Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 mars 2009

Faut-il envoyer le GIGN au Mexique pour libérer Florence Cassez ?

On me reprochera sans doute ce titre provocateur, mais que faut-il faire quand une Française est prise en otage ? Le Mexique n'est qu' une semi-démocratie. Il a beau se draper dans les oripeaux d'une République, l'État y est gangrené jusqu'à la moëlle, gagné par une corruption qui ne connaît pas de limites. La justice n'y est qu'un simulacre de justice, le crime organisé ou non y prospère, particulièrement à Mexico, et on ne sait ce qui est le plus dangereux, croiser un policier mexicain ou un criminel. Mexico est secoué par des crimes atroces visant les femmes depuis de longues années. Pas étonnant dans ces conditions, que la justice se montre particulièrement impitoyable et malhonnête quand il s'agit d'une femme. Florence Cassez n'a pas eu droit à un procès équitable. Les avocats n'ont pu préparer leur défense, et les témoins n'ont pas été entendus ou leurs témoignages pas pris en compte. L'ex-compagnon mexicain de Florence Cassez l'a totalement dédouanée.

Faut-il considérer le Mexique comme un état voyou, à l'instar de la Lybie et de ses infirmières bulgares ? Pouvons-nous tolérer qu'une citoyenne française soit détenue arbitrairement après une pseudo-arrestation sur le fait alors  l'objet de son arrestation  est à l'évidence de se concilier l'opinion publique à peu de frais ? Florence Cassez n'a pas vocation à devenir la victime expiatoire de l'impéritie du pouvoir mexicain qui cherche à détourner l'attention de l'opinion mexicaine par cette mascarade.

On peut interpeler le président Sarkozy via le blog de Florence Cassez. Mais à mon avis, vu la tournure de l'affaire, on doit certainement pouvoir interpeler aussi Amnesty International.

J'aimerais bien , en tout cas, que le MoDem se mobilise aussi pour la cause de Florence Cassez.

mardi, 03 mars 2009

Palestine : l'Europe paye mais on ne lui demande pas son avis !

Une fois de plus, comme en 2001 et 2002, c'est l'Europe qui va payer la plus large partie de la reconstruction à Gaza, après la guerre de trois semaines qui a opposé le Hamas et Israël.

Ce qui commence à devenir énervant, c'est que tout le monde est d'accord pour que l'Europe paye, à commencer par le Hamas, mais en revanche, quand elle fait des recommandations (réouverture de Gaza, reconnaissance d'Israël par le Hamas) là, il n'y a plus personne.

Je trouve que cela commence à bien faire que nous, Européens, soyons régulièrement mis à contribution, mais que ce soit Téhéran, Damas, voire les Madrasas du Pakistan qui dictent la politique de la bande de Gaza alors qu'ils ne livrent, au mieux, que des armements.

Il me semble que l'Europe devrait commencer à hausser le ton envers les deux parties. Il est vrai qu'Israël ne reçoit pas d'aide directe de l'Europe, contrairement aux Palestiniens. Cela ne facilite pas les choses.

Il n'en reste pas moins que l'Europe devrait revoir les conditions de son aide à la Palestine, compte-tenu de son statut de premier donateur et dispensateur d'aide. Ceci ne signifie pas qu'il faut réduire les aides, mais exiger dans les négociations le poids qui revient de droit à l'Europe.

Toutefois, il faut ajouter que ce sont les USA qui aident le plus Israël avec une aide militaire énorme et des garanties financières ad hoc. L'Europe et les USA devraient essayer de s'entendre pour convaincre définitivement les représentants politiques des deux états d'adopter un consensus une bonne fois pour toutes. A vrai dire, le nouveau pouvoir israélien commence très mal, puisqu'il est question d'accroître le poids des colonies en Cisjordanie. Si Israël veut ouvrir un autre front en Cisjordanie, cette fois, il n'a qu'à continuer comme ça...

15:48 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : palestine, israël |  Facebook | | |

Fatima Bhutto peut-elle succéder à Benazir ?

Apparemment, je suis le seul blogueur français ou presque à m'intéresser à Fatima Bhutto. Et même dans la sphère politique, je suis le seul tout court. Même pas presque. C'est curieux, parce que son nom agitait drôlement les moteurs de rechercher hier. J'ai dépassé les 1000 visites uniques quasiment sur son seul nom. Il est vrai qu'elle défraie la chronique parce que George Clooney est, paraît-il, amoureux d'elle. J'en avais parlé il y a deux-trois semaines.

