jeudi, 31 janvier 2013

Une marque France pour l'étranger

J'avoue que je ne vois guère l'intérêt du dernier projet gouvernemental sur la fabrication française. Il existe déjà deux labels de fabrication, le «made in France» qui garantit 35% de la valeur ajoutée réalisée en France et le «France Origine Garantie» qui en assure 50% et plus.

Rajouter un troisième label ? Encore le goût bien français pour la multiplication des sigles et des labels...

Ce serait bien plus pertinent de songer à une déclinaison internationale des labels existant primo, et, secundo, bien plus important de développer le goût de la fabrication française sur notre propre sol.

Même si Robert Rochefort, un eurodéputé MoDem, s'est réjoui de cette initiative, il a fort perspicacement observé que l'enjeu principal se situe d'abord sur notre marché intérieur. Il se trouve que j'ai lu son livre "Produire en France" et qu'il y dit fort justement que des segments entiers de produits ont disparu de notre pays alors qu'il n'existe pas de raison, en termes de coûts, pour qu'elles n'y figurent pas.

Sur le fond, l'intention est bonne, mais j'attends des initiatives plus fortes d'autant qu'il y a urgence. 

J'ajoute qu'un tel projet a vocation à s'articuler à une réflexion globale et européenne sur les productions locales et les circuits de distribution courts.

Sans verser dans l'autarcie, un pays se porte d'autant mieux qu'il est soit capable de produire lui-même ce qu'il consomme, soit capable de l'échanger contre les principaux segments de sa production.

00:02 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : made in france | |  Facebook | | | |

lundi, 21 janvier 2013

Échelle européenne : Marielle de Sarnez propulse le made in France

L'idée de procéder à un marquage d'origine des produits vendus en Europe existe au Parlement Européen depuis 2010 mais elle figurait déjà dans le programme de l'ADLE, le groupe du MoDem, pour la période 2009-2014. François Bayrou en a finalement développé une version locale pendant la campagne présidentielle puisque sa proposition ne reposait pas sur des barrières protectionnistes mais sur l'information et l'action des consommateurs.

581821186.2.jpgMarielle de Sarnez, eurodéputée du MoDem, agitait de son côté des idées similaires depuis longtemps d'autant que de 2004 à 2009 elle intervenait dans la commission Commerce International de l'ADLE.

Le MoDem, de son côté va plus loin que la proposition originelle de l'ADLE puis du Parlement. Il ne s'agit plus de marquer seulement les produits de terroir mais tous les produits sans exception. C'est une idée qui fait son chemin au sein du Parlement européen.

Dès 2010, le Parlement européen a appelé à la mise en œuvre rapide d’un instrument de marquage de l’origine des produits importés des pays tiers. Mais la proposition de règlement est inexplicablement bloquée au Conseil depuis deux ans et la Commission, organisme bureaucratique sans aucune légitimité élective, a pris la décision de retirer de sa propre initiative le projet existant et de bloquer la procédure législative.

Marielle a donc pris la tête d'une fronde à Strasbourg : elle est à l'origine d'une résolution exigeant donc de la Commission qu'elle revienne sur sa décision.

Coup d'éclat réussi : la résolution a été adoptée à une très large majorité par le Parlement réuni en session plénière il y a quelques jours.

Comme l'exprime très justement Marielle « Il n’est pas admissible que la Commission retire sans justification son projet de règlement sur l’indication du pays d’origine de certains produits importés de pays tiers sans remettre sur la table une proposition alternative conforme aux règles de l’OMC. La Commission comme le Conseil doivent comprendre que l’Union européenne ne peut pas se permettre d’être frileuse en matière de marquage d’origine alors même que d’autres puissances commerciales comme les États-Unis, le Canada, le Brésil ou encore la Chine disposent déjà de cet instrument efficace. Cette avancée est nécessaire pour l’Europe, pour améliorer la compétitivité de nos entreprises, assurer enfin une concurrence loyale et garantir la protection de nos consommateurs ».

Voilà, bien agi et bien dit...

