Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 17 juillet 2010

Permis de construire en Israël...

Intéressant de lire cet article de l'Express puis ce billet de Manuel, l'un des trois bills : édifiant. L'Express de contente de s'en prendre aux vilains Israéliens qui font péter les maisons des gentils Palestiniens. Seulement voilà, Manuel qui a creusé autrement plus sérieusement le sujet que l'Express et même que le journaliste de l'agence Reuters a essayé de comprendre pourquoi la famille arabe citée n'avait pu obtenir le fameux permis de construire de sa maison (bâtie donc sans permis) puisque le communiqué de l'agence de presse se contentait de préciser laconiquement que ce permis était impossible à obtenir pour une famille arabe à Jérusalem.

La réalité, comme le dit Manuel, c'est qu'Israël est un pays de droit, et que là-bas, la construction est soumise à des normes. Depuis 1992, chaque nouvelle construction doit comporter un abri anti-aérien, ce que l'on comprend, puisqu'il faut le rappeler, Israël est un état en guerre avec plusieurs autres pays. Mais cet abri n'est pas pris en charge par l'état ; celui qui construit sa maison doit le payer cash.

De nombreuses familles arabes ont passé outre cette obligation légale. En réalité, Israël ne détruit pas chaque demeure non-conforme, parce que s'il procédait ainsi, il opérerait des destructions massives ! Mais dans une zone litigieuse, l'état hébreu applique strictement le droit.

Rien que de normal, en France, pays en paix, on ne fait pas autrement.

Je l'ai déjà dit, dès qu'il s'agit d'Israël, il y a une désinformation de folie tant dans la presse traditionnelle que sur la Toile, et souvent, malheureusement, jusque dans les renseignements fournis par les ONG, si bien qu'il faut se creuser la cervelle et chercher avec ténacité pour parvenir à rassembler les pièces du puzzle et reconstituer ainsi la vérité des faits...

jeudi, 15 juillet 2010

Les Amazones débarquent en France

Le Bénin a envoyé une troupe de choc et de charme pour sa participation au défilé français, ce 14 juillet : des Amazones. A l'origine, les Amazones sont des femmes guerrières de la myhtologie grecque. Au Royaume du Dahomey, dès le 17ème siècle, la tradition de former des divisions de combat féminines existe. Elle se perpétuera, et, le Bénin qui est le successeur du Dahomey compte pour près de 15% de son armée de femmes soldats. A l'exception d'Israël dont la situation est particulière, aucun autre pays au monde ne dispose d'un tel recrutement.

Un petit mot à propos du Bénin, puisque ces jeunes femmes sont béninoises. C'est un pays intéressant où le multipartisme s'installe dans les moeurs et où il existe une certaine liberté de la presse. Une expérience démocratique qui mérite un regard bienveillant.

13:19 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bénin, amazone |  Facebook | | |

samedi, 10 juillet 2010

L'icône Ingrid...

Qu'est-ce que j'ai pu en voir des "free Ingrid Betancourt" à une époque donnée, ce qui ne laissait pas de m'agacer, au demeurant. C'était super tendance. Qu'est devenue l'icône, maintenant qu'elle réclame 6 millions de dollars à ses concitoyens pour préjudice subi ? Elle est tout de même gonflée : Uribe a tout mis en oeuvre pour tenter de la récupérer, l'opinion publique mondiale l'a soutenue, elle-même s'est mise en danger en dépit des avertissements aux check points de la zone dans laquelle elle voulait à toute force entrer, et aujourd'hui, la voilà qui réclame de l'argent en compensation de sa propre imprudence.

J'ai cru comprendre que Liliane et Ingrid avaient en ancêtre commun Jean de Béthencourt, illustre navigateur normand. Bon, à l'époque, il ne s'agissait pas de frauder le fisc mais de mettre un peu d'espace entre ses créanciers et lui...Comme quoi certaines traditions familiales perdurent...Déjà à l'époque, il avait installé son neveu à la tête d'un prospère paradis fiscal d'aujourd'hui...

