« Marc Machin n'est certainement pas un martyr | Page d'accueil | Paris post-Delanoë, terre de cendres »

mercredi, 19 décembre 2012

La France, démocratie imparfaite ?

The Economist a rendu son verdict annuel en publiant le classement 2012 des indices de démocratie dans le monde.

La France glisse dans une couche du classement aussi navrante que honteuse pour elle en étant ravalée au rang de démocratie imparfaite. Je me suis moi-même déjà appuyé sur ce classement pour étayer analyses et raisonnements sur la démocratie en France par le passé.

Ce classement est globalement fiable, mais il pèche par un très gros travers à mes yeux : il s'inspire davantage du caractère théorique de la démocratie dans chaque pays que de la manière dont elle s'y pratique au quotidien.

Ainsi, l'Afrique du Sud, par exemple, serait selon The Economist d'une nature plus démocratique que la France. Un pays où près de 50% des femmes sont violées, où la criminalité prend un tour endémique, ou le Président a trempé lui-même dans une affaire de viol jamais clairement élucidée, où la corruption gangrène les politiques publiques, ce pays-là serait plus démocratique que le nôtre ? Les journalistes de The Economist ont-ils essayé de se rendre dans un commissariat sud-africain un jour, histoire de faire la différence avec les nôtres ?

Oh, certes, la constitution sud-africaine garantit toute une série de libertés mais dans les faits tout cela ne reste que du papier. 

On devrait juger de l'indice de démocratie d'un pays d'abord par sa capacité à faire appliquer les règles démocratiques qui sont censées le régir.

On dit l'Inde la plus grande démocratie du monde alors que des pratiques féodales et cruelles continuent de régir plusieurs régions de ce grand pays dans l'indifférence du pouvoir central. La voir devancer des pays comme la Hongrie ou la Pologne ne laisse pas de m'étonner aussi.

The Economist a réservé un encart au cas de la France :

France—full democracy to flawed democracy Various negative political trends in France in recent years have resulted in the country being downgraded to the flawed democracy category. Public confidence in political parties and the government is extremely low. Surveys also show that citizens’ engagement with politics has declined. The degree of popular support for democracy is among the lowest in the developed world. One in seven do not agree that democracy is better than any other form of government. The chasm between the country’s citizens and its political elites has widened. Outbreaks of violent rioting in recent years are another symptom of the country’s political malaise. Under the French political system, the president wields huge power. The autocratic and domineering style of the current president, Nicolas Sarkozy, threatens to undermine democratic traditions. There has been increasing anti-Muslim sentiment and emphasis on the country’s Christian roots during the Sarkozy presidency. Pressure on journalists and the electronic media have led to a decline in media freedoms.

En somme, la très faible popularité des partis politiques et corollairement le non moins faible engagement des citoyens dans la sphère politique, la perte de confiance envers la supériorité du régime démocratique (1 personne sur 7 en France juge que la démocratie n'est pas la meilleure forme de régime politique !!! L'un des taux les plus bas des pays développés !) , le fossé grandissant entre le peuple et les élites, la concentration des pouvoirs dans la France sarkozyste, les pressions contre les médias et la mise à l'index de l'Islam ont concourru à faire de notre pays, aux yeux des Anglo-saxons, une république à la dérive.

De manière plus générale dans le monde, la crise financière internationale a sérieusement dégradé le prestige de la démocratie non seumement au sein des régimes démocratiques mais aussi parmi les pays émergents qui ont considéré des régimes capitalistes autoritaires tels que la Chine comme une alternative viable.

00:17 Publié dans Europe, International | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : france, démocratie, the economist | |  Facebook | | | |

Commentaires

Sauf erreur de ma part, "The Economist" est un magazine d'inspiration ultra-libérale. Dès lors, tout pays dont les citoyens sont assez aveugles pour élire un gouvernement socialiste (y compris la Grande-Bretagne) mérite, aux yeux de sa rédaction, de voir dégradée sa note démocratique. Logique. Est-ce que l'Espagne est remontée dans le classement depuis la défaite de Zapatero et la victoire corollaire de Rajoy ?

