Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 février 2017

Le pari de Marine Le pen

J'ai un souci avec Marine Le pen. En fait, je ne la déteste pas. Je ne la crois pas fondamentalement malhonnête (bon, il y a quand même le petit épisode de son garde du corps au Parlement européen, hein ?). Je pense qu'elle essaie de créer un parti de droite populiste et, pour ce faire, elle essaie de nettoyer le FN tant de ses éléments les plus extrémistes que des mesures programmatiques les plus rédhibitoires, aux yeux des Français du moins. On le voit avec l'euro dont la sortie automatique ne figure plus à son agenda ou encore la peine de mort à laquelle elle a pour l'instant renoncé. On voit aussi qu'elle s'entoure, comme dans les autres partis, d'énarques, de cadres administratifs, de polytechniciens et plus généralement d'une intelligentsia de haut niveau. 

Je concède aussi que c'est une femme intelligente et belle, charismatique et qu'elle a toujours de la tenue dans ses réunions, émissions et interventions politiques.

Le plus inquiétant, c'est que ce qu'elle dit n'est pas déconnant à 100%.

Jusque là, on pourrait se dire «Mais ? il nous fait une lune de miel avec le FN ou quoi ? Mẽrda, il est tombé amoureux de la Marine ?» . Non, les amis, pas du tout. Je ne suis pas dupe. Ok, tout le monde n'est pas à jeter au FN mais je n'oublie pas un certain nombre de fondamentaux.

Ce parti recèle encore un sacré ramassis d'antisémites, négationnistes, néonazis, intégristes et autres fumiers de tout poil. Dans un sondage qui a moins de deux ans, on voyait aussi que l'électorat du FN était celui qui comportait le plus d'électeurs antisémites (jugeant que les Juifs prenaient trop de place en France) : près d'un sur deux. C'est aussi au sein de ce parti que s'étalent au sens propre (lors des événements et des meetings) tout une littérature révisionniste (avec ses maisons d'édition spécialisées).

Tout cela, je ne l'oublie pas.

Je donne quitus à Marine Le pen de ses efforts pour tenter de nettoyer les écuries d'Augias mais je constate que le compte est encore loin d'y être.

Et puis quand je lis les 144 propositions, quand j'ai dit qu'elle n'était pas déconnante à 100% ça ne veut pas dire que tout est sensé pour autant.

Le plus délirant, c'est sur l'immigration. Plus de double-nationalité extra-européenne ? Ah ? Et les couples franco-russes, par exemple, puisque Madame Le pen est une grande amie de Poutine, ils feront quoi ? Idem pour les franco-américains, et cetera, je peux allonger la liste. 10 000 étrangers sur le sol français par an ? Bon, on chasse tous les expatriés et les étudiants étrangers alors ? Voilà une mesure authentiquement délirante.

Tout le caractère protectionniste de son programme fait plus que de m'inquiéter : je me demande si elle a percuté qu'à chaque mesure protectionniste de la France correspondra une mesure similaire chez nos partenaires avec toutes ses conséquences sur nos exportations et donc l'emploi.

Autre chose : Marine Le pen a l'air de penser qu'elle pourra imposer aux banques leurs taux d'intérêt quand elles font des prêts. Je me demande si elle a bien compris comment marche une banque. C'est bien simple : soit elle peut rentrer au minimum dans ses fonds soit elle ne le peut pas et dans ce cas, elle ne prête pas. Au pire, si on la force à prêter, elle cesse ses activités dans le pays où elle est active et/ou s'expatrie. Résultat des courses : assèchement généralisé du crédit. Beau résultat.

 Je vois beaucoup d'État dans le projet de Madame Le pen. A-t-elle songé qu'il ne faudrait pas le confondre avec la hotte du Père Noël et que toutes ses interventions ont un coût ? Comme je ne vois pas d'autres biais que l'impôt ou la création monétaire (mais si elle n'est pas adossée à de la création de richesses elle aboutit à une dévaluation et donc à une baisse sauvage du pouvoir d'achat), je dois dire que je serais passablement angoissé si elle devait arriver au pouvoir.

