Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 25 mai 2021

IDF : de l'impuissance en politique (Régionales)

J'ai toujours eu un problème avec les élections régionales. Je ne sais pas si c'est lié à une décentralisation qui n'a de décentralisation que le nom.

Je n'identifie pas vraiment ce que peut la Région pour moi. Je relis régulièrement la fiche wikipedia sur le sujet, mais sans conviction.

Mes priorités, c'est quoi ? 1.La sécurité (je n'en peux plus de la racaille toujours plus arrogante) 2.  La fluidité des transports, et notamment des déplacements automobiles 3.Le développement de l'écologie  (le bio surtout), de la production locale et plus largement de la production française, et pas qu'alimentaire.

Pour les transports, tant qu'il y aura Hidalgo au pouvoir à Paris, on ne pourra rien faire. La Région est impuissante, elle ne peut pas l'empêcher de paralyser le trafic sur tout l'île de France et de provoquer des déports de pollution atmosphérique assez monumentaux.

Il y a les transports en commun. L'arc-express se construit peu à peu mais c'est une action de longue haleine. Elle met en jeu de nombreux acteurs. Donc la Région y participe, certainement, mais mis à part si je devais voter pour les tarés et les complotistes, je n'ai pas à craindre un retour en arrière des formations politiques modérées sur ce point.

La sécurité, j'ai bien noté la proposition de Laurent Saint-Martin, qu'a reprise Valérie Pécresse (police régionale), mais j'exprime mon scepticisme. En réalité, la Région n'a aucun pouvoir dans ce domaine. Ça dépend de l'État et même ainsi, pas suffisant. Les réformes à faire sont monstrueuses et impliquent la justice, la police, la construction de prisons, l'allocation de moyens à la justice, et la révision des lois. Ce n'est pas la Région qui va faire cela.

Sur la production locale, je crois que la Région pourrait faire quelque chose : elle distribue les fonds structurels européens. Je pense qu'elle doit aussi avoir quelques fonds propres. Dans ce domaine, elles ne m'ont pas l'air très efficaces, les Régions. Toutefois, j'avoue ne pas vraiment cerner ce qu'elles peuvent faire exactement. De plus, les exemples d'intervention des Régions dans la sphère économique ont rarement été couronnées de succès. Il y aurait quelque chose à faire sur le Made in France, mais je trouve qu'en île de France, dans ma région, personne n'en parle vraiment ou alors c'est cosmétique. Pourtant, protection des emplois, environnement, limitation des transports, cela n'apporterait que des bienfaits.

Je m'intéresse aussi un peu aux lycées puisque la Région intervient : eh bien quand je vois l'état des lycées parisiens, notamment les plus anciens, on ne peut pas dire que le job est fait côté entretien. Pour le reste, je pense au moins en île de France, que c'est plutôt pas mal.

Sur d'autres aspects qui m'intéressent, le coût du logement, la décongestion par le télétravail et plus généralement d'autres formes d'organisation du travail, je ne crois en aucune manière à la capacité d'action de la Région. Trop de choses ne dépendent pas d'elle et quand elle peut agir, elle est généralement incompétente. Moi je crois qu'il faudrait pouvoir financer ponctuellement des expérimentations afin de voir ce qui marche : il ne s'agit de pas jeter l'argent par les fenêtres mais d'avoir une sorte de laboratoire du travail pour examiner ce qu'on peut en tirer pour désincarcérer les Franciliens de l'étau de contraintes et de coûts dans lesquels ils sont. On pourrait au passage réfléchir à ce que peut apporter l'économie sociale et solidaire (je pense par exemple aux Tiers-lieu).

Bref, j'ai lu les différents programmes, et rien ne m'enthousiasme vraiment : j'ai l'impression que tout le monde dit à peu près la même chose, avec quelques nuances. Ce qui est sûr, c'est que je ne veux voter ni pour le RN (un jour, amusez-vous à examiner ce qu'ils votent, et vous verrez alors à quel point ce sont des nuisibles. Ne vous fiez surtout pas à ce qu'ils racontent...) ni pour la PS Audrey Pulvar et ses potes indigénistes (pourquoi ne rejoint-elle pas LFI, au fait ?). Quand je l'entends soutenir une véritable tripotée de délinquants de banlieue en expliquant que la police commet des assassinats...je fais des bonds... Normalement, PS contre RN, y'a pas photo, je vote PS. Mais Pulvar contre Bardella, ce sera l'abstention pour moi si ça devait se produire. Heureusement, on n'en est pas là. En revanche, lors d'un second tour, si Pulvar devait risquer d'être élue, j'en tirerais un certain nombre de conséquences quant à mon vote...

