Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 mai 2018

Cheminots : il faut un avantage gagnant en échange de la réforme.

Je crois l'avoir déjà écrit, je ne jette pas la pierre aux cheminots. Je refuse même qu'on les pointe du doigt en disant que c'est l'usager qui paie les dépenses qu'ils engendrent. Ceux qui disent cela doivent comprendre quelque chose : si nous devions payer dans un contexte de concurrence la qualité de service qu'offre la SNCF, les prix seraient de quatre à dix fois supérieurs. Il n'y a qu'à voir le coût des distances parcourues au Japon pour s'en convaincre, même si le service y est excellent.

Je pense qu'il est difficilement évitable de réformer la SNCF pour une raison très simple : son bilan financier n'est pas équilibré, et, à terme, c'est intenable.

Pour autant, le rejet massif de la réforme de Macron à la SNCF est provoqué par l'absence d'alternative et de compensation gagnante. 

N'avoir que du désagrément à offrir ne peut amener l'adhésion des personnels roulants. En échange du recul du départ à la retraite, il aurait fallu leur proposer un très gros avantage financier. Gratuité totale d'utilisation du transport de la SNCF, heures supplémentaires 100% défiscalisées, intéressement systématique sur les bénéfices de l'entreprise, en somme, des choses fortes pour qu'ils n'y voient pas un très mauvais coup pour eux.

Plus généralement, je le conseille à Emmanuel Macron et à son Premier Ministre, Édouard Philippe, ce doit être cette méthode de réforme qu'ils doivent propulser, faute de quoi, ils finiront tôt ou tard par cristalliser les mécontentements.

Attention : pas la peine de dire qu'il faut faire de la pédagogie. Quand on n'a que de la merde à donner, on n'a que de la merde, pas la peine de prétendre que c'est du caviar. Il faut rester honnête jusqu'au bout. 

Le MoDem a l'ambition d'être l'aile sociale de la majorité présidentielle. A mon avis, ce serait son rôle que de proposer des aménagements avantageux pour tous ceux qui sont l'objet d'une réforme afin de la leur rendre intéressantes. En agissant ainsi, mon parti rendrait un fier service à tout le monde.

dimanche, 13 mai 2018

Projet social, le sage conseil de Bayrou à Macron

Je trouve que Bayrou a eu une formule très juste récemment en évoquant la perspective sociale des prochaines années : 

«Je comprends qu'il soit important de rendre la France attractive pour les investisseurs. Mais il faut aussi la rendre attractive pour les Français.»

Je ne dirais pas mieux. 

Et il a très justement ajouté que le système de distribution via des allocations de toutes sortes est un système épuisé.

Je suis d'accord.

Bayrou évoquait une défiscalisation des heures supplémentaires. C'est une très bonne piste. Je pense que beaucoup de Français en profiteraient. 

La participation dans l'entreprise est la seconde piste mais a le travers de ne s'adresser qu'à ceux qui travaillent dans une entreprise. 

Il me semble que l'aménagement du territoire est l'un des principaux vecteurs d'inégalités : c'est sur cet aspect qu'il faut faire effort sachant que les Conseils Généraux des départements s'ingénient à y travailler même si c'est avec plus ou moins de bonheur.

lundi, 07 mai 2018

Flat tax, exit-tax, ISF, le courage de Macron

Je suis impressionné par la somme d'âneries que je lis sur les réformes fiscales de Macron. Dans ce pays, toutes les élites cultivent l'envie malsaine du Français pour les biens de son prochain. Chacun truande et fraude à son petit niveau mais réclame de la "justice", justice étant entendue comme faculté de pouvoir spolier la richesse d'autrui et le déposséder de son bien.

Macron a eu le bon sens de supprimer l'ISF. Nous sommes le seul pays du monde à le pratiquer. Petit à petit, les plus riches quittent le pays réduisant progressivement l'assiette de ponction des impôts. Il faut le comprendre, un peu plus de 50% des Français ne paient plus d'impôt sur le revenu. Dans les faits, ce sont les très riches sur lesquels l'opinion crache constamment qui le financent. Qu'ils partent et beaucoup vont commencer à pleurer quand il faudra se serrer la ceinture. 

