Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 septembre 2011

Alors comme ça il devait y avoir pénurie de main d'oeuvre ?...

Je me souviens encore des articles d'idées que l'on trouvait dans plusieurs magazines et journaux de gauche il y a encore trois à quatre ans. L'immigration de travail y apparaissait comme un phénomène inéluctable en raison du vieillissement de l'Europe et des besoins croissants en main d'oeuvre. Ah oui.

Sauf qu'aujourd'hui, l'OIT (Organisation Internationale du Travail) tire la sonnette d'alarme. Ce sont des dizaines de millions d'emploi qui sont menacés de disparition dans les années à venir, dans les seuls pays du G20. Et elle observe justement qu'une part croissante de ceux qui ont un emploi l'ont sous un statut précaire.

A côté de cela, comme je l'ai observé récemment, il ne faut pas confondre l'immigration de travail et la recherche désespérée d'un petit job par les étudiants étrangers. Cela ne frappe pas Guéant plus que cela.

Autant je pense qu'il ne faut pas avoir trop d'états d'âme avec l'immigration irrégulière, autant les étrangers qui viennent étudier ici devraient être protégés, et d'ailleurs, ils sont en règle.

Après, si beaucoup d'étudiants étrangers viennent en France, c'est très certainement aussi parce que nous avons réduit notre présence partout à l'étranger. Il serait bien plus astucieux que nos grandes écoles développent des antennes un peu partout dans le monde, et pas seulement des programmes d'échanges avec les super "high-schools" chères au sieur Descoings.

Si ces antennes existaient, elles auraient bien sûr vocation à se mettre en relation avec les entreprises locales ou avec les entreprises françaises produisant à l'étranger.

Cela suppose une véritable diplomatie culturelle pour promouvoir la francophonie. Autant dire qu'on est loi, voire très loin, du compte depuis fort longtemps.

dimanche, 25 septembre 2011

Bravo Jacqueline !!!

Yessss : Jacqueline Gourault, sénatrice centriste et MoDem, proche de François Bayrou, vient d'être réélue au premier tour des élections sénatoriales. Très bonne nouvelle !

Saluons la réélection de deux autres sénateurs centristes, Françoise Férat et Yves Détraigne.

15:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sénat |  Facebook | | |

samedi, 24 septembre 2011

Moi aussi, Karachi, je m'en tape !

Pas mieux que Corto, tiens : à lui l'honneur ;-) Moi aussi, je m'en tape de Karachi. Un peu pour les mêmes raisons que Corto. Le Karachigate, on n'y comprend rien ou presque, et surtout, on va aller chercher des poux à Sarko pour une histoire dont il n'est sans doute guère comptable, et, à supposer qu'il le soit un tantinet, l'affaire date tout de même de près de 16 ans.

Alors bien sûr, je ne dis pas qu'il ne faut pas que l'affaire suive son cours en justice. Bien loin de là. Mais on va en faire un pataquès dans tous les médias et sur la blogosphère pendant des semaines, je le pressens. 

Ok, il y a des individus douteux qui étaient dans l'entourage de Balladur en 1995 et qui sont assez proches de Sarkozy aujourd'hui. D'accord. Mais cela n'autorise pas à faire des amalgames. Sarkozy n'était en effet que le porte-parole du camp Balladur en 1995 et rien n'indique à l'heure actuelle qu'il ait eu quelqu'élément que ce soit qui lui aurait permis de déterminer l'origine des fonds qui finançaient la campagne de Ballamou.

Mais bon, ce qui m'agace, sur le fond, c'est que cette histoire va occulter tous les nécessaires débats sur l'état de notre pays : fiscalité, production et instruction. 

Or, à l'orée de la campagne présidentielle, ils me semblent tout à fait fondamentaux.

00:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : karachi |  Facebook | | |

jeudi, 15 septembre 2011

LiveBlog Hereticus Primaire Socialiste

Blood 'n nuts : je finissais tard le boulot, ce soir et du coup, je n'ai pris le débat des primaires socialistes qu'en cours vers 22 heures. Je fais mon Corto, moi, je regarde le débat aussi alors que je ne suis pas à gauche. Hein l'Nicolas ?

Bon, cela dit, après quelques minutes de débat, une remarque de forme d'abord. Pour l'instant, je trouve Baylet vraiment un gros cran en-dessous des cinq autres. Toujours dans la même catégorie, c'est vrai que c'est vraiment une jolie femme, Ségolène Royal. Et enfin, troisième remarque, c'est un fait que Hollande s'est bien relookée et profilé. Il me fait penser à une sorte de mélange de Chirac et de Sarkozy, par le port de tête, la coiffure, et la tonalité de la voix. Les deux derniers présidents de la République, quoi...

