Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 septembre 2018

Blanquer, l'arabe et les langues anciennes : tout dans la com...

Je regarde avec une certaine méfiance Blanquer depuis le début de son ministère. J'ai bien noté qu'il fait beaucoup d'annonces.

La dernière en date est juste ridicule : la question de l'enseignement de l'arabe en France n'est pas un problème d'offre mais de demande. L'arabe littéraire est une langue exigeante. Ce sont les délinquants qui se dirigent le plus spontanément vers la radicalisation et on se doute bien qu'ils n'ont pas le sens de l'effort intellectuel. Jamais ils ne choisiront dans les écoles d'apprendre l'arabe littéraire. 

Bref, une annonce qui vaut du flan et qui ne trouvera aucun champ d'application sérieux.

En revanche, pendant ce temps, et derrière les annonces lénifiantes, Blanquer s'apprête à faire disparaître tranquillement les langues anciennes, le fondement de notre culture européenne commune, des lycées.

a) comme spécialité, latin et grec ne seront plus enseignés que dans deux à trois lycées par académie sauf à Paris, et, au baccalauréat, ces options cesseront de rapporter des points de bonus.

Blanquer ? Champion de l'enfumage...

dimanche, 09 septembre 2018

La racaille lâche des pitbulls sur les enfants des écoles et les passants

Donc, si j'ai bien compris cet article du Parisien qui semble ne provoquer aucun émoi ni à la Préfecture de Police, ni à l'Hôtel de Ville : 

De la racaille a élu domicile dans le quartier Évangile, pas loin de la Porte de la Chapelle dans le XVIIIème. La racaille trouve drôle de venir terroriser les enfants qui sortent des écoles avec des pitbulls qui ne sont pas tenus en laisse et n'ont pas de muselière. La racaille s'amuse également à lâcher leurs saloperies de pitbulls sur les passants. Pas la peine d'aller discuter avec la racaille, comme le dit pudiquement une habitante du quartier, ce sont des "murs".

Ma solution est d'abattre leurs saletés de cabots pour commencer et d'aller cueillir la racaille à grands coups de matraque dans la face et de tazer.

Sinon, je suis sidéré de l'inertie du commissariat local qui a pourtant été averti. Il faut faire quoi ? Constituer une milice pour se protéger, à Paris ?

Que font Anne Hidalgo et tous ses conseillers ? Rien. Que fait le préfet de Paris ? Rien non plus. Et pour compléter le lot, puisque la police dépend de l'État, que fait le Ministère de l'Intérieur ? Rien non plus.

Peut-être que tout ce beau monde attend qu'il y ait un bébé dévoré par un pitbull pour participer à la marche blanche qui s'ensuivra à grands coups de "plus jamais ça" ?

23:21 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pitbull, racaille |  Facebook | | |

mercredi, 05 septembre 2018

Fin du numerus clausus en médecine, bravo Emmanuel Macron !

Alors là, j'applaudis des deux mains. Depuis le temps que j'écris sur ce blog que le numerus clausus à la fac de médecine est une bêtise sans nom et qu'il est à l'origine et de déserts médicaux et de la présence de médecins moins qualifiés qui ont passé leur diplôme dans des pays moins exigeants !

Nous avons d'excellents candidats recalés bêtement par cette barrière qui en sus assèche nos professions médicales au point qu'on manque d'un grand de spécialistes non seulement en province mais même dans des villes aussi grandes que Paris ! 

J'en parlais dans mon billet d'avril 2017 sur la multiplication des cancers : franchement, si Macron va jusqu'au bout et le fait, il aura fait avancer la qualité des soins en France et prévenu de graves carences pour l'avenir. Je l'ai tant attendu et si souvent appelé à cor et à cris que je me réjouis de cette annonce.

22:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : santé, numerus clausus |  Facebook | | |

jeudi, 30 août 2018

Prélèvement à la source : l'usine à gaz hautement inflammable

Je ne m'étais pas encore prononcé sur la question du prélèvement à la source : ça sent l'explosion de l'usine à gaz. Compte-tenu des méandres de la fiscalité faite de niches et de cas particuliers de toutes sortes, appliquer ce modèle d'imposition va être très difficile. Je pense qu'il serait prudent de commencer par réformer et uniformiser la fiscalité et alors là, bon courage.