 

 

 

15:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : régionales, idf, pulvar |  Facebook | | |

Détournement biélorusse, un acte de guerre ?

Je me demande comment qualifier exactement le crime accompli par la Biélorussie. Les sanctions doivent être très fortes. 

Tout sent le piège innommable. Des agents russes créent un incident, on parle dans l'avion d'alerte à la bombe. C'est un prétexte pour envoyer un avion de chasse et intimer à l'avion de ligne de Ryanair d'atterrir sur le territoire biélorusse.

Une fois sur place, la police politique s'empare de l'opposant recherché. Roman Protassevitch est tabassé pendant la nuit de manière à lui faire avouer n'importe quoi le matin.

Il faut taper le plus fort possible sur le despote biélorusse et sa clique.

L'Europe a bien réagi en isolant immédiatement l'espace aérien biélorusse. Une réunion de l'OTAN va avoir lieu et c'est une bonne chose. Il s'agit d'un acte de guerre, il ne peut demeurer impuni. Acte de guerre et acte de piraterie institutionnelle, les deux. Loukachenko doit payer le prix fort. Il ne faut surtout pas qu'il s'en tire sans dommages. 

 

samedi, 15 mai 2021

Promenade avec Marlène Schiappa aux Serres d'Auteuil

Les promenades dans les parcs parisiens réservent parfois d'heureuses surprises. La mienne, cela a été de croiser la route de Marlène Schiappa aux Serres d'Auteuil. Je vais être honnête, j'ai un parti pris : j'aime bien Marlène Schiappa. Et...j'ajoute que...si elle paraît très belle sur les écrans, elle l'est encore plus en réalité :-)

C'est vraiment quelqu'un de très simple : pas de chichis, pas de cire-pompe autour d'elle, pas de simagrées. Elle communique simplement et librement. Une Parisienne comme on peut en croiser à Paris, en somme.

Cela étant dit, c'est le programme qu'elle défend qui m'intéresse, c'est à dire celui de Laurent Saint-Martin, la tête de file LREM/MoDem en île de France, pour les régionales.

Laurent Saint-Martin a choisi de dévoiler au compte-goutte et au fur et à mesure ses propositions pour l'île de France. Je ne suis pas convaincu que ce soit une bonne stratégie, mais, en la circonstance, je donne mon avis sur les deux du jour.

1.Une police régionale chargée de veiller sur la sécurité des citoyens avec comme avantage de pouvoir rayonner sur l'ensemble de la région sans devoir être contrainte ou bloquée par un possible empiètement sur une autre juridiction.

Sur le papier, c'est bien. Dans la réalité, il va falloir commencer par changer la loi car les Régions n'ont aucune compétence qui leur permettrait de mettre en place une telle force. Autant dire que ce n'est pas demain la veille que la mesure verra son application. Et je ne parle même pas de la difficulté à se mettre d'accord avec la police nationale et la gendarmerie. 

2.Un plan d'épargne sur lequel chaque euro cotisé par un francilien est abondé d'un euro supplémentaire par la région. L'inconvénient, c'est que c'est limité à 300 euros mais bon...300 X 2, au bout de cinq ans, on se retrouve avec 600 euros. Ne crachons pas dans la soupe...

Les fonds ainsi collectés seront directement affectés au soutien des petites et moyennes entreprises ainsi qu'aux commerces de la région. Laurent Saint-Martin compte ainsi lever 1.8 milliards de dollars pour l'économie locale en trois ans.

Astucieux.

