Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 30 novembre 2010

Il est vraiment frappé...

Et hop, encore un témoignage à classer dans les cas de psychiatrie lourde. Un blogueur complètement frappé s'est imaginé ( a déliré ? - le point d'interrogation est de trop, je sais -) sur l'après 2012.

Il s'imagine un éclatement de l'UMP mais une grande alliance allant des radicaux jusqu'à au FN. Scénario parfaitement idiot, tant ils sont nombreux, à droite, à avoir récusé formellement toute alliance avec les extrêmes. Il n'y a d'opposition pour lui que les socialistes et les villepinistes. Il ne manquerait pas les centristes et démocrates du MoDem, dans le lot ? N'est-ce pas Bayrou qui a écrit l'Abus de pouvoir ? N'est-il pas un adversaire intraitable du sarkozysme depuis la première heure ? N'a-t-il pas prophétisé avec une justesse remarquable toutes les dérives que connaîtrait notre pays ?

Notre blogueur fou évoque le cas des blogueurs qu'il voit essentiellement être internés en camp. Je le rassure, le seul internement qui pourrait l'attendre, pour ce qui le concerne, c'est surtout l'hôpital psychiatrique.

Déclarer que je pourrais me rallier à une collaboration "républicaine" avec le FN, comme le proclame le monsieur, c'est un tantinet mal me connaître. Et je ne permets pas au monsieur de décerner des brevets d'opposition ou non. L'opposition, j'y suis, et j'y resterai. De mémoire humaine, on n'a jamais vu un centriste se rallier au Front National et plus généralement à l'extrême-droite. En revanche, l'alliance rouge-brun, c'est un lieu commun. Outre qu'elle a produit des massacres au cours du 20ème siècle, elle a fait éclater à plusieurs reprises des démocraties naissantes et fragiles. Après, évidemment, les fauves se sont entre-déchirés, mais cela n'a rien d'étonnant à considérer leur nature.

C'est assez amusant de voir le comique de service rêver de révolution et de casse : voyez plutôt la bande vidéo qui illustre son propos. Pour ma part, je rêve d'harmonie et de dialogue, de paix et de progrès quand je pense à mon pays ; pas de révolution dont l'idéal proclamé peine à masquer le goût pour le chaos, la destruction et la haine et de l'autre.

Tiens, il suffit de voir comment le billet exsude la haine des femmes dont le seul tort est de s'intéresser à la mode. Notre Taliban local les préfère sans doute sous la burqa puisque les voilà affublées de l'élégant sobriquet de "pétasses".

Olympe appréciera à a juste mesure d'avoir été requalifiée comme admiratrice temporaire de Marine Le Pen sous prétexte qu'elle est une femme, j'imagine.

Quant à ce pauvre Nicolas, c'est un laïc qui ne connaît ni dieu ni maître. Ni dieu chrétien ni dieu musulman (ni d'une quelconque autre religion, au demeurant). Voilà qui suffit à le décréter islamophobe.

Ce qui est drôle au possible, c'est qu'il se prend pour un résistant en plus, notre comique pathologique.

Au début il y a une chaîne qui se demande ce que va devenir la blogosphère de gauche en 2012  si l'échec de Sarkozy est consommé. Eh bien à mon avis, elle va continuer à exister, tout simplement, avec toute la diversité des individus qui la compose. Il y a bien sûr quelques esprits fragiles, mais dans l'ensemble, on y lit des analyses de qualité, et on peut supposer que ceux qui se sont construits contre le sarkozysme se reconvertiront, tout simplement. Comme le dit Melclalex, qui est loin d'avoir perdu la raison, peut-être que certains arrêteront mais je ne crois pas qu'il seront nombreux, chacun sait faire preuve d'indépendance et a son libre arbitre devant une situation, un épisode de la vie politique ou encore "les affaires".

Je ne veux pas peiner mes compères de gauche, mais je pense que le prochain gouvernement, de droite ou de gauche, n'aura guère de marge de manoeuvre. L'heure des désillusions risque donc d'être assez terrible à gauche. On peut supposer que les plus virulents se réfugieront à la gauche de la gauche. Les autres en prendront leur parti et, qui sait, on peut toujours rêver, rejoindront le centre, le vrai, le centre démocrate, parce qu'il n'a jamais menti.