Supprimer l'AME, banco sur le plan sanitaire : les clandestins qui ne pourront plus se soigner deviendront contagieux et des formes résistantes de pandémie pourraient se répandre sur tout le territoire national. Quand le cauchemar devient réalité. Bravo, Madame Le pen, pour votre méritoire roman d'anticipation...

Je tape là où cela fait mal, mais dans le reste de son programme, il y a pas mal de choses qui sont loin d'être idiotes. Le problème, c'est qu'elles relèvent quand même pas mal de voeux pieux avec un État devenu impuissant. Car c'est bien ce que je crains qu'il adviendrait à un État Front National.

Dernier point, et cela touche la santé : apparemment la filière biologique, cela n'existe pas en France, si l'on en croit son programme. Pas un mot dessus. Or, en termes de santé, vu les ravages créés par les pesticides et les adjuvants les plus nocifs dans la production alimentaire française, il faudrait un tantinet s'en préoccuper, non ?

mardi, 31 janvier 2017

Affaire Fillon, le FN fait profil bas...

Il y en a qui n'ont honte de rien. Il suffit de lire les justifications de Catherine Griset, l'assistante parlementaire ectoplasmique de Marine Le pen pour s'en convaincre. Je crois halluciner.

Qu'on lise donc ses justifications : on ne la voit jamais à Bruxelles ? Pas de loyer, pas de facture ? Pas trace ou presque de sa présence dans l'hémicycle européen ? Ah, ben elle a dormi sur un canapé-lit et elle était logée chez des amis. Quant au Parlement, elle y entrait par le parking. Mais oui, bien sûr...

Foutage de gueule.

Fillon, Marine Le pen, tous dans le même sac. Des centaines de milliers d'euros détournés en salaires fictifs. Et apparemment, les autres parlementaires FN à Bruxelles mangent à la même auge. Il y en a cinq qui sont dans le viseur de l'Office européen de la lutte anti-fraude.

Le système de défense de Marine Le pen et de François Fillon est juste minable. Ils crient au complot politique, mais la vérité, c'est que ce sont des malhonnêtes. Ils exigent des efforts du peuple, dénoncent les assistés de toutes sortes, mais ils se servent dans la poche des contribuables.

On en trouve à droite pour cracher sur Bayrou, mais je l'ai déjà dit et écrit ici : ce gars-là a le souci du peuple, il ne lui marche pas sur la tête, et il est irréprochable.

Attendons de voir ce qui va tomber sur Hamon et Macron. Je souhaite sincèrement qu'il n'y ait rien, pour le bien de la France et la vie politique française.

23:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marine le pen, fillon |  Facebook | | |

lundi, 30 novembre 2015

Le FN est-il aux portes du pouvoir ?

Je suis les sondages et la montée en puissance depuis longtemps déjà et je vois bien que ce que j'ai prophétisé se concrétise, désormais. Ce qu'indiquent les dernières études d'opinion c'est que le Front National devient capable de remporter des duels de second tour à grande échelle. C'est un basculement probablement irréversible et très instructif en vue de la prochaine présidentielle.

Je réitère ma mise en garde : je suis convaincu que Hollande ou Sarkozy perdront contre Marine Le pen s'ils l'affrontent à la prochaine présidentielle. Hollande (ou Valls) est déjà donné perdant dans les derniers sondages. Sarkozy jusqu'ici l'emportait, mais c'est sans compter la détestation dont il fait l'objet à gauche et le siphonnage de ses voix par le FN. En pleine campagne, avec l'agitation qui le caractérise, je crains fort qu'il ne perde pied d'autant qu'il est comptable au moins autant que Hollande à la France de la situation dans laquelle elle est aujourd'hui.

Je suis très sceptique devant la popularité de Juppé. Toutes les personnalités politiques qui ne s'expriment que peu ou ne prennent pas de position tranchée publiquement, en entrant dans le débat politique, sont populaires.