Fatima Bhutto m'intéresse, parce que je la sais démocrate sans concessions et radicale. Elle pourrait incarner l'espoir d'un renouveau au sein du PPP (parti du peuple pakistanais) au Pakistan. Et ce pays, et ce parti, en ont bien besoin. Le PPP plus qu'un parti démocratique est surtout la chose d'un clan, et très précisément d'un fief avec toute la dénotation féodale que peut avoir ce mot. Fatima Bhutto a déjà fait observer que c'est sous Benazir Bhutto que le Pakistan a reconnu le régime taliban en Afghanistan (un des trois seuls pays au monde à le faire à l'époque) et qu'en dépit de toute la mythologie qui court sur ses supposées convictions démocratiques  (paix à son âme, toutefois) elle n'a jamais aboli le servage dans son propre fief électoral.

Benazir Bhutto était une femme forte et habile, une politicienne de haut niveau. Mener profession politique dans un pays aussi instable et féodalisé que le Pakistan, c'est extrêmement dangereux. Benazir Bhutto en a payé le prix du sang : elle a été assassinée vraisemblablement par des terroristes islamistes inquiets de sa popularité.

Comment la frêle Fatima pourrait-elle assumer une telle charge de pouvoir, de responsabilité et de péril ? Voilà la question que les Pakistanais se poseront si elle vient sur le devant de la scène.

La situation au Pakistan est explosive :

- ce pays qui appartient au club nucléaire ne contrôle quasiment plus sa frontière avec l'Afghanistan au point d'admettre qu'une juridiction religieuse d'origine talibane soit mise en place dans ces zones en lieu et place de ses propres tribunaux. Bien sûr, le PPP traîne des pieds, tente de limiter la portée de l'accord, mais in fine, il co-partage au mieux le pouvoir dans cette région. Imagine-t-on qu'autrefois, on appelait cette région, la Vallée du Swat, la Suisse pakistanaise. C'est dire le niveau de la dégradation économique, sociale et culturelle de l'endroit...

- ensuite, le Pakistan est miné par une menace étatique interne : personne ne contrôle plus vraiment l'ISI, les services secrets pakistanais, qui sont de tous les mauvais coups. Je dirais même que dans l'ISI lui-même, il 'nest pas certains que les membres de ce service secret sachent toujours qui est qui exactement. On ne sait si c'est l'ISI qui a infiltré les talibans et Al-Qaeda ou l'inverse. Le fait est que les frontières sont pour le moins poreuses, en tout cas. Pire, il n'y a pas que l'ISI : si le PPP ne vient pas à bout des islamistes dans la vallée du Swat alors que les partis laïques ont infligé une râclée électorale à des derniers aux récentes élections législatives, c'est que l'armée n'obéit plus et poursuit d'autres buts plus occultes : ménager l'influence talibane en Afghanistan afin de contrecarrer les réseaux Indiens qui s'y développen,t de plus en plus. Cela au détriment de la propre paix civile du Pakistan dont l'armée n'a cure, évidemment.

- Corollairement, le Pakistan ne contrôle pas les mauvais coups qui partent de son territoire. Sa réputation est exécrable et son image en Occident très mauvaise. Les USA se défient de leur allié et n'hésitent plus, désormais, à poursuivre certaines opérations militaires contre les Talibans en territoire pakistanais. Quand le Pakistan a été victime l'année passée d'un cataclysme naturel, très peu de dons privés sont venus des pays occidentaux, à l'inverse de ce qu'il s'était produit pour le Tsunami dans les pays d'Asie. L'individu ordinaire a du mal à admettre de donner de l'argent à celui qui forme ou finance ceux qui viennent ensuite poser des bombes chez lui : on sait que l'Islamisme le plus radical et le plus violent prend sa source dans les Madrasas pakistanaises dont le nombre a plus que centuplé en deux décennies. Il n'y a plus de sécurité au coeur même du territoire pakistanais : ce matin même l'inoffensive équipe de cricket du Sri-Lanka a été attaquée à l'arme lourde par un groupe de terroristes non loin de Lahore, usant de procédés qui n'étaient pas sans rappeler les récents attentats de Bombay.