15:41 Publié dans Europe, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : made in france, marielle de sarnez, modem, adle | |  Facebook | | | |

dimanche, 09 décembre 2012

Noël pour le made in France ?

Une très intéressante étude d'Ipsos confirme l'intérêt grandissant des Français pour les productions locales. De plus en plus de Français ont bien l'intention d'acheter produits alimentaires et cadeaux fabriqués en France. Fait important, c'est le souci de maintenir l'activité économique dans leur région ou dans leur pays qui arrive en tête des motivations de leur choix.

Robert Rochefort, conseiller économique de François Bayrou et eurodéputé avait estimé lors de la campagne présidentielle qu'il suffisait de modifier 10% de nos achats pour rééquilibrer la balance commerciale de la France. François Bayrou, qui avait décidément eu du flair, vient d'appeler à une grande mobilisation nationale pour relancer nos productions, estimant que c'est là notre problème n°1.

Mois après mois, j'observe que les prédictions du Béarnais se réalisent. 

Il nous reste, nous Français, à devenir les acteurs principaux de notre redressement économique. Du côté des consommateurs, ce sont nos emplettes qui sont nos emplois. Et de celui des producteurs, c'est la qualité du produit, de ses usages, et des services qui y sont associés (ce que l'économiste Philippe Moati appelle les effets utiles), notamment leur longévité, qui sont la garantie qu'exigent les nouveaux consommateurs que nous sommes.

Des blogues et des sites militants portent maintenant depuis plusieurs années l'étendard de notre production. La fabrique hexagonale est le plus emblématique d'entre tous, le seul à publier très régulièrement d'authentiques guides d'achats (que l'auteur met à jour).

Le site madeinfrance est son parfait complément puisqu'il s'intéresse à nos productions du côté des fabricants, éditant un annuaire très complet.

Enfin, l'auteur de ce blogue rappelle à ses lecteurs qu'il est un consommateur expert dans ce domaine et qu'on peut le contacter via son adresse électronique disponible dans la colonne de gauche de son blogue pour lui demander conseil ou simplement lui fournir une information.

18:13 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : made in france, noel | |  Facebook | | | |

mercredi, 21 novembre 2012

Du textile made in France à prix made in China ?!

En passant à la Fabrique Hexagonale, je viens d'avoir ma suprise consumériste de ses deux dernières années. La Fabrique mettait en exergue un fabricant français de textile : jusque là, très bien, c'est sympathique, j'essaie généralement d'acheter français, mais, il faut être honnête, c'est souvent le double ou le triple du prix des marques classiques.

Tout récemment, j'ai fait l'acquisition de deux tee-shirts storks : sympas et plutôt bien taillés. Comme la Fabrique Hexagonale annonçait une ristourne et que je n'ai pas trouvé trace de formulaire à code sur le site du fabricant, j'en ai touché un mot en commentaire. Il n'a pas fallu 24 heures pour que je sois directement contacté et que l'on me confirme la ristourne si je donnais le numéro de commande. 

Mais voilà, c'est tout de même aux alentours de 30 euros le tee-shirt. Pas donné même si la qualité est probablement là.

Sauf que là, dans l'article du 19 novembre dernier, la Fabrique promeut un autre fabricant, de lingerie, cette fois, Lemahieu.

Je me suis rendu sur le site et là, surprise : non seulement le fabricant réalise certains de ses produits à 100% en France mais de surcroît à des tarifs concurrentiels par rapport au Made in China. Jugez plutôt :

- tee-shirts thermorégulants à un peu plus de 13 euros pour homme et des tee-shirts enfants 100% coton bio filés en France pour 9 euros !

Je ne sais pas comment il fait, mais j'avoue que là, je tire mon chapeau d'autant que ce fabricant a obtenu le label Origine France Garantie pour tous ses produits, c'est à dire 50% de Made in France minimum. 

Ils sont forts tout de même : ils ont mis au point de la lingerie hydratante grâce à des micro-capsules intégrées dans le coton, même chose en accélératrices de bronzage et en raffraîchissant.

