Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2013-01 | Page d'accueil | 2013-03 »

jeudi, 28 février 2013

Étiquetage : tant pis si on est les seuls à le faire !

J'ai tout simplement adoré cette observation de Bayrou à propos de l'étiquetage des produits alimentaires :

« Il est donc urgent de reconstruire au plus vite la confiance des consommateurs, par un renforcement de l'étiquetage et une meilleure identification des produits vendus. Si les autres pays européens ne veulent pas suivre, nous devons commencer seuls. Il n’y a aucune raison que la France ne puisse pas être à l’avant-garde, en se mettant d’accord avec ses producteurs et ses circuits de commercialisation. »

C'est exactement ce que je pense. Envoyons chier Bruxelles et ses bureaucrates que je ne supporte quasiment plus. La bureaucratie européenne et ses diverses commissions, pour moi, c'est l'anti-parlement européen, l'anti-démocratie, au final, l'anti-Europe.

Je pense comme Bayrou : on va le faire tout seuls, et, vous savez ce qui se passera après ? Il y aura tellement de scandales alimentaires et sanitaires ailleurs que nous vendrons nos produits comme des petits pains parce que le monde entier saura que ce sont les seuls qui sont fiables.

800 euros pour vivre ?

J'ai essayé de suivre au fil du temps le sort des licenciés de l'usine Continental qui ferma ses portes en 2009 et il se trouve que j'ai entendu avant-hier un témoignage aussi triste qu'édifiant.

La moitié des ouvriers de Continental n'ont pas retrouvé d'emploi, et, arrivés à la fin de leurs indemnités, ils sont désormais dans la misère. Une mère de famille témoignait ainsi de sa situation : avec des enfants, elle ne touchait plus que 800 euros par mois auxquels il fallait retirer 500 euros pour le loyer de son habitation.

Je vous demande, franchement, comment on peut vivre à 300 euros par mois, a fortiori quand on n'est pas seul. En fait, je me le demande aussi. Je suppose que cette femme doit recevoir quelques aides supplémentaires, compte-tenu de sa situation plus que précaire, et puis, très probablement, des solidarités familiales ou amicales doivent jouer également.

La précarité est un poison terrible pour notre société. Cette ancienne ouvrière confiait à la journaliste qui l'interogeait voguer d'interim en interim avec parfois des périodes où il n'y avait aucune proposition d'emploi.

De ce point de vue, j'ai une divergence assez profonde avec mes amis libéraux : je me défie fortement de toute forme de dérégulation de l'emploi. Je trouve, sur ce point, que Bayrou pendant la campagne de 2012 a eu le mérite d'aller à contre-courant en faisant valoir que chercher à concurrencer la main d'oeuvre à bas coût n'était pas une option inévitable.

On ne peut pas demander aux travailleurs de perdre sur tous les tableaux : exiger à la fois mobilité, insécurité et perte de pouvoir d'achat, ce n'est pas acceptable.

Il n'y a pas d'ouvriers  ni de précaires parmi ceux qui réclament la dérégulation du marché du travail.

Je crois qu'on peut être souple avec les très petites entreprises,  dont les effectifs ne dépassent pas 5 à 10 personnes parce que de petits entrepreneurs peuvent avoir besoin d'une certaine flexibilité pour démarrer. Mais au-delà d'un certain cap, tout travailleur devrait pouvoir disposer de garanties solides.

Je pense vraiment que la relance de l'emploi en France ne se fera pas en permettant aux entreprises de licencier du jour au lendemain au gré des humeurs du DRH.

En revanche, baisser les charges, faire disparaître les contraintes administratives de toutes sortes, cela, oui, je le crois, peut contribuer à avoir un impact significatif.

En attendant l'emploi précaire flirte avec les 12% depuis une dizaines d'années maintenant et je ne vois pour l'instant pas d'issue.

Peut-être existe-t-il des astuces : Arnaud Chéron, Directeur de recherche à l'EDHEC propose un deal pour relancer l'emploi des Seniors : réduire la durée de leur indemnisation de 36 à 24 mois et en contrepartie, une suppression des cotisations salariales et patronales pour ces mêmes seniors quand ils sont embauchés. Il estime à 200 000 le nombre d'emplois ainsi créés dans cette catégorie d'âge et dans le même temps, à 3 milliards d'euros les économies réalisées pour l'Assurance-chômage.

