Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ailleurs. | Page d'accueil | Moody's ira, Moody's illa, solvet saeclum in favilla »

lundi, 17 octobre 2011

Hollande...Sarkozy ? Marine Le pen ? Bayrou ?

Pour moi, il est acquis ou presque que François Hollande sera en finale de la présidentielle. Je ne pense pas que les petits partis de gauche pourront l'inquiéter : le Front National est à près de 20% dans les intentions de vote, d'une part, et, d'autre part, le rejet de Sarkozy est tellement fort que le peuple de gauche ne prendra pas le risque de le voir réélire une seconde fois.

Donc, de ce côté-ci, c'est plié. Éva Joly, qui n'a désespérément rien compris à la France, et même Mélenchon, en dépit de sa spécificité feront des petits scores, voire des tout-petits scores.

Le danger, et le tovaritch CSP l'a bien compris, c'est le FN. Mon chasseur de koulaks favori a à la fois tort et raison. Tort, parce que le FN ne menace pas la gauche directement. Raison, parce qu'en revanche, sa candidate peut accéder au second tour en surclassant Sarkozy. Et ça, c'est un scénario qui me paraît plus qu'envisageable. Marine Le pen part très haut et elle va monter encore plus, j'en suis certain. Elle enregistre de plus en plus de ralliements. Elle menace donc directement Sarkozy, qui n'a d'autre choix pour tenter de regagner le terrain que d'essayer de durcir sa campagne. Sauf que c'est fichu, il a montré son impéritie pendant 5 ans dans les domaines qu'il pourrait partager avec le FN (sécurité, immigration, particulièrement).

Il reste un espace central désormais dégagé. Bayrou est actuellement sur son socle, à 7-8% d'intentions de vote. Il faut espérer qu'il décolle pour rassembler tout l'électorat centriste, que j'évalue à 15% environ. Pas plus, parce que Hollande va fixer tous les sociaux-démocrates et nous ne pouvons donc pas espérer les rallier.

15%, ce serait évidemment très bien. Mais pas suffisant. Il faut réussir à monter à 20 voire 21 pour se qualifier. 

La seconde place de finaliste va donc se jouer entre Marine Le pen, Nicolas Sarkozy, et, s'il réussit à émerger, François Bayrou. 

C'est loin d'être joué pour nous. Le MoDem n'a toujours pas de programme digne de ce nom (ne me parlez pas du projet humaniste, il me donne des boutons rien que d'en prononcer le nom). Il y a un embryon de programme solide et raisonné avec l'État d'Urgence de Bayrou, et heureusement, toutes ses propositions de 2007 qui demeurent à 90% valides. Il va falloir étoffer tout cela, nous avons un retard conséquent sur les autres grandes forces politiques.

Il y a un gros espace sur notre centre-droit. Le MoDem part de loin, c'est un parti de centre-gauche. Mais Bayrou, lui, est un authentique centriste démocrate-chrétien. En principe, il est légitime sur cet espace, même s'il a brouillé considérablement son image ces dernières années.

Il faut donc occuper l'espace de la droite modérée, avec un avantage : elle commence à ne plus pouvoir voir Sarkozy en peinture. Cela ne se ressent pas encore en termes d'intentions de votes (encore que, il suffit de considérer les scores de Borloo, ou même de Morin) mais dans la classe politique, des parlementaires qui sont excédés par Sarkozy, il y en a, d'autant qu'ils ont compris, désormais, qu'il les mène dans le mur.

C'est un très très gros challenge pour nous autres, centristes, mais qui sait : peut-être pouvons-nous coiffer in extremis la droite sarkozyste et le FN sur le poteau.

En tout cas, stratégiquement, ce devrait être notre but. La droite modérée n'a plus rien à perdre, et elle sait qu'avec Sarkozy elle est foutue : qu'est-ce que vous en pensez, l'Faucon, Rubin Xerbias, le Chafouin qui a déjà donné un peu son avis, Alexandre, Vlad,  Val le nain, Corto, Crapoto, Alain Lambert et, tiens, même Koz qui était prêt à balancer un gros caillasse à Bayrou il y a trois-quatre ans ?

Avec Bayrou, il lui reste une petite chance...

15:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : bayrou, hollande, sarkozy, marine le pen, ps, modem, droite, gauche, présidentielle | |  Facebook | | | |

Commentaires

bof, le PS a son poulain, mais la présidentielle est encore loin. En 2007 Ségolène est partie tôt aussi, elle n'a pas tenu la distance, son discours a fait pchit a la fin. Pour Hollande le plus dur va être de marteler son programme pendant 9 mois sans lasser l'électorat.... de plus comment va-t-il faire pendant le money-time pour continuer de séduire à la fois au centre et à la gauche du PS.....Pour l'instant il réussit a le faire mais jusqu'a quand?

la politique c'est malheureusement l'art de créer le buzz permanent...c'est pas évident.