Les micro-capsules résistent à 30 cycles de lavage après quoi la lingerie redevient classique. Ces produits disposant d'une technologie très avancée n'en restent pas moins à des prix largement abordables ! Un tee-shirt pour femmes sans manche raffraîchissant à moins de 25 euros par exemple ! A peine plus cher pour un tee-shirt manches courtes accélérateur de bronzage.

Moi, ça me donne plein d'idées de cadeaux de Noël...A des tarifs pareils, on peut offrir de beaux cadeaux originaux sans devoir finir le mois en mangeant des patates ou des pâtes tous les soirs...

23:08 Publié dans Consommation et consumérisme | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : textile, made in france | |  Facebook | | | |

lundi, 12 novembre 2012

La bataille du Rowenta

Je l'ai mauvaise, à l'issue de ce week-end : je voulais vraiment me rendre au salon du Made In France à la Porte de Champeret mais cela m'a été impossible. La faute à une infestation de puces ! Sales insectes. Il se trouve que j'ai adopté un chaton il y a quelques mois et que la petite bête s'est tout récemment muée en sac à puces sans fond. Bref, cela fait trois quatre jours que je passe mon temps à changer, laver et étendre les draps, claquemurer des chambres pour les traiter avec un puissant insecticide et courir après le chaton pour le traiter avec un spray.

Nous nous sommes rendus compte qu'avec un seul aspirateur, peu puissant de surcroît, nous n'allons pas y arriver. Nous avions bien un sans sac mais je trouve qu'il y a trop d'inconvénients avec ces appareils : comme leur filtre est lavable, on fait quoi quand on doit aspirer du verre ? Et je ne vous raconte pas la galère si ce sont des puces...

Bref, nous nous sommes tournés vers un aspirateur avec sac et puissant de préférence. Pour moi, le Made  in France ne faisait pas de doute, mais pas pour ma compagne qui n'en a généralement cure.

Coup de chance, dans la gamme choisie, seul le Rowenta avait à la fois la petite brosse, le suceur et le bras téléscopique : le miele concurrent n'avait pas de suceur, et moi, sans cet embout, c'est un casus belli. Impossible de nettoyer correctement un radiateur à fonte sans cet ustensile.

Du coup, nous voilà les heureux possesseurs d'un aspirateur Rowenta fabriqué en France. Fort silencieux, au demeurant, puisque c'est l'une des toutes dernières trouvailles de la marque française. Cela surprend parce que l'on croit à chaque fois aspirer à faible puissance et en fait, non...

Darty a bien des défauts, mais depuis peu, l'enseigne a pris l'habitude d'indiquer la provenance de l'électroménager qu'elle vend. Juste et riche idée qui fait que je me rends là-bas pour faire mes acquisitions dans ce domaine.

00:15 Publié dans Consommation et consumérisme | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : aspirateur, made in france, rowenta | |  Facebook | | | |

samedi, 20 octobre 2012

Coca-cola produit en France !

Pour une surprise ça a été une surprise : en lisant le dossier consacré au Made in France dans le magazine du Parisien, hier, j'ai appris que Coca-Cola produisait son coca en France. Quatre usines de coca-cola pour alimenter la marché français.

Voilà qui tombe bien, c'est ma boisson favorite. Moi qui culpabilisais, je peux faire mon diabète tranquille, maintenant.

En fait, je me rends compte que j'étais passé complètement à côté de leur campagne publicitaire en 2009.

Ils avaient fait un slogan du Made in France en choisissant «Made in France. Avec fierté» comme étendard emblématique de la promotion de leur boisson.

Espérons que le Coca-Vanille et le Coca Cherry, mes deux variantes favorites y soient produits aussi.

Je me demande tout de même ce qu'ils peuvent bien fourrer dans leur recette. Je distingue parfaitement le coca de toutes les autres marques de cola et c'est l'original uniquement qui a mes faveurs...

