Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-04 | Page d'accueil | 2009-06 »

dimanche, 31 mai 2009

Britain's got talent, MoDem's got talent for Europa

Bien, je vois que vous avez très nombreux à venir sur mon blog à la suite des articles que j'ai écrit sur l'émission/concours Britain's got Talent, Susan Boyle, Diversity et plus généralement les autres candidats comme les Greek Irish Dancers, Andy Demetriou ou encore Manjit Singh. Mais maintenant, je voudrais vous parler d'un autre "concours" qui va avoir lieu le 07 juin. Il met en concurrence des gens compétents et talentueux. Eux ne viendront pas jouer devant la Reine d'Angleterre, mais, qui sait, ils auront certainement l'occasion de la rencontrer si vous les amenez en finale. Je vais vous présenter quelques-uns des candidats qui me tiennent le plus à coeur, j'espère que vous voterez pour eux. Je dois vous préciser que le concours est organisé par régions et dans toutes l'Europe. Cela permet d'avoir plusieurs finalistes (astucieux, non, comme procédé ?).

581821186.4.jpgEn île de France, il y a une candidate qui s'appelle Marielle. Marielle de Sarnez. Elle a beaucoup de talent. Elle est la conceptrice d'un projet hors du commun, qui s'appelle Erasmus Mundus. Erasmus Mundus, c'est un programme européen qui s'adresse aux étudiants du monde entier. Il a pour objectif de leur permettre de venir faire des études en Europe. Les étudiants sélectionnés sur dossier peuvent obtenir jusqu'à 24 000 euros de bourse ! La nouveauté, c'est que le programme va s'ouvrir aussi aux étudiants européens l'an prochain. Jusqu'ici, ils bénéficiaient d'un autre programme appelé tout simplement Erasmus. Mais Erasmus patauge dans la mélasse et en dépit des bourses, trouve de moins en moins de preneurs. L'année dernière, 4 000 offres n'ont pas trouvé d'étudiants intéressés. Il est vrai que comme le souligne Marielle, dans son Petit livre pour aimer l'Europe, 150 euros par mois seulement pour vivre (c'est le montant de la bourse), cela n'invite pas au voyage... Marielle fait plein de choses intéressantes pour la jeunesse et les étudiants mais ce serait long de tout résumer. Pour voter, c'est un peu plus compliqué que d'habitude. Les SMS ne sont pas acceptés...il faut se munir d'une petite carte que les organisateurs auront du normalement vous avoir envoyé par courrier, et, une fois cela fait, se rendre dans une école ou une mairie, la plupart du temps, choisir un candidat et voilà. Le concours se déroule en un seul jour au niveau du vote, mais les candidats ont plusieurs semaines pour leurs prestations télévisées. Résultats connus le soir même, au pire, le lendemain matin.

444552713.jpgDans le Sud-Est, il y a un autre candidat que j'aime beaucoup. Il y a un petit inconvénient, toutefois. Il s'est mis en troisième position sur sa liste de candidats. Du coup, il va falloir que vous soyez TRÈS TRÈS TRÈS NOMBREUX à glisser le bulletin dans l'urne le 07 juin dans cette région. Le bulletin est facile à reconnaître, il est généralement accompagné d'une notice explicative de couleur orange avec le mot MoDem (ou Mouvement Démocrate) en gros dessus. Simple, non ? Gilles (Artigues), c'est un ancien de la radio. Dans se jeunesse, il se couchait très tard la nuit, parce qu'il animait une chaîne de l'amitié pour donner du réconfort aux gens seuls et abandonnés. Gilles, c'est un vrai ami. Vous pouvez compter sur lui, il ne vous lâchera jamais quand vous êtes dans la m... Vous savez ce qu'il vous reste à faire, les amis... Un autre truc, pour ne pas voter de travers, c'est qu'il a deux bons amis avec lui à qui il a cédé les premières places de sa liste : Fabienne et Jean-Luc. Jean-Luc, il a une particularité : il aime bien le rosé et il déteste qu'on se paie sa tête en lui proposant un espèce de mélange de piquette rouge et de vinasse blanche. Faut pas le prendre pour un imbécile. Ceux qui habitent dans le Sud-Est le savent. Il fait chaud, là-bas, l'été. Le rosé, ça désaltère, non ? Mais le rouge, non. Et le blanc non plus. Alors vous n'imaginez pas que rouge + blanc ça va désaltérer davantage, évidemment...Voilà pourquoi Jean-Luc, il est très en colère. Votez pour lui, il remontera au plus haut sommet vos revendications.

