Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Cela chauffe en Corée... | Page d'accueil | Il faut protéger les adolescentes »

mardi, 23 novembre 2010

La Quadrature du centre

Les sondages convergent en direction d'une centrisation de l'électorat français : Borloo, Bayrou, Villepin, une part de l'électorat d'Éva Joly et même, finalement, une portion des intentions de vote vers DSK.

Près de 25% des voix se portant vers des voix centristes, c'est loin d'être négligeable. La difficulté, c'est qu'il n'existe pas de centre constitué en force autonome, à l'exception du MoDem. Mais le MoDem ne peut être à lui seul le réceptacle de l'expression centriste, et d'ailleurs, sur l'échiquier politique, 15% des Français seulement se réclament du centre. Pas que les autres se reconnaissent dans la gauche ou la droite, mais plutôt qu'un bon tiers ne se retrouve pas dans les clivages traditionnels, intégrassent-ils le centre désormais.

Je ne sais pas si Dominique de Villepin est un candidat centriste. Mais pour Borloo, s'il se présentait, cela ne ferait pas de doute qu'il évoluerait dans la sphère centriste, quand bien même s'est-il compromis, à mes yeux, avec les dérives sarkozystes.

Je pense que DSK, s'il choisit de représenter la gauche , va devoir gérer l'abyssale contradiction qui fracture la gauche depuis plusieurs années. On a en France une gauche qui en pince encore pour la vulgate marxiste dans ses discours, tout du moins, et qui envisage en même temps de choisir le directeur du FMI pour champion.

A droite, on croit que ce paradoxe-là pourrait être rédhibitoire pour DSK. Moi, je n'exclus pas du tout que DSK soit élu président de la France sur un quiproquo, ou, en tout cas, un malentendu.

Bref, il ne faut pas rêver à un échec de la gauche sur la base des divisions qui la minent. 

Pour cette raison, le centre va devoir se démarquer. Isolés, nous n'y réussirons pas. Ni Bayrou, aussi grands soient les mérites du personnage, ni Borloo, quelle que soit sa popularité, ne peuvent y arriver tous seuls. Je plussoie pleinement Jean Arthuis rêvant d'une confédération centriste portant sur les fonds baptismaux une candidature unique. Cette candidature, au demeurant, pour qu'elle soit comprise par les électorats, aurait à prendre la forme d'un ticket.

On ne peut pas s'allier avec Éva Joly et ses décroissants, et d'ailleurs, ils ne le souhaitent pas. De toutes façons, Éva Joly n'est ni une candidate centriste ni une candidate verte, c'est une candidate de gauche, et les Verts le revendiquent clairement. 

Je ne suis pas convaincu que Dominique de Villepin soit vraiment un centriste, mais, si le rassemblement doit être grand, et même si pour ma part je le situe à droite, il peut avoir vocation à rejoindre un axe centriste.

J'ai confiance que l'Alliance Centriste, dont c'est la raison même d'exister, rejoindrait une grande alliance...centriste !

Il reste le cas du Nouveau Centre. Ce n'est pas un parti centriste. C'est un parti de droite. Mais certains de ses membres peuvent se retrouver aisément dans  la grande alliance à laquelle je songe. N'excluons pas la droite modérée de notre quadrature.

Pour ma part, je serais prêt à voter pour un ticket Bayrou-Borloo quel que soit son ordre, à condition que le programme de ce ticket s'inspire des valeurs humanistes, libérales et démocrates-chrétiennes, qu'il présente un clivage fort avec ceux de la droite et de la gauche, qu'il soit indépendant, et qu'il porte les thèmes et les idées qui me sont chers :

- excellence de l'éducation et liberté pédagogique des communautés éducatives

- relocalisation et réindustrialisation de la France.

- réforme des retraites (retraites à points, comptes notionnels)

- réforme de la fiscalité (progressivité accrue, suppression des niches, de l'ISF, du Bouclier et mise en place d'un impôt limité sur le patrimoine hors résidences principales).

- politique culturelle forte, notamment par une relance énergique de la francophonie dans toutes les agences culturelles

- diplomatie résolument orientée vers une européanisation de notre diplomatie, y compris en procédant par cercles concentriques des bonnes volontés, pour construire l'Europe à laquelle nous aspirons.

