Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 février 2012

Véritomètre, pifomètre ?

Un site amusant, le Véritomètre, a décidé de vérifier les données sur lesquelles s'appuient les politiques pour tester la vadilité de leurs propos. Intéressant, mais on aurait aimé qu'ils en fassent autant avec les propositions : le classement d'arrivée ne serait sans doute pas le même...

Hollande arrive en tête avec 79%, Bayrou suit à un peu plus de 71%. Seulement, voilà, il y a quelques petites étrangetés dans les estimations des erreurs. Quand c'est Hollande, c'est imprécis, quand c'est Bayrou, c'est incorrect...J'ajoute que Mélenchon crédible à 68%...Bon, ce n'est pas que le tovaritch Gauche de combat ne me soit pas symathique, mais là j'ai quelques doutes sur la pertinence de l'évaluation...

J'aurais bien fait le boulot de vérification, mais coup de pot, Fred, avec sa rigueur habituelle, a fait le travail. Merci, Fred.

Pour la crédibilité des programmes, on peut sinon jeter un oeil chez Débat & co, le site de l'Institut de l'entreprise. On y trouve des choses intéressantes.

vendredi, 17 février 2012

Y'en a, alors des Communistes, en France, ou pas ?

Voilà, je me demandais s'il y en avait ou non, des Communistes, finalement en France. Parce que voyez-vous, à Paris, François Hollande n'aime pas les riches, mais à Londres, à la City (place financière par excellence) il explique qu'il n'y a plus de communistes en France et que eux, Socialistes, ont libéralisé l'économie française et privatisé à tour de bras.

Notez que je ne m'élève pas contre un nécessaire degré de libéralisation dans notre pays, mais en revanche, j'ai un peu la tête qui me tourne chaque fois que j'entends François Hollande : je ne sais pas si je dois pointer le regard vers la gauche ou vers la droite...

Comme le dit mon "comrad" tovaritch Yves, centriste devant l'Éternel, j'ai quelques difficultés avec le positionnement de François Hollande. Et apparemment, même à ses copains de gauche, il donne le tournis...

10:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : hollande |  Facebook | | |

mercredi, 15 février 2012

Vanneste est un abruti, mais il a historiquement raison.

Je n'ai nulle intention de défendre Vanneste dont les déclarations ne tiennent qu'à des objectifs malveillants envers la communauté homosexuelle. Mais attention : il ne s'agit pas non plus de réécrire l'histoire. Ce qu'il a fait valoir est historiquement parfaitement vrai.

Il y a eu 100 000 homosexuels fichés par le IIIème Reich environ. Mais en déportés proprement dits, aux alentours d'une trentaine de milliers environ (les chiffres font l'objet de variations assez importantes). Dans les camps de concentration,  ils ne représentaient que 0.2% des internés. En revanche, ils y étaient traités avec une dureté implacable, affectés aux tâches les plus dures et très mal considérés par les autres détenus d'autant que les Kapos et SS se laissaient eux-mêmes aller à leurs propres penchants en plaçant sous leur protection de jeunes détenus pour bénéficier de leurs faveurs.

Toutefois, comparés au 1.5 à 2 millions d'homosexuels en Allemagne à l'époque, cette minorité peut assez peu inquiétée, au regard des autres.

En France, Vichy n'organisa jamais la déportation des homosexuels. A vrai dire, les Nazis ne le demandaient pas et considéraient l'homosexualité comme une déviation dangereuse au regard de leurs objectifs raciaux mais absolument pas dérangeante chez les autres.

Très peu de femmes furent inquiétées pour leur homosexualité y compris dans le IIIème Reich.

Au final, Vanneste ne ment pas, je cite ses propos :

Il y a la fameuse légende de la déportation des homosexuels. Il faut être très clair là aussi. Manifestement Himmler avait un compte personnel à régler avec les homosexuels. En Allemagne, il y a eu la répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à à peu près 30 000 déportés. Et il n'y en a pas eu ailleurs. Et notamment en dehors des trois départements annexés, il n'y a pas eu de déportation des homosexuels en France.

