Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 avril 2013

Austérité ? Cambadélis déconne...

Ce pays et sa classe politique sont vraiment délirants. On entend tous les jours parler d'austérité alors que la dépense publique ne cesse d'augmenter et que finalement, la seule chose que sait faire la France pour la contrôler est d'augmenter les impôts. Entre ceux que Sarkozy a fait passer avant de partir et ceux que les Socialistes nous préparent, les François vont avoir droit à l'effet kisscool.

Je ne puis qu'inviter les Socialistes, comme le suggère mon ami Olivier, à imiter le simple bon sens cher à Bayrou.

Christophe Cambadélis ne comprend pas : Bayrou se fiche bien du PS. Ce qui l'obnubile, c'est de sauver la France.

L'accuser de promouvoir l'austérité parce qu'il réclame l'équilibrage des comptes et brandir l'Allemagne comme un épouvantail, c'est vraiment une forfaiture indigne.

Ce gouvernement qui a trouvé le moyen de générer de nouvelles dépenses (jour de carence supprimé pour les fonctionnaires, multiplication de postes à l'Éducation Nationale comme des petits pains, ministères pléthoriques) me paraît, avec sa majorité, très mal placé pour hurler au loup austère.

Ce qui aggrave la crise dans tous les pays ce sont les coups de boutoir fiscaux que les gouvernements assènent. Associés à une baisse des services de l'État, en effet, ils sont contre-productifs.

Et les exemples que cite Monsieur Cambadélis illustrent tout à fait cette politique qui ne sert en rien à libérer les énergies. Quant à Mario Monti et à l'Italie que Cambadélis se plaît à critiquer, on pourrait lui objecter que l'Italie n'est plus en déficit primaire, contrairement à la France.

Mais moi, je donne un conseil à Monsieur Cambadélis et à ses amis, et c'est le même que Bayrou : la France emprute bas pour financer ses dépenses, mais si elle continue à montrer qu'elle n'est pas capable de réduire sa dépense, ses prêteurs vont un jour la lâcher.

J'ajoute autre chose : tenter de saupoudrer des réductions dans tous les services de l'État, c'est inefficace. A l'heure actuelle, ce sont des services entiers qu'il faut purement et simplement supprimer, surtout à considérer leur très faible efficience.

Faut-il attendre d'être dos au mur pour le comprendre ?

lundi, 07 novembre 2011

Rigueur, l'opposition m'énerve...

François Fillon a annoncé un plan d'austérité : si je m'en tiens à ses seules annonces, pour l'instant, l'austérité, je ne la vois pas vraiment.

Je trouve les glapissements de l'opposition tout à fait ridicules. 

Cela dit, il y a aussi quelque chose qui me frappe : le plan de Fillon n'est pas un plan d'austérité, c'est un plan de taxes supplémentaires. Je n'ai quasiment rien vu au chapitre économies...

C'est plutôt cela qui m'inquiète. Je ne vois aucune volonté de la part de l'actuel gouvernement de commencer à explorer les gisements d'économie. Et pourtant, si François Fillon lisait le Canard enchaîné, il commencerait par supprimer tous les échelons locaux qui sont hors de contrôle et produisent toujours plus de dépenses. L'intercommunalité, par exemple, qui conduit à des dépenses toujours plus somptuaires.

La réalité, c'est que l'opposition n'a pour l'instant rien à proposer et ne ferait pas mieux en l'état. On peut même subodorer qu'elle ferait à peu près pareil.

Ce qui m'insupporte le plus, c'est le petit jeu crétin à gauche qui consiste à tenter de faire croire que des riches vont sortir d'un chapeau magique, payer des impôts mirobolants et résorber ainsi les déficits publics.

Bref, pour l'instant, nous sommes bien loin d'un plan de rigueur, et s'il en faut un un jour, ce sera autre chose que les mesurettes de Fillon.