Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 juin 2008

Jérusalem : bravo Sarko !

C'est suffisamment rare que j'aie l'occasion de féliciter Nicolas Sarkozy sur ce blog pour que je ne saisisse pas l'occasion qui existe aujourd'hui. Je salue sa position responsable sur la question de Jérusalem et l'attitude à adopter vis-à-vis du Hamas et de Gaza.

J'ai trouvé ses propos diplomatiques et modérés. Je pense qu'ils ont d'autant plus de poids qu'Israël considère Nicolas Sarkozy comme un ami. Si la France s'était bien comportée envers Israël depuis ans, c'est le genre de conseils que nous aurions pu donner depuis longtemps sans être soupçonnés. Mais comme nous faisons depuis longtemps deux poids deux mesures envers l'état hébreu, nous avons perdu toute crédibilité depuis longtemps.

Sur ce coup-là, Nicolas Sarkozy redonne une crédibilité à la France, et je lui en suis reconnaissant, parce que c'est un sujet que je souhaite voir avancer positivement tant je suis convaincu que c'est l'un des princpaux sacs de noeuds de l'Etat du Monde aujourd'hui.

Par ailleurs, des dirigeants israéliens sont, je le crois, prêts à cette concession, mais, les Palestiniens doivent complètement renoncer à toute forme de terrorisme (Hamas) et se battre sur le terrain  du droit et des instances internationales. Et le Hamas doit se résoudre à reconnaître Israël s'il veut revenir dans le jeu politique. De toutes façons, a-t-il encore le choix ? L'Arabie Saoudite a complètement cessé de la financer, et il va devoir faire face à d'importantes difficultés matérielles et financières bientôt. 

lundi, 09 juin 2008

Cycle de Doha, réformes agraires, Marielle va avoir du boulot...

Marielle de Sarnez s'est exprimée, lors de la Convention sur l'Europe du MoDemsur la question de l'auto-suffisance alimentaire et énergétique dans les pays du Tiers-Monde.


Sarnez.jpg[...]Nous avons également à promouvoir une vision nouvelle du monde et je suis persuadée qu'elle est extrêmement attendue.
Nous sommes dans un monde multipolaire où nous devons considérer -on en a beaucoup parlé ce matin- que désormais travailler pour les grands ensembles, je pense à l'Afrique, aux pays en voie de développement, pour leur autosuffisance, alimentaire et en termes d'énergie.
Pendant des décennies, l'Europe a subventionné les produits agricoles à l'exportation, ce qui fait que les produits alimentaires qui arrivaient en Afrique étaient moins cher, car subventionnés, que l'alimentation locale qui aurait pu se développer. C'est tout simplement criminel. Quand les Américains continuent de subventionner le coton, c'est criminel, tout simplement.
Nous devons travailler à un modèle de continents qui soient autosuffisants, pour l'alimentation mais également pour l'énergie.
Quand je vois les grands projets de M. Guaino sur l'Union pour la Méditerranée qui explique que l'on va mettre des capteurs solaires dans toute la partie d'Afrique du Nord pour pomper de l'énergie solaire… et l’amener chez nous, je dis que ce n'est pas ainsi que l'on doit concevoir les choses !
Nous avons pillé ce continent dans ses énergies -bois, pétrole, minerais- et nous devons aujourd'hui passer à une politique nouvelle dont dépendra l'équilibre nouveau du monde que nous souhaitons.
Dans cette vision nouvelle du monde, je pense que cette question d'autosuffisance est extrêmement importante. Et nous devons, nous, au Mouvement démocrate, ouvrir la problématique du commerce international.
Je souhaite que, demain, nous puissions débattre de la prise en compte des normes sociales et environnementales dans le cadre de l'Organisation Mondiale du Commerce.

Je ne peux qu'approuver ce propos, et pour ma part, je voudrais revenir sur le problème de l'alimentation : je ne crois pas qu'un pays puisse se développer harmonieusement sans commencer par une réforme agraire de taille. Cela signifie que les terres doivent être parcellisées et renduesaux habitants. Mais ces bonnes intentions ne suffisent pas : en effet, prendre une telle mesure politique restera sans effet si elle ne s'accompagne pas d'une protection commerciale. En effet, exposées à une concurrence très rude, les petites exploitations seront obligées de se fondre dans des plus grosses, et ce sera finalement de gros latifundiaires qui récupéreront la mise, comme cela s'est produit en Amérique du Sud. On ne devrait pas négliger cet aspect essentiel : ce sont les crises sociales, sur fond de réformes agraires non faites, qui ont contribué à anéantir la République à Rome. Les PVD (pays en voie de développement) ne pourront pas se développer harmonieusement et sans crises majeures s'ils ne passent pas d'abord par cette étape. Ceci ne peut que passer par une évolution de l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) mais pas sa disparition (comme le souhaiteraient les divers alter-mondialistes, les communistes, ainsi que certains socialistes) ! L'OMC est une institution qui fonctionne plutôt assez bien, simplement, elle ne se limite qu'àun dialogue sur les règles de concurrence afin d'organiser le marché mondial. Les Etats de deviendront évidemment pas des agneaux, car il ne faut pas oublier que l'OMC est avant tout une organisation d'Etats, mais, je pense que c'est le bon lieu pour tenter de faire évoluer le droit commercial international.

