Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 août 2010

Légitime défense ou pas ?

Jeudi dernier, un homme âgé de 73 ans a tiré sur deux cambrioleuses qui s'étaient introduites dans sa maison. Il a été incarcéré pour tentative d'homicide volontaire. Les deux cambrioleuses sont mineures. Dans l'histoire, ce n'est pas la minorité qui me gêne en soi, on ne va pas demander une fiche d'état-civil à des cambrioleurs pris sur le fait, mais deux choses :

a) ce sont des femmes, des jeunes filles, même : j'ai peut-être été trop marqué par la littérature courtoise, mais l'idée de tirer sur une femme ou une jeune fille m'est assez insupportable. Confronté à une situation similaire, je ne le ferais vraiment qu'en dernier recours, c'est à dire avec une menace sur la vie de mes proches ou sur la mienne. Pour être honnête, s'il s'était agi de deux garçons de 15-16 ans, je n'aurais pas cillé plus que cela. Mais là, deux jeunes filles...

b) les deux jeunes filles n'étaient pas armées.

Il faudrait déterminer les circonstances précises : a-t-il vu ou non qu'il s'agissait de jeunes filles ? Ont-elles ou non esquissé des gestes de menace ? Le cambriolage s'est déroulé en journée, donc ni pénombre ni obscurité pour masquer des traits. Il a appelé la police (saine réaction). Il avait été cambriolé déjà trois fois. J'aimerais bien savoir au bout de combien de temps elle est arrivée et ce que les policiers lui ont dit au téléphone, par ailleurs. Parce qu'évidemment, s'il y avait des individus dans sa propriété et une menace potentielle et que la police ne vient pas...

Qu'a-t-il cherché à faire exactement ?

Si je comprends bien le code pénal et ce qu'il dit sur la légitime défense, c'est qu'il serait incarcéré parce qu'il aurait cherché à tuer, pas à blesser mais bien à tuer, les deux cambrioleuses.

C'est cela qu'il faut établir. Un cambriolage est bien sûr un délit, mais on ne peut banaliser un homicide volontaire. La loi est très claire. Je ne suis pas certain qu'il soit nécessaire d'incarcérer le tireur dont le profil est tout de même quelque peu éloigné du multirécidiviste.  Mais je pense que Marine Le pen et Lionnel Luca devraient être bien plus prudents dans leurs déclarations : si cet homicide est volontaire avec cibles identitfiées sans, que de façon nette, il y ait eu menace, l'incarcération n'est pas abusive.

mardi, 10 août 2010

Les flics ? Une bande comme une autre...

Il est intéressant, l'article de Laurent Chabrun, de l'Express sur la situation à Grenoble. J'en ai retenu quelques fortes saillies.

En somme, et je pense que ce n'est pas seulement le fait du quartier de la Villeneuve à Grenoble, la police, dans une zone dominée par les trafiquants devient une bande comme les autres, dont on abat les membres à la kalachnikov ou au fusil de chasse.

J'observe aussi qu'il existe un lien invisible mais solidaire de fait entre le lumpen et la jeunesse bourgeoise : c'est parce qu'il y a plein de petits cons pétés de fric qui viennent dans les stations huppées l'hiver et achètent canabis et drogues diverses que le trafic de drogue est aussi rentable localement.

La moitié des 18-25 ans ont expérimenté le cannabis au moins une fois, plus d'un cinquième des 15-16 ans en consomment au moins une fois par mois (chiffres du Ministère de l'Intérieur).

Je ne m'étonne pas que nos Anciens, ceux de la Torah aient lu dans les cieux le principe d'une justice immanente : on est toujours puni, finalement, par là où l'on a péché. Peut-être y-a-t-il un simple effet de causalité : action, réaction...

Les jeunes bourgeois fument des substances illicites, des trafics se développent, puis des zones de non-droit se développent dans lesquelles les jeunes bourgeois viennent chercher leur came...

