Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 mai 2016

Le meilleur ami d'Israël ? Le développement palestinien...

Je ne comprends pas la politique de Benjamin Netanyahou en Cisjordanie. Elle est contre-productive et idiote. Il fallait prouver depuis le début des accords d'Oslo aux Palestiniens que la paix leur était profitable. Mahmoud Abbas avait eu la sagesse de prolonger des accords entre Autorité Palestinienne et État d'Israël. Il fallait en retour cesser toute forme d'implantations en Cisjordanie, accorder plus de droits aux Cisjordaniens et promouvoir le développement économique dans ces territoires. 

Au lieu de cela Netanyahou, le Likoud et leurs alliés ultra-conservateurs et ultra-religieux ont tout gâché. Ils ont continué à coloniser la Cisjordanie et ont donné des miettes de pain à la population poussant les plus instables vers le radicalisme.

J'ai énormément d'affection et de sympathie pour Israël mais pas pour ses dirigeants actuels. Il existe pourtant une formation politique, Kadima, les centristes locaux, et un leader, Tzipi Livni, qui ont formulé des idées assez proches de celles que j'expose ici. Hélas, Kadima s'est écroulé quand Tzipi Livni n'a pas été réélue à sa tête. Cette dernière a alors fondé Hatnuah et participé un temps à un gouvernement de coalition, jusqu'à 2014 mais a sagement refusé de définir constitutionnellement Israël comme un État juif ce qui a lui a valu d'être éjectée par Netanyahou.

Aux dernières législatives Hatnuah et le parti travailliste se sont alliés, formant l'Union Sioniste. Ils ont obtenu un score honorable de 18.7% mais pas suffisant pour faire basculer le pouvoir.

Pour la petite histoire, Tzipi Livni est un assez étrange personnage : c'est une végétarienne affichée qui agit politiquement pour la défense animale. Elle a obtenu l'interdiction de production de foie gras en Israël et est assez mal vue de certains groupes de pression de l'agro-alimentaire. 

Pour en revenir à mon sujet initial, il existe pourtant quelques espoirs : fin 2015, par exemple, Israël, la Jordanie et l'Autorité Palestinienne ont signé l'accord Red-Dead qui a pour objet la création et l'exploitation commune d'une usine de dessalement au bord de la Mer Morte.

Pour les amateurs d'huile d'olive (j'en fais partie) je signale cette initiative économique remarquable : Oil for peace (lien ici). Alors déjà, l'huile est bio, ce qui est un bon point pour elle, mais surtout c'est une huile d'olive élaborée conjointement par des producteurs israéliens et palestiniens.

Moi, j'ai foi dans le commerce et les échanges économiques. Je tends à penser qu'ils apportent la paix. Je pense que c'est par cette voie que la paix se fera un jour entre Israël et la Palestine et que les deux pays pourront coexister librement et pacifiquement. Si on veut aider, plutôt que de soutenir les associations politisées et douteuses qui sèment la division, achetons les produits de ceux qui construisent la paix, c'est ainsi que nous serons leurs meilleurs alliés.

 

mercredi, 23 juillet 2014

Guerre psychologique et intox à Gaza

Je ne souhaitais pas écrire de billets sur les événements de Gaza, mais les manipulations incessantes des "antisionistes", de bonne foi ou non, m'y contraignent.

J'avoue parfois être désespéré pour ne pas dire dégoûté par le genre humain. La plupart des manifestations et des réactions que je lis sur le net puent la haine du Juif. L'antisionisme (dont on ne peut comprendre la popularité si on le lie pas avec l'antisémitisme) sert d'idiot utile aux vieilles haines recuites. Pour une fois, une large partie de l'extrême-droite (mais pas toute) se tient en retrait : en France, l'ennemi, à ses yeux, c'est le Musulman, particulièrement l'Arabe. Alors de deux maux, elle a choisi le moindre. Son parti pris contre les pro-palestiniens ne doit toutefois pas faire illusion. Que l'on creuse, et l'on retrouve très vite les bons vieux poncifs antisémites de l'extrême-droite française.

