Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-03 | Page d'accueil | 2009-05 »

mercredi, 08 avril 2009

Plus de 1500 billets chez l'hérétique

Bon, j'aurais voulu écrire un billet spécial pour le 1500ème, mais cela n'a pas été possible, l'actualité m'a rattrapé. Ce billet est donc le 1508ème en un peu moins de trois ans. De quoi écrire un livre (un sacré pavé) si je publiais tout. L'actualité au jour le jour ou presque depuis plus de 30 mois.

J'avais passé le cap des 10 000 commentaires en décembre, je crois, mais, désormais avec une moyenne mensuelle qui tourne entre 800 et 1500 commentaires, il y aura 15 000 commentaires sur ce blog avant le prochain solstice  (j'en suis à 12500 environ). Je remercie d'ailleurs les commentateurs qui viennent enrichir le débat et l'information, d'autant que je reprends de temps à autre les commentaires de certains d'entre eux. Par leur présence et par leurs écrits, je considère qu'ils co-gèrent ce blog avec moi à plus d'un égard. Ce lieu est donc aussi le leur et je tenais à les saluer.

La fréquentation du blog est, elle, variable. Je ne suis jamais parvenu à franchir durablement un nouveau palier, mais, au mois de mars, le nombre de visiteurs uniques a franchi à nouveau la barre des 10 000 (10 500 visiteurs uniques, données hautetfort). J'ai constaté aussi que lorsque quelqu'un cherche mon blog ( l'hérétique, démocratie et hérésie économique, hérésie) le taux de rebond est très faible, puisqu'il est inférieur à 10% désormais. Autrement dit, un peu plus de 90% de ceux qui cherchent mon blog vont lire au moins une seconde page. En règle générale, quand on passe ici, on ne fait pas qu'y passer. Le temps moyen de lecture varie selon les articles, mais tourne autour de 3 minutes (un peu plus, en réalité). Ici, on vient donc bien chercher de l'information. Tant mieux, c'est précisément l'objet de ce blog. L'autre bonne chose, c'est que les mots-clef qui renvoient spécifiquement à mon blog font très régulièrement partie des plus recherchés (dans les trois premiers la plupart du temps, en fait, largement en tête). J'ignore, en revanche, combien j'ai d'abonnés. Au mois de mars, j'avais un peu plus de 85 000 lectures de pages  et plus de 25 000 visites, m'a-t-il semblé.

La proportion de visiteurs arrivés par google (google news + google) tend à diminuer petit à petit. Elle s'établit désormais à 50%. In fine, ce blog demeure un petit blog. Les grands blogs (quelques uns dans la sphère politique mais beaucoup d'autres ailleurs) reçoivent bien plus de visites. Je me suis fixé un objectif que je n'atteindrai sans doute jamais : si un jour je dépasse 50 000 visiteurs uniques dans le mois, je commencerai à être vraiment content. L'idéal, ce serait 100 000. Mais bon, faut pas trop rêver : seule une équipe complète tenant un webzine peut parvenir à de tels scores. Un blogueur isolé, ou même un blog collectif ( 2 à 4 individus) peut difficilement espérer une telle fréquentation à quelques notables exceptions.

J'ai eu la joie (il n'est désagréable à personne d'être reconnu) d'être en trois ans, successivement reconnu comme une des 500 références francophones de google actualités), puis de TV5 et enfin de Marianne dont je suis devenu tout récemment un blogueur associé.

Je remercie également toutes les autres sources de fréquentation de mon blog : il serait long d'en faire la liste aussi je ne les publie pas dans le détail.

En ce qui concerne la géolocalisation de mes visiteurs, ils viennent à 85% de France, et sinon, de 147 pays différents. Paris représente sinon 23% du total de mes visites et pour le reste ce sont 7585 villes différentes qui m'apportent des visiteurs...

14:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : blog, l'hérétique, statistiques |  Facebook | | |

Ubu à l'Assitance Publique - Hôpitaux de Paris

perrin1-164x300.jpgPetit flash-back. Législatives, juin 2007 : Grégogy Perin, un jeune homme tétraplégique à la suite d'un accident de moto se présente à Paris sous l'étiquette MoDem. Avec une énergie extraordinaire, il parvient à tracer un sillon politique, envers et contre tous les obstacles. Ceux qui ont suivi la campagne parisienne ne l'ont vraisemblablement pas oublié.

Avril 2009, presque deux ans plus tard. Je donne ici copie de l'article qui figure sur le blog de Viriginie, Générations engagées. C'est édifiant. Il vaut mieux ne pas souffrir d'un handicap lourd, en France...

Notre ami Gregory Perrin, qui a été candidat démocrate aux législatives de 2007 à Paris, se retrouve bien malgré lui au cœur d’une sombre affaire.