En scannant le QRCode qui se trouve sur les tracts de Laurent Saint-Martin, j'ai fini par trouver son site de campagne (victoire, je le cherchais depuis un moment !).

https://enviediledefrance.fr/

Et j'ai trouvé la page facebook correspondante :

https://www.facebook.com/EnvieIDF/ 

Attendons la suite, on verra bien.

 

dimanche, 02 mai 2021

Régionales en IDF, que choisir ?

J'avoue être partagé à l'orée du premier tour des Régionales en île de France. Je sais déjà ce que je ne vais pas voter, c'est un point de gagné. Les insoumis et leurs copains islamistes et indigénistes, même pour faire barrage au RN, je ne me déplacerais pas. Les Socialistes qui leur emboitent leur pas avec les réunions non-mixtes d'Audrey Pulvar, pas mieux. Le RN, alors là...en fait, si on avait eu le RN au pouvoir avec cette pandémie, on serait dans l'état du Brésil, à l'heure actuelle. Le FN et LFI n'ont cessé de dire tout et son contraire depuis le début de cette crise. Ils ont en commun, en revanche, une ligne constante : l'adoration pour les figures autoritaires étrangères, particulièrement la Russie de Poutine. 

Bref, venons-en à ceux qui m'intéressent et là, je suis embêté.

D'un côté, j'ai Valérie Pécresse avec quelques figures centristes que j'aime vraiment bien comme Béatrice Lecouturier et Yann Werhling. Béatrice, on peut même dire que c'est la figure du MoDem qui est la plus proche de mes convictions.

De l'autre, j'ai Laurent Saint-Martin, LREM allié au MoDem. L'individu est intéressant. J'apprécie beaucoup son expérience de laboratoires législatifs à l'Assemblée nationale : il fait appel à l'expertise citoyenne pour traiter les sujets législatifs qui lui sont soumis. 

Je l'ai aussi écouté en meeting numérique, on a la même analyse de l'insécurité. C'est un sujet qui me tient à cœur alors évidemment, j'ai dressé l'oreille. Son idée de police régionale ne me paraît pas idiote, surtout concentrée sur les transports en commun parce que c'est bien là qu'a lieu le plus grand nombre d'agressions et qu'en plus, c'est forcément très anxiogène pour les usagers, surtout les femmes, auxquelles il veut prêter une attention particulière.

J'aime bien également Marlène Schiappa qui sera sa tête de liste à Paris : je trouve qu'elle n'a pas sa langue dans sa poche, et, au fil du temps, je trouve qu'elle a évolué vers une position politique qui n'est pas très éloignée de la mienne.

Maintenant, face à cela, j'ai Valérie Pécresse, et franchement, je n'ai rien à lui reprocher sur la gestion de la région. Elle a fait le job, elle n'a pas surenchéri pendant la pandémie et elle s'est montrée pragmatique.

Ça m'embête de ne pas soutenir une liste MoDem-LREM, parce que je pense que la majorité présidentielle doit vraiment avoir des représentants élus. Mais là, je parle pour le premier tour.

Au second tour, il y a un risque avec la fusion des gauches : la gauche, on a vu ce que cela donnait à la Région par le passé. Nulle. Et celle qu'on a là, elle est carrément nuisible. Je n'en veux à aucun prix. Donc, si elle peut risquer de l'emporter, moi, c'est zéro risques au second tour. Encore, j'aurais une liste de droite réactionnaire en face, bon, je me dirai qu'entre la peste et le choléra, je ne choisis pas, mais, Valérie Pécresse ne mange pas de ce pain-là.

J'ai encore le temps d'y réfléchir : entre deux amours, mon cœur balance...

15:31 Publié dans Lectures, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | |

mercredi, 23 octobre 2019

Quel bilan pour Anne Hidalgo ?

Quand je considère le bilan d'Anne Hidalgo sur les six années écoulées, je suis partagé.

Très clairement au passif :
- le niveau d'encombrements et de travaux sur l'ensemble de Paris et même d'une partie de l'île de France. 
Je veux bien admettre que certains travaux sont indispensables (sécurité électricité, gaz et eau, entretien de la voirie) mais d'autres sont tout à fait surnuméraires.
- l'endettement de la ville de Paris passé de 3.6 à 5.7 milliards d'euros. Ça retombera tôt ou tard sur le dos des Parisiens, c'est inévitable.
 