Dans tous les cas de figure, côté cash, il y a un gène dans la famille Béthencourt, depuis l'ancêtre Jean...

lundi, 05 juillet 2010

Fadlallah, leader du Hezbollah mais homme droit et sensible

J'avoue éprouver des sentiments contradictoires à propos de Mohamed Hussein Fadlallah, le leader spirituel du Hezbollah. D'un côté, je n'aime pas ce mouvement politique pour le tort qu'il cause au Liban, et également pour la haine farouche qu'il voue à Israël. Mais de l'autre, Fadlallah a été un grand chef spirituel, modéré voire progressiste dans le domaine sociétal.

Il a condamné les attentats de septembre 2001, s'est opposé aux attentats suicide au sein de son mouvement, et fait preuve de beaucoup de courage sur la condition de la femme, récusant toute forme de domination masculine et réprouvant clairement les violences faites aux femmes en terre d'Islam ; plus que cela en fait : concédant aux femmes le droit de répondre à la violence physique par la violence physique ! On faillit s'en étouffer de rage à l'Université Al-Azar ! Dans une mise au point postérieure, il précise que le mariage n'est pas l'expression d'un droit de propriété de l'homme sur la femme mais d'un contrat dont les règles fondamentales sont fixées par un verset du Coran (d'abord une gestion financière commune d'un logis, si j'ai bien compris). Mieux encore : il avait édicté une fatwa en 2008 pour engager les Libanais à respecter les domestiques étrangères. Il a dit un jour qu'il avait été sauvé d'un attentat par la présence d'une femme qui insistait pour lui demander conseil. Il le leur a bien rendu...

A côté de cela, l'homme est un grand poète, rompu à la rhétorique et aux exercices littéraires les plus fins, amateur expert de littérature.

J'ai dit qu'il était le leader spirituel du Hezbollah, mais en fait il s'en défendait, et ce mouvement politique ne l'a jamais clairement admis. J'ai cru comprendre aussi qu'au fil du temps, il éprouvé de plus en plus d'agacement devant la main mise progressive de l'Iran sur le Hezbollah (Manifestement, il avait quelques difficultés avec le concept de Guide Suprême toujours en vigueur, d'ailleurs, au sein de la République islamique).

Sa mort est assurément une grande perte pour l'Islam et pour les Shi'ites. In fine, si diplomatiquement, comme tous les cadres du Hezbollah, on peut juger son action catastrophique (la lutte armée à outrance contre Israël a eu un coût désastreux pour le Liban), humainement, il a joué un rôle majeur pour sa communauté.

jeudi, 01 juillet 2010

Ivre, le trader booste le cours du pétrole !

Incroyable cette nouvelle relayée par le Figaro. Un trader saoûl comme un cochon est rentré chez lui hier et a passé commande de l'équivalent de 30% de la production totale de pétrole de l'OPEP ! Hallucinant. Du coup, le cours du baril de brent a fait un bond de 71 à 73.5 dollars ! Je n'arrive pas à y croire. Finalement, c'est délirant les responsabilités qui reposent sur les épaules d'un trader. Je m'étonne qu'il n'y ait pas une sorte de cran d'arrêt pour l'empêcher de dépasser certains montants quand des opérations surprenantes se produisent. Je ne dis pas que c'est facile à mettre au point, parce que les traders doivent réagir très vite en manipulant des sommes énormes, mais franchement, la sécurité mondiale des marchés financiers en vaut la chandelle.

Imaginez un jour qu'il y en ait un qui pète un câble et revende massivement je ne sais pas moi...un bon du trésor d'un grand pays endetté, par exemple. Panique sur les marchés, on peut avoir le déclenchement d'une crise d'ampleur mondiale d'un coup !

Les mecs (et/ou les nanas), ils/elles ont le doigt sur le détonateur de véritables bombes nucléaires financières et il n'y a pas de codes de sécurité ni de valises à clefs partagées pour les empêcher de commettre l'irréparable...

samedi, 19 juin 2010

Superpuissance des États-Unis ? (sujet d'histoire 2010)

Sympa, finalement, le bac ; c'est un occasion de plonger dans des réflexions intéressantes. Au bac S, il y avait un sujet savoureux : « La superpuissance des Etats-Unis et ses manifestations dans l’espace mondial ». Bon, je ne suis pas vraiment qualifié pour tenter de traiter un tel sujet, mais une chose me saute aux yeux, dans ce domaine, c'est l'évidence du paradoxe que vivent les USA.

