Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La farce faite aux dindons | Page d'accueil | Sale temps pour l'écologie »

mercredi, 14 novembre 2012

Dernier Cercle de l'Enfer en Angleterre

Au pays de Shaekespeare, la boue pédophile menace de tout emporter sur son passage. Les crimes infâmes de Saville et le silence complice des sommets de la BBC ont semé dans le pays les germes du soupçon sur lesquels prospèrent toutes sortes de démagogues.

Mon homologue hérétique britannique s'en inquiète  relevant que ce sont des animateurs d'émissions de distraction qui prennent le relais privilégiant la sensation à l'information.

Ainsi, le nom d'un lord anglais a circulé sur nombre de réseaux sociaux car une ancienne victime de pédophile l'a accusé de bonne foi jusqu'à ce qu'il réalise que ce lord n'était pas son bourreau. Aggravant le phénomène, Tom Watson, député travailliste a mis en cause les Tories sans toutefois citer de noms.

Un type comme Watson devrait être déchu de sa députation. Il me fait penser à ce "bastard" comme dirait mon confrère d'heresy corner, de Luc Ferry qui s'était lancé dans des spéculations à propos d'un éventuel ministre pédophile tout en assurant qu'il ne pouvait rien dire.

La justice n'a pas besoin de sycophantes en mal de reconnaissance mais de vérité. C'est à juste titre que Boris Johnson, le maire de Londres, faisait valoir qu'accuser quelqu'un de pédophilie revenait à le consigner dans le dernier cercle de l'Enfer aussi longtemps qu'il était vivant.

On ne se remet jamais d'un rumeur car elle vous poursuit pour le reste de votre existence. Internet est propice à de telles déviances, mais quand ce sont des responsables politiques de haut niveau qui s'y prêtent, cela devient intolérable.

Tom Watson a trop parlé ou pas assez : il devrait être mis en examen par Scotland Yard et interrogé afin qu'il vide son sac. Soit il sait des choses, et, dans ce cas, qu'il parle, soit il ne sait rien et ne se fait que le relais de rumeurs et, dans ce cas, qu'il se taise.

Plus grave, George Monbiot, sorte d'Allègre anglais écrivant dans The Guardian, s'est lâché sans vergogne contre ce lord finalement innocent. Ses excuses viennent trop tard, l'honneur de cet homme est irrémédiablement sali.

Au fond, le plus grave, c'est que ce constate mon hérétique ami britannique, je le constate aussi en France et sans doute ailleurs en Europe. Les théories complotistes sont en vogue, la classe politique a mauvaise presse, et nombre d'individus sont tout prêts à croire en l'existence de réseaux occultes et criminels associant médias, showbizz  et sphère politique. Des rumeurs semblables avaient emporté l'opinion en Belgique peu après l'affaire Dutroux.

Des types comme Saville ont pu échapper à de nombreuses accusations parce qu'ils copinent avec une certaine intelligentsia, mais un Lord McAlpine, parce qu'il est un Tory, ancien proche de Thatcher et éloigné des médias, n'a pas bénéficié d'une telle mansuétude : sitôt mis en cause, sitôt traîné dans la boue.

Commentaires

"Je le constate aussi en France et sans doute ailleurs en Europe. Les théories complotistes sont en vogue, la classe politique a mauvaise presse, et nombre d'individus sont tout prêts à croire en l'existence de réseaux occultes et criminels associant médias, showbizz et sphère politique."

A mon avis, l'une des raisons de cet état de fait est à trouver dans le comportement de la presse elle-même, en particulier la presse écrite. En effet, je ne sais pas si vous l'avez remarqué mais, depuis à peu près dix ans, la presse la plus "sérieuse" s'est mise à fonctionner à coups de "révélations". Le symptôme le plus frappant en est l'emploi systématique des mots "vrai" et "vraiment" mis à toutes les sauces dans les gros titres ou sur les couvertures. Quelques exemples plus ou moins récents : "Les vrais chiffres du chômage", "Le vrai revenu des médecins", "Salaires : ce que vous valez vraiment", "Les vrais prix de l'immobilier à Paris"...

