Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 17 novembre 2008

Le PS se mobilise !

actu451.pngIl y a des images, comme celle-là, qui sont tellement parlantes que l'on ne sait pas quoi ajouter :-)

Grozbulles, dessinateur humoristique et démocrate de talent a, je le crois, fait mouche...

Ah, si le PS était aussi combatif quand il s'agit de l'être et de ne pas laisser l'équipe de Nicolas Sarkozy faire tout et n'importe quoi...

Toute l'énergie de ce parti semble s'être dévoyée dans des luttes internes, la priorité des caciques étant d'avoir la tête des nouvelles figures, surtout si les dites figures sont réformistes. Je n'ai pas particulièrement mauvaise opinion de Martine Aubry, mais il y a, dans l'acharnement contre Ségolène Royal, à l'évidence, autre chose qu'une rivalité politique. Je note d'ailleurs, que dans l'ensemble, les principales figures féminines du PS se sont montrées très hostiles àn Ségolène Royal.

22:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : ps, aubry, royal |  Facebook | | |

Ségolène : Elle et Eux

Le PS va vers une crise sans précédent dans son histoire : la motion qui est arrivée en tête ne génèrera pas de premier secrétaire, en raison de l'alliance des autres motions. Pire : la techno-structure du PS s'apprête à éliminer le plus performant de ses candidats en vue des prochaines présidentielles. Delanoë, Aubry, Hamon l'opportuniste, ils se sont tous jurés d'avoir la peau de Ségolène Royal, et peu importe s'ils règleront leurs comptes après coup. Bayrou servira de prétexte.

ILS la détestent. EUX, ne supportent pas son contact avec le peuple. ILS n'aiment pas les soirées au Zénith ni la variété. EUX, n'aiment pas la mise en scène,  n'aiment pas les retards lors des rendez-vous. EUX aiment les choses sérieuses, la raison, l'intelligence du technocrate face aux vanités du petit peuple. ILS pensent qu'ELLE est une hystérique. En fait, ILS ne veulent rien changer. ILS veulent ronronner comme ils l'ont toujours fait, et que les mêmes petites parties entre amis se perpétuent. EUX, ne supportent pas ces changements incessants qu'ELLE veut imprimer à LEUR maison. C'est une étrangère, une fille de rien, qui n'aurait pas du arriver là où elle en est, et d'ailleurs, ELLE n'est pas du sérail. ELLE n'est pas des LEURS. Il faut la chasser. C'est une Évita Peron à la sauce française. Et puis ELLE est de droite. ELLE aime l'Ordre. EUX, aiment bien la fête. ELLE veut s'entendre avec le Mouvement Démocrate. EUX, veulent faire comme ils ont toujours fait, et peu importe que la maison brûle. Pourquoi changer ? Seuls les hystériques et les têtes de linotte changent. EUX, on ne les prendra pas en défaut de profondeur. ILS sont tellement plus intelligents qu'ELLE. D'ailleurs, ELLE n'a pas de fond. En fait, ELLE n'a même rien dans la tête.

Heureusement qu'EUX sont là, à la barre, pour empêcher le bateau de faire route vers des terres inconnues. Peu importe la voie d'eau, ILS sont tellement sûrs qu'ILS ont raison...

vendredi, 14 novembre 2008

Tout Sauf Ségolène au PS...

Le Tout Sauf Ségolène pourrait coûter très cher au PS à l'avenir. Je viens de lire le dernier sondage opinion way du Figaro, qui évoque les probabilités de vote selon les candidats s'il y avait des présidentielles actuellement. Ce sondage confirme exactement ce que je pensais : Ségolène Royal bénéficie d'une légitimité populaire que les autres n'ont pas. Delanoë n'a pas compris que la France n'est pas Paris et qu'il n'y a pas que des bobos en France. C'est son électorat, et je ne le vois pas parvenir à percer ailleurs. Trop de mépris pour les difficultés des gens ordinaires. Martine Aubry est certes plus populaire qu'à une époque donnée mais toujours pas  populaire à droite et au centre-droit, sans doute à cause des 35 heures ; peut-être souffre-t-elle aussi d'un déficit de notoriété. Je ne vois pas comment le PS peut s'en tirer : il doit choisir entre son alliance à gauche toutes et une alliance au centre. Si le centre est plus conséquent en suffrages, l'extrême-gauche et la gauche de la gauche pèsent, réunies, presque 15% des voix, désormais, si, du moins, le sondage est fiable, ne l'oublions pas ! D'autant qu'il est fait en temps de crise, et, dans d'autres circonstances, il se pourrait que le score de Besancenot soit très inférieur.

