Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 novembre 2010

Le fusible fonctionne à plein pour le Premier Ministre

Et nous voilà avec Fillon II. Qu'est-ce que j'aurais rigolé, à certains égards, avec Nicolas Sarkozy comme président. Historique dans la Vème République, le Président sert de fusible au Premier Ministre ; et puis c'est du fusible de qualité, en plus. Non seulement il a été contrainte de reprendre Fillon, le Sarko, mais en plus, son premier ministre en sort renforcé au point d'acquérir désormais une crédibilité comme candidat de la droite en 2012, puisqu'il pourrait, selon un sondage récent, battre Martine Aubry au second tour de l'élection présidentielle.

Au centre rallié, le mauvais Gainsbourg l'a mauvaise : il s'est vu trop haut et trop vite et s'est fait souffler la place de Premier Ministre qu'il convoitait. Pauvre Borloo. Le voilà sur le carreau. Eh, les amis centristes, feriez-bien d'écouter ce que vous suggère Marielle...

Judas pourrait bien commencer à y songer le matin, en se rasant. Toutefois, l'un froid et réaliste, l'autre animal politique, savent qu'un conflit serait dévastateur pour l'un et pour l'autre. Mais si Nicolas Sarkozy avait l'intelligence tactique de préparer la transition en sacrifiant son ambition personnelle, la droite pourrait être en mesure de récupérer la mise en 2012 en raison des profondes contradictions qui secouent le Parti Socialiste.

Je n'ai pas grand chose à dire de ce remaniement, à l'exception de la nomination de Michel Mercier comme Garde des Sceaux. Je l'avais appelée de mes voeux dans mon gouvernement favori par défaut . Je vais suivre avec intérêt le personnage et voir, désormais, ce qu'il est vraiment capable de faire. Étant donné l'état de notre justice, il a du travail, beaucoup de travail devant lui.

Je ne sais pas, néanmoins, s'il faut se réjouir, en définitive : Michel Mercier a certainement oeuvré pour convaincre plusieurs de ses amis sénateurs centristes de laisser passer l'inique réforme des collectivités territoriales au Sénat. Jacqueline Gourault pour le MoDem a bien montré à quel point cette réforme était malhonnête et injuste. Est-ce à dire, alors, comme je le soupçonne, que cette nomination est le prix d'un reniement ? J'en ai bien la crainte.

00:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook | | |

dimanche, 14 novembre 2010

Le PDE réfléchit sur la natalité européenne

Quand il y a un congrès du Parti Démocrate Européen, le groupe politique auquel appartient le MoDem à l'échelon européen, je le suis avec la plus grande attention, car je suis certain, à tous les coups, d'y trouver une moëlle des plus substantifiques pour ma propre réflexion. Robert Rochefort était chargé de rendre une synthèse sur le modèle social européen. Ce que son groupe de travail a écrit sur la natalité et la stimulation de la natalité européenne est très proche de ce que je pense.

Dans de nombreux pays européens, la politique familiale est insuffisante. On ne peut renvoyer à la seule vie privée la recherche de conciliation entre les différentes contraintes de la vie moderne qui conduit trop souvent au recul de l'âge de la maternité voire tout simplement à l'abandon du projet d'avoir des enfants. Or la stimulation de la natalité - tout en respectant le désir des familles - est la première des mesures de long terme qui combat le vieillissement de la population européenne. Comment faire ?

Les gouvernements ont mis en place différentes mesures financières destinées à encourager les parents à concevoir plus d'enfants : des primes de naissance, des réductions fiscales, ou encore des allocations distribuées aux familles pendant toute la durée de l'enfance et souvent de l'adolescence. Comme nous l'avons vu dans le premier chapitre, ces soutiens financiers varient fortement en quantité et en nature d'un Etat membre à l'autre. Cependant, les études montrent que de telles mesures tendent à avoir des impacts très faibles sur la fertilité, et que ceux-ci sont sur le très court terme. Il semblerait notamment que les "bonus" de naissance et autres initiatives de ce type tendent à encourager les parents qui avaient déjà décidé d'avoir un enfant de concevoir celui-ci plus tôt que prévu, mais n'aient que très peu d'impact sur les parents qui n'avaient pas pris la décision de procréer.