- A cause du conflit au Cachemire entre autres, la menace permanente d'une guerre plane avec l'Inde, avec le risque de la voir dégénérer en conflit nucléaire.

- la situation économique n'est pas reluisante, avec une dette publique qui explose et une inflation de plus de 15%. En octobre dernier, le pays était au bord de la faillite.

Voilà les défis qu'aurait à affronter Fatima Bhutto si elle décidait d'entrer en politique au Pakistan. Comment cette jeune femme, poétesse et journaliste en Occident, pourrait-elle réussir sans réseaux ? Au moment où j'écris ces lignes, je l'ignore, mais je lui souhaite bonne chance si elle prend la décision de le faire. George Clooney qu'on dit amoureux d'elle et qui s'est souvent engagé pour de justes causes  la suivra-t-il jusqu'au Pakistan si elle y revient ?

dimanche, 01 mars 2009

L'Alliance géostratégique est née !

Vous avez aimé Quindi ? Egea ? la plume et le sabre ? le théâtre des opérations , Mars attaque, Nihil novi sub sole, ? et bien d'autres encore ? Vous allez adorer l'Alliance géostratégique. Pour la première fois dans la blogosphère française, plusieurs blogs stratégiques (ils sont 14 pour débuter) se regroupent pour former un réseau et une plate-forme communs. Quel bonheur !

S'il y a bien quelque chose qui manquait à l'information sur la blogosphère, c'est bien cela. Je conseille d'ailleurs la lecture du premier billet de présentation, car il passe en revue les sources d'informations et de débat public en France dans le domaine de la géostratégie, avec quelques réflexions bien senties, au passage, sur la fermeture corporatiste de certains blogs de journalistes.

J'ai aimé, enfin en particulier, les explications données par l'Alliance pour le choix de son nom (qui me plaît beaucoup) :

Alliance, car nous ne voulions pas être un comité, un institut, une société, un mouvement, un rassemblement, une fédération…. Tous ces mots ont été trop utilisés. L’alliance fait référence à la vieille « alliance française », premier instrument de la francophonie (car il s’agit, on l’aura compris, de blogs d’expression francophone). Le mot, presque désuet, revêt justement une certaine fraîcheur ; surtout, il s’agit d’un portail de blogs francophones (français, belges, canadiens, camerounais) ; l’alliance appartient par ailleurs au vocabulaire de notre champ d’intérêt, qui est géostratégique.

Et pour tout dire, nous ne nous sommes pas beaucoup attardés sur le sens véritable du mot géostratégique : il nous convient, à cause de son imprécision, car il est au centre de nos préoccupations à la fois stratégiques et géopolitiques. Certains sont plus intéressés par la stratégie, d’autres par la géopolitique. C’est justement cette diversité et cette complémentarité qui fait notre intérêt.

Joli, non ? J'ai un seul regret, j'avais eu le scoop en avant-première, et comme j'ai tardé, les 14 blogs l'ont annoncé avant moi ! Zut, alors.

J'avais été tagué récemment par Avec nos gueules et les Privilégiés pour donner une chaîne de sept blogs, mais, là, j'ai rempli le contrat, non ?

Il me reste à taguer des blogs à taguer : vont s'y coller, Florent, Democratix, KaG, Virginie (qui vient d'ouvrir son blog), LoMiG, lolik et Orange Sanguine ! (s'ils le veulent bien, évidemment).

 

 

mercredi, 25 février 2009

Désengagement militaire, Bayrou l'avait dit...

Je viens de lire à quelques heures d'intervalle l'entretien d'Hervé Morin (Ministre de la Défense) dans l'Itinérant n°472. Il y annonce clairement l'objectif de passer de 13 000 hommes à 10 000 hommes en opérations extérieures et d'économiser ainsi jusqu'à 150 millions d'euros. Tiens, amusant, cela me rappelle exactement ce que Bayrou a dit en avril 2008. Je le cite :

