Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 juillet 2012

Soldats israéliens débonnaires avec un jeune lanceur de pierres de 9 ans

Allez, et encore une bon coup de désinformation orchestrée par le Figaro contre Israël. Si l'on en croit le quotidien, des soldats israéliens auraient battu un jeune palestinien de 9 ans.

Pas de pot pour le malhonnête  correspondant du Figaro à Jérusalem, j'ai pu regarder avec attention la vidéo

Regardez bien à 1mn17 : on voit distinctement un morveux lever le bras et s'apprêter à ajuster quelque chose (vraisemblablement un caillou). Pas de pot pour lui, les soldats israéliens s'attendaient à quelque chose et ils l'alpaguent à la vitesse de l'éclair. En tout et pour tout, le morveux se prend une taloche (un coup de pied au derrière) du second soldat israélien qui rapplique, puis ils le relâchent. La taloche dure moins d'une seconde. Le morveux a été maintenu au total moins de 19 secondes

Et voilà comme un coup de pied au derrière d'un merdeux qui lance des caillasses se transforme, dans la presse française, en enfant palestinien battu par des soldats israéliens.

Il y a en France un lobby clairement anti-israélien qui ne cesse de faire de l'intox pour porter tort à ce pays, la seule démocratie de sa région, je le rappelle. Tous les coups sont bons.

Un coup de pied au derrière, je n'appelle pas cela battre un enfant. Je parie que le morveux doit se prendre des raclées d'un tout autre calibre quand il moufte devant son père ou son frère chez lui.

Voici la vidéo : l'indécence n'a pas de limites. En fait, plus je vois les moutons pro-palestiniens de toutes sortes, prétendûment pacifistes user de ce genre de procédés et plus je suis toujours plus convaincu que les informations qui nous arrivent de Palestine via les médias français sont un tissu de mensonges.

Israël est très certainement doué pour la guerre tactique, sur sol terrestre, mais dans le champ médiatique, il se fait systématiquement squizzer. Organisez la riposte, les gars, ne vous laissez pas diffamer systématiquement à ce point à chaque coup : on a l'impression que vous ne réagissez pas, là.

lundi, 02 juillet 2012

Le coup de Prague façon salafiste

Le Coup de Prague est l'un des évènements les plus marquant en Europe de l'après-guerre : une force politique minoritaire, les communistes, profitant de la sympathie aveugle d'une force plus importante et idéologiquement proche, les Socialistes, s'empare du pouvoir puis liquide ses anciens alliés.

Phénomène tout à fait similaire en 1917 en Russie dans laquelle les Bolcheviks liquident d'abord les socialistes de toute obédience après s'être alliés à eux puis les Mencheviks, avec le même schéma d'alliance.

On a avec Andar ed din et plus généralement le terrorisme salafiste quelque chose d'assez comparable : jamais encore les islamistes radicaux ne s'en étaient pris aussi frontalement à d'autres Musulmans de rite semblable. Mais au Mali, les évènements prennent un tour nouveau. 

Les Salafistes ne sont pas majoritaires au sein de la mouvance islamiste, mais ils bénificient d'une grande tolérance et d'un fort courant de sympathie dans les diverses sociétés musulmanes.

On les voit comme des héros qui défient l'Occident. Mais au Mali, on commence peut-être à considérer la chose d'un autre oeil...

Je parie que les Salafistes finiront tôt ou tard par s'en prendre aux autres islamistes. Quand on élève une vipère et que l'on dort avec il ne faut pas s'étonner d'être mordu un jour...

23:28 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mali, salafistes, islam |  Facebook | | |

samedi, 30 juin 2012

L'occupation allemande inoffensive : Le pen ? Non, Hessel...

J'ai toujours pensé qu'Hessel était un douteux, une nature abjecte, au fond. Le vieux débris n'aura pas tardé à me donner raison.

Il vient de déclarer à un journal allemand

j'affirme ceci: l'occupation allemande était, si on la compare par exemple avec l'occupation actuelle de la Palestine par les Israéliens, une occupation relativement inoffensive, abstraction faite d'éléments d'exception comme les incarcérations, les internements et les exécutions, ainsi que le vol d'oeuvres d'art. Tout cela était terrible. Mais il s'agissait d'une politique d'occupation qui voulait agir positivement et de ce fait nous rendait à nous résistants le travail si difficile.

Hessel s'est planqué derrière les origines juives de son père pour masquer son antisémitisme latent mais chassez le naturel il revient au galop.

Quant à avoir épousé une jeune femme juive par le passé ce n'est ni le premier ni le dernier parmi les contempteurs d'Israël à l'avoir fait.