La Flat tax : l'idée est de favoriser l'investissement en France. Cela suscite dans la pensée gauchiste française, largement représentée à droite, les cris d'orfraie les plus furieux. Mais bon sang, un placement, c'est un risque. L'accumulation du capital a permis les plus formidables progrès de l'humanité dès lors qu'il n'a pas été rendu inefficient à cause de la corruption. On préfère en France la vulgate marxiste et toutes ses approximations. 30%, cela me semble largement suffisant. Et je pense qu'on devrait en faire autant avec l'impôt sur le revenu. 

Ce qui est choquant, ce n'est pas le haut salaire. Ce qui est choquant, c'est quand l'organe décisionnaire ne répond plus de ses actes. On devrait légiférer sur les conseils d'administration des entreprises, a fortiori quand ils prennent des décisions qui vont à l'encontre de la volonté des actionnaires. C'est cela qui pose un vrai problème : la dilution de la responsabilité. Quelque chose que Schumpeter avait pressenti et que j'ai analysé ici. Pas étonnant de voir les membres des CA passer de la fonction publique à l'entreprise dans notre pays tant la collusion est grande. Là, je veux bien qu'on légifère.

Exit tax : elle rapportait quelques dizaines de millions d'euros, c'est à dire une paille au regard de la complexité qu'elle entraînait. Au passage, une véritable entrave à la liberté d'installer son foyer fiscal où l'on veut. Il vaudrait mieux se demander plutôt pourquoi les plus fortunés finissent par se barrer. In fine, le suivi de cette taxe exigeait un tel effort de suivi et de contrôle qu'elle n'avait pas de sens et poussait des entreprises à ne pas venir s'installer chez nous. Macron a bien fait de la supprimer.

A sa place, j'aurais été jusqu'au bout mais j'imagine que la pression populaire ne le permettait pas. Quand je vois comment on le pointe du doigt en le qualifiant de président des riches...Ridicule !

Le calcul de Macron est très simple et évident : il sait qu'il faut de la croissance pour générer de l'emploi et même pas mal. Il essaie donc de rendre notre pays amical pour le commerce. Il a du boulot...

 

20:47 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

mardi, 31 octobre 2017

ISF : le MoDem a bien tort d'imiter la gauche

J'ai été assez agacé des réactions du MoDem sur l'ISF. L'amendement présenté visait à vider de sa substance la courageuse décision d'Emmanuel Macron. Heureusement, Bruno Lemaire n'a rien lâché. Ce n'est pas la première fois que je le dis : le MoDem ne gagne rien à imiter la gauche. On peut dire que le projet qui consistait juste à sortir la détention de titres de l'assiette de l'ISF n'était ni plus ni moins une manière de conserver cet impôt imbécile et spoliateur. Aucun autre pays que la France ne le pratique, d'ailleurs. Macron, qui me plaît de plus en plus, a très finement analysé ce qu'il y a derrière l'ISF et, par là, le mal dont souffre la France : la jalousie. Mon éducation catholique me pousserait plutôt à dire qu'il s'agit d'un des sept péchés capitaux : l'envie.

En tout cas, un sondage du début du mois d'octobre montre qu'il existe une majorité de Français pour ne pas être aussi hostiles qu'on pouvait le croire à cette réforme : à condition d'inclure les signes ostentatoires de richesses, yachts, lingots, voitures de luxe, 56% d'entre eux sont favorables à la réforme proposée par Macron.

J'apprécie, pour l'instant, que ce président fasse exactement ce qu'il a dit, ni plus ni moins. 

