Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2009-09 | Page d'accueil | 2009-11 »

mardi, 27 octobre 2009

Israël, terre d'Europe au proche-orient ?

Je suis assez étonné que personne (y compris sur la Toile) n'ait réagi aux déclarations de Javier Solana, ex-secrétaire général de l'OTAN et actuel haut représentant de la PESC. Roman n'a même pas publié ne serait-ce qu'un communiqué là-dessus, alors que cette déclaration rejoint, me semble-t-il, pleinement la substance de ce qu'il écrivait sur feu Renovatio Occidentalis à propos de l'Occident et d'Israël.

Il faut dire que lorsqu'un responsable politique de cette envergure énonce une vérité de cette envergure, l'Europe toute entière retient sa respiration pour éviter d'être empoisonnée par les émanations de souffre. Aussi lointaines soient-elles, les croisades demeurent un contentieux non réglé entre le monde arabo-musulman et l'Europe : or, dire tout haut qu'Israël, c'est l'Europe, revient à clamer au nez et à la barbe des pays arabes que les croisades ont réussi et qu'une terre d'Islam a été conquise définitivement. Autant dire un casus belli. Il faut aussi dire que cela donne du grain à moudre à tous ceux, dans le monde arabo-musulman, qui affirment que toute initiative européenne ou américaine dans la région annonce le retour des Croisés...

Le problème, c'est qu'Israël est loin d'être exclusivement une terre d'Islam : c'est la source des trois religions, et si vraiment, on veut y établir la genèse des faits, c'est le Judaïsme qui y est apparu en premier, puis le Christianisme 1000 années après et encore 700 après l'Islam.

Javier Solana a raison : les liens entre l'Europe (tout du moins au niveau des programmes communs) sont si forts, que l'on peut dire qu'il n'y a guère de différences entre Israël et un autre état européen. Ce n'est que la géopolitique qui empêche, in fine, Israël de rejoindre l'Europe, non la civilisation ou les valeurs. Et pour enfoncer le clou, j'ajouterai même que la proximité culturelle entre Israël et l'Europe occidentale est plus forte qu'entre Israël et l'Europe orientale, voire même une partie de l'Europe centrale. Javier Solana, vieux briscard de la politique, un tantinet provocateur, ne s'y est pas trompé...

14:56 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : israël, europe |  Facebook | | |

Profits des banques ? Rien que de logique et normal !

Voilà que je lis à nouveau sur la Toile et dans la presse des commentaires acerbes sur les profits surnuméraires que font les banques. On s'indigne çà et là, jugeant qu'ils seraient illégitimes parce que ce serait les prêts consentis par l'État qui les auraient permis.

Ridicule ! Stupide ! Méconnaissance des mécanismes de marché les plus élémentaires. On dit que les banques ont spéculé : mais non voyons ! Elles ont simplement acheté des titres et des matières premières au plus fort de la crise. Comme les marchés mondiaux se trouvaient au creux de la vague, et, à vrai dire, à un niveau anormalement bas, quelques mois plus tard, ils ont retrouvé leurs niveaux ordinaires, logiques, et donc, tout ce qui se trouvait dans le creux s'est retrouvé à ce niveau. En 2006, les marchés étaient au contraire au sommet de la vague : quand celle-ci est retombée, tout ce qui se trouvait dessus est retombé avec, c'est tout. Simplement, comme le mouvement, au lieu de revenir à son niveau d'équilibre a plongé directement vers le creux, tous les acteurs ont craint la noyade. Finalement, plus de peur que de mal, voilà tout le monde à peu près sur sa ligne de flottaison, entre autres grâce aux bouées de sauvetage consenties par les États.

Que les banques se soient refaites pour retrouver un niveau d'actifs décent, rien que de normal et de logique : c'est maintenant qu'elles vont pouvoir à nouveau consentir des prêts. On ne peut donc parler de spéculation, mais simplement d'un reflux qui gonfle artificiellement les résultats. J'aimerais d'ailleurs ajouter une remarque : les bénéfices d'une banque en tant que tels ne signifient pas quelque chose de déterminé, parce qu'ils ne se réduisent pas à des liquidités mais comportent aussi des titres et des valeurs diverses. Que l'on revende quelques uns de ces titres pour en tirer des bénéfices, et effectivement, on en obtient la valeur du cours, mais toute vente massive pour les convertir en liquidités en ferait baisser immanquablement le cours et dans ce cas, le bénéfice final fondrait.

