Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 décembre 2010

Être centriste en 2011

Alexandre m'a demandé, dans une chaîne, une définition du centre. Mais comme je ne suis pas le seul qu'il ait interrogé, je vais avoir du mal à ajouter quelque chose d'intéressant de plus. Xerbias a en effet développé une réflexion qui recoupe à peu près à 90% mes vues sur le sujet. Nous sommes plusieurs blogueurs à nous interroger sur ce qu'est le centrisme. Certains, comme Fulrad, récusent viscéralement un positionnement de centre-gauche. D'autres font remonter la voie centrale à Cicéron (pas faux, au demeurant )! Ce qui me frappe, quand je consulte des blogues centristes appartenant pourtant à des chapelles différentes, c'est la proximité fondamentale de leurs vues.

Entre Life's Good, Humeurs de Vache, Vogue Haleine,BobJ'ai rarement tort, le Chafouin, Xerbias que je citais, on a là une belle brochettes de blogueurs centristes que pas grand chose ne sépare quand chacun exprime son opinion. Et pourtant, ils appartiennent ou sympathisent avec des forces politiques différentes (radicaux de gauche, MoDem, Alliance Centriste, Nouveau Centre, UMP !); on y retrouve ce qui compose le centre : démocrates-chrétiens, libéraux, sociaux-libéraux. 

Je n'y cite ni les sociaux-démocrates, ni les écologistes, parce que si je crois que les sociaux-démocrates peuvent rejoindre une formation comme le MoDem, ils ne sont pas pour autant centristes. Il en va de même pour les écologistes, à la notable exception de Cap21 qu'on peut assimiler à des sociaux-libéraux verts. Il y a quelques socialistes qui sont proches des centristes, comme Gérard Collomb, François Rebmasen ou encore Manuel Valls, mais ils demeurent une exception, en dépit de leur poids politique localement. Bockel, à n'en pas douter, aurait certainement fait bonne figure au centre, mais il a finalement choisi de s'associer à l'UMP.

Qui taguer sur une telle réflexion ? J'aurais dit Laurent de Boissieu, mais il a répondu, d'ores et déjà, avec sa foire aux questions sur le centre. Je crois que ce serait tout de même intéressant d'avoir l'avis d'un blogueur comme Romain, proche de Collomb et clairement positionné au centre-gauche. J'ai cité le Chafouin, qui représente, pour moi, la démocratie-chrétienne traditionnelle. Si le coeur lui en dit, j'aimerais avoir son avis. Rubin incarne cette aile libérale qui s'est reconnue à un moment donné en Bayrou et demeure une composante du centrisme, même si elle est souvent occultée.

Il serait dommageable sur un sujet de cet acabit, de ne pas demander l'avis d'un chroniqueur en ce domaine aussi avisé que l'est Hervé. Je n'ai jamais su trop classer Polluxe, mais je crois qu'elle entre aussi dans la mouvance centriste. C'est peut-être bien parce que je ne parviens pas à la classer qu'elle y figure, d'ailleurs...

Il y a un dernier blogueur que je voudrais interpeller, mais cela suppose que son blogue se réveille du long sommeil dans lequel il est plongé : KPM. Il incarne, avec quelques autres assez rares au MoDem, cette lignée issue de l'entre-deux guerres, présente d'abord dans la résistance puis au MRP, et qui se dispersa jusqu'à la constitution de la Nouvelle UDF puis du MoDem : le personnalisme. Elle se manifeste notamment dans un courant anti-libéral au MoDem qui donne parfois de la voix. Pas facile de al concilier avec les libéraux présents dans ce même parti...

mardi, 23 novembre 2010

La Quadrature du centre

Les sondages convergent en direction d'une centrisation de l'électorat français : Borloo, Bayrou, Villepin, une part de l'électorat d'Éva Joly et même, finalement, une portion des intentions de vote vers DSK.

Près de 25% des voix se portant vers des voix centristes, c'est loin d'être négligeable. La difficulté, c'est qu'il n'existe pas de centre constitué en force autonome, à l'exception du MoDem. Mais le MoDem ne peut être à lui seul le réceptacle de l'expression centriste, et d'ailleurs, sur l'échiquier politique, 15% des Français seulement se réclament du centre. Pas que les autres se reconnaissent dans la gauche ou la droite, mais plutôt qu'un bon tiers ne se retrouve pas dans les clivages traditionnels, intégrassent-ils le centre désormais.

