Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 décembre 2010

Commencer un livre par le milieu ?

Souvent, quand j'envisage l'achat d'un livre, ou simplement sa lecture, je jette d'abord un oeil au début, puis, très rapidement, je vais chercher une page quelque part au milieu du livre et je lis un extrait.

Le problème, c'est quand le passage m'accroche : je ne puis m'empêcher de poursuivre sur ma lancée...

Cela m'est arrivé récemment avec la Duchesse de Langeais d'Honoré de Balzac, et cela m'a réservé une surprise. J'ai commencé la lecture de l'ouvrage un peu avant que Montriveau décide d'ignorer la duchesse à la fois par dépit et par amour. Balzac boucle son récit en accéléré, relatant comment Montriveau recrute un équipage pour tenter de revoir la duchesse, réfugiée dans un couvent carmélite quasiment inaccessible en Espagne. Je n'aime pas ces fins d'histoire qui tombent comme un cheveu sur la bonne soupe d'une trame bien filée et bien menée. Seulement voilà, j'ai fait ce que je ne fais pas toujours : j'ai repris le livre depuis le début et ai découvert que la fin figure au début, mais relatée d'un autre point de vue. Et elle occupe tout un chapitre, avant d'introduire, dans le chapitre suivant, non l'histoire, mais toute une réflexion sur l'aristocratie et son déclin, en ce premier tiers de XIXème siècle.

On y voit d'ailleurs Balzac déplorer la dégénérescence d'une aristocratie incapable d'être ce que son nom même signifie, c'est à dire le pouvoir des meilleurs. Parce que les aristocrates ne sont plus les meilleurs, conclut Balzac, ils ne sont plus capables de tenir entre leurs mains les rênes du pouvoir.

En choisissant cette approche (assez risquée avec Balzac, en raison de la diversité de ses personnages et de la complexité et des intrigues et des relations qu'ils entretiennent entre eux), j'ai finalement eu une perspective très différente du livre, de son histoire et de son dénouement.

Parfois, je fais pire : je commence un livre par la fin. Je suis sûr qu'il existe des ouvrages où la fin du récit se déroule en plein milieu du livre. Que le déroulement des faits coïncident ou non avec celui du livre, finalement, le choix de débuter par la première page ou non est quelque chose de très arbitraire.

Livrons-nous à une petite comparaison : en latin, l'ordre des mots n'est pas le même qu'en français. Cela ne gêne pas plus que cela les Romains de placer un complément d'objet direct en tête de phrase, de le faire suivre du sujet, puis de placer quelques circonstances et d'ajouter le verbe. En poésie latine, ils font même pire en séparant par exemple un nom et son adjectif épithète et en intercalant au beau milieu un groupe de mots, qui peut être le COD, le verbe, le sujet de la phrase, bref, tout ce que l'on voudra.

Et pourtant, les phrases des Romains ont bien un sens, et surtout, les idées et les notions leur viennent à l'esprit dans l'ordre dans lesquels ils énoncent chaque mot. L'apparent galimatias que forme l'ensemble pour qui tente de traduire la pensée du Romain antique faisait pourtant bien sens pour lui. 

Pourquoi cette comparaison ? Eh bien parce que je tends à penser qu'il en va à peu près autant des livres. Toute lecture est une interprétation (tiens, je fais mon constructiviste, moi, pour une fois) et on arrive aussi bien à comprendre un livre en traduisant sa pensée qu'en la suivant (comme la traduction d'un texte latin, en somme). Rien n'empêche donc de le commencer par son milieu, sa fin, ou n'importe quel autre choix.

Oulah, j'ai les neurones qui ont tourné, et du coup, les oreilles qui fument, moi. Voilà un sujet qui mérite bien chaîne et tag. On ne va tout de même pas donner du caviar à des cochons : il faut au moins des blogues littéraires pour répondre à un défi de cette nature. Hé hé, j'en connais tout de même quelques uns :-)

On m'a dit que Gaël est écrivain. Il doit certainement avoir un avis sur le sujet, dans ces conditions. Ferocias qui suit l'actualité des peuples du soleil, y compris l'actualité littéraire, doit bien pouvoir donner aussi un avis (enfin...quand il aura fini de déchiffrer les Codex aztèques, ce qui devrait bien lui prendre un soleil supplémentaire au moins...).

Thierry qui fait oeuvre d'écrivain depuis quelque temps est très certainement qualifié pour exprimer le sien aussi. AsTeR, de Sulfure et contre-sulfure (y'a culture dans le titre de son blog) qui réduit la religion à une histoire de théière ou non, pourra bien également considérer ma question.