Je n'aime pas l'idée de créer toujours plus d"insécurité pour des chômeurs en période de crise, car, réduire leur durée d'indemnistation, au final, cela revient à ça ;  l'idée de cet universitaire mériterait d'être testée sur une durée limitée afin de vérifier si elle marche mais, personnellement, ce qui m'agace, c'est de lire ce genre de choses :

Réduire de 36 à 24 mois la durée maximale d’indemnisation chômage conduit à diminuer l’espérance de revenu au chômage d’un travailleur. Ceci a principalement deux incidences : (i) une incitation à une recherche d’emploi plus intense pour les chômeurs, afin de se préserver d’une perte de revenu qu’induirait le basculement dans le régime de solidarité, et (ii) une incitation pour les employés à accepter plus facilement des modérations salariales, le point de repli en cas de perte d’emploi se trouvant relativement moins avantageux. Il en résulte donc à la fois une stimulation de l’offre et de la demande de travail qui devrait s’avérer favorable à l’emploi.

Je résume : un bon coup de schlague pour pousser ces fainéants à rechercher plus activement un emploi et leur couper le robinet pour les amener à accepter de manger de la m... Quand on me dit qu'on veut tenter un basculement pour inciter les entreprises à recruter des seniors, ça, j'aime bien, mais quand on finit par dévoiler son jeu avec des sous-entendus au fond très explicites, j'aime déjà moins. Est-ce que Monsieur Chéron accepterait de s'appliquer à lui-même la réforme qu'il prône ?

L'inconvénient, c'est que ce genre de théories est presque toujours élaboré par des individus qui ne risquent pas d'en subir le contre-coup. Pas de prises de risques pour eux, juste pour les employés, les précaires et les ouvriers...

Il y a des formules mathématiques complexes dans le document d'Arnaud Chéron. Personnellement, je m'en tiens aux soustractions simples : 36 - 24 = 12 soit 12 mois d'indemnisation chômage en moins et mon ancien salaire - x est forcément plus bas que mon ancien salaire, ce que notre économiste appelle la modération salariale.

00:39 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : travail, emploi, seniors |  Facebook | | |

mardi, 26 février 2013

Maurice Taylor, ta gueule !

Désolé, mais ça me démange depuis un moment. Si Maurice Taylor, le PDG de Titan, juge que la France est une terre soviétique, on ne l'oblige pas à y faire des affaires.

Il paraît que nos ouvriers son paresseux ? Ta g... Taylor, viens travailler dans une usine à leur place et on en rediscute.

En revanche, moi qui suis Français et qui peux avoir le sentiment national ombrageux, j'ai pris bonne note de m'abstenir d'acheter un quelconque pneumatique Titan à l'avenir.

Il faudrait que la presse cesse de qualifier Taylor d'ultra-libéral. Taylor est surtout un ultra-crétin, les libéraux étant généralement des gens aimables et accomodants.

Allez, je lâche un peu d'information sur ce que je fais en ce moment : je travaille dur avec quelques militants du MoDem sur notre projet européen pour 2014 et justement, nous sommes précisément en train de réviser notre interprétation de la concurrence libre et non faussée.

Pour nous, une concurrence non-faussée, c'est une concurrence entre autres équitable et nous militons, comme l'a déjà fait valoir Bayrou au demeurant, pour que toutes les normes qui s'appliquent en terre européenne demeurent valables pour les produits importés ou dont la réalisation est délocalisée.

Taylor se vante de produire des pneus à un euro de l'heure ? En respectant des critères de qualité, de sécurité et des normes sociales et environnementales j'ai comme un gros doute.

En somme, la position à laquelle nous réfléchissons, c'est de fermer purement et simplement le marché européen aux produits qui ne respectent pas des échanges commerciaux fiables, équitables et loyaux.

Si on gagne, un âne comme Maurice peut dire adieu à tout le marché européen avec ses pneus de merde produits à un euro de l'heure par ouvrier...

lundi, 25 février 2013

Sacré Peillon...Et si on posait les vraies questions à l'école ?