«Dans les circonstances budgétaires que l’on nous annonce, et auxquelles les décisions de gestion du gouvernement prises dès le début de son mandat, nous contraignent plus que jamais, il ne sera pas possible de maintenir des hommes sur des théâtres d’opération aussi divers que le Kosovo (2000 femmes et hommes), la Côte d’Ivoire (2400), le Liban (1500), le Tchad (1100), bientôt le Darfour (2000), le détroit d’Ormuz (au moins 500), et l’Afghanistan (2900) ! Un homme sur le terrain en raison de la règle des trois tiers, service, préparation, repos, oblige à la mobilisation de trois hommes. Ce sont donc si je compte bien presque 40 000 personnels de nos armées qui sont ainsi requis, avec les questions de logistique, d’équipement, d’armement qui se posent et qui suscitent vous le savez, dans leurs rangs, bien des débats. La multiplication de ces interventions n’a jamais été à portée des armes de la France, et en tout cas ne le sera pas dans l’avenir. Il y a comme un divorce entre ces interventions tous azimuts et les moyens qui sont ceux de notre armée. Ce divorce posera des problèmes considérables.»

Il y eu un débat à l'Assemblée Nationale le 28 janvier dernier, à propos des Opex. Or, j'y ai lu avec attention l'intervention de Philippe Folliot au nom du Nouveau Centre. Il conclut en annonçant le soutien du Nouveau Centre à «la prolongation de l’intervention des forces armées en Côte d’Ivoire, au Liban, au Tchad et en République centrafricaine». Il a précisé qu'il était favorable aux réductions d'effectifs là-bas.

En Côte d'Ivoire, Hervé Morin, dans son entretien avec l'Itinérant déclare qu'il ne juge pas utile de «maintenir un tel niveau». Au Tchad, il annonce un toilettage des effectifs.

Ce que je retiens des débats, finalement, c'est que sur le fond, la France n'a plus les moyens de se maintenir en Afrique, mais qu'elle le fait tout de même pour sécuriser les zones du continent, du moins, là où elle est présente. Ce qui est fâcheux, c'est que sa présence ne se fait presque jamais avec l'aval des institutions internationales. Pour certains députés (essentiellement ceux de la majorité) la lenteur de l'ONU dans les situations d'urgence en est la cause.

Pour ma part, je pense qu'il faut en finir avec la Françafrique, que rien n'a remplacé actuellement, faute de mieux, mais qu'il ne faut pas prendre le risque de laisser un vide à la place. C'est d'ailleurs sans doute ce qu'ont craint non seulement les Français mais plusieurs autres États Africains jusqu'ici.

J'ai noté dans ce débat parlementaire deux observations qui me paraissent essentielles. La première d'Axel Poniatowski qui s'interroge sur l'implication des États Européens dans leur défense :

«La France, la Grèce, la Pologne et le Royaume-Uni consacrent chaque année environ 2 % de leur PIB à la défense, alors que les autres pays de l’Union européenne restent tous en dessous de la barre de 1 %. Il faudra engager tous nos partenaires européens dans une réflexion approfondie, sans tabou, pour examiner quelles ressources supplémentaires ils sont prêts à accorder à la défense des intérêts européens, qui sont les leurs

Et puis celle de Jacques Myard, bien que je ne partage pas ses conclusions :

«Pour paraphraser Churchill, l’Afrique est malheureusement devenu le « ventre mou » de l’Europe et de la France, qui subiraient directement les conséquences d’une déstabilisation de ce continent. En effet, comment maîtriser les flux migratoires si les pays d’émigration connaissent des troubles incessants ?»

Je ne suis pas du tout convaincu que la France prenne un grand plaisir à être présente en Afrique. Je pense que c'est une charge à tous points de vue pour elle. Il est grand temps que l'Europe s'empare de la question et remplace la France. Nous ne pouvons plus, surtout avec la crise, supporter indéfiniment de tels coûts  seuls. Et puis cela ne peut plus être de la responsabilité exclusive de la France, a fortiori quand c'est à demi-décidé par la seule présidence de la République (il y avait certes un débat en assemblée, mais avec bien trop peu d'éléments et dans la hâte, et puis il ne s'agit que de débattre de la prolongation d'opérations militaires déjà en cours).

Il y a un pas qui n'est pas facile à franchir et que j'aurais aimé voir abordé lors de la présidence de l'Europe par la France, c'est la passation de pouvoirs entre la France et l'Europe. Et il faudra bien un jour parler également du siège français au Conseil de sécurité et de la dissuasion nucléaire. Il faut tenir le temps que l'Europe soit prête à les récupérer, mais je crois qu'à terme, nous n'avons plus la puissance nécessaire pour tout cela. Nous avons trop de  problèmes, trop de difficultés à régler dans notre propre pays.