Reste enfin l'inénarrable Didier Goux qui vient faire de temps à autre un tour par ici, nourrit les chardonnerets, mais envisage de s'en faire un parka et conchie Fellini plus que tout ou presque...Celui-là, qui croule sous les livres pas finis, va bien avoir une petite idée aussi sur la question...

Goddam, en fait, j'ai fait le tour des blogues littéraires que je connaissais*. Honteux, non, pour quelqu'un qui se pique de temps à autre de littérature... Si, je connais Stalker aussi, mais c'est généralement de trop haut niveau pour moi : il cite et analyse chez lui toute une série d'auteurs aux noms  barbares (ou civilisés, qui sait !) que je ne connais ni d'Éve ni d'Adam, à quelques rares exceptions près.

Ah, j'oubliais la question : alors, commencer un livre par le milieu, hérésie ou non ? :-)

* je connais tout de même la République des livres, d'Assouline, même s'il m'assomme deux fois sur trois quand j'en lis un billet...

Jacqueline de Romilly n'est plus !

Je viens d'apprendre à l'instant que Jacqueline de Romilly était décédée, à l'âge de 97 ans. L'hellénisme a perdu avec elle une voix forte et originale. C'est son livre les Grands Sophistes dans l'Athènes de Périclès qui m'a fait découvrir des aspects très originaux de la pensée grecque, sophistes que je n'avais appréhendé que par Platon jusqu'à la lecture de ce livre.

Et Canal Académie qui venait de mettre en ligne un entretien avec cette helléniste remarquable, Petites leçons sur le grec ancien.

Une place d'honneur l'attend sur l'île des Bienheureux, à n'en pas douter, tant la défense des humanités aura été pour elle le combat de toute une vie.

lundi, 08 novembre 2010

Du centre au tiers-état

Un débat s'est engagé chez Thierry Crouzet, à l'issue de la publication de son ouvrage : la tune dans le caniveau. J'ai attaqué assez rudement les thèses (encore à l'état d'ébauche) qui figurent dans l'ouvrage, mais elles méritent un véritable débat. Je recommande d'ailleurs vivement la lecture de cette nouvelle d'anticipation.Comme je l'ai déjà dit, j'aime bien le papier quand je lis, et même si j'ai lu sur Internet le livre, je viens de procéder à l'instant même à l'achat du livre papier chez la cOOp.org. Indépendamment des thèses évoquées, le livre est d'abord un récit fort bien écrit qui ne manquera pas de faire rire certains lecteurs, bien qu'il n'ait pas pour objet premier d'être comique. La vision des gauchistes en furie scandant "riche ! Riche ! Riche" n'est pas sans rappeler les rassemblements de révolutionnaires dans l'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert. Sans doute les préoccupations d'Extase ne sont-elles pas les mêmes que celles de Frédéric, mais c'est bien un Paris en proie au désordre et à l'agitation que les deux héros traversent. Réminiscence ? Peut-être. Seul Thierry Crouzet le sait. Dans le livre de Flaubert, les révolutionnaires applaudissent dans une grande salle un discours prononcé entièrement en espagnol, auquel ils ne comprennent goutte. Les gauchistes grévistes de Crouzet m'ont quelque peu fait penser à ces républicains en herbe...

L'idée qu'il y a un ailleurs dans la sphère sociale et politique est un idée qui a émergé depuis quelques années. Les premiers à s'en saisir ont sans doute été les associatifs, mais le plus puissant vecteur, en France, de cette idée nouvelle, a été, à n'en pas douter, en 2007, François Bayrou. 

L'idée de François Bayrou, en 2007, était de considérer qu'il existait toute une frange de la population qui ne se reconnaissait pas dans le clivage droite-gauche, à l'instar du Tiers-État avec la noblesse et le clergé peut avant la Révolution française. Celle de Thierry Crouzet, un peu plus complexe, est d'estimer qu'il existe une catégorie de citoyens pas identifiables ni insérables dans les structures de pouvoir de la société humaine.

