Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 20 novembre 2014

Ancrage féministe dans l'Histoire et les traditions culturelles

Tous les ans en moyenne, la difficulté me revient comme un boomerang : je cherche toujours des livres pour ma petite fille et je ne suis toujours pas satisfait de ce que je trouve en librairie. Les héroïnes sont toujours aussi rares et j'ai parfois l'impression que les livres (au moins pour les enfants en bas-âge) ne sont écrits ou tout du moins pensés que pour les garçons.

Je dois faire une confidence : j'avais des projets d'écriture la dernière fois, mais je n'en ai pas ramé une et ils sont restés à l'état de projets...

Je cherche donc des petits ouvrages qui comptent une ou plusieurs filles parmi ses personnages principaux. Et j'ai bien du mal à en trouver. Je pourrais me tourner bien sûr vers la littérature féministe engagée, comme me l'avait suggéré par le passé Olympe, mais au féminisme de progrès généralement porté par la gauche, je préfère un féminisme enraciné dans l'Histoire parce que je le crois plus solide et plus indépendant des idéologies.

L'Histoire, comme les mythes, a été écrite par les hommes et pour les hommes. En dépit de cette chape de plomb, de grandes figures féminines la peuplent. Je ne cherche pas celles qui préfigureraient le féminisme moderne ou même qui se seraient battues pour la cause des femmes, mais simplement les écrivains, les femmes d'action, les héroïnes ou, pourquoi pas, les femmes de foi qui ont accompli des choses mémorables.

Des personnages féminins majeurs existent mais on a l'impression que les auteurs, hommes ou femmes, ne songent jamais spontanément à envisager leur point de vue pour dérouler leur histoire.

Considérons Sémiramis, la reine légendaire de Babylone : elle a été si célèbre que la mythologie grecque elle-même l'a intégrée dans ses généalogies en la faisant descendre du héros Achille et de Penthésilée, reine des Amazones, filles d'Arès et puissante alliée des Troyens pendant la Guerre de Troie. Je ne vais pas raconter toute son histoire, mais que l'on sache qu'elle est à l'origine des Jardins suspendus de Babylone, l'une des merveilles du monde antique et qu'elle a conquis un empire sans équivalent à son époque.

N'eût-il pas été logique que les ouvrages de jeunesse, même pour les petits, relatassent la légende dorée de cette reine d'exception ? Que nenni. Nicht, nada et nitchevo. Il n'y a rien à rien de tel.

Au tour d'un personnage mythologique de premier plan, maintenant : je songe à la déesse Héra. On la connaît par les travaux d'Héraclès ou encore par les vengeances qu'elle exerce contre certaines des amantes de Zeus. Si l'on est un peu plus érudit, on peut même connaître sa persévérance dans l'Iliade où elle est bien déterminée à faire la peau des Troyens et emploie tout son art à contourner les interdictions de Zeus.

Jamais je n'ai trouvé un seul livre qui adopte le point de vue d'Héra. On la présente toujours en femme trompée et outragée, un tantinet mégère tant elle paraît agressive.

Aucun livre ne s'appelle Héra ni ne narre ses aventures (J'ai un ami qui s'intéresse au personnage, cela dit, donc, qui sait, on pourrait voir un jour une publication apparaître...). Elle semble n'exister que comme faire-valoir ou figure facile de la femme mariée mais trompée qui se dispute en permanence avec son mari. En voilà une qui ne se laisse pas faire, au moins...

J'ai choisi ces deux femmes mais je pourrais en citer plein d'autres. 

Il me semble que le travail de l'archéologue féministe, ce serait de les exhumer des tréfonds de l'Histoire et des mythes afin de leur donner une seconde vie et de leur rendre justice. 

Héra, icône féministe, ça me plairait bien : c'est assez rare qu'on trouve une femme mariée dans les formes pour endosser un tel rôle.

Pour élargir mon propos, on lutterait bien plus efficacement contre les conservatismes misogyne en allant les affronter sur le terrain des traditions (qu'à mon avis, il ne faut pas leur abandonner) plutôt qu'en renvoyant ces dernières à l'obscurantisme.

23:45 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : féminisme, littérature | |  Facebook | | | |

mercredi, 19 novembre 2014

Hauchard, Dos Santos, les bobos découvrent la talibanisation des banlieues

Si ce n'était pas dramatique, ce serait comique. Je parle des articles des journaleux et des précautions de langage de la sphère politique à propos de la racaille qui sévit en Syrie.

