlement (mais pas de loi). Dans le cas contraire, il devient une loi.

Je me suis demandé quelle différence il y avait entre un règlement et une loi et j'ai trouvé la réponse sur le site du Sénat. Une règle peut être modifiée par décret en Conseil des Ministres sans passer par le Parlement. Le Conseil constitutionnel vérifie simplement que le décret pris soit valide, c'est à dire conforme à notre constitution.

Dans le domaine de l'urbanisme, cela permet par exemple de contourner les associations qui opposent des aspects environnementaux pour empêcher une construction. Notons que la construction en question peut aussi bien être un supermarché qu'un logement social.

Je ne cacherai pas que je n'aime pas trop le principe de l'ordonnance. Elle accélère certes les procédures, mais au détriment des corps intermédiaires et des individus. Personnellement, j'appelle cela un passage en force. Si vraiment des points de droit créent des retards sans fin, peut-être vaut-il mieux réexaminer le droit que de s'asseoir dessus, position incohérente s'il en est.

Les ordonnances sont la plupart du temps utilisées pour faire passer les décisions impopulaires. Je sais qu'on les utilise aussi pour transposer en droit français le droit européen, par exemple. On va me dire que je chipote, mais ne perçois pas son utilisation comme une manière très démocratique de gouverner.

Je n'ai pas d'avis sur les déréglementations que prévoit le reste de la loi. Pour l'instant, du moins, il faut encore que j'y réfléchisse.

11:30 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ordonnance, macron | |  Facebook | | | |

dimanche, 14 décembre 2014

35 heures, le logiciel de la droite m'inquiète

Il me paraît acté que 2017 verra l'arrivée au pouvoir de la droite, voire de l'extrême-droite. Dans tous les cas de figure, le discours tenu sur les 35 heures est assez aberrant.

La droite fait une fixation sur cette loi de gauche et ne parle que de la supprimer. Soyons sérieux à deux titres :

a) la droite a été dix années au pouvoir : si elle avait voulu supprimer ce dispositif, elle pouvait le faire. Je pense même que si cela avait vraiment un sens économique de la faire, cela aurait été fait.

b) l'emploi est en berne à l'heure actuelle. Du travail, il n'y en a pas. Cela me paraît donc particulièrement idiot de retirer des heures dans un contexte aussi tendu. En réalité, cela aboutira juste à faire cravacher encore plus les cadres, eux qui dépassent de toutes façons largement les 35 heures par semaine et qui paient l'essentiel de l'impôt.

Vouloir supprimer les 35 heures est donc 100% idiot. Là où cela aurait un sens, c'est de revenir sur cette mesure accordée aussi dans la fonction publique, sauf qu'il est un peu tard. 

Si c'est tout ce que la droite a trouvé pour relancer la machine économique en 2017, j'avoue que je suis vraiment inquiet, d'autant que ses autres propositions ne sont vraiment pas folichonnes (j'y reviendrai)...

09:43 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : 35 heures, droite | |  Facebook | | | |

samedi, 08 novembre 2014

Souvenez-vous, j'avais acheté des chaussettes Archiduchesse Made in France

Autre son de cloche, aujourd'hui, que l'évocation pas vraiment radieuse de mon premier lave-vaisselle Made in France :  parlons chaussette, c'est plus simple et plus sympa.

Alors que François Bayrou avait placé au coeur de sa campagne électorale une relance de la production nationale via le label Made in France, votre fidèle serviteur qui n'en était pas à son coup d'essai, découvrait la gamme Archiduchesse pour sa petite duchesse.

Ce sont mes mouflets qui ont testé les premiers, mais, pour tout vous dire, j'ai été tellement content de la qualité des Archiduchesse que j'en ai acheté aussi pour moi.

Alors déjà, j'ai une bonne nouvelle, amis lecteurs : les chaussettes Archiduchesse ne rétrécissent ni au lavage, ni au séchage (mais comme tous les habits, elles n'aiment pas tellement cette seconde option). Là-dessus, j'ai une technique éprouvée si vous utilisez un sèche-linge : quand le cycle de lavage de votre machine est fini, sortez vos chaussettes Archiduchesse et étirez les, je ne dis pas au maximum mais allez-y quand même. Placez dans votre sèche-linge, quand le cycle de séchage est terminé, elles restent étirées. Franchement, si vous avez le choix, l'idéal, c'est de faire sécher sur un fil : le linge est bien plus doux, bien moins froissé et sent bon. Le bonheur, c'est si vous avez un jardin et qu'il y a du vent (et encore mieux, du soleil avec) : le linge sèche en un après-midi, est presque repassé (à condition de l'avoir étendu bien proprement) et sent bon. Topissime.