Je dois dire que je suis très sceptique quant à la propension de Pascal Lamy, l'actuel directeur du FMI, à initier une telle démarche. Mais bon, on peut, je le suppose, toujours aller directement en discuter avec lui, puisqu'il est co-rédacteur du blog Idées pour le développement. Soyons clairs : l'objectif principal de Pascal Lamy, et il le dit haut et fort, c'est de finaliser le Cycle de Doha. Or, qu'est-ce que prône entre autres le Cycle de Doha ?

Agriculture : ouverture des marchés et réduction, puis élimination, de toutes les formes de subventions à l'exportation et de soutien interne à l'agriculture

Bon, vous avez lu comme moi, n'est-ce pas ? Alors on a du boulot, parce que l'OMC, sous l'égide de Lamy (qui est censé tout de même être socialiste, laissez-moi rigoler doucement...) va exactement dans le sens inverse de celui que nous défendons. 

Apparemment, le site A gauche en Europe a disparu, mais je rappelle que ce mouvement, fondé par Rocard et DSK, compte au sein de son conseil scientifique Lamy. Bref, comme d'habitude, les socialistes font des discours et mais agissent autrement (le fameux "faites ce que je dis pas ce que je fais" qui explique pourquoi je les aime tellement...). J'attends de voir ce que DSK va faire comme directeur du FMI, d'ailleurs...

Je ne parviens plus à me souvenir qui j'ai entendu dire cela sur France-Info, mais je me rappelle de l'idée : il est absolument indispensable que les les PVD développent leur agriculture interne, et donc pas en priorité celle qui est exportée. Mais pour cela il faut la laisser vivre, et cela suppose de nouveaux accords sur l'agriculture, afin d'excluse du champ de la concurrence libre et non-faussée tout ce qui relève de l'auto-suffisance alimentaire. Cette exclusion peut peut-être reposer sur une compensation dans un autre domaine commercial, évidemment.

Marielle, dans la suite de son discours a justement évoqué la gouvernance de l'Europe de la manière suivante :

Toujours sur l'organisation du monde, évidemment, il faut que vous sachiez une chose, c'est que la vision portée sur l'Europe par ceux qui ne sont pas citoyens européens est une vision très différente de celle que nous portons sur nous.
Parfois, l'Europe est décriée par les citoyens européens qui la trouvent trop lointaine, trop technocratique, mais il faut savoir que c'est exactement l'inverse de la vision que les habitants du monde entier portent sur l'Europe. Ils ont envie que l'Europe existe, ils ont envie qu'elle existe politiquement. Ils ont besoin de l'Europe.
Nous savons que la plupart des grands conflits -je pense au Moyen-Orient, à l'Afghanistan, à l'Irak, au Darfour- ces grands conflits dans le monde ne seront pas réglés en absence de l'Europe. On a besoin de l'Europe pour les régler. Nous sommes attendus dans le monde

Je compléterai sa réponse en citant une large part du dernier billet de Quindi qui ébauche un début de programme transnational pour le PDE et donc le MoDem, parce qu'il me semble avoir très bien récapitulé ce que sont les lieux de négociations entre états :