18:30 Publié dans Consommation et consumérisme, Economie | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : coca-cola, made in france | |  Facebook | | | |

vendredi, 19 octobre 2012

Made in France au Parisien

Je suis allé de ravissements en ravissements en lisant le très bon dossier du Parisien d'aujourd'hui consacré au Made in France.

En fait, pendant une semaine, une journaliste a cherché à n'acheter que des produits made in France. J'ai reconnu parmi les marques qu'elle citait un certain nombre de celles qui ont fait l'objet d'un billet ici, que ce soit les éponges spontex, le papier-toilette lotus, les stylos bic, les machine à laver Brandt ou encore mes fameux jeans girondins Tuff de Florac à 59 euros.

Comme moi, la journaliste s'est rendue à plusieurs reprises chez la Fabrique Hexagonale, l'un des sites de référence que je consulte.

J'ai également eu grand plaisir à lire l'entretien donné par Arnaud Montebourg au Parisien. Il y prône la mise en place un label Made in France, propose de promouvoir celui qui a été créé par Yves Jego, Origine France Garantie, et observe que les États membres sont favorables à l'établissement de labels nationaux pour les lieux de production. Ben, c'est bien mon Nono. Mais là, va falloir en parler à François, parce que maintenant que tu mets les pieds dans le plat européen (bienvenue au club, inscris-toi au MoDem et va tape la discute avec Marielle de Sarnez à ce sujet) tu vas découvrir que c'est la croix et la bannière puisque les États se contorsionnent dans des contradictions pour les moins surprenantes : d'un côté ils passent par-dessus la tête du Parlement pour décider ce qu'il convient de voter et faire appliquer pour l'Europe ou non et de l'autre ils réclament une mesure qu'ils combattent à huis clos. Scizophrènes ? Dédoublements de personnalités morales ? Alllez savoir...

Il faut donc espérer que François (le Président) soutienne sincèrement Nono Montebourg au conseil des États européens pour promouvoir les propositions de François Bayrou (eh oui, nous sommes exactement dans ce qu'il présentait aux Français comme projet pendant les présidentielles).

Pour revenir au Parisien, courez acheter le numéro d'aujourd'hui : précieux documents ! Par exemple, en pages 56  et 57 du dossier  une carte de France des usines françaises qui produisent les achats réalisés par la journaliste testeuse pendant une semaine.

Melclalex a eu l'amabilité de me communiquer l'ouvrage de Montebourg sur la démondialisation. Je vais le lire en entier et en faire une critique sérieuse. Mais comme j'ai déjà feuilleté les premières pages, j'ai vu que Nono Montebourg préconisait à l'Europe de mettre en place un véritable protectionnisme. Si Nono entend par là qu'au sein de l'Europe, sur le marché européen, les règles doivent être les mêmes pour les entreprises qui produisent en Europe et celles qui produisent ailleurs, là, d'accord et c'est d'ailleurs ce que dit Bayrou. Mais s'il s'agit de mettre en place des barrières douanières, alors là, non, parce que nous allons y perdre en exportations et parce que de toutes façons, l'imbrication des différentes industries de tous les pays est telle que nos propres industries ne peuvent se passer de fournisseurs étrangers pour certaines parties de leur production.

Bref, on en rediscutera. Espérons simplement, maintenant qu'il commence à avoir la tête froide, que les projets de Nono Montebourg connaîtront des réalisations concrètes.

Et pour ce qui est d'amener l'Europe à reconnaître les productions nationales, rendez-vous aux européennes de 2014. Je fais toutefois observer à Nono Montebourg que quand je fais valoir ce point de vue, on me qualifie de nationaliste à gauche (mais aussi chez les libéraux, un comble...).

18:25 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : made in france | |  Facebook | | | |

jeudi, 18 octobre 2012

Montebourg découvre le Made in France...

Hop, c'est Melclalex (un ancien soutien de Montebourg pendant les primaires socialistes) qui l'affiche : Arnaud Montebourg habillé en made in France avec montre et robot fabriqué dans notre pays.

Tiens, c'est PMA qui se foutait de ma g... en commentaires d'un billet parce que j'ai expliqué sur mon blogue comment acheter une machine à laver française.