Néanmoins, ce qui est le plus déterminant a trait à la possibilité pour les individus de pouvoir concilier de façon très concrète leur vie professionnelle et leur vie familiale. Pour le Parti Démocrate Européen, c'est sur cela que les pouvoirs publics, nationaux et européens, doivent agir en priorité.

Il faut d'abord développer les mécanismes de garde des jeunes enfants à disposition des familles et en faciliter l'accès.

Ainsi, les horaires d'ouverture des écoles maternelles et primaires pourraient être allongés et celles-ci rester ouvertes durant une partie des vacances scolaires en développant les activités extrascolaires. Pour les plus jeunes, il faut développer l'offre de service de garde, en particulier multiplier le nombre de place de crèches, tant en zone rurale qu'en zone urbaine. Dans certains pays de l'Union, cela n'existe pas du tout, et il convient de créer cette forme d'accueil.

En outre, il faudrait que les ménages les plus modestes puissent bénéficier d'un mécanisme d'aides financières directes à la garde d'enfants. Attention toutefois à ne pas confondre les politiques familiales et celles de lutte contre la pauvreté. L'une et l'autre sont des nécessités mais elles possèdent leur logique propre. La France, pays qui a peut- être le mieux réussi à établir puis à préserver un "package" de mesures destinées à rendre compatible la vie professionnelle et la vie familiale - surtout pour les femmes - obtient des résultats relativement satisfaisant en terme de natalité par la coexistence - toujours menacée - des deux politiques.

Une idée intéressante est le label "employeur respectueux de la famille", comme le système de certification lancé par la Slovénie en 2007. Celui-ci encourage les employeurs à introduire sur le lieu de travail des politiques prenant en compte les besoins des familles - "chèques garde d'enfants" permettant de subventionner le placement de ceux-ci en centre aéré pendant les vacances, mise à la disposition des salariés une structure de garde durant les vacances scolaires, etc. - en valorisant l'entreprise par l'octroi d'un label spécifique la différenciant de ses concurrents sur le marché de l'emploi.

Il faut également favoriser le temps partiel avec horaires aménagés. Les outils modernes de communication choisis (webmail, téléphone portable, fax, vidéo conférence, etc.) donnent aux individus toutes les clés pour travailler efficacement depuis leur domicile. Il faut donc encourager les possibilités de télé travail afin de faciliter l'exercice d'une activité professionnelle pour les parents qui gardent leurs jeunes enfants à domicile.

Il faut aussi promouvoir le congé paternité, qui reste très peu développé en Europe, alors qu'il vise à aider les pères à s'insérer dans leur rôle et participe à l'amélioration du partage des tâches entre les hommes et les femmes.

Signalons enfin que la politique familiale est par définition interministérielle. Elle touche à tous les autres secteurs de la vie publique. Il faut insister tout particulièrement à cet égard sur la nécessité de prendre en compte les besoins de logements confortables et à prix abordables pour les familles. Or ce n'est pas le cas aujourd'hui dans de très nombreuses villes importantes de l'Union. La hausse des prix des loyers y a été très élevées et les constructions neuves insuffisantes. Lorsque les familles n'ont pas d'autre choix que de rester au cœur des villes dans des logements exigus, ou bien de devoir s'installer dans les périphéries éloignées, cela peut retarder ou endiguer leurs projets de parentalité.
D'une façon générale on constate dans les pays de l'Union que le nombre "désiré" d'enfants par les couples est inférieur à celui qu'ils procréent (de 0.3 à 0.5 enfants en moyenne). Tout doit être fait pour réduire et tendre à supprimer cet écart. Pour tous les humanistes, existe-t-il un projet plus important que celui de permettre aux familles de réaliser leur projet de descendance ? Le paradoxe de la société d'hyperconsommation réside bien ici : tout est fait pour pouvoir disposer des objets du moment (voiture, écran de télévision à haute définition, téléphones portables, consoles de jeu...) mais cela se fait parfois au détriment du troisième, voire du second enfant pourtant désiré.

jeudi, 11 novembre 2010

Et si je me présentais à la présidence du MoDem ? (moi l'hérétique, je veux dire)

Histoire de rigoler, évidemment, ok ? Non, parce que j'ai lu les appels désespérés de ce pauvre Jacky Majda pour récupérer des signatures afin de parrainer sa candidature, alors je me suis, ben tiens, pourquoi pas moi :-) Oui, je précise que le 12 décembre a lieu le Congrès du MoDem avec élection de son président ( au fait, on devrait se pencher aussi sur le sort de l'UDF, à ce Congrès...)