Première puissance, militaire, politique, économique et culturelle, copiés partout sur la planète, aimés ou détestés, leur pouvoir se manifeste aux quatre coins de la planète, mais jamais de manière univoque.

Ainsi, dans le domaine géopolitique, l'absence de contre-poids a généré une multitude de conflits régionaux sur lesquels, faute d'effet de balancier, il est difficile d'exercer des actions efficaces.

Première puissance économique, mais pays le plus endetté du monde et dont la dette ne repose que sur l'équilibre d'une terreur : premiers acheteurs de la planète, l'économie de leurs créanciers dépend de leur consommation. C'est bien la raison pour laquelle la Chine, qui regorge de bons du trésor américain se garde bien d'en agiter la revente comme autant d'épouvantails.

Première puissance culturelle, mais ceux-là même qui portent des jeans dans nombre de pays du Moyen-Orient brûlent dans le même élan le drapeau américain.

Première puissance idéologique, mais, dans le monde entier, libéralisme et capitalisme qui sont les deux mamelles auxquelles se nourrit l'Amérique sont battus en brèche.

Ce serait long de faire une dissertation sur le sujet, mais pour ma part, je n'aurais jamais évoqué les manifestations de la super-puissance américaine sans signaler systématiquement les réactions qu'elle engendre.

Partout le monde entier attend les USA, et leur reproche soit une inaction soit un surcroît d'activité politique, économique, militaire ou culturelle.

La Superpuissance américaine ne peut se permettre d'être neutre ou en repos, et en même temps, le moindre de ses mouvements excite la moitié de la planète...

In fine, c'est la capacité à survivre à ces contradictions et à les gérer qui fait des USA une super-puissance qui a survécu jusqu'à nos jours. La voie est pourtant étroite, et près du Capitole, il y a la roche tarpéienne. Sans ennemi de prédilection, il est plus difficile de faire son chemin.

Quand Athènes est tombé, la puissance de Sparte qui avait frappé la Grèce pendant un siècle ne mit pas trente ans à tomber.

jeudi, 17 juin 2010

L'autre match France-Mexique

Ce soir se joue le match France-Mexique. Nul doute qu'une grande partie de la France va le regarder. Mais, depuis cinq années, c'est une partie autrement plus redoutable qui se joue entre une petite française et le Mexique avec sa justice corrompue et malhonnête. Florence Cassez croupit dans une prison mexicaine depuis le mois de décembre 2005. Elle a été arrêtée pour des crimes qu'elle n'a pas commis. Son arrestation a été une mascarade. Des témoignages à charge ont été obtenus sous la torture. Pour flatter le nationalisme de ses concitoyens, le président Calderon a refusé de réexaminer l'affaire. Pas de doute qu'il en eût été autrement s'il se fût agi d'un cacique du parti au pouvoir.

Florence Cassez suit la coupe du monde de football. Elle parie sur une victoire des Bleus. Bleus bien arrogants (pas fichus de serrer une main en Afrique du Sud) et indifférents à une injustice pourtant avérée. Pour toucher du fric et sa le couler douce, il y a du monde au portillon. Mais quand il s'agit de se bouger pour une vraie cause, c'est le silence radio. Cela ne doit pas rapporter de fric.

Ah, évidemment, s'il y avait eu un contrat publicitaire, peut-être aurions-nous eu droit à quelques mots des joueurs de l'équipe de France...Ça aurait eu de la gueule, une équipe qui aurait affiché la photo de Florence Cassez sur son maillot avant de débuter le match. Mais avec nos mercenaires vendus au plus offrant, il ne faut pas trop y compter...

