Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Jacques Courmontagne se présente au nom du Modem en Gironde | Page d'accueil | Eric Firoud, candidat aux cantons à Nîmes »

vendredi, 14 novembre 2008

Tout Sauf Ségolène au PS...

Le Tout Sauf Ségolène pourrait coûter très cher au PS à l'avenir. Je viens de lire le dernier sondage opinion way du Figaro, qui évoque les probabilités de vote selon les candidats s'il y avait des présidentielles actuellement. Ce sondage confirme exactement ce que je pensais : Ségolène Royal bénéficie d'une légitimité populaire que les autres n'ont pas. Delanoë n'a pas compris que la France n'est pas Paris et qu'il n'y a pas que des bobos en France. C'est son électorat, et je ne le vois pas parvenir à percer ailleurs. Trop de mépris pour les difficultés des gens ordinaires. Martine Aubry est certes plus populaire qu'à une époque donnée mais toujours pas  populaire à droite et au centre-droit, sans doute à cause des 35 heures ; peut-être souffre-t-elle aussi d'un déficit de notoriété. Je ne vois pas comment le PS peut s'en tirer : il doit choisir entre son alliance à gauche toutes et une alliance au centre. Si le centre est plus conséquent en suffrages, l'extrême-gauche et la gauche de la gauche pèsent, réunies, presque 15% des voix, désormais, si, du moins, le sondage est fiable, ne l'oublions pas ! D'autant qu'il est fait en temps de crise, et, dans d'autres circonstances, il se pourrait que le score de Besancenot soit très inférieur.

Je note avec satisfaction que François Bayrou siphonne beaucoup de voix chez les abstentionnistes de l'élection présidentielle de 2007. Je regrette en revanche, qu'il perde une partie de son électorat au bénéfice de Nicolas Sarkozy. Je pense que la ligne du MoDem est souvent trop à gauche, et que François Bayrou est trop dans la contestation, pas assez dans la proposition. Cela contribue certainement à faire fuir une fraction pas négligeable de l'électorat de centre-droit. Il faut, à mon avis, être plus équilibré dans la critique et aussi faire des propositions. Or, François, donne parfois l'impression de s'opposer pour s'opposer, même si ses critiques sont souvent très pertinentes. Au final, il n'a pas perdu son capital électoral et beeaucoup de Français continuent à lui faire confiance.

A noter la montée en puissance de Besancenot et surtout sa récupération très conséquente d'une part de l'électorat frontiste : 18% en moyenne !!!

Le FN poursuit son érosion, puisque Nicolas Sarkozy continue d'absorber son électorat. Le même Sarkozy s'impose clairement comme la figure emblématique de la droite, cumulant 33 à 34% des voix sur sa personne dès le premier tour.

Merci à Skeptikos par lequel j'ai été informé de ce sondage.

Commentaires

Presque d'accord avec toi, sauf que je ne pense pas qu'on puisse dire "trop à gauche" ni "plus à droite"... ça ne veut plus dire grand chose, par contre c'est vrai que son opposition quasi systématique me navre, ce n'est pas du tout ce qu'il avait promis !

Écrit par : Mirabelle | vendredi, 14 novembre 2008

je pense que François Bayrou donne l'impression de critiquer à tout va et de ne rien proposer. Ce n'est qu'une impression car en fait il propose beaucoup de choses, on le voit bien dans ce que Sarko lui a pris comme idées. Toutefois, ce qui est important, c'est l'impression de la population ressent et ce qu'elle ressent, c'est bien que FB critique et ne fait pas de propositions. Cela est dû sans aucun doute aux médias qui relaient le discours des oposants à FB qui martèlent que FB critique et ne faitr pas de proposition. C'est un problème de communication de FB va devoir résoudre rapidement s'il ne veut pas que cela lui joue des tours.

