Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 29 novembre 2013

Atteindre les électeurs, filtres infranchissables

Très souvent, quand je considère l'agitation qui secoue les réseaux sociaux un immense sentiment de vacuité m'envahit.

Je prends un exemple : cette semaine, quelques cadres et élus du MoDem se sont ralliés à Anne Hidalgo à Paris. Cela a entraîné quelques cris de triomphe à gauche et des échanges aigre-doux sur les forums et groupes MoDem. Çà et là, on en discute comme d'une fin du monde et le premier des événements de la semaine. Il y a même eu quelques titres dans la presse.

Eh bien sortez dans les rues de Paris et interrogez les passants, c'est bien simple : c'est passé complètement inaperçu. Tout le monde l'ignore.

En fait, parlez du MoDem à un Parisien moyen, tout ce qu'il ne connaît, c'est Marielle de Sarnez. Il ignore absolument tout des autres quels que soient leurs efforts pour s'agiter. Et encore, je parle des Parisiens qui remplissent leurs devoirs citoyens et suivent de très loin la politique. Les autres, c'est encore pire.

L'inconvénient, c'est que ce qui vaut pour ce genre de non-événement vaut aussi pour tout le reste. Tout le monde ignore que quelques cadres ont fait défection, mais tout le monde ignore également les propositions de Marielle de Sarnez pour Paris. A vrai dire, pas grand monde ne connaît dans le détail non plus celles d'Hidalgo ou de NKM...

Rien de plus fastidieux que les élucubrations des donneurs de leçons de tous horizons assurant connaître ce que veulent les "vrais gens" et prétendant parler en leur nom. Ça, ça pullule sur la Toile politique.

En fait, c'est super-dur de passer les filtres de l'actualité. Il faut vraiment un très très très gros bruit pour que son écho atteigne les oreilles les plus éloignées.

Du coup, il ne faut pas se biler quand des aigris, des paranos ou des furieux viennent cracher leur venin. Il y a trois personnes qui les lisent, personne ne les écoute et tout le monde s'en fout ou presque.

Un blog comme le mien ne sert quasiment à rien. Un peu en interne et c'est tout. La blogosphère, les réseaux, ce sont des positions qu'il faut tenir, mais qui ne servent à rien ou presque. Face aux moyens phénoménaux de la mairie de Paris, c'est clair qu'il y a une disproportion insurmontable.

Corollairement, les tractages et la présence sur les marchés, c'est quasiment aussi inefficace. Cela ne touche personne. A la limite, si on réussit à occuper tout un arrondissement et à le repeindre en orange avec quelques slogans bien sentis, on peut avoir un peu plus de chance de faire du bruit.

Il y a eu une année où le MoDem avait eu des initiatives sympas sur un marché du 15ème : les militants offraient des fleurs aux femmes et distribuaient des oranges (ou même des jus d'orange) aux passants. Ça ne brassait pas d'idées, mais on se faisait connaître. Le problème, c'est que les partis disparaissent sitôt les élections terminées alors qu'il faudrait de l'endurance et occuper le terrain sur le long terme. 

Il n'y pas meilleure assurance d'être inaudible que de paraphraser d'autres offres politiques. J'ai compris que le MoDem allait décliner quand je l'ai vu commencer à applaudir les Éva Joly, Augustin Legrand et admirer les Piketty et compagnie. Les stars "au grand coeur" de la gauche bobo, en somme. Ce jour-là, j'ai compris que ce parti s'était complètement asséché. Il ne restait plus qu'une base militante qui tournait en rond.

Tenter de débattre pragmatiquement d'idées, a fortiori d'en trouver, dans les réseaux militants, c'est la croix et la bannière. La plupart du temps, ils relaient des idées convenues, font du copié-collé, adorent parler des alliances et de leurs valeurs, commentent l'actualité éruptive et répètent sinon à l'envie, en fait de propositions, les annonces à la mode. Tout effort pour engager le débat, ouvrir la réflexion se heurte au mieux à un désintérêt poli, au pire à une méfiance hargneuse. Bien sûr, il y a toujours des esprits éclairés qui soulèvent des problèmes intéressants, mais la plupart du temps on fait un grand foin de propositions aussi futiles qu'inutiles. 