En tout cas, côté aztèque, c'est la débandade : des juristes mexicains commencent à réaliser qu'il y a eu anguille sous roche depuis les débuts de l'histoire, et au plus hauts sommets de l'État, on n'a qu'une trouille : ouvrir la boîte de Pandore. Et là, ça pourrait faire mal, parce qu'on réaliserait que Calderon qui vante la transition démocratique se paie la tête du monde. Police, justice, politique, il n'y a rien de démocratique au Mexique. Oh, ça, pour faire à grand renfort de médias un cas d'école de l'affaire Cassez, il y a eu du monde. Mais pour résoudre les cas atroces de mutilations, tortures et assassinats de centaines de femmes à Mexico, là, en revanche, nada. Et je pense que cela continue, d'ailleurs.

Évidemment, ailleurs, on commence à s'inquiéter : il pourrait y avoir d'autres Florence Cassez, et pas seulement des Françaises. Quand l'arbitraire règne en  maître, toutes les injustices, même les plus flagrantes, deviennent possibles.

 

mercredi, 16 juin 2010

Une torpille de la Corée du Nord ?

Le 16 mars dernier, une corvette sud-coréenne a coulé. La Corée du Sud a diligenté une enquête internationale et il semble, d'après les enquêteurs, que ce soit une torpille venue d'un sous-marin nord-coréen qui aurait coulé le navire sud-coréen.

Le modèle de la torpille a été identifié, et en principe, il équipe les sous-marins du régime communiste. Je n'ai aucune confiance en ce que peut dire la Corée du Nord. Ce régime est pathologique et l'exemple-type de ce que produit le communisme porté à son expression la plus parfaite. Néanmoins, je suis un peu surpris par cette affaire.

Certes, la corvette sud-coréenne évoluait dans des eaux controversées, que revendiquent les deux pays, mais, fondamentalement, je ne vois pas du tout l'intérêt de la Corée du Nord à provoquer un tel affrontement. Ce pays nie d'ailleurs farouchement toute implication dans l'accident et menace même la Corée du Sud de représailles militaires en cas d'une résolution du Conseil de Sécurité contre elle.

Il ne faut en aucun cas se laisser intimider par cet état-voyou, sinon, comme le font les racketteurs, il étendra et accentuera son chantage. Mais, ses dénégations méritent tout de même qu'on les écoute. La Corée du Sud ne veut pas que des experts nord-coréens se rendent sur les lieux. Ce serait pourtant nécessaire et intéressant d'entendre ce qu'ils ont à dire. Certains ont évoqué la possibilité d'une torpille humaine.

Il faudrait être absolument certain que la Corée du Nord est impliquée. Je n'imagine pas la Corée du Sud monter de toutes pièces une falsification des faits ; en revanche, la détermination de la Corée du Nord est étrange. Il serait bon de ne pas exclure radicalement un quiproquo.

J'avoue que je cherche une explication rationnelle que je ne trouve pas. Rien sur le sujet chez l'Alliance géostratégique. Je ne crois pas à la théorie du complot exposée par un rédacteur d'AgoraVox, mais ses observations sur la dite torpille sont intéressantes. A vrai dire, j'ai moi-même pensé assez vite à une mine. Là où la thèse de notre complotiste ne tient pas, c'est que je n'imagine pas un seul instant une enquête internationale trompée (ou complice !) par des falsifications. Et puis son relais par des sites et blogs gauchistes, altermondialistes, marxistes & cie ne m'inspire vraiment pas confiance ; c'est une technique éprouvée au sein de ces milieux politiques , et de manière générale chez toutes les familles de révisionnistes.

Ce pourrait aussi être une vengeance, puisque sur ces eux contestées, un navire nord-coréen avait été touché, il y a un an, mais si c'était le cas, la Corée du Nord la revendiquerait certainement. Les observations d'Olivier Kempf, bien que courtes, me semblent aussi de bon sens. On ne comprend pas pourquoi la Corée du Nord qui a actuellement intérêt au statu quo viendrait chercher l'affrontement.

J'avoue que je suis perplexe, et...preneur d'éléments d'analyse et d'information.

lundi, 14 juin 2010

Afrique du Sud, le naufrage...