15:31 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : blog, rimbus, folie, anticipation |  Facebook | | |

samedi, 27 novembre 2010

Bayrou, je le kiffe...

J'ai trouvé très sympa ce témoignage, sur le bondy blog, d'une jeune policière, à propos des diverses personnalités politiques qu'elle a pu croiser. Bayrou, par exemple (citation) :

Et François Bayrou, le président du Modem ? Bayrou, je le kiffe. Qu’il soit à la bourre ou en avance, il est toujours le même. Il va vers les gens. Limite si tu ne le tutoies pas. Il est très agréable. A l’aéroport où je travaille, tout le monde le kiffe. Les hôtesses de l’air d’Aire France, je ne t’en parle même pas… La première fois que je l’ai vu, il était à la bourre. C’était il y a huit mois je crois. Je suis allée le chercher à sa voiture, au niveau des départs. Il était avec son garde du corps armé, un grand Antillais, lui aussi adorable. Bayrou était souriant. Son « bonjour mademoiselle » est sincère. Il te pose des questions sur les conditions de ton travail, il te demande si « tout se passe bien ». Un moment donné, lorsqu’on est entré dans l’aéroport, il a entouré mon épaule de son bras. Sur le coup, je n’ai pas compris ce qu’il était en train de faire, mais ça m’a trop fait kiffer. On a traversé le hall jusqu’au PIF (poste d’installation filtrage). Ensuite je l’ai monté au salon Air France, un salon VIP. Il m’a remerciée. Il a égayé ma journée.

J'ai déjà eu l'occasion de rencontrer Bayrou une fois. Je reconnais assez le personnage, et cela correspond aussi à ce que me disent ceux qui ont eu l'occasion de le croiser. 

Je crois que ce contact avec nous, Français ordinaires, il aime ça. Ce n'est pas un homme de salon et de clubs (je ne pense pas qu'il s'y sente à l'aise) mais vraiment de contact avec les vrais gens.

11:27 Publié dans Insolite, Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : bayrou |  Facebook | | |

mercredi, 24 novembre 2010

DSK veut ouvrir en grand les vannes de l'immigration

Les dernières déclarations de DSK, dont Marianne se fait l'écho avec grande justesse, sonnent à mon avis le glas d'une alliance entre un projet centriste et le projet socialiste.

Enfin...je l'espère !

L'abdication des élites européennes face à la dénatalité est sidérante. Jusqu'ici, je pensais que l'ouverture tout azimut de notre territoire n'était que le fait de délires de technocrates et commissaires européens bornés et sûrs d'eux, mais je vois que DSK joint sa voix au concert.

Moi, cela me sidère : c'est un retour au giscardisme des années 70. On sait très bien que l'immigration de travail stimule le dumping social et la dégradation des conditions de travail. J'ai entendu parfois des libéraux m'expliquer que ce n'était là que le jeu de la concurrence et que mes dénis n'aboutiraient qu'à ce que l'emploi se délocalise.

C'est faux. Le raisonnement ne tient pas. Parce que les emplois concernés par cette immigration de travail sont des emplois de proximité et de services à la personne. Dans l'industrie, il est déjà trop tard, et depuis longtemps. Quant aux services, la plupart du temps, la distance ne pose pas de problèmes et ils se délocalisent aussi. C'est une autre problématique.

Moi, ce qui me sidère, c'est qu'on a 10% de chômage ou presque, 20 à 25% chez les jeunes, des problèmes d'intégration pour les générations d'immigrés précédentes et que DSK veut en rajouter une couche ! Tout comme Sarkozy, au demeurant, qui, je le rappelle, s'il a roulé des mécaniques, a naturalisé français et sans conditions bien plus que le PS ne l'avait fait de 1997 à 2001.

