Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La bataille du Rowenta | Page d'accueil | Dernier Cercle de l'Enfer en Angleterre »

mardi, 13 novembre 2012

La farce faite aux dindons

Difficile de se retenir de soupire d'aise tout en ricanant : souvenez-vous, profs, je vous ai avertis de longue date des intentions de la gauche à commencer par Peillon à votre propos.

Peillon a toujours fait comprendre entre les lignes (parfois il l'a dit clairement) que a) les enseignants ne travaillaient pas pour de l'argent b) il allait augmenter leur temps de travail.

Chose promise, chose dûe. Les enseignants sont les dindons de la farce. Concrètement, la demi-journée d'école en plus (que je juge particulièrement calamiteuse pour les enfants), ça va être 100% pour leur pomme puisque Peillon veut faire faire une demi-heure de devoirs après la fin des cours.

Concrètement les enfants continueront de quitter l'école à 16h30 et les enseignants verront leur charge de travail alourdie sans aucune compensation. Tout cela pour une efficacité nulle et pour des frais significatifs en plus pour toutes les communes rurales. Je ne parle évidemment pas du tissu associatif qui va morfler sévèrement avec la perte du mercredi matin pour les activités extra-scolaires.

Bref, Peillon fait le Grand Chelem avec sa réforme des rythmes scolaires. Pensez-donc : le très pédagogiquement correct Café Pédagogique s'est même emparé du sujet...

19:22 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : peillon, profs, temps de travail, rythmes scolaires | |  Facebook | | | |

Commentaires

A lire : la lettre ouverte d'une instit à Peillon !

Un bel état des lieux de notre école, de ses difficultés, une analyse des récentes propositions du ministre et des pistes de travail pour une vraie refondation

http://www.facebook.com/456940527656863/posts/556532214364360

Écrit par : Julie | mardi, 13 novembre 2012

Je ne comprends pas : autrefois, les primaires avaient 27h de cours avec le samedi matin, et maintenant, ils en auront 27h avec le mercredi matin, non ? En quoi est-ce un drame ?

Écrit par : xerbias | mardi, 13 novembre 2012

@xerbias
Quand je me suis installé à Paris, les élèves avaient cours un samedi sur deux et on pouvait le samedi suivant rencontrer les enseignants qui étaient à disposition. Cela me semblait correct.
Là, il est question de faire idiotement revenir les enfants le mercredi matin.
J'en ai deux concernés et ils sont déjà souvent fatigués.
Je suis exaspéré de voir la droite et la gauche s'aligner servilement l'une sur l'autre dans le domaine éducatif. Tu crois que parce que les enfants vont revenir tous les mercredis matins ils vont mieux réussir à l'école ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 13 novembre 2012

Ils ne vont pas moins bien réussir que tous ceux qui sont venus à l'école tous les samedis matin, une pratique qui a duré des décennies. Et le deuxième article que tu cites parle bien du manque de temps pour tout traiter...

Écrit par : xerbias | mardi, 13 novembre 2012

@Xerbias
Le vrai problème, c'est surtout d'avoir ajouté 36 missions aussi crétines que dégoûlinantes de bonne conscience dans les apprentissages.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 13 novembre 2012

Avant je travaillais le samedi matin, j'aimais bien... Un jour on nous a dit : "on passe à 4 jours !"

Nos programmes n'ont pas été allégés, on nous les a même gonflés: avec l'anglais par exemple.

Super l'enseignement de l'anglais, belle idée, plus on apprend jeune mieux c'est.

" Dites, je peux être formée ? " => "ben non, vous l'avez étudié au lycée."

Elle devient quoi là, la belle idée ?

Écrit par : Julie | mardi, 13 novembre 2012

Julie a raison de dire que les enseignants doivent enseigner en 4 jours ce qu'ils enseignaient en 4 jours et demi !
Quant à l'anglais nos enfants n'apprendront bien cette langue que si elle est enseignée par des personnels qualifiés or ce n'est pas le cas aujourd'hui...

Écrit par : Catherine Lemoine | jeudi, 15 novembre 2012

Écrire un commentaire