L'autre point, c'est qu'on a beau ne pas perdre d'argent dans l'histoire quand on lisse entrées et sorties sur une année, sur le moment, tout le monde va avoir le sentiment d'y perdre car l'impôt sera prélevé chaque mois au lieu d'être récupéré en deux à trois coups. Et là, ça va être explosif pour ne pas dire dévastateur. Autant démissionner tout de suite ou prévoir de le faire dans la foulée. Et puis même, ce n'est pas le moment de dérouler un tapis rouge au FN (pardon RN) et aux Insoumis...

A mon avis, mieux vaut faire des campagnes d'incitation pour que les Français mensualisent. Pour ceux pour lesquels c'est le cas, le prélèvement à la source devrait être à peu près neutre.

Quand on est passé du papier au numérique, Bercy a offert à l'époque un allongement des délais pour les déclarations et une réduction (petite) d'impôts pour ceux qui utilisaient Internet.

Il faudrait enclencher des incitations de ce type, de manière à ce que tout le monde y gagne, puis, une fois tous les Français mensualisés, enchaîner avec le prélèvement à la source.

Ce n'est pas faisable en un an ni en deux. Heureux si Emmanuel Macron réussit à le mettre en place à la fin de son mandat. Dans tous les cas de figure, sur un projet comme-celui-là, il faut poser les fondations avant de construire le château...

mercredi, 29 août 2018

Migrants : il faut un hot spot quelque part dans l'Union européenne.

Je me dis qu'on ne peut pas s'en sortir avec les migrations et les migrants sans disposer d'un vrai centre de tri. Et ce centre de tri, on ne peut pas les confier à des pays tiers du type Libye où l'on sait très bien que les migrants sont maltraités, volés, humiliés, torturés et/ou violés et subissent nombre de sévices.

Voici quelques principes qui me paraissent tenir la route.

Il en faut un en Europe, de préférence sur une île, et de taille suffisante pour y conduire de manière systématique tous les illégaux. 

Si c'est un île, une zone importante doit être consacrée aux centres d'accueil et des fonds européens assez importants également. Une surveillance sans faille doit empêcher toute forme d'immigration illégale en Europe. 

Il faut également être ferme. On accueille les réfugiés, mais les autres n'ont pas vocation à rester chez nous sauf besoins spécifiques sur le marché de l'emploi. On rejette de manière systématique tous ceux qui dérogent à nos valeurs (démocratie, statut des femmes) mais aussi ceux qui sont là pour abuser de notre hospitalité.

On s'autorise à faire des exceptions pour des migrants illégaux installés en Europe si leur conduite est exemplaire, qu'ils sont intégrés, respectent nos coutumes et nos lois, ne pèsent pas sur nos finances.

On considère avec bienveillance les femmes seules, ou les femmes seules accompagnés d'enfants, que l'on sait être particulièrement vulnérables.

On considère sans tendresse les ressortissants des pays où les femmes subissent des violences. On prévoit des tests pour refouler tous ceux qui ne rentrent pas dans nos critères de droit et de respect.

On cesse de faire de l'angélisme avec les mineurs délinquants et on les renvoie dans leur pays qui doit les prendre en charge, sauf situation de guerre civile.

On accueille les réfugiés sans hésitation, dès lors qu'ils respectent nos lois et se comportent correctement (nous n'avons pas vocation à recevoir les islamistes, même s'ils sont en danger dans leur propre pays). On considère avec tendresse les petites minorités opprimées, notamment dans les pays arabes (Chrétiens, Druzes, Yézidis, et cetera...).

Le hot spot : la Corse s'était proposée. Cela pourrait faire l'objet d'une négociation financière. Cela peut être ailleurs, pourquoi pas une île grecque, moyennant finances pour l'île et pour la Grèce. Il faut que le hot spot soit financièrement avantageux pour le pays qui l'accueille.

mardi, 28 août 2018

Hulot pas très loyal...

J'aurais pas mal de choses à dire sur l'écologie parce que je trouve que le gouvernement ne fait pas assez. Cela dit, à propos de Nicolas Hulot et de sa démission, j'ai deux mots à dire : je trouve que c'est peu loyal de partir quand les choses deviennent plus difficiles pour le gouvernement. J'ai toujours jugé Nicolas Hulot velléitaire. Il veut bien faire de l'écologie à condition qu'elle soit posturale, c'est à dire perché sur une position où il n'y a pas à prendre de décisions. Il aurait pu continuer à se battre ou au moins poser un ultimatum là où on aurait pu l'attendre (agriculture biologique, labels, étiquetage clair des produits dans les commerces) : au lieu de cela, il s'échappe à la nage quand il sent le vent tourner. 

 Je n'aime pas ça.