Il me semble qu'il faudrait se concentrer sur les points les plus chauds et les plus importants pour la sécurité du monde : frontière Pakistan-Afghanistan en priorité et Darfour où personne ne fait rien et où les morts s'accumulent par centaines de milliers. Je ne dis pas, bien sûr, que le reste n'est pas important, mais soyons réalistes : le matériel militaire est en mauvais état, nos dettes s'accroissent, notre industrie est en plein marasme. Nous n'avons plus les moyens d'être présents partout. Pas à ce coût-là, en tout cas.

J'ajoute une dernière chose à propos de l'OTAN : ce n'est pas la France qui doit la réintégrer, quand bien même les Russes considéreraient la France comme un contre-poids à l'Amérique, mais l'Europe comme bloc cohérent. L'OTAN ne devrait pas être une alliance des USA et de divers pays Européens, mais une alliance à deux têtes, l'une Américaine, l'autre Européenne. Une telle alliance n'est pas possible tant qu'une défense européenne n'est pas construite. Le chemin sera long...beaucoup de pays européens se satisfont très bien de la situation et regardent d'un sale oeil un éventuel accroissement de leurs dépenses militaires pour assurer leur sécurité. Et même quand ce n'est pas le cas, un certain nombre d'entre eux ne croient qu'au leadership américain, tout simplement parce qu'il s'est montré efficace pendant un demi-siècle en Europe...

La quasi-invisibilité européenne en Bosnie dans les années 90 n'a pas amélioré les choses...

 

jeudi, 19 février 2009

Il faut soutenir Kadima en Israël

J'ai toujours pensé que les peuples décidaient eux-mêmes ce qu'il convenait de voter ou non, tout du moins, en démocratie, et qu'ils pouvaient s'agacer des déclarations et campagnes intempestives venues de l'étranger. Tout le monde aime donner des leçons de morale, personne n'aime en recevoir...

Toutefois, le parcours de Kadima présente bien des similitudes avec celui du MoDem. Le fondateur de Kadima est Ariel Sharon, mais, je ne comparerais pas Ariel Sharon à François Bayrou mais plutôt aux créateurs de l'UDF. La personnalité que je comparerais à Bayrou (politiquement, parce qu'historiquement, quoi de plus éloignés que l'espionne israélienne du Sin Beth que fut Tzipi Livni et l'agriculteur de la campagne béarnaise, membre d'une communauté pacifiste dans sa jeunesse que fut François Bayrou !) c'est l'actuelle leader de Kadima.

Une même volonté de bousculer les lignes politiques traditionnelles, un même souci d'adopter un point de vue pragmatique et réaliste sur la situation du pays. Tzipi Livni a notamment fait une déclaration très importante récemment, en annonçant aux Israéliens qu'il leur faudrait renoncer à presque la moitié du territoire de la Palestine. Je crois que cela, les Israéliens l'ont de toutes façons acté depuis longtemps, et que c'est surtout sur des appendices que vont se focaliser les conflits.

Kadima et Tzipi Livni, parce qu'ils ont transgressés les barrières politiques comme nous, parce qu'ils n'ont pas eu peur de parler de ce qui fâchait, comme nous, ont vocation, à mes yeux, à être soutenus par le MoDem et les Démocrates. Je ne sais pas quelle forme cela peut prendre, car il ne s'agit pas non plus de s'ingérer dans les affaires internes israéliennes, mais j'imagine que des contacts pourraient être pris entre les deux partis. Je ne sais pas quelles sont les intentions exactes de Kadima, mais c'est un parti que je verrais bien rejoindre l'Alliance Mondiale des Démocrates (il en est déjà observateur), par exemple.

Kadima n'aura à mon avis d'autres choix que de s'allier avec le Likoud, à moins de parvenir à faire exploser ce parti pour former une ligne de front de modérés  avec les travaillistes et la neutralité bienveillante du Meretz et des députés arabes israéliens.

J'ai de très gros doutes sur la possibilité de ce second scénario, et c'est vraisemblablement le premier sur lequel il faudrait travailler, sachant qu'il est loin d'être acquis.

