Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 25 juin 2015

Najat Vallaud Belkacem occulte la réalité de son entretien avec un émissaire du gouvernement allemand !

Elle n'a vraiment peur de rien. Najat Vallaud-Belkacem a publié la semaine dernière un billet sur son blogue afin de vanter la richesse de ses échanges avec Olaf Scholz, plénipotentiaire du gouvernement allemand,  chargé des relations culturelles franco-allemandes. Elle ose parler de coopération renforcée alors même qu'elle fait disparaître les classes européennes et bilangues germanistes. Mais le plus malhonnête, c'est de laisser croire qu'Olaf Scholz n'est pas blessé par la réforme qu'elle met en place. Sauf que le son de cloche outre Rhin n'est pas tout à fait le même comme en atteste ce compte-rendu. Elle a en effet omis quelques déclarations du ministre allemand et notamment celle-ci :  

« L’apprentissage de la langue du pays du partenaire a toujours été au cœur des relations franco-allemandes. Le marché du travail transfrontalier, les projets universitaires communs et les rencontres de la société civile en vivent. En Allemagne, beaucoup d’amis de la langue française sont inquiets en raison de la réforme des collèges envisagée en France. Les inquiétudes du gouvernement fédéral et les miennes ont été exposées en France.»

23:14 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : allemand, vallaud-belkacem, réforme, collège, classes européennes | |  Facebook | | | |

L'incroyable sectarisme de la ministre Vallaud-Belkacem

Je suis quand même sidéré par le degré incroyable d'obstination bornée de la Ministre Vallaud-Belkacem. Tout le monde sans exception lui dit que sa réforme est une réforme minable et destructrice, les pédagogols eux-mêmes évitant désormais de l'ouvrir trop fort, et en dépit de toutes les observations de bon sens venus des quatre coins de la sphère médiatique, politique et intellectuelle, elle persiste et signe. Et l'énervé de Valls qui croit voir là un bon sujet de clivage la soutient contre vents et marées.

L'incroyable c'est qu'elle insiste avec une mauvaise foi sans faille et une malhonnêteté assez impressionnante. Déclarer que les classes européennes sont autant de moyens alloués aux plus aisés, c'est toujours la dialectique de merde habituelle d'une partie de la gauche. Celle qui m'insupporte le plus. Si vraiment elle le croit, que n'ouvre-t-elle ces classes-là à tous les élèves en imposant le principe d'une classe bilangue anglais-allemand à la France entière ? Et je ne parle même pas du latin et du grec qu'elle s'est vantée de vouloir saupoudrer devant une association de défense des langues anciennes. Elle n'a vraiment honte de rien.

A ce stade, ce n'est plus la peine d'argumenter. La seule chose à faire, c'est de passer une raclée électorale aux Socialistes. 

22:43 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : vallaud-belkacem, réforme, collège | |  Facebook | | | |

mercredi, 24 juin 2015

Tour Triangle, mi-figue, mi-raisin

Les élus UDI du Conseil de Paris ont été un peu vite en besogne en affirmant que le centre soutiendrait la construction de la Tour Triangle chère à Anne Hidalgo. Pour commencer, ils oublient qu'ils ne sont pas les seuls centristes élus et qu'à ma connaissance, le MoDem parisien s'est résolument prononcé contre par la voix de Yann Werhling.

Même si je me suis opposé assez souvent à ce projet, en réalité, j'oscille beaucoup. Je ne parviens pas à trouver le projet architectural laid. C'est le reste, en fait, qui me laisse dubitatif. C'est la méthode socialiste, qui m'irrite. Unibail annonce une performance énergétique pour sa tour que je soupçonne d'être énergétivore au possible avec toute la climatisation dont elle aura besoin. J'admettrai d'être convaincu par une expertise impartiale, mais pas celle d'Unibail, évidemment, et pas davantage celle de la Mairie de Paris dont les méthodes ne m'inspirent pas confiance.