Le fait qu'il choisisse ici d'associer le combat qu'il prétend mener contre Israël et ce qu'ont vécu les Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale trahit clairement ses pensées de fond.

J'imagine que bientôt, il expliquera que l'extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale n'était au fond qu'un détail ?...

Indignez-vous, hein ?

Au fait, puisqu'Hessel considère Israël comme l'un des états les plus tyranniques de la planète, quene va-t-il vivre avec les grands démocrates de la bande de Gaza que sont les islamistes du Hamas ?

mardi, 05 juin 2012

L'avenir de Bayrou ? Seuls les Pyrénéens le savent

Je lis parfois, y compris chez mes amis, d'étranges appels en faveur de François Bayrou. Je rappelle pourtant que Bayrou n'a rien demandé et ne souhaite pas de désistement socialiste en sa faveur. Bayrou a de l'estime pour Hollande, c'est même une chose assez ancienne, mais il n'en partage pas le programme et il demeure donc fondamentalement dans l'opposition.

Ensuite, tous ces clins d'oeil, même venus des autorités socialistes ne changeront en rien la donne : c'est localement que tout se joue et c'est bien pour cela que Bayrou arpente sa circonscription. Bien sûr, il est sympathique de voir autant de journalistes prendre à coeur le sort de Bayrou, mais au fond, ce sont ses électeurs et lui-même qui en décideront.

La candidate socialiste ne se retirera jamais même si elle en recevait l'injonction, et cela peut se comprendre : il n'y a eu aucun accord négocié de quelque sorte que ce soit et ce serait priver les militants locaux d'une belle bataille au moment où ils entrevoient la victoire. De son côté, Bayrou ne souhaite pas d'une victoire à la Pyrrhus qui le déconsidérerait par la suite ; je pense qu'il préfère risquer d'être battu plutôt que de devoir son élection à une injonction venue du haut.

Les Socialistes l'ont bien compris. Ils ont multiplié les clins d'oeil amicaux mais ils ne peuvent pas faire plus.

Ce sont dans les 91 communes de la circonscription que se joue l'élection et nulle part ailleurs. Celles-là même que Bayrou arpente inlassablement pour faire entendre sa voix d'homme indépendant.

Je rappellerai une énième fois qu'il s'est fait le chantre des productions locales. Aucun homme politique d'envergure n'a fait ce choix avec une telle énergie et une telle persistance. Voter pour Bayrou, c'est voter pour un homme qui se battra au plus niveau pour leur maintien. On voit d'ailleurs que c'est ce qu'il ressort de son entretien avec le Président de la République juste avant d'aborder le prochain G20 : Bayrou voit au-delà du seul cas français et juge que ce sont toutes les productions locales qu'il convient de tenter de sauvegarder parce qu'elles sont partout des facteurs d'équilibre et de stabilité. Il souhaite donc que cet aspect soit abordé lors du G20. Quel regret pour moi que cela ne soit pas lui qui y assiste comme président...

J'ai appris également ce que je pressentais à vrai dire : Bayrou ne se représentera pas en 2017 à l'élection présidentielle. Il l'a fait savoir. Il se posera donc inévitablement la question de la succession et j'avoue qu'elle le fera avec acuité. Il n'existe de mon point de vue aucune autre voix originale de ce type dans la sphère politique y compris parmi les centristes.

dimanche, 27 mai 2012

Christine Lagarde nouveau boulet ?

C'est le FMI qui les rend minables ou quoi ? Christine Lagarde expliquant qu'elle n'avait pas envie de pleurer sur les Grecs parce qu'il y avait des petits Africains plus malheureux, je crois qu'on a vraiment touché le fond du fond.

Non seulement, l'argumentation est minable, mais en plus, elle vient de quelqu'un qui devrait avoir un devoir de réserve.

Il lui faut quoi à Lagarde ? Que les Grecs soient réduits à manger du rat crevé pour qu'elle les prenne en pitié ? 

Quelle attitude condescendante misérable ! Je souhaite à Christine Lagarde d'être réduite un jour à l'état de SDF, ou, tout du moins, de connaître le surendettement. Voilà quelqu'un à qui la vie n'a vraiment pas donné assez de leçons. 

Je pensais jusque là qu'il s'agissait de quelqu'un d'honorable, mais là elle vient de tomber à -200% dans mon estime. Accessoirement, son discrédit rejaillit sur la France qui l'a faite entrer au poste qu'elle occupe.