Écrit par : nico26 | vendredi, 14 novembre 2008

l'hérétique a écrit

"Je regrette en revanche, qu'il perde une partie de son électorat au bénéfice de Nicolas Sarkozy. Je pense que la ligne du MoDem est souvent trop à gauche, et que François Bayrou est trop dans la contestation, pas assez dans la proposition. Cela contribue certainement à faire fuir une fraction pas négligeable de l'électorat de centre-droit. Il faut, à mon avis, être plus équilibré dans la critique et aussi faire des propositions. Or, François, donne parfois l'impression de s'opposer pour s'opposer, même si ses critiques sont souvent très pertinentes. Au final, il n'a pas perdu son capital électoral et beaucoup de Français continuent à lui faire confiance."

+1 pour cette analyse.

quant à ségolène royal, le fait qu'elle soit aussi soutenue par l'opinion publique reste pour moi une énigme. elle a autant de défauts que de qualités..... c'est sans doute ce qui explique une partie du TSS au PS actuellement.
l'image donnée par le PS est une honte et une caricature de ce que doit-être la politique. les querelles de personnes dignes d'une cour de récréation sont hallucinantes :
-je ne veux pas de lui dans mon équipe parce qu'un jour il a dit ça...
-je ne veux pas qu'il joue avec moi parce qu'un jour il m'a fait ça....
- je ne veux pas de lui comme chef car comme moi il veut un jour être roi à la place du roi....
- c'est à mon tout d'être chef.....
-je ne veux de lui parce qu'il préfère jouer avec l'extrême gauche, ou contraire par que ces nouveaux copains pourraient venir du centre.....
-etc....

il serait plus logique que le ps débatte sur le fond des idées, rédige un programme cohérent.
dans un deuxième temps il pourrait soutenir le candidat qui correspondrait et qui incarnerait le mieux le projet.
dans un troisième temps le PS pourrait se poser la question des alliances .

mais bon il décide de tout faire à l'envers. cette approche l'oblige à avoir des idées préconçues, de se mettre des oeillères,de manquer d'ouverture et d'analyse, de pas pas prendre assez de recul pour réfléchir car il perd son temps avec ses querelles de personnes à cause de la lourdeur du fonctionnement de son appareil.

Écrit par : europium | vendredi, 14 novembre 2008

Bonne analyse. C'est un bon article

Le camp de Ségolène Royal est le seul à avoir l'expérience d'une élection présidentielle et de cette réalité incontournable du vote des citoyens : au premier tour de 2007 de la présidentielle, l'ensemble de la gauche (ceux du TSS pouvaient voter plus à gauche) faisait à peine 35% du total.

Ce qui signifie que les stratégies anti-centre de Delanoë, Aubry et Hamon, les condamnent à être d'éternels perdants. Ou alors, ils sont dans le mensonge pur et simple vis à vis des militants.

Ségolène Royal a cette dignité de parler vrai. Elle sait que face aux énormes moyens de l'UMP, il faut une coalition de forces plus vastes. Elle n'a guère que les militants qui la soutiennent, mais c'est aussi là que sont les forces vives et tout l'avenir d'un parti.

Écrit par : Aela | vendredi, 14 novembre 2008

@Hérétique et Europium

Pas du tout d'accord !!

F. Bayrou donne Certaines de ses opinions et ses votes d'abord en pensant la "France et l'Europe" et Ensuite en fonction de ses convictions qui sont partagées par la majorité de ses sympathisants (faites un sondage si vous ne me croyez pas, ce ne serait tout à fait faisable que je sache!!).

Heureusement qu'il n'a pas la mentalité de
"pêche au voix" rencontrée trop souvent
ci-dessus : Il ne serait plus là et moi
non plus.

Quand à Ségolène et au PS, peut-être
vaut-t-il mieux attendre un peu avant
de les plaindre et de leur donner des conseils.

Bien possible que Finalement, et peut-être
renouvellé, ils s'organisent logiquement et cela me déplairait pas du tout.

(Regarder l'avenir en se retournant tout
le temps, cela ne vous donne pas le
torticolis ?).

Écrit par : Candide | vendredi, 14 novembre 2008

Je pense qu'en effet François doit revoir sa stratégie. Il a raison à mon avis de s'opposer clairement à Sarkozy, là-dessus, je ne le lui conteste pas cette position, mais, en revanche, il doit faire davantage de propositions précises.