- indépendance véritable de la justice

- réforme de notre système électoral et introduction d'une dose réelle de proportionnelle.

Voilà quelle serait l'ébauche des grandes lignes qui devraient inspirer à mes yeux un grand programme centriste. Non un programme à mi-chemin de la droite et de la gauche, mais un programme de rupture, volontariste et novateur.

17:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags : centre, bayrou, borloo |  Facebook | | |

Commentaires

Confédération du centre serait idéale, un candidat unique aussi. Cependant je garde un peu de recul par rapport au discours de Jean Arthuis qui diverge souvent de ses actes.

J'ai beaucoup d'estime pour une personnalité comme Jean Arthuis, je l'ai répété plusieurs fois sur mon blog. Mais Arthuis s'est allié à l'UMP aux régionales, il s'est abstenu sur la réforme territoriale permettant ainsi au texte de passer.

En gros Arthuis dit comme le MoDem mais ne fait pas comme le MoDem. Dans ces conditions, difficile d'y voir clair...

Écrit par : balle au centre | mardi, 23 novembre 2010

Bonjour,

que penser de cette réforme de la fiscalité:


Tranche marginale de revenus taux marginal d'imposition
de 0 € à 5 963 € 5 %
de 5 963 € à 11 896 € 9 %
de 11 896 € à 26 420 € 18 %
de 26 420 € à 45 000 € 35 %
de 45 000 € à 80 000 € 46 %
de 80 000 € à 120 000 € 55 %
120000 € et plus 65 %
RECETTE TOTALE 94.2 Mrds
Pour mémoire: recette actuelle 51.2 Mrds

merci à vous pour avoir mentionné le site
http://www.revolution-fiscale.fr
via un de vos tweets :-)

Fabrice

Écrit par : Fabrice_BLR | mardi, 23 novembre 2010

Bravo !

Écrit par : Jourdan | mardi, 23 novembre 2010

@Fabrice
ce que vous donnez, ce sont des revenus par an ou par mois ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 23 novembre 2010

Le problème, comme toujours, est que certains de ces "centristes" n'envisagent pas de quitter la majorité, et que les autres n'imaginent pas y rentrer.

Donc pour faire cette confédération, il faudrait accepter et intégrer dès le départ que si son candidat n'est pas au second tour, la confédération se dissoudra et ses membres redeviendront des adversaires...

Et pour bien faire, il faudrait aussi organiser une primaire pour désigner le candidat.

Pas facile tout ça...

Écrit par : Terrien | mardi, 23 novembre 2010

Mouais, certains sondages^^^

Écrit par : Martine | mardi, 23 novembre 2010

Ce sont les revenus bruts fiscaux.

Ainsi, le taux d'imposition d'une personne touchant 150 000€ bruts (sans niche fiscale) est de:

5% sur les 6000 premiers euros
9% sur les 6000 suivants
18% sur les 15000 suivants
35% sur les 19000 suivants
46% sur les 35000 suivants
55% sur les 40000 suivants
et
65% sur les 30000 suivants

Hors abattements fiscaux, cela ne ferait un TEG que de 45%.
Notez, qu'en cas d'investissements dans l'économie, des abattements existeraient. Donc le montant total ne fonctionnerait pas.

Écrit par : Fabrice_BLR | mardi, 23 novembre 2010

@Fabrice,
Qu' appelez-vous "niche fiscale" ?
Ensuite ai des difficultés à saisir "la progressivité" des pourcentages, suis effroyablement novice donc, faut m'espiquer longtemps^^^Et puis, je sais aussi que les "recettes miraculeuses"...N'est-ce pas ?

Écrit par : Martine | mardi, 23 novembre 2010

@Martine

"Sans niche fiscale" sous-entend que j'exclue tous les abattements habituels à ce niveau de revenus: frais professionnels, charges sociales du personnel de maison, etc...

Pour ce qui est des pourcentages, je les ai choisis pour donner une idée de ce que pourrait être un impôt sur le revenu plus efficace qu'en ce moment. Pour autant, afin d'éviter toute confusion et les cris d'orfraie des "je donne plus d'un jour sur deux", je démontre que même avec une tranche marginale maximale à 65% pour les sommes gagnées au-dessus de 120000€, il faudrait atteindre un très gros revenu pour subir un Taux Effectif Global (TEG) de 50% et plus.
Sans compter qu'à ce niveau d'argent, il est légitime que l'Etat nous incite à investir.