Je ne trouve pas non plus très honnête ni correct de n'avoir averti personne au sein du gouvernement de sa décision. 

Ce n'est pas facile de gouverner. Il faut mettre les mains dans le cambouis. Hulot veut rester "pur" et voudrait vivre dans un monde de bisounours où il n'y a pas de méchants, pas de combats. Il devrait lire Les mains sales de Sartre. Et pourtant c'est une histoire de communistes. Ce n'est pas si fréquent que je recommande ce genre de lecture. La pièce de théâtre n'en a pas moins le mérite de poser avec acuité la question de la confrontation de l'idéalisme et la participation au pouvoir. On y voit que les purs aspirent davantage à "purifier" l'humanité qu'à s'occuper du bien des hommes...

Il faut lutter camarade, la posture protestataire, c'est bon pour les Insoumis et autres gauchos. On voit ce que cela produit partout ailleurs : rien de bon pour l'écologie. Le marxisme a produit au moins autant de dommages que le libéralisme, et, à vrai dire, la question n'est pas tant celle du marxisme et du libéralisme que celle du productivisme, présent dans à peu près toutes les idéologies politiques.

Même dans ce champ, on pourrait s'engager dans un productivisme basé sur le recyclage et l'immatériel peu enclins à générer des dommages écologiques.

Ça n'a pas dû vraiment effleurer Nicolas Hulot.

En tout cas, il y a des individus de qualité pour le remplacer, et, pour ma part, j'ai un nom. Et sérieux. Yann Wehrling, aujourd'hui au MoDem, par le passé chez les Verts, est une personnalité politique réfléchie, honnête et pondérée, sincèrement engagée dans l'écologie. S'il devenait ministre de l'écologie, il aurait tout le poids du MoDem avec lui. Et je pense que François Bayrou en serait ravi.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron peuvent faire un bon choix. A eux de voir.

dimanche, 26 août 2018

Heures sup défiscalisées, merci Macron.

Je rigole par avance : un bon paquet de ceux qui crachent sur Emmanuel Macron et son gouvernement vont être les premiers à toucher le pactole avec la défiscalisation des heures supplémentaires. 

Tiens, mettons quelqu'un qui gagne seize euros net de l'heure et fait ses 35 heures. Pour les 8 premières heures au-delà de 35 heures, selon la loi, ses heures doivent être payées 25% de plus, ce qui signifie qu'il gagnera 20 euros de l'heure. Son taux d'imposition est à 14%, je pense. Donc, pour chaque heure sup, il va récupérer 14% de 20 euros soit 2.8 euros. S'il fait 5 heures sup par semaine, par exemple, cela donne 14 euros soit 56 euros par mois, soit 658 euros par an (je ne compte pas le mois de congé). Beau gain de salaire d'autant que son salaire est un petit salaire.

Maintenant, prenons le cas de quelqu'un qui est payé nettement plus, 30 euros de l'heure, et donc, qui est au moins à 30% de taux d'imposition. Il/Elle fait cinq heures sup, soit, 37.5 euros de l'heure. Pour chaque heure sup, il/elle va récupérer 30% de 37.5 soit 11.25 euros. Par semaine, cela donne 56.25 euros. Sur une année, 2643 euros en plus de revenus récupérés. Ça commence à sentir bon la monnaie...

Bref, je ne vais pas multiplier les démonstrations, mais c'est évident que cette mesure est une bonne mesure. Au demeurant, Sarkozy l'avait appliquée et j'avais trouvé idiot de toute l'opposition, MoDem compris, de cracher dessus, à l'époque. 

Si je rigole, c'est que je sais que pas mal d'insoumis et de socialos sont fonctionnaires et qu'un nombre assez important d'entre eux fait quelques heures sup : ils vont être les premiers à voir leur salaire augmenter. Mais ils continueront à cracher sur le gouvernement, bien sûr. 

C'est pas compliqué, de toutes façons, tous ceux qui font des heures supplémentaires reconnues vont y gagner.

vendredi, 24 août 2018

Une opposition sans projet...

Je ne dis pas qu'il n'y a pas de temps à autre dans l'équipe gouvernementale de Macron et dans son entourage élyséen quelques accrocs, mais franchement, quand je compare à ce que j'ai vu dans les précédents gouvernements, à ce qu'ont fait les Socialistes et l'UMP quand ils ont été au pouvoir et à ce qu'ils font encore quand ils l'ont, c'est le jour et la nuit.

Il y a eu un gros couac avec Benalla mais ce n'est pas une affaire d'État, bien loin des financements occultes de l'ère UMP ou des doubles discours des Cahuzac et compagnie. 