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 14 novembre 2008

@Je ne sais ...

Propositions ?

Mais Pour beaucoup, à quoi cela servirait-t-il s'il n'a que des "fausses" prises pour les décisions.

Peut-être devrait-il préciser sa ligne ?

Mais tout ça est-ce que cela nous regarde
vraiment ?

Ne manquons nous pas d'éléments pour lui
donner ces conseils là ?

Écrit par : Candide | vendredi, 14 novembre 2008

@L'Hérétique : (ai oublié de vous mettre ds
mon commentaire précédent, aucun 2ème degré
tordu)

Écrit par : Candide | vendredi, 14 novembre 2008

@ L'Hérétique
Je trouve que tes conclusions sont un peu biaisées.
Car si je comprends bien ton raisonnement :
- l'électorat "centre droit" pour partie se replierait sur NS.
- NS continue à rogner sur l'électorat frontiste.
Alors comment expliquer que NS n'augmente pas significativement son score au premier tour en restant dans la zone des 30-34% ?
Cette frange "centre droit" tournant casaque m'apparaît infime a priori.
Question est posé du TGV sans avoir pu visualiser le sondage.:-( ça passe mal parfois.

Écrit par : Thierry P. | vendredi, 14 novembre 2008

si sarko reste a 30-34% c'est qu'il a perdu une partie de son électorat populaire.

comme l'hérétique je pense qu'il ne faut pas se couper trop du centre droit en ayant une attitude d'opposition trop systématique à sarko. cette dernière doit être objective, constructive, ciblée et être par moment une force de proposition ce qui est théoriquement l'objectif annoncé...

pour rappel, borloo( à la tête des radicaux de droite) discute avec les centristes ( NC , certains ump et puis le centre gauche incarné par les socialistes du gouvernement)qui ne sont pas aux modem. ces centristes médiatiquement attaquent le modem en remarquant que ce dernier est passé à gauche, ce qui est faux, mais bon à force certains vont finir par le croire. donc il est nécessaire de pouvoir contre-argumenter.

suivant comment sera la situation dans 2 ans, il ne faudrait que borloo( villepin?) voyant un espace libre ( ce qu'ils n'avaient pas en 2007) puisse s'y engouffrer. un espace libre ce peut-être 6% comme le score d'ou est parti bayrou en 2006 ou 11% d'ou est parti chirac en 1995. ils ont tous les deux fait +/- 19% au final, l'un était au second tour , l'autre pas si loin.....

Écrit par : europium | vendredi, 14 novembre 2008

Ahhhh enfin un excellent billet : j'aime l'analyse, j'aime voir ce sondage que j'ai raté. Merci Monsieur.

Écrit par : LCDM | vendredi, 14 novembre 2008

Si Besancenot récupère des votes frontistes, c'est plutôt une bonne nouvelle qui montre le caractère volatile de cet électorat avant tout protestataire.
J'ai écouté Besancenot hier chez Arlette Chabot il faut reconnaître qu'il a une verve populaire.
Delanoë n'a pas compris que la France n'est pas Paris et qu'il n'y a pas que des bobos en France.
Certes même si on a aussi des bobos à Lyon.

Pour Bayrou, je suis d'accord avec Candide.
Il a raison de garder sa différence.

De toutes façons, il y a un an tout le monde prêchait le libéralismre (même Delanoé)
à ce jour c'est le grand retour du contrôle de l'État.

Écrit par : Rosa | vendredi, 14 novembre 2008

Besancenot a eu le Grand Mérite d'avoir une position franche qui finalement redistribue
des cartes de manière plus claire pour tout
le monde.

Sera-il jamais vraiment convaincant pour les "petits" (et les autres ds le fond) ainsi médiatique, baratineur, inapplicable ?

