Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-10 | Page d'accueil | 2009-12 »

vendredi, 20 novembre 2009

Le MoDem, le maire et le chat

Je doute que cela suffise à consoler Mirabelle après la perte de l'un de ces chats, mais voil, à défaut, une étrange histoire qui lui plaira certainement : elle implique un maire MoDem (une rareté, par les temps qui courent) et un chat.

Cela se passe à Talence, dont Alain Cazabonne est le maire : le personnel municipal (et surtout le maire) a pris en affection une petite bête à griffes cendrée. Le sympathique animal déambule dans les étages de la mairie, cherchant ici ou là une caresse, voire un peu de nourriture, et décampant quand elle constate qu'elle est personna non grata. Rosalie, chartreuse gris cendré, a ainsi élu domicile à la mairie de Talence depuis une dizaine d'années. Elle y prend ses quartiers de jour, et n'hésite pas, quand il est libre, à piquer un somme dans le fauteuil du maire. Le quotidien Sud-Ouest rapporte ainsi les propos de l'élu centriste :

« C'est la mascotte pour le personnel et je la protège, reconnaît Alain Cazabonne. Tous les matins depuis dix ans, elle se fait ouvrir et s'installe. » [...] « Des études très sérieuses montrent que la fréquence du ronronnement a un effet déstressant. Et puis, elle est tellement aimable ! »

Tiens donc, ce n'est pas sans m'évoquer l'un des poèmes fameux de Charles Baudelaire sur les chats :

[...]
Quand il miaule, on l'entend à peine,

Tant son timbre est tendre et discret;
Mais que sa voix s'apaise ou gronde,
Elle est toujours riche et profonde.
C'est là son charme et son secret.

[...]

Elle endort les plus cruels maux
Et contient toutes les extases;
Pour dire les plus longues phrases,
Elle n'a plus besoin de mots.

Il y a apparemment un consensus, au sein de l'équipe municipale, pour estimer que l'animal inspire le calme et la tranquilité. C'est un personnage intéressant, Alain Cazabonne. Il va un peu à contre-courant de la doxa, notamment à propos des métropoles. Il estime, par exemple, que la condition première de la solidarité, c'est d'abord la proximité ; or, le regroupement de nombreuses communes autour d'une très grande commune va à rebours de cette dernière. Il préfère donc de petites unités institutionnelles à de gros ensembles qui broient tout. Point de vue intéressant, et pas si fréquent, par les temps qui courent, y compris au MoDem. Si, un jour, il faut repenser l'organisation des territoires, administratif, social, économique et industriel, je me demande en effet, si l'avenir, ce ne sont pas de petites villes reliées entre elles par des transports en commun à grande vitesse, disposant chacune de petites unités de production industrielle (électricité, automobile sur le modèle de ce que propose Guy Nègre) ou pour le commerce, des SCOP, par exemple. Il y a là, à mon avis, une réflexion à mener sur l'organisation du territoire que le MoDem pourrait faire valoir par la suite lors des Régionales.

En tout cas, à Talence, pour l'instant, c'est le chat qui assure le lien social à la mairie. Ce n'est pas si mal pour un début :-)

 

Le Nouveau Centre doit être puissant !

Je réfléchissais à la situation actuelle du Nouveau Centre, au sein de la majorité présidentielle, aux propositions qu'il essaie de porter et aux réactions de l'UMP et de Nicolas Sarkozy. Et réfléchissant ainsi, je me suis plu à penser que le Nouveau Centre parviendrait d'autant mieux à faire valoir ses idées qu'il serait puissant et autonome. En ce sens, il ne faut pas se réjouir des fusions systématiques entre le Nouveau Centre et l'UMP. Mais, quand le Nouveau Centre monte une liste autonome quelque part, et l'emporte de haute lutte au 1er tour (cela s'est produit il n'y a pas si longtemps lors d'une municipale partielle). Il y a des députés Nouveau Centre avec lesquels je conserve des atomes crochus, et la charte des valeurs du Nouveau Centre me convient. Évidemment, tout cela comporte des réserves : pas question de voter pour les ex-UDF qui n'ont pas soutenu Bayrou au premier tour (Santini, par exemple). Mais dans l'ensemble, le Nouveau Centre me paraît un second choix naturel dès lors qu'il présente au 1er tour une liste indépendante de l'UMP.

10:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : nouveau centre |  Facebook | | |

jeudi, 19 novembre 2009

Le MoDem ne doit pas se mettre à dos les enseignants

J'ai évoqué le discours de Marielle de Sarnez et les propositions d'Espoir à gauche, tout récemment, à la suite des rencontres de Dijon. Il y a un point sur lequel j'ai tiqué, c'est celui du temps scolaire, pour lequel MoDem et Espoir à gauche se retrouvent sur la même ligne. Voici ce que dit Marielle de Sarnez :

Ceci doit conduire à modifier l’organisation de l’année scolaire. Elle n’est en France que de 144 jours par an (4 jours pendant 36 semaines) alors qu’elle est en Europe, en moyenne, de 185 jours. La journée des écoliers français est la plus longue du monde, mais nos écoles sont fermées la moitié de l’année. L’objectif que nous devons nous fixer est de parvenir en quelques années à rejoindre la moyenne européenne. Alors, je sais bien que nombreux seront les acteurs économiques qui interviendront pour que rien ne change, des stations de sports d’hiver aux gîtes ruraux. Mais cette réforme doit être conduite. La journée de travail scolaire doit être allégée pour l’enfant, et pour les professeurs afin qu’ils puissent enseigner, à un meilleur rythme.

Et voici ce que propose Espoir à Gauche :

Elèves stressés, ayant perdu le goût d'apprendre et de découvrir, temps scolaire mal réparti avec des journées trop longues et trop peu de jours et de semaines d’enseignement sur l’année... Voilà des problèmes que nous connaissons tous et que nous ne pouvons plus ignorer, sauf à renoncer à notre idéal commun d'une école qui "élève" ses "élèves". Il est temps de prendre à bras-le-corps ces défis en défendant une refonte de l'organisation du temps scolaire. Nous proposons donc :

  • des semaines mieux aménagées avec une réduction de 20% des horaires d'enseignements hebdomadaires pour les élèves...
  • ...ainsi que des journées de cours réduites et réorganisées pour ouvrir l'école à d'autres activités...
  • ... permises par 3 semaines d'allongement de l'année scolaire.

 

Et moi, je mets très sévèrement en garde le MoDem : François Bayrou a réalisé une percée au sein de l'électorat enseignant, parce qu'il a été le seul candidat à ne pas lui faire porter le chapeau des difficultés de l'école. Ce qui est patent et commun, dans les propositions de Marielle de Sarnez et d'Espoir à gauche, c'est que les deux veulent augmenter le temps de travail des enseignants, tout comme Royal en 2007 avec ses 35 heures, manifestement sans aucune contrepartie.  Si le nombre d'heures de cours diminuent pendant la semaine, qui s'occupera alors des enfants laissés à eux-mêmes ? Soit des animateurs, et cela coûtera très cher, soit les enseignants eux-mêmes, instrumentalisés une fois de plus. De plus, cette organisation du temps scolaire ne correspond pas à notre organisation économique. Quant à l'argument de Marielle qui consiste à dire que la moyenne des pays européens est organisée ainsi, donc qu'il faut que nous fassions pareil, il n'est pas recevable. Ce n'est pas une garantie de qualité.

J'ai entendu les premières réactions de quelques amis enseignants, et je puis d'ores et déjà dire qu'elles sont très mauvaises. Ils sont furieux. A vrai dire, pour ma part, j'estime que tout travail mérite salaire. S'il y a trois semaines de cours en plus, elles doivent être payées. Les 20% d'heures en moins, c'est un peu se moquer du monde : cela fera un argument supplémentaire pour ceux qui disent que les enseignants ne travaillent pas beaucoup d'heures, et ce sera un prétexte pour réaugmenter tôt ou tard la semaine de travail des enseignants.