Bon, j'enregistre, et je fais du live-blogging, ce soir.

Tout de même, félicitations aux Socialistes pour avoir su organiser cet évènement : objectivement, en terme de vie démocratique, il faut reconnaître qu'ils ont un temps d'avance avec leurs primaires. Soyons honnête, sur ce coup-là, je leur tire mon chapeau. Mais attention : sur ce coup-là, seulement , hein ...

Bon, là, ils parlent d'allliances...Mais, pourquoi parle-t-on toujours de centristes humanistes ? Y'en auraient qui ne seraient pas humanistes ? Voyons, l'humanisme est tout de même une marque de fabrique du centrisme.

'Tain, Baylet, il ne pense qu'à exister à tout prix, le pauvre gars. 

La problème, c'est que j'ai raté le début, m... Ils ont l'air respectueux les uns des autres, les Socialos, là, mais l'inconvénient, c'est que du coup, je ne vois pas leurs différences, pour l'instant.

Entre Royal, Hollande, Aubry et même Valls, ça m'intéresserait de savoir.

Tiens, à propos de Valls, je suis d'accord sur un point et il est honnête de le souligner : moi aussi j'étais fier de Sarkozy et de la France en Libye, aujourd'hui.

Et il a raison, Valls, sur les déficits. Évidemment qu'on perd notre indépendance, si on les laisse filer. 

Ah ben tiens, c'est du joli : alors Martine Aubry a dit qu'il ne fallait pas s'engager sur une réduction du déficit pour 2017. Elle veut accroître les ressources financières, mais elle oublie un truc : si jamais notre note est dégradée, tout le fric qui pourrait être à la rigueur gagné sera bouffé par la hausse des remboursements des mensualités de la dette liée à celle des taux d'intérêt.

Valls a raison : il faut évidemment dégager des marges de manoeuvre d'abord. Montebourg raconte vraiment n'importe quoi...

Bon, sur la dette Hollande, recevable, sauf que pour l'instant, on ne l'entend parler que de hausses d'impôts et de croissance. Nada sur la réduction des dépenses.

En fait, c'est vrai que Valls, il serait bien mieux chez nous au MoDem. Sur les déficits, il est super-proche de Bayrou.

C'est d'ailleurs le seul à ne pas chercher un bouc-émissaire facile. Elle raconte n'importe quoi, Ségolène Royal, avec les banques, là. C'est pas les banques qui ont provoqué la crise financière : ce sont les États, avec leur dette, parce que tout le monde a la trouille qu'ils ne la remboursent pas, tout simplement. Le malheur des peuples, ce n'est pas la dette des États, ma belle, mais ceux qui ont mis en marche la machine à promesses pour la faire la dette.

Ah, moi, je veux bien interdire le crédit revolving, mais ça va faire un coup de frein sur la consommation. 

Ah, tiens les retraites. Voyons, voyons, est-ce qu'il va y en avoir au moins un qui va avoir le courage de dire que la retraite à 60 ans c'est pas tenable.

Ah. Pas Royal. Ah, ouf, Baylet l'admet, 60 ans, pas tenable pour l'instant. 

Elle récidive, Martine, sur les déficits : elle ne veut pas prendre d'engagement. Il y a une vraie différence avec Hollande qui en fait une priorité.

Il a raison Valls sur les eurobonds : évidemment que pour y arriver il va falloir prendre des engagements. Sur l'économie, il dit tout de même beaucoup de choses justes.

Allez, il est comique, le Montebourg qui rêve de mettre au pas les marchés et les banques.

Ah, le nucléaire : ils sont forts pour se tortiller dans tous les sens, les Socialistes...Bref, on a bien compris qu'ils ne comptent pas sortir du nucléaire de si tôt...

Ah, la transition énergétique : comment sortir du nucléaire ? Un vrai problème, mais pas de réponses nettes pour l'instant.

Le canabis, maintenant. Marrant Pujadas : couper l'herbe sous le pied aux  traffiquants, c'est joli comme formule :-) Baylet, pour la légalisation du canabis, mais production nationalisée. Martine Aubry, dépénalisation de la consommation. Montebourg, bien. Contre. Il a raison. Il faut savoir ce qu'on veut. Ah, non, le voilà reparti sur les Hedge funds, chut...