En effet, Grégory est tétraplégique et doit subir des soins lourds à son domicile, quotidiennement. Ces soins lui sont prodigués par les services de l’Hospitalisation à Domicile (HAD) de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris. Or, ces services refusent, pour des raisons essentiellement administratives, d’utiliser le « lève-personne » dont il dispose à son domicile. À sa place, ils utilisent un autre appareil de levage qui fait atrocement souffrir notre ami (lequel n’hésite pas à qualifier ce traitement d’inhumain, voire de torture). S’obstinant dans leur refus, les responsables des services lui ont fait savoir qu’il devrait soit accepter d’utiliser leur appareil, soit recourir à des services privés. Bien évidemment, ces services privés sont extrêmement coûteux et difficiles à trouver dans le XI è arrondissement de Paris.

C’est un véritable scandale !

Grégory est de ses personnes qui ont toujours refusé de se résigner. Comme il l’expliquait dans son livre Debout !, Grégory a toujours voulu continuer à mener une vie active, au cœur de la société, malgré son handicap. Ainsi, il travaille dans la Salle des marchés du Groupe Calyon. Et nous connaissons son engagement politique, témoin de son grand intérêt pour chacun au cœur de la société.

C’est là que le bas blesse. Car sa volonté ne suffit pas. Et si l’HAD s’obstine à lui refuser les soins – ce qui est inadmissible – pour une raison aussi ubuesque (administration versus traitement inhumain), Grégory ne pourra bientôt plus travailler.

C’est pourquoi nous devons nous mobiliser pour lui ! Faisons connaître son combat ! Faisons du bruit !

Et faisons surtout tout ce qui est en notre pouvoir pour l’aider à atteindre son but : être soigné dans le respect de sa dignité, pour qu’il puisse continuer à mener la vie active qu’il a toujours souhaité poursuivre !

J'en profite pour signaler également le billet du Blog du Démocrate sur ce sujet. Oui, parce qu'entre-temps, depuis l'article de Virginie, les choses se sont aggravées. Le directeur de l'HAD (Hospitalisation à Domicile), Jean-Baptiste Hagenmüller, a décidé de lui sucrer purement et simplement son service de soins : ben oui, bien fait pour lui, ça lui apprendra à proposer des solutions et à ne pas subir le martyre en silence...

Bon, il y a un groupe de soutien sur facebook (que l'invite mes lecteurs à rejoindre), et d'après mes dernières informations, Marielle de Sarnez n'a pas l'intention d'en rester là et de laisser passer l'affaire...Ah, il y a un délégué interministériel aux personnes handicapées qui répond au doux nom de Patrick Gohet. Gregory Perrin l'a interpelé à de nombreuses reprises. Sans obtenir la moindre réponse.  Il f... quoi exactement, celui-là ? Il est là pour faire de la décoration ?

 

 

mardi, 07 avril 2009

Accueillis par des pierres, la police repart dans la sérénité

Et hop, je viens de lire l'information chez Alicia : des policiers reçus à coups de pierre dans une cité sont repartis applaudis. Ils étaient en fait venus pour sauver une adolescente qui voulait se suicider. Et ils y sont parvenus : alors qu'elle avait sauté du 4ème étage, ils l'ont rattrapé in extremis à bout de bras. Bravo, les policiers ! C'est le genre de nouvelle dont on a plaisir à prendre connaissance. Il faut dire que ça a été épique : c'est un voisin, dans la cité des Bosquets à Montfermeil, qui avait alerté la police parce qu'il avait vu la jeune fille. Les policiers se sont approchés alors que le voisin tentait d'agripper la jeune fille suspendue à sa balustrade ; celle-ci, paniquée, a lâché la balustrade, et ce sont les policiers qui se sont agrippés les uns aux autres en tenant le voisin afin de créer une chaîne humaine. Europe 1 et Alicia ont tout de même extrapolé. J'ai écouté le témoignage du commissaire Julien Riffard : il n'y a pas eu d'applaudissements à leur départ, mais, pas de jets de cailloux non plus. On en est là dans les cités...

Cela dit, soyons positif : ce genre d'histoire contribue certainement à recréer du lien social entre la police et la population des cités. Faisons-la donc connaître...

Chapeau, Obama !

Je n'avais pas encore pris le temps de le dire, mais, depuis le début de son élection, Obama m'impressionne par son talent diplomatique. Une grande ère s'ouvre pour l'Amérique. Il va réussir, je le crois, le pari de parvenir à apaiser une grande partie des tensions générées par son prédécesseur. La côte d'amour de l'Amérique va retrouver son lustre avec lui.

Sur l'Afghanistan, il a, avec beaucoup de sagesse, recentré son action sur le plus important : la lutte contre les Talibans et surtout Al Qaeda.