Y'a quand même un inconvénient : faudrait que le lève officiellement mon anonymat et, à vrai dire, je n'y tiens pas plus que cela. Tenez, par exemple, une chaîne m'a convié récemment pour un reportage, mais comme je voulais préserver ce dernier petit coin de tranquillité, elle a reculé, faisant valoir que d'autres blogueurs faisaient le même choix que moi et qu'ils en avaient ras la casquette de filmer en flouté.

Bon, moi, je l'aurais fait rigolo : en houppelande avec un tison enflammé ou un truc dans le genre. Z'ont pas voulu...

Si on change les statuts du MoDem et qu'on peut être président et anonyme, cela me branche bien de me présenter, sinon, bon, tant pis, je renonce...

Sérieusement, pour que je parraine une candidature, il faut que j'aie le sentiment qu'elle ait tout de même un poids politique. 

Si Gilles Artigues se présentait, par exemple, je pourrais en effet soutenir sa candidature. Ce pourrait être le cas de deux ou trois autres têtes du MoDem (Robert Rochefort, pour donner un autre nom) et puis ça serait à peu près tout. Je n'évoque pas Marielle qui ne se présenterait pas face à François, cela va de soi.

MoDem, de l'incantation à l'action

J'ai entendu avec espoir François Bayrou parler récemment d'espoir crédible pour évoquer le type d'opposition qu'il entend incarner. C'est un langage qui m'a plu. La mise en place d'un shadow cabinet il y a un mois est aussi une saine démarche qui va dans le bon sens.

Mais il faut aller plus loin : il faut remettre à plat le fameux projet humaniste et dépasser le niveau de la déclaration d'intention et du lieu commun. Or, au MoDem, nous en sommes encore là.

Il s'agit de faire des propositions chiffrées et réalistes et de s'engager sur des axes de réflexion majeurs.

- la défense des libertés, à commencer par les libertés économiques, par exemple ; seulement, il s'agit d'être large. D'évoquer les rigidités que génèrent notre absence de flexibilité dans le droit du travail, particulièrement dans la fonction publique, mais de défendre dans le même temps le citoyen-consommateur trop souvent à la merci d'une entreprise dont l'état se fait d'autant plus complice qu'elle est plus grosse. Les Class Actions devraient figurer en tête de gondole dans le super-marché de nos idées au rayon libertés économiques. 

- la relocalisation de nos industries. Commencer par ne pas transférer massivement nos technologies à la Chine serait un premier pas. Après, c'est toute une organisation du travail et une réflexion sur l'urbanisation et les moyens de communication qui est à mener. A cela peut s'ajouter l'arme fiscale qui aplanit le profit de chaque entreprise dans la part du coût d'un produit.

- une réflexion globale sur l'écologie en prenant garde de ne pas glisser dans l'ornière grossière des apparences. Sans rentrer dans les outrances d'Intox2007, force est de constater qu'il pose des questions pertinentes sur la fameuse croissance verte. Il devrait d'ailleurs en parler à ses futurs alliés verts ou du Parti de Gauche... Une fiscalité blanche comme l'entend Yann Werhling dans une tribune récente me paraît une bonne piste, puisqu'elle permet de ne pas ajouter de nouveaux impôts, mais de les répartir simplement différemment.

- lutter contre les discriminations. Je ne parle pas de la discrimination positive ni de toutes les imbécillités similaires, mais ce qui fait que, dans ce pays, quand on naît de rien, on n'aboutit à rien. Pourquoi ne se produit-il pas, comme en Amérique ou en Angleterre, qu'une personnalité issu d'un milieu modeste ou moyen puisse faire fortune ? En France, le pouvoir et la richesse ne se transmettent que de puissant à puissant. A nous de trouver la parade sans tomber dans l'égalitarisme débilitant dont la gauche ne parvient pas à se défaire. En île de France, François Bayrou avait choisi, aux Régionales, de faire d'un chef d'entreprise issu de la banlieue la tête de liste du MoDem. A des personnalités comme Alain Dolium, nous devrions dérouler des tapis rouges. Ce sont ces individus-là qui nous intéressent, partis de pas grand chose, mais ayant gravi les échelons.