Mitigé 
- la pollution. Je regarde l'historique global d'Airparif entre 2011 et 2018 pour couvrir une période pertinente. C'est vrai qu'il y a une évolution positive, c'est assez net  mais j'émets un doute sur la qualité de l'analyse : si on met des capteurs toujours au même endroit mais qu'on y coupe la circulation, évidemment on a l'impression que cela s'améliore. Les reports de circulation n'ont jamais été analysés avec des données réelles. Les estimations ne sont pas fiables.
Plus grave : on parle des automobiles mais on omet le métro à l'intérieur duquel les taux de saturation de l'air en particules sont gravissimes et bien plus importants que dans les automobiles. Or, sur ce terrain-là, Anne Hidalgo et son équipe n'ont strictement rien fait.
- autolib et velib
J'aimais bien autolib (après avoir pas mal râlé dessus à sa création, je l'avoue). Rien ne la remplace et surtout, les opérateurs privés ne couvrent que Paris. Autant dire qu'ils ne servent à rien du tout. Velib, on a vu la catastrophe au changement d'opérateur mais le fond du problème, c'est l'absence de sanctions contre les vandales. 
- la hausse de l'immobilier
J'ai du mal à accuser Anne Hidalgo de ce phénomène. Je pense que le problème est plus large. Tant qu'on n'aura pas des transports en commun extrêmement rapides et accessibles pour gagner la grande banlieue voir la province proche et du télétravail très développé, on ne s'en sortira pas. Paris est petite et même si elle était plus grande, il suffit de voir ce qu'il se passe à New York ou Londres pour comprendre que les prix augmenteraient dans tous les cas de figure. 
Je tiens à préciser que la plupart des logements sociaux qui ont été construits ces dernières années (exemple, ceux qui se trouvent à côté de la piscine Montherlant) sont tout simplement hideux. D'une laideur sans nom, sans aucun respect pour le paysage environnant.
 
A l'actif
- Il y a eu une modernisation globale des services de la ville avec un paris.fr de plus en plus efficace et complet, la possibilité de régler le stationnement par mobile et de manière générale bien plus de services et d'informations dématérialisés.
- la végétalisation de la ville va, me semble-t-il dans le bon sens. J'aime bien l'idée de pouvoir y faire participer les citoyens par des votes et des propositions, notamment sur paris.fr. C'est une manière astucieuse de faire appel à l'intelligence collective.
- les aménagements sportifs : je trouve que cela progresse vraiment sauf pour les piscines. Leurs horaires d'ouverture sont très notoirement insuffisants et pas du tout adaptés à la réalité du temps de travail des Parisiens.
- l'offre culturelle demeure de bon niveau. Je regrette la fermeture de plusieurs salles de théâtre pas franchement soutenues, toutefois.
 
Mea culpa
Il y a des choses contre lesquelles j'ai râlé et fort, notamment la transformation du Jardin d'Acclimatation et la construction de la Fondation Vuiton (plus ancienne). Mea culpa, c'est magnifique. Vraiment chouette.
 
L'avenir
Je frémis des projets en cours : Paris 2024 contre lequel Anne Hidalgo s'était pourtant engagée en 2014 va faire de notre ville un enfer. 
Quand j'entends qu'il est également question de faire du périphérique un boulevard urbain, c'est un cauchemar. Comme si le niveau de bouchons et d'encombrements n'était pas suffisant ! 
 