Les antisionistes comprennent bien sûr quelques bataillons venus de l'extrême-droite, mais le gros de ses troupes, c'est l'Islam intégriste et la gauche de la gauche, méprisables Verts compris (et quand je pense que j'ai envisagé de voter pour eux, à une époque donnée, j'en ai des frissons de dégoût !).

La gauche de la gauche et les verts servent d'idiots utiles de l'intégrisme musulman. Une alliance renouvelée jusque dans les urnes depuis quelques années déjà.

Quand je vois des anciens du MoDem prendre fait et cause pour le Hamas et relayer sans la moindre vérification tout ce qu'il déverse, à l'aide de ses alliés, sur la Toile, je me dis : "ouf, on n'est plus dans le même parti !". Hélas, quand j'entends et lis des centristes tenir exactement les mêmes discours qu'une partie de l'extrême-droite, l'extrême-gauche et les radicaux islamistes, j'avoue ma très vive inquiétude. Heureusement, il ne s'agit que de quelques militants, les responsables étant bien plus prudents, mais quand même...

Malheureusement, tout un milieu alternatif, généralement à gauche (et pas forcément toujours à l'extrême-gauche), relaie les pires insanités sur la Toile, les mêmes poncifs éculés, empreints de partis pris, des vidéos mille fois visionnées, jamais vérifiées. Sur les réseaux sociaux, c'est l'Enfer. Prendre parti pour Israël, c'est presque suicidaire. Adopter une attitude neutre et simplement chercher à dégager la vérité, c'est l'assurance d'être couvert d'ignominies et/ou agoni d'injures.

Pour tous ces gens-là, il faut bien le comprendre, Israël, c'est le mal. Et peu importe que ce pays fasse l'objet d'attaques à la roquette incessantes, qu'il ait accepté unilatéralement la trêve proposée par les Égyptiens et que le Hamas place volontairement des civils près des lanceurs de roquettes et des dépôts d'armes et d'explosifs (ou l'inverse, place du matériel militaire près des écoles et des hôpitaux).

Il y a donc une atmosphère d'hystérie, même chez ceux qui sont bien intentionnés, qui rend toute discussion impossible. 

A chaque conflit, la légitimité de l'État d'Israël est remise en cause.

J'ai pris part à une discussion qui impliquait Guillaume Champeau, le fondateur de Numerama, un site aussi utile que fameux. Je ne crois pas ce gars-là extrémiste. Pas pour un sou. Pourtant, il relaie, sans vérification sérieuse, une propagande insidieusement antisémite et antisioniste. Et peu importe que l'origine de cette propagande se trouve chez une pacifiste juive.

 A aucun moment il n'est choqué de ce que le documentaire est à sens unique. Les Juifs y sont présentés d'emblée comme des spoliateurs, illégitimes sur leur terre, l'État d'Israël comme le fruit d'un hold-up, et la Palestine comme appartenant légitimement aux Arabes bien que la réalisatrice admette du bout des lèvres et une seule fois que la revendication d'un État palestinien est bien postérieure à celle d'un État juif. Tout est de cet acabit et il n'y a pas moyen d'amener un contradicteur à entendre raison ou simplement répondre à une question simple : pourquoi un tel acharnement sur un seul peuple (les Juifs), un seul État (Israël), quand des crimes affreux et des milliers de fois plus meurtriers ensanglantent la région ? Aucun de nos antisionistes patentés n'acceptera de répondre à cette question. On vous accablera, rappelant les vices séculaires, que dis-je, millénaires, des Juifs, ou, à défaut, les «atrocités» de l'armée israélienne (pourtant l'un des plus attentives du monde aux civils !!!).

Et sur la blogosphère au fait ? C'est assez facile de faire les comptes. Les blogues libéraux se montrent pondérés rappelant qu'en dépit de ses imperfections, Israël est la seule véritable démocratie de la région et que dans bien des domaines, elle pourrait nous donner des leçons. La plupart des blogs de gauche, accablent Israël, mais il y a quelques courageux admirables qui refusent les discours faciles et posent des questions dérangeantes. L'extrême-droite compte les coups et évoque l'immigration et son rôle dans les violences chaque fois qu'elle le peut.