photoSG_.jpgElle, elle est belle, elle est intelligente, et elle est cultivée. J'ai eu un jour l'occasion d'être assis jusqu'à côté d'elle. Eh bien je confirme qu'elle n'est pas belle qu'en photo. Sylvie, c'est la passionaria de l'Europe (je vous l'ai dit, le concours se déroule au niveau européen). Elle connaît absolument TOUT sur l'Europe. Comme Marielle, quoi. Et Sylvie, ce que j'aime chez elle, c'est qu'elle a son franc parler. Elle n'a pas la langue dans sa poche. Par exemple, on entend actuellement pas mal de grands sorciers (spécialisés dans l'illusion) faire résonner les tambours de guerre et jouer du tam-tam en scandant la suprême incantation "Europe sociale". Sylvie, elle a un avis sur le sujet, et la danse du ventre, ça ne prend pas avec elle. Mais si elle veut faire une danse du ventre pour moi, je suis preneur ... :-)

Voilà donc ce qu'elle écrit sur l'Europe sociale...

En général, les discours sur l’Europe sociale commencent pas accuser les « Anglo-saxons » ou les « ultra-libéraux ». Certes, les Britanniques et les Irlandais se sont souvent opposés, comme les nouveaux Etats membres, à l’adoption de règles sociales plus contraignantes. L’unanimité requiert leur assentiment. Mais ils ont bon dos. Les Etats continentaux, notamment la gauche française ou allemande, ont largement laissé faire. A la fin des années 90, les gouvernements européens ont dit vouloir s’attaquer ensemble au problème du chômage. Ils sont partis du constat que le plein emploi dépendait de notre aptitude à bâtir une « société de la connaissance » où formation, recherche, innovation contribueraient à une croissance plus durable. Les salariés perdraient peut-être plus fréquemment leur boulot mais seraient aidés à en changer rapidement. Le diagnostic était juste. Le monde change, de nouvelles puissances émergent. Pour résister à la concurrence des pays à bas salaires, nous devons être meilleurs. En 2000, le Conseil européen (15 chefs d’Etat et de gouvernement à l’époque) toucha au sublime : la « stratégie de Lisbonne » prétendait faire de l’Europe, la « zone la plus compétitive du monde en 2010 » ! Dieu merci, le ridicule ne tue pas. Car quels moyens se donnaient les gouvernements dirigés par Lionel Jospin, Gerhard Schröder ou Tony Blair ? « La méthode ouverte de coordination » qui revient à ce que chacun fasse… ce qu’il veut.

Sylvie se présente dans l'Ouest, au fait. Bon, on dit souvent que des billets trop longs ne sont pas lus. Je vous présenterai demain d'autres candidats. Si vous le voulez bien, évidemment. Tous ces candidats ont néanmoins des idées communes. Quelqu'un de fûté les a résumés...

Britains Got Talent, victoire Diversity

Ce n'est finalement pas Susan Boyle qui aura gagné les Britains Got Talent. Elle n'aura pourtant pas démérité, et son ultime interprétation de "i dreamed a dream" restera à mon avis dans les annales et les mémoires. Elle aura payé sans doute les frasques de la demi-finales. Le bon peuple n'aime pas qu'on ait du caractère, et quelques abrutis patentés auront estimé que "la vieille fille" n'avait qu'à ne pas insulter ses fans. Il ne faut pas leur demander d'être psychologues, à ceux-là. Les juges, eux, ont compris qu'ils avaient affaire à un authentique talent. Un juge a estimé qu'elle devait gagner et un autre que sa fragilité n'était pas un obstacle sur le chemin de la consécration, contrairement à ce que toute la presse avait clamé la veille.