- et puisque la France attache tellement d'importance à ses diplômes nous devrions porter d'autant plus d'attention à l'école ; non en s'alignant bassement sur les positions exprimées au PS et à l'UMP, à la remorque des effets de mode (les rythmes scolaires) mais en écoutant des spécialistes qui tirent la sonnette d'alarme depuis fort longtemps. Est-ce que le MoDem est encore capable d'audace ? Est-ce que le MoDem est capable de prier Natacha Polony de devenir sa conseillère spéciale sur les questions d'éducation et de reprendre une partie de ses propositions ? Collège unique, collège inique, scandait François Bayrou en 1993 : alors François, qu'est-ce que tu attends ? Commence par rayer le programme du MoDem, et écris, avec l'avis de gens impliqués un programme de rupture sur l'éducation, ce qui suppose évidemment de ne pas s'appuyer que sur des individus issus du sérail.

- sur la dette, faisons comme nos amis lib-dems : disons ce que nous prévoyons de faire avec un programme chiffré et précis. 

- les retraites, nous avons été clairs, mais mal entendus : nous défendons l'idée d'un système à points, voire de comptes notionnels. Allons jusqu'au bout et établissons un document technique qui définit les points que nous pouvons gagner pour chaque profession. Expliquons comment nous allons parvenir à mettre d'accord entre elles toutes les caisses de retraites pour adhérer à un tel système, car ce serait aussi un gros enjeu d'une telle réforme.

Bref, j'ai défendu le Projet Humaniste, mais toujours à contre-coeur. Ce n'est pas un programme. C'est un catalogue d'intentions, et, de surcroît, certaines d'ente elles me déplaisent carrément. Remettons-le complètement à plat et dessinons un programme politique digne de ce nom, c'est à dire un programme de gouvernement. Je ne fais ici que tracer les débuts d'une feuille de route, mais je crois ne pas me tromper en montrant du doigt cette voie.

Je rappelle, pour ma part, que j'avais entamé une réflexion avec le groupe Fondation sur googlegroups ; je transfère les premières propositions petit à petit sur e-democrate sous le nom de César Borgia. Il s'agit de reprendre le Projet Humaniste section par section et de l'amender.

Allez François, il nous faut des espoirs crédibles, désormais !

16:22 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : modem, bayrou, programme |  Facebook | | |

lundi, 08 novembre 2010

Du centre au tiers-état

Un débat s'est engagé chez Thierry Crouzet, à l'issue de la publication de son ouvrage : la tune dans le caniveau. J'ai attaqué assez rudement les thèses (encore à l'état d'ébauche) qui figurent dans l'ouvrage, mais elles méritent un véritable débat. Je recommande d'ailleurs vivement la lecture de cette nouvelle d'anticipation.Comme je l'ai déjà dit, j'aime bien le papier quand je lis, et même si j'ai lu sur Internet le livre, je viens de procéder à l'instant même à l'achat du livre papier chez la cOOp.org. Indépendamment des thèses évoquées, le livre est d'abord un récit fort bien écrit qui ne manquera pas de faire rire certains lecteurs, bien qu'il n'ait pas pour objet premier d'être comique. La vision des gauchistes en furie scandant "riche ! Riche ! Riche" n'est pas sans rappeler les rassemblements de révolutionnaires dans l'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert. Sans doute les préoccupations d'Extase ne sont-elles pas les mêmes que celles de Frédéric, mais c'est bien un Paris en proie au désordre et à l'agitation que les deux héros traversent. Réminiscence ? Peut-être. Seul Thierry Crouzet le sait. Dans le livre de Flaubert, les révolutionnaires applaudissent dans une grande salle un discours prononcé entièrement en espagnol, auquel ils ne comprennent goutte. Les gauchistes grévistes de Crouzet m'ont quelque peu fait penser à ces républicains en herbe...

L'idée qu'il y a un ailleurs dans la sphère sociale et politique est un idée qui a émergé depuis quelques années. Les premiers à s'en saisir ont sans doute été les associatifs, mais le plus puissant vecteur, en France, de cette idée nouvelle, a été, à n'en pas douter, en 2007, François Bayrou. 

L'idée de François Bayrou, en 2007, était de considérer qu'il existait toute une frange de la population qui ne se reconnaissait pas dans le clivage droite-gauche, à l'instar du Tiers-État avec la noblesse et le clergé peut avant la Révolution française. Celle de Thierry Crouzet, un peu plus complexe, est d'estimer qu'il existe une catégorie de citoyens pas identifiables ni insérables dans les structures de pouvoir de la société humaine.