J'ai le souvenir d'avoir entendu Bayrou dire qu'il fallait cesser de réformer sans cesse l'Éducation nationale. Je crois que le MoDem serait bien inspiré de tenir compte de ce sage avertissement.

Le MoDem, sur ce point, a raté une occasion de se démarquer de la doxa socialiste (reprise désormais avec astuce par la droite). La population enseignante, est, depuis des années, quelque peu "écorchée vive". Par les temps qui courent, c'est une erreur que de lui jeter de l'huile sur le feu.

Ali baba, le sukuk et les quarante dettes

Oh, l'instructif article de Sylvain Lapoix que voilà, ce matin, dans Marianne2 ! La France, depuis quelque temps, s'intéresse de près à la finance islamique, et, par exemple, l'université de Paris-Dauphine vient même d'ouvrir un diplôme universitaire de finance islamique.

Voyons, voyons : qu'avais-je constaté, au dernier équinoxe d'automne ? Que la France venait de modifier son code civil afin d'introduire les obligations islamiques en droit français. Jusqu'ici, j'avais pensé que c'était là l'occasion d'organiser un juteux appel de fonds en provenance des pays de l'or noir. Mais c'est encore plus subtil que je ne l'avais imaginé et Sylvain Lapoix l'explique très bien : les fameux sukuks, dont j'ai déjà parlé ici, ne sont pas considérés comme des créances, mais comme des titres de propriété. C'est très très très utile quand on cherche à évaluer le montant d'une dette. Par exemple, jouons au Dettopoly : dans la famille déficit budgétaire monstrueux, je choisis la France. Ah, mais, comment se fait-ce, la dette de la France a baissé alors que son déficit budgétaire a augmenté ? Hé hé, magie ! Prononce avec moi le mot magique "sukuk" et toutes tes dettes se transformeront en titres de propriété. Mieux, c'est ton prêteur, devenu propriétaire, qui sera considéré comme endetté au même titre que toi, puisque vous serez co-propriétaires...

Ainsi, la France, en tant que nation, pourrait devenir la co-propriété des brillantes démocraties que sont les pays du Golfe persique. Et bien sûr, son gouvernement va pouvoir continuer à creuser le déficit tout en clamant que la dette s'est réduite... Ah, au fait, on comprend peut-être mieux le récent voyage (non-officiel) de Nicolas Sarkozy en Arabie Saoudite.

C'est le trésor d'Ali Baba ces sukuks : on va pouvoir faire au moins quarante dettes avec...

10:59 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sukuk, dette |  Facebook | | |

mercredi, 18 novembre 2009

Mondial, la France se qualifie contre l'Eire

La France ira finalement en Afrique du Sud, mais vraiment pas avec la manière. Elle a égalisé dans les prolongations (104ème minute) sur un but de Gallas, servi par un centre d'Henry. L'inconvénient, c'est que la réception de la balle a manifestement été contrôlée de la main. L'arbitre n'a rien vu. Les Irlandais, qui n'ont pas démérité, ne méritaient pas ça...

Chapeau à la Grèce, un pays que j'aime beaucoup, qui s'est qualifiée en Ukraine. Je suis content de les savoir qualifiés, les Grecs !

23:44 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : football, mondial, eire, france, grèce |  Facebook | | |

Sécurité, la droite guimauve...