Comme le dit Lucia d'Apote sur son blog, Democratia, le seul espoir véritable, du côté israélien, pour l'amorce d'une paix définitive entre Israéliens et Palestiniens, c'est Kadima.

Une alliance du Likoud avec Beiteinou me paraît s'éloigner compte-tenu des forts soupçons de corruption qui pèsent actuellement sur le leader de ce parti nationaliste, Lieberman (il aurait financé sa campagne avec des fonds venus de l'étranger, et bien sûr, pas déclarés...).

09:57 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : kadima, modem, bayrou, livni |  Facebook | | |

mercredi, 18 février 2009

Afghanistan, il faut manger d'abord !

Le MoDem de Boulogne-Billancourt a rendu compte d'une conférence fort intéressante sur l'Afghanistan organisée par l'ADLE (Alliance des Démocrates et des Libéraux en Europe). Il y avait là de nombreux invités, dont le Général Morillon, mais, j'ai retenu en particulier ce qu'ont dit les représentants d'un think tank basé à Kaboul, que je cite :

Hekmat KARZAÏ, président du Centre for Conflict and Peace Studies (CAPS), un think tank basé à Kaboul, a déploré que "L'UE, comme beaucoup d'autres donateurs, ne se concentre pas sur l'aide économique, notamment l'agriculture. Ainsi on construit beaucoup d'écoles chez nous. Cela part d'un bon sentiment, mais nonobstant le fait que cela créé des tensions dans les villages avec les Talibans, nous n'avons de toute manière pas d'argent pour payer des instituteurs! Mieux vaut nous laissez décider comment utiliser l'argent et apprendre de nos propres erreurs".

C'est très intéressant, parce que cette réflexion montre bien comment l'Enfer peut être pavé de bonnes intentions. Pour nous autres Européens, qui vivont dans l'abondance, le plus important, c'est l'Éducation. Nous lui donnons la primauté, et, en Afghanistan, nous poursuivons ainsi un objectif politique et philosophique qui est de lutter contre la fanatisme.

Mais pour les Afghans qui vivent dans la misère, le bien le plus précieux, c'est la nourriture. Et le secteur qui organise et produit la nourriture c'est l'agriculture. Accessoirement, là où ne sont pas cultivés des produits alimentaires, on trouve du pavot en masse pour fournir les besoins de paradis artificiels d'un Occident trop repu.

Dans l'histoire économique et industrielle des différents pays de la planète, il est très rarement arrivé qu'un décollage économique se produise sans commencer par une réforme agraire (incluant généralement une distribution des terres, puis, au fil du temps, une concentration en unités de production plus rentables).

Nous serions très bien inspirés d'écouter Hekmat Karzaï. En Europe, les biens supérieurs, ce sont l'Éducation, la santé, la culture, mais en Afghanistan, c'est l'agriculture, la nourriture. C'est à mon avis à cette aune que nous devrions repenser notre aide. Un ventre repu est plus à son aise pour écouter des conseils qu'un estomac qui crie famine.

Épicure estimait que l'âme ne pouvait trouver la paix qu'en mettant fin à toutes les agitations et les torsions qui pouvaient la troubler. Ainsi, il distinguait l'apaisement de la faim de la recherche de mets raffinés et lourds, qui, au contraire, maintenait le corps et donc l'âme dans une dynamique de désirs insatisfaits. En ce sens, il s'inscrivait dans la droite ligne de la philosophie atomiste qui postulait que tout ce qui est doit exister dans la plénitude de son être à condition que rien ne vienne la perturber; si rien ne fait défaut au corps, qu'il a tout ce qui lui est nécessaire, il peut alors profiter d'un plaisir stable, (ce que les philosophes atomistes appellent plaisir catastèmatique, c'est à dire l'expression de l'équilibre des atomes qui  composent le corps).

mercredi, 11 février 2009

Iran, les lettres persanes d'un député

Il y a en ce moment sur la Toile un document exceptionnel qui se trouve chez Backchich : le récit du député Jean Glavany en mission parlementaire dans la région de l'Afghanistan. C'est passionnant. Il a visité bien sûr l'Afghanistan mais aussi les pays frontaliers, notamment  le Pakistan et l'Iran. Quand je parle de visite, je n'entends pas une visite touristique, mais une véritable enquête. Il a pu interroger Iraniens,  Pakistanais et Afghans ce qui permet d'échapper aux idées convenues et aux a priori qui caractérisent nos opinions sur ces pays.