Thierry Crouzet juge que ces inclassables sont le moteur de l'évolution future de l'humanité : non qu'ils soient majoritaires dans la société, mais parce qu'ils exercent un pouvoir d'attraction. Il observe que l'évolution du monde (au moins occidental, du moins) dans lequel nous vivons, pousse vers toujours plus d'individuation. Or, ces inclassables sont ce qu'ils sont en raison de leur réfraction à toute tentative d'intégration dans un modèle. Ces inclassables, parfois des oubliés, ce sont ceux dont Bayrou a voulu se faire le porte-parole en 2012 avec l'idée non pas qu'ils étaient le Centre en tant qu'entité politique à mi-chemin de la droite et de la gauche, mais le centre de la sphère politique, avec un raisonnement assez proche de celui de Thierry Crouzet.

Toutefois, cette individuation croissante s'accommode mal de l'élection présidentielle, centrée sur un seul homme. Tout l'effort du MoDem à sa création a justement été de tenter d'appliquer les thèses que Thierry Crouzet développe : intelligence collective, action politique sur le mode coopérative.

C'est cette idée que je veux battre en brèche, parce qu'elle conduit droit à l'impasse. Depuis les débuts du MoDem, je l'ai combattue, parfois férocement, toujours avec constance.

Si je concède à Thierry Crouzet très volontiers l'individuation croissante de la société, j'y vois d'abord, et en premier lieu, un effet direct du modèle que constituent nos démocraties marchandes. Comme l'avait supposé Tocqueville dans sa Démocratie en Amérique, la société démocratique se morcelle toujours plus au fil du temps, ses citoyens se repliant au fil du temps dans la sphère privée.

Je ne vois en aucun cas comment des intérêts divergents (parfois opposés) pourraient se regrouper pour faire émerger une troisième force. Thierry Crouzet brandit l'intelligence collective comme une force immanente comme si elle pouvait se constituer comme à la fois une et multiple ; la Tune dans le Caniveau est pourtant exemplaire à cet égard : Noam peine à convaincre, et les excités qui se dressent face à lui finissent par lâcher des rafales de pistolet-mitrailleur dans sa direction.

Extase fulmine contre Noam quand elle réalise qu'elle a été trompée et que ce dernier est devenu un doppelgänger.

Dans le folklore, le doppelgänger n'a pas d'ombre et son image n'est pas reflétée par un miroir ou l'eau. Il est supposé donner des conseils à la personne qu'il imite, mais ces conseils peuvent induire en erreur et être malintentionnés. Ils peuvent aussi en de rares occasions semer la confusion en apparaissant devant les amis et proches de leur victime ou en induisant des idées dans l'esprit de leur victime (Source, Wikipedia).

Oui, l'individuation augmente, mais chaque individu ne peut se faire porteur à lui seul d'une parole ou d'actions qui se voudraient collectives. En réalité, l'individuation est à la fois une chance et une menace pour nos démocraties. Une chance parce qu'elle est une possibilité de renouvellement (mais pas auto-induite !), un danger parce qu'elle contribue à la désintégration du corps social.

Toute la difficulté est de trouver les structures qui permettront de canaliser cette force protéiforme. Si le Centre, comme entité politique, a paru le réceptacle naturel de ce mouvement, c'est d'abord parce qu'il recèle une longue tradition de défense de l'individu et de mise en avant de la liberté. Ce n'est donc pas tout à fait un hasard qu'il refasse surface en même temps que cette tendance de fond. Ceci ne fait pas pour autant de tous les inclassables des centristes, ni des libéraux. Mais ils ont en commun la défense de leur identité. On peut comparer à cela le programme politique du MoDem dont l'introduction suggère de libérer toutes les initiatives, quelles qu'elles soient (entrepreneurs, artistes, associatifs, chercheurs, et cetera...).

Je n'ai pas de solution-miracle, mais je crois qu'il y a dans le projet de Crouzet une contradiction profonde : d'un côté, la volonté de libérer les identités, et c'est tout le sens de l'appel de Noam, mais de l'autre, un détour vers une certaine forme de basisme ; maladie infantile du communisme, observaient avec acuité les Soviétiques à la fin des années 60. L'intelligence collective de Thierry Crouzet me fait penser au Noûs (νοῦς) d'Anaxagore, le philosophe et aux critiques que lui adressa alors Socrate qui cessa d'être son disciple  dans le Phédon (97d sqq) : tout enthousiaste à la suite d'une lecture publique des théories d'Anaxagore, Socrate pensa avoir trouvé enfin LE livre qui lui permettrait de découvrir la finalité des choses. Il dut déchanter. L' Intelligence d'Anaxagore, pas plus que celle de Thierry Crouzet, n'a 'intention, de projet ou de programme; elle ne vise rien. En somme c'est une Intelligence aveugle.