Sur l'Iran, il a très bien compris que ce n'était pas l'adversaire. L'Iran est pour l'instant encore méfiant, mais les gestes d'apaisement de détente devraient tôt ou tard produire leurs fruits. On pourrait bien assister à un véritable renouvellement des alliances au Moyen-Orient ; je vois se profiler à terme un axe New-Dehli-Téhéran-Washington. C'est bien ce que pressent le Pakistan et cela explique pas mal de ses crispations. Il faut aussi comprendre que l'Amérique a soutenu très longuement le Pakistan pour un effet final nul si ce n'est une déstabilisation globale de la région. Le PPP n'a absolument pas changé la politique dub Pakistan depuis son arrivée au pouvoir.

Évidemment, les Saoudiens vont certainement voir d'un sale oeil cette recomposition. Tout dépend aussi de ce que va parvenir à faire ou non le  roi Abdallah. J'ai bien compris qu'il désire libéraliser la société saoudienne, mais il risque de se heurter à de sacrées résistances. Je pense qu'il n'est pas non plus hostile à l'établissement de bonnes relations avec un Iran apaisé.

En Turquie, Obama a reçu un accueil triomphal. Il faut dire aussi qu'il s'est un peu vivement avancé. Il souhaite l'entrée de la Turquie dans l'Union Européenne, mais cela, ça dépend avant tout de l'Europe. Et pour l'instant, l'opinion publique européenne n'y est pas prête, et si les réformes vont dans le bon sens en Turquie, elles doivent se poursuivre. Il n'en a pas moins frappé les esprits là-bas en ayant l'intelligence ce citer Atatürk :  «Je désire réaliser le principe d’Atatürk, paix dans le pays, paix dans le monde.» Ça, c'est clairement très bien vu. Je l'avais un jour comparé à l'orateur et chef politique athénien fameux Périclès, mais vraiment, je trouve qu'il confirme.

Sur la Palestine, là encore, il a très bien compris le sens irréversible dans lequel va l'histoire. Le Likoud est en train de comprendre que le soutien inconditionnel, c'est terminé, d'où un certain nombre de grincements de dents en Israël à l'heure actuelle.

Ce serait trop long de faire tout le tour des sorties diplomatiques d'Obama (bien conseillé, au passage par Hilary Clinton, une femme d'un très grand talent) mais vraiment, il m'impressionne. Chouette président, chouette équipe, chouette pays...

lundi, 06 avril 2009

Les silences de l'Islam

Je fais partie de ceux qui veulent encore croire que l'Islam est une religion capable de générer de l'humanisme. Pourtant, quand je considère les pratiques les plus violentes dans les pays les plus réactionnaires, je finis par me demander si l'Islam n'est pas damné. Damné parce que quand le crime le plus horrible est commis au nom de l'Islam il ne se trouve aucune voix au sein d'un ensemble de presqu'un milliard de fidèles pour le condamner.

Que l'on juge donc en se rendant sur le blog d'Emmanuel Carré, Journalisme Total : Faute de pouvoir dominer l'Afghanistan, les Talibans ont réussi à s'installer durablement au Pakistan et y font régner leur loi. Emmanuelle Carré renvoie à une vidéo insoutenable qui se trouve sur le site du Guardian, en Angleterre. On y voit une adolescente (ce n'est même pas une femme) supplier d'être tuée plutôt que de continuer de recevoir les 37 coups de fouet auxquels elle est condamnée pour être sortie de son domicile accompagnée d'un autre homme que son mari. Et que dire de cette veuve de 75 ans qui devait recevoir 40 coups de fouet en Arabie Saoudite parce que deux hommes qui ne sont pas de sa famille se sont rendus chez elle : ils faisaient ses courses !!!

Pourquoi n'entend-on aucune autorité de l'Islam condamner fermement de tels crimes ? Ce sont ces silences-là qui  rendent coupables aux yeux du monde entier tous les Musulmans.  Et pourtant, nul doute que nombre d'entre eux sont horrifiés par de telles horreurs. Mais alors, quand donc se lèvera-t-il au sein de cette communauté, une voix forte, puissante et reconnue qui enfin les dénoncera ? Comment ne pas méditer la dernière phrase d'Emmanuelle Carré en forme d'interrogation : qui ne dit mot consent ?

Hélas, notre pauvre 21ème siècle est bien mal engagé avec des interprétations religieuses d'un autre rage : Catholiques qui excommunient la mère d'une fillette violée, Musulmans qui fouettent, lapident, pendent des femmes, mais l'horreur ne s'arrête pas à ces seules religions : en Inde, comme l'observe un commentateur d'Emmanuelle Carré sur Agora Vox, en Inde, dans un village reculé, deux jeunes gens ont été empalés pour avoir été amoureux l'un de l'autre tout en étant de deux castes différentes.