Les bénéfices annoncés ont donc tout d'un caractère très virtuel. Ils indiquent simplement que les marchés financiers se portent mieux et que les échanges ont repris, ce qui est le signe principal d'une bonne santé pour un marché.

Bayrou, l'espoir.

C'est à la mode de taper sur Bayrou, j'ai observé, depuis quelque temps, sur un certain nombre de blogues, qu'il s'agisse d'adversaires politiques, d'ex-MoDem ou de MoDem critiques. J'avoue que cela m'agace pas mal. Pour moi, Bayrou incarne un espoir qu'aucune autre personnalité politique n'incarne en France, et ce, pour au moins trois raisons (il y en a d'autres mais ce sont les principales) :

1.Parce qu'il a fait de la dette le centre de ses préoccupations : son programme présidentiel était le seul à ne pas verser dans la démagogie. Je l'ai écrit, je suis effrayé par la tournure que prennent les choses. J'ai en mémoire la crise argentine : ce que l'article de Wikipedia omet de détailler, c'est ce qu'il s'est produit dans le secteur public : suppressions massives de postes (ce que l'on vit actuellement en France, c'est de la vaste fumisterie à côté), licenciements dans la fonction publique, réduction du pouvoir d'achat sans précédent et stagnation des salaires. Je suis absolument certain que la France (l'Europe ?) va en arriver là, en dépit de la protection que nous accorde l'euro. Nos partenaires nous mettront au pied du mur, de toutes façons : soit nous mettrons en place un plan d'économies drastiques, soit ceux qui paient pour tous cesseront de soutenir l'euro et ce dernier s'effondrera.

Il faut donc un homme politique qui ait le courage le plus tôt possible de lutter contre la dette et d'engager un débat sérieux sur nos priorités budgétaires ; une chose est certaine, nous ne pourrons pas tout garder.

2.De ce point de vue, Bayrou a annoncé clairement les choses : on sait qu'il fera de l'éducation un sanctuaire budgétaire. Ceci ne me convaincrait pas en soi si ses vues dans le domaine n'épousaient pas les miennes. Bayrou est le seul à défendre une conception de l'école qui marie excellence et remédiation. Son idée principale est que dans tout établissement scolaire, des élèves puissent à la fois trouver des classes d'excellence et en même temps des classes passerelle afin de pouvoir se développer à leur rythme. Les conservateurs de l'UMP ne songent qu'à introduire la compétition entre établissements (ce qui n'est pas leur vocation) et les socialistes du PS (sociaux-démocrates et gauche libérale inclus) portent un projet d'abrasion générale de tout ce qui dépasse en instrumentalisant pour ce faire la recherche pédagogique (en soi pas inutile mais désastreuse dès qu'elle est politisée). S'associe à ces vues une vision de la culture et de la société que j'épouse parfaitement : en particulier, Bayrou respecte un équilibre fin et subtil entre tradition et modernité (par exemple sa conviction de l'absolu intérêt de maintenir l'enseignement des humanités à l'école) que gauche et droite sont déterminées à casser : coalisées dans un même mépris de la tradition, l'une et l'autre ne jurent que par le progrès et la modernité, ces derniers prenant évidemment des formes diverses en fonction de la coloration politique. Personnellement, ce boy-scoutisme du progrès a le don de me hérisser plus que tout.

