Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 mars 2008

François Bayrou condamne le sectarisme de Bertrand Delanoë

François Bayrou estime que Bertrand Delanoë a "fermé la porte" à un accord électoral avec la candidate du MoDem Marielle de Sarnez à Paris avant le second tour des municipales pour des "raisons internes au Parti socialiste".

"Je suis absolument certain que les électeurs de Paris, majoritairement, avaient envie qu’il y ait cette nouvelle majorité plus ouverte. Et puis, Bertrand Delanoë, pour des raisons internes au Parti socialiste a fermé cette porte, montrant ainsi qu’il se plaçait du côté de la fermeture", a déclaré sur Europe 1 le président du MoDem. "Je pense que beaucoup d’électeurs parisiens ne seront pas satisfaits de cette fermeture", a ajouté le candidat à la mairie de Pau. Le maire PS de Paris a décliné le partenariat de second tour que lui proposait Mme de Sarnez préférant un accord de fusion des listes avec les Verts, ses alliés traditionnels
.

C'est marrant, tout de même : je me rends compte que je me suis époumonné dans le désert pendant des mois à propos de Bertrand Delanoë et ses amis. J'ai toujours pensé que cet homme-là n'était pas un social-démocrate, mais un homme d'appareil, et sur le fond un idéologue sans grand génie. 

Bertrand Delanoë est un homme qui ne prend pas de risques. Il se garde bien de critiquer Nicolas Sarkozy, afin de préserver sa popularité, et il table sur l'esppoir de prendre le contrôle du PS en ralliant les franges les plus radicales, mais aussi, en vue de la présidentielle, sur l'élimination du centre.

Mais c'est un calcul à court-terme, car il n'aura aucune légitimité dans l'avenir, pour appeler le centre à le rejoindre. Ségolène Royal a eu cette intelligence, elle au moins, de comprendre que l'avenir ne se préparait pas entre les deux tours d'une élection présidentielle, mais de longue date. 

J'espère que ceux qui ont approuvé le positionnement de François Bayrou en 2007, c'est à dire d'un côté en dehors des grands systèmes, mais de l'autre, sur des positions à la fois courageuses et modérées, ce qui est aussi original qu'atypique, auront à coeur de préserver cet esprit en votant pour ce qu'il reste de candidats MoDem à Paris au second tour des élections municipales.

lundi, 10 mars 2008

MoDem à Paris : Marielle, Philippe et Véronique, vous serez nos hérauts !

1333516960.jpgDans l'Antiquité, le héraut, à ne pas confondre avec le héros (ni avec l'Hérault, d'ailleurs), était un officier chargé de faire connaître une déclaration solennelle ou d'annoncer une nouvelle importante. Le héraut par excellence, dans l'Iliade d'Homère, c'est Talthybios. Après sa mort, il deviendra le protecteur des ambassadeurs, et de fait, on a trouvé un sanctuaire qui lui était consacré à Sparte. Son autorité morale est telle, qu'il peut, au chant II de l'Iliade, séparer dans la mêlée les deux plus puissants héros engagés dans la Guerre de Troie, Ajax et Hector.

C'est ni plus ni moins le rôle qui est désormais dévolu à Marielle de Sarnez, Philippe Meyer et Véronique Devolvé-Rosset au MoDem. La nouvelle importante, c'est qu'il y a une autre manière de faire de la politique, dont n'a pas voulu en son temps la droite parisienne et que récusent désormais Bertrand Delanoë et ses comparses socialistes. Ainsi, bas les masques, nous savons clairement à quelle gauche nous avons affaire désormais.

Une remarque au passage : en mai dernier, après avoir longuement hésité, j'ai fini par me décider à voter pour Ségolène Royal au second tour, trouvant des convergences entre ses idées (pas celles du PS) et celles de Bayrou. Plus récemment, j'ai critique le manque d'engagement de Delanoë, alors que Ségolène Royal prend des risques, elle, au moins. Son appel tout récent à des alliances entre le PS et le MoDem montre une véritable modernité chez elle, et le sectarisme jospinien d'origine trotkiste  qui est la marque de Delanoë et de son clan. Si jamais un jour, il faut faire à nouveau un choix entre PS et UMP (ce que je n'espère toutefois pas) Je pense que l'électorat centriste saura se souvenir des choix de Bertrand Delanoë ce jour-là.