Diversity.jpgIl n'en reste pas moins qu'il y avait de sérieux concurrents en face. Diversity, un groupe de danseurs, m'a littéralement bluffé avec son  final. Jetez plutôt un oeil sur la vidéo dispo sur ITV. Spectaculaire chorégraphie. Ils n'ont pas démérité. En fait, ils sont même montés en puissance au fil des épreuves. Je ne m'attendais pas à leur victoire tout simplement parce qu'ils se sont surpassés en finale. Susan Boyle aussi, mais elle a fait une erreur, à mon sentiment. Elle aurait du innover en choisissant une autre chanson que celle qui l'avait fait connaître au monde entier. En tout cas, ITV et l'émission lui devront beaucoup. Elle les aura fait connaître au monde entier. Toutes les chorégraphies de Diversity pendant l'émission sont disponibles sur le site d'ITV.

samedi, 30 mai 2009

Britains Got Talent 2009, revue de candidats

J'ai visionné, à la suite de mon billet sur Susan Boyle, plusieurs vidéos de l'émission Britains Got Talent 2009. Franchement, ils sont extraordinaires, ces Britanniques. Leurs émissions, du moins dans ce genre-là, c'est tout de même autre chose que la soupe insipide et ennuyeuse qu'on nous sert à la Nouvelle Star et à la Star'Ac...

Tenez, par exemple, j'ai découvert les Greek Irish Dancers. Ils ne sont pas grecs, en fait, je ne sais pas si j'ai mal compris, mais ils viendraient de Chypre, à moins que je n'ai pas capté. Attention au café avant de visionner la vidéo, sinon vous risquez de le renverser sur le clavier :-) Le papa et son fiston nous servent une prestation de qualité...Dans un autre genre, il y a Manjit Singh, l'homme qui soulève un mini-bus avec une oreille. Vous ne me croyez pas ? Regardez la vidéo. Et attention à la bouillotte, elle finit par éclater...Le spectacle est servi avec une musique de circonstance tout à fait adaptée. Je ne sais pas s'il est grec Andy Demetriou, mais pour un sexagénaire censé être invalide, il tient la forme quand il danse le break... Mais bon...il y a bien plus délirant que tous les exemples précédents réunis avec Vienamin's Eyes, par exemple. Sorte de danse d'asticots extra-terrestres à trois extrémités. Faut le voir... Bon, je pourrais  multiplier les morceaux de bravoure, mais, pour l'instant, je fais avec ce que j'ai trouvé...

Je sais que les Britanniques ont la réputation d'être excentriques. Bon, eh bien ils ne l'ont pas volé la réputation. Au moins, on s'amuse, chez eux :-). On pourrait importer le concept chez nous : dans son petit dictionnaire pour aimer l'Europe, Marielle de Sarnez consacre un article entier à la Télévision dans frontières. C'est le nom d'une directive européenne qui régit la politique audiovisuelle de l'Union Européenne. Deux principes directeurs animent cette directive : libre circulation des émissions européennes et obligation pour les chaînes de réserver au moins 50% de leur temps d'antenne pour des émissions européennes. L'émission d'ITV rentre dans ce cadre, puisque son objet est de repérer des talents britanniques dans des domaines artistiques divers du spectacle :  musique, danse, acrobatie, magie, comédie etc. Des candidats de tout âge peuvent se présenter. Le gagnant se voit remettre la somme de 100 000 £ et a l'opportunité de jouer devant la famille royale de Grande-Bretagne à la Royal Variety Performance.