Finalement, afin d'améliorer, peu à peu, la gouvernance mondiale et traiter de manière régulière de problèmes d'instabilités climatique, énergétique, alimentaires, économiques, immobilières, monétaires,  etc., afin de répondre de manière préventive aux risques, instabilités, et crises prévisibles, il est nécessaire de sortir des schémas réactifs du Conseil de Sécurité de l'ONU, et des conventions thématiques mondiales; ou d'un conseil mondial auquel ne participeraient que quelques pays représentatifs, comme le G8 (même étendu à G13), ou la Ligue des Démocraties proposée par John McCain et inspirée par Robert Kagan (voir billet). Avec la régionalisation croissante des ensembles géopolitiques / géoéconomiques (qui ne couvrent pas encore l'ensemble de la planète, mais y parviennent peu à peu); la représentativité interne de tous les Etats de la planète au sein de chaque ensemble commence à être atteinte (du plus petit au plus gros); avec un effet de levier important pour chaque ensemble géographique (une revendication devenue continentale ne s'ignore pas; perspective devenue très visible lors des négociations de l'OMC); qui, ensemble, commencent à atteindre un certain niveau de représentativité mondiale (la plupart des Etats sont aujourd'hui membres d'organisations économiques régionales, les prérogatives de ces ensembles augmentent rapidement dans la plupart des zones les plus fragmentées). Ces ensembles traitant des éléments détaillés de gestion économique, commerciale, fiscale, gestion environnementale, gestion agricole, flux énergétiques, conditions de travail; et progressivement de politique monétaire commune, de politique étrangère commune, de politique de sécurité commune; ils sont devenus une référence en matière de gouvernance supra-étatique; c'est d'ailleurs dans ce cadre qu'ont lieu les réunions régulières entre l'UE / l'ASEAN, l'UE / le Mercosur, l'UE /  l'UA, mais aussi d'une certaine manière entre l'UE et les Etats -Continents, comme les Etats-Unis, la Chine, l'Inde, et la Russie (la régionalisation des revendications de ces derniers, pourrait d'ailleurs faciliter les négociations inter-régionales, comme cela peut se voir quand des grand Etats doivent négocier avec des Etats de taille moyenne, confrontés à d'autres impératifs environnementaux ou sociaux; c'est le cas au sein de l'ALENA, entre les Etats-Unis, le Canada, et le Mexique). La mise en place d'un Conseil des Organisations Régionales représenterait un premier pas significatif pour la mise en place de la Méthode Monnet (ou du néo-fonctionnalisme théorisé a posteriori par Ernst B. Haas) à l'échelle mondiale; il regrouperait les représentants de l'Union Européenne (UE / EEE / AELE / ALECE), l'Union Africaine (UA), l'Union des Nations Sud-Américaines (Unasur / Mercosur), la Communauté Caribéenne (Caricom), le Marché Commun Centre Américain (MCCA), l'Accord de Libre Echange Nord Américain (ALENA), l'Association des Nations de l'Asie du Sud Est (ASEAN / ASEAN Plus Trois), la Communauté des Etats Indépendants (CEI) / Communauté Economique Eurasienne (CEEA / GUAM), l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), le Conseil de Coopération du Golfe (CCG), l'Association Sud Asiatique pour la Coopération Régionale (SAARC), Le Forum des Iles du Pacifique (FIP / CROP / PARTA / Union du Pacifique ), un futur regroupement des Etats du Proche et/ou du Moyen Orient dont la Ligue Arabe / GAFTA (en tant que seule enceinte regroupant la quasi totalité des pays du Proche Orient), l'Iran, Israël et la Turquie; le Conseil des Organisations Régionales pourrait d'ailleurs être intégré aux institutions de l'ONU afin d'améliorer progressivement la gouvernance exécutive mondiale, et la représentation exécutive mondiale en complément du Conseil de Sécurité et du Conseil Economique et Social de l'ONU. L'UE servant souvent de modèle pour la construction d'ensemble régionaux en Amérique Latine, Afrique, Asie, et Océanie, il est regrettable de voir cette force d'inspiration peu optimisée dans la politique étrangère de l'Union et de ses Etats membres. Ainsi, il serait souhaitable que l'UE fasse la promotion de son modèle de gouvernance, modèle stabilisateur, permettant la coopération entre les Etats, par paliers thématiques, plutôt que la défense stratégique d'intérêts menant à une concentration des ressources dans les moyens militaires et des tensions régionales exacerbées; et que cette promotion de la méthode Monnet devienne un des éléments centraux de sa politique étrangère (en plus des composantes politiques, économiques, et environnementales d'un dialogue inter-régional, et des sous composantes importantes de cette politique étrangère permettraient d'aborder les thèmes des Droits de l'Homme et de la Démocratisation).

 

samedi, 07 juin 2008

Liban, bonne initiative de Sarkozy

Bon, cette fois, je l'admets volontiers, c'était une bonne idée de convier les leaders de l'opposition au Liban. Cela donne plus de poids à la visite, et cela permet à chacun de nouer des contacts et de se rendre compte des réalités du terrain. Un point pour vous, Mister President.

19:34 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : liban, sarkozy |  Facebook | | |

mercredi, 28 mai 2008

Ευρωπαϊκο Κόμμα, le MoDem chypriote

1955707663.jpgHop, je poursuis à la mesure de mes moyens ma petite tournée des partis du PDE ou de l'ADLE. Et là, je me suis intéressé au Ευρωπαϊκο Κόμμα à Chypre. D'ailleurs, je rigole à l'idée de voir ce que vont produire les caractères grecs dans la widget box (mais peut-être à tort, on verra bien).

Un aveu, tout d'abord : ma maîtrise du grec moderne (ou ancien) est bien trop insuffisante pour avoir pu lire rapidement leur programme. J'ai donc triché et utilisé massivement systran en rétablissant ensuite la cohérence grammaticale et en rectifiant quelques erreurs de vocabulaire çà et là.

Un truc marrant, tant que j'y suis, sur l'évolution des mots en grec. ἐπιχειρῶ signifie entreprendre en grec ancien. Eh bien en grec moderne, paf, les entreprises, c'est  επιχειρεεις...

Il y a un truc tout de même qui me frappe, dans leur programme, c'est la référence redondante aux problèmes de corruption et à la gabegie de l'état. C'est presqu'autant un programme éthique que politique. S'ajoutent quelques références littéraires plaisantes, mais pas franchement libérales : introduire le texte par un extrait de la République de Platon, précisément celle qui traite de la corruption dans les affaires de la cité (livre VII, si je ne m'abuse), j'imagine que cela frappe les esprits hellènes, mais Platon, c'est l'anti-libéralisme, de mon point de vue, et même, sous certains aspects, l'anti-démocratie. Personnellement, j'aurais préféré voir Aristote à la place de Platon.