La balle est désormais dans le camp des Parisiens. La seule manière d'espérer rééquilibrer (un peu) le pouvoir écrasant dont va désormais disposer Bertrand Delanoë, c'est de porter au score le plus haut  les listes MoDem, et si possible leur donner même une victoire dans le XIVème, dans le VIIème ou dans le Vème arrondissements.

Pour espérer avoir une écologie responsable, c'est désormais l'unique issue. En effet, les verts les plus radicaux et extrémistes, confortés par les cadeaux de Bertrand Delanoë, pourront continuer à sévir, et notamment leur guerre inexpiable contre les automobilistes parisiens (rappelons que leur dernière idée, c'est de taxer le périphérique). Nous savons, qu'à l'issue de ce scrutin, les communistes qui ne pèsent presque rien vont disposer d'un groupe, et le MoDem qui pèse plus de 9% pourrait ne disposer d'AUCUN conseilller à Paris. Ce serait un incroyable déni de démocratie, pour les électeurs démocrates, pour les Parisiens, et pour les candidats démocrates et les idées qu'ils portent. C'est pourtant le risque que nous courrons, mais que nous assumons. 

A tous ceux qui ont du coeur et de l'intelligence, au MoDem, je dis simplement que nous devons nous mettre au service de nos hérauts, et en faire nos héros. C'est aux démocrates de bonne volonté de faire un effort. Je ne parle évidemment pas pas des charognards qui se complaisent à égrener des mauvaises nouvelles en accusant ceux qu'ils auraient du soutenir, n'eût été leur surdimensionné égo, mais bien de ceux qui sont prêts à retrousser leurs manches.

Il nous reste une semaine. Unissons nos forces, faisons notre possible, le reste est entre les mains des Parisiens. 

NDLR : source du logo => http://www.cas-p.net/ 

jeudi, 06 mars 2008

Qui veut la peau de Bayrou à Pau ?

Ce qui est bien avec le Canard enchaîné, c'est que c'est toujours instructif...

En page 2 dans les minimares, c'est de Sarkozy :

Bayrou ? On ne lui fera pas de cadeau à Pau.

Royal ? Il faut organiser son élection à la tête du PS. C'est pour nous une bénédiction même si elle a fait des progrès (NDLR : heureusement que l'on ne rejoue pas la présidentielle maintenant, hein ? 

jeudi, 21 février 2008

Guignols de l'info, guignols à l'info...

C'est amusant, je réfléchissais sur l'obstination bornée qui pousse les Guignols de l'info à présenter en benêt François Bayrou, l'un des derniers hommes politiques en France que la culture nourrit et habite. On le voit d'ailleurs souvent dans ces réactions, où il évoque des moments forts de la littérature et de la philosophie ou encore de l'histoire. Ils seraient certainement peu nombreux, dans la classe politique, à pouvoir évoquer la Dalle d'Epidaure dans une saisissante métaphore pour exprimer le projet démocrate, ou bien à se réclamer de Pascal pour dénoncer la dérive de Nicolas Sarkozy sur la laïcité.

Mais, quoi que dise ou fasse François Bayrou, aux yeux de l'équipe des Guignols, il demeure, et depuis maintenant 8 ans, un benêt incurable...

Une telle obstination me rappelle celle du comique Aristophane qui fit rire aux éclats les Athéniens au 5ème siècle avant Jésus-Christ. A ceci près que si les Guignols de l'info sont distrayants, ils n'ont en aucun cas le talent d'Aristophane !

Aristophane dont l'humour et le génie ont traversé les siècles n'a pourtant pas manqué de moquer les plus grands esrpits de son temps, et notamment Socrate et Euripide. Il reprochait au premier ce que le beauf athénien moyen reprochait à l'homme, c'est à dire de rompre avec les traditions et d'apporter de nouvelles pratiques religieuses dans la cité. Dans les Nuées, il le présente d'ailleurs comme un benêt rêveur, le nez en permanence perdu dans les nuages (d'où le titre les Nuées) et trébuchant à chaque pas parce qu'il est incapable de regarder ce qu'il y a sur le sol. Et pour Euripide, son tort est d'être le fils d'une marchande de légumes...

Aristophane est amusant, mais cela ne vole tout de même pas haut...On peut en dire autant des Guignols. Je me suis d'ailleurs interrogé sur leur rôle lors des trois dernières élections présidentielles.