Au fond, c'est aussi à cela que l'on voit la crise morale qui frappe notre pays : DSK, Lagarde, voilà tout ce que nous sommes capables de produire, aujourd'hui, au PS et à l'UMP.

Je ne dis pas que Camdessus était toujours ma tasse de thé, mais c'était tout de même autre chose que les deux guignolos que l'on vient d'asseoir coup sur coup sur le siège suprême du FMI.

dimanche, 06 mai 2012

Grèce, la tragédie vire au cauchemar.

La France est focalisée sur son élection présidentielle, mais ailleurs, plus au sud, il se noue les ficelles d'un drame terrible.

La Grèce vient d'élire ses représentants, à l'issue d'élections législatives anticipées.

Un parti néonazi, Aube Dorée, vient de réaliser près de 7% des voix et obtient une représentation de 21 députés au Parlement.

Je ne parle pas ici d'un parti populiste ou xénophobe comme le FN en France. Son correspondant grec, c'est le LAOS. Non, je parle d'un VRAI parti néonazi. Le drapeau de ce parti est une croix gammée remodelée. Jugez plutôt de vos propres yeux : 

220px-Meandros_flag.svg.png

Il dispose de ses milices para-militaires et ces dernières font le salut nazi. Leur chef recommande la lecture de Mein Kampf et se fait parfois appeler furhër par ses ouailles (enfin, tout du moins, la presse grecque le nomme ainsi).

Les partis démocratiques sont désormais minoritaires en Grèce* : la gauche radicale, les communistes, les nationalistes et les nazis disposent d'une majorité absolue.

Leur modèle de développement ? Leurs réseaux de distribution. Exactement comme les Islamistes dans les pays musulmans. Ils s'emparent du caritatif, promettent des protections contre les délinquants qu'ils assurent et distribuent des soupes aux chômeurs.

Il y a trois ans les néonazis étaient à 0.29% aux européennes. Le LAOS n'est plus qu'à 3% maintenant après avoir flirté avec les 15%. Cela ne vous rappelle pas quelque chose, vous ?

Moi si.

L'Allemagne des années 20-30.

C'est beau comme nom, n'est-ce pas, Aube Dorée. Mais les nazis écrivaient bien au-dessus de leurs camps de concentration "le travail rend libre".

Et vous savez ce qui fout la trouille ? C'est que la Grèce, c'est peut-être notre avenir. Les mêmes causes là-bas peuvent produire exactement les mêmes effets ici.

Et nous, démocraties européennes, nous sommes engluées dans nos égoïsmes nationaux. Au point de laisser des néonazis procéder à des distributions de soupe ! B...M... 

Mais cela devrait être une priorité de politique étrangère que de barrer la route des nazis ! Et puis on devrait rendre publique une lecture de Mein Kampf dans les écoles grecques au chapitre qui concerne la Grèce et ce que Hitler réservait aux Grecs ! (il les considérait comme un peuple dégénéré).

L'Argolide a toujours été une terre de tragédies. C'est là que les Atrides se sont déchirés. C'est là que les armées argiennes sont revenues décimées, de Thèbes, vaincues par les forces d'Étéocle.

Je m'y suis rendu. Il y a près 10 ans, j'ai passé 15 jours près de Nauplie. Je suis allé me recueillir auprès du Théâtre d'Argos, bien moins connu que celui d'Épidaure mais ô combien plus splendide !

J'ai fait le tour des murailles de Mycènes et de ce qu'il restait de celle de Tyrhinte. J'ai foulé la piste de course du stade de Némée. J'ai aimé cette terre au charme parfois désuet mais aussi amer puisqu'on y voit tant de vestiges de la grande époque du tourisme.

Hélas, c'est là-bas que les néonazis réalisent leur meilleur score : plus de 10% des voix !

J'ai eu le bonheur d'étudier en solo un petit peu la langue grecque : pas seulement l'ancienne, mais aussi la moderne. Cela m'a permis de nouer des contacts étroits avec les Grecs que j'ai rencontrés au fil de mes déplacements là-bas.

Je me souviens d'un couple avec lequel nous avions sympathisé, ma compagne et moi : nous voyagions alors avec notre premier fils, âgé de deux ans seulement, et, il avait sympathisé dans un square avec leur petit, du même âge. Ce couple nous avait alors invité à dîner de la manière la plus charmante et la plus simple qui soit.

Lui, il était militaire, et elle, couturière, je crois. Nous avions alors passé une soirée très agréable, devisant de tout et de rien. Nous avons échangé des adresses électroniques, et après, revenu en France, j'ai bêtement tardé à leur répondre jusqu'au jour où mon ordinateur a planté et, de ce fait, j'ai perdu le contact.