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 19 décembre 2012

@Christian
Je crois que oui...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 19 décembre 2012

J'ai du mal à comprendre l'intérêt d'un tel classement.

Au delà-même de votre analyse sur l'aspect trop théorique du classement, l'intérêt même de faire quelque chose de si peu exhaustif pour faire rage 2-3 cocos archaïques ou se mettre à dos tous les minables des gouvernements d'Europe (quitte à faire dans l'cliché ma p'tite dame allons-y à fond !)...

Comme avec la corruption, il est inutile d'essayer de hiérarchiser les pays au niveau démocratique.
Si on veut vraiment dénoncer, on y va au cas-par-cas. On s'attarde sur chaque pays (les plus importants tant qu'à faire), sur chaque travers.

La démocratie francaise est une vaste blague mais ca c'est pas nouveau. Un bon p'tit Captain Obvious pour eux et hop à la prochaine...

Écrit par : Elphyr | mercredi, 19 décembre 2012

vous faites erreur, Ch Romain, ULTRA libéral ca n'existe pas; Libéral, à la rigueur, ok.

Écrit par : Le Parisien Libéral | jeudi, 20 décembre 2012

Bof, vous faites tous erreur je crois, "the economist" est un magasine, serai curieuse de connaitre sa ou ses sources, p'tre un freedom bidule...?

Écrit par : Martine | jeudi, 20 décembre 2012

Sinon l'héré,
Ce glissement ne me choque pas, les principaux organes de la démocratie étant entre les memes mains à présent, je le trouve assez logique.

Écrit par : Martine | jeudi, 20 décembre 2012

@ Parisien libéral

Si vous aviez croisé certains des excités que j'ai rencontrés sur Facebook et tenté de discuter trois minutes avec eux, vous sauriez que "ultra-libéral" existe bel et bien. Par exemple, je ne pense pas que votre libéralisme vous entraîne à prôner la suppression de la police au profit des milices privées sous contrat et de l'auto-défense via le port d'arme à feu pour tout le monde ? Eux, si.

Maintenant, j'admets que je vais peut-être un peu loin en qualifiant "The Economist" de magazine "ultra-libéral". Disons : "partisan d'un libéralisme poussé". C'est mieux comme ça ? ;-)

Écrit par : Ch. Romain | jeudi, 20 décembre 2012

@L'héré,
Autant aller directement à la source, je crois qu'elle est aussi utilisée par l'ONU et différents états dont son principal donateur, plus compréhensible et ne me dites pas que vous ne maitrisez pas la langue de Shakespeare ;) Avec plaisir... :o))
http://www.freedomhouse.org/reports

Écrit par : Martine | jeudi, 20 décembre 2012

La faute à qui si notre Démocratie est imparfaite ?
Aux français qui sont des éternels insatisfaits ?
Aux Politiques qui "dans cette République-là, la parole politique est d’autant plus anxiogène qu’elle est fondée sur un mensonge permanent" (D;Abicker)

Les deux certainement. Mais qui se doit monter l'exeple pour demander aux autres d'être exemplaires ?

Écrit par : orange sanguine | jeudi, 20 décembre 2012

NDLR : qu'est-ce qu'il est casse-c....es à spammer depuis 5 ans sans discontinuer sur les blogues...

Contenu effacé sans rapport avec le billet d'origine ni volonté de communiquer avec quiconque...

Écrit par : BA | jeudi, 20 décembre 2012

Les arguments de The Economist sont presque tous recevables. Vu le décalage entre la publication et l'enquête ils ne tiennent pas compte dans ce classement de la dernière présidentielle. Tout ce qui écrit décrit donc le régime sarkozyste. 1francais sur 7 c'est la proportion du vote FN. Le discours sur les racines chrétiennes de la France ce n'est pas une invention, ni toute la dérive buissonesque du discours de Sarkozy. Attendons donc de voir le prochain classement pour comparer. Maintenant si la popularité du gouvernement est un critère, on a du souci à se faire... ;-)

Écrit par : Vincent | dimanche, 09 juin 2013

@Vincent
Attendons de voir, mais je pense que la France devrait progresser : Hollande est nettement plus respectueux de l'indépendance de la justice.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 09 juin 2013

Écrire un commentaire