Ils n'ont toujours pas compris, les ânes. Le problème de ces gens-là, c'est qu'ils ne viennent dans les cités racaillisées que pour se donner une posture et se construire une image. Ils n'y vivent pas et n'y travaillent pas. Ils ne les connaissent donc pas du tout.

Là, ils sont surtout étonnés de voir que de la racaille qui n'est pas de confession musulmane se soit radicalisée. Moi, ça ne me surprend pas du tout, et je l'ai déjà écrit ici.

Ce qui compte, ce sont les valeurs qui sont véhiculées dans les cités, peu importe la religion. A partir du moment où la racaille locale ne jure plus que par l'Islam pour se donner une contenance, tout le monde n'y jure plus que par Allah, que l'on y soit portugais, catholique, athée, communiste, ou tout ce que vous voudrez. Il suffit de les entendre parler des filles et du viol pour comprendre, par exemple, pourquoi les violences sexuelles viennent d'augmenter de 16% d'une année sur l'autre. 

Et que font les enfants des classes moyennes qui vivent dans ces cités ou à proximité ? Constamment humiliés par la racaille, ils finissent par en adopter les codes pour se construire une image de durs. Comme eux, ils volent, pillent, violent, caillassent la police, écoutent du rap et font des rodéos.

Alors parfois, les bobos expliquent que ce n'est pas vrai, qu'on trouve des radicalisés "bien intégrés" parce qu'ils étudient les mathématiques en faculté.

Ah. Vraiment ?

J'ai deux questions : ils viennent d'où ? Dans quelles universités ? Pas à Dauphine ni Assas. Pas à HEC non plus. Quant à admettre la force d'intégration des mathématiques...c'est très discutable. A-t-on vu un seul étudiant de lettres parmi les apprentis dhihadistes. Nada, et d'ailleurs, je ne crois pas que les lettres soient très représentées chez la racaille. Je réponds à ma première question, au fait : ils ne viennent pas de Neuilly ni des centre-villes, pas même des logements sociaux qui y sont. La réalité, c'est qu'ils peuvent avoir fait des études supérieures, ils viennent quand même des cités ou ont traîné avec leurs habitants, de préférence à l'école publique (je doute fort de trouver parmi nos talibans locaux des gens qui viennent des écoles privées catholiques, quelle que soit leur religion).

Les mauvaises fréquentations, cela mène à beaucoup de choses, le djihadisme en Syrie en fait partie. Hauchard et Dos Santos en sont la démonstration. Il reste à espérer qu'un drone américain les liquide ou qu'ils tombent sous les balles d'une résistance kurde. S'ils tombent entre les mains des sbires d'Assad, quoi qu'il leur arrive, je ne pleurerai pas sur leur sort.

15:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : dhihadisme, hauchard, dos santos | |  Facebook | | | |

samedi, 08 novembre 2014

Souvenez-vous, j'avais acheté des chaussettes Archiduchesse Made in France

Autre son de cloche, aujourd'hui, que l'évocation pas vraiment radieuse de mon premier lave-vaisselle Made in France :  parlons chaussette, c'est plus simple et plus sympa.

Alors que François Bayrou avait placé au coeur de sa campagne électorale une relance de la production nationale via le label Made in France, votre fidèle serviteur qui n'en était pas à son coup d'essai, découvrait la gamme Archiduchesse pour sa petite duchesse.

Ce sont mes mouflets qui ont testé les premiers, mais, pour tout vous dire, j'ai été tellement content de la qualité des Archiduchesse que j'en ai acheté aussi pour moi.

Alors déjà, j'ai une bonne nouvelle, amis lecteurs : les chaussettes Archiduchesse ne rétrécissent ni au lavage, ni au séchage (mais comme tous les habits, elles n'aiment pas tellement cette seconde option). Là-dessus, j'ai une technique éprouvée si vous utilisez un sèche-linge : quand le cycle de lavage de votre machine est fini, sortez vos chaussettes Archiduchesse et étirez les, je ne dis pas au maximum mais allez-y quand même. Placez dans votre sèche-linge, quand le cycle de séchage est terminé, elles restent étirées. Franchement, si vous avez le choix, l'idéal, c'est de faire sécher sur un fil : le linge est bien plus doux, bien moins froissé et sent bon. Le bonheur, c'est si vous avez un jardin et qu'il y a du vent (et encore mieux, du soleil avec) : le linge sèche en un après-midi, est presque repassé (à condition de l'avoir étendu bien proprement) et sent bon. Topissime.