Et ce qui m'énerve, c'est d'avaliser que nos pays européens ne seraient pas capables de stimuler leur propre démographie alors que des mesures ad hoc seraient clairement efficaces. Simplement, elles ont un coût et ne sont pas compatibles avec le dumping social.

A cela s'ajoute que DSK, comme les commissaires arrogants de Bruxelles, rêve d'ôter aux États-Nations tout pouvoir. Je ne puis que le renvoyer à l'excellent programme du MoDem au moment des élections européennes : l'Europe ne se fera pas contre les nations. 

La construction européenne n’a jamais eu pour objet de faire disparaître les Etats-nations ni les cultures régionales. Au contraire, l’Europe reconnaît le plu- ralisme des identités et des cultures, à travers par exemple la Charte euro- péenne des langues régionales ou minoritaires. Cette diversité incroyable de notre continent est une richesse à entretenir.

Alors oui, c'est tentant, le globish, le commissaire au plan européen, mais non, ce n'est pas comme cela que l'Europe peut se développer. Pas en passant par-dessus la tête des citoyens, même si je concède à DSK que les États ne sont pas très nets, puisqu'ils avalisent en douce des mesures dont il font ensuite porter le chapeau à l'Europe à voix haute.

J'adjure le MoDem de ne surtout pas s'aligner sur les positions de la gauche réformiste dans le domaine de la démographie et de l'immigration. Bayrou a été le premier à mettre en exergue la bombe démographique, en 2007, dans son programme. Il existe d'autres solutions, européennes et nationales, que l'immigration. Je souhaite que le MoDem présente un programme de rupture dans ce domaine, associé à une réflexion plus générale sur le travail et les conditions de travail, car enfin, on entend que les Français ne veulent pas effectuer certaines taches ; ah. Moi j'aimerais bien savoir pourquoi. Certaines voix sûres d'elles-mêmes expliquent que les Français sont des fainéants et en veulent plus en ramer une. Cette opinion reçu est contredite par des études internationales qui classent les travailleurs français parmi les plus productifs de la planète.

Il faudra donc bien tôt ou tard ouvrir le dossier noir des conditions de travail, là où j'attends les syndicats (ils devraient se battre là-dessus) et de véritables propositions des partis politiques.

La solution de DSK qui trouve notre droit du travail trop restrictif montre bien qu'il s'en soucie comme d'une guigne...

mardi, 23 novembre 2010

La Quadrature du centre

Les sondages convergent en direction d'une centrisation de l'électorat français : Borloo, Bayrou, Villepin, une part de l'électorat d'Éva Joly et même, finalement, une portion des intentions de vote vers DSK.

Près de 25% des voix se portant vers des voix centristes, c'est loin d'être négligeable. La difficulté, c'est qu'il n'existe pas de centre constitué en force autonome, à l'exception du MoDem. Mais le MoDem ne peut être à lui seul le réceptacle de l'expression centriste, et d'ailleurs, sur l'échiquier politique, 15% des Français seulement se réclament du centre. Pas que les autres se reconnaissent dans la gauche ou la droite, mais plutôt qu'un bon tiers ne se retrouve pas dans les clivages traditionnels, intégrassent-ils le centre désormais.

Je ne sais pas si Dominique de Villepin est un candidat centriste. Mais pour Borloo, s'il se présentait, cela ne ferait pas de doute qu'il évoluerait dans la sphère centriste, quand bien même s'est-il compromis, à mes yeux, avec les dérives sarkozystes.

Je pense que DSK, s'il choisit de représenter la gauche , va devoir gérer l'abyssale contradiction qui fracture la gauche depuis plusieurs années. On a en France une gauche qui en pince encore pour la vulgate marxiste dans ses discours, tout du moins, et qui envisage en même temps de choisir le directeur du FMI pour champion.

A droite, on croit que ce paradoxe-là pourrait être rédhibitoire pour DSK. Moi, je n'exclus pas du tout que DSK soit élu président de la France sur un quiproquo, ou, en tout cas, un malentendu.

Bref, il ne faut pas rêver à un échec de la gauche sur la base des divisions qui la minent. 