J'ai trouvé, après l'exposé de leurs principes, une référence précise au destin de Corinthe. Est-ce qu'il s'agit du rôle de Corinthe au sein de la Ligue Achéenne? Je ne le sais pas. Probablement, puisqu'ils évoquent une lutte contre les Romains :

".... οι "συνετοί Έλληνες" της παρακμής με τη δημαγωγία και την ακρισία, θυσίασαν την Ελλάδα για να σωθούν οι ίδιοι. Η σύγχυση, οι διαιρέσεις, η άκρατη ηδονολατρεία αλλά και η ψυχοπνευματική απονεύρωση των Ελλήνων, είχαν επιβάλει τη "βολική" εκτίμηση ότι κάθε αντίσταση στο ρωμαϊκό επεκτατισμό είναι άσκοπη και μάταιη...."

Il n'y a pas d'évocation précise de la politique à mener, mais plutôt des déclarations d'intention : la volonté de rendre l'état plus efficace, de développer l'esprit d'entreprise, et de fournir une protection sociale digne de ce nom.

A noter qu'ils font un chapitre commun de l'économie, les entreprises, et l'industrie, ce que je trouve sensé.

Ils croient dur comme fer à l'Europe, et exposent tout un argumentaire pour montrer les bienfaits économiques d'une adhésion à l'Europe et à l'euro :

Πέραν του ότι οι επιχειρηματίες μας θα μπορούν να αξιοποιούν καλύτερα τις ευκαιρίες της ενιαίας αγοράς με την υιοθέτηση του Ευρώ, η σύγκλιση των κυπριακών επιτοκίων με αυτά της ευρωζώνης θα μειώσει το κόστος δανεισμού, ενώ η ευκολότερη πρόσβαση στις κεφαλαιαγορές της Ευρώπης θα διευρύνει της επιλογές των επενδυτών και επιχειρήσεων, ενώ η μεγαλύτερη διαφάνεια στις τιμές θα ενισχύσει τις συνθήκες ανταγωνισμού, και θα επιφέρει θετικές επιπτώσεις, ιδιαίτερα για τους καταναλωτές. Επίσης η εξουδετέρωση του συναλλαγματικού κινδύνου σε συναλλαγές σε Ευρώ θα μειώσει το κόστος συναλλαγών με ευνοϊκές επιδράσεις γενικά.

En gros, il ressort de cela, que les taux européens et chypriotes vont converger ce qui va favoriser des emprunts à des coûts plus bas pour les entrepreneurs : de plus, les entrepreneurs auront un choix plus large, du fait de l'accès aux marchés européens. Et puis la transparence ainsi obtenue facilitera la qualité des transactions. Enfin, la saine concurrence profitera aussi aux consommateurs.

Ce que j'ai trouvé très fort, en revanche, c'est leur volonté de promouvoir l'esprit d'entreprise et le sens économique à tous les niveaux de la société. Jusque dans...(ça va rappeler quelques récents souvenirs à certains) l'éducation !

Οι Κύπριοι διαθέτουν επιχειρηματικό πνεύμα και επιχειρηματική σκέψη, αλλά χρειάζονται «εκπαίδευση» ώστε να μπορέσουν να διοχετεύσουν την ενέργειά τους εκτός Κύπρου και να ανταγωνιστούν τις ξένες εταιρείες που δραστηριοποιούνται στην Κύπρο. Η ανάπτυξη των επιχειρηματικών γνώσεων και δεξιοτήτων πρέπει να καλλιεργείται σε όλα τα επίπεδα της παιδείας μέσα από ειδικά προγράμματα.

c'est la phrase en gras où le parti européen propose de développer les connaissances entrepreneuriales dans l'éducation via des programmes spéciaux. Imaginez le tollé en France ! j'en rigole rien que d'y penser. Quand je songe aux réactions lorsque Rocard a rendu public ce qu'il pensait de la façon d'enseigner l'économie en France...

En tout cas, c'est un parti qui se préoccupe des entrepreneurs assurément. Il y a autre chose que j'ai trouvé juste, comme préambule à toute proposition économique, c'est ceci :

Η Κύπρος μόνο με ισχυρή οικονομία μπορεί να στηρίξει την κοινωνική της συνοχή και να κατανέμει δίκαια σε όλους το κοινωνικό μέρισμα από την ανάπτυξη. H αξιοποίηση της συμμετοχή μας στην Ε.Ε. και η οικονομική και κοινωνική σύγκλιση μας με τις χώρες μέλη, απαιτεί μεγαλύτερο άνοιγμα της οικονομίας μας και νέες αντιλήψεις για την κρατική δραστηριότητα.

En résumé, ce que dit le programme, c'est que Chypre doit avoir une économie puissante pour assurer sa cohésion sociale et espérer répartir équitablement les fruits de la croissance. C'est exactement ainsi que Christian Blanc introduit la Croissance et le Chaos, et, on trouve une réflexion similaire chez Schumpeter. De même, c'est une idée qui était présente dans les propositions de Bayrou, et que j'espère retrouver dans le programme économique du MoDem à l'avenir.