Pour répondre à votre deuxième critique, aucune recette miraculeuse n'est prévue dans un tel schéma. Il ne s'agit que d'un changement, normalement transitoire, de la grille d'impôt sur le revenu, douloureux, mais nécessaire pour pouvoir rééquilibrer durablement nos comptes publics et ne plus se retrouver dans la position où notre premier poste budgétaire est le remboursement des intérêts de la dette.

Cela, bien sûr, ne nous exonérerait pas d'une réflexion sur le volet "dépense". Pour ce faire, la meilleure méthode est la *transparence* des dépenses engagées. Je fais confiance aux français pour savoir choisir les meilleures politiques publiques, une fois que tous les éléments seront sur la table.
A cet égard, tout le monde devrait encourager le formidable travail entrepris par l'association "Regards Citoyens":
http://www.regardscitoyens.org/

Fabrice

Écrit par : Fabrice_BLR | mardi, 23 novembre 2010

Vous excluez, ca j'avais compris à la base, mais définitivement?

Écrit par : Martine | mardi, 23 novembre 2010

Oui, en ce moment nous rêvons tous d'une grande alliance centriste. Pourquoi pas même y intégrer les radicaux de gauche ?
Le problème c'est que la politique étant ce qu'elle est, cette alliance n'a aucune chance de voir le jour.
Déjà en 2012, Borloo sera toujours à l'UMP parce que le contrat d'association du parti radical et de l'UMP est basé sur la durée de la législature. Est-ce que Bayrou sera prêt à s'allier avec un Borloo UMP ?

Cette alliance, si elle voit le jour, ce sera après 2012 quand le parti radical sera indépendant ou quand sera créé un futur parti centriste regroupant radicaux, nouveau centre et certains de l'UMP

Écrit par : PatJol | mardi, 23 novembre 2010

@Martine

"Vous excluez, ca j'avais compris à la base, mais définitivement?"

C'est désormais moi qui ne comprend pas :-)
Si vous voulez bien préciser, je pourrai répondre.

Écrit par : Fabrice_BLR | mardi, 23 novembre 2010

C'est tout à fait ce qu'il me semblait... :o))

Écrit par : Martine | mardi, 23 novembre 2010

Si Borloo a quelque chance de rassembler sous sa bannière les centristes de la majorité, je ne crois pas possible qu'il puisse former un ticket avec François Bayrou.

Parce que tout comme les Verts ne veulent pas s'allier au MoDem, je ne crois pas Bayrou prêt à s'allier avec Borloo. Ni avec Villepin ou qui que ce soit qui puisse lui disputer son statut de leader.

D'autant que le rassemblement de tous les centres butte inévitablement sur la structuration encore très prégnante de notre paysage politique en deux blocs adversaires. D'un côté l'aile droite du PS, le PRG et un MoDem qui n'a plus d'alliance possible qu'à gauche. De l'autre l'aile centriste de l'UMP, le Parti radical, la Gauche moderne, le NC et une Alliance centriste qui est d'ores-et-déjà l'alliée de la droite. En vérité, aucune formation centriste n'est indépendante.

Et puis, ta rapidité à classer le NC à droite, tout autant que le fait que tu puisses envisager que Villepin soit centriste, démontrent que nous sommes encore très très loin de dépasser la guerre des Neu-neus initiée au soir du 1er tour de 2007. Il faudra du temps pour que nos mentalités changent. Notre refondation ne peut se construire en plaçant Sarkozy en son centre, entre anti-sakozyste du MoDem et de République solidaire et sarko-compatibles de Borloo, Morin et Arthuis.

Après, j'adhère pleinement aux idées que tu défends. Toute notre difficulté, c'est qu'elles manquent toujours autant de lisibilité électorale. Pour gagner il est indispensable d'être lisible pour l'électeur moyen, ce dont nous sommes intrinsèquement incapables.