Bon billet que celui d'Echo politique à propos de la sécurité. Sarkozy et sa droite prétendûment décomplexée se foutent de notre gueule. On a en effet le sentiment que l'ordre public est le dernier de leurs soucis. En réalité, Sarkozy ne brandit la sécurité qu'à des fins électorales. Une fois le soufflet retombé, il réduit les effectifs de police et fait voter des lois qu'on sait par avance inapplicables faute des moyens nécessaires pour les mettre en oeuvre. L'affaire mailorama est exemplaire : la racaille peut désormais se pavaner en plein coeur de Paris et massacrer des victimes innocentes au nez et à la barbe des CRS pourtant présents. A Marseille, on saccage tout parce que le match a été annulé ou que l'équipe de football d'Algérie a été caillassée en Égypte. La gauche dégoûlinante trouve cela normal, et la droite se cantonne aux discours convenus sur le sujet. Bientôt, on va faire une grande chaîne de l'amitié et défiler dans les rues avec la flamme d'un briquet allumée pour protester contre la délinquance.

Contre la délinquance, la réponse principale, c'est le coup de matraque, aussi fort que possible, la prison, aussi longtemps que nécessaire, et les mesures éducatives quand elles peuvent s'appliquer avec les moyens ad hoc.

Les hochements de menton de Nicolas Sarkozy ont fait long feu. Le sentiment d'impunité est général. Je le pressens, la colère grondera à nouveau, parmi les petites gens, et les incantations des belles âmes ne sauront plus les calmer.

J'avais trouvé intéressantes les propositions de Bayrou en 2007. Voici ce qu'il disait alors, et, à mon avis, cela demeure à peu près valable :

«  Aux grands maux, les grands remèdes ! La sécurité est le premier devoir de l’État à l’égard des citoyens. L’échec à assurer la sécurité des Français est l’échec majeur de la période récente.»

On a appris que les policiers avaient pour consigne de ne pas entrer dans la cité des Tarterêts ! On est loin de la ‘tolérance zéro’ ! Il faut inverser notre politique : réimplanter l’Etat au cœur de ces quartiers, pour y incarner la sécurité et le service public. Pas seulement la police de proximité, mais aussi l'Etat de proximité, l'Etat qui protège et qui aide.

Sanctionner tôt, dès le premier délit, serait bien souvent la meilleure prévention (il est absurde de séparer prévention et sanction) : face à la délinquance juvénile, la sanction doit être ultrarapide et éducative. La prison est une impasse, un pourrissoir, on en sort caïd : je suis pour des sanctions qui remettront le jeune au contact de l'autorité : rigoureuses et éducatives. Les travaux d'intérêt général surveillés deviendront une obligation, avec l'encadrement correspondant.
On rendra systématique un principe de réparation du tort causé à autrui ou à la collectivité. Une loi sera votée pour la protection des victimes contre les représailles.
Je proposerai que le maire ou le président de l’intercommunalité - seul responsable accessible et identifiable par le citoyen - ait autorité sur la police de proximité.
La prévention commence par la famille : quand j'ai donné cette claque à Strasbourg, j'ai reçu des milliers de lettres, dont beaucoup de parents immigrés. Ils me disaient : ‘Vous avez bien fait, mais si nous donnons une claque, c'est l'assistante sociale’. Il y a un immense effort à conduire pour l'éducation des parents ! Quand il y a abandon de toute responsabilité, les allocations familiales doivent pouvoir être mises sous tutelle.
L’école est la clé. Victor Hugo le disait : ‘Ouvrez une école, vous fermerez une prison’. Si l'école donne de l'espoir, le quartier est sauvé. Au collège, il faut enseigner la loi. On doit sortir du collège les jeunes qui déstabilisent leur classe : il faut des structures scolaires de recours, de petite taille, avec une pédagogie adaptée et une surveillance renforcée.

La loi doit être la même pour tous. Il faut donner l’exemple, au plus haut : je suis contre le principe d’amnistie lié à l’élection présidentielle. »

Le problème, c'est qu'avec Sarkozy, on est très loin d'un tel programme, à même de rétablir la sécurité. J'ajouterai que face à la racaille, il doit être un principe établi qu'il ne faut pas mollir : quand je vois que des bandes viennent jusque dans les palais de Justice pour beugler et menacer les magistrats, j'estime que les lois contre les délits de complicité et bandes maffieuses sont bien trop douces.