Pour cette raison, le centre va devoir se démarquer. Isolés, nous n'y réussirons pas. Ni Bayrou, aussi grands soient les mérites du personnage, ni Borloo, quelle que soit sa popularité, ne peuvent y arriver tous seuls. Je plussoie pleinement Jean Arthuis rêvant d'une confédération centriste portant sur les fonds baptismaux une candidature unique. Cette candidature, au demeurant, pour qu'elle soit comprise par les électorats, aurait à prendre la forme d'un ticket.

On ne peut pas s'allier avec Éva Joly et ses décroissants, et d'ailleurs, ils ne le souhaitent pas. De toutes façons, Éva Joly n'est ni une candidate centriste ni une candidate verte, c'est une candidate de gauche, et les Verts le revendiquent clairement. 

Je ne suis pas convaincu que Dominique de Villepin soit vraiment un centriste, mais, si le rassemblement doit être grand, et même si pour ma part je le situe à droite, il peut avoir vocation à rejoindre un axe centriste.

J'ai confiance que l'Alliance Centriste, dont c'est la raison même d'exister, rejoindrait une grande alliance...centriste !

Il reste le cas du Nouveau Centre. Ce n'est pas un parti centriste. C'est un parti de droite. Mais certains de ses membres peuvent se retrouver aisément dans  la grande alliance à laquelle je songe. N'excluons pas la droite modérée de notre quadrature.

Pour ma part, je serais prêt à voter pour un ticket Bayrou-Borloo quel que soit son ordre, à condition que le programme de ce ticket s'inspire des valeurs humanistes, libérales et démocrates-chrétiennes, qu'il présente un clivage fort avec ceux de la droite et de la gauche, qu'il soit indépendant, et qu'il porte les thèmes et les idées qui me sont chers :

- excellence de l'éducation et liberté pédagogique des communautés éducatives

- relocalisation et réindustrialisation de la France.

- réforme des retraites (retraites à points, comptes notionnels)

- réforme de la fiscalité (progressivité accrue, suppression des niches, de l'ISF, du Bouclier et mise en place d'un impôt limité sur le patrimoine hors résidences principales).

- politique culturelle forte, notamment par une relance énergique de la francophonie dans toutes les agences culturelles

- diplomatie résolument orientée vers une européanisation de notre diplomatie, y compris en procédant par cercles concentriques des bonnes volontés, pour construire l'Europe à laquelle nous aspirons.

- indépendance véritable de la justice

- réforme de notre système électoral et introduction d'une dose réelle de proportionnelle.

Voilà quelle serait l'ébauche des grandes lignes qui devraient inspirer à mes yeux un grand programme centriste. Non un programme à mi-chemin de la droite et de la gauche, mais un programme de rupture, volontariste et novateur.

17:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags : centre, bayrou, borloo |  Facebook | | |

samedi, 20 novembre 2010

Hervé Morin et le boomerang des commissions légales (Karachigate)

C'est un principe bien connu chez les Aborigènes en Australie, le boomerang quand on l'envoie, si on ne fait pas gaffe, ils vous revient dans la gueule.

Dans nos sociétés modernes, quand tu balances un  glaviot bien vert par la fenêtre de ta portière de voiture, fais gaffe à cracher plus vite que le vent sinon tu te le prends à la tronche.

Le minable SCUD d'Hervé Morin a entraîné un certain nombre de discussions sur ce blogue et entre autres les commentaires d'un journaliste politique expert du journal La Croix, Laurent de Boissieu, qui tient aussi un blogue personnel.

Voici le commentaire qu'il a laissé : 

Continuant à ajouter des précisions sur la note de mon blog, j'ai relu les travaux de la mission d'information parlementaire sur les circonstances entourant l'attentat de Karachi, et je suis tombé sur un passage qui ne manquera pas de vous intéresser:

"M. François Léotard, ministre de la défense lors de la principale phase de négociation du contrat, a confirmé ne pas avoir eu connaissance de la négociation des FCE, compte tenu de ses multiples responsabilités. M. Léotard a indiqué savoir que des intermédiaires étaient reçus au ministère de la défense mais que: «c'étaient les membres de mon cabinet (François Lépine, directeur du cabinet, Hervé Morin, Renaud Donnedieu de Vabres, le général Mercier) qui les recevaient»".