Pour ne pas demeurer sur une note excessivement négative (car à mes yeux, Thierry Crouzet a fait une moitié du chemin, l'autre demeurant encore à découvrir), j'ai choisi le passage que j'ai jugé le plus délicieux ; paroles d'Extase qui inscrivent Crouzet dans l'idéal de modération et de mesure longtemps porté par les sagesses pratiques antiques (Stoïciens, Épicuriens, Cyniques, Aristotéliciens), et certainement traduites dans le domaine politique par la mouvance centriste (UDF, MoDem, Alliance Centriste, parfois Nouveau Centre) :

Extase savait que le bonheur était aussi contagieux que la haine. Seule une société d’andouilles pouvait être franchement heureuse ou malheureuse.

lundi, 25 octobre 2010

Pensées ...

I. DE toutes les choses du monde, les unes dépendent de nous, les autres n'en dépendent pas. Celles qui en dépendent sont nos opinions, nos mouvements, nos désirs, nos inclinations, nos aversions ; en un mot, toutes nos actions. 

II. CELLES qui ne dépendent point de nous sont le corps, les biens, la réputation, les dignités ; en un mot, toutes les choses qui ne sont pas du nombre de nos actions. 

III. LES choses qui dépendent de nous sont libres par leur nature, rien ne peut ni les arrêter, ni leur faire obstacle ; celles qui n'en dépendent pas sont faibles, esclaves, dépendantes, sujettes à mille obstacles et à mille inconvénients, et entièrement étrangères. 

IV. SOUVIENS-TOI donc que, si tu crois libres les choses qui de leur nature sont esclaves, et propres à toi celles qui dépendent d'autrui, tu rencontreras à chaque pas des obstacles, tu seras affligé, troublé, et tu te plaindras des dieux et des hommes. Au lieu que si tu crois tien ce qui t'appartient en propre, et étranger ce qui est à autrui, jamais personne ne te forcera à faire ce que tu ne veux point, ni ne t'empêchera de faire ce que tu veux ; tu ne te plaindras de personne ; tu n'accuseras personne ; tu ne feras rien, pas même la plus petite chose, malgré toi ; personne ne te fera aucun mal, et tu n'auras point d'ennemi, car il ne t'arrivera rien de nuisible. 

Épictète, Pensées et Entretiens, 1-4

Sur le fond, je ne puis dire que je me sente une proximité véritable avec la philosophie stoïcienne. Épictète m'a toujours paru aride, non par la complexité de sa pensée, mais par la difficulté à mettre en oeuvre ses recommandations. Les philosophies de l'Antiquité sont le plus souvent des sagesses pratiques : non des théories à appliquer, mais des conseils d'amis pour ne pas être malheureux.

Le monde dans lequel nous vivons est une tentation permanente : comment concilier dans ces conditions un idéal ascétique (car comment appeler autrement un tel renoncement à ce qui est à autrui ?) avec notre société consumériste.

D'une certaine manière, dans une société où les préceptes d'Épictète seraient suivis, quelles innovations technologiques, quels progrès techniques seraient possibles ? L'envie n'est-elle pas un moteur essentiel pour jalonner le chemin de l'humanité ? Quelle motivation puis-je avoir si je ne suis pas fortement attiré par ce qu'il y a dans l'assiette de mon voisin ?

J'aime bien évidemment l'éthique de la responsabilité qui est celle d'Épictète, mais  l'absence d'émulation, et, de manière évidente, d'attention prêtée à la superficie des choses , me paraissent des obstacles à une vie sociale qui ne saurait être que celles de purs esprits dégagés de tous leurs désirs.

Voilà en tout cas un sujet qui mérite réflexion collective, et donc, tag...Le raisonnement d'Épictète est quasiment par nature anti-économique puisqu'il suggère de ne pas considérer le bien-être comme un moteur de l'action humaine. C'est une pensée aux antipodes des préconisations d'un Amartya Sen, ou, plus près de lui, d'un Aristote lorsqu'il évoque les libertés positives dans son Éthique à Nicomaque. 

En somme, la morale d'Épictète est individuelle, mais elle ne saurait être politique.

Que le bien-être et l'envie soient des moteurs de l'action humaine, cela me semble pour moi aller de soi. Il reste donc à interroger quelques blogueurs sur le sujet afin de déterminer ce qu'ils en pensent.