Le Peillon est un créature politique improbable : c'est déjà la m.... dans la réforme qu'il propose et il en ajoute une seconde couche.

Je suis fasciné de voir à quel point la question des rythmes scolaires brouille le paysage pédagogique au point d'effacer toute pensée construite.

L'unaninisme imbécile qui s'est emparée de tous nos corps intermédiaires n'est pas rassurant. Droite, gauche, centre, académie de médecine, syndicats enseignants, associations de parents, sur le fond, tous sont d'accord. Ils ne font que diverger sur la mise en oeuvre.

On  nous assure que les vacances d'été sont trop longues et que cela pèse sur les résultats scolaires de nos enfants : ah bon ? Pourquoi la Finlande prévoit deux mois et demi de vacances l'été dans ces conditions ?  Pourquoi à la fin des années 70, à une époque où une partie conséquente des enfants savaient encore lire et écrire, on comptait le même nombre de jours qu'en Finlande ? 

Cette réforme imbécile va bousculer non seulement l'organisation de l'école elle-même, et sans doute pas de la manière la plus heureuse, mais aussi celle de la vie des familles, des enfants et jeunes gens. 

Avec le zonage, comment feront les parents séparés, les cousins qui veulent se revoir, les lycéens qui veulent travailler l'été, l'économie du tourisme dont la baisse de revenus se traduira en réductions d'emplois, les entreprises qui devront réorganiser tous les congés sachant que le mois d'août n'est pas réputé une grande période d'activité ? Et les enfants qui devront se rendre dans des classes surchauffées, dans le sud de la France par des températures de 30 ° ? Que diront les enseignants : accepteront-ils de travailler deux semaines de plus pour aucune compensation alors que leur pouvoir d'achat régresse depuis 10 ans et que leur grille indiciaire est bloquée ?

SOS éducation que je n'ai guère vu inspirée sur la question des rythmes scolaires depuis le début de ce sujet se décide enfin à tirer la sonnette d'alarme et à dénoncer le leurre : plus que tout, c'est l'organisation et les méthodes pédagogiques qui peuvent renverser la vapeur dans notre école déclinante. L'association rend compte d'une expérience intéressante en Angleterre qui a consisté à appliquer strictement la méthode syllabique avec des groupes de niveau dans la langue maternelle au sein de chaque classe dans des quartiers défavorisés afin d'assurer à tous l'acquisition de la lecture et de l'écriture. Les résultats étonnants auxquels sont parvenus les Anglais battent en brèche nos idées reçues sur l'hétérogénéïté.

A ses débuts, j'ai entendu le MoDem et surtout Bayrou prendre en considération que c'étaient la lecture et l'écriture au début de la primaire qui étaient la clef de tout. Bayrou voulait axer son action dans ce domaine sur les premières classes, envisageant clairement de laisser toute lattitude pédagogique aux enseignants afin de sélectionner les méthodes qui marchaient.

Quelle déception de voir par la suite le MoDem emboîter le pas au pédagogisme unanimiste ambiant et s'imaginer que les rythmes scolaires étaient la nouvelle baguette magique qui allait résoudre nos difficultés et mettre fin à notre déclin.

Il existe en Europe autant de rythmes que de pays européens, et, ce qui apparaît très clairement, c'est qu'ils ne sont pas corrélés à la réussite scolaire. Peillon fait donc de l'esbrouffe pour rien.

Moi, ce qui m'effraie, c'est d'entendre des enseignants dire d'un enfant au collège qu'il n'existe plus d'issues positives pour son orientation dès la sixième : le redoublement n'étant pas souhaité sera un échec assuré et le passage sans restriction en classe supérieure l'enverra immanquablement dans les cordes. Le plus terrible, c'est de constater que les enseignants de primaire savent déjà quelles seront les victimes d'un système qui broie et oublie impitoyablement ceux qui ne s'y ajustent pas parfaitement.

Face à ce constat angoissant, partis, associations de parents et syndicats font assaut de pédagogolâtries aussi diverses que variées pour mieux noyer le poisson. Mention particulière à la FCPE qui remporte la palme de la nullité.