Peut-être que l'exemple venu d'un ministre de gauche en titre va enfin lui faire comprendre que la manière de dépenser son argent est un acte politique et que le faire savoir également.

Allez, encore un petit effort, Monsieur Montebourg : il ne vous reste plus qu'à lire deux ouvrages intéressants. 1. État d'urgence de François Bayrou 2.Produire en France c'est possible de Robert Rochefort.

Vous allez y trouver des idées. Propulser des labels explicites sur l'origine des produits par exemple.

Je vais acheter le Parisien, évidemment, puisque la une doit être celle du 19 octobre.

D'après le lab d'Europe 1, il vante d'autres marques françaises pour d'autres produits à l'intérieur du journal. Il commence à comprendre, c'est bien. Je ne fais pas autre chose depuis un moment ici.

Je pense que Montebourg est aux abois car il a compris qu'on lui a confié une mission très difficile. Terminé les moulinets et la phraséologie, il faut aller au charbon et franchement, il y a des coups de grisou à tous les tournants de galerie.

Je n'ai pas de détestation pour Montebourg. S'il s'engage résolument dans le redressement de notre industrie, bien évidemment, il aura mon soutien. Je lui suggère toutefois une mesure cosmétique préalable : changer le titre de son ministère. Redressement productif, cela ne donne pas une image sérieuse de sa fonction. Qu'il soit le Ministre de l'Industrie et du Commerce, tout simplement.

Cela étant dit, je l'engage vivement à réfléchir aux propositions de François Bayrou sur le sujet.

A ce sujet, il y a un salon du made in France à l'espace Champerret à Paris les 9,10,11 et 12 novembre à Paris. Venons-y nombreux.

15:57 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : made in france, bayrou, montebourg | |  Facebook | | | |

vendredi, 12 octobre 2012

Un trésor de maroquinerie made in France : Des Sacs

La difficulté quand on cherche un cadeau, c'est de pouvoir se montrer original. Perso, ma marque de fabrique, dans ce domaine, c'est déjà d'acheter local. Made in France donc.

Je savais que ma compagne avait besoin d'un nouveau sac à main et je suis donc parti en quête de l'Eldorado. Coup de chance, la Fabrique Hexagonale avait fait le boulot pour moi en janvier dernier en établissant la liste d'usines et de créateurs qui conçoivent et réalisent leurs produits de maroquinerie en France. Et là, j'ai craqué. Ça a failli être compulsif. J'ai adoré ces sacs aux lignes épurées, à la couleur unie mais chatoyante. Là, je me suis dit que le Made in France, ça pouvait vraiment être classe.

sac-26_10_____.png

Céline Ballet est une jeune créatrice et elle a du talent. J'ai pu la rencontrer puisque je suis venu lui acheter directement l'une de ses créations.

Bon, c'est vrai le sac que j'ai acheté coûte 240 euros. Mais il s'agit de l'anniversaire de ma compagne (que je suis habitué à couvrir de pierreries de toutes sortes de toutes façons : quand on aime, on ne compte pas...).

J'entends déjà la tovaritch prolétaire qui va encore me resservir que le commun des mortels ne peut pas acheter ce que j'achète. Bon, calcul simple, tovaritch prolétarovicth gochodelagochovitski : avec trois matchs du PSG, tu offres le sac à ta compagne si tu le veux. Perso, c'est aussi un choix de vie : pas de restaurants, pas de high-tech made in China dernier cri chez moi, pas de sorties non plus ou culturelles seulement. Ça dégage des moyens. Et puis in fine, achètent ceux qui le peuvent ou le veulent. 

Comparez avec les marques de luxe les plus en vue : elles sous-traitent à l'étranger autant qu'elles le peuvent comme l'atteste une enquête réalisée par le magazine Challenges en juillet dernier. Le sac plus élégant ? Celui de ma jeune créatrice, voyons ! Plus fin, plus rare, plus stylé et 6 à 7 fois moins coûteux. L'anti bling-bling par excellence. La véritable élégance française. Le cuir vient d'Italie, tout le reste est confectionné par un atelier textile de Vendôme sur la base du patron conçu par Céline Ballet.