Cela dit, créer un quartier d'affaires dans la zone avec un édifice au design inhabituel, ce n'est pas forcément idiot. Il y a le Parc des Expositions juste en-dessous, l'hyper-connectée Issy-les-Moulineaux juste en face, il y a donc un potentiel. 

Les arguments mensongers, en revanche, c'est d'affirmer que les habitants du 15ème vont en profiter. Je n'en crois rien. Les moyens de communication vont être saturés et la tour triangle ne résoudra en rien les problèmes de coût du loyer dans l'arrondissement. Cela m'étonnerait, par exemple, que les familles du quartier aient une priorité sur la crèche. En réalité, elle sera à l'usage des individus aisés qui travailleront sur place. 

Le centre de santé, ça, en revanche, c'est une bonne idée. Reste à voir quels prix y seront pratiqués, mais  en effet, dans un contexte de désertification médicale de la capitale, on ne peut qu'approuver sa présence.

Le projet est séduisant, mais 75% de bureaux, c'est beaucoup. Il y a déjà 15% de bureaux vides dans la capitale. Cette proportion aurait un sens si elle était adossée à un projet de conversion des bureaux de centre-ville en logements. Je n'ai rien vu passer de tel pour l'instant à l'Hôtel de Ville.

Avec tout ça, je ne me suis pas fait une religion.

Pour être honnête, si le projet voit le jour, j'envie ceux qui auront les moyens de se payer la suite de l'hôtel qui figure à la page 8 du projet. 

 Au fond, je tends à penser que le principe est bon. Je n'aime pas trop les méthodes utilisées pour le faire passer en force, mais avec de sérieux ajustements, je pense que je tendrais à voter ce projet si j'étais un élu du Conseil de Paris. Dans les ajustements, il y a trois points qui m'ennuient :

- il est une très bonne chose que ce projet soit financé sur des fonds privés, mais une très mauvaise que le constructeur ne règle pas de taxes foncières pendant 80 ans. A qui incombera par la suite l'entretien de la tour ? Ce n'est pas très clair mais il est certain qu'avec le vieillissement des matériaux, ce sera cher.

- c'est très triste d'avoir fait disparaître la pépinière d'entreprises. Cela a certainement plus de sens que de se contenter de construire des bureaux.

- il y a beaucoup de bureaux vides à Paris. Si on leur faisait un sort pour les transformer tous en logements, je ne serais pas contre l'édification d'autres tours triangles aux différentes portes de Paris. Mais tout cela suppose un projet de fond pensé et une détermination solide. 

A la Mairie de Paris de présenter un projet convainquant sans passer par des artifices peu honorables (le vote à bulletins secrets pour espérer une trahison dans les rangs de l'opposition, par exemple).

23:53 Publié dans Economie, Paris | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : tour triangle | |  Facebook | | | |

lundi, 22 juin 2015

Mais c'était bien un tigre, le tigre bleu de l'Euphrate, tas d'abrutis !

Pauvre Laurent Gaudé. Il met en scène Alexandre le Grand mourant, qui fait le bilan de son existence et évoque un tigre bleu qu'il a vu traverser l'Euphrate.

Jusque là, pas de panique, tout va bien. Le malheur, pauvre homme, c'est que son texte est tombé dans une épreuve de français au bac. Il s'est donc trouvé aux prises, entre enclume et marteau, avec pléthore d'abrutis et ignares candidats qui n'ont toujours pas compris la différence entre une majuscule et une minuscule. Ce n'est pourtant pas compliqué. Une majuscule, nom propre, une minuscule, non commun. Les ânes en question ont donc colporté partout que le tigre bleu de Laurent Gaudé était le Tigre, autre fleuve de Mésopotamie à peu près parallèle à l'Euphrate.