Je note avec satisfaction que François Bayrou siphonne beaucoup de voix chez les abstentionnistes de l'élection présidentielle de 2007. Je regrette en revanche, qu'il perde une partie de son électorat au bénéfice de Nicolas Sarkozy. Je pense que la ligne du MoDem est souvent trop à gauche, et que François Bayrou est trop dans la contestation, pas assez dans la proposition. Cela contribue certainement à faire fuir une fraction pas négligeable de l'électorat de centre-droit. Il faut, à mon avis, être plus équilibré dans la critique et aussi faire des propositions. Or, François, donne parfois l'impression de s'opposer pour s'opposer, même si ses critiques sont souvent très pertinentes. Au final, il n'a pas perdu son capital électoral et beeaucoup de Français continuent à lui faire confiance.

A noter la montée en puissance de Besancenot et surtout sa récupération très conséquente d'une part de l'électorat frontiste : 18% en moyenne !!!

Le FN poursuit son érosion, puisque Nicolas Sarkozy continue d'absorber son électorat. Le même Sarkozy s'impose clairement comme la figure emblématique de la droite, cumulant 33 à 34% des voix sur sa personne dès le premier tour.

Merci à Skeptikos par lequel j'ai été informé de ce sondage.

jeudi, 18 septembre 2008

Ils veulent la peau de Ségolène

Marrant : pendant la campagne présidentielle, il y avait le TSS (Tout Sauf Sarkozy) à gauche. Aujourd'hui, il y a toujours le TSS au PS : Tout Sauf Ségolène. Après lui avoir allègrement savonné la planchette à maintes reprises, les bras-cassés d'hier se regroupent pour lui porter le coup de grâce. Je ne suis pas un adepte de Ségolène, mais, après mûre réflexion, j'avais tout de même voté pour elle au second tour. J'avoue que je suis content de ne pas être socialiste, parce que si j'étais socialiste, je serais particulièrement dégoûté, à l'heure actuelle, par le traitement que la gauche et le PS en particulier lui réservent.

Delanoë croit la partie gagnée, mais il devrait méditer ce que le Figaro rapporte avoir entendu de la bouche d'un secrétaire fédéral du PS :

«Lorsque j'invite Ségolène, il y a 500 personnes dont quasiment aucun militant, lorsque j'invite Bertrand, il y a 50 personnes, mais qui sont tous des militants».

Voilà, tout est dit : ils ne s'en débarasseront pas aussi facilement.

12:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : royal, ségolène, ps, delanoë |  Facebook | | |

vendredi, 11 juillet 2008

Ségolène Royal intimidée et tout le monde s'en fout ?

Tiens, ASI (Arrêt sur Images) et moi on a eu la même idée en même temps.  Je suis le feuilleton des cambriolages chez Ségolène Royal, et à vrai dire, tout comme ASI, je m'étonne franchement : les tentatives de cambriolage chez Ségolène Royal ne sont pas normales. Il y a une intention, c'est évident, et une intention d'intimidation. Il fautpréciser, par exemple, que le procès-verbal de la plainte à la suite de la 1ère "visite" a été retrouvé déchiré sur un meuble à la suite de la seconde "visite". Et puis rien ne disparaît à chaque fois.

Et PERSONNE n'a rien dit. En revanche, il y a du monde pour la traiter de gourdasse, de bécassine, et cetera. Bien sûr, je me garderais bien, comme elle, d'accuser Sarkozy, car cela me paraît très incertain tout de même. Il n'en reste pas moins que quelqu'un tente de l'intimider (cela pourrait AUSSI venir de l'intérieur du PS, au fait ...) et qu'il y a une absence de réactions dans la classe politique. Pour ma part, je ne vois pas pourquoi quelqu'un voudrait intimider Ségolène Royal en dehors de motivations politiques. Mais comme elle emm... à la fois le PS et l'UMP, difficile de dire d'où ça vient exactement...

Bref, moi, je voudrais qu'une enquête sérieuse soit entreprise, que la classe politique manifeste sa solidarité au lieu de lui cracher à la g... et surtout, je ne voudrais pas que mon pays devienne une authentique république bannanière. Parce que si l'on commence à tolérer cela, on ouvre la porte à des dénis de démocratie de plus en plus graves. Il faut trouver d'où cela vient et prendre les sanctions les plus lourdes, quel que soit le responsable de cette affaire.