16:48 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | | |

lundi, 10 juin 2019

Périphérique à 50 km/h ? Entre lubie et folie

Je suis atterré par la foultitude de bêtises que j'entends sur le périphérique. Anne Hidalgo, les Verts, mais les centristes aussi (!) rivalisent de propositions délirantes.
Soyons très clairs : la fin des voies sur berge est un échec total. Pas la moindre diminution de pollution, le trafic ne s'est pas évaporé. Dans les rues de report, aux heures de pointe, la pollution a au contraire sévèrement augmenté.
Une vitesse limitée à 50 km/h ? On sait que pour la plupart des véhicules, en-dessous de 60-70 km/h, le régime du moteur n'est pas optimal, il pollue davantage.
Le pire, ce sont les démarrages et redémarrages que provoquent des feux, hors, je crois bien que c'est dans le projet ! 
Je n'ai qu'un mot : débile !
Par ailleurs, les experts le disent, une telle limitation serait totalement marginale. La seule manière de frapper un grand coup contre la pollution, ce serait de supprimer d'un coup toutes les automobiles thermique à l'intérieur de Paris. Et on sait très bien que ce n'est pas possible.
La seule solution intelligente, qui ne sacrifie pas la liberté individuelle  de se déplacer d'un point à un autre qu'est l'automobile, c'est de continuer à favoriser l'émergence de véhicules non thermiques ou à hydrogène.
Cela dit, dans ce second cas, attention à ne pas déplacer la pollution ailleurs même si on respirera mieux à Paris.
La municipalité ferait mieux d'aider la RATP à dépolluer le métro, parce que ce que l'on y respire vaut apparemment bien le périphérique.

09:41 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : automobile, périphérique |  Facebook | | |

vendredi, 01 février 2019

Bilal Hassani ? Dieudonniste antisémite.

Je n'aime pas qu'on me prenne pour un imbécile et je crois bien que Bilal Hassani s'est bien foutu de nous.
Je passe sur sa composition que j'ai jugée tout à fait quelconque. Je l'avais défendu après l'eurovision parce que je le voyais la cible de pas mal d'attaques assez répugnantes.
Mais ce que je vois, c'est que de ce côté, en voilà un qui n'a rien à envier à ses détracteurs.
07 janvier 2014 à 10h36, il vocifère contre le Grand Journal sur twitter :
«Sérieux parlez pas comme ça de Dieudonné alors que vous allez chercher Vos Infos dans les poubelles, apprenez la vérité.»
Puis il réitère le 22 août 2014 en réponse à France 2
«êtes-vous stupide ? le crime contre l'humanité vient DISRAEL.»
Dieudonniste et anti-israélien, on sait ce que cela veut dire.
Les émissions de sélection des divers candidats aux concours musicaux de toute sorte feraient bien de vérifier un peu à qui ils ont affaire.
Après Menel et ses délires complotistes et antisémites, ça commence à bien faire.
Et c'est ce type-là qu'on va envoyer à Tel-Aviv ? Le même qui gémit contre l'intolérance ?
Quel sale hypocrite ! Qu'il aille se faire foutre.
Et entre nous, je préférais de loin la prestation de Seemone, même si, au final, l'ensemble des candidats de l'Eurovision se sont montrés vraiment inférieurs en niveau et en originalité à ceux de l'année précédente.
 
 
 

vendredi, 04 janvier 2019

RIC, risques et démocratie

Dans les revendications des Gilets jaunes, on trouve le RIC ou Référendum d'Initiative Citoyenne. L'idée est de rendre possible à un groupe de citoyens suffisamment nombreux d'entamer une procédure référendaire.
A l'époque des fake news galopant, une telle possibilité ouvre évidemment la voie à de très inquiétantes déviations, sans compter les forces politiques et les démagogues de tout poil à l'affût pour récupérer la chose et l'instrumentaliser.
Cela dit, même si cela ne m'arrange pas par les temps qui courent, car je soutiens le gouvernement et sa politique, je dois reconnaître que j'aurais été très heureux qu'un tel instrument au service du peuple et des minorités qui le constituent existât à l'époque des quinquennats Sarkozy et Hollande.
Depuis trop longtemps, la politique est affaire de spécialistes, c'est à dire forcément une minorité, même si elle n'est pas forcément armée de mauvaises intentions.
Par ailleurs, il ne faut pas s'illusionner : la vraie majorité des majorités politiques, ce sont les électeurs qui votent pour leur parti et leur candidat à la présidentielle au premier tour. Le second tour est un moyen d'éliminer le plus détestable des deux candidats, pas un acte de soutien, pour ceux qui n'ont pas choisi la majorité politique.
Donc, ce qu'on voit, c'est qu'une majorité politique, dans nos démocraties représentatives, est encore une fois une minorité. Certes, elle est importante, mais cela ne l'autorise pas à prendre toutes les décisions sans contre-pouvoirs aucun.
 