11:26 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : isf, modem |  Facebook | | |

lundi, 30 octobre 2017

Les JO et les APL

Je peux entendre que l'État doit faire des économies. Je suis sceptique sur les gains que représentent cinq euros de moins de versements d'APL, mais soit, admettons. Mais quand je vois que le gouvernement s'apprête à dépenser des milliards d'euros pour organiser les Jeux olympiques à Paris, je suis furieux. La Tribune avait fait un article sur le plan de financement de ces jeux. Dans le projet actuel, l'État et la Mairie de Paris mettraient la main à la poche pour 1.5 milliards d'euros. Tous les budgets des JO précédents ont sévèrement dérapé. Je ne doute pas un seul instant que cela sera le cas des nôtres, à fortiori en connaissant le goût prononcé d'Anne Hidalgo et de sa majorité pour les festivités dispendieuses.

J'en ai assez des projets pharaoniques que personne n'a demandés. C'est le travers délirant des élus de la République de longue date. On voit très bien par là que ce n'est pas leur argent. Ils nous donnent des leçons en permanence, font les vertueux mais jettent par les fenêtres l'argent de nos impôts. Comme si nous n'avions pas d'autres besoins. Si on m'avait dit que la France voulait investir un milliard et demi d'euros dans la recherche, j'aurais certainement approuvé ce projet tout en interpellant les pouvoirs publics sur le financement de l'opération. Mais trois milliards pour des jeux...c'est insupportable. Anne Hidalgo va en profiter pour pourrir encore plus la vie des Franciliens sous prétexte de travaux prétendument éco-citoyens et soyons certains que les impôts locaux et régionaux vont exploser parce que quelqu'un devra bien payer l'addition.

 Je suis furieux que la Région, et donc le MoDem, ait approuvé l'organisation des JO à Paris. Je constate que seuls les Verts et le Front de Gauche se sont prononcés contre ces JO à Paris, avec des arguments très justes, au demeurant. J'espère ne pas devoir un jour finir par tirer des conclusions dans mes votes de ce que je vois voté au Conseil Régional. Idéologiquement, mis à part sur l'écologie, je ne suis pas proche des Verts et de Mélenchon, mais à force de voir des votes qui correspondent à ce que je pense pour la Région, je pourrais finir par me poser des questions un jour.

11:51 Publié dans écologie, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jo |  Facebook | | |

samedi, 23 septembre 2017

Inadéquation entre formation et offres d'emploi

Je suis frappé de constater qu'il existe de monumentaux gisements d'emplois en France sans profils qui puissent y correspondre. J'avais déjà lu que le bâtiment était contraint de constamment rechercher de la main d'oeuvre immigrée faute de nationaux candidats mais ce n'est pas le seul secteur. Régulièrement je lis que la France va manquer d'ingénieurs et de techniciens dans le domaine du l'informatique et de l'électronique. C'est ce que dit par exemple un très récent article de la Tribune. C'est quand même malheureux que nous ayons trois millions de chômeurs mais que cinq cent mille offres d'emplois soient vacantes. C'est généralement le chiffre que communique la Confédération des Moyennes et Petites Entreprises.

L'idée m'est venue qu'il y avait peut-être une carte à jouer pour les seniors au chômage : je connais beaucoup de personnes qui ont des compétences en informatique mais qui l'ignorent. Ils/Elles croient que leur maîtrise du numérique est basique alors qu'en réalité, ils/elles sont déjà nettement au-dessus du niveau informatique moyen de la population française. Je trouve qu'au niveau de la formation continue, il y aurait peut-être quelque chose à faire, à condition que les entreprises jouent le jeu. Le plus logique serait qu'elles soient parties prenantes de certifications dans ce domaine mais, du coup, qu'elles s'engagent à embaucher les profils voulus ainsi créés...

09:42 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : emploi, numérique, formation |  Facebook | | |

dimanche, 21 mai 2017

Un modèle payant possible pour la presse

Je vois que la presse a bien des difficultés : presque tous les magazines et quotidiens deviennent payants avec un système d'abonnement. Je pense que ce modèle pèche par un travers : si l'on veut lire un article, il faut systématiquement créer un compte et prendre un abonnement au moins d'un mois.