Tas d'incapables. La minuscule ne laissait pas de place au doute, il s'agissait bien de l'animal, pas du fleuve. Bon, on peut encore admettre de jeunes candidats qu'ils racontent n'importe quoi, mais là où ça se gâte, c'est de réaliser que la sphère médiatique et la plupart des journalistes, faisant assaut de nullité, se sont complus à propager l'erreur. A vrai dire, ceux qui ont choisi le sujet n'ont rien trouvé de mieux que de préparer l'erreur en écrivant Tigre bleu, avec la majuscule donc, dans le paratexte. Le titre d'une oeuvre, c'est une chose, et l'un de ses acteurs/personnage, c'en est une autre, mais cela n'a pas frappé les préparateurs du sujet apparemment...

Mais le plus drôle a été atteint avec une inspectrice de lettres citant un communiqué de l'éditeur de Laurent Gaudé, Actes Sud, assurant que la double interprétation était possible.

Mon œil, tiens. On voit bien qu'ils ont essayé de calmer le bad buzz.

Quelques professeurs de lettres un peu plus sérieux que leurs supérieurs hiérarchiques ont pris le temps de vérifier la chose et ont découvert que le texte de notre malheureux écrivain ne prêtait aucunement à confusion.

Et c'est là que je le vis.
A une centaine de pas devant moi, avançant avec précaution dans les hauts roseaux du fleuve,
Un tigre bleu.
(…)
C'était le tigre bleu de l'Euphrate,
Félin majestueux au pelage de lapis-lazuli.
(…)
Je le suivis. Il me fit traverser l'Euphrate,
Et lorsque nous arrivâmes sur l'autre rive,
Lorsque Bucéphale eut posé son dernier sabot sur la terre ferme,
Il rugit comme un titan.
Ses crocs étaient comme des couteaux d'or.
(Acte V, pages 25-26)

Laurent Gaudé a d'ailleurs confirmé qu'il s'agit bien d'un animal imaginaire

Je passe sur les zyva qui sont venus pleurnicher sur twitter en étalant autant que faire se peut leur inanité intellectuelle.

Pauvre France...

23:11 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 juin 2015

Régionales et île de France : le jour où l'on ne me marchera plus sur la tête.

S'il y a une rancœur, une contrariété rageuse, devrais-je même dire, que j'éprouve très régulièrement, c'est bien le sentiment de se faire marcher sur les pieds quand ce n'est pas sur la tête à longueur de temps par les décideurs des différentes sphères.

Je suis avec intérêt les premiers pas du MoDem dans l'optique des prochaines régionales en raison de la personnalité de ses deux principaux têtes de file.

J'apprécie Yann Wehrling parce qu'il respecte les petites entités. Je me méfie d'une Région hypertrophiée et bureaucratique dont les décisions verticales s'appliqueraient aux Franciliens et aux collectivités locales franciliennes sans concertation ni négociation aucune. De ce point de vue, la réflexion entamée par Yann sur les smart cities m'intéresse et je l'invite vivement à la poursuivre.

Marielle de Sarnez est un peu un OVNI politique. J'ai d'ailleurs commencé par intituler ainsi ce billet et les observateurs fins constateront que c'est le nom de l'url du billet. Dans la sphère politique, c'est la seule personne que je connaisse qui n'ait pas une vision verticale de l'exercice du pouvoir de l'État envers les individus. Elle avait inventé un concept que fort peu d'acteurs économiques ou politiques partagent, celui d'un État facilitateur. En somme, l'État n'est là ni pour emmerder les gens, ni pour les assister, mais pour leur rendre la vie plus facile.

Dès qu'on construit un projet politique pour une région avec cette idée fixe en tête, je pense qu'on doit pouvoir éviter les principaux écueils et folies des grandeurs consubstantiels des mandatures de nos élus.