Britains Got Talent est classé dans le genre télé-réalité. Je ne suis pas convaincu par le choix de cette catégorie. Le principe de la télé-réalité, c'est de suivre par épisodes la vie quotidienne d'anonymes. Si la Nouvelle Star et surtout la Star'Ac ont versé dans ce travers, on ne peut en dire autant de Britains Got Talent, qui s'en tient à des émissions spécifiquement consacrées à la sélection des candidats. D'ailleurs, les deux émissions françaises comportent le mot "star" dans leurs intitulés. On a donc bien compris quel est leur but : notoriété, gloire, show-bizz, star-system et cetera. Rien (j'exagère un peu, je le reconnais) de tel pour Britains Got Talent, dont l'objet final me semble bien plus sain. Je rappelle que la Royal Variety Performance est un gala qui existe depuis 1912. Tous les fonds récoltés vont à une association bénévole de formation des artistes. C'est autre chose que de promouvoir sa propre pomme, but ultime de la Star'Ac et de la Nouvelle Star.

Mythologies

J'ai lu et relu une large part de mon enfance les contes et légendes des grandes civilisation, avec un goût tout particulier pour les grandes épopées et les gestes. J'ai admiré Yudhishthira, le prince juste, tendre et courageux du Mahâbhârata, espéré que Dieu pardonnerait à Lancelot et que celui tiendrait ses résolutions afin qu'il puisse rejoindre son fils Galahad et contempler le Graal. Jeune, Achille était mon idole, mais, avec l'âge, j'ai changé de camp et de héros dans l'Iliade. J'admirais alors sa force, son courage et son détachement face à son destin. Aujourd'hui, c'est Hector qui emporte mon adhésion. Quel courage, quelle humanité ! Voilà un homme qui sait que les Grecs comptent des héros très puissants, plus puissants que lui, mais qui assume son rôle de général en  chef des Troyens et combat bravement. Voilà un homme qui ne s'inquiète que pour son peuple, pour sa femme Andromaque et son fils Astyanax alors qu'il sait qu'il va au devant de la mort. Hélène pleure sa mort plus que celle de quiconque tant il aura toujours été doux et compatissant avec elle. Voilà encore un homme qui rappelle son frère Pâris à son devoir, regardant ce dernier par en-dessous, comme Homère le dit, et voyant en ce dernier la cause de tous les maux de Troie. Une attitude qui détone avec le jugement tant des Troyens que des Grecs pour lesquels Hélène est le cause première de la guerre.

Homère était considéré par les Grecs du Siècle de Périclès comme l'oeuvre fondatrice qu'il fallait faire étudier aux enfants pour leur édification morale et intellectuelle. Les Grecs d'aujourd'hui pensent toujours la même chose, d'ailleurs, l'Iliade et l'Odyssée sont au programme de 6ème, en Grèce. En France même, on en recommande l'étude au début du collège également. J'y ai trouvé et j'y trouve encore, pour ma part, des morceaux d'humanité sans pareils. Parmi les héros, bien peu rivalisent avec Hector, à mes yeux. Il n'y a que Yudhishthira et Antigone (celle de Sophocle) dont les auras égalent celle d'Hector. Yudhishthira parce que c'est la tendresse sans mollesse et la douceur faites homme. Antigone, parce qu'elle n'est pas née pour haïr mais pour aimer. Voilà une fillette (ou une jeune adolescente chez Euripide) qui descend dans la plaine au milieu de la nuit et des tourbillons, vient se pencher sur le corps de son frère en décomposition, que les charognards se disputent sans doute, et accomplit les rites nécessaires afin que son âme trouve la paix, en dépit de l'édit de son propre oncle, qui assure désormais la réalité du pouvoir à Thèbes. Extraordinaire enfant qui n'hésite pas à agir seule quand même sa soeur Ismène la lâche.  Quel art que l'écriture de Sophocle. Quel talent chez cet homme pour avoir fait de l'exemple saisissant d'Antigone un mythe désormais éternel.

Mais, j'en viens à ma conclusion : mon billet est en fait une chaîne, une bonne vieille chaîne de blogs. Je vais taguer quelques blogueurs, et voilà ce que je voudrais qu'ils écrivent, s'ils sont d'accord : qu'ils fassent le portrait d'un héros légendaire (mais pas d'un dieu) dans les mythes antiques (pas seulement gréco-romains, les mythes et légendes de toutes les régions du monde entrent dans le cadre du thème de la chaîne) qui a retenu leur attention et à qui ils accordent leur suffrage plus qu'à quiconque.