Enfin, ils ont une catégorie EDP (PDE, pour ceux qui n'auraient pas compris) et bien sûr, ils y relèvent les positions du Partid Démocratique Européen sur la partie turque de l'île.

1894520763.jpgEt puis bien sûr, ils ont une petite page sympa sur l'histoire de l'Europe puis sur celle de l'intégration progressive de Chypre à l'UE. J'aime beaucop leur icône. Observez, au passage, les couleurs des logo de ce parti : ça ne vous rappelle pas quelque chose ?

Je reviendrai sans doute plus tard sur ce parti membre du PDE, mais à vrai dire, si leurs propositions sont sympathiques, elles relèvent davantage d'une pré-analyse et de grands axes que d'un projet politique complètement abouti. Je n'en relève pas moins de nombreuses convergences, dans la manière de penser, avec le MoDem et les Lib-Dems.

Prochain billet de ce type sur nos amis belges du Mouvement des Citoyens pour le Changement.

Au fait, tant que j'y suis : j'ai capté un truc : l'ADLE, c'est l'addition du PDE et de l'EDLR qui ont décidé den juillet 2004 d'unir leurs forces !!!

 

09:22 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook | | |

mardi, 27 mai 2008

Fiscalité lib-dem, comme un parfum d'UDF...

Je sens que je n'en ai pas fini d'explorer le programme des Lib-Dems. Tout est à chaque fois frappé du coin du bon sens. Je commençais notamment à lire leur programme économique, et en particulier leur politique fiscale.

Que proposent-ils ? Ben c'est simple . Comme ils disent : fairer (plus juste) simpler (plus simple) greener (plus vert). Ils ont le sens de la formule percutante.

Je cite leur court développement en introduction de leur dernier document publié, le 12 juillet  2007 :

• Fairer - with tax cuts for those on lower incomes paid for by removing loopholes exploited by the rich. (vous avez compris ?) réductions d'impôts sur les bas-revenus financés par la suppression des niches fiscales.

• Simpler and easier to understand - especially for pensioners and small businesses. : ben oui : du Bayrou/UDf dans le texte, moi je dis. Depuis le temps que l'on parle de simplifier. Figurez-vous, d'ailleurs, que Sarko qui nous a fait tout un flan sur la question, avec ses heures sup a aggravé encore la nature touffue de la législation pour les PME.

• More decentralised – so that there is a clearer link between local services and local accountability. Alors ça, moi, je suis pour à fond.Après, on va entendre l'habituelle antienne socialiste sur les inégalités territoriales et les départements plus riches que d'autres, mais j'estime qu'une saine gestion des fonds dépensés devraient partir bien plus  du local que du national, à quelques exceptions près.

• Greener – giving incentives for responsible use of resources. Ben voilà, mais on n'en voit pas la couleur en France. Evidemment, il faut promouvoir une fiscalité verte. Que du bon, encore une fois.

Et ils citent des mesures précises, les Lib-Dems :

• Cut the basic rate of income tax by 4p financed by green taxes on pollution and by taxes on the wealthy. Voilà, exactement !Cela, au moins, c'est intelligent : quand on annonce une baisse d'impôt, on explique comment on va la financer. Et je trouve que l'on ne devrait jamais procéder autrement. En revanche, leur taxe sur les wealthy, là, je les trouve un peu limite démagos, les Lib-Dems que ce coup-là. Cela fait un peu ponction du Koulak au bénéfice de toute la collectivité. Bon, en même temps, en Angleterre, les disparités sont tellement fortes...

• Abolish Council Tax, replacing it with a fairer Local Income Tax. Pour ! (correctif après intervention de Fred LN) Il s'agit de calculer l'impôt sur le revenu sur une base locale, et non plus nationale.D'après Frédéric, c'est ce que propose le PS. Il faudrait voir ce que concrètement cela donne pour que je me prononce, pour ma part. Et surtout, quel serait le mode de calcul.

• Return the Business Rate to local control, and place it on a Site Value basis within one Parliament. Là aussi, c'est évident.

• Reform Inheritance Tax, with the medium-term objective of raising the starting threshold to £500,000.La vache...! Nous en France, on commence à se faire taxer à bien moins que ça...

• Reform residential stamp duty, ending the current regressive ‘slab’ structure, with the objective of ensuring all those buying properties up to £500,000 in value pay less than at present. J'ai rien compris : c'est quoi le "slab" ?

• Radically simplify the tax code, removing over 500 pages of regulations. Tu m'étonnes. Comme en France, quoi...

• Introduce a simplified ‘postcard’ style tax return form, which would release over 6 million tax payers from the need to fill in a full tax return.
• Introduce a simple statutory definition of residence for tax purposes to make the rules clearer and reduce compliance costs. Ouaip : on sent qu'il y a du flouze qui doit échapper à l'état, là...
• Bring gains made by non-residents on property situated in the UK within Capital Gains Tax. (correctif : je n'ai pas été clair, et Frédéric LN a compris l'inverse de ce que je voulais dire) . Il s'agit en fait de taxer les citoyens britanniques, où qu'ils se trouvent, dès lors qu'ils réalisent des plus-values au Royaume-Uni. Quand j'ai écrit "bien fait" en pensant à nos expatriés, je pensais simplement que ce serait bienvenu de leur appliquer une telle réforme, en particulier pour tous ceux qui évoluent dans le show-bizz et gagnent beaucoup grâce aux subventions publiques de toute sorte.