La seule ambition que peut avoir le centre, c'est de devenir suffisamment fort pour influencer sensiblement l'un des deux grands camps. Comme les LibDems ont réussi à l'être pour Cameron, et la FDP pour Merkel.

Écrit par : Bob | mardi, 23 novembre 2010

Tout à fait d'accord avec Bob.

En fait, on ne pourra avoir de vraie force centriste qu'en passant au scrutin proportionnel.
Tant qu'on aura le scrutin majoritaire, on aura deux grands blocs qui s'affrontent et aucune troisième voie ne pourra émerger.

Écrit par : PatJol | mardi, 23 novembre 2010

Je ne comprend pas qu'on puisse encore imaginer que le salut puisse venir d'une "confederation centriste" aux contours flous dans laquelle il faudrait s'acoquiner avec tous les pseudos centristes qui,à un niveau ou à un autre, ont soutenu le gouvernement ump et sa politique...
Les Français ont besoin de clarté et surtout ils ont besoin de personnes en qui ils puissent vraiment avoir confiance ce qui exclut de fait tous les pseudos centristes que vous citez...

La presidentielle c est la rencontre d un homme et d'un peuple disait le general de Gaulle...

Je ne vois que Bayrou pour incarner cet homme apte à rencontrer le peuple...
Rien n'est garanti, mais c'est vers cet objectif qu il faut tendre...

Quant aux Arthuis, Borloo, Morin et compagnie, ils ne m'interessent pas et jamais je ne soutiendrai des gens tels qu'eux...

Écrit par : serge92 | mercredi, 24 novembre 2010

Logiquement d'accord avec le billet de l'Hérétique sauf que l'histoire montre que les tickets n'ont jamais marché ...Il ne faut qu'un seul leader pour porter le message par soucis de clarté.

Au vu des sondages, la "titine" ne récolte pas les fruits du mécontentement général sous doute parce que le PS n'a pas de propositions crédibles.

DSK exploserait Sarko, ceci est sans doute lié à sa bonne prestation au FMI qui lui donne une dimension internationale et renforce sa crédibilité.

Donc pour contrecarrer DSK, afin de lui faire peur il serait bon qu'un candidat centriste se dégage avant juin.....

Écrit par : europium | mercredi, 24 novembre 2010

Le trésor du MoDem, c'est son indépendance vis à vis de l'UMP et du PS.

Depuis le remaniement, Morin a clairement choisi vers qui il dirigerait ses scuds.

Quand à Borloo, il y a tout de même la phrase de Sarkozy lors de son allocution "Il me sera utile à l'extérieur du gouvernement" qui n'inspire pas confiance.

Pour moi le MoDem doit tenir sa ligne et fixer des conditions fermes à ceux qui souhaitent le rejoindre dans la future campagne (notamment sur l'indépendance avant et après l'élection).
Le MoDem est la seule voie crédible vers un véritable pluralisme. Et le pluralisme est devenu une urgence dans ce pays.

C'était la raison principale, nécessaire et suffisante avant même l'élaboration du progamme, de mon adhésion en 2007. Elle est renforcée aujourd'hui.

Écrit par : Aurélien | mercredi, 24 novembre 2010

Clarté et lisibilité sont les 2 mamelles de la confiance (pas mal hein !)
Est-ce qu’un agglomérat de personnalités et de « groupuscules » peut aboutir à un ensemble cohérent clair et lisible ?
Je ne le pense pas, malheureusement, sauf à imaginer comme le suggère Serge92, que tous se rallient derrière la bannière de François Bayrou seul, à ma connaissance à pouvoir répondre aux caractéristiques que tu énonces: « présenter un clivage fort avec ceux de la droite et de la gauche, qu'il soit indépendant, et qu'il porte les thèmes et les idées qui me sont chers ».
Pour ce faire, cela supposerait, outre que chacun laisse au vestiaire ses ambitions personnelles, ce qui n’est pas gagné, que François Bayrou puisse la jouer rassembleur, modeste et consensuel….ce qui n’est pas gagné non plus !

Écrit par : Nicolas007bis | mercredi, 24 novembre 2010

Nos commentaires se sont croisés, ma conclusion: Pareil qu'Aurélien !