Une remarque à ce sujet : PEEP et FCPE verrouillent la représentation des parents dans les écoles et les collèges de manière odieuse. Si on vote, on ne peut faire autrement que de voter pour eux, et on ne peut se présenter comme délégué qu'au sein de ces deux organismes verrouillés. Leurs représentants ne tiennent aucun compte des préoccupations du parent ordinaire, ne songeant qu'à asseoir le futur de la progéniture de leurs délégués, et, pour le reste, servent de courroie de transmission aux partis dont ils sont membres. Plus encore que la PEEP, la FCPE est experte dans ce domaine.

J'aimerais que Jean-Jacques Hazan se taise. Cet individu prétend parler au nom de tous les parents d'élèves, mais je puis assurer qu'il ne parle en mon nom et encore moins d'une série de parents de toutes sortes que je connais.

En somme, ce que je vois, c'est que l'enjeu scolaire est verrouillé de partout et entre les mains d'une minorité incompétente, largement relayée par des médias à sa botte.

J'avoue que j'ai le coeur serré : notre école a longtemps été un modèle pour le monde entier. Aujourd'hui, j'en ai honte. J'ai honte de mon ministre et de la lâcheté de son administration, j'ai honte de notre recherche pédagogique, honte des associations de parents qui devraient en principe me représenter, honte de nos médias qui s'appliquent à rallumer constamment la guerre scolaire, et honte des syndicats enseignants dont la ligne ambigüe et l'adhésion au système augurent des lendemains inquiétants mâtinés de trahisons envers le corps enseignant.

J'ai honte pour mon pays, honte pour les enfants que nous abandonnons à leur sort le main dégoûlinante de bonne conscience sur le coeur.

Oui, j'ai vraiment honte et ne vois aucune raison d'espérer. J'ai juste l'ambition que mes propres enfants échappent au désastre, et c'est tout.

18:29 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (23) | Tags : école, peillon |  Facebook | | |

dimanche, 24 février 2013

Le FN est-il soluble dans la démocratie ?

La mutation que Marine Le pen a imposé à son parti mérite, me semble-t-il, de me poser une question qui ne m'avait jamais traversé l'esprit tant que Jean-Marie Le pen dirigeait ce parti.

Jean-Marie Le pen, de mon point de vue, est profondément rattaché à l'extrême-droite de l'après-guerre ; celle-là même qui avait collaboré, soutenu le vichysme et dont une partie ne s'était ralliée au Général de Gaulle qu'en 1943 et 1944 voire après-guerre.

Je n'ai jamais eu confiance dans cet homme-là et j'ai toujours été persuadé qu'une fois au pouvoir il aurait au mieux limité au pire supprimé les institutions démocratiques. En aucune circonstance, quel que soit son adversaire il n'eût été envisageable de voter pour lui, même avec un représentant de Lutte Ouvrière ou quelque chose de ce genre en face.

Je continue à me défier grandement du Front National parce que nombre de ses cadres ont accompagné sans états d'âme les dérives infâmantes de cet homme-là.

En revanche, je crois Marine Le pen démocrate sincère, contrairement à son père, et certainement plus droite qu'elle. Oh, bien  sûr, ce n'est à l'évidence pas la même démocratie que la mienne (que penser d'une démocratie dont les principaux alliés seraient la Russie de Poutine et la Chine au parti unique despotique, comme cela figure dans le programme du FN ?) mais une démocratie tout de même. Sans doute avec une très forte composante populiste, évidemment.

Contrairement à son père, Marine Le pen n'est pas obnubilée par l'antisémitisme ou par une quelconque forme de racisme. Je ne le crois pas. Ceci ne l'empêche pas d'appuyer une bonne partie de ses thèses sur un sentiment xénophobe et de chercher ainsi à diviser le pays.

Le souverainisme et le protectionnisme (tout relatif, au demeurant) que prône MLP sont bien sûr aux antipodes du libéralisme centriste que je défends.