Je pense qu'un système qui marcherait serait de proposer chaque article ou numéro du jour ou de la semaine à l'achat via paypal.

Je renonce très souvent à lire une information à cause de cela : pas envie de créer un compte et de m'abonner durablement alors que seul un article m'intéresse.

Parmi les magazines et quotidiens qui pour moi font les frais de cette absence de diversité d'offres, il y a le Parisien, auquel j'aurais très souvent acheté des articles s'ils mettaient en oeuvre cette solution, et Le point. Mais ce ne sont pas les seuls, Le Monde, Le Figaro, sont aussi concernés, je les consulte souvent.

Bref, il faut faire comme en kiosque mais en ligne : pouvoir acheter à l'unité.

Je tiens le pari que ça marcherait très bien et générerait pas mal de revenus.

18:33 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : presse |  Facebook | | |

dimanche, 26 février 2017

Taxe d'habitation : idée généreuse mais c'est aux maires de décider

Mes lecteurs l'ont compris, je soutiens Emmanuel Macron, désormais, mais, je n'ai pas pour autant perdu mon sens critique.

J'ai trouvé son programme économique pertinent et modéré, s'appuyant sur des conjectures très raisonnables mais il y a un point qui me chiffonne dedans : Emmanuel Macron annonce que 80% des Français ne régleront plus la taxe d'habitation. Je suis pour une diminution de la fiscalité mais contre la manière de faire à trois titres :

1.Tous les Français doivent participer à l'impôt. Progresser vers un système ou une petite minorité supporte les dépenses des 80% restants, c'est une très mauvaise direction et, pour le compte, une mesure typiquement socialiste. Regardons Paris ou le 16ème arrondissement, tout en étant conchié régulièrement par la majorité municipale, paie à lui seul 50% des impôts locaux de la ville, je trouve que ce n'est pas sain, quand bien même c'est l'un des plus riches. Cela revient petit à petit à donner le droit à une majorité de s'arroger le pouvoir de décider comment doit dépenser ou non l'argent que possède une minorité. Ce n'est pas la même chose qu'une participation à l'effort commun.

2.La taxe d'habitation est une taxe locale. C'est aux habitants de chaque ville de définir ce qu'ils veulent ou non comme fiscalité, et in fine au maire de chaque ville. Un système ou l'État décide revient à recentraliser le pouvoir ce à quoi je suis très opposé. Je pense que l'État ne doit pas imposer aux collectivités locales leurs obligations et leur fiscalité.

3.Si l'État compense le manque à gagner, car je ne vois pas d'autres options que de le compenser, ce ne sera pas une véritable baisse d'impôts. D'une manière ou d'une autre quelqu'un paiera à moins que l'effort soit financé sur la base d'économies cas dans lequel, par curiosité, j'aimerais bien savoir lesquelles...

Conclusion : bonne tendance mais il faut trouver un autre biais, qui concerne tous les Français sans exception, et préserve les libertés des collectivités.

14:36 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : taxe d'habitation, macron |  Facebook | | |

samedi, 18 février 2017

Le pari de Marine Le pen

J'ai un souci avec Marine Le pen. En fait, je ne la déteste pas. Je ne la crois pas fondamentalement malhonnête (bon, il y a quand même le petit épisode de son garde du corps au Parlement européen, hein ?). Je pense qu'elle essaie de créer un parti de droite populiste et, pour ce faire, elle essaie de nettoyer le FN tant de ses éléments les plus extrémistes que des mesures programmatiques les plus rédhibitoires, aux yeux des Français du moins. On le voit avec l'euro dont la sortie automatique ne figure plus à son agenda ou encore la peine de mort à laquelle elle a pour l'instant renoncé. On voit aussi qu'elle s'entoure, comme dans les autres partis, d'énarques, de cadres administratifs, de polytechniciens et plus généralement d'une intelligentsia de haut niveau. 