J'ai cité Amartya Sen : avec un peu de chance, Claudio devrait rappliquer, il est directement visé :-) Est-ce que Rubin relèvera le gant ? Il me semble que ce genre de questionnement devrait aussi pouvoir intéresser Fred  et Mirabelle qui écrit parfois quelques notes sur les Anciens. Ah, la responsabilité individuelle...cela touche mêmes les poubelles et les voisins, c'est dire...il me manquait un blogueur à taguer, en voilà un tout trouvé s'il lit le billet avec Homer...

jeudi, 14 octobre 2010

Pourquoi Akhenaton ?

Balle au centre m'a fait l'honneur de me dédier un billet culturel. Il s'est intéressé à Akhenaton, ce pharaon hérétique qui tenta de promouvoir le culte d'un dieu unique en Égypte et se mit à l'évidence le clergé du culte d'Amon à dos. Le fait est qu'il a fait sans doute beaucoup d'erreurs pendant son règne, mais, de manière générale, j'aime bien les nouveautés, et de la nouveauté, il en a clairement apporté, ce pharaon-là, en concevant quasiment une forme de monothéisme.

Mais surtout, il y a autre chose qui me plaît chez lui : jusqu'à son règne, la religion égyptienne était une religion de dieux cachés et purement, ou presque, fonctionnels. Aton est au contraire un dieu solaire doté d'une véritable volonté de bonté ; il n'est pas seulement une sorte de mécanique ritualisée assurant le déroulement du cours naturel des choses.

Il lui manque toutefois quelque chose : la parole, et, c'est ce qui fondamentalement fait la différence entre un Yahvé et un Aton. Yahvé discute, converse, débat même, avec les hommes, avec son peuple. Aton est un dieu muet, c'est bien là où le bât blesse. D'une certaine manière, cela a aussi un mérite : cela évite la morale lourde aux conséquences parfois meurtrières des grandes religions monthéistes.

Akhenaton se battit contre les prêtres d'Amon, mais il ne fit jamais autre chose que d'abîmer quelques statues et le peuple égyptien ne souffrit jamais de ses choix théologiques et religieux.

A vrai dire, il n'en souffrit jamais parce qu'il n'en comprit jamais l'intérêt. Nos anciens n'étaient pas moins consuméristes et matérialistes que nous : on adorait un dieu s'il apportait quelque chose. Alors de la métaphysique pure, bah...

En dehors de cela, ce n'est évidemment pas une figure politique  de premier plan pour moi...

07:45 Publié dans Culture, Insolite | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : akhenaton |  Facebook | | |

jeudi, 07 octobre 2010

Larry Clarke, ce qui me dérange...

J'ai lu le communiqué du MoDem à propos de la décision de la Mairie de Paris d'interdire l'entrée de l'exposition de Larry Clarke aux mineurs.

J'avoue que je ne puis en aucun cas m'accorder avec Jean-François (Martins) et Benhamias, qui voient dans cette décision de la pudibonderie. Personnellement, j'y vois une salutaire prudence.

Il y a sous cette exposition de photos un lourd non-dit particulièrement symptomatique de l'hypocrisie dans laquelle baigne notre société en matière de sexualité des adolescents, et, plus précisément, en matière de relations entre adolescents et adultes dans ce domaine-là.

Car enfin, qu'est-ce que cette exposition sinon le regard avide, fût-il artistique, d'un homme adulte sur des corps nus d'adolescents. Interrogé, Larry Clarke reconnaît à demi mots que ce choix artistique procède d'une frustration issue de sa propre jeunesse. Le  Lolita de Nabokov ne débute pas autrement : l'amour désirant et non-consommé à la pré-adolescence d'Humbert Humbert.

Même artistique, que l'on ne me dise pas que le regard de Larry Clarke n'est pas malsain.

L'adolescent interroge l'adulte, car il est à la croisée des chemins entre l'enfant qu'il n'est plus tout à fait et l'adulte qu'il n'est pas encore.

Notre société consumériste sanctifie la jeunesse, la beauté éternelle et sexualise à outrance jusqu'à l'enfance même. Et dans ce même mouvement, elle hurle au loup pédophile à la première alerte. 

Il y a sur la pédophilie un discours hystérique qui confond des phénomènes différents. Il y a une différence de nature entre l'hébéphilie et la pédophilie stricto sensu.