On attend toujours l'homme énergique qui ne cèdera plus un seul pouce de terrain à la racaille, mais la matera définitivement.

07:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : sécurité, sarkozy, bayrou |  Facebook | | |

mardi, 17 novembre 2009

Non Bayrou ne jette pas le trouble !

Je commence à en avoir plein le dos des déclarations à l'emporte-pièce contre Bayrou de la part de militants (ou non) déçus de ne pas avoir vu leur point de vue l'emporter.

Sur la constitution des listes en île de France, je crois avoir entendu à peu près toutes les conneries possibles et imaginables de la part de ceux qui se réclament de l'esprit de la démocratie : on a dit que nous allions nous allier avec Huchon au premier tour, puis que Marielle de Sarnez allait se présenter, puis ensuite Bernard Lehideux (démenti à chaque fois des intéressés) ; certains se sont même imaginés que ce pouvait être le Sénateur Nicolas About qui soit la tête de liste (il a au demeurant parfaitement le droit de faire acte de candidature, je rappelle qu'il est adhérent du MoDem et s'en réclame officiellement). On hurle, çà et là au déni de démocratie, tout en accusant régulièrement la vieille UDF d'être sur le pont, et puis surtout, quand des résultats de votes internes ne cadrent pas avec les espoirs et les projections de toutes sortes, on invente les prétextes les plus farfelus pour expliquer les déroutes.

Au passage, Corinne Lepage a le droit de créer son cercle de réflexion, mais je juge minable, et je pèse mes mots, d'avoir expliqué à la presse que les rencontres de Dijon, c'était de l'esbrouffe. Tout ça, sans doute, parce qu'elles coïncidaient, au niveau de la date, avec le lancement de son club. L'Éducation est un sujet sérieux, et franchement, il me branche autrement plus que les bla-bla délirants et/ou extravagants sur la démocratie interne et tutti quanti. Corinne Lepage dit des choses très intéressantes quand elle parle d'écologie et d'industrie, mais elle a un sérieux problème avec la solidarité politique. Et ce n'est pas la première fois depuis la création du MoDem...

Antoine Dupin a parfois de bonnes idées (la preuve ici), mais il aurait mieux fait de s'abstenir avec sa lettre ouverte. Au lieu de déclarer que Bayrou fait l'impasse sur le travail des commissions, il ferait bien de le lire, de lire le document de synthèse que nous avons tous reçu pour le Congrès d'Arras et de le répéter une deuxième fois, histoire de voir s'il maintient ses déclarations.

Je ne crois pas que le Président du MoDem méprise ses commissions, sinon, il faudra m'expliquer ce que le coordinateur de la commission Éducation, Sylvain Canet, faisait à Dijon avec Marielle de Sarnez, et pourquoi on retrouve dans la déclaration finale de Marielle, une large part des thèmes brassés par la dite commission.

Ensuite, concernant Christophe Grébert, Bayrou a dit qu'il appréciait ses initiatives .C'est tout. Jamais il n'a dit que ce serait le candidat du MoDem en île de France. Les adhérents trancheront entre les différentes candidatures. Christophe Grébert a d'ailleurs apporté un sérieux démenti sur le sujet chez le blogueur Vogue Haleine.

Ça, évidemment, nos thuriféraires de la démocratie se sont bien gardés de le dire et de le relayer. C'est tellement plus facile d'entendre ce que l'on veut entendre...

 

Je vais me faire vacciner contre la grippe A

Les théories complotistes de tout ordre trouvent souvent, hélas, en France, un terreau propice pour proliférer. On entend, désormais, tout et n'importe quoi à propos des laboratoires et du vaccin contre la Grippe A. Moi, je vais me faire vacciner, et toute ma famille va faire de même. Et pour les adeptes des calculs probabilistes, j'invite à consulter le billet de Unhuman, qui a établi "scientifiquement" les prises de risque encourues selon que l'on se vaccine ou non.