3.Bayrou avait dit pendant la campagne de 2007 qu'il voulait faire de la France un pays pro-entreprise. Je pense que c'est une idée à laquelle il tient. Les contacts avec Cap21 ont je crois favorisé un mûrissement de sa pensée à cet égard ; Corinne Lepage a sur l'industrie une vision plus développée, plus audacieuse et plus avancée que François Bayrou. Ses réflexions irriguent, je le crois, de plus en plus largement le programme du MoDem. Les commissions du MoDem travaillent d'arrache-pied, à l'heure actuelle : de nombreuses synthèses arrivent dans ma boîte aux lettres, mais nous avons pour consigne de ne pas les rendre publiques. Il faut savoir (ça, je peux le dire) qu'est arrivé le 24 octobre dans ma BAL une synthèse préparatoire au Congrès d'Arras de 66 pages ! Allez, je pense que je ne me ferai pas taper sur les doigts si j'annonce simplement les objectifs du document de travail que j'ai reçu :

un pays équilibré dans ses finances publiques,   une société à haut niveau d’emploi,  aucun élève illettré à la sortie de l’école primaire,  la démocratie garantie par une authentique séparation des pouvoirs,  la recherche grande cause nationale,  le pays d’Europe le plus sobre en carbone,  la culture comme indice du développement de la nation,  le pays du monde au meilleur niveau de santé, notamment par la prévention.

Bayrou et le MoDem sont les seuls à prêter une attention particulière aux TPE et PME et pas seulement les PME et TPE innovantes ou écolo (c'est très à la mode, mais les autres, on fait quoi pour elles ?). J'apprécie particulièrement le concept d'environnement amical, la volonté de simplifier l'univers juridique et fiscal auquel elles sont confrontées et le principe de deux emplois francs par entreprise. Le programme actuel du MoDem (qui sera bientôt public) précisera un certain nombre d'autres aspects.

Je suis vraiment très impressionné par ce document : je ne peux pas révéler pour l'instant ce que l'on y lit sur la liberté d'entreprendre, mais je peux dire que cela rejoint complètement ce que je clame ici depuis longtemps. Les commissions ont mené en un temps record vraiment un travail programmatique hors du commun. Je suis vraiment fier d'appartenir au MoDem quand je lis le résultat. Croyez-moi, quand il viendra dans le domaine public, plus personne en France ne pourra dire que le MoDem n'a pas de programme. Nous allons créer un évènement sans précédent...

 

lundi, 26 octobre 2009

Cohn-Bendit et Bayrou se réconcilient

Lu dans le JDD :

Ça avait commencé par des Textos, ça s’est terminé par une vraie conversation. François Bayrou et Dany Cohn-Bendit se sont parlé cette semaine. Et c’est la première fois depuis le clash des européennes. Cela devrait être anodin entre deux responsables politiques qui ont longtemps été proches; mais sachant la violence de leur dernier échange public, c’est bien plus qu’un simple coup de téléphone. Bayrou voulait prendre des nouvelles de Cohn-Bendit, opéré de la hanche il y a dix jours, et lui souhaiter un bon rétablissement. Il lui a d’abord envoyé des SMS. Puis le leader du MoDem a téléphoné à celui qui lui a tant coûté aux européennes. Et les deux anciens copains ont papoté comme si de rien n’était. "On n’est pas dans des vendettas, confie Bayrou au JDD. On se connaît bien, on s’est mis en colère une fois, on n’aurait pas dû, je n’aurais pas dû, on a de la considération l’un pour l’autre et il se trouve qu’on a une approche politique plutôt similaire en ce moment." "C’est dans mon caractère de tourner la page. François voulait savoir comment j’allais, il voulait aussi parler politique", reconnaît de son côté Cohn-Bendit.

Ouf : j'en éprouve une grande satisfaction. Cette brouille idiote et sous le coup de l'émotion était contre nature. Par ailleurs, je crois que nous avons beaucoup de convergences possibles avec Europe écologie (que je distingue des Verts). Je ne pensais pas que Cohn-Bendit réussirait son parti (faire coexister libéraux écolo, altermondialistes, décroissants et amis de Nicolas Hulot) et je me suis trompé. Il y est parvenu. En fait, il ne lui a manqué que Cap21. Son projet politique qui passe par-dessus les étiquettes est proche de celui du MoDem et de Bayrou. Qu'on soit sur la même longueur d'ondes est une bonne chose.