Extraits...

L'Iran

En Iran, toutes les femmes, sont voilées. Même les européennes. C’est la loi et ça n’est pas gai. Mais, à l’inverse de l’Afghanistan ou du Pakistan, on n’y voit aucune Burqa. Aucune. On voit même beaucoup de voiles cantonnés sur l’arrière de la tête, découvrant largement les chevelures… et portés avec des Jeans et des nike, image inattendue et amusante de la mondialisation… L’alcool est interdit partout – un séjour en Iran est tout indiqué pour perdre du poids ! - … mais il coule à flot dans les soirées privées. Les muezzin sont discrets, très discrets. Et quand on se surprend à en entendre un, on ne constate aucune conséquence sur la population dans la rue. Aucune. En Iran, les mosquées sont vides ou presque et le régime des Mollahs semble ne pas s’en offusquer. Il faut dire qu’ils sont au pouvoir… C’est une des premiers paradoxes iraniens.

Le Pakistan

Depuis plusieurs jours, nous sommes intéressés par un phénomène inquiétant et manifestement au cœur de la problématique afghane et pakistanaise : l’explosion du nombre de madrassas, c’est-à-dire de ces écoles coraniques qui fleurissent dans l’ensemble du Pakistan et en particulier dans la zone frontière du nord-ouest pakistanais avec l’Afghanistan. : elles étaient 145 en 1947, elles sont plus de 20 000 aujourd’hui, de toute taille. Depuis la plus petite, dans un petit village, regroupant quelques enfants, jusqu’aux plus grosses – regroupant des centaines voire des milliers d’enfants dans des villes comme Peshawar. Ces écoles ne sont pas toutes des « fabriques à terroristes ». Mais elle sont assurément des lieux de bourrage de crâne pour les enfants de la région par des intégristes musulmans sans vergogne. Et ce sont dans ces madrassas que le fondamentalisme se répand de manière fulgurante.

L'Afghanistan

D’un point de vue civil, les objectifs sont plus compliqués : nous voulons aider l’Afghanistan sur le terrain du développement, de l’État de droit, et de la démocratie. Très bien. Mais jusqu’où voulons-nous aller vite ? Car la réalité sociologique de la société afghane c’est qu’elle en est au XIIème ou XIIIème siècle selon le point de vue où l’on se place et même peut-être plus en retard encore. Voulons-nous lui faire franchir en quelques mois ou quelques années, ces six ou sept siècles de retard ? Je crois sincèrement qu’il faut nous garder d’aborder le problème afghan avec nos standards occidentaux ou européens et être raisonnables : l’ambassadeur du Canada à Kaboul a dit « Just give them a chance », en français « donnez leur juste une chance » et je pense que c’est une formule pertinente. L’important est de mettre l’Afghanistan sur la voie de la démocratie, du développement et de l’État de droit. Cela prendra le temps qu’il faudra mais si nous voulons brûler les étapes nous risquons de tout déstabiliser et de tout imposer maladroitement.

Et puis ce qui me frappe, en outre, c’est que la communauté internationale déverse sur l’Afghanistan des sommes considérables, sans doute plus de 10 milliards de dollars par an. Et quand on voit l’état dans lequel se trouve la société afghane au plan économique et social, on se demande où va cette aide. Sûrement pas là où elle serait la plus nécessaire, c’est-à-dire dans le Tryptique développement rural – infrastructures – et formation. Mais, comme toujours dans des situations de ce type, dans le financement des organisations internationales elles-mêmes, dans les consultants… bref dans ces gouffres financiers de l’aide internationale qui ne vont pas aux populations elles-mêmes.

La lourde tâche de Tzipi Livni

Kadima a gagné, et je ne peux que m'en réjouir tant ce parti et Tzipi Livni avait mes faveurs à titre personnel. Kadima a réussi là-bas ce que nous espérons faire en France avec le MoDem.

Mais maintenant, il va falloir s'atteler à la tâche. Tzipi Livni doit se rappeler qu'elle doit son score aux voix de gauche. Il faut qu'elle rassemble les modérés du Likoud et ce qui reste des travaillistes, et dynamite ainsi le paysage politique israélien. Là-bas, il faut former un grand parti démocrate et...faire la paix avec les Palestiniens une bonne fois pour toutes.