On me rétorquera que ces crimes trouvent leur source d'abord dans des coutumes tribales issues du fond des âges : certes, mais les religieux se taisent. J'ai souvenir que le Coran rapporte que Muhamad pacifia La Mecque en un temps où elle était le siège de l'idolâtrie, du crime, du vice et des rapines en tout genre. Qu'est devenue cette mission civilisatrice inscrite pourtant dans le Coran ? On rapporte que la tribu dont était originaire Muhamad avait l'habitude d'enterrer les filles vivantes : ce fut le Coran qui mit fin à cette pratique épouvantable.Comme il est loin ce temps-là, puisqu'aujourd'hui, ce sont les Talibans qui enterrent les femmes vivantes et les lapident à coups de pierre...Il y eut un Muhamad pour s'élever contre de telles abominations, mais aujourd'hui, un musulman qui serait humaniste observerait avec dépit que plus aucune voix ne s'élève...

 

 

Je quitte à mon tour LHC

C'est regrettable, mais je me vois contraint, tout comme Rubin, de quitter à mon tour LHC. Pas exactement pour les mêmes raisons, mais pas loin. Contrairement à Rubin, je n'ai pas jugé le projet Renovatio Occidentalis comme un projet d'extrême-droite. En revanche, j'ai averti très tôt Criticus du danger, avec un titre pareil, de voir rappliquer les identitaires, qu'ils soient masqués ou non. Cela n'a pas manqué : parmi les blogs qui viennent de rejoindre Renovatio, trois sont d'extrême-droite, pointant clairement vers la Nouvelle Droite Républicaine, une émanation du Front National. Son président militait en son temps pour un rapprochement entre le MNR et le FN. Il milite pour un rapprochement avec les USA et Israël au nom des valeurs occidentales, mais ceci n'est que de la poudre aux yeux. En réalité, à l'extrême-droite, on aime bien (et encore, dans certaines chapelles seulement) les Juifs seulement quand ils sont en Israël et qu'ils tapent sur les Arabes (autre ethnie honnie là-bas). Mais quand ils sont dans d'autres pays, on considère qu'il s'agit de lobbies.

Criticus et LOmiG sont membres du comité directeur de LHC. Le libéralisme et l'humanisme sont à mes yeux radicalement étrangers à toute forme de nationalisme, a fortiori de nationalisme identitaire.

Criticus et LOmiG, en acceptant la présence de blogs d'extrême-droite chez Renovatio, sont devenus de facto des passerelles entre un réseau de libéraux et des blogs d'extrême-droite.

Je veux, là encore, faire une distinction : j'ai moi-même un flux, l'Échiquier, sur lequel j'accepte les blogs d'extrême-droite et d'extrême-gauche (aucun ne s'est toutefois porté candidat). Mais ce flux ne porte aucune philosophie : il se contente d'être un espace de débats et de confrontations représentatif de tout l'échiquier politique et édicte des règles simples : pas d'attaques ad hominem (respect de la vie privée si elle n'est pas publique) et respect de la loi française.

Il en va tout autrement de LHC dont j'avais tant aimé la charte. C'est donc avec une grande tristesse que je me vois contraint de la quitter. Je regrette aussi de ne plus afficher ce flux car j'avais souvent plaisir à lire des billets intéressants. Criticus et LOmiG vont ruiner leur crédibilité et leur réputation. C'est dommage, car je ne les crois ni racistes ni extrémistes. Mais l'Enfer, on le sait de longue date, est pavé de bonnes intentions. LOmiG et Criticus vont détruire LHC, parce que je pense que je ne suis pas le dernier à partir. D'autres libéraux ne voudront pas cautionner un rapprochement entre nationalisme et libéralisme.

Je vais laisser le flux LHC sur mon blog encore une semaine (mais j'en enlève d'ores et déjà le logo) afin de discuter avec les libéraux qui récusent de tels rapprochements, et d'essayer de voir quelle autre solution nous pourrions trouver pour créer un autre flux.

Je tiens aussi à dire que Criticus a eu l'honnêteté de me proposer de devenir membre du comité directeur de LHC. Cela ne change rien à ma décision. La question n'est pas là. Seul un authentique ménage au sein de Renovatio Occidentalis pourrait me faire changer d'avis, mais j'ai bien peur que Criticus et LOmiG ne préfèrent s'enferrer dans leurs errements... En tout cas, pour moi, ce projet (auquel de toutes façons je n'aurais jamais adhéré) est mort-né. Il est phagocyté par l'extrême-droite à sa genèse. Il suffit de regarder vers quoi pointent au moins trois à quatre blogs qui en sont d'ores et déjà membres. Ils ont ainsi trouvé à  bon compte une tribune qui leur fait une caisse de résonance inespérée. Un Club de l'Horloge bis, très peu pour moi, sans façons...

dimanche, 05 avril 2009

J'ai le droit de dire tout le mal que je pense des religions

Ce que vient d'adopter le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU est tout simplement inadmissible. Une religion n'est pas un individu. Je ne suis pas prêt à reconnaître des droits humains à une spiritualité. Les droits humains ne concernent que les humains.