Cela n'empêche sans doute pas qu'Europe-écologie et le MoDem seront adversaires au premier tour, mais ce sera une compétition apaisée, sans animosité, ce que je souhaite et salue. Ceci n'empêchera pas pour autant de confronter fermement les projets, bien entendu...

Obésité, adipocytes et twix

Nos sociétés repues et gorgées de denrées aussi riches que nombreuses n'ont pas fini de payer cash l'ouragan apideuxqui les balaie depuis 30 ans. On a tout dit sur l'obésité, décrétant qu'elle était génétique : ce n'est pas tout à fait exact. Ce qui est génétique, c'est que certains corps sont programmés pour stocker les graisses, non pas pour le plaisir de faire ployer le squelette, mais tout simplement pour se prémunir en cas de disette. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, il n'y a plus de disettes... CSP croit avoir trouvé la solution : il propose le rétablissement du socialisme intégral. Certitude de n'avoir plus que des haricots verts à manger au mieux tout à fait assurée. L'autre blog de CSP, plus consensuel, est davantage favorable aux méthodes capitalistes : bien que se bâffrant des twix (produit communiste et révolutionnaire s'il en est) en regardant la 4ème saison de Heroes (encore une série alter-mondialiste) vautré sur son canapé, il en conclut que le sport est le seule issue pour venir à bout des adipocytes. Nicolas Sarkozy, quant à lui, a appliqué sa recette miracle : nommer une commission. Il ne lui restera plus qu'à faire passer une loi, et hop, le tour sera joué : astucieux, non ?

Je ne veux pas déprimer tous ceux qui font un régime, mais voilà entre autres ce qu'écrit wikipedia sur les apidocytes :

Habituellement, le nombre d'adipocytes augmente jusqu'à l'âge de 15 ans et cette multiplication (hyperplasie) est particulièrement importante durant la première année de la vie. Il est donc important de veiller à l'alimentation des enfants jusqu'à l'adolescence pour éviter de préparer un terrain favorable à l'obésité à l'âge adulte. Après 15 ans, on dispose ainsi normalement d'un nombre fixe d'adipocytes. Lorsqu'on grossit, on commence par remplir ses adipocytes sans en multiplier le nombre. Déjà huit fois plus gros qu’une cellule classique, un adipocyte peut grossir jusqu’à multiplier sa taille par 50 (phase hypertrophique). Contrairement à une idée largement répandue, si cette hypertrophie n’est pas suffisante et que l’apport en graisses est trop important pour être emmagasiné dans nos quelque vingt milliards d’adipocytes, ceux-ci vont se diviser et se multiplier, c’est la phase hyperplasique qui peut multiplier par 10 le nombre d'adipocytes (pour atteindre 200 milliards). Pour maigrir, on peut vider les adipocytes de leur surcharge lipidique (lipolyse à l'aide de lécithine) mais on ne peut jamais en réduire le nombre (sauf avec une liposuccion). C'est pour cette raison qu'on reprend très facilement le poids perdu après l'arrêt d'un régime hypocalorique.

Ils n'ont pas fini de faire du sport, nos deux CSP : pour les blogueurs, j'ai une solution : mettre au point un ordinateur à dynamo. Il faudra évidemment que la machine ne se recharge qu'en donnant des coups de pédale ou de manivelles.  En fait, j'ai plutôt une bonne nouvelle : il existe.

Il y a bien un plan national de prévention contre l'obésité, qui a été reconduit en 2006 jusqu'à 2010, mais il me semble que tous ces plans passent à côté de l'essentiel. La consommation de fruits et légumes a peut-être augmenté de 2001 à 2005, mais le nombre d'obèses aussi. Raté, caramba !

On ne s'en sortira pas sans légiférer une bonne pour toutes contre les saloperies de graisses en tout genre qui traînent dans les aliments. Tiens, une remarque empirique : achetez n'importe quel steak haché en congelé de n'importe quelle marque et faites cuire dans la poêle : pourquoi ça dégorge une espèce de graisse dégueulasse à tous les coups ? Faites la même chose avec un steak acheté en boucherie, et là, comme par enchantement, rien.