C'est bien en effet Himmler qui s'est focalisé sur l'homosexualité. Ce qui ne va pas, c'est le contexte : on comprend très bien où veut en venir Vanneste. Il n'est absolument pas à la recherche d'une vérité historique, il essaie par tous les moyens de discréditer l'homosexualité. Ce n'est pas pour ces propos-ci que l'UMP devrait le virer mais pour l'ensemble de ce qu'il balance sur la communauté homosexuelle.

Pour ceux qui veulent disposer d'une information claire, je conseille l'excellent article de Florence Tamagne, historienne et enseignante à l'Université de Lille. Elle connaît son sujet. Cela sera l'occasion pour Cécile Duflot de compléter le vide abyssal qui lui sert de culture puisqu'elle s'est empressée de huler au négationnisme.

Décentralisation ou baronnies?

Démocratix a attiré mon attention, il y a quelques jours, en analysant à son tour la validité des propositions de Hollande. Il a pointé un aspect d'une politique initiée par la gauche complètement ratée. Je le cite : 

Je suis assez atterré de voir que Hollande prône un développement accru de la décentralisation au profit des collectivités territoriales. Car c'est donner autant de pouvoir à ces baronnies qui ne pensent qu'à une chose, leur réélection future. Des baronnies qui forcément, une fois que l'impôt local sera trop impopulaire, vont se tourner vers l'Etat.

A vrai dire, c'est bien mon inquiétude aussi. En France, mutualisation et décentralisation n'ont fait qu'amener des dépenses supplémentaires et surtout, on stratifié en effet d'authentiques baronnies au sens que ce terme pouvait avoir en régime féodal. 

Conseillers Généraux et maires sont désormais à la tête de petits fiefs où ils n'ont de compte à rendre à personne ou presque. Une fois en place, ils mettent toute la puissance de la collectivité où ils sont installés à leur service et traitent l'ennemi de manière discrétionnaire. Ce syndrôme est aggravé par le scrutin majoritaire à deux tours car il empêche des expressions contestataires de se manifester.

François Bayrou ne s'y est pas trompé en envisageant non seulement une pause dans la décentralisation mais même une remise à plat du processus. Pour l'instant, en effet, chaque loi a amené son lot de dépenses nouvelles. Le leader centriste demeure acquis au principe de conseillers territoriaux plutôt que l'actuel doublon aux moeurs bien peu démocratiques que représente le duo département-région.

07:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : décentralisation |  Facebook | | |

mardi, 14 février 2012

Le Panthéon de Bayrou est une école...

Voilà qui vaut le détour : Bruce Toussaint sur Europe 1, ce matin, demande à Bayrou : 

 Si vous devenez Président quelle sera votre 1er geste symbolique, votre Panthéon comme Mitterand en 1981?

Réponse de l'intéressé : 

Mon Panthéon est modeste et beaucoup plus ambitieux , j'irai dans une école , parce que c'est là que ça se joue.

Joli. J'aime bien. Un Panthéon, dans l'Antiquité, c'était un endroit dans lequel on honorait les dieux. Heureux d'entendre que Bayrou a consacré le sien à la déesse École.

Je crois qu'à Rome,  on ouvrait l'année au mois de mars après une fête en l'honneur de Minerve, déesse du savoir et des écoliers. Cette divinité d'origine Étrusque fut introduite à Rome par Numa Pompilius Bayrus le plus sages des rois romains. Nul doute qu'elle ne dépareillerait pas dans le panthéon démocrate :-)

lundi, 13 février 2012

Un déni de démocratie ?

L'appel de François Bayrou afin que Marine Le pen puisse se présenter a fait couler de l'encre. Je n'ai pour ce qui me concerne aucune forme de sympathie pour la lider maximo du FN, mais force est de constater qu'elle représente un fort courant d'opinion au sein de la société française.

Dès lors, c'est tout de même gênant que quelqu'un qui représente entre 15 et 20% de l'opinion ne puisse s'exprimer. Cette règle des 500 signatures d'élus est aussi archaïque que le scrutin majoritaire à deux tours. Elle amène de facto à exclure de la sphère politique tous ceux qui ne rentrent pas dans les clous, quelle qu'en soit la raison. 

