Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« L'Arabie Saoudite et Daech | Page d'accueil | Agriculture biologique contre agriculture polluante »

lundi, 30 novembre 2015

Le FN est-il aux portes du pouvoir ?

Je suis les sondages et la montée en puissance depuis longtemps déjà et je vois bien que ce que j'ai prophétisé se concrétise, désormais. Ce qu'indiquent les dernières études d'opinion c'est que le Front National devient capable de remporter des duels de second tour à grande échelle. C'est un basculement probablement irréversible et très instructif en vue de la prochaine présidentielle.

Je réitère ma mise en garde : je suis convaincu que Hollande ou Sarkozy perdront contre Marine Le pen s'ils l'affrontent à la prochaine présidentielle. Hollande (ou Valls) est déjà donné perdant dans les derniers sondages. Sarkozy jusqu'ici l'emportait, mais c'est sans compter la détestation dont il fait l'objet à gauche et le siphonnage de ses voix par le FN. En pleine campagne, avec l'agitation qui le caractérise, je crains fort qu'il ne perde pied d'autant qu'il est comptable au moins autant que Hollande à la France de la situation dans laquelle elle est aujourd'hui.

Je suis très sceptique devant la popularité de Juppé. Toutes les personnalités politiques qui ne s'expriment que peu ou ne prennent pas de position tranchée publiquement, en entrant dans le débat politique, sont populaires.

Que va-t-il se produire quand il va devoir entrer en campagne ? Son livre de cet été augure très mal de ce que cela va donner. On voit qu'en matière d'éducation, c'est le de "gauche-like". Je pense que ce ne sera pas le seul domaine où il ne sera guère innovant. La posture du vieux sage n'est pas une garantie de représentation. Pour moi, il ne tient pas la route.

Il y en a qui pourrait vraiment faire échec à Marine Le pen, c'est Bayrou. Mais à un certain nombre de conditions.

Bayrou est un homme positionné dans le débat politique. On sait qu'il a des avis tranchés et exprimés, chose importante en politique. C'est également le seul à s'être emparé d'un thème "national" pendant la dernière présidentielle et à pouvoir parler de la nation sans qu'on le soupçonne de chercher à récupérer l'électorat du Front National. On le sait sincère, c'est très important.

L'obstacle principal, c'est son absence de troupes. Pour que les centristes puissent espérer survivre il leur faut se ranger derrière un leader charismatique qui a fait ses preuves. Seul Bayrou peut assumer ce rôle. L'UDI doit comprendre qu'il faut en finir avec les rancoeurs du passé et que dans l'adversité, il faut se serrer les coudes entre modérés. Le bon sens serait de se rallier à Bayrou sans condition et de le soutenir désormais.

Ce ne sera pas encore suffisant. Le programme de Bayrou a besoin d'un sérieux dépoussiérage. J'écoute de temps en temps les élus du MoDem et le Béarnais et je le dis sans ambages : ils tournent en rond. Ils tiennent le même discours depuis 2007 sur l'union, les guerres ineptes des camps et cetera. Le tourne-disque est rayé depuis un moment, il faut changer de refrain.

Il faut définir un nouveau programme, prenant ses racines dans l'ancien, capable de parler d'identité et de nation avec intelligence. Cela, seul Bayrou sait le faire vraiment. Ce programme doit être lié à l'Europe, mais, au sujet de cette dernière, il faut cesser de faire des concessions et repousser avec force, désormais, tout ce qui n'est pas démocratique, tout ce qui s'apparente à une oukaze venue du haut. Le programme européen du centre est donc à repenser également et ne peut plus se satisfaire de co-gestion.

Bref, il faut avoir un discours fort, honnête, intelligent et innovant. Bayrou est capable de tout cela. La tache est difficile, mais il faut bien penser qu'en face, il y a les menteurs (Socialistes, Les Républicains) et les fous furieux (Nationalistes)...