FCE: "frais commerciaux exceptionnels", les fameuses commissions, légales à l'époque.

Ben voilà. Je pense qu'Hervé Morin est clairement mieux placé que François Bayrou pour donner des éléments qui permettront au grand public les tenants et les aboutissants de cette histoire de sous-marins, de commissions et de rétro-commissions.

vendredi, 19 novembre 2010

Karachigate, le SCUD minable d'Hervé Morin

Hervé Morin est un quasi-inconnu en France : il a beau avoir été Ministre de la Défense, on ignore qui il est, et quand on ne l'ignore pas, on se fiche bien qu'il ait disparu du gouvernement, il ne servait de toutes façons à rien.

François Bayrou a demandé une levée du secret-défense à propos de l'affaire des attentats de Karachi. Il s'agit de savoir si cet attentant est des représailles déguisées à la cessation de paiement de commissions et de rétro-commission à des dignitaires pakistanais en échange de la conclusion d'achats de sous-marins.

Il se dit que certaines de ces rétro-commissions auraient servi à financer la campagne présidentielle d'Édouard Balladur en 1995.

Hervé Morin a sous-entendu que puisque l'UDF avait à l'époque soutenu Balladur, les membres les plus éminents de l'UDF n'ignoraient rien des fonds qui servaient à financer cette campagne et fait observer que François Bayrou était alors président du CDS, l'une des composantes de l'UDF de l'époque.

Eh ben va-s-y mon gars : crache ton venin minable pour tenter de déconsidérer François, à l'évidence au-dessus de tout soupçon. On peut dire que l'UDF a été assainie complètement, dans les années 90, à la venue de François à la tête de l'UDF en 1997 : s'il y avait bien des pratiques qu'il ne tolérait pas, c'étaient les magouilles de toutes sortes.

Maintenant, je le prends au mot, le Morin : apparemment il sait des choses, puisqu'il le dit lui-même. Eh bien qu'il témoigne, que les Français soient édifiés. Comme l'a dit François, il en a trop dit ou pas assez.

Ce mec-là veut exister à tout prix ? Oh, eh bien il va exister, mais je ne suis pas certain qu'il soit gagnant. Parce que s'il sait des choses et qu'il l'ouvre maintenant, pas certain qu'il soit très futé de sa part de faire le vertueux... Melclalex fait le malin en réduisant la chose à une querelle de centristes, moi, j'y vois quelque chose de plus grave et de plus sale, car il s'agit bien d'une manoeuvre pour tenter d'impliquer malgré lui quelqu'un qui n'est comptable d'aucune faute. Une sorte de Clearstream à la Morin, en somme. Et c'est à ce gars-là que tu fais confiance, JP ?

Un âne a classé l'Échiquier à l'extrême-droite...

Je me suis rendu aujourd'hui sur un blogue qui m'a presque fait rire. Au départ, je venais de chez l'ami Hashtable qui venait de découvrir avec stupeur mais amusement qu'on l'avait rangé aux franges de l'extrême-droite.

Curieux de tempérament, voilà que m'est alors venue l'idée de regarder quels blogues on rangeait ainsi dans la fachosphère, et, à ma grande surprise, en grossissant l'image, juste au-dessus de h16, à l'extrême-droite de l'infographie, en vert, devinez ce que j'ai découvert :

Ça. Ça, c'est l'Échiquier, les amis.

Vous avez entendu, Adrien DEBEVER , ataraxosphere , Aurélien Véron , Criticus , dans la besace de Nelly Margotton , Des mots grattent , Double-entendre , Démocratie Durable , Détours à Tours , Exigence démocratique , Georges Fernandes , Graine de Centriste , Humeurs de vaches , J'ai rarement tort ... , La France de toutes nos forces , La Maison du Faucon , La troisième voie... , Bob , Geneviève - B , polluxe , SOS Éducation , Mirabelle  , Médiastique , Quindi... , Une marguerite en Provence , Unique et commun à la fois , Éloge de la liberté de parler , on est des fachos...