L'île de France doit faire face à un défi énergétique et écologique de taille. Elle ne produit que 11% de l'énergie qu'elle consomme ! Il y a donc une réflexion à entamer sur la question. Anne Hidalgo à Paris et pas mal d'autres communes d'île de France concentrent leur action "écologique" sur le matraquage des automobilistes. Ignorent-ils (ou est-ce par incompétence ?) que le secteur du bâtiment est en effet à l’origine de 60% des consommations énergétiques et de près de la moitié des gaz à effet de serre de la Région ? La rénovation énergétique des bâtiments m'apparaît dans ces conditions comme un enjeu de premier plan. Mais qui en parle ?

Il y a pourtant des enjeux à l'échelle territoriale qui me paraissent clairs :

 - repenser l’aménagement du territoire pour limiter les déplacements, ce qui ne signifie pas pour autant emmerder autant que faire se peut les automobilistes.

-  réfléchir aux opportunités de production locale d’énergie. 

- identifier les activités à maintenir ou à réintroduire sur le territoire pour favoriser les cycles courts (agriculture, traitement des déchets, …), les emplois locaux, entre autres.

- réfléchir à la conception d'éco-quartiers basse-consommation (pas comme le monstre énergivore que nous prépare Anne Hidalgo à la Porte de Versailles avec sa Tour Triangle). 

Un billet qui dit trop de choses d'un coup devient trop long. Je réserve donc mes réflexions suivantes pour un article ultérieur, mais j'en annonce déjà les thématiques : le tissu entrepreneurial parisien se caractérise par une faible proportion d'ETI (entreprises de taille intermédiaire). J'y ai réfléchi et lu pas mal de documents, et en fait, je suis arrivé à la conclusion suivante. Leur faible présence procède de la structure de la place financière parisienne. Les capitaux et les produits financiers que Paris propose, notre fiscalité, sont des handicaps pour les ETI au lieu d'être des atouts. Tout le volontarisme du monde échouera donc si on ne parvient pas à créer les conditions nécessaires pour une mutation en douceur de la finance francilienne. Je développerai ma pensée dans un prochain billet.

 

 

23:41 Publié dans écologie, Economie, Paris | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : régionales, île de france, sarnez, modem, wehrling, énergie | |  Facebook | | | |

samedi, 13 juin 2015

Migrants : le problème vient d'Érythrée et du Sud-Soudan

J'ai essayé de savoir d'où venaient les migrants qui traversent actuellement la France et notamment Paris : principalement d'Érythrée et du Sud-Soudan.

Je me suis alors demandé ce qui poussait à ce point les gens qui vivent là-bas à partir. Que dire ? C'est édifiant. Que ferait-on à leur place ?

L'Érythrée est une sorte de Corée du Nord africaine, et le Sud-Soudan est ravagé par la guerre civile depuis son accession à l'indépendance.

Évidemment, on serait tenté de proposer que l'Europe intervienne directement dans ces pays pour y établir les conditions d'un ordre et d'un droit acceptables. L'inconvénient, c'est que les récentes tentatives européennes ou américaines de renverser des pouvoirs locaux épouvantables ont à chaque fois abouti à propager un chaos sur lequel a prospéré la mauvaise herbe islamiste.

L'Enfer, plus que jamais, est pavé de bonnes intentions. Très honnêtement, je ne sais pas quoi faire. Je n'ai pas d'idées. Les yakafaukon ne m'intéressent pas, et, toute solution qui consisterait à assister des pays entiers ou à leur verser des sommes astronomiques (dont l'essentiel s'étiolerait dans la corruption, au demeurant) n'est pas viable.

Peste ou choléra, voilà le choix actuel, jusqu'à ce qu'un diplomate de génie imagine les solutions géopolitiques de demain.

Je n'ai aucune expertise dans ce domaine, mais intuitivement, je tendrais à dire que tout effort pour stimuler et protéger les micro-activités économiques dans ces pays (est-ce possible par la force, je ne le sais pas) est de nature à nous dégager l'espoir de jours meilleurs.

17:15 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : migration, Érythrée, soudan | |  Facebook | | | |

jeudi, 04 juin 2015

Qatar : pas si simple.