Que va-t-il se produire quand il va devoir entrer en campagne ? Son livre de cet été augure très mal de ce que cela va donner. On voit qu'en matière d'éducation, c'est le de "gauche-like". Je pense que ce ne sera pas le seul domaine où il ne sera guère innovant. La posture du vieux sage n'est pas une garantie de représentation. Pour moi, il ne tient pas la route.

Il y en a qui pourrait vraiment faire échec à Marine Le pen, c'est Bayrou. Mais à un certain nombre de conditions.

Bayrou est un homme positionné dans le débat politique. On sait qu'il a des avis tranchés et exprimés, chose importante en politique. C'est également le seul à s'être emparé d'un thème "national" pendant la dernière présidentielle et à pouvoir parler de la nation sans qu'on le soupçonne de chercher à récupérer l'électorat du Front National. On le sait sincère, c'est très important.

L'obstacle principal, c'est son absence de troupes. Pour que les centristes puissent espérer survivre il leur faut se ranger derrière un leader charismatique qui a fait ses preuves. Seul Bayrou peut assumer ce rôle. L'UDI doit comprendre qu'il faut en finir avec les rancoeurs du passé et que dans l'adversité, il faut se serrer les coudes entre modérés. Le bon sens serait de se rallier à Bayrou sans condition et de le soutenir désormais.

Ce ne sera pas encore suffisant. Le programme de Bayrou a besoin d'un sérieux dépoussiérage. J'écoute de temps en temps les élus du MoDem et le Béarnais et je le dis sans ambages : ils tournent en rond. Ils tiennent le même discours depuis 2007 sur l'union, les guerres ineptes des camps et cetera. Le tourne-disque est rayé depuis un moment, il faut changer de refrain.

Il faut définir un nouveau programme, prenant ses racines dans l'ancien, capable de parler d'identité et de nation avec intelligence. Cela, seul Bayrou sait le faire vraiment. Ce programme doit être lié à l'Europe, mais, au sujet de cette dernière, il faut cesser de faire des concessions et repousser avec force, désormais, tout ce qui n'est pas démocratique, tout ce qui s'apparente à une oukaze venue du haut. Le programme européen du centre est donc à repenser également et ne peut plus se satisfaire de co-gestion.

Bref, il faut avoir un discours fort, honnête, intelligent et innovant. Bayrou est capable de tout cela. La tache est difficile, mais il faut bien penser qu'en face, il y a les menteurs (Socialistes, Les Républicains) et les fous furieux (Nationalistes)...

10:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : fn, bayrou, marine le pen |  Facebook | | |

jeudi, 12 février 2015

Cent contre un que le FN n'appliquerait pas son programme !

Cela prend du temps de passer en revue tout le programme du Front National, mais il y a quelques points au moins sur lesquels je peux m'arrêter.

Pour cela, je prends l'hypothèse dans laquelle Marine Le pen remporterait l'élection présidentielle de 2017.

Son premier obstacle serait d'obtenir une majorité politique : le FN ne prospère que sur l'opposition du PS et de l'UMP et/ou des centristes (MoDem, UDI). Que l'un ou l'autre vienne à tomber faute de suffrages suffisants, ou que des désistements d'efficacité se produisent par accord entre cees partis afin que chacun puisse avoir des représentants à l'assemblée nationale, et il ne resterait alors au mieux qu'un gros tiers de députés au FN.

Admettons qu'il passe cet écueil.

Qui croit alors un seul instant que la France quitterait l'euro ? Non seulement les Français y sont très majoritairement opposés, mais les coûts de conversion seraient tels que nos finances n'en auraient pas les moyens. Il faut bien voir à ce sujet que la venue d'un parti d'extrême-droite, fût-il policé, provoquerait une fuite de capitaux sans précédent dans notre pays.

Avant même d'être élue, Marine Le pen serait contrainte à essayer d'éteindre les incendies partout où il se produirait. Les Français qui votent FN n'ont pas l'air de comprendre ce qu'est un pays endetté à genoux financièrement : ils seraient inspirés de bien observer ce qu'il s'est produit dans les pays qui ont vécu une semblable aventure.