10:44 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : fn, bayrou, marine le pen |  Facebook | | |

Commentaires

"je suis convaincu que Hollande ou Sarkozy perdront contre Marine Le pen s'ils l'affrontent à la prochaine présidentielle. "

==> je pense comme toi, l'Héré


"Sarkozy jusqu'ici l'emportait, mais c'est sans compter la détestation dont il fait l'objet à gauche"

==> +1


"il est comptable au moins autant que Hollande à la France de la situation dans laquelle elle est aujourd'hui."

==> +1000


"Je suis très sceptique devant la popularité de Juppé. "

==> je partage ton scepticisme à 100%

Écrit par : Le Parisien Libéral | lundi, 30 novembre 2015

La suite de ton post pose probleme : tu oublies que Bayrou est méprisé à gauche (il est vu comme un homme de droite, ce qu'il est malgré tout) et haï chez les Sarkozystes.

Le Modem doit faire monter en puissance une personnalité neuve, intéressante, radicale sans être extrémiste, et qui a le potentiel pour être une nouvelle Thatcher : c'est l'euro députée Sylvie Goulard.

Écrit par : Le Parisien Libéral | lundi, 30 novembre 2015

Je ne suis pas républicain, donc ce qui va sortir des urnes ne me concerne pas. Mais il me semble que dans une démocratie le choix du peuple fait loi. S'il veut le FN, c'est son droit le plus strict. Non ?

Écrit par : Koltchak91120 | lundi, 30 novembre 2015

@Parisien
T'es quand même pas sérieux avec Sylvie Goulard ? Tu veux qu'on fasse 0.00000001% ou quoi ? Elle est bien sympathique mais elle est inconnue du grand public et même d'une partie des spécialistes.
Quant au MoDem, monter en puissance...T'as le sens de l'humour. Essayer d'exister serait un premier pas :-)
@Koltchack
Cela va de soi même si je vais m'employer, à mon tout petit niveau, à essayer de les convaincre de solutions meilleures que MLP et le FN.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 30 novembre 2015

Les problèmes de Juppé ? Il est lié au processus des primaires ; quand bien même il les remporterait, il devrait composer avec des sarkozystes et la frange dure de la droite LR, à moins que l'on assiste à un réveil des modérés et à une recomposition du centre de l'échiquier... Alors bien sûr, s'il passe, la situation sera assez différente de celle que propose un second tour NS/FH et surtout NS/MLP ou FH/MLP ; on peut estimer qu'il a compris l'erreur de Chirac après 2002 (avoir répondu "business as usual" à cette élection si particulière - hélas, 2017 peut beaucoup lui ressembler) ; mais quel visage aura sa majorité ? Son gouvernement ? On attend encore la suite de son programme...
Il reste un candidat qui peut faire bouger les masses électorales.

Sarkozy ? Il est autant sinon plus détesté que Le Pen, à gauche par exemple. Juppé essaie de former un programme et une approche relativement "consensuels" (avec parfois des défauts étonnants liés à cette tentative, par exemple en ce qui concerne l'éducation) depuis son positionnement politique, qui permettraient de ne pas considérer un second tour AJ/MLP comme le symptôme d'un blocage. Un second tour NS/MLP, en revanche, est une impasse et je puis vous dire, pour lire beaucoup d'électeurs de gauche (certes issus des électorats des professions de l'enseignement), que l'état d'esprit ne sera pas le même que celui de 2002 chez ces concitoyens. (Je m'étonne parfois de lire des gens "de gauche" m'expliquer que ce n'est pas trop grave si Le Pen passe, mais bon, passons.).

@Le Parisien Libéral : "il est vu comme un homme de droite, ce qu'il est malgré tout" Ce n'est pas vraiment ce qui ressort le plus de ce que je lis. C'est plutôt la perception que les gens de gauche ont de ses conceptions européennes qui fait réagir lorsqu'on parle de lui. Aux yeux de certains, au Modem, nous serions eurobéats face à l'UE telle qu'elle est. A gauche, beaucoup d'électeurs des générations politiques qui ont connu le référendum de 2005 et ont voté "non", ont le Traité de Lisbonne au travers de la gorge, et tendent à mettre très vite tous les gens des autres bords presque dans le même paquet en ce qui concerne l'UE.
A part cela, au moins du côté de certains électorats enseignants, l'opposition de Bayrou à la réforme du collège est connue et appréciée ; plus appréciée en tout cas que celle d'un Le Maire ou d'autres hommes politiques dont les propositions ne passent pas vraiment (surtout, évidemment, à gauche).