Quant à la presse...elle est en dessous de tout. Comme d'habitude. Je décerne toutefois un satisfecit à trois exceptions : Marianne, dans son habituel rôle de poil à gratter, Atlantico dont la qualité d'enquête est remarquable et Slate, qui se garde traiter l'actualité à chaud et prend le temps de l'analyse..

jeudi, 02 janvier 2014

Israël : l'ennemi intérieur est le religieux ultra-orthodoxe intégriste

Il y a un danger bien pire que l'extrémisme palestinien ou le nucléaire iranien qui menace l'État d'Israël : les religieux ultra-réactionnaires qui essaiment partout sur le territoire.

Arriérés, moyen-âgeux, empreints de haine pour les femmes qu'ils veulent voiler tout comme leurs semblables talibans en Afghanistan, ce sont aussi des bons à rien qui ne font pas même le service militaire auquel ils devraient être astreints pour protéger leur patrie. Quand on voit que certains refusent de s'asseoir à côté d'une femme dans un avion, on comprend que les islamistes intégristes ont trouvé des potes auxquels s'adresser.

Alors qu'Israël et le peuple juif dans son ensemble sont une lumière dans l'humanité, faisant progresser la science, la philosophie et le commerce, les trois piliers de leur civilisation, ces ânes bâtés ouvrent la voie à un âge de ténèbres pour l'état hébreu. Tout comme les ultra-conservateurs chrétiens d'Amérique, ils tentent d'imposer une vision religieuse et mythologique de l'histoire, de la création et par ricochet de la science, tout prêts qu'ils sont à faire régresser l'humanité à l'âge de pierre.

Je les ai comparés aux Talibans, mais les Talibans, au moins, se battent pour étendre leur pouvoir. Rien de tel pour ceux-là qui attendent que les laïcs fassent couler leur sang pour s'installer.

La bonne nouvelle, c'est que l'État d'Israël s'est enfin décidé à leur imposer les mêmes obligations qu'à leurs concitoyens. Quelques furieux ont évidemment manifesté à New-York, à la grande joie des antisémites et antisionistes de tout poil. Les mêmes individus qui s'installent sans vergogne à Jérusalem brandissent ensuite des panneaux en faisant valoir qu'il ne fallait pas créer l'État d'Israël.

Mais le mieux, c'est de lire ce qu'en dit un citoyen israélien lui-même : racistes, antisionistes, violents, sexistes, traîtres à leur pays, on peut dire que ces ultra-orthodoxes cumulent des tares rarement réunies en un seul individu.

dimanche, 22 septembre 2013

Une diplomate française agresse des soldats israéliens

Marion Castaing se prend pour une héroïne parce que la presse française titre partout qu'elle aurait été victime de mauvais traitements de la part de l'armée israélienne.

Dans la réalité, pas celle de Rue89, par exemple, c'est plutôt l'inverse qui s'est produit.

Regardez les deux images ci-dessous et vous allez vite comprendre comment la désinformation s'est faite.

Première image

tsahal-marion-castaing.jpeg

Deuxième image

tsahal-marion-castaing-fact.jpeg

Il n'y a aucune menace d'aucune sorte du militaire.

En revanche, on a une idée plus claire de l'attitude de la jeune femme avec l'image suivante :

tsahal-marion-castaing-fact-2.png

La cause est entendue : elle doit être virée. Il n'est pas pensable que le service diplomatique de la France dépende d'une activistes à deux balles qui se dit féministe, au demeurant, mais n'est même pas foutue de défendre les droits des femmes palestiniennes bafoués chaque jour. Et pas par l'armée iasrélienne.

samedi, 17 novembre 2012

Au fait, pourquoi Israël attaque à Gaza ?