C'est vrai, il y a des risques, et des gros. Mais on ne cesse de prendre des décisions qui vont à rebours de ce que veulent les peuples depuis trop longtemps et je pense que cela mine nos démocraties libérales.
 
Le RIC ne sera pas l'outil d'une vraie majorité démocratique car il sera porteur la plupart du temps d'intérêts catégoriels, de minorités de toutes sortes, légitimes ou non. Ne rêvons donc pas. Mais, à défaut, il permettra d'équilibrer les pouvoirs entre les minorités qui constituent le corps démocratique et ça, je crois que c'est nécessaire.
Par ailleurs, certains craignent que des lois soient ainsi défaites. D'accord, et alors ? Est-ce qu'une loi a vocation à être gravée dans le marbre pour l'éternité ? Si elle n'est pas fondamentale, je ne le crois pas. Des lois seront défaites puis refaites et ce sera ainsi, un reflet de la vie démocratique et des opinions qui se sont et se défont au fil du temps et des évolutions.
 

16:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : ric, démocratie |  Facebook | | |

dimanche, 30 décembre 2018

Mais quand Emmanuel Macron va-t-il apprendre à gérer sa com (soupir) ?

MAJ 31/12/2018
Emmanuel Macron était en fait au Fort de Brégançon. Toute l'analyse ci-dessous est donc nulle et non avenue.
 
Alors je le dis : j'apprécie beaucoup Emmanuel Macron. Je trouve que c'est un jeune homme truffé de qualités, honnête, déterminé et compétent. Je crois profondément que les réformes qu'il a engagées redresseront notre pays.
Mais, bordel de m... quand-est-ce qu'il va comprendre qu'il ne peut s'abstraire de sa stature de président ?!!!
Saint-Tropez, non, non, non et non ! Pas le moment. C'est quand même pas compliqué à comprendre. Je ne dis pas que l'intention est mauvaise, mais je dis qu'il faut apprendre à composer avec les représentations des Français. Je sais, on est en hiver, pas en été, la jet-set n'est pas là, mais quand même. C'est connoté, point à la ligne. 
Bon sang, qu'il aille donc passer du temps dans les petits villages  des zones rurales désertées, qu'on oublie souvent, dans la très grande banlieue, non moins ignorée, mais pas à Saint-Tropez. Ça va encore renforcer son image de Président des riches. Je suis sûr que ses conseillers le lui ont dit en plus. Alors, Emmanuel Macron, il faut apprendre à écouter, nom d'un centriste ! Espérons qu'il n'y aura pas d'autres faux pas de ce genre.

15:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : macron |  Facebook | | |

samedi, 29 décembre 2018

Paris : respirer ou pas.

S'il y a bien un pari qui est perdu pour Anne Hidalgo, c'est bien celui de fluidifier la circulation automobile et de diminuer la pollution de l'air. Le Parisien l'observait le 24 octobre dernier. Les voies sur berges sont emblématiques de cet échec et, je dirais, de la difficulté qu'il y a à obtenir des résultats dans une ville comme Paris. 
Au fond, si on veut vraiment baisser la pollution, cela va surprendre les lecteurs qui me connaissent, c'est carrément tout un quartier qu'il faut rendre piétonnier. C'est ce qu'a fait Strasbourg avec son hyper-centre. Ce qu'il y a, c'est qu'à Strasbourg, pas si compliqué, on passe d'un bout à l'autre de l'hypercentre en 15 minutes de marche à pied. A Paris, c'est le temps qu'il vous faut pour remonter une grande avenue, et encore, pas entièrement, sur un seul arrondissement.
En soi, on pourrait le faire, mais c'est condamner tous les quartiers concernés à ne plus devenir que des zones touristiques exclusivement. On y trouvera des restaurants, beaucoup d'airbnb, des hôtels, quelques supérettes, les musées qui continueront à tourner, et pour le reste, l'endroit se videra progressivement d'habitants véritables. 
Il faut bien comprendre que la congestion est elle-même un facteur de pollution. Compter sur la congestion pour décourager les conducteurs est donc une bêtise sans nom. 
Et quand j'entends le projet des Verts, par exemple, qui veulent faire du Périphérique un boulevard urbain, je suis effaré. Je pense que beaucoup ne conduisent pas, ou, plus vraisemblablement, ne paient pas leur essence. J'emprunte des itinéraires différents quand je vais travailler : le paradoxe est là. En passant par Paris intra-muros, je fais nettement moins de kilomètres mais je consomme 1.5 fois plus. Si je prends le périphérique, plus de kilomètres et nettement moins de consommation. Donc, c'est simple, du côté du carburant, moins vite avec des feux partout = plus de pollution. Avec un périphérique congestionné, je pense que cela se rejoint à peu près (j'évite de le prendre quand il est dans cet état car les indicateurs de temps qui sont sur les panneaux lumineux cessent d'être fiables). 
S'ajoutent à cela les poussières de disques et plaquettes de freinage que l'on découvre bien plus nocives que l'on imaginait.
La seule solution serait de trouver un biais qui permettrait aux véhicules d'éviter Paris quand il n'y a pas de raison de s'y rendre. Sauf qu'il n'existe peut-être pas. Je crois que si on bouclait la Francilienne, ce serait toujours ça de gagné (mais les Verts s'y opposent, une fois de plus).
 