Il y a, je le crois, deux aspects : a) Ce que contiennent les aliments transformés b) la diversité et la proportion des aliments que nous consommons (eh oui, le bio n'est pas une garantie à soi seul).

Enfin, quelque part, ça m'interpelle, tout de même qu'au moment où un milliards de Terriens ont la dalle, quelques dizaines de millions d'autres se demande comment maigrir à cause de leur alimentation trop riche...

14:50 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : obésité, apidocyte, twix, faim |  Facebook | | |

Livres et e-books

La guerre des e-books se propage petit à petit au net : face aux géants que sont Amazon ou Google, les grandes chaînes de librairies réagissent en mettant au point leur propre format d'e-book. A témoin le Nook de Barnes et Noble, conçu pour affronter le Kindle d'Amazon.

Ce qui m'inquiète dans toutes ces grandes manoeuvres, c'est le sort futur de nos libraires : que deviendront-ils si les nouvelles publications se vendent au lieu de figurer sur du support papier ? Par ailleurs, étant donné le coût des lecteurs d'ebook à l'heure actuelle, mis à part pour de gros lecteurs, l'achat du lecteur n'est pas rentable par rapport aux éditions papier.

La Toile n'en a pas fini de bouleverser le modus vivendi économique qui prévalait jusque là dans le domaine du livre, mais, hélas, pas pour le meilleur : ce sont les très grosses maisons d'édition (et on risque d'y voir bientôt des regroupements) qui vont peu à peu ramasser la mise, tandis que les petites s'effondreront les unes après les autres. Nous venons bientôt vers le temps où ce seront Amazon et Google qui décrèteront ce qu'est la bonne ou la mauvaise littérature.

L'espoir de voir surgir une littérature et un lectorat autonomes et non-inféodés à des intérêts divers est illusoire. En réalité, rien ne résiste au rouleau compresseur des intérêts économiques qui sont en jeu, et les plate-formes participatives n'y résisteront pas l'ombre d'un instant : au contraire, elles vont servir de caution à ces intérêts-là qui pourront ainsi montrer que la liberté de création est préservée. Le mécanisme est rôdé : j'ai écrit récemment un article sur la presse, pour montrer comme l'amateurisme et le gratuit la menaçaient (et pourtant, il existe des compromis intelligents). Il y a à vrai dire quelques précédents antérieurs à l'internet numérique dans le domaine culturel : la politique de la ville de Paris, par exemple, dans le domaine de la musique, sous Clémentine Autain et Christophe Girard s'est voulue favorable aux musiciens amateurs, mais toujours au détriment des professionnels : par exemple, les professeurs de piano payés par la ville, contre un SMIG (a-t-il été appliqué ?) se sont vus interdire de donner des cours librement. Autre exemple : le Québec a massacré la culture classique à tous les niveaux, éducation nationale, édition, et cetera, et promu les amateurs à tout crin. Dans l'amateurisme foisonnant, il a évidemment parfois surgi quelques bonnes pousses, mais in fine, au prix d'une réduction qualitative de la culture sans précédent au Québec. Si l'ère des errements semble désormais se finir, il est trop tard pour réparer les dégâts. Je n'aurais pas de mots supplémentaires assez durs contre l'amateurisme, dès lors qu'il a la prétention de remplacer le professionnalisme sans en avoir pour autant la qualité.

Il est question d'offrir aux e-books 5.5% de TVA au lieu de 19.6 actuellement : dès lors qu'une innovation ne propulse pas clairement la création culturelle, je ne vois pas pourquoi on devrait lui faire un tel cadeau. Frédéric Miterrand appelle les éditeurs français à se rassembler autour d'une plate-forme unique de distribution des e-books pour faire face aux majors américains.

Que deviendront alors les libraires ? Je dirais que l'espoir réside dans une option que lève Constance Krebs sur le site la revue des ressources : que les libraires réagissent en mettant en place leur propre plate-forme où ils dispenseront leurs conseils de lecture et leurs choix. Alors, l'achat de murs pour le libraire ne viendra qu'en second. Peut-être, mais il se trouve que pour ma part, je fais partie de ces réfractaires qui préfèrent largement aller fouiner dans une boutique et discuter en face-à-face avec un homme ou une femme rompu(e) aux nouveautés de l'édition. Et je préfère largement cela au commentaire ou à la note écrit en SMS qui figurera en appréciation chez Amazon et compagnie sur tel ou tel ouvrage.