Revenons à mes archiduchesses : ce que j'apprécie par-dessus tout, c'est leur solidité : vous pouvez vous laisser pousser des ongles de sorcière aux doigts de pied, elles ne percent pas. Faites la même chose avec n'importe quelle autre paire de chaussettes d'une autre marque, vous pouvez lui dire adieu dans un délai relativement bref.

Particulièrement, les soquettes sont quasi-increvables. C'est du bon textile. Les longues et mi-longues sont moins solides, mais elles tiennent tout de même bien la route. Je reviens sur mes soquettes dont je raffole tant elles sont résistantes : quand je dis increvables, j'entends par là qu'elles résistent à tout quelle que soit la régularité avec laquelle vous les mettez.

Côté couleurs, c'est pas mal aussi, mais, il faut être honnête, les couleurs vives ont assez vite fait de ternir dès lors que vous les passez au sèche-linge.

Mais enfin, pour moi qui aime les choses robustes, franchement, Archiduchesse est en pole position. N'hésitez pas à faire un petit tour chez eux. Pour information, même la teinture du fil de coton est réalisée en France !

EDIT : j'ai oublié un détail dans les points positifs. Une chaussette archiduchesse vous tient la cheville ou le mollet, selon sa longueur. Elle ne passe pas son temps à vous redescendre le long de la jambe comme certains modèles à bas prix assez pénibles.

07:21 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : chaussettes, made in france, archiduchesse | |  Facebook | | | |

vendredi, 07 novembre 2014

Achat made in France, retour sur mon lave-vaisselle Brandt

J'ai écrit à intervalles réguliers plusieurs billets sur les achats que je réalisais de produits fabriqués partiellement en France. Plusieurs mois à deux ans après, cela ne me paraît pas inutile de faire partager mon expérience. 

Si certains produits m'ont donné toute satisfaction, ce n'est pas le cas du lave-vaisselle dont j'ai fait l'acquisition en janvier 2012.

Une vraie merde.

Il faut appeler un chat un chat (et j'aime bien les chats, pourtant). Premiers dysfonctionnements dès les six premiers mois. L'appareil tend à remplir d'eau l'intérieur de sa porte s'il y a la moindre fissure. Dès que cela se produit, il se met en panne. Dans un tel cas, il faut le basculer en avant pour le vider de son eau. Encore faut-il le savoir ! Il s'agissait d'un encastrable dont la hauteur était réglable via des vis de plastiques en fait de pieds. 

De l'authentique camelote.

Très vite, le pas de vis s'est détérioré si bien que mon lave-vaisselle passe le plus clair de son temps à s'abaisser sur un pied, petit à petit, et donc à pencher, jusqu'au jour où la porte se remplit...

J'ai connu un autre épisode au cours duquel mon lave-vaisselle laissait les couverts, les assiettes et les verres dégueulasses. Il faut savoir que les pales des lave-vaisselles comportent des petits trous et que les débris alimentaires, pépins de tomates et a fortiori de citron en tête ont l'habitude de s'y loger. Les moindes oublis sont donc fatals. J'ai mis beaucoup de temps à identifier ce problème ; c'est un réparateur darty qui connaissait son métier qui me l'a indiqué (les précédents semblaient tout ignorer de la mécanique que leur employeur vendait, apparemment...).

L'inconvénient, c'est que les pales s'usent, à force, et que les trous s'ébrèchent, laissant passer de plus en plus de choses. 

Et comme du côté des pièces détachées, c'est le parcours du combattant, il ne faut pas espérer trouver les composants qu'il faudrait changer.

Pas moyen de changer le panier des couverts, très dégradé en moins de deux ans, et pour enfoncer le clou, n'espérez pas laver de grandes assiettes dans ce lave-vaisselle, sauf à les placer sur le bord sinon les pales les heurteront.

Parlons-en encore des pales : l'espèce de vis de merde de plastique qui tient la pale supérieure étant en voie d'usure avancée, il semble bien que cette dernière commence à se décaler vers le bas et menace potentiellement de tomber. 

Dans la catégorie pas du tout futée, sachez que tous les boutons de commande sur l'encastrable sont sur la tranche de la porte, ce qui signifie qu'ils sont inaccessibles une fois cette dernière refermée. Bien joué...

La piètre qualité de l'appareil n'est peut-être pas étrangère au fait que l'usine française qui l'assemblait a finalement fermé...

Je ne serais pas juste si je n'en profitais pas pour coller un coup de matraque aussi sur la tête de Que Choisir. C'est sur la base d'une de leurs études comparatives que j'ai acheté mon lave-vaisselle Brandt. Dans leur classement, il se positionnait plutôt bien (dans les six premiers appareils). Je me demande comment ils peuvent réaliser leurs tests sur des appareils récents alors qu'ils n'ont pas de recul dessus.

Vous l'avez compris, après un coup comme celui-là, je vous déconseille formellement d'acheter un Brandt. Pour info, il s'agit d'un VH13TFW. Pour ne pas terminer sur une note 100% noire, il a tout de même une qualité : quand il marche, il est très silencieux. On peut faire une sieste à côté sans problème.