L'ONU déconne complètement. C'est grave ! L'honneur est sauf, les pays de l'UE ont voté contre. Le Chili et le Canada aussi. Et c'est le Pakistan qui a déposé l'amendement. L'un des pays les plus rétrogrades de la planète, l'un des plus liberticides aussi. C'est qui les c....ards qui ont voté oui à cet amendement ?

Copie du communiqué de Reporters sans frontières...


La notion de diffamation des religions officiellement adoptée par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, Reporters sans frontières est scandalisée

Reporters sans frontières dénonce, une nouvelle fois, l’incapacité du Conseil des droits de l’homme des Nations unies à défendre les valeurs contenues dans la Déclaration universelle des droits de l’homme.

« Le Conseil vient de porter un coup sévère à la liberté d’expression qu’il est censé défendre. En votant une résolution qui cherche à étouffer la critique de la religion musulmane, l’instance des Nations unies vient de montrer, une fois encore, son incapacité à lutter efficacement pour la défense des droits de l’homme », a déclaré Reporters sans frontières.

« Cette résolution est scandaleuse. Sous prétexte de lutter contre les discriminations, elle s’en prend aux médias qui ‘visent des symboles religieux et des personnes sacrées’. Notamment dans la religion musulmane. En clair, les Nations unies demandent aux médias de ne plus critiquer les religions, et notamment l’islam au nom de la lutte contre l’incitation à la haine. C’est inacceptable pour tous ceux qui ont à cœur de défendre la liberté d’expression et ceux qui luttent contre les discriminations », a ajouté l’organisation.

« L’ONU est sur une pente glissante dangereuse pour la liberté d’opinion. Toutes les libertés doivent être défendues avec la même force. Il n’est pas acceptable que les Nations unies prennent parti de manière si outrancière pour une liberté au détriment d’une autre. Cela va à l’encontre de tous les principes constitutifs de cette organisation », a conclu Reporters sans frontières.

Le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, réuni à Genève, en Suisse, a voté, le 26 mars 2009, une résolution sur la mise en place du programme d’action de la conférence de Durban sur la lutte contre le racisme. Ce texte, soumis par le Pakistan au nom de l’Organisation de la conférence islamique, a été adopté par 23 voix pour, 11 contre (les pays de l’Union européenne, le Canada, le Chili) et 13 abstentions.

Ce texte exhorte notamment les Etats membres des Nations unies à prendre des mesures pour lutter contre « des actes de haine, de discrimination et d’intimidation qui résultent de la diffamation des religions ». Le document « déplore l’utilisation des médias électroniques, audiovisuels et imprimés, y compris Internet, pour (...) viser des symboles religieux et des personnes sacrées ». La résolution précise également que le Conseil des droits de l’homme est « alarmé par l’inaction de certains Etats à combattre les pratiques discriminatoires et rappelle le besoin de combattre réellement la diffamation de toutes les religions en général, et de l’islam et des musulmans en particulier ».

L'occidentalisme n'est pas un humanisme

Criticus vient de créer un nouveau réseau qui porte le doux nom de Renovatio Occidentalis. Si je n'ai pas l'intention de lui tomber à bras raccourcis comme une partie de la blogosphère, je n'en pas moins été troublé par la charte  et par le fait que trois des membres fondateurs de LHC sur cinqs y participent, comme Rubin. Je m'interroge, du coup, sur la pertinence du réseau LHC puisque l'Occidentalisme s'oppose radicalement, à mes yeux, et au libéralisme, et à l'humanisme. Il ne reste que l'esprit critique...

Je pense, en revanche, qu'il est imprudent d'associer la charte de ce réseau à une pense d'extrême-droite. Le seul, me semble-t-il, à avoir produit une analyse très juste de la nature et des contradictions de ce nouveau réseau, c'est  Torédaor.