Je concède aussi que c'est une femme intelligente et belle, charismatique et qu'elle a toujours de la tenue dans ses réunions, émissions et interventions politiques.

Le plus inquiétant, c'est que ce qu'elle dit n'est pas déconnant à 100%.

Jusque là, on pourrait se dire «Mais ? il nous fait une lune de miel avec le FN ou quoi ? Mẽrda, il est tombé amoureux de la Marine ?» . Non, les amis, pas du tout. Je ne suis pas dupe. Ok, tout le monde n'est pas à jeter au FN mais je n'oublie pas un certain nombre de fondamentaux.

Ce parti recèle encore un sacré ramassis d'antisémites, négationnistes, néonazis, intégristes et autres fumiers de tout poil. Dans un sondage qui a moins de deux ans, on voyait aussi que l'électorat du FN était celui qui comportait le plus d'électeurs antisémites (jugeant que les Juifs prenaient trop de place en France) : près d'un sur deux. C'est aussi au sein de ce parti que s'étalent au sens propre (lors des événements et des meetings) tout une littérature révisionniste (avec ses maisons d'édition spécialisées).

Tout cela, je ne l'oublie pas.

Je donne quitus à Marine Le pen de ses efforts pour tenter de nettoyer les écuries d'Augias mais je constate que le compte est encore loin d'y être.

Et puis quand je lis les 144 propositions, quand j'ai dit qu'elle n'était pas déconnante à 100% ça ne veut pas dire que tout est sensé pour autant.

Le plus délirant, c'est sur l'immigration. Plus de double-nationalité extra-européenne ? Ah ? Et les couples franco-russes, par exemple, puisque Madame Le pen est une grande amie de Poutine, ils feront quoi ? Idem pour les franco-américains, et cetera, je peux allonger la liste. 10 000 étrangers sur le sol français par an ? Bon, on chasse tous les expatriés et les étudiants étrangers alors ? Voilà une mesure authentiquement délirante.

Tout le caractère protectionniste de son programme fait plus que de m'inquiéter : je me demande si elle a percuté qu'à chaque mesure protectionniste de la France correspondra une mesure similaire chez nos partenaires avec toutes ses conséquences sur nos exportations et donc l'emploi.

Autre chose : Marine Le pen a l'air de penser qu'elle pourra imposer aux banques leurs taux d'intérêt quand elles font des prêts. Je me demande si elle a bien compris comment marche une banque. C'est bien simple : soit elle peut rentrer au minimum dans ses fonds soit elle ne le peut pas et dans ce cas, elle ne prête pas. Au pire, si on la force à prêter, elle cesse ses activités dans le pays où elle est active et/ou s'expatrie. Résultat des courses : assèchement généralisé du crédit. Beau résultat.

 Je vois beaucoup d'État dans le projet de Madame Le pen. A-t-elle songé qu'il ne faudrait pas le confondre avec la hotte du Père Noël et que toutes ses interventions ont un coût ? Comme je ne vois pas d'autres biais que l'impôt ou la création monétaire (mais si elle n'est pas adossée à de la création de richesses elle aboutit à une dévaluation et donc à une baisse sauvage du pouvoir d'achat), je dois dire que je serais passablement angoissé si elle devait arriver au pouvoir.

Supprimer l'AME, banco sur le plan sanitaire : les clandestins qui ne pourront plus se soigner deviendront contagieux et des formes résistantes de pandémie pourraient se répandre sur tout le territoire national. Quand le cauchemar devient réalité. Bravo, Madame Le pen, pour votre méritoire roman d'anticipation...

Je tape là où cela fait mal, mais dans le reste de son programme, il y a pas mal de choses qui sont loin d'être idiotes. Le problème, c'est qu'elles relèvent quand même pas mal de voeux pieux avec un État devenu impuissant. Car c'est bien ce que je crains qu'il adviendrait à un État Front National.