Ah, les dernières en date au hasard : le vote blanc, la réforme fiscale. 

Ah, l'archétype de cette politique "citoyenne" comme s'en prévalent pompeusement leurs promoteurs, c'est l'énième avatar de gauche Nouvelle Donne. J'ai lu leurs propositions. Vous croyez qu'il n'y a pas assez d'impôts ? Première proposition, en créer un nouveau, je la cite : 

Créer un impôt européen sur les bénéfices des entreprises.

En fait, c'est bien simple : tout le début de leur programme ne parle que d'impôt et de la meilleure manière de le recouvrer. Aucun poncif ne nous est épargné : sur les banques, les paradis fiscaux, l'impôt progressif, Piketty, les sociétés...

Alors, dans la première partie, il n'est question que d'impôts et dans la seconde, que de dépenses...J'ai bon ? Et après nous avoir assommé d'impôts et de dépenses supplémentaires, ces gens-là nous entonnent leur habituel couplet sur la démocratie et la dictature des marchés (au passage, en accroissant la dette, ils nous en rendront encore plus dépendants...).

Déjà, moi, un parti qui commence par un slogan qui contient le mot "changer", je me méfie aussitôt. Bon, je m'acharne contre un groupuscule qui n'est pas prêt de parvenir à se faire connaître mais il incarne tellement bien les discours en creux entendus pendant toutes ces dernières années sur les réseaux...Il n'y manque que la politique 2.0 (ou 3.0, je ne sais plus où, on en est, peut-être 4.0 finalement) et autres délires électro-cosmogoniques des "réservoirs et fabriques" à idées de tout poil.

Marx, c'est mieux écrit et plus construit, entre nous. Je me rassure sur un point : ceux-là, ils ne risquent pas de dépasser les 0.5% (en étant très optimiste parce que c'est déjà beaucoup pour une secte) : on les sent tellement "proches" des préoccupations ordinaires de leurs concitoyens...

Voilà, je suis un peu désabusé, je pense. Il y a une initiative que j'ai aimée au MoDem, c'était le shadow cabinet, même si je trouvais que les interventions manquaient souvent de fond. L'idée a été reprise à l'UDI et certains dossiers creusés. Espérons que l'Alternative se dote d'un vrai contre-gouvernement en faisant connaître ses contre-mesures. J'avais pour ma part été ébloui par ce qu'avaient su faire les LibDems en Angleterre avant qu'ils accèdent au pouvoir.

mercredi, 08 septembre 2010

Militant...

Authueil n'y va pas avec le dos de la cuillère à pot, dans l'un de ses derniers billets : un militant ? Forcément un semi-débile tendance groupie ou au contraire un ambitieux interchangeable et préoccupé de son sort avant tout.

Un parti ? Une machine à conquérir le pouvoir et rien d'autre. Vision un tantinet pessimiste du militantisme en politique, d'autant que les think tank à ses yeux ne sont guère autre chose que des lobbies qui s'y entendent à faire valoir leurs intérêts...

Sa réflexion n'en aboutit pas moins à une distinction intéressante entre l'influence et le pouvoir. 

Côté militant, Authueil a oublié une catégorie : le militant déçu et aigri. Rien de pire que ce militant-là, car il ressasse sa haine de ce qu'il a adoré sans relâche. On peut haïr son parti pour plein de raisons, mais c'est souvent le décalage entre les aspirations du militant, l'image qu'il se fait de lui-même, et ce que lui renvoient le parti et ses cadres, qui font les haines grandes et inexpiables.

 

17:06 Publié dans Insolite, Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : militant, parti |  Facebook | | |