Revenons à mes archiduchesses : ce que j'apprécie par-dessus tout, c'est leur solidité : vous pouvez vous laisser pousser des ongles de sorcière aux doigts de pied, elles ne percent pas. Faites la même chose avec n'importe quelle autre paire de chaussettes d'une autre marque, vous pouvez lui dire adieu dans un délai relativement bref.

Particulièrement, les soquettes sont quasi-increvables. C'est du bon textile. Les longues et mi-longues sont moins solides, mais elles tiennent tout de même bien la route. Je reviens sur mes soquettes dont je raffole tant elles sont résistantes : quand je dis increvables, j'entends par là qu'elles résistent à tout quelle que soit la régularité avec laquelle vous les mettez.

Côté couleurs, c'est pas mal aussi, mais, il faut être honnête, les couleurs vives ont assez vite fait de ternir dès lors que vous les passez au sèche-linge.

Mais enfin, pour moi qui aime les choses robustes, franchement, Archiduchesse est en pole position. N'hésitez pas à faire un petit tour chez eux. Pour information, même la teinture du fil de coton est réalisée en France !

EDIT : j'ai oublié un détail dans les points positifs. Une chaussette archiduchesse vous tient la cheville ou le mollet, selon sa longueur. Elle ne passe pas son temps à vous redescendre le long de la jambe comme certains modèles à bas prix assez pénibles.

07:21 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : chaussettes, made in france, archiduchesse | |  Facebook | | | |

vendredi, 07 novembre 2014

Achat made in France, retour sur mon lave-vaisselle Brandt

J'ai écrit à intervalles réguliers plusieurs billets sur les achats que je réalisais de produits fabriqués partiellement en France. Plusieurs mois à deux ans après, cela ne me paraît pas inutile de faire partager mon expérience. 

Si certains produits m'ont donné toute satisfaction, ce n'est pas le cas du lave-vaisselle dont j'ai fait l'acquisition en janvier 2012.

Une vraie merde.

Il faut appeler un chat un chat (et j'aime bien les chats, pourtant). Premiers dysfonctionnements dès les six premiers mois. L'appareil tend à remplir d'eau l'intérieur de sa porte s'il y a la moindre fissure. Dès que cela se produit, il se met en panne. Dans un tel cas, il faut le basculer en avant pour le vider de son eau. Encore faut-il le savoir ! Il s'agissait d'un encastrable dont la hauteur était réglable via des vis de plastiques en fait de pieds. 

De l'authentique camelote.

Très vite, le pas de vis s'est détérioré si bien que mon lave-vaisselle passe le plus clair de son temps à s'abaisser sur un pied, petit à petit, et donc à pencher, jusqu'au jour où la porte se remplit...

J'ai connu un autre épisode au cours duquel mon lave-vaisselle laissait les couverts, les assiettes et les verres dégueulasses. Il faut savoir que les pales des lave-vaisselles comportent des petits trous et que les débris alimentaires, pépins de tomates et a fortiori de citron en tête ont l'habitude de s'y loger. Les moindes oublis sont donc fatals. J'ai mis beaucoup de temps à identifier ce problème ; c'est un réparateur darty qui connaissait son métier qui me l'a indiqué (les précédents semblaient tout ignorer de la mécanique que leur employeur vendait, apparemment...).

L'inconvénient, c'est que les pales s'usent, à force, et que les trous s'ébrèchent, laissant passer de plus en plus de choses. 

Et comme du côté des pièces détachées, c'est le parcours du combattant, il ne faut pas espérer trouver les composants qu'il faudrait changer.

Pas moyen de changer le panier des couverts, très dégradé en moins de deux ans, et pour enfoncer le clou, n'espérez pas laver de grandes assiettes dans ce lave-vaisselle, sauf à les placer sur le bord sinon les pales les heurteront.

Parlons-en encore des pales : l'espèce de vis de merde de plastique qui tient la pale supérieure étant en voie d'usure avancée, il semble bien que cette dernière commence à se décaler vers le bas et menace potentiellement de tomber. 

Dans la catégorie pas du tout futée, sachez que tous les boutons de commande sur l'encastrable sont sur la tranche de la porte, ce qui signifie qu'ils sont inaccessibles une fois cette dernière refermée. Bien joué...