En particulier, je pense que Criticus passe complètement à côté de son sujet avec sa crise des valeurs. Facile à démontrer :

Crise de l'éducation ? Il n'y a jamais eu autant d'individus instruits en Europe et en Amérique ! Crise familiale ? Non, Criticus : c'est le modèle familial traditionnel qui connaît une mutation avec notamment la libération des moeurs (les hommes et les femmes ne sont plus contraints de vivre ensemble) et l'effondrement du poids moral des religions. Crise de la culture ? Jamais autant d'individus n'y ont eu accès. Jamais autant d'individus ne se sont rendus dans les musées. Jamais dans l'histoire de l'humanité autant de livres n'ont été imprimés. Et jamais encore les canons de la littérature classique de l'Europe et de l'Amérique n'ont été à ce point accessibles et lus. Le développement de l'obésité ? C'est un problème alimentaire et surtout, de mémoire génétique : jamais dans l'histoire de l'humanité, dans nos régions, on avait à ce point mangé à notre faim. Les obèses d'aujourd'hui sont les survivors du temps des cavernes : en ces temps-là, on ne savait pas de quoi demain serait fait, alors on stockait...Le corps n'a pas encore perdu cette habitude. La bombance générale est tellement récente qu'il n'a pas eu encore le temps de s'adapter...Perte des valeurs morales ? 60 ans de paix quasi-ininterrompue en Europe ! Plus de disccussions sur le droit qu'il n'y en a jamais eu. Jamais, en France, par exemple, les faibles n'avaient à ce point disposé d'un semblable système de protection et de solidarité.

Il y a des turbulences, dans notre société, sans nul doute du consumérisme (mais c'est le propre des sociétés marchandes que moi je salue comme les plus avancées) et certainement des difficultés d'ajustement entre nos aspirations morales et le système économique dans lequel nous vivons (c'est bien le sens du modèle humaniste Bayrou) mais certainement pas une crise des valeurs. La crise des valeurs, on l'a connu dans les années 30 au XIXème siècle, et on a vu ce que cela donnait avec l'émergence des totalistarismes. Pour l'instant, je trouve que l'Europe s'en sort bien. Elle est même parvenue à museler une majorité d'extrême-droite en Autriche et à la contraindre à respecter à peu près les standards démocratiques de l'Europe. Pas mal, non ? Ce que je concèderai à Criticus, en revanche, c'est que la France ne va pas super bien : 15 à 20% pour l'extrême-gauche et la gauche extrême, 10 à 15% pour la droite extrême et l'extrême-droite, oui, ça, c'est de la mauvaise santé et sans doute une crise de la démocratie.

Bref, pour la crise que dénonce Criticus, je la réfute en bloc. Quant à son association de nations occidentales, rien ne tient ou presque, et Toréador en a très bien observé les contradictions. J'en relève quelques unes supplémentaires sous forme de scoop, puisque j'ai eu l'occasion de discuter avec Criticus sur son projet :

Sur le fond, c'est surtout les nations catholiques (y compris les anglicans) , protestantes et juives dont il souhaite l'union. Il estime que les orthodoxes n'ont pas la même culture. Ceci exclut de son alliance non seulement une large part des pays d'Europe orientale mais également la Grèce elle-même ! Comment se réclamer dans ces condtions de l'héritage gréco-latin ? Criticus s'est toujours réclamé du néo-conservatisme. Je crois qu'il a achevé le bout de chemin qui lui restait à parcourir. Toréador a très bien fait le lien : en fait, le projet de Criticus n'est ni plus ni moins l'importation d'une idéologie venue du néo-conservatisme américain mais appliquée à l'Europe. En somme, quelque chose qui n'existe pas. Comme si on créait un réseau de faucons Républicains en Europe. On reconnaît en effet leur idéologie. Effectivement pas raciste, mais culturaliste et différentialiste.

Il n'y a rien, là-dedans, qui s'approche ni de près ni de loin de l'humanisme. La vocation universelle de l'humanisme est aux antipodes exacts d'une telle vision. Il n'y a pas non plus grand chose, là-dedans, qui ait un rapport avec le libéralisme. A vrai dire, lors d'une discussion à la suite de mon billet, la liberté est une femme, Criticus déclarait qu'au 18 Brumaire, il se serait engagé derrière Napoléon Bonaparte et non du côté des libéraux comme Madame de Staël qui récusait la personnalisation grandissante du pouvoir, l'absolutisme et la régression des libertés. Criticus n'est donc ni un libéral, ni un humaniste. Je suis surpris de retrouver LOmiG dans ce réseau. Je l'ai vu comme un libéral pur de dur, mais à la réflexion, c'est plutôt un libéral conservateur. Peut-être est-il aussi pollué par le choc des civilisations qui sous-tend sa réflexion sur l'Islam. Ce choc-là n'a rien ni de libéral, ni d'humaniste.

