Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 novembre 2010

Karachigate, le SCUD minable d'Hervé Morin

Hervé Morin est un quasi-inconnu en France : il a beau avoir été Ministre de la Défense, on ignore qui il est, et quand on ne l'ignore pas, on se fiche bien qu'il ait disparu du gouvernement, il ne servait de toutes façons à rien.

François Bayrou a demandé une levée du secret-défense à propos de l'affaire des attentats de Karachi. Il s'agit de savoir si cet attentant est des représailles déguisées à la cessation de paiement de commissions et de rétro-commission à des dignitaires pakistanais en échange de la conclusion d'achats de sous-marins.

Il se dit que certaines de ces rétro-commissions auraient servi à financer la campagne présidentielle d'Édouard Balladur en 1995.

Hervé Morin a sous-entendu que puisque l'UDF avait à l'époque soutenu Balladur, les membres les plus éminents de l'UDF n'ignoraient rien des fonds qui servaient à financer cette campagne et fait observer que François Bayrou était alors président du CDS, l'une des composantes de l'UDF de l'époque.

Eh ben va-s-y mon gars : crache ton venin minable pour tenter de déconsidérer François, à l'évidence au-dessus de tout soupçon. On peut dire que l'UDF a été assainie complètement, dans les années 90, à la venue de François à la tête de l'UDF en 1997 : s'il y avait bien des pratiques qu'il ne tolérait pas, c'étaient les magouilles de toutes sortes.

Maintenant, je le prends au mot, le Morin : apparemment il sait des choses, puisqu'il le dit lui-même. Eh bien qu'il témoigne, que les Français soient édifiés. Comme l'a dit François, il en a trop dit ou pas assez.

Ce mec-là veut exister à tout prix ? Oh, eh bien il va exister, mais je ne suis pas certain qu'il soit gagnant. Parce que s'il sait des choses et qu'il l'ouvre maintenant, pas certain qu'il soit très futé de sa part de faire le vertueux... Melclalex fait le malin en réduisant la chose à une querelle de centristes, moi, j'y vois quelque chose de plus grave et de plus sale, car il s'agit bien d'une manoeuvre pour tenter d'impliquer malgré lui quelqu'un qui n'est comptable d'aucune faute. Une sorte de Clearstream à la Morin, en somme. Et c'est à ce gars-là que tu fais confiance, JP ?