On invoque la Renaissance comme période de référence pour qualifier ce qu'il se produit aujourd'hui pour la littérature compte-tenu des opportunités nouvelles en matière de diffusion. Il serait bon de se souvenir que la littérature et les idées se diffusent quand les esprits sont prêts à les accueillir ; et la technicité ne changera rien à ce fait incontournable. Souhaitons que nous ne soyons pas à l'orée de Siècles obscurs. L'immédiateté efface tout au nom de la rentabilité et de la nouveauté. Voilà les deux ennemis immédiats des idées et de la littérature.

Les Grecs de Troie sont entrés dans la légende, mais bien peu savent qu'ils ont vraiment existé. 50 ans après avoir fait chuter Troie, leur civilisation puissante s'était effondrée. Il fallut 3000 ans pour retrouver la trace de leur existence, et encore 60 années supplémentaires pour réaliser qu'ils avaient bien une écriture : les tablettes de linéaire B que déchiffra le génial architecte Ventries. Mais eux, ils avaient encore des tablettes en argile. Nous, les incendies qui menacent nos palais modernes ne laisseront même pas cela...

12:29 Publié dans Internet | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : livres, e-book |  Facebook | | |

dimanche, 25 octobre 2009

Priorité du MoDem au prochain Conseil de l'Europe

 

Intervenant ce mercredi 21 octobre au Parlement européen, réuni en session plénière à Strasbourg, lors du débat consacré à la préparation du Conseil européen des 29 et 30 octobre, Marielle de Sarnez, députée européenne et première vice-présidente du Mouvement Démocrate, a mis en exergue trois priorités :

"D'abord la question du changement climatique. Tout le monde le voit bien, l'Union a une responsabilité particulière pour entraîner à Copenhague les nations du monde. Pour cela nous devons être exigeants et ambitieux sur les objectifs à atteindre. Mais il nous faut aussi être à la hauteur de la dette que nous avons vis-à-vis des pays en voie de développement. Chacun devra consentir un effort financier à sa mesure. Si nous ne sommes pas capables de nous montrer solidaires, et bien, ça ne marchera pas !"

"Deuxième point, la question des migrations. C'est bien, évidemment, d'agir mieux avec FRONTEX. Mais si nous voulons vraiment aider les pays du Sud de l'Europe, alors il nous faut aller vers une harmonisation du droit d'asile, revenir sur la convention de Dublin, et plus encore élaborer, enfin, une vraie politique en matière d'immigration. Je crois que c'est la seule façon de traiter de cette question de manière sereine et responsable".

"Troisième question enfin, la politique étrangère. Le Conseil va avancer sur la question du Service d'Actions Extérieures, tant mieux ! Nous allons probablement avoir un Haut-Représentant, tant mieux ! Mais ce qui serait mieux encore, c'est de parler d'une seule voix, au moins sur les conflits qui agitent le monde. Et je pense en particulier à l'Afghanistan, où je veux rappeler que le nombre de soldats européens engagés est presque le même que celui des soldats américains. Il va y avoir un Sommet UE-Etats-Unis le 3 novembre prochain. Les Européens ont une responsabilité particulière : ils doivent proposer une stratégie qui ne soit pas exclusivement militaire. S'ils ne le font pas, personne d'autre ne le fera."

13:51 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sarnez, modem, europe |  Facebook | | |

Qui compensera la taxe professionnelle ?...