Quant à l'immigration, ce serait comique si ce n'était pas déjà tragique. Renvoyer les immigrés dans leurs pénates déstabiliserait d'un coup toute la structure de l'emploi et de l'économie avec une quantité effarante d'emplois qui cesseraient d'être pourvus. Plusieurs entreprises seraient profondément déstabilisées et le PNB de la France en souffrirait durablement. Du côté de l'islamisme, il y a de telles convergences entre islamisme modérée et front national sur les valeurs que je n'imagine pas que l'un et l'autre se tiennent durablement éloignés. Ils se retrouveront et s'embrasseront, c'est à peu près fatal. Voyez d'ailleurs, les précautions oratoires de Marine Le pen avec le vote musulman conservateur français qu'elle espère pouvoir conquérir en raison de la communauté de leurs valeurs, voile excepté.

Même en sortant de l'Europe, le contrôle des frontières ne serait pas si aisé que le FN se l'imagine. En réalité, à moins de perturber considérablement les échanges et les déplacements, il ne serait guère plus efficace que ce qu'il est maintenant. Le FN pourra tenter de stopper complètement l'immigration et renvoyer les clandestins de toutes sortes, mais cela coûtera très cher au pays (je ne dis pas qu'il ne faut pas le faire, je dis qu'il faut cesser de faire croire aux Français que cela puisse être une économie !...).

Enfin, la gauche du PS ne fera pas de cadeau au FN. Il n'y aura pas de compromis et des manifestations monstres sont à prévoir. Si le FN choisit la manière forte, il court le risque d'enfoncer le pays dans la guerre civile d'autant que les Français peuvent être très teigneux avec leurs dirigeants quand ils n'en veulent plus.

Même s'il ne faut pas sous estimer le cire-pompisme et l'obséquiosité des administrations envers le pouvoir quel qu'il soit, je pense que le FN aura du mal à trouver suffisamment de cadres pour faire fonctionner la haute-administration, et je ne parle pas de l'Éducation Nationale qui sera quasi-unanimement hostile au nouveau gouvernement.

Bref, en arrivant au pouvoir, Marine Le pen pourrait hériter d'un pays ingouvernable...

Mon moment de politique fiction, mais à méditer malgré tout...

16:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : fiction, marine le pen, 2017 |  Facebook | | |

lundi, 19 mai 2014

Marielle de Sarnez, l'anti Marine Le pen

Je sais que Marielle de Sarnez et Marine Le pen ne se présentent pas dans la même circonscription européenne mais j'ai choisi de les comparer parce qu'elles représentent, me semble-t-il, deux figures radicalement opposées en politique. 

J'ai achevé la lecture de l'Urgence européenne, et je crois que Marielle de Sarnez y énonce un principe très fort qui est aux antipodes des convictions des Le pen, père et fille. Un jour, Jean-Marie Le pen a déclaré « je préfère mon frère à mon cousin », « mon cousin à mon voisin » et « mon voisin à un étranger »… C'est la vision des Le pen. Des identités exclusives les unes des autres, ou, tout du moins, qui s'affrontent. Quelle meilleure réponse que celle de Marielle déclarant à la page 17 de son livre :

On vit dans un monde où l’on peut additionner les appartenances, les citoyennetés. Ainsi, je me sens citoyenne de ma ville, de mon pays, de l’ensemble européen mais aussi du monde.

Nous sommes avec cette déclaration au coeur même du principal affrontement de cette campagne. Le FN, ses électeurs, les Le pen, pensent que l'Europe est mauvaise, qu'elle est une nuisance pour la France parce qu'ils n'imaginent pas la France dans l'Europe. Ils se perçoivent comme Français et exclusivement Français et non comme Français au même titre qu'ils sont Européens. Et pourtant, ces deux identités existent, coexistent, même sans qu'elles soient d'une quelconque manière une menace l'une pour l'autre. 

L'Europe est forte de ses nations et les nations européennes sont fortes de l'Europe.

Marine Le pen essaie de constamment maintenir les Français dans la peur de l'Europe, de nos plus proches alliés et nos plus anciens amis. Ne trouve de grâce à ses yeux que Poutine dont on voit l'exercice du sentiment démocratique tous les jours dans son propre pays...