Actupsy a consacré une étude à la pédophilie et la finit sur le constat que l'hébéphilie en diffère notablement. L'auteur écrit notamment :

L'hébéphilie pourrait se concevoir comme une recherche de revalorisation narcissique. Légèrement immature, ces sujets trouvent un reflet de leur image plus proche chez les adolescents que chez les adultes. Mais, c'est également le moyen d'assurer son existence par la maîtrise de l'autre.

Cette notion d'hébéphilie serait à étudier non seulement sous l'angle de la psychologie clinique mais également sociale, étant donné les mutations que l'on peut observer dans notre société et notamment concernant la place accordée aux adolescents.

Il est donc inexact de parler de pédophilie, comme j'ai pu le lire en quelques endroits à propos du travail de Larry Clarke. Inexact cliniquement, mais valide légalement puisque la loi fixe la majorité sexuelle chez les garçons à 16 ans et chez les jeunes filles à 15 ans et 3 mois.

D'une certaine manière, Clarke n'a pas tout à fait tort de juger que l'exposition devrait être réservée aux adolescents. Mais d'une certaine manière seulement, puisque ce serait le lieu privilégié d'un regard sexuel - et pas seulement artistique ! - adulte sur une sexualité adolescente.

Le plus malsain, finalement, c'est le mélange des genres, c'est à dire la foule mêlée d'adolescents et d'adultes pour une exposition dont l'objet est d'exhiber la sexualité des adolescents.

C'est cette sorte de voyeurisme qui parvient à s'extraire constamment de la loi et de la réprobation publique en invoquant l'aile protectrice de l'art qui finit par me gêner à la longue.

Il y a une facilité à évacuer ce contact illicite dans le Paris bien-pensant qui m'indispose. Meilcour, par exemple, ou encore ces imbéciles de Verts parisiens , qui peinent à passer le cap d'un regard soixantuitardisé sur la censure quand elle s'applique à la sexualité.

Je suis déçu de la réaction des deux élus MoDem car en ramenant la décision de la Mairie de Paris à de la pudibonderie, ils ont monté qu'ils n'ont perçu aucun des enjeux de cette décision. J'attendais autre chose, plus de profondeur, plus de réflexion de la part du MoDem.

Je n'évoque pas même le cas des médias qui ont encore trouvé le moyen de faire à peu de frais de l'audimat ou du lectorat, avec une absence totale de scrupules, comme d'habitude, en publiant des clichés de ces jeunes gens nus et/ou lourdement et gravement drogués.

J'ai lu le communiqué de Bertrand Delanoë. Il a mûri son choix, à l'évidence, mais s'est prudemment retranché derrière la loi pour justifier sa décision. Dommage qu'il n'ait pas mené sa réflexion jusqu'à son terme et explicité, comme homme politique et citoyen, ce qu'il pensait de cette exposition et pourquoi il ne voulait pas la rendre accessible aux mineurs.

Peut-être me trompé-je, finalement, et ne s'agit-il, in fine, que d'une simple précaution, puisque j'ai aussi entendu que Christophe Girard voulait changer la loi de 2007 pour rendre ces expositions ouvertes à tout public. 

mercredi, 29 septembre 2010

Star Wars 3D ? Lucas ferait mieux de tourner la suite !

Le dernier projet de Georges Lucas, c'est de filmer les six films de Star Wars en 3D d'ici 2012. Franchement, voilà un projet vraiment décevant. Je suis un fan de la Guerre des Étoiles de longue date, et je me suis toujours senti floué de ne pas savoir ce que la Nouvelle République devenait après la destruction de la seconde étoile noire et la mort d'Anakin Skywalker.

Il y a quelque chose de triste et de bien peu créatif à ressasser indéfiniment la même histoire. Oh, Bien sûr, Georges Lucas a prétendu que ses trois trilogies avaient finalement tenu en deux trilogies. C'est bien possible. Mais il pouvait bien faire un effort pour concevoir quelque chose de nouveau, ou, à défaut, reprendre les trois romans de Timothy Zahn, la croisade noire du Jedi fou.

23:54 Publié dans Culture, Insolite | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : star wars |  Facebook | | |

samedi, 04 septembre 2010

Bayrou et DSK

Un blogueur de Mediapart s'imagine que DSK pourrait rendre une candidature de Bayrou caduque à la prochaine élection présidentielle. Marie-Anne qui est habituellement plus perspicace ne semble pas avoir réalisé, dans son commentaire, que l'auteur est très loin d'être un centriste ; son hypothèse n'est qu'une hypothèse d'école qui repose sur des équivalences fallacieuses.