Il est donc grand temps de songer à mettre en place une procédure de substitution. Une pétition de 500 000 citoyens, par exemple.

Au passage, si les élections se faisaient au scrutin proportionnel, le problème ne se poserait sans doute pas.

samedi, 11 février 2012

Ben oui Sarkozy veut éliminer Le pen !

Tiens, Philippe prolonge sur son blogue une petite discussion lancée mercredi soir après un forum sur l'industrie organisé par l'équipe de Bayrou. Il se demande si Sarkozy cherche à éliminer Marine Le pen.

Ben oui. Cela me paraît même évident. Je pense qu'elle ne bluffe pas en affirmant ne disposer que de 400 signatures de maire. 

Le calcul me paraît même limpide : Sarkozy va droitiser sa campagne toutes sirènes hurlantes et, ce-faisant, tenter de ramasser la mise quand Marine Le pen disparaîtra des écrans. En cas d'absence de la leader frontiste, il récupère d'ores et déjà la mise. Mais une fois qu'il aura mis en avant ses habituels bouc-émissaires, on peut raisonnablement penser qu'il double son pactole. Évidemment, il aura comme un souci au second tour, mais bon, c'est une autre problème évidemment...

00:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : le pen, sarkozy |  Facebook | | |

mercredi, 08 février 2012

Quid de la civilisation européenne, alors ?

Après Maxime Tandonnet, c'est au tour de Xerbias de prendre la défense de Claude Guéant, faisant valoir qu'on a coupé la phrase qu'on lui reproche de son contexte.

Xerbias rappelle que les propos incriminés l'ont été devant un cénacle d'étudiants de l'UNI et cite précisément les mots prononcés : 

Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l'humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l'égalité et la fraternité, nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique.

Le relativisme de gauche m'insupporte aussi, mais ce que dit Claude Guéant n'a absolument pas de sens, n'en déplaise à Xerbias. Qu'est-ce qu'une civilisation qui défend l'humanité, la liberté, l'égalité, la fraternité ? D'ailleurs, c'est quoi une civilisation ? Est-ce qu'on peut parler de civilisation occidentale, par exemple ? Parce que si c'est le cas, la nôtre a tout de même fait émerger les pires totalitarismes de l'histoire avec le nazisme et le communisme. J'aimerais bien qu'elle soit réductible à la démocratie, malheureusement, ce n'est pas exactement le cas. 

Si Guéant veut dire qu'il faut combattre toutes les idéologies qui affirment l'infériorité des femmes ou mettent en avant les haines sociales et ethniques, soit, j'en conviens. Mais quel rapport avec la civilisation ? C'est au nom  de LA civilisation qu'on a colonisé et souvent exterminé à tour de bras aux XVIIIème et XIXème siècles, alors La civilisation, vous comprenez, j'ai comme une méfiance quand on brandit ce concept.

Puisque Claude Guéant a évoqué la minorité des femmes, je suis à peu près certain qu'il a pensé très fort à l'Islam et à la place que l'on réserve à la femme en terre d'Islam. Mieux valait le dire clairement dans ces conditions. Mais, même ainsi, les choses sont un tantinet plus complexes qu'il n'y paraît : même le pays le plus islamo-réactionnaire de la planète, le Pakistan, a porté a deux reprises une femme à sa tête, Benazir Buttho. Chose qui ne s'est jamais produite en France...Bis repetita placet au Bangladesh ou ce n'est pas une, mais DEUX femmes qui sont arrivés à la tête de l'État. 

La place de la femme dans l'Islam n'est pas chose simple : il y a là fondamentalement une problématique d'interprétation des textes, et, parfois, bien plus simplement d'application du Coran ! Il y a un excellent article de wikipedia sur le sujet, et j'y renvoie.

Plutôt que de décréter l'Islam doctrina non grata en terre de Gaule, il eût été plus fûté d'interpeler les docteurs de la foi en théologie islamique pour contester d'éventuelles interprétations en s'appuyant sur celles, autres, que l'on peut donnet des versets du Coran. 

