Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ce soir-là, l'hérétique dînait chez LHC | Page d'accueil | Partageons-nous son avis ou ses âneries ? »

mercredi, 01 avril 2009

La liberté est une femme !

Liberte.jpgComme on a pu le lire dans mes derniers billets, ces derniers jours, j'ai réagi vivement aux grouinements du citoyen Orelsan sur les femmes. Il se trouve qu'à mes yeux, s'en prendre à une femme, c'est attaquer la liberté. Il existe, en effet, un lien consubstantiel entre la condition féminine et la liberté. Les pays les plus libres sont ceux qui accordent le plus de droits aux femmes. Et les plus attardés ceux qui leur dénient toute forme de responsabilité.

Particulièrement, les sociétés patriarcales me paraissent aux antipodes de la liberté ; en effet, ces sociétés-là voient femmes et enfants comme des propriétés des mâles. Ainsi quand j'apprends qu'un goret a massacré femme et enfants, je n'ai aucune pitié pour le goret (je suis plutôt d'avis de l'écorcher sur le champ, sort en principe dévolu aux gorets) et ne lui trouve aucune circonstance atténuante. En fait, bien au contraire, je lui trouve des circonstances aggravantes. Ôter la vie à son épouse (ou sa compagne) et aux enfants que l'on a eu, c'est croire qu'il s'agit de possessions, d'une propriété privée dont on a l'usufruit. Finalement, il n'y a guère de différences avec ce qu'implique l'esclavage.

Je pense aussi aux enfants : en réalité, les enfants n'appartiennent pas aux parents. Les enfants ne sont pas seulement les enfants des parents. Ils sont aussi les enfants de la société tout entière. Les parents ne sont que ceux qui ont une responsabilité particulière vis-à-vis des enfants. Mais les enfants ne sont pas leur chose, et l'État a le droit, à mes yeux, parce qu'il incarne le corps social, d'exercer conjointement l'autorité sur les enfants. La mort d'une famille assassinée par un pourceau, ce n'est pas un drame, c'est une tuerie.

Admettre qu'un pourceau puisse frapper une femme parce qu'elle serait à lui ouvre la voie à de tels crimes. Plus largement, les unions civiles ne devraient pas dépasser le cadre du droit et demeurer des contrats et rien que des contrats. Elles ne devraient ouvrir aucun droit de propriété sous quelque forme que ce soit. En réalité, les individus n'appartiennent qu'à eux-mêmes. Si la société et l'État peuvent les solliciter, ce n'est pas que l'État a des droits sur les individus mais que les individus ont une responsabilité sociale.

La liberté n'a pas de religion parce qu'aucune religion n'a fait de la liberté une divinité (Libertas dans la religion romaine est davantage une allégorie qu'une divinité). Ce n'est guère étonnant si l'on considère le rapport de servitude que les religions établissent entre les êtres humains et les entités supérieures, d'une part, et entre les hommes et les femmes d'autre part.

Je concluerai en disant que les authentiques libéraux sont plus que toute autre forme d'engagement politique sensibles à la condition féminine. Sur le fond, on ne peut pas être un apôtre de la mâle virilité et un véritable libéral.

Je récuse, d'ailleurs, la sincérité des idéologies qui instrumentalisent le statut de la femme pour mieux servir leurs véritables objectifs. Ainsi, chez les gauchistes, on ne lutte pas pour les femmes parce qu'elles sont des femmes mais parce qu'on juge que le capitalisme exploite les femmes. On a bien compris que les gauchistes se foutent bien des femmes, en réalité, seul le combat contre le grand satan capitaliste ou contre le libéralisme leur importe. Je ne leur accorde pour cela aucune crédibilité. J'ai pourtant longtemps défilé le 08 mars avec pas mal d'associations (féministes ou non) gauchistes, quand j'étais plus jeune. J'avoue de cocasses souvenirs. Mes compagnes et compagnons de défilé ne parvenaient pas à admettre que j'étais de centre-droit. Cela les sciait complètement. Pour eux, on ne pouvait pas défendre la cause des femmes et être de droite, fût-ce au centre. Leur intoxication idéologique, à vrai dire, avait largement dépassé le seuil de non-retour.

Dans la condition de la femme, c'est le sort même de la liberté qui se joue. L'équation est parfaite, parce que la liberté touche profondément le coeur de l'être humain, émane de son essence. Je renvoie à un autre article du 08 mars dernier, celui d'Alan Genestine, d'Alternative libérale, qui complète bien ma pensée. Il y rend un hommage appuyé à Madame de Staël, l'un des esprits les plus originaux du libéralisme.

23:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : liberté, femme, violence, enfants |  Facebook | | |

Commentaires

Très joli texte. Et puisque vous parlez de libéraux, j'en profite pour signaler que Sabine Herold, la présidente d'Alternative Libérale est classée parmi les 50 premières plus belles femmes politiques au monde http://is.gd/p71b

Écrit par : JPO | jeudi, 02 avril 2009

Existe-t-il le même classement de bobines et de silhouettes pour les "male politicians"?