C'est assez rare que je donne quitus à l'actuel gouvernement de la France, mais, sur la grippe A, jamais je ne lui reprocherai d'avoir appliqué le principe de précaution. Je préfère qu'il y ait un fort reliquat de nos 94 millions de doses contre le virus H1N1 que d'avoir pris le risque d'une mutation du virus avec plusieurs dizaines de milliers de morts à la clef.

Des grippes A fulminantes demeurent rares, mais elles se produisent, particulièrement sur des individus sans problèmes de santé apparents. En 48 heures, le virus peut avoir infesté complètement les poumons et provoquer le décès de n'importe quel individu. Roselyne Bachelot a bien agi en donnant l'exemple.

Le virus se propage désormais à grande vitesse dans les écoles. Le Ministère de l'Éducation Nationale a mis a disposition du public une carte régulièrement mise à jour pour faire le point sur la situation.

Un vaccin n'est évidemment jamais neutre, et une réaction imprévue n'est jamais à exclure. Mais sa probabilité demeure toujours moindre que celle de périr de la maladie...

Je m'en voudrais jusqu'à ma mort d'avoir laissé mourir un de mes enfants pour avoir adhéré à une thèse complotiste (à la c...). La vaccination des femmes enceintes et des nourrissons débute vendredi. Sanofi-Aventis a mis au point un vaccin sans adjuvant, limitant ainsi singulièrement le risque de réactions au vaccin. Il s'agit du vaccin Panenza. Il se comporte, apparemment, comme le vaccin contre la grippe saisonnière. Pour les aspects complotistes, je suggère de se reporter à un billet de Démocratix, fort efficace pour démonter les accusations de Rue89.

S'il n'est pas possible de se faire vacciner chez un généraliste, c'est que la conservation des doses est problématique passé 24 heures, et qu'il faut donc pratiquer plusieurs injections par jour pour ne pas risquer un gaspillage généralisé, ce qui n'a rien de garanti chez un généraliste.

 

15:12 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (49) | Tags : grippea, h1n1 |  Facebook | | |

Paradis fiscaux, le bouc-émissaire pratique

Je vais encore pousser un coup de gueule à rebours de la doxa ambiante, mais il y a des facilités qui m'exaspèrent vraiment trop ; la classe politique mondiale a trouvé le moyen idéal de détourner des regards les véritables causes de la crise financière : les paradis fiscaux sont des bouc-émissaires idéaux. On les accuse de tous les maux. Dans le même temps, on se préoccupe des bonus des uns et des autres, alors que les véritables questions de fond, ce sont les normes comptables et la régulation des fonds propres des banques. Mais évidemment, comme c'est abscons et que cela ne parle pas à l'électeur, nul n'en dit mot à part quelques esprits lucides.

Or, dans ce domaine, le G20 n'a strictement rien apporté : aucune avancée, et d'ailleurs, les USA n'en veulent pas. Pointer les petits pays que sont le Luxembourg ou les îles Caymans, c'est très pratique ; cela évite d'avoir à faire le ménage chez soi.

La volonté de faire payer une taxe aux banques est idiote et montre bien l'inanité et la bêtise (l'ignorance ?) crasse de la classe politique. Le terme même de "taxe" est démagogique et renvoie à la vulgate socialiste. Il eût été bien plus censé de réclamer aux banques françaises de payer des assurances en fonction du niveau de risque pris : la prime de l'assurance augmenterait alors selon le niveau du risque. Évidemment, cela suppose un organisme de contrôle indépendant (pourquoi pas la Banque Centrale Européenne ?) et que les États acceptent de lui déléguer certaines prérogatives (ça, c'est pas demain la veille).