Il y a deux Vendôme : celui de la place fameuse à Paris où se trouvent nombre de marques de luxe dont l'arrière-cour se situe quelque part du côté de Hangzu en Chine et puis il y a la ville française du même nom où un petit atelier tente de faire survivre un art de vivre et une qualité spécifiquement français. Moi, j'ai choisi la deuxième.

De quoi avez-vous envie, les amis ? D'équiper votre moitié comme une poulette des beaux arrondissements ou de lui offrir le rare trésor de la créativité française sachant qu'il est fait sur mesure et que seules quelques heureuses élues pourront le porter sur elles ?

Quand Bayrou a promu le Made in France, certains y ont vu quelque chose de cosmétique. Moi, je fais partie de ceux qui croient dur comme fer que c'est une lame de fond et qui agitent la vague dans leur petit coin. L'idée continuera de faire son chemin parce que Bayrou et Robert Rochefort, qui y a consacré une livre, ont vu juste en observant que nous pourrions substituer un grand nombre de produits étrangers pour des produits français à prix quasiment coûtants. 

Bref, des-sacs, c'est ici et la page de contact avec mail et numéro de téléphone, c'est là. Pour information, la créatrice présente sa collection au Viaduc des Arts, arche n°36, les Ateliers de Paris, avenue Daumesnil jusqu'au 14 octobre. Ensuite, du 15 au 21 octobre, il faudra se rendre au 31 rue Violet, dans le 15ème, non loin de la rue du Commerce. Petit tour aussi possible sur la page facebook pour ceux qui préfèrent ce canal.

Et si je rebaptisais mon blogue Mode in France, moi ? 

17:32 Publié dans Consommation et consumérisme, Société | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : maroquinerie, sac, femme, made in france | |  Facebook | | | |

dimanche, 30 septembre 2012

L'excellente idée de Spontex

Je me demande si cela ne vaudrait pas le coût/ le coup que je publie un guide du Made in France, moi, parce que je commence à devenir bon dans ce domaine :-)

Comme j'ai dû l'écrire il y a quelque temps, je regarde aussi l'origine de fabrication de mes produits ménagers et j'achète pour cette raison tous les produits Spontex fabriqués en France. On y compte les éponges, simples et grattantes.

Il y a deux raisons pour jeter une éponge : soit elle part en morceaux, soit elle sent mauvais. On arrive la plupart du temps plus souvent au second cas qu'au premier. Perso, je déteste les éponges qui puent. Et le nettoyage à la javel simple ne vient généralement pas à bout des odeurs s'il ne s'agit que d'un simple trempage.

Mais là, Spontex a trouvé une belle astuce : ses éponges, plus exactement, celles qui ont une surface noire grattante renforcée, passent au lave-linge et au lave-vaisselle ! Et elles supportent 70° de température. 

Alors ça, c'est sympa, parce que cela n'a pas l'air dit comme ça, mais les éponges, cela finit vite par représenter un budget par forcément négligeable quand on fait les comptes sur l'année.

Bien sûr les éponges ne sont pas éternelles et elles finiront tôt ou tard par s'effilocher, mais je les aurais usées jusqu'à la corde. 

Ces éponges coûtent un peu plus cher que des éponges lambda produites probablement en Asie mais sur la durée, elles sont plus rentables.

Comme quoi, on peut acheter Made in France et dépenser moins.

Quand je pense que je m'étais inscrit au service wikio shopping qui n'a finalement pas eu de lendemain : on ne nous proposait que de commenter des produits high-tech ou presque alors que moi, mon truc, ce sont les serpilières, les éponges, les seaux et les balayettes ou, dans un autre registre, les vêtements...

09:49 Publié dans Consommation et consumérisme, Economie | Lien permanent | Commentaires (38) | Tags : spontex, made in france, éponge | |  Facebook | | | |