Cela fait quelques jours que je cherche dans la presse en vain  une information. Il y a une escalade de violences actuellement à Gaza mais je ne parviens pas à en trouver la cause. Dans la presse française, la plupart du temps, on retrouve la "vile entité sioniste et fasciste" mise en cause, comme d'habitude, envers les gentils islamistes palestiniens du Hamas, mais pas d'explications de fond.

En règlen générale, Tsahal n'attaque jamais sans causes bien déterminées. Je subodore fortement qu'il y a dû y avoir une intensification des tirs de roquette sur le territoire israélien avant que les choses ne se gâtent à partir de Gaza, mais je n'ai pas d'éléments précis  et je n'ai eu aucune réaction sur twitter à ce sujet.

Pour qu'Israël mobilise 75 000 réservistes il faut que la situation soit tout de même sérieuse. Je ne crois pas évidemment pas aux gesticulations du clown turc d'Erdogan qui met en avant des motivations électoralistes tout en saluant ses frères islamistes de Gaza.

Autrefois, avant les islamistes de l'AKP, la Turquie avait un poids diplomatique dans cette région, parce qu'elle pouvait avoir un peu l'oreille d'Israël sans être dans de trop mauvais termes avec les autres régimes. Mais aujourd'hui, sa politique est digne du clownesque Stéphane Hessel, toute empreinte d'une partialité révoltante.

A ce sujet, devinez qui appelle à manifester en France ? Les cocos et les clownitos d'EELV.

J'ai cru comprendre qu'Israël avait détruit des drones appartenant au Hamas. J'ignorais que les Islamistes disposaient de telles armes.

Côté français, j'ai trouvé pour l'instant la réaction de Hollande plutôt pondérée. Il a appelé à une désescalade de la violence tout en comprenant les exigences de sécurité d'Israël. Quand je pense aux clownitos d'ELLV, je me dis qu'on devait les installer quelque temps en Israël dans une zone régulièrement la cible de roquettes. Nul doute que cela finirait par alimenter leur réflexion que de vivre le quotidien de citoyens israéliens en butte à ce type de bombardements. Quand je dis quelque temps, j'entends par là quelques années, parce que quelques mois, c'est trop facile...

C'est une assez bonne idée de lire l'un des derniers billets de blogue du porte-parole de l'Ambassade d'Israël en France. Il y fait une analyse intéressante des relations de son pays avec ses alliés et ennemis.

Cela étant écrit, je demeure sur ma faim faute d'avoir découvert la source réelle de ce conflit. Chose qui prouve qu'Israël a encore du boulot à faire en termes de communication : ce pays est censé s'être préparé pour mener aussi une guerre électronique et je ne trouve nulle part cette information fondamentale alors que je devrais y accéder en deux à trois clics en principe...

17:29 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : israel, gaza |  Facebook | | |

mardi, 03 juillet 2012

Soldats israéliens débonnaires avec un jeune lanceur de pierres de 9 ans

Allez, et encore une bon coup de désinformation orchestrée par le Figaro contre Israël. Si l'on en croit le quotidien, des soldats israéliens auraient battu un jeune palestinien de 9 ans.

Pas de pot pour le malhonnête  correspondant du Figaro à Jérusalem, j'ai pu regarder avec attention la vidéo

Regardez bien à 1mn17 : on voit distinctement un morveux lever le bras et s'apprêter à ajuster quelque chose (vraisemblablement un caillou). Pas de pot pour lui, les soldats israéliens s'attendaient à quelque chose et ils l'alpaguent à la vitesse de l'éclair. En tout et pour tout, le morveux se prend une taloche (un coup de pied au derrière) du second soldat israélien qui rapplique, puis ils le relâchent. La taloche dure moins d'une seconde. Le morveux a été maintenu au total moins de 19 secondes

Et voilà comme un coup de pied au derrière d'un merdeux qui lance des caillasses se transforme, dans la presse française, en enfant palestinien battu par des soldats israéliens.

Il y a en France un lobby clairement anti-israélien qui ne cesse de faire de l'intox pour porter tort à ce pays, la seule démocratie de sa région, je le rappelle. Tous les coups sont bons.