Il ne faut pas qu'Israël tombe entre les mains de la droite dure et de la droite extrême et populiste. Des guerres sans fin se prépareraient sinon au Proche-Orient. Je ne parle même pas du programme économique des deux droites en question...

lundi, 09 février 2009

Bayrou et l'OTAN

J'observe, une fois de plus, que la presse (et elle n'est pas seule) se précipite et rend compte des propos de François Bayrou sans y avoir réfléchi et surtout, de manière incomplète.

Première correction : François Bayrou n'a pas dit qu'il était hostile a priori à une réintégration de la France dans l'OTAN, il a dit qu'il souhaitait un débat à ce sujet, et surtout, qu'il n'était pas favorable à celle que propose Nicolas Sarkozy.

Pourquoi la France est-elle historiquement sortie de l'OTAN ? Cela ne relève pas des seuls rêves de grandeur du Général de Gaulle : c'est aussi que les structures de commandement de l'OTAN le laissaient aucune place à la France comme, aujourd'hui, elles ne laissent aucune place à l'Europe !

Ce n'est pas par nationalisme étriqué que François Bayrou s'inquiète de cette réintégration, mais au contraire par sentiment européen. On dit les centristes atlantistes par tradition, mais en réalité, il y a une vieille pomme de discorde entre les Américains et ces mêmes centristes, c'est la place de l'Europe dans tout dispositif de défense européen. Les propos de François Bayrou doivent être compris à l'aune de cet enjeu. J'ajoute, pour ceux qui en douteraient, qu'il l'avait dit et écrit dans ses propositions sur la Défense lors de l'élection présidentielle. Son discours de clôture du colloque que l'UDF avait organisé sur ce thème, le 22 juin 2006, est également éloquent, et j'en cite quelques passages

Les gouvernements de l'Union européenne devraient réfléchir à cela : la priorité des priorités est la construction d'une défense européenne - pas une armée européenne, ce n'est pas la bonne perspective - la mise en synergie de capacités militaires nationales, à qui on permet de manœuvrer ensemble, d'interagir ensemble, d'échanger des renseignements. Perspective beaucoup plus réaliste et rapide, que celle qui voudrait renoncer au caractère national des armées.
Quel est le principe de la défense européenne ? Que l'Europe se donne pour obligation de se défendre elle-même. Que notre défense soit assurée par nos capacités. Nous sommes plus nombreux et aussi riches que les Américains, il n'y a aucune raison que nous renoncions au devoir de nous défendre nous-mêmes. Nul ne peut exclure que les Américains pensent un jour avoir d'autres priorités. Organiser ou assurer la défense du territoire européen, c’est notre affaire, notre responsabilité ; les Etats européens qui ne partagent pas cette idée, il faut les en convaincre.[...]

C'est quand nous aurons fait cela, c'est dès que les Européens auront arrêté la volonté de prendre en main leur propre défense, que l'Alliance atlantique aura un autre visage, et toutes les réticences françaises qui se sont exprimées au cours des dernières décennies, s'effaceront. Je suis persuadé que beaucoup de Français n'accepteront pas d'être suiveurs, ils voudront être partenaires dans une Alliance atlantique rénovée.

J'ai écrit une note à ce sujet, en avril dernier, et j'avoue qu'à l'époque, j'avais mal compris la position de François Bayrou, que je croyais être un refus catégorique sur l'OTAN . En réalité, ce n'est pas un refus catégorique de l'OTAN, mais un refus catégorique d'un OTAN qui ne traiterait pas à parité l'Europe et l'Amérique. Je pense que si l'on veut se faire une idée claire des enjeux, il faut relire à nouveau l'excellente note de Quindi sur ce sujet et particilièrement tout ce qui concerne le Politique Européenne de Défense et de Sécurité (PESD). C'est l'avantage avec Quindi, contrairement à nos petits billets d'acutalités qui se noient dans le flot continu de l'immédiateté, ses billets sont écrits pour durer et on peut s'y reporter encore longtemps après. Dans le domaine géostratégique, c'est une vraie Bible...

10:49 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : bayrou, otan, pesd, europe |  Facebook | | |