Chicago sur Isère. Bien trouvé pour Grenoble. Il faut dire qu'avec Carignon, il n'y a pas eu que du petit gibier...

Schumacher le voyou...

Les noms d'oiseaux volent, en ce moment, dans la presse ; à témoin le conflit qui oppose Marianne et Sarkozy. En parlant de voyou, il y en a un autre, et dangereux, dans le domaine sportif, cette fois : Michael Schumacher est sans doute un pilote d'exception, mais c'est aussi un malade assoiffé de reconnaissance et prêt à tout pour briller.

Quand on considère la liste des "incidents" qu'il a provoqués pendant les courses de F1 et dont plusieurs auraient avoir pu une issue mortelle, c'est invraisemblable qu'il n'ait pas fini par être suspendu définitivement...

14:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sport, f1, schumacher |  Facebook | | |

250 interpelés, bon boulot à la préfecture

Face aux désordres et aux violences occasionnées par une partie non-négligeable des supporters du PSG, la Préfecture de police de Paris a pris enfin des mesures adéquates. 250 interpellations d'un coup, presqu'autant de supporters interdits de stade.

On fait dans ce pays, vis-à-vis des bandes, l'erreur majeure de croire qu'il suffit de punir les leaders pour que les bandes se calment. Je crois au contraire que personne ne doit pouvoir se cacher derrière un lien de subordination et que la responsabilité est toujours et d'abord collective.

Les individus concernés devront pointer à la gendarmerie les jours de match. Cela risque d'occuper les forces de l'ordre. Il faudra prévoir les moyens ad hoc et bien sûr, donner des amendes ou coffrer tous ceux qui manifesteraient la moindre velléité de reprendre leurs activités.

Espérons que les objectifs affichés du Paris-Saint-Germain se concrétisent et qu'un famille puisse enfin se rendre au Parc des Princes sans avoir à craindre pour sa sécurité et celle de ses enfants.

08:40 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : psg, sécurité |  Facebook | | |

jeudi, 05 août 2010

Pauvres Roms...

Il y a quelque chose qui me frappe, dans l'attaque de Nicolas Sarkozy contre les Roms, c'est qu'elle dénote une ignorance crasse. L'incident qui a provoqué son ire, si j'ai bien compris, c'est celui de Saint-Aignan. Or, à Saint-Aignan, les désordres ont été le fait de Gitans. Les Gitans appartiennent certes à la communauté Rom, mais, sans vouloir être offensant, et puisque Sarkozy attaque sur ce terrain là, ils sont certainement "Français" depuis bien plus longtemps que Nicolas Sarkozy.

Or, à ce que j'ai compris, ceux qui vont payer les pots cassés, cela va être les Roms européens, notamment de Roumanie et de Bulgarie, qui ne sont pour rien dans cette histoire.

Cette histoire est ridicule à plus d'un titre : si 50 Bretons cassent un MacDonald quelque part en Bretagne, vais-je dire que les Bretons génèrent des désordres ?

Je suis, pour ma part, très fier d'appartenir à un regroupement de partis européens, l'ADLE, qui compte précisément une euro-députée hongroise rom : Mme Viktória Mohácsi.

Il est bien possible qu'il y ait des heurts entre Roms nomades et populations sédentaires, particulièrement dans les campagnes mais c'est oublier que cette rivalité est plusieurs fois séculaire. Longtemps, sous l'Ancien Régime, les Roms furent accueillis avec faveur par les seigneurs, parfois par les villes, en raison de leurs talents de danseurs, de dresseurs, d'acrobates et de musiciens. Protection relative, toutefois : Louis XIV donna l'ordre d'envoyer tous les "Bohémiens" aux galères, de raser leurs femmes et de placer leurs enfants placés dans des hospices. Oui, Louis XIV, ce "grand roi" que l'on continue à célébrer dans nos manuels alors qu'il fut l'un des pires fléaux qui frappa notre pays.