Qui préfère vivre dans la Russie de Poutine qu'en France ?

Mais Marielle de Sarnez, c'est aussi l'anti-européisme. L'européisme, ce sont les Bolkenstein, les Barroso, les technocrates qui sont constamment dans le déni du fait national et se méfient des peuples.

A cela, Marielle de Sarnez oppose le principe le plus fondateur de la démocratie sociale à laquelle aspirent les centristes et les libéraux en général : la subsidiarité.

La subsidiarité c'est quoi ? La subsidiarité, c'est de vouloir que ce ne soit pas l'échelon supérieur qui décide systématiquement ce qui est bon pour l'échelon local. En réalité, c'est le local qui sait ce qui est bon pour lui, et c'est donc à lui que revient la première décision. Et une démocratie qui fonctionne bien donne les pouvoirs nécessaires à chacun des échelons dans son rayon d'action.

Ainsi, Marielle de Sarnez est à équidistance de deux menaces : le repli identitaire d'un côté, et son effacement de l'autre.

Ce que je dis de Marielle parce que j'ai lu son livre (et les précédents, d'ailleurs) vaut pour l'UDI-MoDem dans son ensemble. Tout le projet est imprégné de ces deux principes fondateurs.

dimanche, 24 février 2013

Le FN est-il soluble dans la démocratie ?

La mutation que Marine Le pen a imposé à son parti mérite, me semble-t-il, de me poser une question qui ne m'avait jamais traversé l'esprit tant que Jean-Marie Le pen dirigeait ce parti.

Jean-Marie Le pen, de mon point de vue, est profondément rattaché à l'extrême-droite de l'après-guerre ; celle-là même qui avait collaboré, soutenu le vichysme et dont une partie ne s'était ralliée au Général de Gaulle qu'en 1943 et 1944 voire après-guerre.

Je n'ai jamais eu confiance dans cet homme-là et j'ai toujours été persuadé qu'une fois au pouvoir il aurait au mieux limité au pire supprimé les institutions démocratiques. En aucune circonstance, quel que soit son adversaire il n'eût été envisageable de voter pour lui, même avec un représentant de Lutte Ouvrière ou quelque chose de ce genre en face.

Je continue à me défier grandement du Front National parce que nombre de ses cadres ont accompagné sans états d'âme les dérives infâmantes de cet homme-là.

En revanche, je crois Marine Le pen démocrate sincère, contrairement à son père, et certainement plus droite qu'elle. Oh, bien  sûr, ce n'est à l'évidence pas la même démocratie que la mienne (que penser d'une démocratie dont les principaux alliés seraient la Russie de Poutine et la Chine au parti unique despotique, comme cela figure dans le programme du FN ?) mais une démocratie tout de même. Sans doute avec une très forte composante populiste, évidemment.

Contrairement à son père, Marine Le pen n'est pas obnubilée par l'antisémitisme ou par une quelconque forme de racisme. Je ne le crois pas. Ceci ne l'empêche pas d'appuyer une bonne partie de ses thèses sur un sentiment xénophobe et de chercher ainsi à diviser le pays.

Le souverainisme et le protectionnisme (tout relatif, au demeurant) que prône MLP sont bien sûr aux antipodes du libéralisme centriste que je défends.

Cela dit, si je considère l'opinion que j'ai de MLP, elle est relativement neutre. Je ne me reconnais pas dans la diabolisation infiniment maladroite à laquelle se livre la sphère médiatique à son encontre. Cette diabolisation n'a pas d'objet, n'a pas lieu d'être parce que le projet politique du FN est rentré dans la sphère démocratique et qu'il faut désormais le combattre comme un projet politique et pas autrement.