Je vois bien Skeptikos, Oréade, Démocratix (comme ça il sera à nouveau obligé d'écrire des billets sur son blog :-) ), Nelly (dont je n'ai plus de nouvelles), Mirabelle (même chose que Démocratix) Polluxe, et enfin Vincent me donner leur avis. Mais bon, ils font ce qu'ils veulent.

Il y a aussi le Crapaud du Marais qui m'a tagué dans une autre chaîne. J'ai un peu la flemme de répondre. En fait, je suis d'accord avec  tout ce que propose le MoDem poyur l'Europe, sauf pour les paradis fiscaux. Cela étant établi, mon crapouillot peut participer à ma chaîne sur les héros mythologiques.

11:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : mythologie, héros |  Facebook | | |

Planète Europe !

Je viens de visualiser le clip du MoDem en version longue pour les européennes, et je l'ai trouvé très pédagogique. Bayrou s'essaie à une démonstration en quatre points. Il y a les questions que la France peut et doit traiter. Celles que seule l'Europe peut gérer (les crises planétaires). Bayrou expose ensuite ce qu'il se passera si la seule voix qui peut porter notre différence, l'Europe, s'éteint : il ne restera plus alors que les deux super-géants que sont la Chine et les USA pour se regarder en chiens de faïence. Le clip se poursuite en rappelant que l'Europe, c'est nous, que la France, c'est l'Europe et que ce ne peut être que nous qui relèverons le défi. A partir de là, il y aura le 07 juin un vrai choix à effectuer et des euro-députés à choisir. Il faudra alors de vrais députés pour de vrais choix.

A aucun moment Bayrou n'utilise de grosses ficelles ou de slogans pour appeler à voter MoDem. Il se contente simplement d'exposer les principaux enjeux et appelle les Français à opérer leur choix en conscience.

00:11 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bayrou, modem, europe |  Facebook | | |

vendredi, 29 mai 2009

Fofana, la manipulation...

Je reviens du blog de Rubin qui a souhaité s'exprimer sur l'affaire Fofana et l'antisémitisme. Je ne sais pas ce qu'a voulu dire exactement Rubin. Il semble souhaiter la publicité des débats d'une part et quelque peu sceptique devant l'arsenal juridique destiné à lutter contre l'antisémitisme et le racisme. Quand je dis sceptique, je pense qu'il est réservé sur son utilité, en tout cas, c'est ce que je comprends de son article.

Les commentateurs de mon blog ne me suffisent plus, je vais chercher ceux des autres. Enfin, ce n'est pas tout à fait exact : l'auteur du commentaire que je vais citer s'est parfois exprimé ici. Je ne sais pas si je suis entièrement d'accord avec lui, mais, j'ai trouvé le point de vue de Chitah intéressant, et je le reproduis tel quel ici :

Au risque de m'attirer le foudres du peuple, je ne crois pas une seule seconde à l'alibi antisémite. Pas plus que je crois à la plupart des argumentations racistes qui sous-tendent à nombre de crimes.

Ce Fofana est un fou, probablement déséquilibré, avec beaucoup de problèmes personnels. Ce mongolito a cru que parce qu'une de ses cibles est juive, une solidarité naturelle allait émerger et finirait par lui permettre d'atteindre ses sombres desseins. Une sorte de cliché de merde, en somme.

Il faut traiter Youssouf Fofana pour ce qu'il est : un petit, un wannabe gangster de merde, qui a complètement foiré son coup et qui va se prendre perpète. Il cherche, maintenant, à raccrocher son action à une sorte de grand dessein visant à lutter contre les juifs ou je ne sais quoi mais il ne faut pas y prêter attention. Ce type est tout simplement un criminel de droit commun, qui va ramasser une peine digne de ce qu'il a fait.

