Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« On n'a pas fini de parler de la retraite | Page d'accueil | Des poubelles à bilan carbone positif ? »

samedi, 27 novembre 2010

Bayrou, je le kiffe...

J'ai trouvé très sympa ce témoignage, sur le bondy blog, d'une jeune policière, à propos des diverses personnalités politiques qu'elle a pu croiser. Bayrou, par exemple (citation) :

Et François Bayrou, le président du Modem ? Bayrou, je le kiffe. Qu’il soit à la bourre ou en avance, il est toujours le même. Il va vers les gens. Limite si tu ne le tutoies pas. Il est très agréable. A l’aéroport où je travaille, tout le monde le kiffe. Les hôtesses de l’air d’Aire France, je ne t’en parle même pas… La première fois que je l’ai vu, il était à la bourre. C’était il y a huit mois je crois. Je suis allée le chercher à sa voiture, au niveau des départs. Il était avec son garde du corps armé, un grand Antillais, lui aussi adorable. Bayrou était souriant. Son « bonjour mademoiselle » est sincère. Il te pose des questions sur les conditions de ton travail, il te demande si « tout se passe bien ». Un moment donné, lorsqu’on est entré dans l’aéroport, il a entouré mon épaule de son bras. Sur le coup, je n’ai pas compris ce qu’il était en train de faire, mais ça m’a trop fait kiffer. On a traversé le hall jusqu’au PIF (poste d’installation filtrage). Ensuite je l’ai monté au salon Air France, un salon VIP. Il m’a remerciée. Il a égayé ma journée.

J'ai déjà eu l'occasion de rencontrer Bayrou une fois. Je reconnais assez le personnage, et cela correspond aussi à ce que me disent ceux qui ont eu l'occasion de le croiser. 

Je crois que ce contact avec nous, Français ordinaires, il aime ça. Ce n'est pas un homme de salon et de clubs (je ne pense pas qu'il s'y sente à l'aise) mais vraiment de contact avec les vrais gens.

11:27 Publié dans Insolite, Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : bayrou |  Facebook | | |

Commentaires

Y a pas de PIF à Pau… ça doit donc être à Roissy 2G. Et si c'est côté "départs", tout concorde : ça doit être l'humeur de François Bayrou quand il laisse la poisse aux Parisiens et prend la route de chez lui !

(Au passage, François Bayrou n'a pas exactement de garde du corps, mais aux dernières nouvelles, est accompagné par un policier du SPHP. Pour l'anecdote, un jour où j'arrivais, en costard, dans le public d'un Grand Journal auquel participait François Bayrou, un personnel de sécurité C+ m'a pris pour un garde du corps. Sans doute à ma mine stricte ? Mais les policiers qui accompagnent François Bayrou, je les ai toujours vus de bonne humeur.)

Écrit par : FRédéricLN | samedi, 27 novembre 2010

Disons qu'il n'y a pas de salon VIP à Pau, euh 2G...? Je crois qu'il y a des salons à peu près dans chaque hall.
Il m'est arrivé de le croiser à Pau et Orly mais plutot en salle d'embarquement.
Toujours à travailler beaucoup tout en restant très disponible il est vrai.
Ceci dit, il a bonne presse auprès du personnel d'après mes infos, et voui je bavarde avec eux quand je voyage cela aide le temps à passer.

Écrit par : Martine | samedi, 27 novembre 2010

Euh...Jamais vu de garde du corps, dois avoir des problèmes visuels^^^?

Écrit par : Martine | samedi, 27 novembre 2010

c'est un homme politique, non?

Écrit par : lucien | samedi, 27 novembre 2010

@Lucien

Certes, mais certains semblent forcer leur nature pour pouvoir "bien passer dans les médias". Pour Bayrou, c'est le contraire. Il méprise le besoin d'"image-média" et est assez proche des gens et facile d'accès (confirmation pendant l'université d'été).
Tout le contraire de MdS.

Écrit par : Fabrice_BLR | samedi, 27 novembre 2010

@lucien
Oui, mais, en la circonstance, ce n'est pas devant les caméras.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 27 novembre 2010

Et quand on écoute Bayrou et qu'on se rappelle ce qu'il dit, on se rend compte qu'il a raison sur beaucoup de choses, pour ne pas dire tout. Et ça, ça donne encore plus envie de le kiffer...

Écrit par : MaxF | samedi, 27 novembre 2010

@L'hérétique,
Je confirme à 100% : je m'étais glissé entre deux caméras à l'occasion d'un meeting à la salle de la Mutualité et j'avais posé une courte question à François
Bayrou entre les présidentielles et les européennes (rétrospectivement, le geste était inopportun, tout simplement parce qu'il devait être fatigué de sa longue prestation oratoire) : et bien François Bayrou m'a répondu, sans broncher, ouvert à la discussion. Plus j'y pense, plus l'énergie de cet homme me stupéfait, endurant qu'il est dans sa détermination.