La piètre qualité de l'appareil n'est peut-être pas étrangère au fait que l'usine française qui l'assemblait a finalement fermé...

Je ne serais pas juste si je n'en profitais pas pour coller un coup de matraque aussi sur la tête de Que Choisir. C'est sur la base d'une de leurs études comparatives que j'ai acheté mon lave-vaisselle Brandt. Dans leur classement, il se positionnait plutôt bien (dans les six premiers appareils). Je me demande comment ils peuvent réaliser leurs tests sur des appareils récents alors qu'ils n'ont pas de recul dessus.

Vous l'avez compris, après un coup comme celui-là, je vous déconseille formellement d'acheter un Brandt. Pour info, il s'agit d'un VH13TFW. Pour ne pas terminer sur une note 100% noire, il a tout de même une qualité : quand il marche, il est très silencieux. On peut faire une sieste à côté sans problème.

Il ne reste plus qu'à évoquer mes autres achats Made in France, maintenant, mais ils feront l'objet d'autres billets.

19:29 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : brandt, lave-vaisselle | |  Facebook | | | |

jeudi, 06 novembre 2014

Qui va autoriser ou interdire les nouveaux aliments ?

Marielle de Sarnez signale dans sa dernière lettre la venue d'un texte législatif très important au Parlement européen dans peu de temps : il s'agit de fixer les règles et procédures pour autoriser de nouveaux aliments sur le marché européen.

Je ne suis pas expert de la chose mais j'ai lu avec beaucoup d'attention les conclusions d'une commission sénatoriale sur le sujet et il ne m'a semblé y lire que de bonnes choses.

Ce que je comprends, c'est que la Commission voudrait simplifier les processus en ne confiant qu'à un seul organisme de contrôle, européen cela va de soi, l'EFSA et, en somme s'asseoir tranquillement sur nos agences sanitaires nationales. Je ne dis pas qu'elles sont parfaites, et je reconnais qu'un aliment peut attendre jusqu'à dix ans avant de se voir enfin autorisé, mais elles ont le mérite de multiplier les précautions. 

Marielle de Sarnez suggérait de ne pas traiter de la même manière les aliments traditionnels d'autres pays et les fabrications ex-nihilo ou presque à partir de nano-particules alimentaires. 

Eh bien je suis d'accord et voilà ce que je propose : à l'Union européenne de valider l'existant, c'est à dire des plantes ou autres consommées par d'autres populations ailleurs dans le monde. Mais quand il s'agira de nourritures artificielles, le principe de subsidiarité devrait s'appliquer à 100% et chaque pays décider des règles qu'il applique.

On peut évidemment se dire que cela créera des niveaux de sécurité alimentaire variables d'un pays à l'autre, mais, comme Français, je préfère l'exigence dans mon pays à un dénominateur européen commun le plus petit.

Puisque Marielle de Sarnez sera rapporteur pour le groupe ADLE sur l’avis qui sera rédigé par la commission parlementaire du commerce international, je ne cache pas que j'attendrai avec impatience ses premières conclusions et ses premiers éclairages.

13:00 Publié dans Economie, Europe | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : alimentation, norme, sécurité | |  Facebook | | | |

mercredi, 05 novembre 2014

Bayrou et le barrage de Sivens : le ton juste.

Ce que j'aime chez Bayrou, c'est qu'il ne me déçoit jamais. Depuis que je le suis je ne l'ai jamais entendu céder une seule fois aux sirènes de la démagogie ou à la facilité. Dans toutes les situations où il est tentant d'appuyer là où ça fait mal simplement pour mettre en difficulté l'adversaire, Bayrou, lui, choisit toujours d'élever le débat.

J'ai apprécié à sa juste valeur ses prises de position sur le barrage de Sivens. Il a jugé, à raison, indécent d'exploiter dans un sens ou dans l'autre le décès dramatique de Rémi Fraisse. Il a eu le courage de dire clairement que le Ministre de l'Intérieur ne pouvait être tenu pour responsable de ce décès et il observe, une fois encore avec hauteur que la plupart de nos précédents responsables à ce poste ont essayé de trouver un équilibre (et il n'est pas facile !) pour empêcher les désordres sans dégâts matériels et accidents humains. C'est aussi mon sentiment. 

Je ne connais pas vraiment la situation locale alors il m'est difficile de me prononcer, mais j'observe que tous les élus locaux des environs étaient favorables au barrage. 