Je l'ai dit, jamais par le passé, même en pensée, je ne me serais imaginé accorder ma voix à JMLP et ce, dans toutes les circonstances possibles et imaginables. Mais aujourd'hui, si je me pose la même question pour MLP, ma réponse n'est pas négative dans toutes les configurations. Dans tous les duels qui l'opposeraient à un représentant de la sphère modérée de l'espace politique (PS, Verts, MoDem, UDI, UMP et même sans doute PC qui est devenu un parti de gouvernement au fil du temps) elle serait perdante mais, face aux forces qui se situent sur les bords extrêmes, je crois par exemple que je voterais pour MLP plutôt que de laisser passer un représentant du NPA (a fortiori de LO) et tous ses discours haineux contre les "riches" (on est toujours le riche de quelqu'un...).

Si je considère les 60 dernières années, j'observe qu'aucun pays où les communistes ont pris le pouvoir n'est devenu une démocratie mais qu'au contraire la tyrannie s'y est exercée parfois avec une brutalité inouïe comme en Corée du Nord ou au Cambodge. Mais si l'on considère les extrême-droite là où elles ont eu le pouvoir, principalement en Amérique du Sud, le sadisme inconcevable avec lequel leurs polices politiques ont traité leurs opposants est à faire gerber.

Depuis la chute du mur de Berlin, en Europe, les choses ont toutefois évolué : dans plusieurs pays d'Europe occidentale les anciens communistes ont repris le pouvoir, je pense en particulier à la Pologne. Mais ils n'avaient gardé de communistes que le nom et s'étaient mués en partis socialistes ou sociaux-démocrates traditionnels. Il s'est produit à peu près la même chose en Amérique du Sud ou Lula s'est montré un dirigeant social-démocrate exemplaire, de même que Correa, l'actuel dirigeant de l'Équateur, et même Chavez dont j'ai gardé en mémoire la tentative de putsch a, pour sa politique intérieure, globalement respecté son opposition sans user de ses forces intérieures pour la museler.

Pour l'extrême-droite, il y a eu Jorg Haider en Autriche, mais, recadré par l'Europe : il a dû se résoudre à respecter toutes les formes démocratiques. Les frères Kaczynski en Pologne me sont toujours apparus faire partie de cette droite extrême qui s'accomode très facilement des nationalistes et des forces d'extrême-droite en général. En dépit de leurs tentatives, ils ont aussi dû se résoudre à évoluer dans des cadres démocratiques.

Si j'exclus radicalement le NPA c'est que j'ai lu dans leur programme qu'une épuration politique est prévue dans les médias de même qu'un programme d'expropriation. Il y a des choses similaires dans celui du Front de Gauche. Rien de tel dans celui du FN. Voilà pourquoi ces deux partis me paraissent, au moins sur leur base programmatique, bien plus dangereux que le FN. Quant à LO, pour moi, ce sont des Khmers rouges. Les plus idéologues et dangereux, capables de créer des camps de concentration en France. Les pires.

Je ne suis pas certain de savoir ce que je ferais exactement si c'était Mélenchon qui se trouvait en face. Depuis que j'ai lu dans le détail le programme du Front de Gauche, et, après avoir écouté les interventions de Mélenchon (notamment sur Cuba) ces dernières années, je me défie de plus en plus de l'individu.

Bref, qu'un centriste déclare cela, c'est dire la mutation opérée par MLP dans le paysage politique.

De parti à parti, c'est plus difficile : j'ai vraiment une très mauvaise opinion du FN, même face à un candidat NPA. Si le cas de figure se produisait, ce serait à considérer au cas par cas de mon point de vue, et, en principe, face à un candidat front de gauche, il y aurait de bonnes chances que je choisisse le second à condition de ne pas avoir affaire à un chasseur de koulaks (je m'appuierais alors sur ses écrits, ses déclarations et ses prises de distance ou non par rapport au programme de son parti comme a pu le faire par exemple Onfray).

Je pense que le choix se ferait sur la base suivante : tout individu issu de la mouvance skinheads, PFN, négationniste, soralienne, nouvelle droite, grèce et cetera se verrait à peu près assuré d'avoir mon vote contre lui. Mais si en face il devait y avoir des islamo-gauchistes ou des révolutionnaires antisionistes et compagnie, même chose. Bref, ce serait au cas par cas avec une forte probabilité de bulletin blanc compte-tenu du parcours ordinaire des gens qui se trouvent sur ces deux bords.

dimanche, 23 septembre 2012

Voile et kippa, le faux-pas de gauche de Marine Le pen

On a dit parfois que Marine Le pen avait emprunté en certaines circonstances la phraséologie de la gauche de la gauche mais là, bingo, elle a touché le gros lot en comparant la kippa et le voile islamique.