J'ai noté qu'à chaque reprise, ils ont fait passer pour un sympathique truand abruti et sans vergogne, celui qui serait finalement élu. Le Sarkozy de 2007 met à l'évidence les rieurs de son côté. Et outre la manière dont ils ont traité Bayrou, je me suis aussi interrogé sur le sort qu'ils avaient réservé à Ségolène Royal. En effet,Ségolène Royal est une belle et charismatique femme, or, j'ai observé que la marionnette des Guignols était totalement fade, et que son ton traînant ressemblait à s'y méprendre à celui de la marionnette d'Arlette Laguilier. Cette ressemblance m'a troublé à plusieurs reprises. Les Guignols ont souvent fait semblant de tenir un discours de gauche (populiste, au demeurant) mais je ne suis pas certain que leur positionnement soit si clair que cela. On peut subodorer peut-être que l'élection de certaines puissances en arrangent bien certains...

Bref, prenons garde quand ce sont des guignols qui sont à l'info, les apparences sont très trompeuses... Ne pas oublier aussi que la condamnation à mort de Socrate ne gêna pas outre mesure Aristophane... 

vendredi, 15 février 2008

Bayrou, Villepin et Royal signent un appel commun !

Des personnalités se réclamant de "sensibilités très diverses", dont l'ex-Premier ministre (UMP) Dominique de Villepin, Ségolène Royal (PS) et François Bayrou (MoDem) signent "un appel du 14 février pour une vigilance républicaine" publié dans l'hebdomadaire Marianne.

 Outre ces trois personnalités,  figurent également parmi les signataires le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (UMP), le député communiste André Gerin, Jean-Pierre Chevènement (MRC), Bertrand Delanoë (PS), Arnaud Montebourg (PS), Marielle de Sarnez (MoDem), la sénatrice Jacqueline Gourault (MoDem), Maurice Leroy (Nouveau centre) et Jean-Christophe Lagarde (Nouveau centre). Corinne Lepage (MoDem), ancienne ministre de l'écologie d'Alain Juppé et le député Vert Noël Mamère sont également présents. 

Affirmant avoir "en commun un certain nombre de convictions et de valeurs", ils entendent notamment réaffirmer "leur attachement au principe républicain" et "leur refus de toute dérive vers une forme de pouvoir purement personnel confinant à la monarchie élective".

Ils rappellent également "leur attachement aux fondamentaux d'une laïcité ferme et tolérante", "à l'indépendance de la presse et au pluralisme de l'information" et enfin "à une politique étrangère digne, attachée à la défense des droits des peuples, soucieuse de préserver l'indépendance nationale et de construire une Europe propre à relever les défis du XXIe siècle".

Reconnaissant avoir "sur un certain nombre de sujets importants des positions très différentes", les signataires, en tête desquels figure l'ancien chef de cabinet du général de Gaulle, Pierre Lefranc, s'engagent "à défendre séparément ou ensemble ces impératifs comme toujours ce fut fait au cours de l'histoire de la République".

mercredi, 13 février 2008

Delanoë versus Royal, une popularité un peu trop facile

On me dira, je me mêle de ce qui ne me regarde pas, mais, c'est plus fort que moi, cela m'agace : on le sait, Bertrand Delanoë est devenu l'homme le plus populaire de France, et, à gauche, Ségolène Royal ne le devance que d'une courte tête.

Betrand Delanoë a la partie quelque peu facile : est-ce quelqu'un peut me dire quand il l'a vu s'exposer politiquement pour la dernière fois ? Tout comme Dominique Strauss-Kahn, d'ailleurs.

Ni l'un, ni l'autre ne prennent le dixième des risques que prennent Ségolène Royal (ou François Bayrou d'ailleurs). Ils sont populaires, certes, mais ils ne sont en aucun cas des leaders d'opposition, se gardant bien de critiques de fond pour préserver leurs popularités respectives.

A mes yeux, c'est une des raisons qui font qu'ils ne sont pas des leaders politiques crédibles, et d'ailleurs, il faut bien se dire que s'ils commençaient à prendre des risques, ils n'auraient pas la même popularité.