Cela dit, si je considère l'opinion que j'ai de MLP, elle est relativement neutre. Je ne me reconnais pas dans la diabolisation infiniment maladroite à laquelle se livre la sphère médiatique à son encontre. Cette diabolisation n'a pas d'objet, n'a pas lieu d'être parce que le projet politique du FN est rentré dans la sphère démocratique et qu'il faut désormais le combattre comme un projet politique et pas autrement.

Je l'ai dit, jamais par le passé, même en pensée, je ne me serais imaginé accorder ma voix à JMLP et ce, dans toutes les circonstances possibles et imaginables. Mais aujourd'hui, si je me pose la même question pour MLP, ma réponse n'est pas négative dans toutes les configurations. Dans tous les duels qui l'opposeraient à un représentant de la sphère modérée de l'espace politique (PS, Verts, MoDem, UDI, UMP et même sans doute PC qui est devenu un parti de gouvernement au fil du temps) elle serait perdante mais, face aux forces qui se situent sur les bords extrêmes, je crois par exemple que je voterais pour MLP plutôt que de laisser passer un représentant du NPA (a fortiori de LO) et tous ses discours haineux contre les "riches" (on est toujours le riche de quelqu'un...).

Si je considère les 60 dernières années, j'observe qu'aucun pays où les communistes ont pris le pouvoir n'est devenu une démocratie mais qu'au contraire la tyrannie s'y est exercée parfois avec une brutalité inouïe comme en Corée du Nord ou au Cambodge. Mais si l'on considère les extrême-droite là où elles ont eu le pouvoir, principalement en Amérique du Sud, le sadisme inconcevable avec lequel leurs polices politiques ont traité leurs opposants est à faire gerber.

Depuis la chute du mur de Berlin, en Europe, les choses ont toutefois évolué : dans plusieurs pays d'Europe occidentale les anciens communistes ont repris le pouvoir, je pense en particulier à la Pologne. Mais ils n'avaient gardé de communistes que le nom et s'étaient mués en partis socialistes ou sociaux-démocrates traditionnels. Il s'est produit à peu près la même chose en Amérique du Sud ou Lula s'est montré un dirigeant social-démocrate exemplaire, de même que Correa, l'actuel dirigeant de l'Équateur, et même Chavez dont j'ai gardé en mémoire la tentative de putsch a, pour sa politique intérieure, globalement respecté son opposition sans user de ses forces intérieures pour la museler.

Pour l'extrême-droite, il y a eu Jorg Haider en Autriche, mais, recadré par l'Europe : il a dû se résoudre à respecter toutes les formes démocratiques. Les frères Kaczynski en Pologne me sont toujours apparus faire partie de cette droite extrême qui s'accomode très facilement des nationalistes et des forces d'extrême-droite en général. En dépit de leurs tentatives, ils ont aussi dû se résoudre à évoluer dans des cadres démocratiques.

Si j'exclus radicalement le NPA c'est que j'ai lu dans leur programme qu'une épuration politique est prévue dans les médias de même qu'un programme d'expropriation. Il y a des choses similaires dans celui du Front de Gauche. Rien de tel dans celui du FN. Voilà pourquoi ces deux partis me paraissent, au moins sur leur base programmatique, bien plus dangereux que le FN. Quant à LO, pour moi, ce sont des Khmers rouges. Les plus idéologues et dangereux, capables de créer des camps de concentration en France. Les pires.

Je ne suis pas certain de savoir ce que je ferais exactement si c'était Mélenchon qui se trouvait en face. Depuis que j'ai lu dans le détail le programme du Front de Gauche, et, après avoir écouté les interventions de Mélenchon (notamment sur Cuba) ces dernières années, je me défie de plus en plus de l'individu.

Bref, qu'un centriste déclare cela, c'est dire la mutation opérée par MLP dans le paysage politique.

De parti à parti, c'est plus difficile : j'ai vraiment une très mauvaise opinion du FN, même face à un candidat NPA. Si le cas de figure se produisait, ce serait à considérer au cas par cas de mon point de vue, et, en principe, face à un candidat front de gauche, il y aurait de bonnes chances que je choisisse le second à condition de ne pas avoir affaire à un chasseur de koulaks (je m'appuierais alors sur ses écrits, ses déclarations et ses prises de distance ou non par rapport au programme de son parti comme a pu le faire par exemple Onfray).