Il faut, je le crois, mettre fin à des spéculations aussi hasardeuses que trompeuses. Bayrou peut bien préférer DSK à Sarkozy, ce qui se conçoit aisément, ils n'en sont pas moins aux antipodes à plein d'égards.

DSK appartient à cette bourgeoisie internationale et pragmatique qui n'a que faire des spécificités françaises, considérées comme autant de lourdeurs désagréables. C'est un de ces europhiles fanatiques prêts à imposer par la voie technocratique l'univers bien-pensant conçu par la gauche moderne, européenne et bien-pensante, convertie à l'économie de marché et aux modes venues d'outre-Atlantique sans le dire à voix haute. Pour ces gens-là, parce que le compromis et l'Europe importent plus que tout, la revendication, particulièrement nationale, parce qu'elle s'oppose à tout lissage de l'opinion est forcément néfaste. Ces gens-là construisent l'Europe contre les nations, au lieu de la construire avec elles. Ils rêvent d'une société mondialisée, sans aspérités, où les business-school européennes rivaliseraient avec les MBA américaines (un condensé de Descoings, en somme...).

Ils méprisent particulièrement la terre, le sol et tout ce qui renvoie à une quelconque forme de différence nationale. Ils brandissent la tolérance comme un étendard mais récusent les différences entre cultures, sauf s'il s'agit de soigner le decorum. On accepte la réserve d'Indiens, en somme, mais pas que l'Indien puisse faire tache d'huile.

Il n'y a rien de plus opposé à cela que la vision terrienne d'un Bayrou, fondamentalement attaché à la culture et à la civilisation française. Ils peuvent bien s'accorder sur les institutions, mais tout les sépare pour le reste : il y a chez Bayrou l'idée qu'il y a des choses qui ne sont pas sacrifiables. Le MoDem pour son programme européen évoquait des biens premiers, mais je pense que la représentation de Bayrou est bien plus enracinée encore dans notre culture. Ce que Bayrou refuse de négocier, et c'est pour cette raison qu'il s'est opposé avec tant de virulence à Nicolas Sarkozy, c'est le modèle français, modèle qui doit être préservé comme un joyau précieux.

Pour DSK et plus généralement les sociaux-libéraux et sociaux-démocrates du PS, ce modèle-là, comme tout le reste, est un vulgaire objet de négociation. Une marchandise que l'on fait peser dans la balance comme tant d'autres marchandises. Tous ceux qui défendent cette idée très particulière de la France, en somme, qui s'attachent à la francophonie et à ce qu'elle véhicule, sont avant tout des empêcheurs de tourner en rond. Le peuple, la nation puent, à leurs narines, et il faut faire leur bien sans les en aviser, parce que mineurs par essence, ils sont bien incapables de comprendre où se trouvent le Bien supérieur.

Au nom d'une certaine idée de la paix et du bien-être, cette gauche-là est prête à gommer toutes nos aspérités, à ne plus communiquer qu'en anglais, à se coucher lorsque notre essence est menacée parce que pour eux, il n'y a pas d'essence : c'est là sans doute l'ultime avatar du matérialisme socialiste, une forme de constructivisme appliqué à la politique. Il n'y a que des émotions, des fantasmes et des peurs à la base des identités nationales, de leur point de vue, et l'idée que l'on puisse hypostasier une substance derrière ces dernières heurtent frontalement leur rationalité petite-bourgeoise, bien-pensante et socialiste. S'ils en acceptent le folklore, c'est de la même manière qu'ils se plaisent à acheter un petit objet d'art chez les Artisans du Monde.

C'est toujours plaisant et satisfaisant moralement de faire son bwana avec les indigènes de toute sorte, y compris sur notre propre sol avec nos agriculteurs, par exemple : une forme d'aumône moderne, dépouillée de toute métaphysique, l'assurance de gagner une seconde vie au paradis socialiste décomplexé.

Et puis ils sont tellement sûrs d'être les détenteurs de la vérité, les garants de la morale, sous couvert de mielleuses invitations au débat et au dialogue.

Cette gauche-là, arrogante et sûre de ses bons sentiments, je la vomis depuis des années. Je ne lui souhaite pas plus de succès qu'au bling-blinguisme sarkozyste.

Je vois en Bayrou, au sein de la classe politique, le dernier défenseur, à n'en pas douter, d'une idée certaine de la France, appuyée toute entière sur sa culture et ses traditions. La gauche ne porte rien de tout cela, et tout ce qu'elle promeut est soluble indifféremment dans une sorte de gloubi-glouba-globish européaniste internationalisé.

