Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ouf, une sarkonnerie de moins... | Page d'accueil | République Solidaire - MoDem, c'est soluble ? »

vendredi, 10 septembre 2010

Récidive des violeurs, les mensonges des bien-pensants

Chaque fois qu'une voix s'élève pour réclamer des punitions bien plus sévères pour les auteurs de viol, particulièrement les récidivistes, on entend alors le ban et l'arrière-ban des bien-pensants expliquer qu'il ne faudrait pas pénaliser des individus bien réinsérés pour une toute petite minorité. Et d'avancer le taux de récidive des violeurs qui serait de 1.6%.

J'ai toujours été très sceptique devant ce chiffre : d'où sort-il ? La justice française ne communique aucune donnée, je ne vois donc pas comment on l'obtient. 

Il se trouve qu'il existe une étude menée au Canada il y a quelque temps montrant que la récidive serait d'au moins 24% et encore, en minorant une série de données.

Je m'étais livré moi-même à un calcul simple pour finalement estimer qu'il pouvait y avoir un à deux millions de violeurs en France, il y a un an et demi.

Il est invraisemblable de libérer conditionnellement des violeurs. Une seule alerte devrait être suffisante pour la société. Bilger a raison de s'en inquiéter.

Les violeurs sont des pervers. Sans doute ne l'étaient-ils pas à la naissance, mais ils le sont devenus, et c'est irréversible. Seule la peur de la loi et de ses effets, l'absence d'occasion pour commettre un nouveau crime les arrêtent.

Je ne comprends pas cette justice qui veut faire du social en tentant de réinsérer des individus qui ne sont pas réinsérables et peuvent à tout moment commettre un crime encore plus atroce.

La seule option vis-à-vis des violeurs est de les enfermer définitivement sans espoir de revoir un jour le soleil. Et j'ajoute que la justice devrait être impitoyable avec les mineurs : ils ne récidiveront pas moins que les majeurs.

 

14:51 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : viol, justice |  Facebook | | |

Commentaires

La Justice belge a décidé de rendre les 475 dossiers de pédophilie saisi par le Police Belge à ..l'Eglise ,c'est à dire à une organisation délinquante qui savait et qui a couvert les actes de pédophilie dans les internats catholiques ,des années 60 aux années 90.

7 congrégations religieuses sont accusées nommément par la Commission ADRIENSSENS.

Il y aura un procès "canonique", c'est à dire en vase clos dans l'Eglise,ce qui n'a rien d'équitable.


Le rapport est disponible sur le site de la Commission Adrienssens.


En Belgique,comme ailleurs,l'Eglise catholique est au-dessus des lois morales qu'elle impose à d'autres .


Nota : Mgr Léonard accuse les victimes d'avoir écorné l'image de l'Eglise en révélant -publiquement- les faits dont ils ont été victimes.

Ce triste personnage réussit encore à culpabiliser les victimes !.

Écrit par : Suzanne | vendredi, 10 septembre 2010

J'ai bien aimé la conclusion de Philippe Bilger : "Si on ne prévoit pas les démons, on peut au moins retarder leur sortie."

Tu as raison de dire, César, que le viol -ou l'inceste- est une perversion (perversité ?) acquise et non innée mais pourtant irréversible. A moins d'une solide et très longue thérapie psychiatrique, il est peu envisageable de voir un violeur se transformer en se remettant salutairement en cause.
Donc de savoir dès le plus jeune âge que l'emprisonnement sera à vie, ou tout au moins jusqu'à un âge très reculé, ça permettrait à l'éventuel délinquant de bien "se maitriser les pulsions". Parce qu'un vrai pervers n'est pas un idiot et sait parfaitement simuler. Donc sait se maitriser quand il le croit vital... pour lui !
C'est bien cela qu'il faut savoir.

Il n'en est pas de même s'il s'agit d'un dérèglement hormonal que l'on peut contrer par une simple camisole chimique, voire par d'autres solutions chirurgicales.

J'aimerais bien voir s'exprimer ici de temps en temps de vrais psychiatres tiens !

Écrit par : Françoise Boulanger | vendredi, 10 septembre 2010

Ah le Canada un bien au pays. :)
Lieu de naissance des charters, je crois aussi.

Écrit par : Martine | vendredi, 10 septembre 2010

Zut alors! :)
"Bien beau pays" tsss , ces petits doigts! grrrr
Tant de souvenirs, un des plus magiques certainement, fut celui des chutes du Niagara avec son pont de glace, ses arbres pétrifiés aux mille et unes stalactites et mites.
"Hitchcockien..."
Allez, un p'tit lien musical:
http://www.youtube.com/watch?v=heI6UT55ZZ0

Écrit par : Martine | vendredi, 10 septembre 2010

de toutes façons, 98% des viols sont classés sans suites (ou non lieu) d'après le policier responsable de la cellule d'aide aux victimes de mon département: le violeur dit que la victime était consentante, elle n'a pas de preuve du contraire, et ça s'arrête là.

c'est en premier lieu les médias, qui seraient à flinguer: les violeurs sont fabriqués par cette société hyper érotisante, qui montre les beaux, intelligents, forts et désirables, mais qui oublie qu'il y a des gens moches, gros et cons qu'elle excite, auxquels elle fait croire que la jouissance sexuelle est un droit et que sans ça, leur vie ne vaut pas un clou:
or ces gens là n'ont pas forcément une femme qui les aime, et on ne les guide pas dans cette direction: alors dans un premier temps, ça peut être les prostituées, quelques filles bourrées en boite de nuit, puis peu à peu, des filles moins faciles, un peu de violence, et un jour on passe au viol.