Mais c'est évidemment une toute autre diplomatie, que celle, imbécile, qui consiste à jeter la pierre sur l'Islam tout entier sans prendre le temps de la réflexion...

mardi, 07 février 2012

Tout pour Hollande et Sarkozy ? Ras le bol !

Sarkozy et Hollande monopolisent allègrement la presque totalité des médias, et ce dans l'opacité la plus totale. 87 heures pour Sarkozy, 61h30 pour Hollande, mais 22h30 pour Bayrou, seulement, soit trois à quatre fois moins. Au passage, d'un point de vue démocratique, est-il normal que Marine Le pen n'ait bénéficié que de 16h30 alors qu'elle est donnée entre 16 et 20% dans les sondages. Quant aux petits candidats...Vae victis !

Par exemple, pour les émissions d'information, selon le CSA (j'ai fait des arrondis), sur France 2, Bayrou est à 4.74% et à 3.33% sur France 3 pour le mois de janvier. Pendant ce temps,

Hollande est à 39, Sarkozy est à 23 et Mélenchon à 18 sur la 2.

Sur la 3, Sarkozy est à 39, Hollande à 28, Éva Joly à 16, environ.

Sur TF1 , chaîne privée, Sarkozy est à 30, Hollande à 24.5 et Bayrou presque à 12. C'est déjà mieux. Sur Canal+ le temps est relativement équilibré. 

Sur les chaînes d'information continue, Hollande est à 39, 33 et 34 chez BFM, I-télé puis LCI. Sarkozy, 33, 34 et 35. Bayrou, lui, fait 6, 8 et demi et 10.

Je ne vous parle pas des autres candidats : Marine Le pen, par exemple, est à 4.3 puis 2.6 puis 7.9 sur les trois chaînes principales.

Bref, on aimerait entendre tout le monde, svp...

dimanche, 05 février 2012

Hollande : ment-il ou est-il fou ?

On s'est dit, en se voyant, ce week-end, Hervé et moi, qu'on allait lancer une chaîne. C'est parti d'un débat très sérieux en fait. 

Hervé me dit :

Si Hollande accède à la présidence, il va appliquer le programme des Socialistes et on va se prendre le mur dans la g... de plein fouet.

Je lui réponds :

Tu déconnes, Hervé. Il ment, évidemment. Il parle l'air de rien tout le temps de redéploiements. Ça va être à budget constant. Évidemment qu'il ne va pas appliquer son programme. Il bluffe à fond !

Et Hervé de rétorquer :

Écoute, permets-moi de faire le vieux con, mais moi, les Socialistes, je les pratique depuis 30 ans. Toi, t'es encore un jeunot en politique. A toutes les lignes de leur programme, il y a des dépenses. Quoi que pense Hollande, il se sentira obligé de le faire, même s'il doit donner un coup de boule à un mur de granit de 3 mètres d'épaisseur.

On les a un peu jusque là. Hervé pense que la prédiction de Bayrou va se réaliser si les Socialistes accèdent au pouvoir. Il ne s'est déjà pas trompé pour Sarkozy, il voit probablement juste pour Hollande.

Et moi, j'en suis réduit à espérer qu'il mente. Hervé et moi, on n'arrive pas à trancher. Alors on a décidé de choisir des arbitres en lançant une chaîne parmi les blogueurs. On n'invite pas ceux de gauche, mais évidemment, s'ils peuvent nous éclairer sur notre dilemme...

Alors on s'est dit que Alexandre,  Hashtable, Corto, Xerbias, Nicolas, Vlad, le faucon, Vincent d'Objectif liberté, David, le grand Manitou des jeunes démocrates, Démocratix, qui la plume facilement acide, Fred, Marianne, Jérôme, Orange Sanguine, Polluxe, le Blog du Démocrate, Kulteuro, et bien d'autres que je vais tout de même laisser Hervé choisir, pourraient nous donner leur avis et entrer dans le débat.