On reproche des erreurs à Madame Nyssen qui datent de plus de 20 ans. Certes, ça fait un peu tache mais il n'y a pas de quoi démissionner, non plus. 

En fait, je crois que l'opposition dans son ensemble n'a rien d'intelligent ou de novateur à proposer. Elle ne sait pas quoi dire, elle n'a rien de viable à reprocher en termes de probité à Macron et à son équipe alors du coup, elle s'accroche au moindre bout de gras.

Je n'entends pas que la politique de Macron est irréprochable et j'aurais bien des critiques à exprimer, mais en revanche, l'opposition est d'une nullité si absolue que je ne vois pas ce que je pourrais voter d'autre que MoDem/LREM à l'heure actuelle.

10:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : macron, modem, lrem |  Facebook | | |

mercredi, 22 août 2018

Quel projet alternatif à celui d'Anne Hidalgo ?

Il y a profusion de candidats pour affronter Anne Hidalgo aux prochaines municipales, ces derniers temps. Mais pour quel projet ? 

Pour ma part, je crains l'enfumage. J'ai l'impression qu'ils veulent tous lui succéder mais qu'ils ont exactement le même programme. 

Les enjeux, on les connaît : la pollution, la circulation/le transport et la sécurité d'abord. Ce sont les points centraux. On peut ajouter le logement et le statut notamment des résidences secondaires/airbnb. Enfin, la fiscalité et l'endettement de la ville sont également deux aspects importants.

Commençons par la pollution de l'air : on sait qu'en agglomération, elle est liée pour 27% au chauffage résidentiel,  25% au trafic routier, 20% aux chantiers et carrières et 14% à l'agriculture (source Airparif, Le Monde).

Toutefois, il existe des pollutions de niche bien plus concentrées : sur les axes majeurs et à proximité immédiate du Périphérique, la proportion du trafic routier bondit à 51%.

J'ai regardé les indices des six dernières années, ils sont à peu près stables. Ceci indique que les mesures prises par Anne Hidalgo pour limiter le trafic automobile ne sont pas efficaces ou en tout cas, pas suffisamment.

La difficulté, c'est que seule une diminution drastique du trafic routier permettrait un impact significatif ce qui suppose de sabrer dans la circulation. Un tel choix entre en contradiction avec la fluidité des transports. Les Parisiens motorisés n'en peuvent plus des embouteillages.

A mon avis, la seule option qui puisse réconcilier l'objectif de propreté de l'air et la mobilité, c'est la voiture propre. Le problème est que a) les voitures électriques ne disposent pas d'assez d'autonomie en dehors de la ville  b) la plupart du temps, elles ne conviennent pas aux familles de plus de quatre personnes, les batteries prenant énormément de place c) elles coûtent une fortune quand elles correspondent aux deux premiers critères (ex : Tesla). Il existait des aides du gouvernement mais elles ont été réduites. La ville a donné à un moment donné un petit complément mais c'est bien trop insuffisant pour permettre l'acquisition d'une automobile électrique.

La technologie de l'hydrogène est prometteuse mais il n'existe pas de stations de rechargement et les véhicules de ce type coûtent cher.

L'alternative, c'est d'investir dans les transports de commun mais, la quadrature du cercle, c'est qu'ils sont saturés. Les métros, les RER n'ont pas été conçus pour supporter la quantité de voyageurs qu'ils doivent soutenir aujourd'hui. Développer de grandes infrastructures en région parisienne qui les allègent prend énormément de temps (cela se compte en décennies) et coûte des milliards d'euros (on chiffre avec des dizaines). Il n'y a pas d'espoir d'amélioration à court-terme de ce côté-là.

Il resterait le co-voiturage  qui pourrait permettre des gains considérables, mais cela suppose une coordination de l'ensemble de l'île-de-France et, dans ce domaine, aucune des villes, Paris compris, ne fait d'efforts sérieux pour bâtir une plate-forme digne de ce nom avec une application de partage et des incitations fiscales. Il y a pourtant un projet à bâtir, pas forcément coûteux et bien plus respectueux de l'engagement individuel que les contraintes appliquées par l'actuelle majorité.

Par ailleurs, la municipalité se concentre sur le trafic mais ne mène aucune action sur les autres sources de pollution (le chauffage, par exemple). Plus grave : l'air du métro est bien plus pollué que l'air extérieur, et, cette fois, ce n'est pas la faute des conducteurs et des automobiles. Il a beau être plus limité en temps d'exposition, quand on atteint des concentrations de 1000µ/m3 au lieu de 80...