Thierry Crouzet juge que ces inclassables sont le moteur de l'évolution future de l'humanité : non qu'ils soient majoritaires dans la société, mais parce qu'ils exercent un pouvoir d'attraction. Il observe que l'évolution du monde (au moins occidental, du moins) dans lequel nous vivons, pousse vers toujours plus d'individuation. Or, ces inclassables sont ce qu'ils sont en raison de leur réfraction à toute tentative d'intégration dans un modèle. Ces inclassables, parfois des oubliés, ce sont ceux dont Bayrou a voulu se faire le porte-parole en 2012 avec l'idée non pas qu'ils étaient le Centre en tant qu'entité politique à mi-chemin de la droite et de la gauche, mais le centre de la sphère politique, avec un raisonnement assez proche de celui de Thierry Crouzet.

Toutefois, cette individuation croissante s'accommode mal de l'élection présidentielle, centrée sur un seul homme. Tout l'effort du MoDem à sa création a justement été de tenter d'appliquer les thèses que Thierry Crouzet développe : intelligence collective, action politique sur le mode coopérative.

C'est cette idée que je veux battre en brèche, parce qu'elle conduit droit à l'impasse. Depuis les débuts du MoDem, je l'ai combattue, parfois férocement, toujours avec constance.

Si je concède à Thierry Crouzet très volontiers l'individuation croissante de la société, j'y vois d'abord, et en premier lieu, un effet direct du modèle que constituent nos démocraties marchandes. Comme l'avait supposé Tocqueville dans sa Démocratie en Amérique, la société démocratique se morcelle toujours plus au fil du temps, ses citoyens se repliant au fil du temps dans la sphère privée.

Je ne vois en aucun cas comment des intérêts divergents (parfois opposés) pourraient se regrouper pour faire émerger une troisième force. Thierry Crouzet brandit l'intelligence collective comme une force immanente comme si elle pouvait se constituer comme à la fois une et multiple ; la Tune dans le Caniveau est pourtant exemplaire à cet égard : Noam peine à convaincre, et les excités qui se dressent face à lui finissent par lâcher des rafales de pistolet-mitrailleur dans sa direction.

Extase fulmine contre Noam quand elle réalise qu'elle a été trompée et que ce dernier est devenu un doppelgänger.

Dans le folklore, le doppelgänger n'a pas d'ombre et son image n'est pas reflétée par un miroir ou l'eau. Il est supposé donner des conseils à la personne qu'il imite, mais ces conseils peuvent induire en erreur et être malintentionnés. Ils peuvent aussi en de rares occasions semer la confusion en apparaissant devant les amis et proches de leur victime ou en induisant des idées dans l'esprit de leur victime (Source, Wikipedia).

Oui, l'individuation augmente, mais chaque individu ne peut se faire porteur à lui seul d'une parole ou d'actions qui se voudraient collectives. En réalité, l'individuation est à la fois une chance et une menace pour nos démocraties. Une chance parce qu'elle est une possibilité de renouvellement (mais pas auto-induite !), un danger parce qu'elle contribue à la désintégration du corps social.

Toute la difficulté est de trouver les structures qui permettront de canaliser cette force protéiforme. Si le Centre, comme entité politique, a paru le réceptacle naturel de ce mouvement, c'est d'abord parce qu'il recèle une longue tradition de défense de l'individu et de mise en avant de la liberté. Ce n'est donc pas tout à fait un hasard qu'il refasse surface en même temps que cette tendance de fond. Ceci ne fait pas pour autant de tous les inclassables des centristes, ni des libéraux. Mais ils ont en commun la défense de leur identité. On peut comparer à cela le programme politique du MoDem dont l'introduction suggère de libérer toutes les initiatives, quelles qu'elles soient (entrepreneurs, artistes, associatifs, chercheurs, et cetera...).