Trop drôle. Un ramassis de blogs centristes, libéraux,  républicains et verts...Trop drôle, mais bon, ça ne me fait quand même pas vraiment rire. Le seul blogue qui aurait des ponts avec la fachosphère, ce serait Criticus à la rigueur, que je classe à la droite nationale, mais qui a tout de même bien des différences avec les fachos purs de dur (pas antisémite, pas raciste, pas anti-européen, ça fait quelques divergences tout de même).

En dehors de ça, les blogueurs de l'Échiquier risquent de s'étrangler, parce que le blog l'Échiquier, il se contente de rédiger des synthèses de blogues issus du flux.

Bref, faut se renseigner un minimum avant d'écrire n'importe quoi et de réaliser n'importe quelle carte...

Au fait, tant que j'y suis, je rappelle la charte éthique de l'Échiquier :

- respect de la législation française, notamment, pas d'anti-sémitisme, pas de racisme, pas d'homophobie, pas d'appel à la violence (ni contre les étrangers ni contre les patrons) et cetera...

- pas de diffamations les uns envers les autres

- respect du choix de l'expression (notamment de l'anonymat pour ceux qui désirent user de cette forme afin de s'exprimer plus à leur aise ou à l'abri d'éventuelles pressions de leurs employeurs, par exemple).

- affichage du flux sur son blog

- qualité de l'écriture (pas de texto, SMS, textes truffés de fautes d'orthographe et/ou de style et de syntaxe)

- billets originaux (les blogs participants ne doivent pas se limiter à être de simples relais de l'AFP, de la presse ou des communiqués d'un parti politique)

Nouveaux blogues bienvenus sur le flux s'ils s'engagent à en respecter l'esprit...

 

jeudi, 18 novembre 2010

Droits d'inscription à l'IEP de Paris

J'abhorre  Richard Descoings et ses rêves de Business School, et comme tout un chacun a pu le constater, je ne manque jamais une occasion de l'enfoncer sur ce blogue.

Toutefois, si je veux être crédible, je dois m'appuyer sur des faits avérés. Rien ne m'empêchera de penser que l'affirmative action de Descoings est de la poudre aux yeux et que l'IEP ne reproduit pas moins les inégalités socio-culturelles que toutes les autres grandes écoles françaises, mais, force est de reconnaître que je me suis trompé sur les droits d'inscription que je présumais à l'IEP de Paris pour appuyer une démonstration récente.

Or, je déteste laisser une erreur flagrante sur mon blogue. Enfin, flagrante à ce point.

Reprenons. J'avais dit qu'un foyer avec un revenu fiscal de 66 000 euros par an et deux enfants devait payer 12 000 euros par an en master si l'un des deux enfants souhaitait entrer à l'IEP

Je me suis trompé.

En fait, c'est 4760 euros. Évidemment, comme Descoings fait son humaniste avec ses students et alumni (en Amérique, mot d'origine latine qui désigne les anciens étudiants des campus), il s'est trouvé un groupie pour porter jusqu'ici la flamme du Descoings'power. Enfin, même si ce n'est pas mes 12 000 euros qui représentaient à eux seuls 20% du revenu de ma famille bourgeoise, cela fait encore 7.5% des revenus totaux pour les seuls droits d'inscription. Si l'on considère tous les frais attenants (logement, notamment), les 12 000 euros sont plus que largement enfoncés : j'ai calculé que l'on dépassait allègrement les 15 000 euros par an.

L'arrogant Descoings fait l'humaniste, mais dans le même temps, il rêve de médiocrité pour les lycéens français, considérant les humanités comme un luxe, la diversité des formations au lycée comme une billevisée.

Parce que les étudiants qui arrivent jusqu'à l'IEP, ce ne seront pas ceux qui seront passés par les établissements qui auront appliqué ses obsessions et théories pédagogolâtres, mais bien les fils et filles de bonne famille passés par les écoles privées select et l'élitiste and very expensive Ipesup...