J'ajoute qu'à droite, si Borloo est populaire, c'est qu'il dirige un ministère sans enjeux à confrontation sociale avec l'opinion, qui a le vent en poupe, et qu'il ne prend pas davantage de positions politiques. D'ailleurs, la seule fois où il s'est retrouvé dans un ministère à enjeux forts, et qu'il a pris une position, la majorité présidentielle l'a payée cash aux élections législatives...

Alors, il faut rendre à César ce qui appartient à César et aux vrais leaders ce qui appartient auux vrais leaders.

Les Français ne s'y sont pas trompés en voyant en Ségolène Royal et François Bayrou les deux principaux opposants à Nicolas Sarkozy. 

vendredi, 25 janvier 2008

Société Générale : l'homme qui valait 50 milliards !

Pourquoi 50 milliards d'euros ? Pour une raison très simple : 5 milliards d'euros, ce sont les pertes. Enfin, soyons exacts : le montant des pertes, c'est 7 milliards d'euros, car il y a aussi 2 milliards d'euros de subprimes. D'ailleurs, depuis hier, cette information s'est volatilisée, on ne sait pourquoi. Revenons à nos moutons :  sur quels montants de fonds croyez-vous que des positions avaient été prises. Notez que je ne mets pas, grammaticalement, de complément d'agent à ma tournure passive, si bien que l'on ne sait pas, finalement, qui a pris les dites positions.

50 milliards d'euros, c'est tout de même pas loin des 3/4 du budget de l'Education Nationale en France. 50 milliards d'euros de positions prises par un seul homme ? Le pauvre gars s'appelle Jérôme Kerviel, et l'hypothèse invoquée  serait qu'il aurait été pris de bouffées délirantes et paranoïaques. D'ailleurs, allez savoir pourquoi, il est introuvable : incroyable, non ?

0cf20c07d33a95f31b177939d79e4a2c.jpg

 Observez bien l'instrument qui se trouve représenté ci-contre : c'est un instrument de musique, bien connu, simple, et sympathique quand on veut siffloter une petite musique, l'air de rien.

 Ils donnent des cours de pipeau, à la Société Générale ? En langage technofrik, il paraît que cela se dit "seubpraïme", le mot pipeau...Faut que je consulte mon dictionnaire, hein, mais je crois que cela doit être quelque chose de ce genre... Evidemment, Christian Noyer, le directeur de la Banque de France assure que ce n'est pas la bonne traduction, et que c'est un autre mot. Il est toujours à la recherche de ce dernier.

Je juge en revanche très démagogique la réaction de Ségolène Royal. Voici ce qu'elle déclare : "Je veux que l'Etat recadre les banques, réglemente leurs activités pour qu'elles fassent ce pourquoi elles sont payées, c'est-à-dire prêter de l'argent aux ménages, aider les entreprises pour qu'elles créent des emplois".

N'importe quoi. Heureusement qu'une banque cela ne se limite pas à cela ; si elle veut en finir avec la réputation d'incompétence qu'elle s'est faite, elle a intérêt à éviter ce genre de sorties... 

Ah, au fait, le comble de l'histoire, c'est que l'action de la Société Générale est en hausse aujourd'hui. Je parie que des petits malins ont voulu anticiper en se disant que quelques grosses banques verraient dans cette histoire le bon moment pour lancer une OPA. Attention, avec des anticipations de ce genre, ils pourraient bien louper le coche...

lundi, 14 janvier 2008

Ma plus belle histoire c'est vous

Bon, j'ai lu acheté et lu le livre de Ségolène Royal, Ma plus belle histoire c'est vous. Ce n'est pas un livre théorique, mais simplement un ouvrage qui ne vise que les faits survenus pendant l'élection présidentielle de 2007. Ségolène Royal fait le point sur la manière dont pas mal de faits ont été omis, souvent sciemment, par la presse, ou transformés. Ainsi, sur la Chine, elle précise qu'elle avait félicité un avocat chinois pour la rapidité en Chine desjugements...sur les litiges commerciaux uniquement !!! Un tribunal de commerce n'a évidemment rien à voir avec un tribunal pénal et ne relève généralement que peu de la juridiction de l'état. Si ce qu'elle relate est exact, cela change évidemment pas mal de choses.

Pour la bravitude, elle a en fait traduit un proverbe chinois célèbre en usant d'un néologisme. « Quiconque ne va pas sur la Grande Muraille n'est pas un brave». En revanche, la presse a omis de dire que Ségolène Royal avait subordonné une éventuelle convention sur des procédures d'extradition à la ratification par  la Chine de pacte  relatif aux droits civils et politiques de l'ONU si jamais elle était élue présidente.