Je ne sais pas si Dominique de Villepin est un candidat centriste. Mais pour Borloo, s'il se présentait, cela ne ferait pas de doute qu'il évoluerait dans la sphère centriste, quand bien même s'est-il compromis, à mes yeux, avec les dérives sarkozystes.

Je pense que DSK, s'il choisit de représenter la gauche , va devoir gérer l'abyssale contradiction qui fracture la gauche depuis plusieurs années. On a en France une gauche qui en pince encore pour la vulgate marxiste dans ses discours, tout du moins, et qui envisage en même temps de choisir le directeur du FMI pour champion.

A droite, on croit que ce paradoxe-là pourrait être rédhibitoire pour DSK. Moi, je n'exclus pas du tout que DSK soit élu président de la France sur un quiproquo, ou, en tout cas, un malentendu.

Bref, il ne faut pas rêver à un échec de la gauche sur la base des divisions qui la minent. 

Pour cette raison, le centre va devoir se démarquer. Isolés, nous n'y réussirons pas. Ni Bayrou, aussi grands soient les mérites du personnage, ni Borloo, quelle que soit sa popularité, ne peuvent y arriver tous seuls. Je plussoie pleinement Jean Arthuis rêvant d'une confédération centriste portant sur les fonds baptismaux une candidature unique. Cette candidature, au demeurant, pour qu'elle soit comprise par les électorats, aurait à prendre la forme d'un ticket.

On ne peut pas s'allier avec Éva Joly et ses décroissants, et d'ailleurs, ils ne le souhaitent pas. De toutes façons, Éva Joly n'est ni une candidate centriste ni une candidate verte, c'est une candidate de gauche, et les Verts le revendiquent clairement. 

Je ne suis pas convaincu que Dominique de Villepin soit vraiment un centriste, mais, si le rassemblement doit être grand, et même si pour ma part je le situe à droite, il peut avoir vocation à rejoindre un axe centriste.

J'ai confiance que l'Alliance Centriste, dont c'est la raison même d'exister, rejoindrait une grande alliance...centriste !

Il reste le cas du Nouveau Centre. Ce n'est pas un parti centriste. C'est un parti de droite. Mais certains de ses membres peuvent se retrouver aisément dans  la grande alliance à laquelle je songe. N'excluons pas la droite modérée de notre quadrature.

Pour ma part, je serais prêt à voter pour un ticket Bayrou-Borloo quel que soit son ordre, à condition que le programme de ce ticket s'inspire des valeurs humanistes, libérales et démocrates-chrétiennes, qu'il présente un clivage fort avec ceux de la droite et de la gauche, qu'il soit indépendant, et qu'il porte les thèmes et les idées qui me sont chers :

- excellence de l'éducation et liberté pédagogique des communautés éducatives

- relocalisation et réindustrialisation de la France.

- réforme des retraites (retraites à points, comptes notionnels)

- réforme de la fiscalité (progressivité accrue, suppression des niches, de l'ISF, du Bouclier et mise en place d'un impôt limité sur le patrimoine hors résidences principales).

- politique culturelle forte, notamment par une relance énergique de la francophonie dans toutes les agences culturelles

- diplomatie résolument orientée vers une européanisation de notre diplomatie, y compris en procédant par cercles concentriques des bonnes volontés, pour construire l'Europe à laquelle nous aspirons.

- indépendance véritable de la justice

- réforme de notre système électoral et introduction d'une dose réelle de proportionnelle.

Voilà quelle serait l'ébauche des grandes lignes qui devraient inspirer à mes yeux un grand programme centriste. Non un programme à mi-chemin de la droite et de la gauche, mais un programme de rupture, volontariste et novateur.

17:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags : centre, bayrou, borloo |  Facebook | | |

lundi, 15 novembre 2010

Ah, les centristes de la majorité...

Ouais. Les "centristes" de la majorité, comme on entend çà et là. Les centristes et la droite, quoi. Je ne veux pas être sarcastique, Dieu sait si j'en ai rêvé, moi, d'un rassemblement de centristes, mais objectivement, pourquoi tous ces gars-là cherchent à se recomposer ? Parce qu'ils n'ont pas obtenu de maroquins dans le nouveau gouvernement. C'est tout.

Bayrou, lui, au moins, on sait que c'est sur des bases philosophiques et programmatiques, qu'il n' a pas voulu la rejoindre, cette majorité : ce n'est pas une question de pouvoir ou de nonos à ronger. 

