Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Un débat équilibré et policé | Page d'accueil | Si Macron gagne, il y aura un bouleversement politique sans précédent »

vendredi, 14 avril 2017

L'affolante multiplication des cancers

Je me dis souvent que j'aimerais entendre parler de choses plus concrètes dans cette campagne présidentielle. On parle parfois de la santé, mais c'est par généralités. Je pense au cancer, mais aussi aux maladies orphelines et auto-imunes, à la sclérose en plaques, à la polyarthrite rhumatoïde et à quelques autres encore. 

Nous sommes tous touchés à des degrés divers par ces maux. Un jour un examen, et c'est le coup de massue sur la tête. On entend le mot cancer. Et si ce n'est pas pour soi, c'est pour un très proche. Des jours d'angoisse, puis des semaines, des mois, des années. Je crois bien que je connais pas de personnes qui ne soient pas concernées ou directement ou indirectement dans mon entourage. Et il n'y pas que le troisième âge. Les adultes de tout âge mais aussi les enfants, maintenant. 

Ce que j'aimerais entendre d'un candidat, c'est une déclaration précise : la volonté de venir à bout de ces maladies par deux biais :

- en finançant autant qu'il est possible la recherche, et ce, par tous les moyens possibles. Et je sais qu'elle avance, cette recherche, à pas de géants.

- en agissant sur la prévention. Mais la prévention, ce sont nos habitudes, mais c'est aussi notre environnement.

Je suis convaincu qu'il est le premier facteur de cause de cette accélération, à commencer par l'alimentation. La multiplication de substances tout sauf naturelles, pesticides, vernis, métaux dangereux, antibiotiques de toutes sortes dérègle notre fonctionnement biologique. En ce sens, le programme des candidats pour l'agriculture et l'environnement est aussi important que leurs propositions sur la santé.

Que va voter cette femme, qui a dû faire appel à du crowfunding et donc la générosité des particuliers pour financer son traitement contre le cancer du sein ? Il est vrai que son médicament faisait l'objet de suspicions quant à son efficacité, mais s'il avait fait ses preuves pour cette patiente, fallait-il le lui supprimer ?

Sur la santé, je n'entends rien de convaincant à l'heure actuelle. Toutefois, dans ses propositions, Emmanuel Macron écrit :

«Nous travaillerons sur la pertinence des soins, et nous engageons à ce qu’aucun soin utile ne soit déremboursé pendant les 5 ans qui viennent.»

Ma question est donc la suivante : est-ce que le cas la femme dont je parle rentre dans le champ d'application de cette mesure ?

On lit aussi toujours dans le domaine de la santé dans son programme :

«Nous soutiendrons la recherche en santé environnementale et limiterons les risques d’exposition aux substances à risque».

Très bien. Moi aussi je peux le dire. Mais concrètement ? Quelles mesures ? Quel espoir pouvez-vous donner à tous ceux qui sont atteints d'un cancer par exemple ? Quelles perspectives ? Quel horizon ?

Et puis j'aurai une autre observation : se soigner dans la France rurale ou semi-rurale tient désormais de la gageure. Les grandes villes sont touchées également. Quand donc se décidera-t-on à doubler le numerus clausus en université de médecine ? Pour satisfaire la vanité d'un quarteron de vieux universitaires en pré-retraite, les gouvernements précédents ont mis en danger deux générations de Français, et pour longtemps. Aujourd'hui, on fait venir des médecins, quand on le peut, de n'importe où, alors qu'il eût été si facile de retenir 15% voire 20% de candidats au concours de médecin chaque année à la place de 5 à 10%. Je ne crois pas que les candidats auraient été moins qualifiés et compétents que ceux qui exercent aujourd'hui. A la place, l'impéritie de tous les gouvernements qui se sont succédés sans exception, a créé une situation sanitaire explosive.

J'attends d'un candidat une déclaration forte et un seuil chiffré et exprimé dans ce domaine, et, pour l'instant, je n'ai entendu personne sur la question.

09:50 Publié dans écologie, Société | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : cancer, santé |  Facebook | | |

Commentaires

Bonjour cher hérétique,
Je suis absolument d'accord avec ton constat, ayant le "privilège" d'avoir eu un cancer et d'être toujours suivi tous les six mois dans un service d'oncologie par une doctoresse épatante d'origine roumaine. J'ajouterai au de la de la recherche aide la prévention la nécessité d'améliorer la prise en charge des malades.Dans mon hôpital, le service d'oncologie a plus que doublé depuis 5 ans et c'est encore et toujours la bousculade et des temps d'attente trop longs..et je ne parle pas des difficultés pour avoir un RDV dans un délai correct avec les autres spécialistes.

Écrit par : Paulo40 | dimanche, 16 avril 2017

Bonjour Paulo,
Crois-bien que je suis pleinement solidaire de votre santé. Dans ma famille proche, pas moins de trois cancers en deux ans dont l'un touchant un enfant.
Je suis entièrement d'accord sur la prise en charge. Tout doit être amélioré même si un établissement comme Curie a ouvert la voie.
Je suis content que ta thérapie ait été efficace. Si tes RDV sont espacés de six mois c'est que tu vas vers le stade de rémission complète, je pense ou en tout cas que tout est sous contrôle.
Franchement, c'est mon voeu numéro 1 : qu'on puisse venir à bout du cancer et de toutes les maladies rares et dangereuses qui peuvent exister à l'heure actuelle.
Amitiés à toi

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 16 avril 2017

Revoir de front la relation triangulaire Etat - labos - patients. Les labos ne peuvent pas être les quasi-uniques financeurs de la recherche, sinon, mécaniquement, elle sera orientée sur le bénéfice des labos plus que sur la santé des patients. J'en fais les frais dans mon cas (maladie auto-immune) : l'un n'implique pas forcément l'autre.

Écrit par : ZigHug | mercredi, 19 avril 2017

@ZigHug,

200% d'accord. Il faut qu'il y ait un pilotage mixte. Sinon, comme vous le dénoncez très justement, les victimes de maladies orphelines vont en faire les frais.
J'espère vraiment que la médecine et la science vont amener dans un avenir très proche suffisamment de progrès pour qu'on avance.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 19 avril 2017

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.