Je pense que le choix se ferait sur la base suivante : tout individu issu de la mouvance skinheads, PFN, négationniste, soralienne, nouvelle droite, grèce et cetera se verrait à peu près assuré d'avoir mon vote contre lui. Mais si en face il devait y avoir des islamo-gauchistes ou des révolutionnaires antisionistes et compagnie, même chose. Bref, ce serait au cas par cas avec une forte probabilité de bulletin blanc compte-tenu du parcours ordinaire des gens qui se trouvent sur ces deux bords.

Qu'est-ce que que Marielle de Sarnez peut apporter à Paris ?

Cela fait un moment que je cherche le titre du billet que je veux écrire sur la très probable candidature de Marielle de Sarnez à Paris et, faute de trouver une idée originale, j'ai fini par faire simple.

On sait, d'ores et déjà, que NKM et Hidalgo vont accaparer tout l'espace médiatique avec peut-être quelques miettes pour Cécile Duflot si jamais elle se présentait. Il va donc être difficile pour le MoDem de parvenir à s'intercaler.

C'est par nos différences, me semble-t-il, que nous avons un petit espoir d'éviter. 

Le logement demeure la principale préoccupation des Parisiens, et, depuis 2008,  les prix n'ont cessé de grimper tant à l'achat qu'à la location. Coincés dans une capitale trop petite, les Parisiens sont face à une redoutable alternative : payer toujours plus cher le mètre carré d'espace vital ou accepter de voir rehausser singulièrement les hauteurs maximales des constructions avec comme conséquence première une dégradation immédiate de l'environnement. C'est cette seconde voie que semble vouloir emprunter Delanoë avec ses tours triangle mais il se heurte à de très fortes résistances (les Verts et le MoDem principalement).

Marielle de Sarnez avait fait aux municipales de 2008 du logement pour les classes moyennes une priorité observant qu'il était difficile de travailler à Paris sans y habiter. Elle proposait à l'époque de mixer les logements sociaux alors que les Socialistes les réservent soit à des revenus très modestes soit aux employés de la ville de Paris. 

Jean-François Martins, le principal élu du MoDem à Paris, table sur l'extension de Paris par absorption progressive des communes avoisinantes pour au moins relâcher la pression financière sur les acquéreurs. Peut-être. Ce que je crains plutôt, c'est que cette absorption fasse grimper les prix de la petite couronne si elle se concrétise. Je suis un peu sceptique avec ce Grand Paris. C'est sans doute une nécessité, mais d'abord une vue de l'esprit. Le problème, c'est que la pressioon foncière est générale sur la totalité de la petite couronne. Je ne dis pas que ce ne soit pas une solution sur le long terme d'autant que Jean-François Martins a quelques idées astucieuses pour élargir Paris (je les ferai connaître en temps utile sur ce blogue) mais dans les mesures immédiates il va falloir une baguette magique.

Paris, ces dix dernières années, s'est spécialisée : cadres célibataires ou simplement en couple, familles à enfants uniques, parfois à deux enfants, retraités, pendant que dans le même temps, les familles nombreuses s'exilaient en banlieue. Si le MoDem veut apparaître en pointe pour les prochaines échéances municipales, il doit être capable de dire ce qu'il peut faire pour permettre aux familles de grandir au lieu de devoir partir.

J'ai revu notre clip de 2008 sur le logement : les intentions énoncées y étaient fortes, mais la réalisation maladroite au possible. Je risque d'être brutal, mais soyons clairs : quand on promeut les classes moyennes on n'illustre pas son propos par une visite dans un foyer d'immigrés ivoiriens. On choisit une famille parisienne type. Leçon à retenir pour 2014.