Que sont-ils devenus avec la crise qui frappe la Grèce ? Et s'ils votaient pour les néonazis, désormais ? 

L'évènement de cette soirée, pour moi, ce n'est pas l'élection française, c'est l'élection grecque.

* Il y a 300 sièges au Parlement grec. A ces élections, Néa Démocratia (droite) obtient 112 sièges, Syriza (gauche radicale) 49, PASOK (Socialistes) 42, Indépendants (de l'extrême-droite ?) 32, KKE (communistes : on trouve encore des portraits de Staline dans leurs bureaux) 26, Aristera (gauche social-démocrate) 18.

jeudi, 12 avril 2012

L'autre Égypte, celle que j'aime

J'ai beaucoup chargé l'Égypte ces derniers mois. Le comportement des hommes avec les femmes, le vote salafiste et islamiste, les souvenirs que moi-même j'avais de mes propres voyages...

Pourtant, c'est un pays auquel je me suis longtemps intéressé. En d'autres temps, la vie intellectuelle y a été intense, elle continue de produire des artistes exceptionnels, comme le réalisateur Youssef Chahine, et puis c'est aussi une terre d'art et de danses. 

J'aimerais bien que cet esprit subsiste ailleurs que dans le seul district d'Héliopolis, le quartier sans doute le plus agréable du Caire. Est-ce une surprise, au passage, de constater qu'il fut d'avord peuplé de Coptes , même si les libéraux en général y sont désormais installés ?

J'ai toujours aimé les danses d'Égypte. Je me souviens encore avec émotion de la fin du Destin, après la mort de Marwane. C'est en dansant que la vie et l'espoir reprennent le dessus. 

Puisse la danse s'emparer de l'Égypte, tant cette nation me semble mal en point à l'heure actuelle...

12:32 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Égypte |  Facebook | | |

mercredi, 21 mars 2012

Marine Le pen s'inquiète de l'influence du Qatar ? Mais quelle incompétente !

Elle est vraiment nulle à ch..., la Marine. Désolé d'être aussi brutal, mais larmoyer sur le développement du fondamentalisme en France tout en pointant du doigt le Qatar, faut vraiment être nullasse en géostratégie. 

Le Qatar est l'un des pays du Golfe les plus libéraux sinon le plus libéral. A ma connaissance, c'est le seul où une femme a le droit de s'habiller comme bon lui semble et peut conduire si ça lui chante sans autorisation de son mari.

Le Qatar a une ambition diplomatique forte qui passe notamment par l'exercice d'un soft power particulièrement malin et astucieux (à preuve l'influence de la chaîne Al-Jazeera) mais on ne peut vraiment pas dire qu'il finance le salafisme. Et encore moins le salafisme d'obédience révolutionnaire (celui qui commet des attentats et dont se réclame Al Qaeda).

Les pays qui alimentent particulièrement salafisme et terrorisme, on les connaît : Arabie Saoudite, Pakistan et Afghanistan. Les premiers fournissent l'idéologie et des financements privés, les seconds l'enseignement et des terrains d'entraînement.

Elle a peur de quoi, Marine Le pen ? Que les joueurs du PSG se laissent pousser la barbe et mangent hallal ? 

Là, je crois qu'elle a vraiment touché le fond du ridicule. 

Quant aux investissements qataris dans les banlieues françaises, ils s'apparentent plutôt à une opération de ressources humaines que d'évangélisation islamiste.

Quant on prétend vouloir représenter un jour la France, on essaie de maîtriser un minimum les fondamentaux de la diplomatie. 

Quelle nullasse !

23:55 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : qatar, marine le pen |  Facebook | | |

Iran-Israël : un peu de douceur et de paix dans un monde de brutes !

Voilà une initiative qui mérite d'être connue : effaré par la rhétorique guerrière à laquelle se livrent les dirigeants politiques des deux pays un professeur d'arts plastiques a eu l'idée particulièrement censée de s'adresser directement aux Iraniens eux-mêmes et pas à leurs chefs.

Il a réalisé une photographie disant en substance que les citoyens israéliens ordinaires n'avaient absolument rien contre les Iraniens, que les deux peuples ne s'étaient jamais porté de tort l'un à l'autre et que donc, les Israéliens ne bombarderaient jamais leur pays et qu'ils aimaient les Iraniens.

Iaranians-Israel.jpg

En fait, Ronny et Tamar, son épouse, se sont tout simplement dits que chaque population était peut-être induite en erreur si elle n'avait comme seul témoignage que les rotomondades de leurs dirigeants respectifs.