Un coup de pied au derrière, je n'appelle pas cela battre un enfant. Je parie que le morveux doit se prendre des raclées d'un tout autre calibre quand il moufte devant son père ou son frère chez lui.

Voici la vidéo : l'indécence n'a pas de limites. En fait, plus je vois les moutons pro-palestiniens de toutes sortes, prétendûment pacifistes user de ce genre de procédés et plus je suis toujours plus convaincu que les informations qui nous arrivent de Palestine via les médias français sont un tissu de mensonges.

Israël est très certainement doué pour la guerre tactique, sur sol terrestre, mais dans le champ médiatique, il se fait systématiquement squizzer. Organisez la riposte, les gars, ne vous laissez pas diffamer systématiquement à ce point à chaque coup : on a l'impression que vous ne réagissez pas, là.

mardi, 20 mars 2012

La mauvaise polémique

J'ai entendu certains médiacrates reprocher à François Bayrou d'avoir maintenu son meeting à Grenoble après s'être rendu à Toulouse. Ce qui me paraît hypocrite et malhonnête, puisque ce sont les mots que l'agence de presse Reuters emploie sans vergogne, c'est surtout d'utiliser ce terrible évènement pour s'en prendre à l'image d'un candidat.

C'est même petit et misérable, au regard des petites vies brisées dans de telles circonstances.

On dit que la parole exorcise la souffrance. Je pense que c'est le choix qu'a effectué Bayrou : il a essayé de placer des mots sur la situation. Il a relevé les violences de plus en plus fortes qui traversent la société française et a appelé toute la classe politique à se garder de favoriser les divisions.

Je sais que Bayrou a notamment pensé à certains discours de Sarkozy. Sur ce point, je ne le suis pas : s'il s'agit d'un fou qui a agi, c'est dans les méandres de son esprit délirant que se trouvent les causes de cette tuerie. Si c'est l'antisémitisme à la sauce européenne qui l'a motivé et plus largement le racisme (les militaires abattus étaient tous de couleur) , nous sommes dans les problématiques propres aux théories de l'extrême-droite européenne. Enfin, si c'est la situation au Proche-Orient qui a excité ses poussées délirantes (attaquer des Juifs pour frapper Israël, des militaires pour punir la France de son engagement en Afghanistan) nous sommes dans des problématiques internationales et diplomatiques.

Rien à voir, donc, à mon sens, avec les discours de Sarkozy.

Cela dit, je suis entièrement Bayrou sur la teneur profonde de son message : notre responsabilité à tous est de cultiver la compréhension réciproque.

Si jamais l'antisémitisme s'avérait le principal moteur du second crime, je rappelle juste les réguliers appels au Boycott contre Israël qui fleurissent régulièrement à l'extrême-gauche, notamment chez les Verts et au Front de Gauche. Il faut le dire. Sans parler des sympathies coupables sinon des silences extraordinairement discrets face à l'islamisme radical et violent qui peut s'exercer contre les Juifs en général et Israël en particulier (je ne parle pas de l'Islam traditionnaliste, qui n'est certes pas ma tasse de thé, mais que je crois globalement respectueux des religions du Livre).

De la même manière, la manie de pointer aussi les Musulmans chez certains de nos responsables politiques n'est pas neutre quand on voit qu'un imam est frappé jusque dans une mosquée.

C'est en ce sens, et celui-là uniquement, que je rejoins François Bayrou : prenons garde aux ferments de la division, le poison le plus mortel qui soit pour notre pays.

Je voudrais seulement que l'on n'en fasse pas Nicolas Sarkozy le seul comptable. Certes, il a ses chômeurs, ses Roms, ses immigrés (comme le FN, au demeurant) mais Hollande a ses "riches",  comme il le fait valoir, et l'extrême-gauche vomit régulièrement les Juifs, je le redis. Au moins autant que l'extrême-droite. 