 Quant à la jeune yougoslave soit-disant présumée suspecte, on se fout de la g... de qui ? Elle viendrait juste par curiosité ? Habituée à réaliser des cambriolages, là, elle aurait fait sa visite et serait repartie sans rien ? Faut pas prendre les gens pour des c...

 

20:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : royal, cambriolage, royalgate |  Facebook | | |

mardi, 01 juillet 2008

Royal-Bayrou : convergences

C'est avec beaucoup d'intérêt que j'ai pris connaissance des propositions de Ségolène Royal. Beaucoup d'entre-elles convergent avec ce que proposait François Bayrou : retraites à point, budgets en équilibre, indépendance des médias, proportionnelle aux législatives...Pour les niches fiscales, je préfère plutôt qu'elles soient plafonnées et surtout, que l'on vérifie leur pertinence.

Bref, la motion de Ségolène Royal va dans le bon sens. Les lignes bougent. Un ticket Royal-Bayrou pourrait être un très beau ticket à la prochaine élection présidentielle. Si le PS n'évolue pas, Ségolène osera-t-elle franchir le Rubicond ? Beaucoup de démocrates,  je le crois, sont prêts à une nouvelle alliance si elle est faite sur des bases claires et saines.

Il demeure, évidemment, la délicate question du rôle de l'Etat, ainsi que celui de l'effort à accomplir en faveur des PME. Sur le développement durable, nous avons beaucoup en commun, et je ne m'inquiète donc pas.

15:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : royal, bayrou, modem, ps |  Facebook | | |

vendredi, 13 juin 2008

Mais qu'est-ce qu'il lui veut, Rocard, à Royal ?

Voilà, je me pose la question : il lui en veut ou il la prend vraiment pour une cruche, la miss Ségolène, le père Rocard ?S'il y a des socialistes qui passent par ce blog, je veux bien qu'ils m'expliquent...faut dire que rarement un parti politique aura à ce point torpillé l'une des siennes..Pauvre Ségolène...

 

05:09 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : royal, rocard |  Facebook | | |

mardi, 27 mai 2008

Qui est libéral chez les Socialistes ?

c'est assez rigolo, le débat sur le libéralisme chez les Socialistes, à l'heure actuelle...A ce sujet, je signale l'excellent billet de Laurent de Boissieu sur son blog politique.

C'est comique, parce qu'en effet, les trois principaux candidats à la direction du PS (et à l'élection présidentielle de 2012) appartiennent tous les trois à l'aile social-démocrate du PS, de tendance plutôt libérale.

Bon, on peut faire des distinguo subtils : DSK est presque un social-libéral, mais cela ne peut pas se voir tant qu'il reste au PS. Royal est une blairiste, donc une réformiste de gauche, avec un côté jacobin prononcé qui séduit le peuple (ordre, autorité, famille, travail et cetera...). De plus, c'est une provinciale élevée à la dure, issue d'une famille nombreuse, et qui est sans ostentation de quelque sorte que ce soit. Delanoë,lui, c'est plutôt le socialiste gestionnaire tendance libertaire. Libéral, mais pas trop quand même ; il préfère évidemment parler de ceux qui se couchent tard (pour cause de fête) que de ceux qui se lèvent tôt (pour cause de boulot afin de payer entre autres les prunes que collent les agents de police parisiens, plus affairés à traquer les automobilistes qui se rendent au travail que les fêtards qui rentrent ivres de la fête). En ce sens, toute sa rhétorique s'oppose radicalement à celle de Royal.

Mais il demeure qu'aucun des trois n'évoque jamais la société marchande dans laquelle nous vivons, et pas davantage le commerce, pour reconnaître son rôle fondateur dans l'établissement des libertés.

J'entends souvent évoquer Montesquieu pour identifier le libéralisme de Delanoë. Certainement pas. Outre que Delanoë n'accorde aucune place aux corps intermédiaires, il faut rappeler que Montesquieu consacre les livres XX et XXI de l'Esprit des Lois pour établir le lien profond qui existe entre commerce et liberté.