Écrit par : Marine | jeudi, 02 avril 2009

Excellent billet, sauf peut-être la conclusion sur cette idiote de De Staël... ;)

Écrit par : Criticus | jeudi, 02 avril 2009

@ JPO
Merci. Je la connais. Jolie fille, en effet.
@ Marine
Vous pensez qu'Obama y ferait un malheur ?
@ Criticus
T'es tout dans la nuance, toi, aujourd'hui...Pourquoi idiote ?

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 02 avril 2009

Très bon billet. Ça me rappelle une phrase tiré d'un poème : http://polluxe.wordpress.com/2009/02/13/jolie-phrase/

Écrit par : polluxe | jeudi, 02 avril 2009

@ polluxe

zut, dommage que je ne le voie que maintenant, ton billet. Cela aurait été l'occasion d'aller moucher le Philippe Z...

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 02 avril 2009

@ L'Hérétique

J'avais mis un smiley... Je ne l'aime pas trop en raison de son opposition à l'Empereur, qui, à l'époque, incarnait le sens de l'histoire, voilà pourquoi !

Écrit par : Criticus | jeudi, 02 avril 2009

@L'Hérétique:
Je ne me suis pas posé la question, tant il est vrai que NOUS, nous ne voyons que la beauté intérieure! (hu hu)
Sinon, arrêtez de traiter Criticus d'idiote! Ou prenez un cours de guillemets chez Didier Goux ^^

Écrit par : Marine | jeudi, 02 avril 2009

@ Marine
Oui, j'avais oublié les guillemets :-)
@ Criticus
y'a des fois, je me demande si tu es vraiment libéral. C'est bien parce qu'elle s'est opposé au tyran que je l'apprécie d'autant plus. Bonapartiste et libéral, c'est foncièrement incompatible. Et Bonaparte ne représentait certainement pas le sens de l'histoire mais au contraire l'une de ses bizarreries.
J'ajouterais, pour qui moi qui crois en la capacité des êtres humains à agir sur la chose politique, que l'histoire n'a pas de sens prédestiné.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 02 avril 2009

Je le suis en 2009, je ne l'aurais pas été au 18 Brumaire. Contrairement aux libéraux radicaux qui croient que, de tout temps et en tout lieu, il eût fallu que l'homme embrassât le libéralisme, je crois qu'il y a des étapes nécessaires vers une société plus libre et plus juste. Le servage a constitué un progrès par rapport à l'esclavage, par exemple. L'État jacobin a constitué un progrès par rapport à l'État royal, qu'il prolongeait. Il est arrivé en bout de course.

Écrit par : Criticus | jeudi, 02 avril 2009

Les femmes tout pour. Voilà.

Remarquons que sous l'époque Napoléonienne Md de Staël était retirée dans sa résidence cossue en Suisse (déjà ...) en évitant ainsi les tubulences et critiquant Bonaparte à tout va. Ce confort lui a peut-être permis de l'inspirer sur le libéralime...

@L'Hérétique

Pour Bonaparte, quand même le consulat
(Dec. 1799 à Dec. 1804) ne fut-il pas une époque de grands progrès pour la France dans beaucoup de domaines ?

Écrit par : Chui Kalm | jeudi, 02 avril 2009

HIEROS GAMOS: LIBERER LA FEMME = liberer l'amour! Nous somme loin d'avoir réalisé la laîcité !

Écrit par : Edmund de Wucherer-Huldenfeld | vendredi, 03 avril 2009

Je ne vois pas de différence entre Napoleon et Hitler.

Écrit par : Edmund de Wucherer-Huldenfeld | vendredi, 03 avril 2009

@ Edmund
hieros gamos = mariage sacré
Vous y allez fort pour Napoléon. Cela dit, je n'aime pas non plus le personnage, qui a fait reculer tous les acquis de la Révolution, notamment pour le droit.

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 03 avril 2009

Bravo pour ton blog et longue vie

Écrit par : smileys gratuits pour mail | jeudi, 21 janvier 2010

Bravo pour ton blog et longue vie

Écrit par : emoticones gratuits a télécharger | vendredi, 22 janvier 2010

Pourquoi ne voit-on pas la resemblence entre le Hitler français (Napoleon) et le Napoleon allemand (Hitler) ?

Écrit par : Wucherer-Huldenfeld | vendredi, 05 février 2010

Magnifique billet qui explique parfaitement ce qu'est la réelle liberté (je ne l'avais pas lu à l'époque...). Tu as bien fait de revenir sur la confusion apportée par certains qui se disent "vertueux" simplement parce qu'ils seraient de gauche.
Le problème est grave : ils ne respectent pas les femmes puisqu'ils s'en servent au contraire pour opposer un camp contre un autre.
Personne n'a le "monopole du coeur" sur une simple étiquette. Ce serait trop facile sinon...

Écrit par : Françoise Boulanger | samedi, 01 octobre 2011

Les commentaires sont fermés.