"L'UDI doit comprendre qu'il faut en finir avec les rancoeurs du passé et que dans l'adversité, il faut se serrer les coudes entre modérés."
-> Que l'UDI soutienne Bayrou serait en effet le premier pas. En 2012, ne pas être soutenu par une plus large partie des représentants du centre-droit a nui à Bayrou (et au centre - désolé pour mon franc parler, mais chaque fois qu'un UDI me dit que le problème vient du Modem/de Bayrou, je rigole en repensant aux stratagèmes de ce qui allait devenir le Nouveau Centre en 2007 et aux choix stratégiques d'un Borloo et d'un Lagarde en 2012 ; bref). Il a manqué à Bayrou ce passage de pallier à partir duquel il aurait pu impulser une dynamique contre Sarkozy et Hollande. Quelle que soit la situation (un Juppé qui remporte les primaires, un Bayrou qui se présente), il faut changer les choses du côté de l'UDI et du Modem, sinon rien n'avancera. Est-il impossible de ramener les déçus ? Non, sans doute pas, même si je conçois que c'est très difficile...

Bien entendu, c'est surtout le Modem qui a vocation à présenter quelque chose d'original, permettant éventuellement de faire bouger les lignes et les masses électorales, de la même façon que Bayrou reste pour l'instant le candidat tout désigné, à moins de trouver miraculeusement quelqu'un qui réaliserait l'exploit de devenir présidentiable en deux ans (hum hum).
Concernant le programme, je pense qu'on peut percevoir assez bien les grandes lignes. Il s'agit notamment de mettre avec plus de force en avant ce que serait un programme centriste et "central" pour la République (et d'atténuer les malentendus en ce qui concerne nos conceptions pour l'Union européenne). Il faudrait relever le défit des déficits perçus et supposés du centre (par rapport à LR et au PS), notamment en matière de politique étrangère. En ce qui concerne le détail, le challenge consiste, au fond, à faire des choix clairs et audacieux dans certains domaines et à montrer la différence par rapport aux autres formations, et ce jusque dans des détails qui peuvent certes ne pas trop parler aux citoyens-électeurs en général, mais qui sont essentiels par rapport à la multitude d'opérations de conviction à mener sur le "terrain" par le biais de figures reconnaissables (à faire émerger). De ce côté-là, il y a une avenue en ce qui concerne l'éducation nationale et le supérieur, par exemple, mais il faut aller assez loin dans le détail tout en donnant des garanties de politique générale...

Écrit par : Ascagne | mardi, 01 décembre 2015

@L'héré,
Et puis il y a eu de signaux avant-coureur, comme les circonstances des dernières élections en Turquie...Pas très démocrate son président^^^.
Difficile de ne pas y voir certaines corrélations.
Pour le reste...Pfiou, vous savez que j'ai tout essayé et tenté pour faire entendre raison, j'espère que vous serez magical, parce qu'en ce qui me concerne, je n'ai plus que cet espoir.

Écrit par : Martine | mardi, 01 décembre 2015

@L'héré,
Pire que tout le blabla de P.Gattaz dans la presse de ce jour, soit-disant pour lutter contre la poussée FN. Très franchement des chevaliers blancs de cette espèce que Dieu m'en préserve! Très contre productif!

Écrit par : Martine | mardi, 01 décembre 2015

Bah, Marine, le Béarnais, les autres.. Ils se valent tous
Je m'abstiens

Écrit par : Passage | vendredi, 04 décembre 2015

Les commentaires sont fermés.