Le raisonnement est simple : les islamistes nous emmerdent avec leur voile, car il est contraire à notre tradition humaniste (en effet, il signifie que la femme doit se garder de tenter l'homme, ce qui la ramène à la condition d'objet sexuel avant toutes choses pour son seigneur et maître...) donc, il faudrait faire chier les Juifs qui n'ont rien demandé avec leur kippa, le tout sous prétexte que ce serait des signes extérieurs d'appartenance religieuse.

Alors, là, la réacopsphère a toussé : côté philosémite comme l'Didier on lui a soufflé dans les bronches tandis que côté facho, conspirationniste  et antisioniste (quand ce n'est pas antisémite) façon Hoplite ou encore fdesouche on se pâmait d'aise à l'inverse.

La manière de raisonner qui consiste à appliquer une mesure à toutes les minorités pour ne pas faire de jaloux sans se préoccuper du fond, c'est un bien un truc de gauche, ça. Du coup, c'est trop drôle de voir Valls lui répliquer en assurant que les Juifs pouvaient porter tranquillement leur kippa en France (ce qu'ils font depuis des siècles en Europe au demeurant).

Au passage, le port du voile n'est pas même une spécificité de l'Islam : c'est une pratique locale issue des déserts d'Arabie qui s'est progressivement répandue dans tout l'Islam et dont les esprits les plus réactionnaires ont fait un étendard.

La kippa, elle, n'a d'autres buts que de rappeler au fidèle que l'Éternel est l'autorité suprême. Rien de gênant, me semble-t-il dans notre civilisation imprégnée de droit, de liberté  et de justice.

Eh oui, les amis, tous les signes religieux ne se valent pas. Dur à admettre pour notre République qui se veut une et indivisible et se refuse donc à établir quelque forme de préférence que ce soit.

Masi voilà, l'impartialité ne signifie pas l'abolition du jugement. S'il a fallu casser les pieds des Catholiques et des Juifs à cause du foulard, extension avancé du voile et de la burka, la dernière fois, les juristes français ne s'y sont pas trompés et ils ont ciblé la burka toute seule avec l'interdiction de masquer son visage en public. 

Il ne restera plus que le carnaval aux intégristes...

mercredi, 21 mars 2012

Marine Le pen s'inquiète de l'influence du Qatar ? Mais quelle incompétente !

Elle est vraiment nulle à ch..., la Marine. Désolé d'être aussi brutal, mais larmoyer sur le développement du fondamentalisme en France tout en pointant du doigt le Qatar, faut vraiment être nullasse en géostratégie. 

Le Qatar est l'un des pays du Golfe les plus libéraux sinon le plus libéral. A ma connaissance, c'est le seul où une femme a le droit de s'habiller comme bon lui semble et peut conduire si ça lui chante sans autorisation de son mari.

Le Qatar a une ambition diplomatique forte qui passe notamment par l'exercice d'un soft power particulièrement malin et astucieux (à preuve l'influence de la chaîne Al-Jazeera) mais on ne peut vraiment pas dire qu'il finance le salafisme. Et encore moins le salafisme d'obédience révolutionnaire (celui qui commet des attentats et dont se réclame Al Qaeda).

Les pays qui alimentent particulièrement salafisme et terrorisme, on les connaît : Arabie Saoudite, Pakistan et Afghanistan. Les premiers fournissent l'idéologie et des financements privés, les seconds l'enseignement et des terrains d'entraînement.

Elle a peur de quoi, Marine Le pen ? Que les joueurs du PSG se laissent pousser la barbe et mangent hallal ? 

Là, je crois qu'elle a vraiment touché le fond du ridicule. 

Quant aux investissements qataris dans les banlieues françaises, ils s'apparentent plutôt à une opération de ressources humaines que d'évangélisation islamiste.

