Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La crise des États couve | Page d'accueil | Le prix de la girouette est attribué à Maurice Leroy ! »

jeudi, 28 mai 2009

La grenouille, le scorpion et l'islamiste...

Voilà une nouvelle qui fait plaisir : d'après un récent sondage, s'il y avait des élections actuellement en Palestine, le Hamas se ramasserait méchamment, y compris dans la bande de Gaza. 37% pour le Fatah contre 23% pour le Hamas là-bas, et sur la totalité de la Palestine, 31% contre 17%. C'est en tout cas les enseignements que l'on peut tirer d'un récent sondage. De plus, Abbas battrait le chef du Hamas si une élection présidentielle avait lieu à l'heure actuelle.

Il y a des signes encourageants en provenance du monde musulman à l'heure actuelle : les Islamistes sont partout en recul. Ils se sont pris une baffe au Koweit et au Pakistan (l'armée là-bas a enfin compris quelle était la vraie nature des Talibans) et ils sont en déroute en Palestine même. Il faut espérer que cet éveil des consciences se poursuivra dans tout le monde arabe (parce qu'à Modagiscio, ce n'est vraiment pas ça, hélas).

Les Islamistes sont un poison, et un poison violent pour le monde entier. Et bien plus encore pour le monde arabo-musulman. Tenez, justement la fable du scorpion et de la grenouille est, si je ne m'abuse, une fable africaine :

Désireux de traverser une rivière, un scorpion demanda à une grenouille:

“Prends-moi sur ton dos et fais-moi traverser.

- Que je te prenne sur mon dos, tu n'y penses pas. Pour que tu me piques !

- Ne sois pas stupide ! Si je te pique, tu vas couler et je vais me noyer avec toi.”

Après de longs échanges d'arguments, le scorpion se montra si persuasif que la grenouille se rendit à l'évidence. Le scorpion ne pouvait se montrer aussi insensé. La grenouille le chargea sur son dos et commença la traversée. Parvenue au milieu de la rivière, elle ressentit une vive douleur et, avant de perdre connaissance, lui cria:

“Qu'as-tu fait ? Tu vas mourir avec moi.

- Je le sais, mais je n'y peux rien. C'est dans ma nature.”

Et les deux animaux disparurent dans les eaux.

Je l'aime bien cette fable, et voilà ce qui arrivera à l'Afrique, aux Arabes et aux Musulmans s'ils acceptent de porter des islamistes sur leur dos. D'ailleurs, il existe une autre fable avec un scorpion et un islamiste.

Désireux de traverser le désert, un islamiste demanda à un scorpion de le porter sur son dos. Seulement, voilà, le scorpion est un arachnide méfiant. Il se laissa toutefois embobiner, mais, en plein milieu du désert, l'islamiste se fit sauter avec le scorpion. Et le scorpion de se récrier en agonisant : mais, tu es un imbécile, nous sommes morts tous les deux. L'islamiste lui répond alors dans un dernier souffle : Allah akbar, c'est ma nature.

Commentaires

Merci pour la bonne nouvelle et pour la fable, très belle et fort à propos !

Écrit par : Rubin | jeudi, 28 mai 2009

Salut Rubin

Il y a des frissonnements. Espérons qu'ils ne seront pas qu'un feu de paille. La fable de la grenouille et du scorpion, je l'adore.

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 28 mai 2009

Je connaissais cette fable mais pas la version avec un islamiste, très bien aussi.

Écrit par : polluxe | jeudi, 28 mai 2009

@ polluxe
:-) Au début, j'ai cru que c'était une fable de la fontaine, mais pas moyen de la trouver dans un recueil. J'ai cherché alors chez Phèdre, Babrius et Ésope mais rien non plus. Il en existe plusieurs versions, mais apparemment, elle est d'origine africaine, sans que je sache d'où exactement...

Écrit par : L'Hérétique | jeudi, 28 mai 2009

Euh, si je me souviens bien au Koweït, les islamistes sunnites on reculé mais les islamistes chiites ont eux progressé...:-(

Pour le reste, si c'est un signe durable tant mieux. Mais je reste sceptique. Gare au fou d'Iran, dont je ne serais pas surpris qu'il soit réélu. S'il ne l'est pas, là la lueur d'espoir se fera plus forte.

Écrit par : pastel | jeudi, 28 mai 2009

Très jolie fable philosophique. :)

Écrit par : Martine | jeudi, 28 mai 2009

Les commentaires sont fermés.