Écrit par : Nicolas007bis | mercredi, 24 novembre 2010

FB a certes l'image d'un chevalier blanc qui prône l'indépendance, mais est-ce suffisant pour être qualifié pour le second tour d'une présidentielle? A mon avis non, sinon il l'aurait déjà été en 2007......

Une image ne suffit pas, il faut aussi des actes, et un acte fort serait de faire la paix avec tous les centristes, de montrer qu'il peut-être au dessus de la mêlé, et par conséquent qu'il est capable de fédérer autour de sa personne.....

Écrit par : europium | mercredi, 24 novembre 2010

Ce que moi j'attends c'est une personne (de gauche ou de droite ou du centre) qui déciderait d'appliquer ce programme :

- supprimer les niches fiscales qui coutent 70 milliards d'euros / an (dont le bouclier fiscal)

- lutter vraiment contre les fraudes fiscale et sociale des entreprises et des particuliers qui coutent à la collectivité 30 à 40 milliards d'euros / an

- revenir sur les allègements de charges patronales qui selon la cour des comptes ne seraient pas vraiment efficaces et dont le manque à gagner pour l'état en cumulé depuis 1993 se monte à 33 milliards d'euros. Et même plus largement faire le tri dans le foutoir couteux des 65 milliards d'euros d'aides publiques aux entreprises , dont la pertinence est remise en question dans de nombreux rapports

- surtaxer de 20% les ménages ayant un revenu moyen de 100 000 euros annuels, et 10% ceux juste en dessous (50 000 euros annuels). Gain : 45 milliards d'euros ! pour ces gens-là le résiduel à vivre sera toujours important après impôts.

- augmenter l'IS pour les Ets financières du CAC 40 sachant que le taux d'impôt effectif supporté par les grandes entreprises sur leurs bénéfices est de 10% alors que celui des PME est de 30%.

- supprimer les retraites et avantages en or massif des députés, sénateurs et hauts fonctionnaires

Gain de ces mesures : 100-150 milliards d'euros / an ! c-à-d de quoi financer les dépenses de santé (déficit sécu = 14 milliards), et alimenter les caisses de retraite (10 milliards de déficit) plutôt que de repousser l'âge de départ.

En parallèle on pourra éventuellement repousser l'âge de départ en retraite si c'est vraiment nécessaire c-à-d s'il manque encore des ressources. Parce qu'il est anormal que des gens soient obligés de rester en activité jusqu'à 65 ans voire + parce qu'ils n'ont pas eu la chance d'être fonctionnaire ou en CDI bien payés toute leur vie.

- supprimer le cumul des mandats

- remettre de la démocratie au Parlement vu que des millions de citoyens ne sont pas représentés à l'assemblée nationale (citoyens d'extrême-gauche et d'extrême-droite), actuellement l'assemblée nationale n'a qu'une légitimité démocratique très relative, et en plus ressemble surtout à une chambre d'enregistrement de l'exécutif....

- renforcer les services publics plutôt que les démanteler. J'entends par là y mettre de vraies ressources humaines à la place d'administratifs incompétents, capables de manager dans le bon sens du terme, c-à-d en respectant les fonctionnaires et avec le souci d'être vraiment au service des citoyens. Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui où le but ultime étant la disparition des services publics on les laisse pourrir à petit feu pour mieux s'en débarrasser.

- rendre les syndicats plus forts comme en allemagne ou dans les pays nordiques. Des syndicats vraiment représentatifs, de tous les salariés et surtout les précaires, dans toutes les Ets y compris dans les TPE pour que d'une part le rapport de force ne soit pas déséquilibré entre les salariés et la hiérarchie et que d'autre part les salariés soient bien défendus, informés de leurs droits et représentés.

Écrit par : toto | mercredi, 24 novembre 2010

@toto
deux profs = 50000 euros par an de revenus.
Classe moyenne = de 3500 euros par mois à 5000 euros par mois de revenus, soit de 40 000 euros à 60 000 euros de revenus par an.
Votre programme est délirant.
Je ne parle même pas du reste.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 24 novembre 2010

Pour moi DSK serait la pire des solutions pour la France et pour l'Europe :

http://www.marianne2.fr/Quand-DSK-devoile-son-plan-secret-pour-l-Europe_a200027.html?TOKEN_RETURN

Écrit par : airlane | mercredi, 24 novembre 2010

@airlane
J'avais lu la Tribune et le Figaro.
Il y a pire que DSK : Sarkozy. Sinon, on est d'accord, en effet.
Je vais écrire un article sur les projets de DSK à ce sujet.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 24 novembre 2010

>"Votre programme est délirant."