C'est opportunément que la blogueuse Écho politique vient pointer le doigt sur le bilan de l'Afrique du Sud de l'ANC. Que penser d'un pays dont un quart de la population masculine reconnaît "pratiquer" très tôt et massivement le viol. Dans quel état de déliquescence sans nom se trouve un pays qui se réclame de la démocratie quand il en est à admettre de tels crimes par incapacité à l'endiguer ? Comment continuer à vanter un modèle où le viol ne relève plus d'une criminalité marginale mais devient un véritable phénomène de société ? Un journaliste du Mail and Guardian a ainsi écrit récemment qu'une Sud-Africaine avait désormais plus de chance de se faire violer que d'apprendre à lire...

Il a toujours été très tendance et bon pour l'image de se montrer aux côtés de Nelson Mandela tant il incarnait la lutte pour l'égalité et la liberté. En réalité, Nelson Mandela a été un pacifiste courageux, un militant des droits de l'homme résolu, mais politiquement, une fois au pouvoir, un chef inconsistant et sans vision d'ensemble, incapable de faire front face à la corruption croissante au point qu'elle en a touché jusqu'à sa propre épouse.

L'Afrique du Sud, depuis la fin de l'apartheid a vu sa population s'appauvrir considérablement. Les Sud-Africains ont certes gagné la liberté, mais, sous la férule d'un parti communiste borné, l'ANC, leur bien-être a régressé.

Je n'ai jamais eu de sympathie pour les politiques de discrimination positive, et je les combats dans mon propre pays. En Afrique du Sud, dogmatiquement et idéologiquement appliquées, elles ont eu des conséquences désastreuses. Plutôt que de tout miser sur l'éducation, l'ANC au pouvoir depuis bientôt 20 ans a préféré imposer à tous les échelons de pouvoir des individus sur le seul critère de la couleur de peau. On peut aisément imaginer que le militantisme et les opinions conformes aux vues de l'ANC ont contribué à placer des individus à la solde de ce parti partout. Très libérale en matière de droits de l'homme, l'Afrique du Sud dirigée par l'ANC n'a jamais jugé que la sécurité étaient l'un des premiers d'entre eux. Ce pays bat donc des records de criminalité. Il a ainsi fait fuir un million de fermiers blancs, mais également des travailleurs d'autres pays africains qui escomptaient gagner mieux leur vie dans ce pays. A vrai dire, avec un taux de chômage qui frise les 40% de la population, des infrastructures dégradées (autoroutes défoncées, centrales électriques en panne), une corruption généralisée, on voit mal ce que ce pays a à offrir.

Et en parlant d'immigration, Johanesburg, capitale de la Nation Arc-en-ciel, comme on dit chez les bisounours, a vu de véritables pogroms anti-immigrés se produire, de véritables émeutes, en réalité.

Le silence des élites intellectuelles, médiatiques et politiques européennes, qui préfèrent se faire photographier avec Nelson Mandela et vanter la société multi-culturelle sud-africaine, est à cet égard saisissant devant la faillite de l'ANC.

Tout espoir n'est toutefois pas perdu. L'opposition libérale, qui n'a eu de cesse de dénoncer les carences du pouvoir en matière de santé, d'éducation et de criminalité, progresse. L'Alliance Démocratique, qui est également membre de l'Alliance Mondiale pour la Démocratie (à laquelle adhère le MoDem) s'est élargie. Issue d'abord de l'opposition démocratique blanche, elle a su se renouveler et est devenue peu à peu une véritable alternative multiraciale et démocratique. Elle conquiert peu à peu les voix de la bourgeoisie noire modérée, lassée des dérives de l'ANC et de sa démagogie.

En 2009, elle est parvenue à conquérir une province contre l'ANC qui les détenait toutes jusqu'à alors.

L'ardoise que va laisser la Coupe du Monde de Football dans un pays qui a d'autres chats à fouetter n'est pas prête d'arranger les affaires de l'ANC. L'opposition intransigeante de l'Alliance Démocratique lui vaut toujours plus d'audience. L'avenir dira si elle parviendra ou non à écarter l'ANC du pouvoir et à mettre ainsi fin à une gestion désastreuse du pays arc-en-ciel...

vendredi, 04 juin 2010

Le ciment de Gaza, Israël et la flotille...