Il ne suffit pas de se réclamer de la démocratie et du libre-échange marachand pour faire d'un individu un libéral. Je reprends la très bonne introduction de Wikipedia et la cite :

Le libéralisme est un courant de pensée de philosophie politique, né d'une opposition à l'absolutisme et au droit divin dans l’Europe des Lumières (XVIIIe siècle), qui affirme la primauté des principes de liberté et de responsabilité individuelles sur le pouvoir du souverain. Il repose sur l’idée que chaque être humain possède des droits fondamentaux qu'aucun pouvoir ne peut violer. En conséquence, les libéraux veulent limiter les obligations imposées à la société par le pouvoir politique, au profit du libre choix de chaque individu.

Le libéralisme repose sur un précepte moral qui s'oppose à l'assujettissement de l'individu, d'où découlent une philosophie et une organisation de la vie en société permettant à chaque individu de jouir d'un maximum de liberté, notamment en matière économique. Pour la plupart des libéraux, la dichotomie entre « libéralisme économique » et « libéralisme politique » n'existe donc pas, puisqu'il s'agit de l'application d’une même doctrine philosophique dans des domaines différents.

Au sens large, le libéralisme prône une société fondée sur la liberté d'expression des individus dans le respect du droit et du libre échange des idées. Elle doit joindre d'une part dans le domaine économique, l'initiative privée, la libre concurrence et son corollaire l'économie de marché, d'autre part, des pouvoirs politique et économique bien encadrés par la loi et les contre-pouvoirs. Cela suppose idéalement un État centré sur ses fonctions régaliennes, élu par le peuple et responsable devant lui, transparent et soumis à une constitution garantissant les droits des minorités
.

Les convergences entre l'Occidentalisme et cette définition-là sont assez limitées...Pour ma part, je crois en l'homme et j'ai déjà eu l'occasion de faire de l'Antigone de Sophocle l'étendard de cette conviction. Je reprendrai à nouveau simplement ce que disent les vieillards de Thèbes :

Premier demi-choeur

Beaucoup de choses sont admirables, mais rien n’est plus admirable que l’homme. Il est porté par le Notos orageux à travers la sombre mer, au milieu de flots qui grondent autour de lui ; il dompte, d’année en année, sous les socs tranchants, la plus puissante des Déesses, Gaia, immortelle et infatigable, et il la retourne à l’aide du cheval.

Second demi-choeur

L’homme, plein d’adresse, enveloppe, dans ses filets faits de cordes, la race des légers oiseaux et les bêtes sauvages et la génération marine de la mer ; et il asservit par ses ruses la bête farouche des montagnes ; et il met sous le joug le cheval chevelu et l’infatigable taureau montagnard, et il les contraint de courber le cou.

Premier demi-choeur

Il s’est donné la parole et la pensée rapide et les lois des cités, et il a mis ses demeures à l’abri des gelées et des pluies fâcheuses. Ingénieux en tout, il ne manque jamais de prévoyance en ce qui concerne l’avenir. Il n’y a que le Hadès auquel il ne puisse échapper, mais il a trouvé des remèdes aux maladies dangereuses.

Second demi-choeur

Plus intelligent en inventions diverses qu’on ne peut l’espérer, il fait tantôt le bien, tantôt le mal, violant les lois de la patrie et le droit sacré des Dieux. Celui qui excelle dans la Ville mérite d’en être rejeté, quand, par audace, il agit honteusement. Que je n’aie ni le même toit, ni les mêmes pensées que celui qui agit ainsi ! Par un prodige incroyable, ce ne peut être Antigonè, bien que ce soit elle que je vois. Ô malheureuse fille du malheureux Oedipe, qu’y a-t-il ? Ceux-ci t’amènent-ils pour avoir méprisé la loi royale et avoir osé une action insensée ?

Antigone , Second stasimon vers 332 à 383 de Sophocle (Traduction : Leconte de Lisle)

Voilà : ce magnifique passage, y compris l'arrivée d'Antigone illustre à merveille l'idée que je me fais de l'être humain. J'en profite pour jeter un pavé dans la marre, mais il est sans doute nécessaire : peut-être serait-il bon d'élargir le comité directeur du réseau LHC afin d'en assurer une représentativité meilleure. Le départ de Rubin est tout de même troublant. J'espère qu'il sera possible de le faire revenir sur sa décision. J'en profite pour inviter les néo-occidentalistes à se défier d'éventuelles candidatures à leur réseau. Comme je l'ai dit à Criticus, il y a un risque non négligeable de voir rappliquer pas mal d'authentiques fachos. Par ailleurs, il y a eu une réaction chez les Trois bills qui ne me semblait pas si stupide que cela, celle de "pas perdus" se demandant s'il ne s'agissait pas là d'une version moderne du Club de l'Horloge. Ce club existe toujours au demeurant. Rappelons qu'il avait pour vocation d'être un pont entre la droite et l'extrême-droite. On n'en est pas là, mais le risque de glisser vers quelque chose de similaire est grand, d'autant que le Club de l'Horloge proposait une synthèse entre nationalisme et libéralisme , synthèse aussi absurde qu'idiote à mes yeux, tant ces deux pensées sont irréconciliables. Cricitus a rejeté catégoriquement le nationalisme dans sa charte, mais pas pour de bonnes raisons : uniquement parce qu'ils diviseraient les nations occidentales. En somme, on peut donc voir son Occidentalisme comme une sorte de nationalisme de niveau supérieur...