L'histoire des Roms, c'est aussi une résistance acharnée à la volonté politique de vouloir à tout prix les sédentariser. Nos États modernes ne sont absolument pas conçus pour favoriser l'itinérance.

Mais peut-être le sang "hongrois" de Nicolas Sarkozy le conduit-il à voir dans les Roms l'une des principales causes de nos maux, tout comme le parti d'extrême-droite Jobbik en Hongrie ?

Je l'avais déjà dit, mais sans en faire un billet spécifique : en fait, je n'ai pas du tout, mais alors vraiment pas du tout aimé la stigmatisation de la population Rom par Nicolas Sarkozy. Ce n'est pas un thème caractéristique de la droite, mais de l'extrême-droite, et encore ; en France, le FN ne s'est jamais particulièrement intéressé aux Roms à ma connaissance. Sarkozy a donc fait pire.

C'est d'un minable consommé.

Bien sûr, pas question de sombrer dans l'angélisme : j'ai déjà eu maille à partir avec des Roms à un feu rouge ; ils voulaient m'imposer le "nettoyage" de ma vitre contre "rétribution" et avait entouré à cinq mon automobile. Agaçant. Depuis, je ne supporte pas que l'on s'approche de ma vitre. Mais combien de fois aussi, je suis demeuré interdit et émerveillé par les interprétations des musiciens roms, eux qui enchantent les couloirs et les rues de la capitale ? Qui songe que les fameux Zingaro sont une grande famille de Roms dont le nom est célèbre à travers le monde entier ?

J'ai bien aimé la réaction de Manuel Valls après l'annonce des premières mesures de Sarkozy :

Les gens du voyage travaillent pour la plupart et sont des compatriotes. On est en train, une nouvelle fois, de réveiller cette peur qui existe et qui est ancestrale à l'égard des gens du voyage, c'est tout à fait insupportable, ces problèmes doivent échapper à la caricature.

Bien dit et pas mieux.

15:26 Publié dans Insolite, Société | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : roms, sarkozy |  Facebook | | |

mardi, 03 août 2010

Travail le dimanche ?

Et Dieu bénit le septième jour, et le sanctifia, parce que ce jour-là il s'était reposé de tous ses travaux, des travaux qu'il avait entrepris de faire.

Bon, je vous le refais en grec ancien (source, Septante, Genèse,II,3)

καὶ ηὐλόγησεν ὁ θεὸς τὴν ἡμέραν τὴν ἑβδόμην καὶ ἡγίασεν αὐτήν, ὅτι ἐν αὐτῇ κατέπαυσεν ἀπὸ πάντων τῶν ἔργων αὐτοῦ, ὧν ἤρξατο ὁ θεὸς ποιῆσαι.

Dieu s'est reposé le 7ème jour après avoir accompli un travail de Titan, et le Préfet de Paris voudrait généraliser l'ouverture des magasins le dimanche ?

Delanoë (pour une fois) avait joué un bon tour à Sarkozy : ce dernier avait promis que le travail le dimanche ne se ferait que sur la base du volontariat et à salaire double. Or, depuis la loi votée en 2009 sur l'ouverture dominicale, rien de ce type ne s'est mis en place. Fûté, Delanoë, appuyé par le Conseil de Paris dont le MoDem, a proposé dans ces conditions, dans son plan de zones autorisées pour le travail dominical la transformation des zones touristiques en zones PUCE (périmètre d'usage de consommation exceptionnelle).  Cette législation contraint à payer au double l'heure de travail le dimanche et suppose l'adhésion volontaire des salariés pour travailler ce jour-là.

Par ailleurs, comme l'a observé Delanoë, 20% des commerces sont ouverts le dimanche. Pour moi qui habite la capitale, je juge que c'est largement suffisant et que je parviens à y trouver ce jour-là 90% de ce que je peux rechercher en semaine.

En outre, comme l'observe Jean-François Martins, conseiller démocrate au Conseil de Paris, ajouter de nouvelles zones n’aurait qu’un seul effet : fragiliser la périphérie de ces zones et les petits commerçants indépendants, avec des conséquences graves en termes d’emplois sur toute la capitale. Habiller Pierre, ce sera, mécaniquement, déshabiller Paul.