Il faut dire que le 21 mars 2007, j'avais publié une note sur l'accord d'extradition  ignoble (et je pèse mes mots) signé la veille entre la Chine et la France.

Au passage, le ministre de la justice qui a signé cet accord, c'est Perben, le candidat à Lyon. HORS DE QUESTION pour le MoDem de s'allier avec Perben à Lyon. Mais je dévie de mon sujet et y reviens. 

Comme Bayrou, elle dénonce l'extraordinaire mise sous la coupe des médias au service de Sarkozy. Bien évidemment, quand Le Monde ou Libération flinguaient sans retenue Bayrou, on ne peut pas dire que cela l'ait gênée outre mesure. De cela, évidemment, nulle mention dans son ouvrage... 

A plusieurs reprises elle revendique son blairisme à la française. J'ai une très mauvaise opinion de Blair, et je préfère de vrais sociaux-démocrates (comme DSK) mais enfin, je pense qu'il aurait été possible de s'entendre avec Ségolène Royal sur pas mal de points. Je l'avais de toutes façons déjà dit après avoir lu son précédent  livre Maintenant

Elle confirme aussi toutes les pressions faites pour empêcher le débat entre Royal et Bayrou dans l'entre-deux tours. La seule chose, sans doute, qui ait réellement inquiété Sarkozy. 

Elle parle beaucoup des femmes en politique et y dit des choses intéressantes. Elle rend notamment hommage à Anne-Marie Comparini pour son courage politique, relevant qu'elle « aura fait honneur aux femmes en politique et à la politique tout court»

Voilà. J'ai donc lu ses explications. Dont acte. On verra avec le temps. Une chose est sûre : DSK est apprécié, mais...surtout par le centre et la droite. Delanoë plaît...aux bobos ! Seule Ségolène Royal a une authentique popularité dans les classes populaires au PS. C'est donc à mon avis elle le futur leader de la gauche

Dernier détail, elle y évoque sa rocambolesque aventure avec Bayrou, une nuit d'avril, mais elle demeure sur ses positions sur la question. 

13:45 Publié dans Lectures | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : Royal, Bayrou, PS, MoDem |  Facebook | | |

mardi, 08 janvier 2008

Bayrou, Montebourg et le cumul des mandats

Une fois de plus, c'est de l'excellent Betrand que je reprends un commentaire pour en faire un billet. Cette fois, il ne provient pas de mon blog, mais de celui de Militer avec le Nouveau Centre de Gérard Bardier. Gérard Bardier s'étonne de ce que Montebourg et Bayrou choisissent de cumuler deux mandats. Réponse et explication de texte de Bertrand, que je fais en grande partie miennes. A noter qu'il vaut aussi pour un billet de même teneur sur Ma vie en Narcisse de Luc Mandret.

Associer Bayrou et Montebourg est osé... et je suppose volontairement polémiste ! A ce début de liste on peut ajouter quelques dizaines de personnalités, de droite, du centre ou de gauche, qui eux aussi se sont prononcé contre le cumul des mandats à l'exception de leur propre personne. A l'exception notable de C. Blanc, j'ai souvenir qu'à peu près tous les parlementaires NC étaient il y a moins d'un an totalement opposés au cumul des mandats, et dénonçaient régulièrement les cas de ces ministres ou parlementaires par ailleurs à la tête d'un exécutif local.
(Avoir en charge un ministère ne serait donc qu'un temps partiel ?)

Un an après, effectivement, Montebourg veut cumuler députation et présidence de Conseil Général ; Bayrou, Sauvadet, Dionis, Perruchot ou Foliot, députation et mairie ; Santini, Dati, Morin ou Wauquiez ministère et mairie, etc etc... On peut procéder de la même façon de la gauche à la droite de l'échiquier politique, avec les mêmes résultats. Le cas extrême étant représenté par Copé qui considère que ni son mandat de maire de Meaux, ni celui de député et président de groupe, ni celui de Président de la Communauté Urbaine, ne sont des postes à temps plein, et qui cumule ces fonctions avec son nouveau job d'avocat d'affaires.

Trois exceptions notables : Blanc et Delanoë par conviction, et Royal (probablement plus par calcul politique).