Descoings se donne bonne conscience en signant des appels à la suppression des notes dans le primaire et fait dans la fibre sociale en recrutant des indigènes du 93, mais je peux vous assurer que la moyenne, vous avez intérêt à l'avoir à l'IEP, pour passer d'une année à l'autre. Et mieux vaut ne pas tarder, parce que dans le cas contraire, pas de sentiments et viré, voilà votre sort.

Bref, cette élite arrogante, dominatrice et sûre d'elle-même me débecte : elle hurle hypocritement  avec les hyènes pour offrir de la merde au petit peuple pendant qu'elle même se vautre dans la soie avec une mine dégoûtée.

Cette mise au point ne change rien au fond de mon propos.

22:57 Publié dans Education, Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : iep, droits, descoings |  Facebook | | |

mardi, 16 novembre 2010

Toujours des adhésions, au MoDem

Tiens, une sollicitation insolite mais sympathique aujourd'hui, sur mon lieu de travail. Un collaborateur vient vers moi : nous discutons souvent, c'est un socialiste social-démocrate, et moi, je suis centriste d'obédience.

Je fourbis déjà mes armes, songeant que nous allons certainement croiser le fer, quand il me demande soudainement les coordonnées des Jeunes Démocrates à Paris : sa fille de 17 ans s'y intéresse, et plus généralement a envie de s'engager politiquement. Il m'avoue alors ne pas avoir eu le coeur de la renvoyer vers les MJS... :-)

Sympa. Ça m'a mis de bonne humeur. Bon, le tout est de ne pas l'envoyer n'importe où : après les Régionales, il a fallu se compter et serrer les coudes.

Hop, j'ai mis la main sur le site des Jeunes Démocrates de Paris. M'ont l'air sympas comme tout, les jeunots, et dynamiques, en plus.

Bon, j'ai plus qu'à envoyer l'adresse du site à la jeune fille.

lundi, 15 novembre 2010

Ah, les centristes de la majorité...

Ouais. Les "centristes" de la majorité, comme on entend çà et là. Les centristes et la droite, quoi. Je ne veux pas être sarcastique, Dieu sait si j'en ai rêvé, moi, d'un rassemblement de centristes, mais objectivement, pourquoi tous ces gars-là cherchent à se recomposer ? Parce qu'ils n'ont pas obtenu de maroquins dans le nouveau gouvernement. C'est tout.

Bayrou, lui, au moins, on sait que c'est sur des bases philosophiques et programmatiques, qu'il n' a pas voulu la rejoindre, cette majorité : ce n'est pas une question de pouvoir ou de nonos à ronger. 

Comment voulez-vous que je fasse confiance à ces centristes-là dont la seule ambition semble de désirer des ministères. Des ministères ? Mais pour faire quoi, les amis, si vous vous couchez devant toutes les réformes de Nicolas Sarkozy comme vous l'avez fait depuis trois ans, même les plus iniques ? Même les plus absurdes ?

Le MoDem a bien des travers, mais lui qu'on a accusé d'être fluctuant, a finalement, tout comme Bayrou, son président, toujours maintenu une ligne indépendante, et somme toute, claire, au niveau des idées. Qui peut en dire autant de l'autre côté de la rive ?

Moi, je crois qu'une réunification pourrait être possible, mais si les "centristes de la majorité" déclarent d'ores et déjà qu'ils ne cherchent qu'à apporter une valeur ajoutée à la majorité actuelle, ce n'est pas la peine.

Le but du centre, ce n'est pas de servir de faire-valoir, mais de servir de force d'attraction, comme voulait le faire Bayrou en 2007 qui rêvait de faire travailler ensemble Borloo et DSK.

Tant que tous les centristes ne seront pas sur cette ligne-là, qui nous aime nous suive, c'est peine perdue, il n'y aura pas de force centriste digne de ce nom. Ouais, moi aussi je rêve d'un centre, mais pour l'instant, cela reste du domaine de l'onirisme...

23:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : centre, centriste, bayrou, modem |  Facebook | | |