Bon, Valls, très bien sur le canabis. Contre aussi, évidemment.

Ah, reste DSK. Bon, on en a assez entendu parler de DSK. 

Le débat est un peu décevant finalement, parce qu'il demeure trop à la superficie des choses à mon goût. Je vois quelques différences, parfois assez notables, mais ce qui manque, ce sont des propositions sur le fond.

Tiens, les conclusions. Il est insipide, Baylet. Ségolène, égale à elle-même : volontariste (à part ça, qu'est-ce qu'elle est belle cette femme). Montebourg fait dans le pathos et le grandiloquent : ah non, beuuuuuâââârk : pas encore la démondialisation !  Pas fameuse sa conclusion : on a l'impression d'un prêtre faisant une mauvaise homélie. Valls il fait un peu trop dans le style clip vidéo d'élection présidentielle. Ah, Aubry. Bon, elle pousse, avec le libéralisme. Le libéralisme n'a humilié personne, faut arrêter. Oui, bon, rassembler les Français, ok, mais ça n'a rien d'original. Cela dit, j'aime bien la voix d'Aubry : je trouve qu'elle respire la franchise et l'honnêteté, cette femme.*

Bon, voilà. Pas mal. Débat digne, en tout cas. Allez, ce sera tout pour ce soir. 

22:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : socialiste, primaire |  Facebook | | |

mardi, 13 septembre 2011

30 000 places de prison, oui, mais pour quoi faire ?

Décidément, comme l'observait récemment un militant MoDem sur un réseau social, en ce début de pré-campagne présidentielle, la machine à promesses est de retour...

Ainsi, Nicolas Sarkozy promet de construire de nouvelles prisons et d'y ouvrir 30 000 places. Tiens, allez savoir pourquoi, cela me fait penser aux 75 000 postes dans les écoles de François Hollande.

Même méthode. On promet des moyens d'abord, et on envisage, seulement après de réfléchir à ce que l'on veut faire. 

Sarkozy pèche exactement par le même travers que Hollande. Au lieu de définir d'abord une politique se sécurité (j'ai commencé à théoriser ici le concept de répression intelligente), il s'agite, et devant la menace frontiste, s'essaie à nouveau à tirer de vieilles ficelles.

L'encadrement militaire des délinquants est tout simplement ridicule. Je trouvais stupide cette idée de Ségolène Royal et je n'ai pas changé d'avis depuis que Monsieur Sarkozy se l'est réapproprié. Mélange des genres sans queue ni tête : ce n'est absolument pas le rôle de l'armée de s'occuper des délinquants. Il est donc ridicule de lui confier une mission qui n'a rien à voir avec son engagement. Je subodore d'ailleurs que les officiers seraient tout sauf ravis à l'idée de se voir confier une tâche aussi éloignée de ses fondamentaux.

J'entends souvent parler de service citoyen pour les délinquants : s'il faut surveiller chacun d'entre eux cela va coûter des yeux à la tête.

Cela dit dans les annonces de Sarkozy, il y a aussi des choses positives : cela me paraît le bon sens le plus élémentaire de séparer les éléments dangereux (délinquants récidivistes, criminels) des individus ne présentant pas de dangerosité.

Revenons aux 30 000 places supplémentaires : Nicolas Sarkozy prévoit-il des gardiens et surveillants en nombre suffisants pour pouvoir les gérer ces 30 000 places ? Et quid des suivis judiciaires et des moyens pour que les peines puissent être rapidement appliquées ?

Bref, je ne le redirais jamais assez : il faut d'abord penser la politique que l'on veut mener sur toute la longueur de sa chaîne, et ensuite lui affecter les moyens nécessaires, sachant, une nouvelle fois, qu'en période de vaches maigres comme la nôtre, il y aura des arbitrages dans le budget de l'État...

18:17 Publié dans Politique, Société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : sarkozy, prison |  Facebook | | |

dimanche, 11 septembre 2011

Socialiste...

Bon, je crois que les hostilités sont déclechées... :-D

bayrou-hollande.jpg

23:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : bayrou, hollande, socialiste |  Facebook | | |

A mon avis, Borloo sera candidat

C'est curieux, quand je discute avec des militants ou des cadres du MoDem, je les entends souvent dire que Jean-Louis Borloo ne sera pas candidat à l'élection présidentielle. C'est ce que pense aussi François Bayrou, estimant que les accords politiques qui lie le président du Parti Radical et Nicolas Sarkozy sont trop forts pour que le second ne dissuade pas le premier d'y aller.