Olivier Henno, Maire de Saint-André-lez-Lille et Conseiller général du Nord MoDem, s'exprime sur la suppression de la taxe professionnelle, ainsi que sur la réforme des collectivités territoriales. Olivier Henno juge notamment l'annonce par le président de la République de la suppression de la taxe professionnelle comme une véritable "irresponsabilité publique".

samedi, 24 octobre 2009

Quel rôle pour le futur président du Conseil européen

Alors qu'à la veille du Sommet européen fin octobre à Bruxelles  des noms circulent avec insistance dans les médias pour occuper la fonction de Président stable du Conseil européen, les démocrates et les libéraux (dont est membre le MoDem) ont demandé à ce que se tienne un débat parlementaire afin de mieux définir le rôle et les responsabilités de cette future Institution avant d'en déterminer le titulaire. La Conférence des présidents des groupes parlementaires a soutenu ce matin cette demande et ce débat aura lieu lors de la mini-session de Bruxelles les 11-12 novembre.

Le Traité de Lisbonne, qui attend toujours la signature du président tchèque, n'est pas explicite pour décrire les fonctions du futur Président de Conseil européen, ce qui donne une occasion au Parlement européen de donner son propre avis sur le sujet.

Le groupe ADLE estime également nécessaire un débat parlementaire sur la restructuration du collège des commissaires afin de tenir compte tant de la nomination du Haut représentant comme vice-Président de la Commission que des nouvelles responsabilités législatives et budgétaires du Parlement européen.

14:43 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : adle, modem, europe, président, conseil |  Facebook | | |

Budget de l'Europe : l'ADLE plaide pour l'investissement et la compétitivité

Le budget 2010, adopté aujourd'hui en première lecture par le Parlement européen réuni en session plénière à Strasbourg, doit être l'occasion pour l'UE de renouer avec l'investissement afin d'accélérer la sortie de crise et de renouer avec les créations d'emplois. Raison pour laquelle, les démocrates et les libéraux ont décidé de rétablir les montants de l'avant projet de budget pour la plupart des rubriques sabrées par le Conseil en première lecture, allant même parfois au-delà des chiffres initiaux de la Commission européenne notamment pour les crédits destinés à améliorer la compétitivité de l'UE.

"La première lecture du Conseil manque de cohérence et de réalisme. Certes beaucoup d'Etats membres ont des problèmes budgétaires mais ce n'est pas en coupant dans les investissements en matière d'énergie, de lutte contre le changement climatique, de recherche et d'innovation que l'on aidera nos concitoyens à sortir de la crise", a déclaré Anne JENSEN (Venstre, Danemark), coordinatrice  de l'ADLE au sein de la commission des budgets lors du ébat public. "Ce sont les priorités de l'UE et elles doivent être financées dans le cadre du plan de relance européen", a-t-elle indiqué.

Mme Jensen a par ailleurs défendu avec succès deux projets pilotes, l'un pour soutenir le journalisme transfrontalier d'investigation et l'autre pour venir au secours des femmes victimes de viol dans l'est du Congo. En outre un signal fort a été donné à la Stratégie pour la mer baltique laquelle va pouvoir rapidement être mise en oeuvre grâce à un amendement ADLE la datant de 20 millions d'euros

Au nom de la commission de l'Industrie, de l'Energie et de la Recherche, Lena EK (Centerpartiet, Suède) a contesté les économies faites au titre de la politique de recherche. "2010 est une année symbole pour la Stratégie de Lisbonne, qui aurait du être celle où l'Europe apparaît comme la zone la plus compétitive du monde, et des coupes budgétaires seraient un mauvais signal alors que l'innovation est plus que jamais le principal atout pour sortir de la crise", a-t-elle déclaré.

Pour la commission du Marché intérieur, Cristian Silviu BUŞOI (Partidul Naţional Liberal, Roumanie) a fait valoir "les importants besoins pour la coopération douanière et la lutte contre la fraude". "Nous souhaitons aussi, en cette période de crise, accroître l'information des consommateurs et c'est pourquoi nous demandons une augmentation des crédits pour SOLVIT"

Quant à Annémie NEYTS (Open VLD, Belgique), au nom de la commission des Affaires étrangères, elle a souligné que "2010 sera l'année d'installation du Service européen d'action extérieure et nous nous attacherons à ce que le budget de ce service soit à la hauteur des ambitions que nous plaçons en lui".

11:40 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : adle, europe, budget |  Facebook | | |