Comment voulez-vous que je fasse confiance à ces centristes-là dont la seule ambition semble de désirer des ministères. Des ministères ? Mais pour faire quoi, les amis, si vous vous couchez devant toutes les réformes de Nicolas Sarkozy comme vous l'avez fait depuis trois ans, même les plus iniques ? Même les plus absurdes ?

Le MoDem a bien des travers, mais lui qu'on a accusé d'être fluctuant, a finalement, tout comme Bayrou, son président, toujours maintenu une ligne indépendante, et somme toute, claire, au niveau des idées. Qui peut en dire autant de l'autre côté de la rive ?

Moi, je crois qu'une réunification pourrait être possible, mais si les "centristes de la majorité" déclarent d'ores et déjà qu'ils ne cherchent qu'à apporter une valeur ajoutée à la majorité actuelle, ce n'est pas la peine.

Le but du centre, ce n'est pas de servir de faire-valoir, mais de servir de force d'attraction, comme voulait le faire Bayrou en 2007 qui rêvait de faire travailler ensemble Borloo et DSK.

Tant que tous les centristes ne seront pas sur cette ligne-là, qui nous aime nous suive, c'est peine perdue, il n'y aura pas de force centriste digne de ce nom. Ouais, moi aussi je rêve d'un centre, mais pour l'instant, cela reste du domaine de l'onirisme...

23:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : centre, centriste, bayrou, modem |  Facebook | | |

lundi, 08 novembre 2010

Du centre au tiers-état

Un débat s'est engagé chez Thierry Crouzet, à l'issue de la publication de son ouvrage : la tune dans le caniveau. J'ai attaqué assez rudement les thèses (encore à l'état d'ébauche) qui figurent dans l'ouvrage, mais elles méritent un véritable débat. Je recommande d'ailleurs vivement la lecture de cette nouvelle d'anticipation.Comme je l'ai déjà dit, j'aime bien le papier quand je lis, et même si j'ai lu sur Internet le livre, je viens de procéder à l'instant même à l'achat du livre papier chez la cOOp.org. Indépendamment des thèses évoquées, le livre est d'abord un récit fort bien écrit qui ne manquera pas de faire rire certains lecteurs, bien qu'il n'ait pas pour objet premier d'être comique. La vision des gauchistes en furie scandant "riche ! Riche ! Riche" n'est pas sans rappeler les rassemblements de révolutionnaires dans l'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert. Sans doute les préoccupations d'Extase ne sont-elles pas les mêmes que celles de Frédéric, mais c'est bien un Paris en proie au désordre et à l'agitation que les deux héros traversent. Réminiscence ? Peut-être. Seul Thierry Crouzet le sait. Dans le livre de Flaubert, les révolutionnaires applaudissent dans une grande salle un discours prononcé entièrement en espagnol, auquel ils ne comprennent goutte. Les gauchistes grévistes de Crouzet m'ont quelque peu fait penser à ces républicains en herbe...

L'idée qu'il y a un ailleurs dans la sphère sociale et politique est un idée qui a émergé depuis quelques années. Les premiers à s'en saisir ont sans doute été les associatifs, mais le plus puissant vecteur, en France, de cette idée nouvelle, a été, à n'en pas douter, en 2007, François Bayrou. 

L'idée de François Bayrou, en 2007, était de considérer qu'il existait toute une frange de la population qui ne se reconnaissait pas dans le clivage droite-gauche, à l'instar du Tiers-État avec la noblesse et le clergé peut avant la Révolution française. Celle de Thierry Crouzet, un peu plus complexe, est d'estimer qu'il existe une catégorie de citoyens pas identifiables ni insérables dans les structures de pouvoir de la société humaine.

Thierry Crouzet juge que ces inclassables sont le moteur de l'évolution future de l'humanité : non qu'ils soient majoritaires dans la société, mais parce qu'ils exercent un pouvoir d'attraction. Il observe que l'évolution du monde (au moins occidental, du moins) dans lequel nous vivons, pousse vers toujours plus d'individuation. Or, ces inclassables sont ce qu'ils sont en raison de leur réfraction à toute tentative d'intégration dans un modèle. Ces inclassables, parfois des oubliés, ce sont ceux dont Bayrou a voulu se faire le porte-parole en 2012 avec l'idée non pas qu'ils étaient le Centre en tant qu'entité politique à mi-chemin de la droite et de la gauche, mais le centre de la sphère politique, avec un raisonnement assez proche de celui de Thierry Crouzet.