FB en 2007 lors des deux derniers mois de campagne a baissé de 21-22 a 18 car il n'a pas tenu jusqu'au bout, car il n'a pas su répondre a certaines attaques.


On voit que MLP se tasse après avoir trustée les médias avant l'été....... c'est pour cela que partir assez tard n'est pas si mal...

l'hérétique oublie dans son raisonnement de parler de la multiplication potentielle des candidatures se réclamant du centre.....

Écrit par : Europium | lundi, 17 octobre 2011

Aïe, les entrailles de pigeon ... ça m'inquiète ! ... :))))

Écrit par : Ladyapolline | lundi, 17 octobre 2011

@ladyapolline
Perso, j'ai un faible pour le foie de chihuahua. La divination étrusque a pas mal progressé, l'air de rien, depuis les Tarquins...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 17 octobre 2011

" Koz qui était prêt à balancer un gros caillasse à Bayrou il y a trois-quatre ans ?"

Il a balancé, et pas qu'il y a 3-4 ans. Mais au pècheur qui se repent (-irait), miséricorde...

Écrit par : FrédéricLN | lundi, 17 octobre 2011

Quant à Alain Lambert, il a donné son avis :

http://www.alain-lambert-blog.org/2011/09/2012-etat-durgence/

Écrit par : FrédéricLN | lundi, 17 octobre 2011

Ne te formalise pas surtout, je ne peux m'empêcher de taquiner ! ...

Écrit par : Ladyapolline | lundi, 17 octobre 2011

Je ne crois pas que la qualification de F. Hollande soit acquise, car :
- les attaques lancées par son propre camp, lors des primaires, vont mûrir dans les esprits et être pillonnées par la droite .
- il aura du mal à faire la synthèse entre Valls et Montebourg et il risque de céder à la démagogie (il l'a déjà fait en promettant de créer 60 000 postes de professeurs, sans expliquer ce qu'il comptait en faire) pour retenir son aile gauche au 1er tour, ce qui ne manquera pas de le décrédibiliser au centre-gauche .
- une lutte risque de naître pour le contrôle du parti ( M. Aubry a fait le dos rond, pour conserver son poste de 1ère secrétaire, mais elle déteste Hollande et ses soutiens dans le Nord annonçaient qu'ils ne ferait pas la campagne d' Hollande) .

Écrit par : Zenon | lundi, 17 octobre 2011

Hollande est bien parti et il surfe sur la vague. Mais, tout-à-fait d'accord avec Zenon, les problèmes vont bientôt surgir...

Écrit par : MaxF | lundi, 17 octobre 2011

On est encore loin de la présidentielle et beaucoup de choses peuvent évoluer.

Ce qui est sûr, si on parle uniquement de Bayrou, c'est qu'il aurait mieux valu pour lui que ce soit Aubry qui soit investie lors des primaires du PS. Désormais, le centre-gauche semble difficilement prenable, quoique la retraite à 60 ans, etc... Reste surtout l'UMP, au bord de l'explosion tellement elle a voulu jouer au grand écart facial, et au "con" aussi en assénant depuis des mois et des mois des éléments de langage grotesques.

J'ai vu ce soir "Mots Croisés" avec L. Wauquiez, C. Jouanno, L. Lucas et H. Morin. La majorité présidentielle est clairement au bord de l'explosion.

On peut même penser qu'elle pourrait exploser bien avant les présidentielles.

Alors Hollande, sans doute finaliste (si le comportement du PS reste uni...), OK. Mais pour le 2ème finaliste, les jeux restent, effectivement, totalement ouverts.