Dernier point, et cela touche la santé : apparemment la filière biologique, cela n'existe pas en France, si l'on en croit son programme. Pas un mot dessus. Or, en termes de santé, vu les ravages créés par les pesticides et les adjuvants les plus nocifs dans la production alimentaire française, il faudrait un tantinet s'en préoccuper, non ?

mardi, 24 janvier 2017

Bayrou, Macron, deux antipodes

Je ne vais pas être très long. Daniel Cohn-Bendit explique que si Bayrou ne rejoint pas Macron, c'est une question d'ego.

L'analyse est d'une stupidité sans nom et contredite par les faits. Bayrou était tout prêt à s'allier avec Alain Juppé. Cela prouve bien qu'il n'accorde pas plus d'importance que cela à sa candidature dès lors qu'il estime qu'elle ne fait pas sens.

On connaît Daniel Cohn-Bendit, il est de mauvaise foi depuis longtemps, ce n'est pas nouveau.

Faute de disposer d'un programme de la part de Macron, je me suis rendu sur le site de militants dévoués qui ont religieusement essayé de donner une cohérence à ce qu'ils avaient entendu de sa part.

Cela ne fait pas foi, on s'en doute, mais, en dépit du caractère disparate de la recension, on peut se faire parfois une vague idées sur quelques sujets.

Le site s'appelle Vision Macron.

J'ai regardé quelques points qui m'intéressent.

La stratégie industrielle, les 35 heures, la flexi-sécurité, l'économie circulaire, la compétitivité française, un capitalisme de long terme, et repenser l'école.

Sur l'industrie, il n'y a rien. Se contenter de penser et de faire de la formation. Ah si, aggraver les effets de la loi El Khomri pour que tous les accords soient négociés au plus près de l'entreprise. Bref, rendre le salarié plus vulnérable. Il veut aussi alléger les charges sur les entreprises. Je ne suis pas contre, mais il faut bien comprendre qu'il escompte le financer par un redéploiement et un élargissement de la CSG. Ceux qui applaudissent doivent comprendre qu'in fine, ils paieront plus d'impôts et que ce seront eux qui financeront l'effort de compétitivité...

Je trouve qu'on est donc très loin du niveau de réflexion de François Bayrou sur la stratégie industrielle, notamment sur ce qu'elle peut déployer en services associés et en pérennité pour justifier des coûts en apparence plus élevés. Macron incante, mais pour l'instant, il n'a pas l'ombre d'une idée. 

Côté énergétique, aucune proposition sinon la promesse de conserver le nucléaire parce qu'il permet une production d'énergie décarbonnée. Sur ce point, outre le renouvelable, j'aimerais tout de même qu'on observe un jour les progrès technologiques accomplis avec les autres énergies ou encore qu'on s'intéresse davantage à la fusion à froid, pour autant qu'elle soit possible.

Sur l'économie circulaire, Macron se limite à évoquer le recyclage. D'accord, quitus, mais après ? Rien. Pas de raisonnement sur le circuit court, et, en tout cas, pas de raisonnement valable sur l'emploi de proximité.

De manière générale, tout est de cet acabit. Bien sûr, le travail effectué par les militants qui ont fait ce site est remarquable car ils sont parvenus à faire un peu avec rien. Il n'en reste pas moins qu'à l'heure actuelle, Macron ne propose pas de vision structurée.

Si je m'en tiens donc à son action politique, c'est à dire ce qu'il a fait sous le quinquennat de François Hollande, on peut dire qu'au moins dans le domaine de l'économie et du travail, on est très loin du projet de François Bayrou.

Le ralliement de soutiens aussi éculés et peu crédibles que Minc, Kouchner et Attali est le signe d'un dégonflement imminent de la bulle. Macron devra tôt ou tard répondre aux questions que la trop bienveillante sphère médiatique se garde bien de lui poser.

11:00 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : macron, bayrou |  Facebook | | |