La plupart des violeurs ne voient même pas le problème: le sexe est un droit, et si la fille ne veut pas, c'est elle qui est en tort. et peu à peu, les personnes, enfants ou pas, deviennent des sex toys.

Écrit par : do | vendredi, 10 septembre 2010

Je suis choqué par cette article ou plutôt par la manière d'aborder le sujet, manière très populiste.
Le viol est un crime, ni plus ni moins,
le meurtre en est un autre beaucoup plus grave d'ailleurs. Mais les deux sont loin d'être liés. Ces crimes correspondent à la transgression de deux interdits de notre société qui sont bien différents (l'un lié au sexe, l'autre au respect de la vie humaine).
Oui la récidive est faible en France et ce chiffre de 1,6% correspond à une période de 10 ans je crois.
Attention aussi, nous sommes dans un système de droit latin et non anglo-saxon c'est à dire qu'on laisse toujours une lueur d'espoir au condamné (notion de pardon et de rachat de ses fautes).

Écrit par : Vladimir | vendredi, 10 septembre 2010

"Ces crimes correspondent à la transgression de deux interdits de notre société qui sont bien différents (l'un lié au sexe, l'autre au respect de la vie humaine)."
dixit Vladimir

ce n'est pas un interdit lié au sexe, c'est un interdit lié au respect de la personne humaine.
personne humaine et vie humaine sont deux notions différentes, de là à dire "bien" différentes...

Écrit par : Kahazara | samedi, 11 septembre 2010

Je ne peux pas laisser dire Suzanne des choses archi-fausses sans y répondre.
Tout d'abord, la justice suit toujours son cours, à part pour ce qui sont, malheureusement, des faits pour lesquels il y a prescription.
Les dossiers qui ont été saisis et rendus (on me dit pas encore, les parents ayant fait appel) étaient des dossiers ultra-confidentiels, menés par la commission indépendante dirigée par un expert psy non religieux,la commission dont vous parlez, et le grand désir des victimes était de conserver l'anonymat car parfois l'entourage le plus proche n'était pas au courant.
Cet anonymat a été brisé quand la justice s'est emparée des dossiers et a décidé de révéler les noms. Ce qui va entraîner de grands drames.
à cette suite, l'expert psy, plus tenu par le secret déjà dévoilé, a révélé la dissimulation dont était coupable l'église, le cardinal Danneels a reconnu ses torts.
Il y a même eu une perquisition dans des tombes d'évêque car il y avait eu des travaux récemment dans la crypte de la cathédrale concernée !
L'enquête sur l'église catholique belge est toujours en cours.

J'en profite pour dire à César que, oui, l'essentiel devrait être de protéger les futures victimes éventuelles, et pour cela d'isoler de la société les prédateurs.

Quand certains prétendent qu'ils sont tous malades, je connais bien cette maladie : il s'agit surtout d'égoïsme poussé au paroxysme, où l'on se fiche totalement du mal infligé à autrui pour obtenir son propre plaisir.

Écrit par : luciolebrune | samedi, 11 septembre 2010

@Vladimir
Je ne vous conseille de ne pas parier sur l'humanité d'un violeur. Au début, il viole, et quand il récidive, il finit par violer et tuer.
Le viol est un crime gravissime, aussi grave que le meurtre.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 11 septembre 2010

C certain qu'une fois qu'ils ont taté de la prison, ils préfèrent supprimer les témoins... Encore plus dangereux,donc.

Écrit par : luciolebrune | samedi, 11 septembre 2010

Cette façon de minimiser les chiffres afin de minorer le problème me choque. C'est très exactement le contraire de l'idée que je me fais de l'intérêt général.

Il ne s’agit pas de savoir si ces gens sont moins plus méchants ou plus moins méchants, ce qui est un débat nécessaire.

Mais ou il ne devrait pas y avoir de débat justement, c’est bien sur les faits. Les fais avérés et sanctionnés. Il peut être légitime de ne pas lancer à la volée les noms, des victimes, des accusés, voire même des coupables, mais le nombre d’actes criminels (et délictuels) doivent (pas devraient ! DOIVENT) être publics.

Écrit par : Teo Toriatte | lundi, 13 septembre 2010

enfin un blogguer qui porte bien son nom
Complete heresie

Écrit par : alsa17 | mercredi, 15 septembre 2010

"La justice française ne communique aucune donnée"
Et google vous connaissez, recherchez récidive.

Écrit par : Nada | samedi, 18 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.