Toutefois, cette individuation croissante s'accommode mal de l'élection présidentielle, centrée sur un seul homme. Tout l'effort du MoDem à sa création a justement été de tenter d'appliquer les thèses que Thierry Crouzet développe : intelligence collective, action politique sur le mode coopérative.

C'est cette idée que je veux battre en brèche, parce qu'elle conduit droit à l'impasse. Depuis les débuts du MoDem, je l'ai combattue, parfois férocement, toujours avec constance.

Si je concède à Thierry Crouzet très volontiers l'individuation croissante de la société, j'y vois d'abord, et en premier lieu, un effet direct du modèle que constituent nos démocraties marchandes. Comme l'avait supposé Tocqueville dans sa Démocratie en Amérique, la société démocratique se morcelle toujours plus au fil du temps, ses citoyens se repliant au fil du temps dans la sphère privée.

Je ne vois en aucun cas comment des intérêts divergents (parfois opposés) pourraient se regrouper pour faire émerger une troisième force. Thierry Crouzet brandit l'intelligence collective comme une force immanente comme si elle pouvait se constituer comme à la fois une et multiple ; la Tune dans le Caniveau est pourtant exemplaire à cet égard : Noam peine à convaincre, et les excités qui se dressent face à lui finissent par lâcher des rafales de pistolet-mitrailleur dans sa direction.

Extase fulmine contre Noam quand elle réalise qu'elle a été trompée et que ce dernier est devenu un doppelgänger.

Dans le folklore, le doppelgänger n'a pas d'ombre et son image n'est pas reflétée par un miroir ou l'eau. Il est supposé donner des conseils à la personne qu'il imite, mais ces conseils peuvent induire en erreur et être malintentionnés. Ils peuvent aussi en de rares occasions semer la confusion en apparaissant devant les amis et proches de leur victime ou en induisant des idées dans l'esprit de leur victime (Source, Wikipedia).

Oui, l'individuation augmente, mais chaque individu ne peut se faire porteur à lui seul d'une parole ou d'actions qui se voudraient collectives. En réalité, l'individuation est à la fois une chance et une menace pour nos démocraties. Une chance parce qu'elle est une possibilité de renouvellement (mais pas auto-induite !), un danger parce qu'elle contribue à la désintégration du corps social.

Toute la difficulté est de trouver les structures qui permettront de canaliser cette force protéiforme. Si le Centre, comme entité politique, a paru le réceptacle naturel de ce mouvement, c'est d'abord parce qu'il recèle une longue tradition de défense de l'individu et de mise en avant de la liberté. Ce n'est donc pas tout à fait un hasard qu'il refasse surface en même temps que cette tendance de fond. Ceci ne fait pas pour autant de tous les inclassables des centristes, ni des libéraux. Mais ils ont en commun la défense de leur identité. On peut comparer à cela le programme politique du MoDem dont l'introduction suggère de libérer toutes les initiatives, quelles qu'elles soient (entrepreneurs, artistes, associatifs, chercheurs, et cetera...).

Je n'ai pas de solution-miracle, mais je crois qu'il y a dans le projet de Crouzet une contradiction profonde : d'un côté, la volonté de libérer les identités, et c'est tout le sens de l'appel de Noam, mais de l'autre, un détour vers une certaine forme de basisme ; maladie infantile du communisme, observaient avec acuité les Soviétiques à la fin des années 60. L'intelligence collective de Thierry Crouzet me fait penser au Noûs (νοῦς) d'Anaxagore, le philosophe et aux critiques que lui adressa alors Socrate qui cessa d'être son disciple  dans le Phédon (97d sqq) : tout enthousiaste à la suite d'une lecture publique des théories d'Anaxagore, Socrate pensa avoir trouvé enfin LE livre qui lui permettrait de découvrir la finalité des choses. Il dut déchanter. L' Intelligence d'Anaxagore, pas plus que celle de Thierry Crouzet, n'a 'intention, de projet ou de programme; elle ne vise rien. En somme c'est une Intelligence aveugle.

Pour ne pas demeurer sur une note excessivement négative (car à mes yeux, Thierry Crouzet a fait une moitié du chemin, l'autre demeurant encore à découvrir), j'ai choisi le passage que j'ai jugé le plus délicieux ; paroles d'Extase qui inscrivent Crouzet dans l'idéal de modération et de mesure longtemps porté par les sagesses pratiques antiques (Stoïciens, Épicuriens, Cyniques, Aristotéliciens), et certainement traduites dans le domaine politique par la mouvance centriste (UDF, MoDem, Alliance Centriste, parfois Nouveau Centre) :

Extase savait que le bonheur était aussi contagieux que la haine. Seule une société d’andouilles pouvait être franchement heureuse ou malheureuse.

mardi, 12 octobre 2010

Mon gouvernement par défaut...