Je pense qu'Anne Hidalgo s'est trompée de stratégie. A sa place, j'aurais admis que les voies sur berge étaient incontournables et je les aurais aménagée pour y laisser passer les automobiles.
En revanche, ce que j'aurais fait, c'est que j'aurais rendu quasi-piétonnier les petits arrondissements centrés en n'y admettant plus sur les véhicules électriques et handicapés. Et sans réserve aucune, c'est à dire véhicules de livraison compris. 
Sur ce point, on aurait pu imaginer que la ville achète une flotte de véhicules de livraison et les loue aux commerçants qui en ont besoin  dans les arrondissements qui seraient devenus piétonniers pour un coût raisonnable. 
A mon avis, il faut reprendre les choses à zéro, ne pas bloquer les grandes artères de circulation et, en revanche, là où c'est possible, tout fermer sur une zone complète. 
Il faut bien y réfléchir en amont, je ne dis pas que c'est simple. 
Anne Hidalgo se concentre sur l'automobile, mais il faut en finir avec les autres sources de pollution qui sont à sa portée : le chauffage au bois qui est ce qu'il y a de plus néfaste quand il ne repose pas sur des appareils modernes et la pollution dans le métro. Sur ce dernier point, absolument rien n'a été fait. Marielle de Sarnez, dans son programme de 2014 avait pourtant proposé des directions intéressantes. J'ai vu d'ailleurs qu'Anne Hidalgo commence à appliquer une des mesures proposées à l'époque : végétaliser la ville. Sur ce point, je donne quitus à la Maire de Paris de la méthode utilisée : très bon procédé que d'associer les citoyens et de leur faire trouver et proposer les endroits susceptibles de recevoir de la verdure.
Marielle de Sarnez proposait de faire un effort important pour le métro : végétaliser les stations, climatiser et renouveler l'air frais. Je pense que ce moyen de transport gagnerait bien des voyageurs s'il était bien plus confortable. Quand je pense qu'on n'y trouve même pas le wi-fi alors que c'est par exemple commun à New-York. De même, on devrait pouvoir utiliser avec un même ticket bus et métro. On pourrait faire du métro un endroit agréable, propre et sûr : si c'était le cas, nombreux sont les Parisiens et Franciliens qui auraient envie de l'utiliser. A l'heure actuelle, ce n'est pas le cas même s'il y a quelques progrès (je pense aux lignes automatisées). 
 
Je ne conclurai pas. La question de la pollution est compliquée à Paris. Travailler dessus nécessite des analyses complexes ; des slogans ou de la politique politicienne ne peuvent en rendre compte.
 
Je reconnais à Anne Hidalgo d'en avoir compris l'urgence. Mais je lui reproche sa précipitation et une approche souvent dogmatique quand elle n'est pas idéologique (la propriété individuelle pour les automobiles, par exemple) de ce problème grave.

19:18 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pollution, automobile |  Facebook | | |