Quant on prétend vouloir représenter un jour la France, on essaie de maîtriser un minimum les fondamentaux de la diplomatie. 

Quelle nullasse !

23:55 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : qatar, marine le pen |  Facebook | | |

lundi, 13 février 2012

Un déni de démocratie ?

L'appel de François Bayrou afin que Marine Le pen puisse se présenter a fait couler de l'encre. Je n'ai pour ce qui me concerne aucune forme de sympathie pour la lider maximo du FN, mais force est de constater qu'elle représente un fort courant d'opinion au sein de la société française.

Dès lors, c'est tout de même gênant que quelqu'un qui représente entre 15 et 20% de l'opinion ne puisse s'exprimer. Cette règle des 500 signatures d'élus est aussi archaïque que le scrutin majoritaire à deux tours. Elle amène de facto à exclure de la sphère politique tous ceux qui ne rentrent pas dans les clous, quelle qu'en soit la raison. 

Il est donc grand temps de songer à mettre en place une procédure de substitution. Une pétition de 500 000 citoyens, par exemple.

Au passage, si les élections se faisaient au scrutin proportionnel, le problème ne se poserait sans doute pas.

lundi, 30 janvier 2012

Ça sentait le facho à plein nez à Vienne...

Je me suis déjà exprimé ici sur l'Autriche (faudrait que je retrouve le billet). Ce pays n'a pas été dénazifié en 1945 parce qu'il était sur une ligne de fracture Est/Ouest. Du coup, tous les nazis ont pu s'y planquer, et, aujourd'hui, ils paradent dans les palais impériaux, cachant à peine leur idéologie.

Si on avait pendu ce qu'il fallait de dignitaires nazis et traité l'Autriche comme un pays vaincu, et non annexé en 1946, Marine Le pen n'aurait pas trouvé de cavalier à Vienne.

On peut toujours trouver évidemment des individus recommandables parmi ceux qui ont fait partie des corporations pangermanistes qui se réunissent lors de cet évènement annuel, il n'en reste pas moins que la majorité mérite son certificat de facho aussi authentique que patenté.

Je connais l'Autriche. A moins d'1 kilomètre de Mathausen, personne ne sait où cela se trouve. Cela ne me fait pas rire, et c'est la vérité. Dans le musée de l'armée de Salzbourg, un soldat en tenue flambante du 3ème reich trône juste à côté de la salle de torture. 

Quand j'étais bien plus jeune, j'avais avec un pote de circonstance dragué deux Autrichiennes à la sortie d'une discothèque : engageant la conversation, je leur avais demandé ce qu'elles pensaient de Kurt Waldheim qui faisait alors l'objet d'une polémique. Tout en se déclarant social-démocrates, elles n'avaient trouvé que des mots pour le défendre. On n'a pas fini la nuit ensemble, c'est clair. On a parfois l'impression que "facho" et Autrichien, c'est quasi-consubstantiel.

A Saint-Wolfgang, quand on se promène dans les rues qui sentent leur petite Suisse bien propette, les regards fuyant derrière les rideaux à l'affût de la délation dévoilent le fond de l'esprit autrichien.

Il reste, heureusement, des Autrichiens aussi aimables qu'admirables, mais là-bas, il faudrait un méga grand coup de torchon pour faire du nettoyage. Il y a de la saleté qui s'y est stratifiée depuis 1945, et, depuis que ça dégèle, ça commence à rentrer en putréfaction.

Ce qui est drôle, ce sont les efforts de Marine Le pen pour dédiaboliser le FN tout en se rendant à naziland faire quelques pas de valse.

Les mecs qui organisent ces bals, ils ont quand même proposé Rudolf Hess, dauphin de Hitler en 1939, comme candidat à titre posthume pour le prix Nobel de la paix.

Je pense que Marine Le pen sera désormais dispensée de refaire une demande de visa pour Israël : pas la peine de chercher à dédiaboliser son parti, et puis...il doit y avoir trop de Kahn, là-bas, son père pourrait s'en trouver indisposé...