Je n'ai pas de solution-miracle, mais je crois qu'il y a dans le projet de Crouzet une contradiction profonde : d'un côté, la volonté de libérer les identités, et c'est tout le sens de l'appel de Noam, mais de l'autre, un détour vers une certaine forme de basisme ; maladie infantile du communisme, observaient avec acuité les Soviétiques à la fin des années 60. L'intelligence collective de Thierry Crouzet me fait penser au Noûs (νοῦς) d'Anaxagore, le philosophe et aux critiques que lui adressa alors Socrate qui cessa d'être son disciple  dans le Phédon (97d sqq) : tout enthousiaste à la suite d'une lecture publique des théories d'Anaxagore, Socrate pensa avoir trouvé enfin LE livre qui lui permettrait de découvrir la finalité des choses. Il dut déchanter. L' Intelligence d'Anaxagore, pas plus que celle de Thierry Crouzet, n'a 'intention, de projet ou de programme; elle ne vise rien. En somme c'est une Intelligence aveugle.

Pour ne pas demeurer sur une note excessivement négative (car à mes yeux, Thierry Crouzet a fait une moitié du chemin, l'autre demeurant encore à découvrir), j'ai choisi le passage que j'ai jugé le plus délicieux ; paroles d'Extase qui inscrivent Crouzet dans l'idéal de modération et de mesure longtemps porté par les sagesses pratiques antiques (Stoïciens, Épicuriens, Cyniques, Aristotéliciens), et certainement traduites dans le domaine politique par la mouvance centriste (UDF, MoDem, Alliance Centriste, parfois Nouveau Centre) :

Extase savait que le bonheur était aussi contagieux que la haine. Seule une société d’andouilles pouvait être franchement heureuse ou malheureuse.

dimanche, 07 novembre 2010

Eh oui, Jean-Louis, faut prendre des risques...

Bon, je crois que c'est à peu près acté pour Borloo : il ne sera pas premier ministre. Les sondages le placent loin derrière Fillon, or, comme l'omni-président dirige le pays à coups de sondages...

Cela dit, Borloo paie autre chose : c'est une personnalité politique qui ne prend pas de risques, c'est à dire qui n'exprime pas des positions fortes. Quand Bayrou disait de lui qu'il manquait de solidité, je crois qu'il ne voulait pas dire autre chose.

C'est d'ailleurs souvent le cas des "chouchous" des sondages. Ils ne disent rien ou presque, c'est à dire rien de conflictuel. Du coup, facile quand on ne s'oppose à rien et que l'on est d'accord avec le vent dominant, d'être très populaire. Tiens, je parie qu'en montrant des dents plus longues qu'il n'y paraît, Borloo va y laisser des plumes dans les prochains sondages de popularité.

Ancien avocat de Bernard Tapie, je n'oublie pas qu'il a lâché Bayrou en pleine campagne électorale à la présidentielle de 2002 puis qu'il n'a pas eu le courage de franchir le pas en 2007 en dépit d'une lettre pressante de plus de 1000 jeunes de son parti.

Cela n'empêche pas l'individu d'être sympathique et humain, je n'ai aucun doute sur ce point, mais il manque de poids politique. Face à un Fillon qui a un caractère autrement plus trempé, il n'y a pas photo.

Pour conclure, ce ne serait évidemment pas un drame s'il devait devenir premier ministre, loin de là, et ma fibre centriste s'en réjouirait certainement. Mais en temps de crise, j'avoue que j'aurais assez peu confiance dans la vigilance du capitaine...

Voilà qui répondra peut-être partiellement aux interrogations de Stef, d'une autre vie... L'Faucon, comme moi, mais aussi comme pas mal d'électeurs du MoDem, se satisferait à peu près d'un maintien de Fillon, mais comme vrai premier ministre, comme il le dit en conclusion...

vendredi, 05 novembre 2010

Consultant chez wikio...

L'information est officielle. Wikio cherchait un nouveau consultant politique, apparemment. J'ai donc tout bêtement postulé, et me voilà bombardé consultant.

Mission ? repérer de nouveaux blogues, proposer des changements de catégories quand c'est pertinent, remonter les souhaits et les remarques des blogueurs.

En échange, j'ai droit à une retraite chapeau de...enfin, non, je ne peux pas dire publiquement le montant, cela friserait l'indécence. Quant aux avantages fiscaux, puisque j'ai désormais le droit à ma carte de journaliste, je préfère ne rien dire, de peur de provoquer de l'envie et des animosités dans la blogosphère(1).

Bon, il va falloir évidemment trier le bon grain de l'ivraie. Au cimetière du classement les mauvais blogs, au Paradis des tops le bon (2).