J'ai évoqué le logement comme principale clef de la campagne de 2014 mais il y a au moins deux autres sujets qui méritent une grande préoccupation : les transports, tout d'abord, mais aussi la santé. Paris, à son tour, commence à être touchée par la réduction du nombre de praticiens et, dans le même temps, les coûts médicaux explosent dans la capitale en raison du montant des consultations. Certains avec une démagogie insigne y voient la cupidité des médecins. Je crois que c'est surtout l'accroissement continu du coût de la vie à Paris qui contraint les praticiens à revoir leurs tarifs à la hausse. Il y a à côté de cela des hôpitaux qui se dégradent continuellement avec des urgences toujours plus surchargées et des menaces sur certains établissements. Delanoë et son équipe l'ont oubliée, mais il peut y avoir une politique de la santé à Paris, et, sur ce sujet, un certain nombre de propositions de Bayrou en 2007 puis 2013 lors de la présidentielle pourraient s'avérer pertinentes. Nous y reviendrons ultérieurement ici.

Quant aux transports, ils méritent un billet à part entière. Je m'iquiète beaucoup d'avoir vu le MoDem s'aligner complètement sur le PS dans ce domaine depuis 2008. Nous aurions pu dire et proposer autre chose. J'espère que nous serons plus originaux et créatifs pour 2014.

Il y a dans le bilan de Delanoë des choses à prendre et à laisser. On oublie souvent qu'un certain nombre de projets menés à leur terme par Bertrand Delanoë avaient été initiés par l'équipe précédente. 

Il y a en tout cas une chose dont je suis certain : courir derrière les propositions du PS lors des prochaines municipales c'est s'exposer à une claque monumentale quand la voix des Parisiens aura parlé. A la place de nos élus MoDem, sans verser dans la radicalité, j'éviterais de faire de l'opposition un peu trop constructive.

00:46 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : modem, sarnez, delanoë |  Facebook | | |

samedi, 23 février 2013

Que faire face au pétrole ?

Je vois avec inquiétude la multiplication de gisements de gaz de schiste se produire un peu partout dans le monde. En résolvant - temporairement - le problème de l'énergie chère elle empêche la recherche sur les énergies renouvelables de progresser. 

Plus inquiétant : elle va générer de la croissance dans les pays qui exploiteront ces gisements, et, ce-faisant, la tentation deviendra très forte pour les paysà l'économie en berne qui disposent de ressources mais veulent lutter contre la pollution et les dégradations environnementales.

Je n'aime pas les taxes excessives, mais au fond, le principe de la taxe carbone n'est pas idiot : il est difficile d'estimer les dommages que le pétrole cause à la santé (gaz d'échappements) et à l'environnement, mais je crois qu'il faudrait repartir sur cette base et envisager des taxations en conséquences sur le principe de qui dégrade paie. A ce stade, il ne s'agit pas vraiment d'une taxe mais plutôt d'une réparation.

Toute la difficulté, avec une telle taxe, c'est qu'elle risque de provoquer de très méchants surcoûts, pour le producteur dans un premier temps, puis le consommateur dans un second temps. On n'arrive, pas, pour l'instant, à mettre en place des énergies renouvelables sans devoir faire exploser les coûts de l'énergie conventionnelle afin de les rendre "concurrentielles". 

Tant que les énergies salissantes et non-renouvelables ne causeront pas des dommages visibles, conséquents et continus, aucun pays n'envisagera de changer de logiciel d'autant que les solutions alternatives ne sont pour l'instant pas suffisantes pour alimenter la croissance de notre économie telle qu'elle fonctionne.

Il faut bien songer qu'un changement d'énergie implique non seulement le renouvellement de tout un parc d'appareils mais aussi la transformation et/ou la création de tout un réseau de distribution.

Il est vrai que j'ai dit beaucoup de mal d'Autolib sur ce blogue, mais l'idée de s'en servir comme tremplin pour disposer désormais d'un réseau de distribution d'énergie, et, du coup, de pouvoir enfin commercialiser l'automobile électrique est astucieuse. C'est le calcul de Bolloré, à ce que j'ai compris, qui espère enfin pouvoir rendre rentable une division de son activité qui pour l'instant lui coûte 200 millions d'euros par an.

Ces véhicules électriques polluent à l'évidence lors de leur conception et dans le futur lorsqu'il faudra les recycler, mais,  dans leur fonctionnement quotidien, ils sont à l'évidence bien moins nocifs que les engins à hydrocarbures.