Ne lui laissons pas la possibilité d'inscrire son crime dans une sorte d'antisémitisme : il n'était pas animé par l'idéologie, uniquement par l'appât du gain, uniquement par l'argent. Et en cela, il n'est qu'une petite frappe de banlieue qui n'aura que ce qu'il mérite
.

Fofana est un petite frappe tarée et rien d'autre. Il ne peut prétendre à aucun autre titre de "gloire". Il y a là un raisonnement qui se tient, et qui me paraît assez proche de la réalité. Toutefois, il y a bien de la part de Fofana un préjugé antisémite qui a favorisé non l'accomplissement du crime, qu'il aurait de toutes façons commis, mais le choix de la victime. In fine, l'antisémitisme n'est pas la cause principale. Dans un schéma actantiel, on le qualifierait simplement d'adjuvant. La motivation principale est bien l'argent, c'est à dire la cupidité. A cela s'ajoute une absence de limites dans l'esprit taré de Fofana. C'est en priorité ce qu'il faudrait retenir de ce procès, je pense.

Fofana, Chitah l'a bien compris, essaie de manipuler l'opinion afin de passer pour le martyr d'une cause (peu importe qu'elle fût ignoble ou non, tout effort de rationnisation du crime de Fofana ne doit pas lui être permis). C'est cela que Chitah ne veut pas lui laisser gagner, parce que c'est un enjeu majeur au niveau de l'opinion. Il a peut-être bien raison...

Le cauchemardesque conte de fée de Susan Boyle

cauchemar.jpgJe me demande si les médias ne feraient pas mieux de laisser Susan Boyle tranquille. J'ai lu qu'elle envisageait de tout quitter parce qu'elle ne supporte plus la pression qui entoure ses performances vocales extraordinaires. A vrai dire, je l'ai écoutée chanter, et en effet, très rarement j'ai entendu une voix comme la sienne. Susan Boyle a un talent immense. Mais ce que je déplore, c'est que dans nos sociétés, il n'est plus possible de révéler un talent sous quelque forme que ce soit sans descendre dans une arène. Les mises en scène médiatiques me font d'ailleurs penser aux arènes des gladiateurs. On hurle, on crie, on supporte tel ou tel candidat, ou encore, au contraire, on baisse le pouce pour exiger un probable mise à mort.

Malheureusement, la principal talent, pour émerger dans la sphère médiatique, c'est avant tout de pouvoir y survivre. Or, rien ne destinait Susan Boyle, individu fragile, dans son existence, à accéder un jour aux plateaux télévisés dans de telles conditions.

Le traitement réservé à Susan Boyle par les médias du monde entier est indigne. Sans cesse on évoque son existence, ce qu'elle est, dans des termes dégradants, afin de célébrer le conte de fée médiatique qu'elle vit. Conte de fée ? La voilà soumise aux regards de tous, à toutes les adulations mais aussi toutes les jalousies.

Ce qui est effarant, c'est qu'avec un bel ensemble, presse, radios et télévisions présentent la parcours imprévu et extraordinaire de Susan Boyle comme le summum de la réussite, comme un conte de fée réalisé. Or, qu'est-ce qu'un conte de fée ? Un conte de fées est un univers merveilleux ou les êtres et les créatures s'expriment en dehors de l'espace et du temps, et dans lequel le héros affronte plusieurs obstacles avant de finalement trouver le bonheur (souvent sous la forme d'un mariage). Dans un conte de fée, le récit se déroule dans un passé indéterminé ; le merveilleux réside pour l'essentiel dans la présence de personnages surnaturels et d'objets enchantés. La frontière entre le conte de fée et le réel est complètement étanche : le fabuleux n'y est ni expliqué, ni rationalisé.

