Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ne pas surjouer. | Page d'accueil | Hank Skinner en sursis »

lundi, 07 novembre 2011

Rigueur, l'opposition m'énerve...

François Fillon a annoncé un plan d'austérité : si je m'en tiens à ses seules annonces, pour l'instant, l'austérité, je ne la vois pas vraiment.

Je trouve les glapissements de l'opposition tout à fait ridicules. 

Cela dit, il y a aussi quelque chose qui me frappe : le plan de Fillon n'est pas un plan d'austérité, c'est un plan de taxes supplémentaires. Je n'ai quasiment rien vu au chapitre économies...

C'est plutôt cela qui m'inquiète. Je ne vois aucune volonté de la part de l'actuel gouvernement de commencer à explorer les gisements d'économie. Et pourtant, si François Fillon lisait le Canard enchaîné, il commencerait par supprimer tous les échelons locaux qui sont hors de contrôle et produisent toujours plus de dépenses. L'intercommunalité, par exemple, qui conduit à des dépenses toujours plus somptuaires.

La réalité, c'est que l'opposition n'a pour l'instant rien à proposer et ne ferait pas mieux en l'état. On peut même subodorer qu'elle ferait à peu près pareil.

Ce qui m'insupporte le plus, c'est le petit jeu crétin à gauche qui consiste à tenter de faire croire que des riches vont sortir d'un chapeau magique, payer des impôts mirobolants et résorber ainsi les déficits publics.

Bref, pour l'instant, nous sommes bien loin d'un plan de rigueur, et s'il en faut un un jour, ce sera autre chose que les mesurettes de Fillon. 

Commentaires

Eh ben moi tu vois, à la fois le gouvernement et l'opposition m'énervent!

Fillon, parce qu'il essaie de faire croire qu'il n'y a quasiment pas d'augmentation des taxes ou impôts (ah la fameuse promesse de 2007 qu'il faut à tout prix tenir, contre même des rudiments élémentaires de sciences économiques!), mais diminution des dépenses.

Le PS et les médias qui vont avec, qui se surprennent, voire s'indignent d'une augmentation des taxes et impôts. Alors qu'on sait tous très bien que c'est incontournable.

Et je ne parle même pas des restaurateurs qui acceptent volontiers l'argent du beurre, le sourire de la crémière, mais aucunement le beurre tout court...

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 08 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.