Comme l'observe très justement Bayrou, il semble que des décisions politiques ne puissent plus s'exécuter sans générer automatiquement de la violence, fût-elle d'une minorité. Je le rejoins encore quand il analyse que « l’ensemble de nos mécanismes de décision et d’action est à revoir parce qu’il est désespérant pour le citoyen d’avoir des décisions jamais suivies d’effets sur aucun sujet». Mais j'y ajouterais autre chose : il y a un vrai problème de confiance. Décideurs, maîtres d'ouvrage et et bâtisseurs sont joints par des liens inextricables qui fleurent bon le conflit d'intérêt. Et quand des études d'impact sont réalisées, on a le sentiment qu'elles atterrissent dans la poubelle car elles ne sont suivies d'aucun effet. A quoi sert-il d'interroger les gens si c'est pour ne finalement pas tenir compte de leurs avis ?

Je me trompe peut-être, mais j'ai le sentiment que l'habitude de s'asseoir sur l'avis de ceux qu'on consulte finit par générer de l'énervement et des tensions. Ceci ne signifie pas que tout projet doit être bloqué à la moindre consultation, mais que les différents acteurs doivent jouer cartes sur table.

22:50 Publié dans écologie, Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : bayrou, sivens, barrage | |  Facebook | | | |

mardi, 04 novembre 2014

Marine Le pen stratosphérique !

Étant donné le dernier sondage publié par l'IFOP on peut dire que la gauche est cuite et recuite pour longtemps. Marine Le pen côtoie, atteint ou dépasse les 30% dans quasiment tous les cas de figure tandis qu'aucun candidat socialiste ne dépasse 15%. Au passage, ces estimations rendent caduques en même temps que ridicules les tenants d'une autre politique et les querelles en général dans le camp socialiste. Les Français ne veulent plus de la gauche, et d'ailleurs, elle atteint à peine 30% tous candidats confondus.

Le centre n'est pas assez puissant pour être présent au second tour, sa seule chance serait une candidature Fillon, mais ce dernier n'a aucune chance d'être désigné par la droite.

Ce sera donc la droite, et, Sarkozy ou Juppé.

 Cette élection présidentielle sera aussi la dernière chance de la droite et par suite de la France avant impact contre le mur nationaliste.

23:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | | |

lundi, 03 novembre 2014

Réduire les indemnités chômage des cadres ? et puis quoi encore ?

Dans les propositions aussi débiles que parfaitement injustes dont j'ai pris connaissance sur les possibles économies que nous impose l'état de nos finances, il y a l'idée de plafonner les indemnités chômage. On verrait ainsi des cadres qui gagnent de 3 000 à 6 000 euros se retrouver dès les premiers mois de chômage à 2000 euros et quelques de revenus.

Riche idée, non ? Sus aux riches et mort aux Koulaks, tous les moyens sont bons, puisqu'ils coûteraient cher. 

Rien n'est plus faux : les cadres financent en réalité l'essentiel des assurances chômage par leurs cotisations, et même chose pour la santé. Très rarement en arrêt-maladie, ils sont peu au chômage également et travaillent la plupart du temps jusqu'à la limite d'âge.

Ce sont les mêmes qui ont absorbé par leurs impôts sur le revenu les hausses socialistes et dont les dernières lubies égalitaristes mais surtout hypocrites ont fait chuter, dès 2016, les allocations familiales, pour ceux qui ont des enfants.

70% des Français seraient favorables à cette limitation. Moi, je dis d'accord, mais dans ces conditions, que l'on limite aussi les cotisations des cadres. On verra alors si les plus furieux des néo-bolcheviks continueront de porter cette mesure minable.

23:12 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : chômage, allocations | |  Facebook | | | |

vendredi, 24 octobre 2014

Fin de vie, la sédation continue, excellente solution !

Le Comité consultatif national d'Éthique a rendu un rapport sur la question de la fin de vie hier. J'en partage entièrement l'une des conclusions : la sédation continue me paraît une excellente alternative à l'euthanasie. Cela permet de partir soulagé et non après une agonie atroce. Dans le cas contraire, on survit, et tant mieux pour peu que cela ait encore un sens. Le rapport complet est disponible sur le site.

Je suis exaspéré par l'activisme des associations Alliance Vita et Fondation Jérôme Lejeune qui cherchent à s'arroger le droit de déterminer quelle doit être ma fin de vie à moi. Je conseille de lire ce que dit le rapport et notamment le constat :  une fin de de vie insupportable pour une très grande majorité de personnes.