Je ne peux pas dire que j'ai grande estime pour le régime qatari. Ce pays fait parie des pires de la planète à de nombreux égards. Pour autant, il est réducteur d'affirmer qu'il finance urbi et orbi toutes les filières djihadistes de la planète. Pas plus que l'Arabie Saoudite, d'ailleurs.

Ce qui est vraisemblable, c'est que des financements importants au sein de la mouvance djihadiste proviennent de ces deux nations. Il est également possible voire probable qu'elle bénéficie de sympathies au sein des appareils d'État de ces deux régimes. Mais cela ne signifie pas pour autant qu'elle soit approuvée au plus haut niveau dans ces deux pays.

On appréhende assez mal le fonctionnement des pays du golfe, me semble-t-il dans nos pays européens. Il ne s'agit pas d'états centralisés et structurés comme les nôtres. Au contraire, en dépit de leurs richesses, ces nations ont conservé un fonctionnement féodal reposant sur des alliances et des allégeances entre différentes tribus. 

Ce qui est probable, c'est que le Qatar a joué un jeu trouble pendant un long moment en Syrie parce que son pouvoir pensait pouvoir contrôler ou orienter une large partie du spectre islamiste. Ce qui est aussi vrai, c'est que le Qatar est peu regardant ni vigilant sur les mouvements de fond sur son territoire. Mais ce n'est pas spécifique au financement des filières djihadistes. C'est son mode de fonctionnement de manière générale sur les mouvements d'argent, où qu'ils aillent et d'où ils proviennent.

La porosité est tellement forte entre les différentes factions islamistes, quelles que soient leurs allégeances, qu'il est bien difficile d'y voir clair. 

On ne sait pas trop ce que finance le Qatar et je ne sais pas si le Qatar le sait clairement lui-même. Sur le fond, cela ne le dérange sans doute pas d'armer des groupes proches d'Al-Qaeda dès lors qu'ils se contentent de mener des guerres locales, notamment là où un arc chiite pourrait devenir un danger pour les pays sunnites. Un Iran et un Irak Chiite, un Hezbollah puissant au Liban et un pouvoir Alouite en Syrie, cela commençait à faire beaucoup pour les pays du Golfe. Leurs alliés naturels leur ont semblé la réaction sunnite partout où elle se produisait, or, elle a pris à chaque fois les traits du djihadisme.

Il est très peu vraisemblable que le Qatar soutienne des attentats sur notre sol ou dans quelque pays européen que ce soit. En revanche, il considère ses intérêts régionaux, et, là-dessus, on peut dire qu'il est prêt à prendre des risques (du moins à nos yeux) d'autant que l'intégrisme islamiste ne le gêne pas plus que ça.

23:19 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : qatar | |  Facebook | | | |

vendredi, 22 mai 2015

Une partition de la Syrie et de l'Irak est inévitable.

A la tournure que prennent les événements, je me suis résolu à penser qu'une partition de la Syrie et ne pouvait plus être évitée.

Dans chacun de ces pays, il faut trouver des compromis pour réserver une terre pour les Sunnites, pour les Chiites, pour les Alaouites et pour les Kurdes. Les Chrétiens, les Druzes, les Yézidis et les autres minorités ont toujours vécu en bonne intelligence avec les Kurdes et les Alaouites. C'est donc du côté de ces deux communautés qu'il faut chercher une association.

Je rejoins François Bayrou pour penser que c'est une erreur, désormais, de chercher à faire tomber Bachar el Assad, malgré les horribles et nombreux crimes de son régime. Mieux vaut préparer la partition devenue inévitable du pays. Les Alaouites jugeront si oui ou non, ils souhaitent conserver ce dirigeant.

Sauvons de la Syrie ce qui peut l'être et reprenons d'urgence Palmyre aux Djihadistes. 