Ca c'est de l'argumentation !

Écrit par : toto | mercredi, 24 novembre 2010

Pas le temps de lire tous les coms, donc excusez pour les redites, je soulève juste quelques points :

- Villepin n'est pas centriste. Il est gaulliste. Et c'est là où est l'intérêt : voix gaullistes+voix centristes, en tous cas plus "sociales" et conscientes des réalités que celles des centristes sous la coupe sarkozyenne.

Je crois que Villepin et Bayrou se rejoignent sur un point :

Le vieux proverbe :

"Si tu donnes un poisson à un homme, il mangera un jour
Si tu lui apprends à pêcher, il mangera toute sa vie".

Entre gauche qui pêche pour vous, vide, écaille, cuisine le poisson, sert la table, la débarrasse et fait la vaisselle et : la doctrine sarkozyste, qui, elle, est de confisquer le matériel de pêche, de raser les forêts pour que les "pauvres" ne puissent pas s'en fabriquer...

Et, à moins d'un virage à 180°, c'est celle suivie par Borloo et Morin jusqu'à présent. Bah, ils peuvent toujours retourner leur veste, en la battant au vent...

Je crois que là-dedans, on perd de vue l'objectif. On s'attache aux apparences, à la peopolisation... Elles ne devraient servir qu'à la com, elles font office de programme.

Écrit par : luciolebrune | mercredi, 24 novembre 2010

@toto
Ben non, l'argument, c'est que vous allez taxer comme une brute les classes moyennes, en gros, et que de toutes façons, vos taux d'imposition sont de la spoliation, ni plus ni moins...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 24 novembre 2010

Mais pourquoi n'êtes vous pas entendu au somment du Modem ?
Vous avez parfaitement l'aptitude d'un spin doctor pour apporter vos visions à F. Bayrou

Bravo pour la qualité de votre travail

Écrit par : Seb | mercredi, 24 novembre 2010

Le Centre, c'est quoi ?
Non, je pose la question très sérieusement.
S'il s'agit de se définir par des anti (ni à gauche, ni à droite - si je reprends un ancien slogan, ça n'est pas pour faire un jeu de mot débile ou une allusion foireuse, hein) alors ça ne vaut guère mieux que le NPA (anti plein de trucs).

Écrit par : Pierre | mercredi, 24 novembre 2010

@Seb
Merci :-). Bayrou lit beaucoup de blogues, je le sais de source sûre. Donc, a priori, quand on écrit, ce n'est pas perdu et il en a vraisemblablement connaissance, au moins jusqu'à un certain degré.
@Pierre
c'est une bonne question. Il ne faut pas se définir contre, en effet, mais pour, c'est à dire avec un projet et une philosophie générale.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 24 novembre 2010

L'Hérétique serait au Modem, ce que Guénnot est au Sarkozisme, ce que Bayrou était a Lecannuet... lol...

Écrit par : europium | mercredi, 24 novembre 2010

Concernant Villepin ce matin le nouveau porte parole de l'UMP Christian Jacob a déclaré ce matin sur RMC qu'il faudrait qu'il précise sa position (5 députés vilepinistes se sont abstenus de voter la confiance à Fillon).

Écrit par : airlane | jeudi, 25 novembre 2010

@europium
euh, c'est à dire ?
@airlane
oui, il ne va pas pouvoir rester indéfiniment le derrière entre deux chaises...

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 25 novembre 2010

@l'hérétique

C'est juste en réponse à ce que dit Seb....Sur sa vision du spin doctor! a ne pas prendre au premier degré....

Écrit par : europium | jeudi, 25 novembre 2010

Le NC fait de nouveau le constat de son insignifiance: http://www.lexpress.fr/actualite/politique/zero-pointe-pour-le-nouveau-centre-a-l-assemblee_941491.html#xtor=AL-447

Écrit par : Aurélien | mercredi, 01 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.