Bon, mon anglais étant très moyen, j'espère tout de même ne pas avoir trop fait d'erreurs d'interprétation. Pour certaines mesures qui peuvent nous étonner, il paraît que le Labour est devenu tellement anti-social, que certains, au Royaume-Uni, considèrent, désormais que la vraie opposition de gauche, c'est les Lib-Dems.

Tiens Delanoë devrait prendre des leçons, lui qui se proclame libéral de gauche...

mardi, 13 mai 2008

Justice et sécurité, le programme des Lib-Dems

Tiens, on parle des beaux scores des Lib-Dems en Angleterre, mais pas assez de ce qu'ils proposent. Du coup, je suis allé explorer de plus près leur site, et ce que j'y ai vu m'a bien plu, tout du moins, pour la justice et les prisons (je n'ai pas encore exploré le reste).

Déjà, chez eux, pas de démagogie. Ils exposent leur ligne directrice dans un premier lien dont j''aime beaucoup l'url : we can cut crime

Ils dressent un bilan effarant de la politique de sécurité en Grande-Bretagne, relevant que les Travaillistes (Labour) dépensent de l'argent dans des proportions phénoménales pour un résultat nul, et que le dernier gouvernement conservateur (Tories) avait tout simplement réduit le nombre de policiers. Pour eux la sécurité, ce n'est pas du fantasme de petit blanc (analyse des socialistes français) et pas davantage de l'opération de com (pratique sarkozyste de la politique de sécurité).

Donc, en fait, pour eux, c'est simple :

1. Il faut plus de policiers.

2. Il faut des prisons qui sont efficaces. 

De là ils proposent un plan pour les prisons qui me plaît bien ! 

- plus de centres de traitement psychiatrique ; ils notent que le bon traitement psychiatrique contribue à mettre fin au crime.

- plus de traitements de désintoxication (drogues) dans les prisons

- Accroissement significatif de l'instruction et de la formation en prison : ils veulent notamment tripler le nombre de prisonniers qui travaillent. Ils proposent que l'argent gagné alimente un fond de compensation pour les victimes, mais aussi les économies de celui qui travaille.

- Pour les peines courtes, plutôt que de faire de la prison, des travaux d'intérêt général. Ils veulent que ces travaux soient visibles par tous, et qu'ils durent aussi longtemps que la peine de prison. Ce qui me semble de bon sens.

- pour les adolescents criminels, des alternatives à la prison, mais dans des centres de rééducation, en fait, tout de même des prisons, mais pour mineurs. 

En revanche, ils sont très fermement opposés aux cartes d'identité, ça, c'est clair... 

Tout au long de leur projet, ils insistent beaucoup sur l'idée de réparation, ce qui me semble tout à fait fondateur. Je pense d'ailleurs que la réparation, c'est la base de la réinsertion. Ce devrait être la priorité de toute démarche judiciaire. On ne trouve évidemment cela ni chez les Socialistes, qui ne pensent qu'aux programmes sociaux, ni à une bonne partie de la droite actuelle, dont la priorité est de punir. Je pense que nous pourrions adopter une démarche similaire au MoDem. 

 Malheureusement, je ne parle pas suffisamment de langues pour aller voir ce que font les autres partis de l'Alliance des Démocrates et Libéraux Européens, mais cela vaut le coup d'observer cela de près.

Je peux me débrouiller un peu en grec moderne, et je dois plus ou moins pouvoir lire l'italien en faisant des fautes de temps à autre. Il faudrait un germaniste pour le FDP... 

Au passage, j'ai plusieurs fois parlé de Shadow Cabinet, mais les Lib-Dems, ils le font eux : voilà leur Shadow Cabinet

C'est une chose que dit Christian Blanc dans son livre, la Croissance ou le Chaos : nous autres, Français, nous n'allons pas assez regarder ce que proposent les autres pays dans divers domaines. Nous gagnerions à nous informer.  En tout cas, chapeau, les Lib-Dems : remarquablement bien organisé leur site.

Je coninuerai à explorer leur site petit à petit, et ferai des synthèses de temps à autre. Je crois qu'il y a un parti centriste chypriote qui adhère à l'ADLE. Avec du temps, je peux essayer de consulter leur programme, c'est écrit en grec moderne. Je ne promets pas pour tout de suite, mais j'essaierai de m'y coller dès que possible. 

 

jeudi, 08 mai 2008

Fondation de l'Etat d'Israël entre Lune et Soleil...

Nom d'une Sabra ! Pour réussir à trouver la date de proclamation de l'Etat d'Israël, mieux ne vaut pas compter ni sur les médias français, ni sur la Toile francophone, wikipedia compris (EDIT du 08 mai 2008 à 15h15 : je suis bon pour une nouvelle paire de lunettes à usage des bigleux : la date figure en clair sur la boîte de droite. Quel âne, je suis !). Il a fallu que j'aille sur le wikipedia anglophone pour trouver : c'est le 14 mai 1948, un jour avant la fin du mandat britannique en Palestine qu'a été proclamé l'Etat d'Israël.