Il ne reste plus qu'à évoquer mes autres achats Made in France, maintenant, mais ils feront l'objet d'autres billets.

19:29 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : brandt, lave-vaisselle | |  Facebook | | | |

jeudi, 06 novembre 2014

Qui va autoriser ou interdire les nouveaux aliments ?

Marielle de Sarnez signale dans sa dernière lettre la venue d'un texte législatif très important au Parlement européen dans peu de temps : il s'agit de fixer les règles et procédures pour autoriser de nouveaux aliments sur le marché européen.

Je ne suis pas expert de la chose mais j'ai lu avec beaucoup d'attention les conclusions d'une commission sénatoriale sur le sujet et il ne m'a semblé y lire que de bonnes choses.

Ce que je comprends, c'est que la Commission voudrait simplifier les processus en ne confiant qu'à un seul organisme de contrôle, européen cela va de soi, l'EFSA et, en somme s'asseoir tranquillement sur nos agences sanitaires nationales. Je ne dis pas qu'elles sont parfaites, et je reconnais qu'un aliment peut attendre jusqu'à dix ans avant de se voir enfin autorisé, mais elles ont le mérite de multiplier les précautions. 

Marielle de Sarnez suggérait de ne pas traiter de la même manière les aliments traditionnels d'autres pays et les fabrications ex-nihilo ou presque à partir de nano-particules alimentaires. 

Eh bien je suis d'accord et voilà ce que je propose : à l'Union européenne de valider l'existant, c'est à dire des plantes ou autres consommées par d'autres populations ailleurs dans le monde. Mais quand il s'agira de nourritures artificielles, le principe de subsidiarité devrait s'appliquer à 100% et chaque pays décider des règles qu'il applique.

On peut évidemment se dire que cela créera des niveaux de sécurité alimentaire variables d'un pays à l'autre, mais, comme Français, je préfère l'exigence dans mon pays à un dénominateur européen commun le plus petit.

Puisque Marielle de Sarnez sera rapporteur pour le groupe ADLE sur l’avis qui sera rédigé par la commission parlementaire du commerce international, je ne cache pas que j'attendrai avec impatience ses premières conclusions et ses premiers éclairages.

13:00 Publié dans Economie, Europe | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : alimentation, norme, sécurité | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 novembre 2014

Bayrou et le barrage de Sivens : le ton juste.

Ce que j'aime chez Bayrou, c'est qu'il ne me déçoit jamais. Depuis que je le suis je ne l'ai jamais entendu céder une seule fois aux sirènes de la démagogie ou à la facilité. Dans toutes les situations où il est tentant d'appuyer là où ça fait mal simplement pour mettre en difficulté l'adversaire, Bayrou, lui, choisit toujours d'élever le débat.

J'ai apprécié à sa juste valeur ses prises de position sur le barrage de Sivens. Il a jugé, à raison, indécent d'exploiter dans un sens ou dans l'autre le décès dramatique de Rémi Fraisse. Il a eu le courage de dire clairement que le Ministre de l'Intérieur ne pouvait être tenu pour responsable de ce décès et il observe, une fois encore avec hauteur que la plupart de nos précédents responsables à ce poste ont essayé de trouver un équilibre (et il n'est pas facile !) pour empêcher les désordres sans dégâts matériels et accidents humains. C'est aussi mon sentiment. 

Je ne connais pas vraiment la situation locale alors il m'est difficile de me prononcer, mais j'observe que tous les élus locaux des environs étaient favorables au barrage. 

Comme l'observe très justement Bayrou, il semble que des décisions politiques ne puissent plus s'exécuter sans générer automatiquement de la violence, fût-elle d'une minorité. Je le rejoins encore quand il analyse que « l’ensemble de nos mécanismes de décision et d’action est à revoir parce qu’il est désespérant pour le citoyen d’avoir des décisions jamais suivies d’effets sur aucun sujet». Mais j'y ajouterais autre chose : il y a un vrai problème de confiance. Décideurs, maîtres d'ouvrage et et bâtisseurs sont joints par des liens inextricables qui fleurent bon le conflit d'intérêt. Et quand des études d'impact sont réalisées, on a le sentiment qu'elles atterrissent dans la poubelle car elles ne sont suivies d'aucun effet. A quoi sert-il d'interroger les gens si c'est pour ne finalement pas tenir compte de leurs avis ?

Je me trompe peut-être, mais j'ai le sentiment que l'habitude de s'asseoir sur l'avis de ceux qu'on consulte finit par générer de l'énervement et des tensions. Ceci ne signifie pas que tout projet doit être bloqué à la moindre consultation, mais que les différents acteurs doivent jouer cartes sur table.

22:50 Publié dans écologie, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bayrou, sivens, barrage | |  Facebook | | | |