Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 août 2018

Migrants : il faut un hot spot quelque part dans l'Union européenne.

Je me dis qu'on ne peut pas s'en sortir avec les migrations et les migrants sans disposer d'un vrai centre de tri. Et ce centre de tri, on ne peut pas les confier à des pays tiers du type Libye où l'on sait très bien que les migrants sont maltraités, volés, humiliés, torturés et/ou violés et subissent nombre de sévices.

Voici quelques principes qui me paraissent tenir la route.

Il en faut un en Europe, de préférence sur une île, et de taille suffisante pour y conduire de manière systématique tous les illégaux. 

Si c'est un île, une zone importante doit être consacrée aux centres d'accueil et des fonds européens assez importants également. Une surveillance sans faille doit empêcher toute forme d'immigration illégale en Europe. 

Il faut également être ferme. On accueille les réfugiés, mais les autres n'ont pas vocation à rester chez nous sauf besoins spécifiques sur le marché de l'emploi. On rejette de manière systématique tous ceux qui dérogent à nos valeurs (démocratie, statut des femmes) mais aussi ceux qui sont là pour abuser de notre hospitalité.

On s'autorise à faire des exceptions pour des migrants illégaux installés en Europe si leur conduite est exemplaire, qu'ils sont intégrés, respectent nos coutumes et nos lois, ne pèsent pas sur nos finances.

On considère avec bienveillance les femmes seules, ou les femmes seules accompagnés d'enfants, que l'on sait être particulièrement vulnérables.

On considère sans tendresse les ressortissants des pays où les femmes subissent des violences. On prévoit des tests pour refouler tous ceux qui ne rentrent pas dans nos critères de droit et de respect.

On cesse de faire de l'angélisme avec les mineurs délinquants et on les renvoie dans leur pays qui doit les prendre en charge, sauf situation de guerre civile.

On accueille les réfugiés sans hésitation, dès lors qu'ils respectent nos lois et se comportent correctement (nous n'avons pas vocation à recevoir les islamistes, même s'ils sont en danger dans leur propre pays). On considère avec tendresse les petites minorités opprimées, notamment dans les pays arabes (Chrétiens, Druzes, Yézidis, et cetera...).

Le hot spot : la Corse s'était proposée. Cela pourrait faire l'objet d'une négociation financière. Cela peut être ailleurs, pourquoi pas une île grecque, moyennant finances pour l'île et pour la Grèce. Il faut que le hot spot soit financièrement avantageux pour le pays qui l'accueille.