Le cauchemar a quant à lui plusieurs définitions, mais, celle d'Hippocrate, le fameux médecin grec, celui qui écrivit le Serment du même nom, m'intéresse tout particulièrement. Il utilise le terme Éphialtès. Éphialtès, dans la mythologie grecque est un géant. Son nom signifie "celui qui se jette sur". C'est qu'en effet, Hippocrate se représentait le cauchemar comme une sorte de crise de stress qui oppressait la poitrine subitement. En somme, comme un poids écrasant s'installant sur le coeur. Il y a donc là une étymologie qui exprime une agression violente.

Ainsi, si la frontière entre le conte de fée et le réel est étanche, elle ne l'est pas avec le cauchemar. Je pense même que c'est cette étanchéité avec le réel qui garantit la porosité entre le conte et le cauchemar. Que restera-t-il de Susan Boyle, quand le strass, les paillettes et les spots lumineux venus de nulle part se seront éclipsés ? Sans doute rien. Cette femme n'est pas faite pour le show-bizz. Si elle parvient à résister à l'insupportable pression médiatique jusqu'au bout, ne sera-t-elle pas victime de quelqu'escroc à la recherche d'une victime facile ? Combien de faux et nouveaux amis aura-t-elle alors ?

J'avais écouté un jour Jack Lang (pourtant pas forcément une référence pour moi, mais, ce jour-là...) s'exprimer sur sa volonté de développer les parcours artistiques dans les écoles. Il avait jugé alors que découvrir l'art à l'école ne devait pas avoir pour but de former des champions ou des maîtres en leur art, mais de cultiver la part d'art que chacun d'entre nous a à l'intérieur de soi. C'était sagement parler. Est-ce que l'art devrait servir à autre chose qu'à se cultiver soi-même ?

jeudi, 28 mai 2009

God save the Queen !

Quel impair ! J'ai été frappé de stupeur d'apprendre que la Reine d'Angleterre n'avait pas été invitée aux célébrations du débarquement du 06 juin. Sarkozy l'a oubliée ou bien ce n'est pas rentable électoralement ? Je m'associe évidemment à l'ami Toréador pour inviter nos amis Anglais à venir nous rendre visite ce jour-là afin que nous puissions leur témoigner notre reconnaissance. Cela me sidère, tout de même : la France libre n'a tenu pendant la seconde guerre mondiale que par le seul soutien des Anglais ; quand les Américains rêvaient de mettre de Gaulle sur la touche, ils se sont avérés des appuis sans faille. C'est grâce à eux, également, que la France a obtenu une place au Conseil de Sécurité de l'ONU, place pour laquelle aucun de ses faits et gestes pendant la guerre ne méritaient qu'elle l'eût. Et les Canadiens ? Par deux fois ils sont venus mourir sur le sol français pour sauver notre pays qui leur était lointain dans une guerre qui ne les concernait ni de loin ni de près.

Luc Châtel a déclaré que le 06 juin était d'abord une cérémonie franco-américaine et qu'il était de tradition que le Président des USA s'y rende la première année de son mandat. Et alors ? Cela justifie de se comporter en goujats ? L'Angleterre avait-elle moins supporté l'effort de guerre, et toute seule de surcroît, pendant un temps, pendant le conflit, elle qui en sortit définitivement exsangue à son issue ? N'était-elle pas aux côtés des Américains pour nous défendre, ce 06 juin 1944 ?

De ceux qui moururent ce jour-là sur les plages du débarquement, un quart était britannique, et leurs corps reposent désormais sous le sol normand.

God save the Queen, Queen Elizabeth ! Thank you for all and welcome in France !

Le prix de la girouette est attribué à Maurice Leroy !

Mais que fait Leroy-Morin ? Tout de même, après les déclarations tonitruantes du patron des aplaventristes sur un deal mystérieux entre Ségolène Royal et François Bayrou, pas de réactions ?

Heureusement, nous autres, hérétiques, sommes là pour prendre la relève. François Bayrou a démenti dans un entretien avec la Nouvelle République tout deal entre Ségolène Royal et lui lors des élections présidentielles, et, a priori, je suis plus porté à le croire qu'à accorder de la confiance aux dires d'un individu qui a mangé à tous les râteliers.