Sérieusement, pour en venir au vif du sujet, si vous lisez ce billet, avez un blogue politique non identifié par wikio, êtes là depuis quelque temps, et comptez rester, c'est le moment de vous faire connaître. J'en profite pour inviter ceux qui sont partis à revenir (gros appel du pied à Reversus ou à Meilcour, par exemple), à ceux qui n'ont rien compris aux flux, à les afficher complètement, pas partiellement (particulièrement ceux qui évoluent sous wordpress et overblog  afin qu'on puisse les insérer dans base de wikio.

Je précise qu'aucune autre plate-forme que wikio ne tente à ce point de porter les blogues et ce qu'ils représentent en avant et que figurer dans sa base de données est 100% avantageux pour chacun d'entre vous.

Pour tous ceux que la perspective de voir l'infâme droitier que je suis devenir consultant pour wikio hérisse, qu'ils sachent que la mission n'est que de 6 mois, et qu'ils pourront sans doute postuler à l'issue de cette période si je ne suis pas renouvelé.

(1) Comme il y aura toujours un andouille pour le prendre au premier degré, je signale que je blague et que j'agis évidemment à titre gratuit, simplement parce que la blogosphère politique me distrait agréablement voire m'amuse et dans tous les cas m'intéresse.

(2) Voir (1)

 

15:57 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (39) | Tags : wikio, l'hérétique |  Facebook | | |

mercredi, 03 novembre 2010

Tiens, paf, v'là l'wikio politique de Novembre 2010

 

1 Partageons mon avis
2 Sarkofrance
3 Hashtable
4 Le coucou de Claviers
5 cginisty
6 intox2007.info
7 Carnet de notes de Yann Savidan
8 LES JOURS ET L'ENNUI DE SEB MUSSET
9 Lyonnitude(s)
10 lepost.fr/perso/bruno-roger-petit
11 Les coulisses de Sarkofrance
12 Bah !
13 Une Autre Vie
14 Piratage(s)
15 A perdre la raison
16 des pas perdus
17 L'Hérétique
18 RichardTrois
19 cpolitic
20 Peuples.net

Classement débattu chez Wikio

Bon...Voyons, comparons à mon estimation. Hashtable rentre dans le top 3 ! Nom de Zeus ! Je ne l'avais pas vu venir ! Chapeau pour l'affreux libéral qu'il est ! Puisse-t-il y demeurer longtemps. Un loup libéral dans la bergerie gauchiste, voilà qui est pour le moins surprenant. Euh...ouille : je me suis gamellé assez lourdement dans mes estimations. Zut alors. Comment cela se fait-il ?

Je serai plus vigilant la prochaine fois. 

Taxer les hauts revenus ? Quelle erreur !

C'est très tendance, toutes formations politiques confondues, à l'heure actuelle, de crier haro sur les hauts revenus. Allez, les riches paieront ! Sus aux koulaks, ces vils exploiteurs du peuple, et faisons-leur rendre gorge !

Même des personnalités estimables, comme Jean Arthuis, se laissent prendre au jeu du reflet de ce miroir aux alouettes. Je signale au passage Éva Joly dont le projet économique, outre sa triste banalité, est tout entier et sans intelligence axé autour d'une fiscalité toujours plus alourdie : la vieille éthique a encore frappé.

Je parage en réalité complètement l'avis d'André Lévy Lang, polytechnicien qui reprend en fait l'intégralité des propositions de Bayrou en 2007 : taxer toujours plus l'emploi hautement qualifié, celui qui touche les plus hauts salaires, est une bêtise et de nature à engendrer une fuite des cerveaux, tôt ou tard.

En revanche, comme l'avaient déjà calculé François Bayrou et Charles de Courson en 2007 pour le programme de l'UDF, il suffirait d'un impôt de 1 pour mille sur le patrimoine, après avoir supprimé l'ISF, pour récoler 9 milliards d'euros de recettes contre 4 milliards pour l'ISF à l'heure actuelle. Je ne dirais jamais à quel point ce programme était excellent : la situation entre temps n'a pas changé, enfin...si : elle s'est dégradée. On peut donc reprendre 90% des propositions qui y figurent.

Jean Peyrelevade ne se moque pas moins de la corne d'abondance socialiste : même en taxant 30% des revenus du capital, nous serions très loin des montants nécessaires pour venir à bout de nos déficits abyssaux.

Fred qui a lu le billet laisse sans réponse ni proposition l'aporie que constitue l'équation de nos dépenses et nos recettes. Pas possible de taxer les entreprises dans un pays qui souffre désormais d'un cruel manque de compétitivité.