Écrit par : Jourdan | samedi, 27 novembre 2010

Comme disait ma grand-mère : qui n'entend qu'une cloche n'entend qu'un son... Bayrou aime peut-être les "vrais gens", mais alors il faut croire que les militants politiques ne font pas partie de cette catégorie. Cf. cet extrait du blog d'un ex-MoDem (et qui corrobore assez bien ma propre expérience en la matière) :

Tu lui dis : « Hé François, ton parti là, ça marche pas du tout, mais alors pas du tout ! Nous on veut bien que tu sois le Président, mais écoute un peu quand même. Les gars ils veulent bien travailler d'arrache-pieds pour toi, ils veulent bien se foutre des crédits pas possible pour payer les tracts de Dolium et mentir à leur femme en disant qu'ils se tapent Angelina Jolie le soir quand ils rentrent pas, tellement ils ont honte d'avouer qu'ils animent des réunions d'appartement sur la révision de la dette. Ils veulent bien tout ça, François, mais si en plus tu leur mets des coups de pieds dans la gueule pour leur montrer ta gratitude, c'est un peu chaud, non ?**» Et bah, là, le François il comprend : « Je vais te piquer ta place François, je vais te nuire parce que j'aime pas la France, que je veux aller à la soupe et que je suis un tout petit individu. Je suis l'Anti-France et tu es Superdupont ! »Alors, il se met en boule le François, encouragé par sa garde rapproché qui flippe terrible d'être dans l'œil du cyclone, il distribue les anathèmes comme Jésus les pains et pif pam poum. (...) Tiens, regarde François, depuis 4 ans, j'ai dû te serrer 200 fois la louche, au bas mot, et bah, pas une fois tu as écouté mon nom, pas une fois, tu ne m'as posé une seul question, pas une fois tu as daigné envisager de m'adresser un embryon de sourire. Moi, je m'en fous à peu près totalement, parce que je suis un franc-tireur, que je place pas mon orgueil à ce niveau et que je n'ai pas la moindre idole. Mais imagine l'effet produit par ce genre de comportement pour ceux qui ont mis un poster de toi au dessus de leur lit et se damneraient pour un vague rictus complaisant de ta part.

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 28 novembre 2010

@ Ch. Romain : étrange qu'à des récits réels, vous opposiez une diatribe sous-Charlie-Hebdo.

De quel "ex-MoDem" parlez-vous ? Ce texte figure sur le blog de Benjamin Sire, qui me semble être toujours MoDem, et il fait référence au "chevalier orange", qui est anonyme et dont rien ne me permet de supposer qu'il est ex-MoDem.

(Pour être plus précis : l'hypothèse que le "Chevalier Orange" soit Christophe Ginisty a été avancée par certains, mais elle est parfaitement contradictoire avec le passage "j'ai dû te serrer 200 fois la louche, au bas mot, et bah, pas une fois tu as écouté mon nom" !

Et la seule personne que je connaisse qui écrive à peu près dans le style du blog "Chevalier Orange" n'a jamais adhéré au MoDem).

Écrit par : FRédéricLN | dimanche, 28 novembre 2010

@ Frédéric LN

Ne t'en déplaise, ce "sous Charlie-Hebdo" est un témoignage vécu. C'est en effet le témoignage de Benjamin Sire, écrit de sa main à lui et non pas de celle du CO, dans un article effectivement relatif à ce CO qu'il a publié sur son blog.

Il ne me paraissait pas utile de le préciser, mais puisque tu le fais...

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 28 novembre 2010

Ah voui, celui qui semblait apprécier un nouveau Think Tank confié à M.Bourlange si mes souvenirs ne me trompent pas lors d'un meeting dit unificateur (je dis dit car l'union....ne semble toujours pas faite).
Incroyable tous les TT qui se sont créés, je reste dubitative tout de meme quand à leur capacité de force de propositions, n'ai rien entendu de leur part ni pour les retraites ni pour la réforme territoriale ni pour rien du tout d'ailleurs.

Écrit par : Martine | lundi, 29 novembre 2010

Puisque l'on parle du chevalier orange (dont le blog a fermé), je tiens à signaler qu'à mon avis, c'est juste quelqu'un de frustré.

Par ailleurs, je ne connais pas Bayrou, mais je pense que c'est quelqu'un de complexe. Il joue un "jeu" codifié, celui des présidentielles, ou se côtoie de nombreux "sérial killer".

Néanmoins, je mettrai en avant deux qualités que les autres sérials killers n'ont pas et qui à mes yeux sont importantes:
1) Il a une véritable vision d'ensemble et il est lucide. Il a une véritable conscience de ce qui se passe en France.
2) Sur l'essentiel, il est intraitable (en particulier sur la dette). Et cela même si ça met son rêve en jeux. Vous imaginez vous Copé, Sarkozy, Bertrand, Aubry, Hamon, Delanoé... faire une campagne sur le thème "il faut réduire la dette?".

Par ailleurs, pour en revenir aux chevalier Orange (Qui finalement n'a jamais approuvé courageusement ses propos) et aux ex-Modem frustré qui nous ont bavé dessus: Il y a quelque chose de plus important que l'avenir du Modem et de François Bayrou en jeu:
C'est l'avenir de la France.