Donc, au delà des postures de tel ou telle, la question qu'engendre ce constat est la suivante : comment se fait-il qu'alors qu'il semble y avoir globalement un consensus sur le problème du cumul des mandats hors période électorale, les intérêts particuliers/partisans reprennent immédiatement le dessus dès qu'une échéance approche ?

Jospin avait, avec raison, interdit à ses ministres de cumuler leurs fonctions ministérielles avec un exécutif local. Chirac et Raffarin en 2002 avaient affirmé faire leur cette « doctrine ». Jusqu’à l’entrée au gouvernement d’Hubert Falco qui, au prétexte qu’il avait repris la Mairie de Toulon au FN, a donc obtenu le droit de garder sa mairie tout en étant ministre. La tentative de moralisation initiée par Jospin est morte ce jour là. Le cas Falco a ouvert la voie aux suivants, dont notamment Sarkozy, lui aussi ministre et Président de Conseil Général.
Bref, échec ! On est aujourd’hui dans une situation où tandis que le rapport Balladur préconise l’interdiction totale d’une fonction ministérielle avec un mandat exécutif local, le Président de la République, qui affirme faire sienne les propositions Balladur, pousse ses Ministres à devenir maire… après avoir « viré » Juppé, coupable lui d’avoir perdu aux législatives. Bref l’incohérence est totale. (C’est pas très différent à gauche d’ailleurs).

La seule façon de moraliser tout cela serait de légiférer. Mais problème, près de 80% des parlementaires sont cumulards…et rarement suicidaires. Et légiférer, oui, pourquoi pas, mais pour faire quelle loi ?

-    Est-il anormal qu’un ministre puisse détenir aussi un mandat local ? Pour moi, oui, c’est indéniable. Mais pour autant, le job de ministre étant par définition un CDD, il n’est pas incohérent qu’ils souhaitant garder un pied sur le terrain…au cas où.

-    Jusqu’où doit aller l’interdiction du cumul ? Il n’est pas normal que l’on puisse être parlementaire et maire d’une grande ville. Mais être jusqu’au-boutiste en interdisant à un parlementaire d’être par ailleurs maire de son village, c’est interdire aux villages à faire appel à des gens aguerris… alors que leurs édiles affirment souvent être perdus dans les arcanes de l’Etat.

-    Un mandat de parlementaire est-il, oui ou non, un emploi à temps plein ? Accepter le cumul c’est dire non. Mais alors, pourquoi ne pas réduire de 30 ou 40% le nombre de nos parlementaires pour faire en sorte qu’ils se consacrent uniquement à cette tâche ? (malheureusement, la tendance est plutôt à l’inflation qu’à autre chose).

Etc, etc…

Bref, au delà de la polémique, ce problème pose mille questions. Sarkozy a semblé un moment vouloir faire évoluer les choses. Malheureusement, je crains qu’il ne soit déjà trop tard. Il aurait probablement pu faire accepter par les élus UMP une modification des règles au lendemain même des législatives, pour peu qu’elle ait été préparée et expliquée avant, plutôt que de faire voter en urgence la loi Tepa. Mais désormais, j’ai un doute, et sur sa volonté en la matière, et sur la réaction des groupes parlementaires.

 

lundi, 17 septembre 2007

Jospin matraque Royal !

Moi, à la limite, cela ne me regarde pas, ce sont les affaires internes du PS, mais, tout de même, je le trouve gonflé, le Lionel : il se permet des jugements de valeurs envers Ségolène Royal, la cantonnant par avance aux seconds rôles et dénonçant son manque d'envergure, alors que lui-même a été éliminé dès le premier tour par un candidat d'extrême-droite.

Ségolène Royal, elle, en face, a réuni le plus grand nombre de suffrages qu'un candidat de gauche n'ait jamais réuni à une élection présidentielle. Jospin ferait bien de ne pas l'oublier.

Moi, à sa place, je me tairais et je me planquerais, parce que là, je le trouve particulièrement mal placé pour parler, d'autant qu'on a jamais entendu la moindre auto-critique de sa période de gouvernement.

Et il y aurait long à dire sur ce sujet. 

Les Socialistes sont décidément pitoyables envers leur ex-candidate, après l'avoir coulée par l'inanité de leurs propositions pendant la campagne présidentielle. 

09:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Jospin, Royal, PS, Socialistes |  Facebook | | |