Viol légalisé ? Ouste, Karzaï !

L'information a fait à peu près le tour de la Toile : en Afghanistan, on légalise le viol conjugal et la pédophilie institutionnelle. En effet, Hamid Karzaï, par démagogie et par couardise électorale, s'apprête à faire passer dans les textes une loi Hazâra qui interdit à une épouse de se refuser à son mari et qui permet à un père ou un grand-père de marier une fillette de 9 ans à un homme mûr.

Quand je découvre ce genre d'informations, à vrai dire, je plonge dans un certain désarroi. Nous pouvons, sur nos blogs, toujours tempêter et faire du bruit, en réalité, l'impact sur le gouvernement afghan est à peu près nul. Là-bas, on est à 100 000 lieues d'Internet. Quant à nos gouvernements européens et occidentaux, je pense bien sûr qu'ils sont scandalisés et on ne peut les soupçonner de demeurer sans réactions.

En réalité, je pense qu'il suffit, et que nous n'avons plus à soutenir ce pantin de Karzaï. Ma déception est à la mesure de l'immense espoir qu'il avait fait naître dans le monde. Je le voyais en homme intelligent et avisé, il était parvenu à convoquer une loyya Jirgâ, et puis finalement, je le découvre un politicien de la pire espèce. Son gouvernement est corrompu jusqu'à la moëlle et son autorité ne s'étend pas au-delà de Kaboul.

Les Afghanes, les Afghans, nous-mêmes, je crois que nous n'en aurons jamais fini de pleurer la mort de Massoud. Quel homme, quel chef remarquable eût eu alors l'Afghanistan !

Le pire, c'est que je ne vois pas quelle solution de remplacement à Karzaï en Afghanistan. L'avenir de ce pays est trouble.

Je voudrais, à défaut, établir un parallèle. Si une loi semblable existe chez les Hazaras, c'est qu'on y considère les femmes comme moins que rien, des esclaves justes bonnes à satisfaire les pulsions sexuelles des mâles. Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? Sale pute en Hazara, je crois que cela se dit "o-rel-san" ou quelque chose dans le genre...La liberté est un bien précieux, plus encore pour les femmes que les hommes, tant partout on la menace de l'en priver. L'Afghanistan, c'est le règne des "o-rel-san" qui ont crû et se sont multipliés. Voilà pourquoi il faut leur mener une lutte sans merci. Ce pauvre type serait sans doute très à son aise là-bas.

Les Hazaras, en tant que chiites sont régulièrement en proie aux attaques des Talibans qui les considèrent comme des cibles prioritaires. Ce qui est fâcheux, c'est qu'au Pakistan (ils y sont aussi) les Hazaras ont généralement un bon niveau d'éducation. Il me semble, sur cette loi criminelle qu'il faudrait obtenir l'intervention d'un religieux ayant une autorité reconnue. Autre solution, demander une médiation de l'Iran.

Aux dernières nouvelles, la loi semblait prendre le chemin d'amendements mélioratifs puisque l'âge du mariage avait été repoussé à 16 ans et que la femme pouvait donner des excuses légitimes pour refuser une relation sexuelle à son mari. Mais tout ce qui a été obtenu l'a été sous la pression des gouvernements occidentaux et de l'ONU. Karzaï n'y est pour rien. Ni son assemblée qui a voté ces saloperies sans sourciller.

Karzaï est vraiment un minable : il achète la paix sociale aux Hazaras avec des concessions de m.... Il ferait mieux d'inscrire dans la loi la fin des discriminations envers les Hazaras (elles durent depuis près de 10 siècles). Bref, pour l'instant, ce type ne fait pas mieux que les Talibans. C'est à pleurer.

samedi, 04 avril 2009

Jacques Chirac soutiendrait-il Corinne Lepage ?

ça y ressemble fort, j'ai l'impression. Je le tiens de Serge Brière qui le tient lui-même d'une vidéo filmée par rue89. Jacques Chirac a dit texto «j'approuve tout ce que dit Corine Lepage». Je pense qu'en tant que président, il a eu l'occasion d'évaluer la qualité et la compétence de Corine Lepage quand elle était ministre d'Alain Juppé.

19:19 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : écologie, chirac, lepage |  Facebook | | |