On voudrait tuer le commerce de proximité que l'on ne s'y prendrait pas autrement.

lundi, 02 août 2010

La corrida, oui, mais sans cruauté !

Knossos_bull.jpgLes combats contre les taureaux existent depuis quasiment l'âge de la civilisation. L'histoire de Thésée, luttant contre le Minotaure, en est une trace évidente ; les Athéniens, à l'origine du mythe, se sont certainement représentés ainsi les jeux taurins qui avaient lieu en Crète sous le règne du roi (des rois ?) Minos. En Crète, les jeunes hommes montraient leur adresse en évitant des taureaux qui les chargeaient. Ils n'étaient pas armés, et, si jamais il y avait mort du taureau à l'issue des jeux, c'était à des fins religieuses. Nous trouvons en France un avatar moderne et fort sympathique, voire comique, de ces jeux taurins avec les facétieuses vachettes d'Intervilles, l'émission télévisée. Ces jeunes bovins aux cornes neutralisées s'entendent généralement à faire culbuter les concurrents.


Intervilles - Encornade
envoyé par Bowox. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

J'agrée bien volontiers les arguments des défenseurs de la corrida quand ils mettent en exergue la beauté du geste des toreros, le goût du danger, l'esthétique de cette danse dangereuse, mais je ne comprends pas pourquoi Diable, tiennent-ils à ce point à faire couler le sang du taureau et à harceler ce dernier de blessures.

Je suis favorable au maintien de la corrida, pas de problèmes, mais contre le traitement cruel infligé aux bêtes qui y participent. Je soutiens donc les députées Muriel Marland-Militello (UMP) et Geneviève Gaillard (PS) qui ont déposé le 13 juillet dernier une proposition de texte de loi en ce sens.

00:42 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : corrida |  Facebook | | |

dimanche, 01 août 2010

De la phase transitoire à la nationalité

Nicolas Sarkozy envisage de rendre réversible la naturalisation d'un étranger en cas de crimes et délits avérés et graves.

Le principe de pouvoir déchoir quelqu'un de sa nationalité ne devrait pouvoir être utilisée que dans des cas très extrêmes (terrorisme, par exemple, et à condition de ne pas faire de l'individu un apatride). Je pense que c'est un mauvais principe. J'ai d'ailleurs réfléchi, et finalement, la proposition de nationalité à points que j'ai faite ici n'est pas bonne non plus.

Il vaudrait mieux envisager une citoyenneté à droits progressifs jusqu'à acquisition complète de la citoyenneté française.

1ère année, droit de vote aux municipales, accès au marché du travail sans permis de séjour

2ème année, droit de vote aux cantonales

3ème année, accès à certaines prestations sociales

4ème année, droit de vote aux régionales

5ème année, droit de vote aux législatives

6ème année, droit de vote aux présidentielles

7ème année, acquisition définitive de la nationalité française, accès intégral aux prestations sociales.

Pour valider chaque étape, il faudrait s'être évidemment bien conduit. Une telle démarche aurait le mérite d'être positive et de progresser par avantages successifs.

Nicolas Sarkozy cherche à faire de l'immigration et de la sécurité des clivages forts pour coincer la gauche et générer l'écran de fumée nécessaire à l'oubli de l"affaire Woerth. Les associations et la presse de gauche sont tombés dans le panneau. Il suffit de lire la réaction d'un Roger-Petit qui hurle au loup fasciste pour s'en convaincre.

Il eût été astucieux de réagir avec calme, de montrer l'infaisabilité d'une bonne partie des propositions de Sarkozy, d'améliorer les autres et de passer rapidement à autre chose...La sagesse et la pondération de Bayrou sur ces thèmes me paraissent un bon exemple à suivre.

samedi, 31 juillet 2010

Sécurité, l'Esprit des lois...