Il suffit de voir comment un individu qui se réclamait de la gauche de la gauche et soutenait Ségolène Royal, sévit désormais sur twitter et véhicule sa haine des Juifs sur son blogue en soutenant Marine Le pen désormais. Il y a d'ailleurs toute une sphère rouge-brune dont on ne sait, désormais si elle regarde sur sa gauche ou sur sa droite, tout cela se mélangeant, comme dans les années 30 du XXème siècle, dans une même détestation d'Israël et du Juif.

mercredi, 28 décembre 2011

Israël acceptera-t-il de se laisser talibaniser ?

Je suis assez sidéré par le culot des religieux  ultra-orthodoxes en Israël. Voilà un tas de bons à rien qui ne participent même pas à la défense de leur patrie, qui bénéficient en revanche d'innombrables avantages et qui au final prétendent dicter leur loi à tous les Israéliens. 

Séparation des hommes et des femmes, femmes voilées, discriminations contre les femmes, ça ne vous rappelle pas quelque chose, vous ? Moi si. Ça sent le taliban à plein nez depuis quelque temps dans les colonies et à Jérusalem.

Tiens, récemment, ils s'en sont pris à une petite fille de 8 ans qui ne leur paraissait pas habillée comme il faut. Ultra-orthodoxes, Talibans, Islamistes, sont copains comme cochons tous ceux-là.

Ils ont même beuglé comme des gorets tout récemment parce que des Israéliens choisissaient comme conjoints des Américains. Ça n'a pas du tout fait rigoler la communauté juive américaine qui a franchement mal pris la plaisanterie.

Ils ne sont pas nombreux, mais ils font chier tout le monde en Israël. De surcroît, ces cons-là appartiennent précisément à une branche religieuse hostile au sionisme et donc à l'existence de l'État d'Israël. Ils ont donc vraiment tout pour s'entendre avec Al Qaeda, les Talibans et consorts. D'ailleurs, allez savoir si...

En Israël, il n'existe qu'une seule opposition, et...elle est centriste ! Tzipi Livni, la leader du parti Kadima a pris la tête de l'oppositon laïque et se montre déterminée à ne plus céder un pouce de terrain aux Talibans locaux.

Qui aura le courage de réformer la loi israélienne pour priver ces groupes de traîtres et de bons à rien de tous leurs avantages ? Il faut reconquérir le terrain et les envoyer chier, c'est tout ce qu'ils méritent les ayatollah locaux. M...alors, c'est pas Téhéran, Jérusalem, enfin, on peut encore l'espérer.

dimanche, 18 décembre 2011

La guerre des drones a-t-elle commencé ?

Je viens de finir la très bonne chronique de décembre d'EGEA. Il me semble qu'il pose également  avec pertinence la question du devenir des avions et de leur remplacement progressif par des drones.

En somme, en dehors du bombardement, l'avion ne semble plus avoir d'utilité comme unité de "corps à corps". Les duels aériens appartiennent pour l'instant à un passé révolu. La question que je me pose, à considérer l'évolution des drones, pour lesquels, d'après EGEA, on forme désormais plus d'opérateurs que de pilotes d'avions de chasse, c'est ce qu'il va advenir de la guerre aérienne. Fini les avions U2 du temps de la guerre froide. En Iran, c'est un drone qui s'est crashé.

Seules deux armées semblent avoir véritablement opéré le tournant stratégique des guerres futures : bombes à guidage laser, missiles "intelligents", "drones", sur toutes ces nouvelles armes, Israël et les USA sont en avance. 

Bien sûr, Dassault tente bien de produire des drones à son tour, mais on comprend que cette société est clairement aidée industriellement par des entreprises israéliennes, bien plus avancées, et de plus, le dernier vote du Sénat laisse apparaître clairement une distorsion importante entre le coût et de la qualité de la chose.

Nous sommes pourtant face à des choix difficiles : se doter du Reaper, le drone américain, c'est donner à nos forces armées du matériel d'une qualité supérieure, mais c'est de l'autre côté renoncer progressivement à continuer à entretenir une industrie militaire indépendante. N'est-ce pas d'ailleurs inéluctable, à terme ? Je me pose parfois la question.