La gauche cherche à instaurer une civilisation universelle (ce dont on pourrait la louer) mais nullement à promouvoir l'esprit français comme moteur de cette civilisation, esprit qu'elle renvoie à de l'archaïsme quand elle ne tente pas de disqualifier purement et simplement ses défenseurs en les renvoyant au conservatisme.

Eh bien on se battra, et on ne se laissera pas faire, en portant à bout de bras les couleurs de la France, qu'elles soient bleu blanc rouge ou de lys sur fond azur, car ce sont là celles qui ont fait notre histoire et ce que nous sommes aujourd'hui.

 

 

jeudi, 26 août 2010

Droit d'ingérence ?

Je ne sache pas qu'aucune communauté ait le droit d'en forcer une autre à être civilisée. Tant que les victimes de la mauvaise loi ne demandent pas l'aide des autres commu­nautés, je ne puis admettre que des personnes sans rapport aucun avec elles puissent intervenir et exiger la cessation d'un état de choses qui semble satisfaire toutes les parties intéressées, sous prétexte que c'est un scandale pour des gens vivant à quelques milliers de miles de là, et qui n'y ont aucune part et aucun intérêt.

Qu'ils envoient des missionnaires, si bon leur semble, pour prêcher contre elle; et qu'ils opposent au progrès de telles doctrines dans leur propre pays des moyens équitables (or, imposer le silence aux novateurs n'en est pas un). Si la civilisation a vaincu la barbarie quand la barbarie dominait le monde, il est excessif de craindre qu'elle puis­se revivre et conquérir la civilisation après avoir été défaite. Pour qu'une civilisation succombe ainsi à son ennemi vaincu, elle doit d'abord avoir dégénéré au point que ni ses prêtres, ni ses maîtres officiels, ni personne n'aient la capacité ou ne veuillent prendre la peine de la défendre.

Si tel est le cas, plus vite on se débarrassera d'une telle civilisation, mieux ce sera. Elle ne pourra aller que de mal en pis, jusqu'à ce qu'elle soit détruite et régénérée (comme l'Empire romain d'Occident) par d'énergi­ques Barbares.

Intéressantes réflexions de JSM, une fois encore (Liberté, IV).

lundi, 23 août 2010

Plaidoyer pour l'individu

Ce n'est pas en noyant dans l'uniformité tout ce qu'il y a d'individuel chez les hommes, mais en le cultivant et en le développant dans les limites imposées par les droits et les intérêts d'autrui, qu'ils deviennent un noble et bel objet de contemplation; et de même que l’œuvre prend le caractère de son auteur, de même la vie humaine devient riche, diversifiée, animée, apte à nourrir plus abondamment les nobles pen­sées et les sentiments élevés ; elle renforce le lien entre les individus et l'espèce, en accrois­sant infiniment la valeur de leur appartenance a celle-ci.

À mesure que se développe son individualité, chacun acquiert plus de valeur à ses propres yeux et devient par conséquent mieux à même d'en acquérir davantage aux yeux des autres. On atteint alors à une plus grande plénitude dans son existence, et lorsqu'il y a davantage de vie dans les unités, il y en a également davantage dans la masse qu'elles composent.

On ne peut pas se dispenser de comprimer les spécimens les plus vigou­reux de la nature humaine autant que nécessaire pour les empêcher d'empiéter sur les droits des autres ; mais a cela, on trouve ample compensation, même du point de vue du développement humain. Les moyens de développement que l'individu perd par l'interdiction de satisfaire des penchants nuisibles aux autres s'obtiennent surtout aux dépens du développement d'autrui. Et lui-même y trouve une compensation, car la contrainte imposée à son égoïsme autorise du même coup le meilleur développement possible de l'aspect social de sa nature. Être astreint pour le bien des autres aux strictes règles de la justice développe les sentiments et les facultés qui ont pour objet le bien des autres.

Mais d'être ainsi contraint par le seul déplaisir des autres à ne pas commettre d'actions susceptibles de leur nuire ne développe par ailleurs rien de bon, sinon une force de caractère qui se manifestera peut-être par une résistance à la contrainte. Si l'on se soumet, c'est une contrainte qui émousse et ternit le caractère. Pour donner une chance équitable à la nature de chacun, il faut que différentes per­son­nes puissent mener différents genres de vie.

Merci, JSM, pour ce magnifique témoignage, auquel je n'ai rien à redire... (Liberté, III)