Je ne partage pas du tout cette analyse. Il y aura un deal entre Sarkozy et Borloo, mais après le premier tour, pas avant. Tant que Borloo sera dans les sondages entre 5-6% et 8%, il ne renoncera pas

En revanche, si les intentions de vote en sa faveur s'effondraient il en irait autrement à l'évidence. La tactique de Borloo est très simple : il espère refaire le chemin de François Bayrou en 2007, mais, à l'inverse de ce dernier qui a préféré l'indépendance et la fermeté de ses convictions, négocier au prix fort son ralliement s'il récupère beaucoup d'électeurs.

Ce n'est pas plus compliqué que cela. Pour que cette tactique soit vraiment couronnée de succès, il faudrait que Bayrou s'effondre ou se rallie à Borloo. 

Mais ce que les alliés de Borloo ne comprennent pas, c'est que c'est parfaitement impossible. Jamais Bayrou ne se résoudra à hypothéquer l'avenir en se ralliant à une tendance politique.

Il y a entre Borloo et Bayrou deux tactiqes irréconciliables. Le premier veut s'allier tout de suite, l'autre demeurer indépendant à tout prix. Bien sûr quand il s'agira de prendre des mesures pour la France, l'un et l'autre pourront se rejoindre, à condition que Borloo soit autrement plus honnête que ce qu'il n'a été jusque là : j'ai du mal à le voir faire valoir ses idées alors qu'il n'a rien dit (et fait !!!) pendant les quatre années qui viennent de s'écouler.

Je l'ai déjà dit, en principe, les idées exprimées par l'un et par l'autre sont proches, mais le problème, c'est que je n'ai pas confiance en Borloo pour les faire appliquer un jour, alors que Bayrou a prouvé qu'il ne lâchait rien.

Mon problème principal par rapport à Borloo, ce n'est pas celui des idées (encore que je trouve que Bayrou a tout de même autrement plus de fond) mais celui de la confiance...

09:10 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : bayrou, borloo |  Facebook | | |

samedi, 10 septembre 2011

ARES...

Alliance Républicaine Écologique et Sociale, cela donne ARES. Voilà le sigle qu'a choisi Borloo pour sa coalition de micro-partis.

Je ne veux pas être vache, mais Arès, le dieu grec de la guerre, si c'est à lui que ses conseillers ont pensé, c'est le dieu le plus c..., le plus impulsif et le plus obtu de tout le panthéon grec.

Homère en dresse un portrait édifiant dans son Iliade. Dieu de la guerre et de la violence, il excelle surtout dans la querelle. Constamment à se friter avec sa soeur, Athéna, également déesse des guerriers, mais qui a la sagesse et l'intelligence en plus, il se fait réguluièrement latter la tronche par cette dernière, soit indirectement, via le bras d'un héros audacieux comme Diomède, soit en combat singulier, notamment quand Zeus laisse les dieux prendre parti dans la bataille, à la suite de la mort de Patrocle, de peur qu'Achille, dans sa rage, ne subertisse Troie à lui tout seul.

Le portrait, en fait, c'est Zeus lui-même qui le fait par la plume d'Homère. Arès vient de se faire avoir par Athéna qui l'a blessé lourdement en appuyant un trait de Diomède. Piteux, Arès vient se plaindre alors à son père Zeus de ce que sa soeur lui cherche constamment querelle. Il se fait recevoir par son père qui non seulement le chasse mais lui notifie que c'est certainement de sa mère Héra et pas de lui qu'il tire son goût immodéré pour la chicane. Une vraie petite scène de famille, quoi :-)

Si c'est sous son patronnage que se place la confédération de Borloo, c'est mal choisi : en Grèce personne ne rendait hommage à Arès, pas même dans les guerres. Pas de temples et une mauvaise réputation partout. Pas de chance, amis néo-centristes,radicaux et gaucho-modernistes...

L'aurait p't'êt fallu demander son avis à Bayrou qui a l'avantage d'être un agrégé de grec ancien et n'ignore rien donc de ces éléments...

17:08 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : arès, borloo |  Facebook | | |

mercredi, 07 septembre 2011

École : Martine (Aubry) vote MoDem et Bayrou ?

Ah. Je me suis rendu sur le site de Martine Aubry (j'en ignorais l'existence, son équipe de communication a du boulot, parce que je ne le vois jamais ou presque en lien sur les blogues) : eh bien elle a des propositions sur l'école.