Aujourd'hui, la France va faire faillite, et ça, ça me paraît incontestable.
Sarkozy mène la France dans le mur en klaxonant.
Dernier exemple en date: l'idée de supprimer la notation dans les copies.
Un autre que Mardi on a remis à jour: ICADE.

Il est donc urgent de fabriquer une alternative à Sarkozy.
Le PS aurait pu être cette alternative.
Seulement, il est divisé en 2: Une gauche décomplexé et un PS social démocrate.

Avec l'écroulement du Modem, il est évident que c'est la gauche décomplexé qui a pris les rennes du PS.

Et c'est au fond pour ça que j'en veut beaucoup aux ex-Modems frustrés qui ont craché dans la soupe et au chevalier Orange en particulier.

Savent-il qu'il y a des gens, qui comme moi, essaient de construire le Modem au delà de 2012?

Écrit par : Phil | lundi, 29 novembre 2010

@ Phil : "Sur l'essentiel, il est intraitable"

Le plus drôle c'est que c'est presque au mot près une citation, au sujet de François Bayrou, du héraut de la "gauche décomplexée", Jean-Luc Mélenchon.

@ Ch. Romain : j'ai effectivement eu du mal à discerner dans ce long billet de Benjamin Sire ce qui le concernait lui personnellement ou pas. Le texte me semble relever plutôt de la diatribe que du récit d'un événement précis.

Ceci dit, combien un être humain peut-il mémoriser les noms, de visages, combien de relations personnelles peut-il entretenir ? Je ne sais pas si la psychologie a des réponses. J'imagine que c'est environ 10-12 collaborations directes régulières, 20-25 interactions personnelles avec des personnes différentes par jour, 200-300 noms dont on pourrait se souvenir en voyant la personne ? Sans doute un peu plus pour un professionnel du commerce et des réseaux, beaucoup moins pour un intellectuel...

A comparer avec le nombre de personnes qui ont adhéré au MoDem en voulant rejoindre et soutenir personnellement François Bayrou, et qui espéraient, explicitement ou implicitement, une reconnaissance personnelle de sa part. C'est encore et toujours (puisque nous en avons déjà parlé, ici-même et/ou ailleurs) la demande formulée par Quitterie Delmas à "l'Imprévu", et la réponse de François Bayrou "j'ai besoin d'automoteurs". L'équilibre personnel, la dynamique politique du militant ne peuvent pas se trouver dans la relation au chef.

A moins que ce ne soit une relation de sujétion et d'humiliation, comme celle décrite dans les mémos de Wikileaks parlant de notre Président. Parce que pour insulter, écraser ou humilier une personne, il suffit d'une seconde. On peut le faire avec beaucoup de personnes par jour.

La relation humaine, elle, n'existe qu'à petite échelle.

Écrit par : FRédéricLN | lundi, 29 novembre 2010

@ Frédéric LN

Je crois que Benjamin Sire se borne à souligner, dans la citation que j'ai faite, qu'en 200 fois Bayrou n'a pas saisi une occasion de se montrer chaleureux ou cordial. En tout cas, c'est ça que je comprends. Ça n'a strictement rien à voir avec des histoires "d'automoteur" et autres.

Cela étant, j'avoue que je ne m'en préoccupe pas plus que ça. C'est juste que le déferlement de commentaires élogieux (comment tu dis, déjà ? "la relation au chef" ?) me semblait un peu trop unanime.

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 29 novembre 2010

Bah, je crois que cela dépend beaucoup de la qualité des échanges, étant moi-meme amenée à croiser foultitude, j'avoue n'etre guère physionomiste.
Ne me souviens en général ou que du meilleur ou que du pire.

Écrit par : Martine | lundi, 29 novembre 2010

FrédéricLN, tu dis
"...et la réponse de François Bayrou "j'ai besoin d'automoteurs". L'équilibre personnel, la dynamique politique du militant ne peuvent pas se trouver dans la relation au chef.(...)La relation humaine, elle, n'existe qu'à petite échelle."

Je suis en accord avec toi bien sûr : il ne faut pas attendre l'assentiment ou le soutien constant des chefs... Il n'empêche que de temps en temps un petit signe de sympathie fait toujours plaisir ! C'est un encouragement.

Personnellement je ne fais pas de la politique au MoDem parce que je pense comme
François Bayrou mais (je crois l'avoir dit plusieurs fois déjà) parce que lui pense comme moi la plupart du temps.
C'est à dire que je me sens le droit de penser quelque chose de nouveau ou de différent "sans sa permission"...

Si j'arrive à intéresser le chef, de manière à ce que mon idée (ou celle d'une autre personne) soit justement reprise, c'est tout de même gratifiant, non ?! ;-)

Je pense en particulier à l'école inclusive qu'Isabelle Resplendino a si bien expliqué. C'est une idée absolument révolutionnaire dans le monde de l'éducation.

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 01 décembre 2010

http://www.youtube.com/watch?v=dC-Srs4_fHE

Écrit par : Leila | mercredi, 01 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.