A vrai dire, pendant qu'on jase sur les vilains banquiers, on en oublie les effets kisscool du Grand Emprunt, en France. Mais il se trouve (attention, je vais prononcer un très très gros mot) que quelques libéraux veillent au grain, et au bon : il n'a pas échappé à l'ami hashtable ce qui pend au nez de nos finances. On le sait, Sarkozy a voulu donner un caractère "populaire" à son grand emprunt : ce caractère à un coût, les taux d'intérêt vont en être nettement plus élevés, contribuant à dégrader significativement notre endettement et notre capacité à faire face à la charge de la dette. Or, cela commence à inquiéter sérieusement les agences qui nous attribuent notre note de confiance. Jusqu'ici, la France était l'un des quatre seuls pays à disposer d'une note AAA, assurant ainsi de bénéficier de liquidités sur les marchés aux taux les plus intéressants. Or, compte-tenu de la dérive vertigineuse de nos finances publiques, il est fortement question, chez quelques unes des agences de notation, de dégrader notre note de solvabilité. Dans un tel cas de figure, nos emprunts deviendraient bien plus coûteux, car les taux demandés seraient bien plus élevés. Pour emprunter la même somme, il faudrait alors payer plus sur le budget de l'État, donc, par suite, réduire les autres postes budgétaires.

Voilà où nous en sommes, et c'est très grave. En fait, on n'aborde aucune question de fond, préférant l'écume de l'actualité nous bercer de rêves rédempteurs.

Je me serais attendu à ce que le MoDem, François Bayrou, habitués pourtant à dévoiler la vérité derrière les apparences, tirent la sonette d'alarme. Au lieu de cela, je n'ai entendu que les platitudes et les billevisées qui sont le plat de résistance de toute la classe politique. J'avoue que cela m'agace assez fortement, parce que j'attends le courage de dire la vérité aux Français de la part du MoDem et de ses responsables politiques. Sur la dette, je leur donne quitus, mais sur les banques, ils ne gagnent à mon avis strictement rien à vouloir glapir et bêler plus fort que la gauche.

lundi, 16 novembre 2009

Le PS pourrait passer une râclée à tous les autres partis

C'est marrant : régulièrement, çà et là, on s'imagine que le PS est foutu, qu'il lasse les Français, qu'il est divisé, et cetera...La réalité électorale est en fait tout autre. Les sondages discrets indiquent que la notoriété des présidents de région socialistes va jouer en leur faveur. Ils ont de bonnes chances d'être réélus. La droite pourrait même pleurer très fort, au soir du second tour des régionales, s'il s'avérait que les Socialistes, non contents de récupérer leurs 22 régions, fassent un gain supplémentaire.

Les Verts s'imaginent gagnants d'une grande recomposition politique, mais les choses ne sont pas jouées. Moi, je pense qu'elles vont se décanter petit à petit et qu'ils pourraient être déçus. Il pourrait y avoir des pleurs à gauche, mais pas là où on le pense, d'autant que le sectarisme des Verts pourrait au fil du temps commencer à faire son effet sur l'électorat. Côté MoDem, je ne m'attends pas à ce que nous fassions un très grand score, mais je pense qu'il faut tenter notre chance jusqu'au bout en posant notamment les questions qui dérangent : et dans ces questions, il y a la fiscalité. Que vont faire les futurs présidents de région, alors que l'on sait que la disparition de la taxe professionnelle va creuser les recettes des exécutifs régionaux ?

Il faut, je le crois, jeter cette question sur le tapis et en débattre au plus vite : j'imagine que l'UMP va devoir faire face à ses contradictions, sauf à ce que certains députés se rebellent. Mais les Socialistes aussi ont augmenté leurs budgets, et pas seulement à cause des transferts de charges. Un débat sur que ce que les régions doivent ou non financer ne serait pas inutile ; gardons-nous, au MoDem, de faire assaut de démagogie, en promettant tout et n'importe quoi. Il faut dire aux citoyens la vérité et leur proposer des choix cartes sur table.

17:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : ps, régionales, modem, ump |  Facebook | | |