Même si cela nous fait mal au coeur, il faut coopérer avec Bachar el Assad pour chasser et détuire l'ennemi commun. Ni les dirigeants syriens ni les dirigeants iraniens ne cherchent à déclencher une guerre mondiale ou à propager un islam si intolérant, rigide et cruel qu'il n'a jamais existé quoi que ce soit de tel dans son histoire.

Il ne faut pas se tromper : les djihadistes ne renvoient pas l'Islam à une époque rêvée de son histoire mais à une horrifiante dystopie capable de donner à un régime aussi inquiétant que celui de la Corée du Nord, l'aspect d'un Eden accueillant.

Le maître mot doit être de détruire Daech. Mais pour cela, il est essentiel de ne pas donner de raisons aux Sunnites de voir en ce dernier leur protecteur. Ce n'est pas gagné en Irak où le régime joue avec le feu avec ses milices chiites...

15:35 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : daech, sunnite, chiite, alaouite, bachar, syrie, irak | |  Facebook | | | |

jeudi, 21 mai 2015

Serres d'Auteuil et Roland Garros : que de chemin parcouru.

J'ai eu ce midi en écoutant France Info une profonde satisfaction morale. Je pense avoir été l'un des deux premiers blogs à avoir fait connaître sur internet le projet alternatif de couverture de l'autoroute A13 pour permettre l'extension de Roland Garros au lieu de saccager les Serres d'Auteuil. Je pense que le Parisien Libéral a dû être le premier, en fait. Nous connaissons bien tous les deux le 16ème arrondissement de Paris, pas étonnant que nous ayons été à la pointe.

La solution était arrivée jusqu'au Conseil de Paris via Jean-François Martins, à l'époque élu MoDem, en 2011. Le Parisien Libéral s'en était réjoui, d'ailleurs. Entre-temps, l'idée a fait son chemin, je n'en retracerai pas toutes les péripéties, mais les associations de défense des Serres s'en sont emparées à leur tour.

Et puis la divine surprise est d'abord venue de Ségolène Royal ces derniers mois, lorsqu'elle a demandé une expertise pour étudier la faisabilité d'un projet que Bertrand Delanoë puis Anne Hidalgo n'ont eu de cesse de repousser.

Et ce midi, ma satisfaction est venue de ce que la radio que je cite parlait de deux projets concurrents. NOTRE solution, celle que nous avions portée pendant quatre ans est devenue une alternative crédible au point que la presse la considère désormais crédible au même titre que les projets de saccage de la majorité socialiste.

Ça fait chaud au coeur. Pot de terre contre pot de fer, on se dit parfois qu'on ne sert pas à rien, finalement. Deux petits blogs de trois fois rien. Je ne voudrais pas refaire le Cid, mais je me dis quand même que nous partîmes cinq cents mais par un prompt renfort nous nous vîmes trois mille en arrivant au port.

18:03 Publié dans Paris, Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : roland garros, serres d'auteuil, tennis, a13 | |  Facebook | | | |

mercredi, 20 mai 2015

Réforme du collège : un beau bras d'honneur du gouvernement.

François Bayrou a été le premier à réagir, dans la classe politique, après le magnifique bras d'honneur que le gouvernement, Valls, Hollande et Najat Vallaud-Belkacem en tête, a infligé aux Français de tous bords, et, tout naturellement, aux enseignants qui se révoltaient.

Voilà un bel exemple de duplicité socialiste. Madame Vallaud-Belkacem fait du bruit sur tous les plateaux pour assurer que le gouvernement dialogue et explique sa réforme, et, en douce, pendant la nuit, elle fait publier un décret au Journal Officiel pour faire passer sa réforme.

Si ce n'est pas cracher à la gueule des enseignants et des Français hostiles à cette réforme idéologique et malhonnête, je ne sais pas ce que c'est...

Une manifestation nationale, comme le propose Bayrou, ça me convient bien, histoire de ne pas se laisser marcher dessus sans rien dire.

13:08 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : vallaud-belkacem | |  Facebook | | | |