Alexandre, qui a rarement tort, m'interpellait samedi pour que je lui dise quel serait mon gouvernement idéal à l'issue du prochain remaniement ministériel
Procédons à une correction : ce serait un gouvernement par défaut, puisque la majorité actuelle ne reflète pas ma sensibilité politique.

Je ne surprendrais pas mes lecteurs habituels en donnant une coloration centriste évidente à ce gouvernement...

1er ministre :Jean Arthuis. Evidemment, il manque un peu de poids politique pour tenir un tel poste, mais c'est un homme courageux et déterminé.

Ministre de l'économie de l'industrie et de l'emploi : Christian Blanc. Il aurait enfin les mains libres pour appliquer ses projets de clusters.

Ministre du budget : Charles Amédée de Courson. Bon, c'est une référence, sur la fiscalité et la dette. Avec lui, on aurait l'assurance que le sou dépensé le serait utilement.

Ministre de la justice et des libertés : Michel Mercier. Tout en rondeur et matois comme il l'est, je suis certain qu'il se débrouillerait très bien à ce poste.

Ministre de l'Education : allez, rêvons : Natacha Polony, la chroniqueuse du Figaro (qu'est-ce qu'elle est belle, au demeurant !). A défaut, Xavier Darcos qui n'était pas si mal, à condition qu'on lui laisse la latitude et les moyens nécessaires pour agir.

Ministre des Affaires étrangères : Alain Juppé (c'était autre chose que Kouchner, au temps où il envoyait ch... les Chinois qui voulaient l'empêcher de parler des dissidents)

Ministre des affaires européennes : Jean-Louis Bourlanges , à défaut, Alain Lamassourre. Des Européens convaincus et efficaces.

Ministre de l'Intérieur : Jean-Christophe Lagarde. C'est là où l'on se rendrait compte qu'en fait, il est au moins aussi droitier que moi, sur le fond.

Ministre de la jeunesse et des sports : Rama Yade

Ministre du Développement numérique : Jean Dionis du Séjour. Je pense que là-dessus, il s'y connaît et il a toujours tenu des positions cohérentes.

Ministre de la culture : zut, là, je n'arrive pas à trouver. Autrefois, j'aurais dit Catherine Morin-Desailly, mais elle m'a tellement déçu que non, pas elle. Peut-être Valérie Pécresse, pourquoi pas ?

Ministre de l'agriculture : Thierry Benoît. Bon, c'est un élu rural, il connaît son sujet.

Ministre de la défense : Philippe Folliot. J'aime bien l'homme, et le sujet a l'air de l'intéresser, alors...

Ministre du travail, de la solidarité, et de la fonction publique : Alain Lambert

Ministre de la santé : Roselyne Bachelot. S'il y a bien quelqu'un qui a fait souvent l'objet d'attaques injustes, c'est bien elle. Elle a du courage, même si elle valide certaines conneries de temps à autre. 

Notez que pas mal de ces ministres pourraient aussi se retrouver dans un gouvernement centriste élargi avec des membres du MoDem et Bayrou Président de la République :-) ça, ce serait sympa...Bon, évidemment, on reprendrait les choses différemment, parce qu'à l'économie, on ne peut pas faire l'impasse sur Rochefort. Enfin, ce n'est pas mon sujet, passons.

Même ainsi, le gouvernement que j'imagine n'a aucune chance d'être mis en place faute de notoriété et de poids politique. Dommage...

dimanche, 26 septembre 2010

Hé hé, j'ai repéré un blog de droite sarkozyste (mais intelligent)

Je me suis demandé si j'allais écrire la note "Comment repérer un blogue de droite" après avoir écrit "Comment écrire un billet de droite".

Mais bon, je vais faire la bonne surprise à la horde gauchiste qui truste désormais tous les titres dans la blogosphère. J'ai identifié un blogue de droite, favorable à Nicolas Sarkozy, avec lequel on peut discuter.