T'as envie d'être président, toi ?

Il est intéressant, le billet de Philippe Cohen de ce matin, sur le site de Marianne2 : il analyse le peu d'enthousiasme des candidats putatifs à l'élection présidentielle de 2012. Pas de ceux auxquels les pronostics laissent peu de chance, mais ceux qui peuvent raisonnablement être conduits à la tête de la nation : Martine Aubry, DSK, Sarkozy lui-même si la gauche ne lui oppose pas un candidat crédible et suffisamment populaire. On pourrait évidemment rêver, et j'en fais partie, d'un candidat centriste qui ferait consensus dans l'électorat centriste, hélas, cette famille-là est complètement éclatée, et en dépit des efforts méritoires de Jean Arthuis pour la recomposer, je pense que c'est décomposée et avec pléthore de candidats qu'elle se rendra au rendez-vous de 2012, hypothéquant à coup sûr ses chances.

Il me semble toutefois que Philippe n'aborde le sujet que par un seul oeil de la lorgnette : ce n'est pas exactement que ces candidats pensent que la France soit irréformable. Non, plus exactement, c'est qu'il va surtout falloir prendre des mesures difficiles et impopulaires parce que la France est au bord du gouffre, et que la génération politique qui endossera de redresser notre pays se sacrifiera.

En ce sens, Philippe Cohen a raison de constater qu'une Christine Lagarde et un Pascal Lamy appellent à une gouvernance mondiale : ils n'ont surtout pas envie de se coltiner le sale boulot. Réflexe bien français que de refuser d'assumer ses responsabilités. Mais réflexe bien français aussi, au moins dans la sphère politique, que de promettre de raser gratis.

Sans promettre des larmes, de la sueur et du sang, je ne répéterais jamais assez combien François Bayrou me semblait le seul candidat en 2007 à avoir proposé un programme politique honnête, et de ce point de vue, combien il demeure l'un des rares aujourd'hui à dire la vérité aux Français sur ce qu'il ferait comme président.

Je note avec satisfaction que François Hollande s'engage dans la même direction, puisqu'il a d'ores et déjà annoncé qu'il assommerait la France et les Français d'impôts si jamais il était élu. Bien sûr, je ne suis idéologiquement en rien en accord avec le système de taxes que Hollande veut imposer, mais je lui reconnais le mérite de la cohérence. D'un point de vue étatiste et socialiste, il faudra au moins cela pour assainir nos comptes publics. Et je dois aussi admettre que j'agrée certaines de ses propositions, par exemple celle de laisser la maîtrise d'au moins un impôt à chaque niveau de collectivité.

Pour revenir à DSK et Martine Aubry, qui sont des réformistes, ils sont gênés aux entournures parce qu'ils n'osent pas dire clairement ce qu'ils envisagent devoir faire. Au demeurant, ils sont confrontés au même problème que Ségolène Royal en 2007 : sur une ligne réformiste, elle aussi, elle a été contrainte de voir le projet du PS se substituer au sien. Si elle a perdu l'élection, c'est surtout parce qu'elle n'a pas osé l'affrontement avec l'appareil du PS. C'eût pourtant été nécessaire pour espérer être crédible.

Quant à Nicolas Sarkozy, les Français savent désormais à quel point il brasse du vent et promet n'importe quoi. Il n'a pas de bilan à défendre et ne sera pas crédible quoi qu'il promette, d'autant qu'il a usé largement toutes les ficelles dont il pourrait se prévaloir. C'est un homme qui confond la parole et l'action, et dont la foi dans le texte est telle qu'il croit, déformation d'avocat sans doute, qu'il suffit qu'il soit figé dans le marbre pour qu'il se réalise en actes.

Philippe Cohen observe que les intellectuels sont plus prolixes que les politiques : oh, ça, pour être prolixes, ils le sont. Le problème, c'est que toujours facile d'être prolixe quand on promet la Lune, et que les propositions se déclinent sous la forme de "yaka" et de "faukon". L'histoire nous enseigne l'incompétence crasse de la plupart des intellectuels quand ils accèdent à des postes de pouvoir, même s'il a existé quelques exceptions. Si les politiques demeurent prudents, c'est peut-être qu'ils ont une conscience bien plus nette de l'ampleur de la tache...