Écrit par : JF le démocrate | mardi, 18 octobre 2011

"Il faut donc occuper l'espace de la droite modérée"...
Attention! Car il me semble que si Bayrou a fait le score qu'il a fait en 2007, c'est parce que, tout en refusant évidemment l'idéologie de gauche et ses simplismes, il a aussi prôné des valeurs de justice sociale et de partage des richesses, valeurs que la Démocratie chrétienne n'aurait d'ailleurs jamais dû abandonner. Si comme vous semblez le proposer, il trouve maintenant son espace au centre droit, il perdra tout un groupe de personnes qui refusent l'irréalisme de la gauche sans pour autant pouvoir trouver leur place dans la droite telle qu'elle est devenue depuis son évolution des dix dernières années. Sur le plan social, j'attends de l'audace, même si certaines formes d'assistanat ont montré leurs limites. A Giens, j'ai beaucoup apprécié J.F. Kahn. Il disait quelque chose comme: au centre, oui, mais en avant!
En ce sens, je pense aussi que la carte que peut jouer Bayrou, c'est celle de la révolution politique qu'il annonce dans le dernier chapitre de son livre; "Etat d'urgence". Ce n'est pas un simple positionnement sur l'échiquier politique traditionnel qui peut lui attirer des électeurs. "Un petit peu plus à droite, pas trop à gauche"... ce genre de calculs est radicalement inintéressant et n'emballera jamais beaucoup de personnes. Mais: modifions la règle du jeu pour sortir de l'impasse et tenter d'avancer ensemble plutôt qu'une moitié du pays contre l'autre, là oui!

Écrit par : Monique | mardi, 18 octobre 2011

Bref le modem n'est pas au centre mais au centre droit?

Écrit par : romain blachier | mardi, 18 octobre 2011

@romain
tsss tsss : ça t'arrangerait, n'est-ce pas ? J'ai pourtant bien écrit que le MoDem est au centre-GAUCHE. Et cela me paraît très clair et très net.
@monique
Mais ce sont des valeurs chrétiennes-démocrates aussi. Le centre droit a aussi un véritable souci de justice sociale.
Il nous faudra faire campagne au centre, mais ne pas oublier cette aile abandonnée fort longtemps.
@JF
Si Sarkozy reste en berne, et que Bayrou monte, en même temps que MLP, l'UMP pourrait en effet connaître de sérieuses turbulences.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 18 octobre 2011

@ladyApolline
Moi aussi, j'adore taquiner :-)

Écrit par : l'hérétique | mardi, 18 octobre 2011

On me demande mon avis, je le donne : http://xerbias.free.fr/blog/index.php/2011/10/18/690-pour-deux-semaines-de-campagne-de-plus

Écrit par : xerbias | mardi, 18 octobre 2011

Merci Xerbias
Je viens de le lire à l'instant, mais je vais commenter chez toi d'ici ce soir. Bon, c'est pas tendre pour Bayrou, ça c'est clair.
Il y a un point qui me chiffonne dans ton raisonnement, toutefois : que faire pour un électeur de droite s'il voit que Sarkozy conduit son camp à une défaite inéluctable ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 18 octobre 2011

Eh bien il verra son camp perdre, cela arrive en démocratie.

Écrit par : xerbias | mardi, 18 octobre 2011

@L'hérétique. Si Sarkozy était de droite, le choix serait difficile, mais comme il ne l'est pas, tout s'éclaire. C'est un capitaliste opportuniste, du coté de la finance, les notions de "gauche" et "droite" ne s'appliquent pas aux opportunistes qui lisent des discours préfabriqués et n'ont aucune convictions...

Écrit par : jarod | mercredi, 19 octobre 2011

Tout ce raisonnement tient si l'on admet que : "François Hollande sera en finale de la présidentielle".
Hors rien n'est écrit et je pense qu'Hollande n'est pas à l’abri d'une poussée à sa gauche et d'une perte de vitesse en cour d'une campagne qui sera sa première et qu'il abordera en position de favori.
Une campagne à la Jospin 2002 n'est pas impossible avec un second tour Bayrou / Sarkozy ou plus inédit Bayrou / Le Pen.

Écrit par : raison pure | mercredi, 19 octobre 2011

Avis demandé, avis formulé ;-)

http://crapoto.hautetfort.com/archive/2011/10/20/les-heretiques-pronostiques-pour-2012.html

Écrit par : Crapoto | jeudi, 20 octobre 2011

j'aime la politique fiction - mais contrairement à la vraie fiction - elle ne sert à rien... La force de Bayrou est d'avoir un jour de 2007 ouvert un passage à l'idée d'une autre politique où les héritages du passé (le conflit systématisé entre droite et gauche)seraient dépassés! Souhaiter un rapprochement avec le centre-DROITE c'est briser définitivement cet élan et montrer qu'espérer le pouvoir conduit à d'inévitables renoncements... Au contraire il faut continuer avec qui le veut à défendre une position d'extrème centre pour promouvoir une tout autre politique et une politique ouverte pour accueillir les bonnes volontés de droite et de gauche qui croient avec fierté à la démocratie, à l'Europe, à la nécessité d'une france forte et rassemblée autour de sa jeunesse et d'une libération des forces de la création et du goût d'entreoprendre... aucune route n'est plus belle que celle dont le but fait rêver malgré son incertitude

Écrit par : papy 5951 | vendredi, 04 novembre 2011

Écrire un commentaire