Il y a un truc qui m'agace : quand on cherche Israël sur google, on trouve ce lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Palestine_(cisjordanienne_juive)

Il faut chercher directement dans fr.wikipedia pour tomber sur le lien intitulé http://fr.wikipedia.org/wiki/Israel

ça sent la magouille à plein nez. Je suis à peu près certain que ce n'est pas le fruit du hasard. Ils devraient faire du ménage à wikipedia avec leurs pages, et il y a un gros malin qui a réussi à faire joujou avec les algorythmes de google. Faut dire aussi que le site de l'Ambassade d'Israël en France est nul également : pas la moindre organisation chronologique, pas moyen de trouver des éléments historiques dans l'ordre, une url à coucher dehors, et des menus parasites en anglais partout. 

Bref, à refaire complètement, on ne risque pas de trouver de l'info sur Israël là-bas... 

Après avoir cherché, j'ai trouvé en tout petit minuscule les dates de Jour de l'Indépendance et du Souvenir, et là, un temps, je n'ai pas capté : ils disent 7 et 8 mai 2008 ! M... alors, c'est le 14 mai oui ou non ?

Coup de pot, j'avais oublié que j'étais un individu intellectuellement brillant et vif, et je me suis tout d'un coup souvenu que le calendrier hébreu n'était pas solaire. Du coup, le jour de l'Indépendance, par rapport au calendrier grégorien, il ne tombe pas à date fixe chaque année. En 1948, c'était le 14 mai, en 2008, c'est le 08 mai.

Là, je ne regrette pas d'avoir étudié le latin, et notamment Numa Pompilius avec ses réformes calendaires : comme j'ai traduit le texte de Tite-Live, je sais qu'il en a ch... un maximum, ce pauvre Numa, pour réussir à coller un calendrier lunaire sur une année solaire, notamment en ajoutant des mois intercalaires. Mais comme ça f...ait la grouille tout le temps, notamment dans l'organisation des élections, à peu près 700 ans plus tard, Jules César est passé au calendier solaire . Normal, comme il avait confisqué tous les pouvoirs, on n'avait plus besoin d'élections, et donc, pas la peine de conserver des mois intercalaires pour les traffiquer, ce que Jules avait pu faire, puisqu'il s'était d'abord fait nommer Grand Pontife à vie : or, c'était le Grand Pontife qui fixait le calendirer, jours fastes et néfastes et cetera...

Bon, en tout cas, cette année, c'est le 08 mai , l'anniversaire de l'Indépendance d'Israël : on appelle cela le Yom Haatsmaout. 

Du coup, autre réflexion, j'ai compris que Yom signifiait jour, parce que je sais que Yom Kippour signifie le jour du Kippour. Je tiens une de ces formes, moi, en ce moment... 

mardi, 06 mai 2008

Le MoDem existe ailleurs, au Canada par exemple...

« Seulement de loin, de Montréal, pas facile de s'intégrer dans un mouvement naissant pris, malgré lui, dans une succession d'élections nationales et locales aussi importantes que risquées. Le Modem, sans structure rodée, sans vedettes et sans autre projet que des valeurs aussi nobles et urgentes que non exclusives, se débat comme il peut pour se tailler une place dans la représentation nationale, puis locale. »

C'est en ces termes qu'Aurélien, du bord de sa fenêtre, exilé démocrate en Nouvelle-France, évoque sa perception des soubresauts hexagonaux du MoDem.

975048722.jpgMais voilà, le MoDem existe aussi au Canada ...Observons d'ailleurs la présence de la petite fleur de lys au-dessus de la feuille d'érable, qui indique clairement que le gros des troupes doit se trouver au Québec :-)

Comme le dit, Aurélien, « Le Modem Canada a du pain sur la planche. Entre son propre développement, les propositions aux expatriés et immigrants français au Canada à élaborer, le Conseil National du Modem, où il sera représenté et l'élection de l'Assemblée des Français de l'Étranger, où il compte bien avoir au moins un élu, le programme est chargé ; d'autant qu'au Canada comme en France, les adversaires politiques de poids ne manquent pas. »

Une suggestion de l'hérétique, s'il peut se le permettre (qu'est-ce que j'adore parler de moi à la troisième personne : notez que Jules César en fait autant dans la Guerre des Gaules, toute modestie mise à part) : trouver le parti centriste local et lui proposer de rejoindre l'Alliance Mondiale des Démocrates.

22:12 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : modem, canada, québec |  Facebook | | |

vendredi, 02 mai 2008

Israël, Palestine, Hezbollah et Liban

Coup de chapeau à la diplomatie égyptienne...du moins, si ce qu'elle a obtenu tient ! Sous son égide, les divers mouvements palestiniens accepteraient d'observer une trêve avec Israël.