Et puis il y a la question budgétaire : chaque modèle français coûte de 50 à 75% de plus que chaque modèle américain, et on parle là d'appareils dont le coût se chiffre en centaines de millions d'euros.

L'inconvénient, c'est qu'il n'y a pas de mises en concurrence entre industriels français, et qu'au final, on est dans la configuration la pire : un monopole privé sur un marché d'État. Dassault comptant sur ses relais dans les gouvernements et à l'Assemblée Nationale n'éprouve nullement le besoin d'être compétitif. C'est ainsi que l'on arrive à ne vendre aucun rafale, en dépit des qualités intrinsèques de l'appareil, et à produire des drones dépassés, onéreux et peu efficaces, du moins pour nos besoins (de conception israélienne, ils sont prévus pour des observations sur petite distance).

A l'heure actuelle, l'Europe ne dispose d'aucun drone en propre. Il existe en revanche deux projets concurrents : celui de Dassault et celui d'EADS. Mais voilà, EADS a opéré un rapprochement avec des industriels turcs. Je n'ai pour ma part aucune confiance en la Turquie d'Erdogan. Ce pays ne fait pas partie de l'Union européenne, et, compte tenu de l'irresponsabilité de son dirigeant, je n'imagine pas qu'un tel pays puisse disposer d'un matériel aussi sensible.

Le chemin vers l'autonomie est donc fort long : chaque marché national est trop petit pour développer une filière. Sans une Europe de la Défense avec des armes communes, il semble bien que nous soyons condamnés à dépendre du savoir-faire américain, d'autant que nous ne pouvons envisager de jouer avec la vie de nos soldats.

Voilà des questions qui mériteraient d'inspirer nos candidats à l'élection présidentielle. Je sais que le MoDem et François Bayrou sont favorables à une Défense européenne, au contraire d'un parti comme le FN qui prône une défense purement nationale. Côté UMP, on chante l'Europe tout en accordant généreusement contrat sur contrat à Dassault. Il n'y a donc pas de stratégie clairement définie à l'heure actuelle, au sein des partis politiques, sur la défense que nous voulons. Avant d'élire un nouveau président, la question mériterait pourtant de s'inviter dans la campagne. La doctrine de chaque parti est d'autant plus indigente qu'elle se limite aux déclarations d'intention : réintégrer ou non l'OTAN, construire ou non une défense européenne, et cetera...Quid des moyens d'y parvenir ? Voilà qui mériterait un exposé et des pistes exhaustives, pourtant !...

vendredi, 11 novembre 2011

L'UNESCO a la mémoire courte

A lire la presse, on a le sentiment que USA et Israël se vengent de la résolution votée par l'UNESCO en lui sucrant ses crédits.

Mais l'UNESCO a la mémoire courte : quel est l'organisme, au fait, qui déclarait il y a 20 ans de cela Israël hors-région pour le punir de son attitude envers les Palestiniens ? On ne sait pourquoi, mais il n'y a jamais eu de résolution similaire contre tout autre pays s'autorisant des manquements bien plus graves, et pourtant ils sont nombreux.

L'adhésion à l'UNESCO est un joli coup de la diplomatie palestinienne, et franchement, je préfère voir les Palestiniens se battre sur ce terrain-là qu'à coups de bombes dans les transports en commun de civils.

Et puis Bibi et ses sbires l'ont bien cherché : en n'offrant aucune opportunité à Abbas, ils l'ont contraint à se les créer lui-même.

Il n'en reste pas moins que sous des dehors gentiment humanitaires, l'UNESCO en profite souvent pour servir des idéologies. Par exemple, je soupçonne fort qu'il va tenter de déclarer certains sites controversés au patrimoine mondial après déclaration non des Israéliens, mais des Palestiniens.

Des décisions à l'emporte-pièce pour des monuments figurant à Jérusalem pourraient par exemple mettre le feu aux poudres.

L'UNESCO va larmoyer, désormais, parce qu'elle se retrouve amputée d'une large part de ses fonds. Mais c'est ce qu'il se produit quand on mord la main de celui qui vous nourrit et qu'on lui crache à la gueule...