Surprise, des Iraniens d'abord timides se sont enhardis à répondre, à leur tour, qu'ils n'avaient rien non plus contre les Israéliens.

Les messages se sont multipliés sur son mur facebook et le jeune couple escompte désormais passer à la vitesse supérieure pour gagner toute l'opinion iranienne.

Beau mec et adorable petite fille, beau message, c'est une respiration dans le marasme ambiant.

Ce n'est pas tout : dans les réponses iraniennes, il y a les paroles rapportées (est-ce vrai ?) de Esfandiar Rahim Mashaei, l'un des plus proches conseillers d'Ahmadinejad : 

No nation in the world is our enemy, Iran is a friend of the nation in the United States and in Israel, and this is an honor. We view the American nation as one with the greatest nations of the world.

L'inconvénient, c'est qu'elles datent de 2009. Y'a encore du boulot pour convaincre son chef, mais enfin, on peut se laisser le droit de rêver encore...

23:11 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook | | |

mardi, 20 mars 2012

La mauvaise polémique

J'ai entendu certains médiacrates reprocher à François Bayrou d'avoir maintenu son meeting à Grenoble après s'être rendu à Toulouse. Ce qui me paraît hypocrite et malhonnête, puisque ce sont les mots que l'agence de presse Reuters emploie sans vergogne, c'est surtout d'utiliser ce terrible évènement pour s'en prendre à l'image d'un candidat.

C'est même petit et misérable, au regard des petites vies brisées dans de telles circonstances.

On dit que la parole exorcise la souffrance. Je pense que c'est le choix qu'a effectué Bayrou : il a essayé de placer des mots sur la situation. Il a relevé les violences de plus en plus fortes qui traversent la société française et a appelé toute la classe politique à se garder de favoriser les divisions.

Je sais que Bayrou a notamment pensé à certains discours de Sarkozy. Sur ce point, je ne le suis pas : s'il s'agit d'un fou qui a agi, c'est dans les méandres de son esprit délirant que se trouvent les causes de cette tuerie. Si c'est l'antisémitisme à la sauce européenne qui l'a motivé et plus largement le racisme (les militaires abattus étaient tous de couleur) , nous sommes dans les problématiques propres aux théories de l'extrême-droite européenne. Enfin, si c'est la situation au Proche-Orient qui a excité ses poussées délirantes (attaquer des Juifs pour frapper Israël, des militaires pour punir la France de son engagement en Afghanistan) nous sommes dans des problématiques internationales et diplomatiques.

Rien à voir, donc, à mon sens, avec les discours de Sarkozy.

Cela dit, je suis entièrement Bayrou sur la teneur profonde de son message : notre responsabilité à tous est de cultiver la compréhension réciproque.

Si jamais l'antisémitisme s'avérait le principal moteur du second crime, je rappelle juste les réguliers appels au Boycott contre Israël qui fleurissent régulièrement à l'extrême-gauche, notamment chez les Verts et au Front de Gauche. Il faut le dire. Sans parler des sympathies coupables sinon des silences extraordinairement discrets face à l'islamisme radical et violent qui peut s'exercer contre les Juifs en général et Israël en particulier (je ne parle pas de l'Islam traditionnaliste, qui n'est certes pas ma tasse de thé, mais que je crois globalement respectueux des religions du Livre).

De la même manière, la manie de pointer aussi les Musulmans chez certains de nos responsables politiques n'est pas neutre quand on voit qu'un imam est frappé jusque dans une mosquée.

C'est en ce sens, et celui-là uniquement, que je rejoins François Bayrou : prenons garde aux ferments de la division, le poison le plus mortel qui soit pour notre pays.

Je voudrais seulement que l'on n'en fasse pas Nicolas Sarkozy le seul comptable. Certes, il a ses chômeurs, ses Roms, ses immigrés (comme le FN, au demeurant) mais Hollande a ses "riches",  comme il le fait valoir, et l'extrême-gauche vomit régulièrement les Juifs, je le redis. Au moins autant que l'extrême-droite. 

Il suffit de voir comment un individu qui se réclamait de la gauche de la gauche et soutenait Ségolène Royal, sévit désormais sur twitter et véhicule sa haine des Juifs sur son blogue en soutenant Marine Le pen désormais. Il y a d'ailleurs toute une sphère rouge-brune dont on ne sait, désormais si elle regarde sur sa gauche ou sur sa droite, tout cela se mélangeant, comme dans les années 30 du XXème siècle, dans une même détestation d'Israël et du Juif.