Et là, oh, surprise, ça ressemble à s'y méprendre à celles du MoDem, et pour une partie, à celles de Bayrou. Alors, je le dis tout de suite : c'est pas nous qui avons copié.

Le programme du MoDem sur l'école date de décembre 2009 et État d'urgence même s'il est sorti en août 2011 reprend les fondamentaux bayrouistes sur l'éducation, or, ils datent de 2007.

Plus fort, je suis allé sur la partie "Mes Convictions". Eh bien l'organisation de la page par entrée thématique est assez proche de mes prophéties favorites.

Bon, en principe, je ne suis pas censé me mêler des primaires socialistes, elles ne me regardent pas, mais si je devais y participer, pour être clair, ma voix irait certainement à Martine Aubry. Rien que pour faire ch... la gauchosphère blogosphère politique qui prend massivement parti pour François Hollande, déjà.

J'ai parcouru la page et plusieurs des différentes entrées. Bon, évidemment, Martine Aubry est une socialiste, donc, il ne faut pas s'attendre à des miracles, mais, il faut l'admettre, elle me paraît crédible (nettement plus qu'Hollande en tout cas) dans plusieurs domaines (sécurité, justice, particulièrement).

Toutefois, trop d'entrées sont bien trop peu étoffées : santé, agriculture, culture, par exemple. Et puis elles sont trop peu nombreuses.

Après, ce qui me gêne clairement aux entournures, c'est le financement de toutes ses propositions. Là, franchement, j'ai comme un doute, même si elle laisse à peu près clairement percevoir qu'elle compte augmenter plusieurs impôts...

Cependant, d'un point de vue purement humain, même si Hollande me fait souvent bien rigoler, j'ai une préférence pour Martine Aubry que je crois plus fiable que notre Batave national (oups, pardon, j'ai dérapé...). Bref, si jamais je me décide à faire une fausse déclaration (genre j'ai des valeurs de gauche sincère alors que je n'ai pas la moindre intention de voter pour un socialiste au premier tour, déjà qu'au second ce n'est même pas sûr...) et à dépenser l'euro réglementaire, sait-on jamais, il est assez probable que ce soit la Dame de Lille qui profite de mes bonnes dispositions...

09:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : martine aubry |  Facebook | | |

lundi, 05 septembre 2011

Montebourg a perdu la raison...

Ben tiens, l'ami Unhuman a bien raison : ils nous gonflent avec leurs primaires à la noix. Cela dit, ce n'est tout de même pas inintéressant de considérer ce que chacun des candidats dit. 

Je vois qu'on a perdu la raison au point de soutenir un démondialisateur, chez Melclalex...

Bon, il a peu de chance, le Montebourg : il en est réduit à répondre aux tweets des blogueurs !... J'ai toutefois jeté un oeil sur son projet pour l'école .

Il y a un sacré paquet de choses qui me hérissent, notamment, la volonté d'unifier la totalité du système scolaire et de faire disparaître toute forme de particularités. Cela va pour ma part, tout à fait à l'inverse de ce que je pense : jusqu'à un certain degré, je suis favorable à l'individualisation des parcours (pas le soupe hypocrite et infâme que nous sert Nonos-pipo Châtel, mais bien un projet soucieux du développement de chaque individu).

La seule mention du socle commun dont Montebourg veut faire la pierre angulaire de son projet pédagogique me donne des boutons. Mais, à côté de cela, je reconnais une véritable volonté de sa part de proposer un véritable développement des savoirs culturels qu'il n'oublie pas, en tête desquels il place...le latin ! Eh oui, le latin, parce qu'il lui reconnaît un statut fondateur pour la société dans laquelle nous vivons. On ne saurait mieux dire, et je partage évidemment son avis sur le sujet.

Les enseignants feront toutefois une drôle de tronche en constatant que comme Châtel (mais aussi le MoDem), il est fermement décidé à allonger l'année scolaire d'au moins deux semaines.

Personnellement, ce qui m'horripile dans son projet, c'est la volonté affichée de contraindre les familles et leurs enfants à rentrer dans les cadres très rigides qu'il veut communs à tous. Plus moyen de choisir son école, plus de classes profilées, un rejet pathologique de toute forme d'excellence.

Bon, j'avoue, à la page 102, j'ai craqué. Je n'ai pas continué la lecture, ça devenait vraiment indigeste. Plus de 100 pages d'un projet d'un socialiste, faut avoir la dose d'aspirire et de spasfon pour tenir...

23:59 Publié dans Education, Politique | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : montebourg, école |  Facebook | | |