Écrit par : Candide | vendredi, 14 novembre 2008

"Je pense que la ligne du MoDem est souvent trop à gauche"

Au contraire, ce que nous dit ce sondage (trop?) précoce, c'est que si Bayrou a une chance de passer au premier tour, ce sera pour affronter Nicolas Sarkozy tant ce dernier écrase encore la droite de l'échiquier.
Autrement dit Bayrou devra passer de 16-18% à 50 % entre les deux tours. Est ce que cela se fera avec les voix de centre droit?
Evidemment non. Le réservoir est à gauche, et pour l'emporter au second tour Bayrou doit au contraire aller plus à gauche encore.

Pour y parvenir sans se renier, il doit trouver les quelques "niches programmatiques" qui peuvent être communes à des électeurs de centre-droit, plutôt d'inspiration libérale, et de gauche,voire même un peu au-delà.(PS+Modem+verts totalisent dans le meilleur des cas seulement 39% )

La défense des libertés individuelles est précisément l'illustration de ces "niches"-passerelles.

Voilà pourquoi je souhaite que nous en fassions un pilier du projet démocrate de 2012, et que le Modem devienne LE parti des libertés individuelles.

Écrit par : Mohamed | vendredi, 14 novembre 2008

"Je pense que la ligne du MoDem est souvent trop à gauche"

Au contraire, ce que nous dit ce sondage (trop?) précoce, c'est que si Bayrou a une chance de passer au premier tour, ce sera pour affronter Nicolas Sarkozy tant ce dernier écrase encore la droite de l'échiquier.
Autrement dit Bayrou devra passer de 16-18% à 50 % entre les deux tours. Est ce que cela se fera avec les voix de centre droit?
Evidemment non. Le réservoir est à gauche, et pour l'emporter au second tour Bayrou doit au contraire aller plus à gauche encore.

Pour y parvenir sans se renier, il doit trouver les quelques "niches programmatiques" qui peuvent être communes à des électeurs de centre-droit, plutôt d'inspiration libérale, et de gauche,voire même un peu au-delà.(PS+Modem+verts totalisent dans le meilleur des cas seulement 39% )

La défense des libertés individuelles est précisément l'illustration de ces "niches"-passerelles.

Voilà pourquoi je souhaite que nous en fassions un pilier du projet démocrate de 2012, et que le Modem devienne LE parti des libertés individuelles.

Écrit par : Mohamed | vendredi, 14 novembre 2008

@Mohamed :-)
@Europium -1 sur votre premier paragraphe, mais repéché largement sur les autres :-))
@Candide, biz
D'accord avec vous, faire des propositions pour quoi faire?? Pour aider NS? Mais avez-vous observé qu'il en fait une interprétation souvent trèès personnelle?
Aurait-il besoin d'idées pour son programme pour les Européennes?? ;-))

Écrit par : Champomy | vendredi, 14 novembre 2008

Je fais le Pari Que Ségolène et Martine
Aubry vont s'accorder et Delanoë aura
tout au plus un rôle honorifique, les autres devront suivre suivant leur représentativité.

Tout le monde sait que c'est la logique,
et que ceux qui l'entraveraient vivraient
de faux prétextes.

@Mohamed

Pas pour les chiffres (pour moi c'est
bien trop loin) mais pour l'esprit, je
me sens d'accord avec ce que vous avez dit.

@Champomy

Bien sûr, le pouvoir c'est sûr, n'attend
toujours que la bonne occasion pour
mordre, autant réserver ses caresses
à des animaux plus affectueux(même s'ils
ne sont pas toujours commodes).

Écrit par : Candide | vendredi, 14 novembre 2008

Toutes ces élucubrations sur 2012 me gonflent profondément. N'avons-nous rien d'autre à faire? Nous sommes en 2008 et les temps sont graves.

Pour le reste, je suis d'accord avec l'hérétique. Ceux qui prônent le "à gauche toute" sont en contradiction avec e qui me paraissait être au coeur du bayrouisme: l'idée que le "gauche" "droite" ne correspondait plus à rien. Jugeons sur les propositions concrètes et sur l'action. Et surtout fixons nous un programme. Et il y en a du boulot!

Écrit par : pastel | dimanche, 16 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.