Cela va être très difficile de parvenir à poursuivre dans une voie de moins en moins rentable au niveau européen. L'espoir est dans la recherche et l'adaptation de ce qui existe, mais le chemin est long et tortueux...

18:04 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : pétrole |  Facebook | | |

La grue, le père et...la vérité !

J'ai suivi le petit show du père retranché sur une grue à Nantes. Ce type m'énerve. Il discrédite les parents qui sont vraiment soucieux de leurs enfants et se montre surtout pressé d'attirer les flash médiatiques.

Ce dont ce type-là s'est bien garder de se vanter, c'est que la justice lui a retiré le droit de voir son fils seul à seul non parce que les femmes s'en foutent, comme il dit, mais parce que ce pourri l'a enlevé deux fois, la première à sa mère, la seconde à ses grand-parents, en frappant le grand-père qui plus est. Et il s'est barré pendant plus de deux mois sans aucune nouvelle en planquant son enfant.

Typiquement le genre de sale c.. narcissique qui se croit propriétaire de son fils. Un petit de 4 ans et demi, qu'est-ce que ça pense quand on l'enlève pendant deux mois et demi après avoir tapé son grand-père sous ses yeux ?

Ce gars-là essaie de se faire passer pour une victime mais la réalité, c'est qu'il joue plutôt dans la catégorie pervers et qu'à la place de la justice, et de la mère, je me méfierais encore plus de lui, désormais.

00:55 Publié dans Education, Société | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : père, enfant, divorce |  Facebook | | |

jeudi, 21 février 2013

Faut libérer les récidivistes, hein ?

Encore deux policiers victimes de la racaille récidiviste. Les deux membres de la FAC qui sont morts ce matin, percutés par des individus très bien connus de la police seraient encore en vie si la racaille en question n'avait pas déambulé toute la nuit à se pavaner sur les Champs-Élysées au lieu de croupir dans un cachot comme cela aurait dû être son sort.

Valls a demandé une justice sévère et impitoyable. Moi, je suis d'accord avec lui, mais je l'informe qu'à l'heure actuelle, Taubira, sa collègue au gouvernement, organise des débats consensuels afin de libérer les pauvres victimes récidivistes des prisons, auteurs d'agressions compris. 

Autorisons la police à descendre à la mitrailleuse lourde les salopards qui leur foncent dans le tas à 150 km/h. Je parie qu'il n'y aura pas beaucoup de candidats au suicide.

En tout cas, aujourd'hui, en fin de matinée, il y avait des petits sans père dans deux familles, désormais. 

23:47 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : valls, taubira, récidive |  Facebook | | |

mercredi, 20 février 2013

La CGT a-t-elle foutu en l'air l'usine d'Amiens-nord ?

Si le PDG de Titan est un abruti en refermant dans un même sac ouvriers, syndiqués et CGT, n'hésitant pas à énoncer des contre-vérités (les ouvriers ne travaillent que 3 heures parce qu'on leur a demandé de réduire leur activité) le rôle trouble de la CGT depuis cinq années dans l'usine goodyear a très clairement contribué à l'issue catastrophique que connaît finalement l'usine. Le Figaro le raconte  très bien.

Il suffit de comparer le sort de l'usine d'Amiens-sud à celui de celle d'Amiens-nord pour constater l'action néfaste de la CGT là-bas. En bloquant toute réorganisation, pourtant acceptée par tous les autres syndicats, la CGT a empêché la nécessaire reconfiguration du site industriel. Amiens-sud se porte bien, en dépit de la crise, alors qu'Amiens-nord va mettre la clef sous la porte.

Le fait que Taylor, le PDG de Titan, soit un crétin réactionnaire et grossier ne change rien à l'affaire.

Et il faut dire que la CGT multiplie les rigidités et les freinages de toute sorte, à témoin son tout récent raoût syndical après la proposition de la SNCF de mettre en service des lignes Paris-Marseille à 20 euros. Pensez-vous ma bonne dame, selon la CGT, la SNCF réinvente la troisième classe ! Cet égalitarisme forcené et imbécile émeut même le Chafouin qui, roupillant, laissait pourtant depuis un moment son blogue en déshérence...

16:04 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : titan, goodyear, cgt, sncf |  Facebook | | |