L'emploi frénétique de ces mots suggère que, puisque tel journal dit enfin "le vrai", tous les autres médias et tous les pouvoirs concernés, jusqu'alors, ont menti ou dissimulé. Ainsi, de semaine en semaine, les gros titres de la presse construisent depuis dix ans l'image paranoïaque d'un monde où médias et responsables mentent au citoyen. C'est un paradoxe intéressant : chaque fois qu'un canard prétend dire "le vrai" sur quelque sujet que ce soit, il contribue à consolider l'idée que les médias mentent. D'où la facilité avec laquelle les théories complotistes peuvent ensuite proliférer.

Écrit par : Ch. Romain | mercredi, 14 novembre 2012

""La justice n'a pas besoin de "sycophantes" en mal de reconnaissance mais de vérité.""

Contente que tu emploies de beaux termes comme le préconise notre ami Hervé. De manière à mettre en avant nos richesses identitaires :
http://jour-pour-jour.hautetfort.com/archive/2012/11/11/notre-patrie-la-langue-francaise.html#comments

Oui, s'obliger à dire la vérité pour faire avancer la réflexion plutôt que pratiquer systématiquement de la "délation de voyeurisme", c'est une mission que nous, "blogueurs du centre", nous sommes donnés. Et c'est très bien. Continuons sans faiblir.

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 14 novembre 2012

@ Françoise

Identitaire n'est pas exactement le mot que j'aurais employé, mais merci du lien. Et sycophante est un mot que l'on trouve chez Brassens, p ex.

Écrit par : Hervé Torchet | mercredi, 14 novembre 2012

Hervé, il me semble que ce terme convenait assez bien. Au moins dans ce que moi j'ai retenu de ton billet, ce qui n'était peut-être pas ce que tu voulais qu'on en retienne, par contre ?

Comme la particularité de la langue française est d'avoir beaucoup plus de termes différents pour désigner sensiblement la même chose ou la même idée que l'anglais ou l'allemand, c'est tout de suite ce mot "identitaire" qui m'est venu à l'esprit. Qu'aurais-tu préféré ?
La richesse de vocabulaire permet de faire des nuances plus subtiles. Et ce n'est pourtant pas toujours assez.
Dans la langue chinoise par exemple ils ont deux mots pour désigner la grand-mère : l'un pour la grand-mère paternelle "nainai" et l'autre pour la grand-mère maternelle "laolao"...

En tout cas, pour revenir à ton idée de patriotisme par le choix de mots justes, nous pouvons tout de même être fiers de savoir que c'est le français qui est toujours la langue officielle des Jeux Olympiques. C'est le premier vecteur du symbole de paix et de fraternité. Et d'excellence !

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 15 novembre 2012

L' héré,
Aristophane versus Democrite? ;)
@Hervé,
J'ai bien entendu le sens de votre billet, rien d'identitaire, effectivement le francais de part son riche vocabulaire et sa précision pourrait etre la langue internationale d'excellence en ce qui concerne le droit, les affaires...En ce qui concerne la diplomatie qui pour moi s'apparente davantage aux arts musicaux et poétiques en ouvrant les portes, je préfèrerai l'usage d'une autre, ou un terme désigne un ensemble, un tout.
Belle journée à vous. :)

Écrit par : Martine | jeudi, 15 novembre 2012

Contrepoints évoque ce sujet dans cet article, à tout hasard :

https://www.contrepoints.org/2012/11/15/104449-la-bbc-entre-pedophilie-et-rechauffement-climatique

Écrit par : h16 | jeudi, 15 novembre 2012

@L' héré,
Vous suggère la lecture de Cécile Deconinck... ;)))
Salut!

Écrit par : Martine | jeudi, 15 novembre 2012

Je ne savais pas qu'il fallait faire une thèse en dehors du droit pénal pour avoir le privilège d'être qualifié de vrai pénaliste.

Écrit par : Colley and Colley, LLP - Austin | mercredi, 20 février 2013

Les commentaires sont fermés.