Je vais encore en ajouter une couche sur la flotille de Gaza, mais je suis tellement exaspéré par la désinformation galopante qui touche cette affaire que c'est une nécessité. J'entendais ce midi sur France-Info un long plaidoyer pour la fameuse flotille soit-disant humanitaire ; et l'individu qui témoignait précisait qu'il y avait à Gaza pléthore de bâtisses non finies ou pas reconstruites en raison de la pénurie de ciment. Du ciment, on a appris qu'Israël en contrôlait étroitement l'importation à Gaza. Avec ce reportage, le bon peuple ne va pas manquer de se dire que ces "salauds" d'Israéliens affament le petit peuple palestinien et font tout pour lui rendre la vie dure. Personne ne va se demander pourquoi, évidemment, Israël porte tant d'attention à un matériau de construction. Eh bien j'ai eu la curiosité de le savoir, et c'est Manu d'Avec nos gueules qui le dévoile : le ciment en question est réquisitionné par le Hamas dès qu'il arrive, et utilisé alors pour étayer les tunnels. Non les tunnels de contrebande pour le marché noir, mais ceux qui servent à faire transiter de l'armement...

Un second navire fait route vers Gaza, avec l'unique et même obsession : forcer le blocus de Gaza. Pas délivrer de l'aide humanitaire, qu'on se le dise bien, mais forcer ce blocus. Le Ministère des Affaires étrangères israélien a donc communiqué et voici son message :

Message de Yossi Gal,
Directeur général du Ministère des affaires étrangères israélien, relatif au navire Rachel Corie en route vers Gaza


Nous n'avons aucune envie de confrontation. Nous n'avons aucune envie d'aborder ce navire. Si le navire décide d'arrimer au port d'Ashdod, nous assurerons alors son arrivée dans la sécurité et ne l'aborderons pas.
Israël est préparé à recevoir le navire et à décharger ses contenus.
Après une inspection afin de vérifier qu'aucunes armes ni matériels de guerre ne sont à bord, nous sommes préparés à livrer tous les biens à Gaza.
Les membres d'une représentation populaire à bord et les ONG impliquées pourront accompagner les biens aux points de passage.
Nous travaillerons avec l'ONU et les organisations internationales pour assurer que tous les biens sont utilisés au profit des habitants de Gaza
.

Tiens, je viens de prendre connaissance de cette information via une commentatrice du blogue :

"18h10
Le 7e bateau approche de Gaza
Le cargo Rachel Corrie, affrété par une organisation irlandaise pour acheminer de l'aide humanitaire à la bande de Gaza, se rapproche de la zone où a eu lieu l'assaut israélien lundi contre le reste de la "flottille de la liberté". Il devrait arriver dans ce secteur d'ici samedi. 

La quinzaine de militants pro-palestiniens à bord, dont Mairead Maguire, prix Nobel de la paix 1976, ont redit leur intention de forcer le blocus, tout en précisant qu'ils n'opposeraient aucune résistance en cas d'attaque des commandos israéliens. Ils ont également estimé acceptable l'éventualité que le cargo soit contrôlé par les Nations unies ou par un organisme indépendant pour vérifier qu'il ne transporte aucun matériel dangereux.

Le MV Rachel Corrie faisait à l'origine partie de la flottille arraisonnée lundi matin. Mais, en raison d'un problème technique et de sa lenteur, il a mis beaucoup plus de temps pour arriver en vue de Gaza.
"
http://lci.tf1.fr/filnews/monde/le-7e-bateau-approche-de-...

Voyons, si les protagonistes de cette histoire sont vraiment honnêtes, il devrait être possible de converger, non ? Il va, évidemment, de soi, que ce n'est pas l'ONU de décider ce qui peut entrer ou non dans les eaux territoriales d'Israël, mais en revanche, contrôler ce qui est convoyé et également son emploi, ça peut être intéressant ; à condition de ne pas faire les innocents en refusant d'admettre qu'un produit aussi anodin que du soda est susceptible d'entrer dans la composition d'un explosif, évidemment... Et puis, au fait, il faut qu'il y ait des partenaires pour négocier ; très intéressant de découvrir qui se trouvait vraiment dans la flotille de Gaza...C'était la flotille des Frères Musulmans, en somme, organisation radicale connue pour sa proximité avec les éléments les plus fanatiques et douteux de l'Islam...