Nicolas Sarkozy s'est montré fort disert quant aux mesures qu'il escomptait prendre pour juguler la délinquance. A vrai dire, de nombreux aspects de ses déclarations m'ont laissé perplexe. J'ai du mal à imaginer que l'on revienne sur une nationalité une fois acquise. J'avais proposé ici-même une phase transitoire (nationalité à points), mais, une fois cette dernière obtenue, elle devrait être irrévocable quel que soit le délit ou le crime commis si crime ou délit il doit y avoir. D'ailleurs, aucun pays n'accepterait ensuite de récupérer des criminels ou des délinquants qu'on aurait déchu de leur nationalité. Une fois devenu français, l'individu délinquant devient notre problème à nous, Français.

On peut en revanche éviter d'en arriver là en conditionnant l'obtention de la nationalité française. Elle ne devrait en effet plus être automatique à la majorité, c'est mon avis depuis longtemps.

Plusieurs rapports concordent pour observer la part prépondérante d'individus d'origine immigrée (mais de nationalité française) dans les phénomènes de délinquance. Rien qu'en Isère, un rapport de 2004 établissait que deux tiers des mineurs délinquants étaient d'origine étrangère alors même que la proportion d'immigrés n'était en 2004 que de 6.1% dans le département. Toutefois, même ainsi, et sans verser dans l'angélisme anti-stigmatisation des diverses organisations des droits de l'homme (largement discréditées, par ailleurs), ne pas oublier que la délinquance demeure le fait d'une petite minorité, y compris au sein de la population immigrée. Il ne faudrait pas faire payer aux gens tranquilles les exactions de la racaille.

Nicolas Sarkozy ne semble avoir de yeux que pour les seuls dépositaires de la force publique, puisqu'il ne réagit qu'aux seules agressions contre ces derniers. Et les autres Français ?

Je pense, comme Bayrou, que l'on pourrait obtenir des résultats satisfaisants simplement en appliquant les lois existantes. Bayrou soulève par ailleurs des objections pertinentes :

On n'a pas besoin de lois nouvelles chaque semaine, ou de propos guerriers non suivis d'effet, on a besoin de faire appliquer les lois qui existent déjà et qui sont bafouées tous les jours. Les Français savent bien que la délinquance qui progresse, les agressions, les incivilités, les vols, les voitures brûlées, ne relèvent pas de lois d'exception. Elles relèvent d'un État présent, proche, qui se fait respecter, d'un retour du sens civique, d'une prévention efficace, de sanctions rapides, dissuasives, éducatives quand on le peut encore, d'un retour de l'État partout où s'installent des zones de non-droit, d'une police, d'une gendarmerie et d'une justice qui aient sur le long terme les moyens de leur action.

[...]En focalisant sur la seule immigration le discours sur l’insécurité, on cherche à introduire un signe « égale » entre l’une et l’autre. Au risque de bien des dérives : qu’est-ce qu’un Français d’origine étrangère ? À partir de quelle génération ? Que fait-on de ceux qui sont nés en France ? Pour nous, la loi et la sanction, même rigoureuses, doivent être les mêmes pour tout le monde, sans distinction d’origine, ou de situation sociale.

Le Président du MoDem me paraît parler le langage de la raison et du bon sens, celui-là même qui émane également de l'ouvrage majeur de Montesquieu, l'Esprit des lois. Plus que d'une justice à deux vitesses, c'est d'une justice efficace dont la France a besoin.

vendredi, 30 juillet 2010

Qu'est-ce que la presse peut être mesquine, parfois...

Décidément, je me dis parfois que nous avons la presse que nous méritons. En Angleterre, on a cru passionnant d'épiloguer sur le jeu de Carla Bruni dans le dernier film de Woddy Allen. Ce dernier a la réputation d'être méticuleux. Alors 5, 10, 15, 35 ou 100 fois, qu'est-ce que cela peut bien faire...

J'vous jure, des fois, ils n'ont vraiment que ça à f...