J'avoue que dans ce conflit, j'ai la sensation d'être dans une intoxication permanente en termes d'information sur la réalité du terrain. Au fond, j'ai souvent l'impression que c'est de la presse israélienne elle-même que vient l'information la plus fiable.

Je n'ai pas confiance dans la presse française, souvent partiale, et je ne parle même pas des pays où ne règne pas la liberté de la presse (suivez mon regard).

J'entends souvent pas mal d'individus plaider pour le droit des Palestiniens. En réalité, la Palestine n'a jamais existé en tant qu'état, et elle n'est donc pas plus légitime que l'Etat d'Israël.

Il y avait jusqu'à la création de l'état d'Israël un autre état aujourd'hui disparu : la Transjordanie. Tout retour en arrière serait évidemment désastreux et créerait un très dangereux précédent pour d'autres zones géographiques du monde.

Ce qui me frappe, dans la presse française au moins, c'est que j'entends toujours parler des incursions israéliennes en territoire palestinien, mais très peu des attentats des factions palestiniennes les plus radicales, sauf quand ils font un nombre de morts "suffisant" pour être  "relevé" dans la presse internationale.

Mon intention n'est pas de dédouaner Israël de ses manquements et de ses fautes, mais je m'exaspère du traitement de l'information autour de cet état en France (et dans d'autres pays européens, au demeurant). 

Je n'évoque évidemment pas même les blogs alternatifs qui prétendent favoriser de la contre-information. La plupart du temps, ce sont des idéologies d'un autre temps, ou encore profondément malsaines, qui se masquent sous des propos qui prétendent à la vérité... 

Un dernier mot sur le rôle de la FINUL : je pense qu'il est très difficile de s'interposer efficacement entre le Hezbollah et Israël au Liban. Mais dans les faits, le rôle de la FINUL permet souvent au Hezbollah de reconstituer ses forces militaires. Cette attitude ne serait pas illégitime si elle ne conduisait pas ce mouvement à attaquer régulièrement Israël depuis le territoire du Liban, et à conduire, de ce fait, le Liban à la guerre, malgré lui. Or, souvent la FINUL cache la vérité de ses frictions avec le Hezbollah. 

La vérité, c'est que la FINUL n'ose entrer en conflit avec le Hezbollah : elle sait très bien que ce conflit se solderait par un bain de sang que les pays occidentaux ne sont pas près à payer (et on les comprend) et par un retournement d'une partie de l'opinion libanaise contre la FINUL.

En fait, il faudra bien admettre tôt ou tard que la FINUL est un ridicule tigre de papier qui ne dispose d'aucun moyen d'action faute d'une volonté politique claire, et qu'elle n'apporte que de la confusion là où elle est. Mieux vaudrait laisser Israël négocier directement avec le Hezbollah, et surtout, aider le gouvernement libanais légitime à avoir les moyens de faire face aux milices du Hezbollah.

 J'ajoute qu'il ne faut pas espérer vaincre miltairement le Hezbollah, ni même lui faire peur. Le Hezbollah tient sa force non des armes, mais des réseaux d'entraide et de solidarité qu'il a mis en place au Liban.

C'est donc sur ce terrain qu'il faut lutter, en mettant en place des réseaux parallèles, avec l'aide de l'armée libanaise régulière. Au lieu de dépenser bêtement nos contributions financières en munitions et canons inutiles, nous ferions mieux de financer des réseaux de dispensaires et des aides à la reconstruction des maisons, avec nos couleurs (celles de l'Europe) afin que l'origine des fonds soit claire, et en coopération avec les structures libanaises existantes. Voilà qui couperait l'herbe sous les pieds au Hezbollah. La remarque vaut aussi pour le Hamas qui fonctionne plus ou moins de la même manière.

mercredi, 30 avril 2008

Un brevet pour Ben Ali ? je rêve !

Alors là, je trouve que le Président de la République, Nicolas Sarkozy, mérite de recevoir le dernier rapport d'Amnesty International en double exemplaire au moins. Un pour lui, l'autre pour son hôte, afin que l'un et l'autre consultent la page Tunisie.

Je conçois tout à fait que les visites de chefs d'état à chefs d'état soient nécessaires, mais ce n'est pas une raison pour trop en faire. La manière dont Ben Ali lutte contre ses opposants, et pas seulement contre les islamistes au demeurant, est indigne, avec notamment un usage massif et atroce de la torture ainsi qu'une négation presque systématique des droits les plus élémentaires de la défense.

Combien de dictateurs souvent très brutaux faudra-t-il encore que la France loue, sous l'ère Sarkozy ? C'est ça, sa nouvelle politique ? 

On pouvait féliciter le chef d'état tunisien sur une série de choses, mais certainement pas sur les droits de l'homme. Moi aussi je me sens dans le camp des amis de la Tunisie, et je ne suis pas du tout sûr que Nicolas Sarkozy ait rendu service aux Tunisiens, en la circonstance. 

J'espère que les élus du MoDem vont rapidement réagir, puisque pour l'instant, seul un député PS, Pierre Moscovici, a interpelé le Président. 

19:41 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : tunisie, ben ali, sarkozy |  Facebook | | |