J'aime bien, d'ailleurs ce qu'il écrit au chapitre 4 du livre XX de l'Esprit des Lois :

Le commerce a du rapport avec la constitution. Dans le gouvernement d'un seul, il est ordinairement fondé sur le luxe; et quoiqu'il le soit aussi sur les besoins réels, son objet principal est de procurer à la nation qui le fait, tout ce qui peut servir à son orgueil, à ses délices, et à ses fantaisies. Dans le gouvernement de plusieurs, il est plus souvent fondé sur l'économie. Les négociants, ayant l'œil sur toutes les nations de la terre, portent à l'une ce qu'ils tirent de l'autre

Suivez mon regard et regardez ce que Delanoë met en avant à Paris...Bref, le libéralisme de Delanoë est tout relatif. Et puis comme le note Laurent de Boissieu, J-M Bockel, qui a fini par gagner le camp sarkozyste, a présenté pendant des années une motion comportant le mot libéralisme aux congrès du PS pour ne même pas obtenir 1% des suffrages au final...

jeudi, 15 mai 2008

Delanoë-Royal, la guerre a commencé

Et voilà. Désormais, alea jacta est, comme a dit César quand il a franchi le Rubicond, les hostilités sont ouvertes. Le MoDem ne peut les ignorer, car de l'issue de ce duel dépendra une possible recomposition du paysage politique français.

Delanoë ne fait pas mystère de ne vouloir rassembler qu'à gauche, et est hostile à toute forme d'alliance au centre. Royal, elle, maintient la ligne qui est la sienne depuis le second tour de la présidentielle : ouverture tout azimut au MoDem.

Si un jour le Centre et une gauche réformiste veulent pouvoir gouverner ensemble la France, et c'est possible, il ne faut pas que Bertrand Delanoë deviennt le premier secrétaire du PS.

Si cet homme-là a une vraie légitimé à Paris, où il a tout de même fait 25 ans d'opposition avant de parvenir à prendre le pouvoir à la faveur des conflits internes de la droite, à l'échelle de la France, il est surtout le maire des Bobos. Image qui lui colle à la peau et dont il ne pourra se départir. Sa popularité est un feu de paille. Tant qu'il ne s'exprimera pas sérieusement sur des sujets qui fâchent, évidemment, il restera populaire. Mais lorsqu'il s'agira de faire face dans une véritable campagne électorale, on verra une sorte de Jospin II, avec tous les travers du personnage.

En tout cas, c'est tout vu pour moi : si un homme comme lui arrive au second tour d'une élection présidentielle, je ne voterai pas pour lui. 

07:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : delanoe, royal, modem, gauche |  Facebook | | |

jeudi, 27 mars 2008

C'est un type bien Collomb !

Je viens de lire l'entretien de Gérard Collomb, le nouveau maire de Lyon avec le magazine l'Express. Franchement, il n'y rien dans quoi je ne me retrouve. Je fais exactement les mêmes analyses que lui, et l'idée d'un ticket gauche réformiste - centristes pour la prochaine présidentielle est séduisante. Un accord avant le premier tour, et un ticket pour le second, selon l'ordre d'arrivée. A condition que chacun soit bien clair sur ce qu'il lâchera ou non sur les programmes. Cela dit, avec un type comme Collomb, je ne suis vraiment pas inquiet.

Quand il répond :

« Finissons-en avec les discours manichéens et anticapitalistes du socialisme fossilisé. Redistribuer des ressources suppose de créer de la richesse. C’est une vérité qu’oublie la vulgate marxiste ambiante.»

Ou encore :

Le pouvoir d’achat ne s’améliorera que si nos entreprises sont prospères. Il faut donc investir dans la recherche et l’université. En clair, cela ne sert à rien d’empiler des promesses en pensant satisfaire le plus grand nombre de catégories d’électeurs. Les 101 propositions de notre Pacte présidentiel de 2007 ont  été une erreur. Mieux vaut porter un discours crédible que de raconter n’importe quoi.

Difficile ne de pas applaudir des deux mains.  Quant à son jugement sur la stratégie de Delanoë vis-à-vis du MoDem :

A sa place, j’aurais accepté l’offre de Marielle de Sarnez. Certes, il n’avait pas besoin des centristes pour l’emporter. Mais les alliances sont parfois des gestes forts, le signe de la politique qu’on souhaite pour le pays. Accepter quelques conseillers de ce mouvement lui aurait permis, en outre, de faire chuter Jean Tiberi dans le Ve arrondissement.

Et dernier point, son analyse sur Royal pendant la présidentielle

Royal a été performante tant qu’elle disposait de sa liberté. Quand elle a voulu renouer avec l’appareil du parti, elle a défendu des propositions auxquelles elle ne croyait pas pleinement, comme le Pacte présidentiel. Et là, clairement, elle n’était pas à l’aise.

C'est mon avis aussi. Bref, que du bon. C'est vraiment quelqu'un avec qui on peut travailler, Collomb. 

07:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : gérard collomb, modem, ps, royal |  Facebook | | |