C'est cela que ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre les Alliance Vita et compagnie : les gens n'ont pas peur de mourir mais de mal mourir. Et le travail de sape infect de ces associations indignes, hypocrites et tordues vise ni plus ni moins qu'à maintenir cet état de fait.

Ces gens devraient un peu plus entrer dans les hôpitaux, un lieu ou un soigne, mais certainement pas un lieu de grande humanité au point que plus de deux tiers des personnels soignants considèrent comme inacceptables les conditions de fin de vie des personnes qu'ils soignent. Cela corrobore d'ailleurs tous les échos que j'en ai à titre personnel. On pourrait aussi se pencher sur les conditions dans lesquelles les soins sont donnés en général dans les hôpitaux, au demeurant.  

Ce que constate le rapport c'est que moins d'un personne sur cinq a accès aux droits que lui reconnaît la loi. Et c'est terrifiant parce que cela se traduit par des souffrances intolérables. Tous ceux qui me lisent devraient y penser et agir pour contraindre l'autorité politique et les exécutants médicaux à montrer de la considération pour les mourants.

Les recommandations du CCNE vont dans le bon sens, mais il faut absolument un contrôleur des hôpitaux qui vérifient que la loi est appliquée. Et, comme le recommande le rapport, les personnels soignants doivent prendre connaissance d'une charte des devoirs, élaborée pour eux, et être formés à associer curatif et palliatif. Je pense pour ma part que cela doit même tenir une large place dans la formation initiale, au moment où les étudiants sont encore un peu malléables.

Les conclusions du rapport rencontrent de toutes façons un large écho au sein de l'opinion des Français. Quitte à crever tous seuls dans un coin, comme c'est souvent le cas, qu'au moins on le fasse sans souffrances en sus.

Il serait long de reprendre le rapport point par point, mais je peux indiquer au lecteur que le CCNE a pris le soin d'envisager toutes les particularités avant de rendre son avis et qu'il l'a fait avec sagesse. Le mieux, encore une fois, est de prendre connaissance du rapport pour se faire une idée.

14:08 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : fin de vie, sédation, euthanasieccne | |  Facebook | | | |

mercredi, 22 octobre 2014

Noisy-le-sec : cesserons-nous de protéger les délinquants ?

L'article assez complet de Mediapart m'a permis de prendre connaissance des faits survenus à Noisy-le-Sec au mois d'avril 2012. Pour mémoire, un délinquant multirécidiviste avait été repéré et pris en chasse par des policiers. Celui-ci avait fui et un officier de police avait fini par lui tirer à plusieurs reprises dessus.

Ce que l'article de Mediapart établit c'est que le délinquant en question a lâché dans sa fuite une grenade factice et un étui d'arme de poing. Peut-on imaginer dans de telles circonstances qu'un policier cherche à vérifier si des armes sont factices ou non ? Je ne le pense pas, surtout quand on sait qu'on a affaire à un individu recherché pour vols avec violences répétés.

Envoyer en cour d'assises le policier concerné est tout simplement odieux. On dédouane systématiquement les délinquants dans notre pays en leur offrant des protections dont leurs victimes ne bénéficient pas.

Il est grand temps de réfléchir à la notion de légitime défense et aux missions que l'on affecte ou non aux forces de l'ordre. 

Si un individu se montre régulièrement dangereux, il doit savoir qu'il peut être abattu s'il ne se rend pas aux forces de police quand elles viennent l'interpeller. On ferait mieux d'acter une bonne fois pour toutes cela dans la loi, de rendre publique cette règle en lui donnant le plus de publicité possible et je pense qu'il y aurait moins de délits de fuite et du coup moins d'accidents.

C'est l'impunité qui donne des ailes aux délinquants. Celui-là a perdu la vie. C'est regrettable mais tout délinquant violent doit savoir que c'est un risque auquel il s'expose quand la police le recherche et qu'il refuse d'obtempérer.

Damien Saboundjan a fait son travail et la mort d'Amine Bentounsi est avant tout la conséquence de ses actes passés, de sa fuite, et de la menace potentielle qu'il représentait (les policiers pouvaient le croire armé de grenades et/ou d'autres armes). Si la loi permet de condamner Damien Saboundjan dans les circonstances rapportées par l'article de Mediapart, alors il faut changer la loi.

17:43 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : police, délinquance, légitime défense | |  Facebook | | | |