Sur la question de la sécurité, il y a peu d'action possible de la municipalité en dehors de la création d'une police municipale. Anne Hidalgo s'est contredit à plusieurs reprises sur ce point mais avec l'évolution de l'insécurité, elle est devenue pragmatique et s'accorde désormais avec l'idée d'une police municipale armée. Plus généralement, j'estime que ces aspects sont davantage du ressort de l'État que de la ville.

Du côté du logement, le prix d'achat continue de s'envoler, mais celui de la location est stable depuis 2014. Je ne sais pas si l'encadrement des loyers y est pour quelque chose ou non. A ce que j'ai compris, la mesure a bien stabilisé les prix mais elle a raréfié l'offre. Le compte n'y est donc toujours pas. Avec les contraintes qui sont celles de Paris (pas d'édifices de plus de 37 mètres de haut pour le logement, très petite superficie pour une capitale), je ne vois pas ce que l'on peut faire vraiment. Paris est la capitale la plus dense du monde occidental : 21 200 habitants au mètre carré ! Les Persans des Lettres persanes de Montesquieu la trouvaient déjà trop populeuse et notaient qu'ils ne mettaient pas un pied devant l'autre sans être bousculés immédiatement dans un sens ou dans l'autre.

La France est un pays très centralisé, Paris une très petite ville et en même temps très attractive. La mairie ne peut résoudre à elle seule une équation aussi insoluble sauf à permettre des immeubles d'habitation géants, mais, sur ce point, je crois que personne ne veut voir Paris défigurée.

L'une des réponses est évidemment le Grand Paris, cela fait 20 ans que l'on en parle, mais, à mon avis, outre les aspects politiques et administratifs, il ne se fera pas tant que l'île de France n'aura pas été maillée correctement en termes de transports. Comme je l'ai dit plus haut, il y en a encore au moins pour dix ans...

Restent la fiscalité et l'endettement : alors là, c'est très simple. Il faut tailler dans les grands projets et dans les embauches de personnel pour réduire l'un et l'autre. A cet égard, on devrait au moins commencer par les Jeux Olympiques. Ce n'est vraiment pas le moment et, dans tous les cas, un tel projet devrait impliquer l'île de France et non Paris intra-muros exclusivement. Il y a un gros travail d'épluchage des dépenses et des projets d'aménagement de la ville pour fixer le cap et les limites.

Une chose est certaine : on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. Moins de fiscalité, moins de dette = moins de services, c'est évident, ou alors des services payants. Il faut choisir.

Il y a un point que je voudrais encore soulever : le réchauffement climatique va aggraver les fortes températures dans les grandes villes et risque de les rendre invivables. Il faut donc réfléchir à la construction de manière à ce que les matériaux et le jeu des ouvertures génèrent de l'air mais aussi à la végétalisation de la ville. Sur ce point, ma Mairie de Paris semble avoir enclenché des mises en oeuvre bien que cette dernière manque d'études sérieuses et de lignes directrices claires.

Je ne suis pas trop pessimiste ? 

Je crois qu'être maire d'une grande ville, aujourd'hui, c'est très difficile : il faut affronter les problèmes du présent et anticiper ceux de l'avenir. Ce n'est pas chose simple, croyez-moi...

12:14 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : projet, hidalgo |  Facebook | | |

Et si on laissait crever les non-vaccinés de la rougeole ?

La bêtise anti-vaccinale commence à faire de vraies victimes : plus la couverture recule, plus la maladie progresse.

41 000 cas cette année contre 2000 il y a quatre ans. Non seulement les imbéciles mettent leur vie en danger, celles de leurs enfants aussi quand ils en ont, mais la nôtre également ! 

Cette maladie, parfois mortelle, avait quasiment été éradiquée. Et elle n'est pas la seule à revenir. Mais les théories complotistes et les professeurs Joyeux de tout acabit sont florissants sur la Toile et les médias. Et pendant ce temps, les premiers infectés succombent.

Ceux qui perdent leur enfant de cette manière sont coupables. Puissent les remords les étouffer jusqu'au terme de leur existence.

A New York, un seul individu non-vacciné en a contaminé 58 autres, non vaccinés aussi ! 

Non, on n'a pas déjà assez de maladies mortelles à des degrés divers qui nous menacent : cancer, sida, ebola, sans qu'en plus, la bêtise en ajoute d'autres...

00:08 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vaccin, rougeole |  Facebook | | |