« Maurice Leroy est pathétique. Raconter que des responsables politiques dans un premier tour de campagne présidentielle imaginent des petites manœuvres, alors qu'ils sont engagés l'un contre l'autre, c'est faire preuve de petitesse d'esprit. Mais cela se comprend de la part de Maurice Leroy qui fut communiste, puis pasquaien, puis centriste et aujourd'hui sarkoziste. Il est en effet digne du prix de la girouette que lui avaient décerné les jeunes de l'UMP lors de son changement de camp. »

Bayrou a d'ailleurs jugé que de tels racontars étaient non seulement injurieux pour lui, mais aussi pour Ségolène Royal.

«C'est tout et c'est aussi simple que cela. Tout ce que raconte Maurice Leroy est d'ailleurs autant injurieux pour moi que pour Ségolène Royal

Voilà une mise au point officielle, définitive et salutaire. En tout cas, il est en tête, devant Martine Aubry, d'un classement TNS des personnalités réalisé à l'occasion des élections européennes.Il totalise 59% de bonnes opinions contre 37% de mauvaises. Martine Aubry est à 57 contre 38 et Besancenot 52 contre 43. Cohn-Bendit est à 51.

 

La grenouille, le scorpion et l'islamiste...

Voilà une nouvelle qui fait plaisir : d'après un récent sondage, s'il y avait des élections actuellement en Palestine, le Hamas se ramasserait méchamment, y compris dans la bande de Gaza. 37% pour le Fatah contre 23% pour le Hamas là-bas, et sur la totalité de la Palestine, 31% contre 17%. C'est en tout cas les enseignements que l'on peut tirer d'un récent sondage. De plus, Abbas battrait le chef du Hamas si une élection présidentielle avait lieu à l'heure actuelle.

Il y a des signes encourageants en provenance du monde musulman à l'heure actuelle : les Islamistes sont partout en recul. Ils se sont pris une baffe au Koweit et au Pakistan (l'armée là-bas a enfin compris quelle était la vraie nature des Talibans) et ils sont en déroute en Palestine même. Il faut espérer que cet éveil des consciences se poursuivra dans tout le monde arabe (parce qu'à Modagiscio, ce n'est vraiment pas ça, hélas).

Les Islamistes sont un poison, et un poison violent pour le monde entier. Et bien plus encore pour le monde arabo-musulman. Tenez, justement la fable du scorpion et de la grenouille est, si je ne m'abuse, une fable africaine :

Désireux de traverser une rivière, un scorpion demanda à une grenouille:

“Prends-moi sur ton dos et fais-moi traverser.

- Que je te prenne sur mon dos, tu n'y penses pas. Pour que tu me piques !

- Ne sois pas stupide ! Si je te pique, tu vas couler et je vais me noyer avec toi.”

Après de longs échanges d'arguments, le scorpion se montra si persuasif que la grenouille se rendit à l'évidence. Le scorpion ne pouvait se montrer aussi insensé. La grenouille le chargea sur son dos et commença la traversée. Parvenue au milieu de la rivière, elle ressentit une vive douleur et, avant de perdre connaissance, lui cria:

“Qu'as-tu fait ? Tu vas mourir avec moi.

- Je le sais, mais je n'y peux rien. C'est dans ma nature.”

Et les deux animaux disparurent dans les eaux.

Je l'aime bien cette fable, et voilà ce qui arrivera à l'Afrique, aux Arabes et aux Musulmans s'ils acceptent de porter des islamistes sur leur dos. D'ailleurs, il existe une autre fable avec un scorpion et un islamiste.

Désireux de traverser le désert, un islamiste demanda à un scorpion de le porter sur son dos. Seulement, voilà, le scorpion est un arachnide méfiant. Il se laissa toutefois embobiner, mais, en plein milieu du désert, l'islamiste se fit sauter avec le scorpion. Et le scorpion de se récrier en agonisant : mais, tu es un imbécile, nous sommes morts tous les deux. L'islamiste lui répond alors dans un dernier souffle : Allah akbar, c'est ma nature.