J'ai rarement tort...mais ça m'arrive souvent... est un blog tout neuf fraîchement émoulu, puisque sa première note date du 18 septembre. Il est tenu par un jeunot, puisqu'Alexandre n'a que 17 ans, mais on a affaire à quelqu'un dont la culture politique et la réflexion sont déjà fort solides ; il se définit politiquement à équidistance du Nouveau Centre et de l'aile centriste de l'UMP, et donc, tout comme moi, de centre-droit. Pour reprendre ses propres formulations et l'éloge vibrant qu'il me décerne (et je l'en remercie), il est selon moi une source permanente te bon sens dans la Blogosphère française, bien que son principal défaut soit de soutenir Sarkozy. 

En tout cas, un nouveau blogue de centre-droit dans la blogosphère, il faut fêter ça dignement. Libéral hybride, il se juge un libéral hybride et critique qui croit beaucoup à l'implication de l'État. Tout pareil pour ce qui me concerne. Fédéraliste, c'est un européen convaincu (que des qualités, ce petit), et il déteste tous les extrémismes, droite de la droite (MPF, FN) et bien sûr la cohorte de ceux de gauche (Parti de gauche, PCF, LO, anarchistes, syndicalistes orientés CGT). Tiens, il a oublié le NPA.

Il apprécie particulièrement, outre Sarkozy (mais qu'est-ce qu'il lui trouve ????) Fillon, Borloo, Pécresse, NKM, Jean Arthuis, Damien Abad, Alain Lambert, Blair ou Clegg en Grande-Bretagne, Fini en Italie…

Pour conclure : ben mon gars, avec la meute de gauchos qui traînent sur la blogo, tu vas avoir du boulot, et ce d'autant plus si tu veux défendre les mesures prises par Sarkozy...

Personnellement, je déteste Blair, je n'ai pas d'avis politique sur Pécresse (mais elle est très à mon goût pour le reste :-) ), je ne connais pas assez Damien Abad, et je me méfie de Fini à cause de son passé. J'ai une certaine estime pour Fillon, apprécie Borloo comme beaucoup de Français, et lis régulièrement Alain Lambert et Jean Arthuis qui sont des individus d'exception.

15:50 Publié dans Blog, Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : droite, blog, centre |  Facebook | | |

jeudi, 08 juillet 2010

Chaban, un centriste face à Giscard

Hervé Morin, président du Nouveau Centre, est déterminé à porter une candidature centriste en 2012 à l'élection présidentielle. Il fait notamment savoir que sa tendance politique a déjà porté un candidat centriste au pouvoir, et il cite Giscard.

J'ai toujours eu du mal avec Giscard : jamais je n'ai considéré que ce type-là était centriste. C'était un homme de droite, et pas de la meilleure droite, de surcroît. Son tour de force, c'est d'être parvenu à se faire passer pour un candidat centriste avec des propos et des mesures cosmétiques.

Mais le comble, c'est que le vrai candidat centriste de 1974, ce n'était pas Giscard mais Chaban Delmas, censé incarner le gaullisme. La proximité entre son projet de Nouvelle Société et celui du MoDem est très forte, nonobtstant, évidemment, les années qui ont passé et la donne politique de notre époque.

Mitterrand aurait confié un jour à Chaban que la gauche ne serait pas parvenue au pouvoir si lui-même avait réussi son pari.

S'il fallait rétablir la vérité centriste, voilà quels ont été les candidats centristes depuis les débuts de la Vème république :

1965 : Jean Lecanuet.

1969 : Alain Poher

1974 : Jacques Chaban-Delmas

1981 : Pas de candidat centriste, mais Rocard eût fait l'affaire s'il avait remporté le leadership du PS contre Miterrand.

1988 : Raymond Barre

1995 : pas de candidat centriste. Balladur était une sorte de Giscard bis, c 'est à dire un homme de droite qui se faisait passer pour un centriste. A noter que la France semblait prête à porter Jacques Delors au pouvoir, mais que ce dernier renonça craignant de ne pas avoir de majorité pour gouverner. Delors eût été naturellement un candidat centriste, bien que de centre-gauche, comme Rocard en 1981.

2002 : François Bayrou

2007 : François Bayrou.

Le MoDem, en dépit de ses échecs, est un authentique parti centriste, même si, quoi qu'en disent ses militants, il tend à pencher sur sa gauche plus souvent que sur sa droite.

Hélas pour le Nouveau Centre, il n'est pas classable parce qu'il n'est rien. Aucune force ne l'anime si ce n'est l'alliance avec l'UMP. Le Nouveau Centre a renié absolument tout ce qui pouvait faire encore de lui un parti centriste. Je ne dirais pas non plus qu'il est un parti de droite, parce que c'est une coquille vide qui ne survivra pas à la défaite de son puissant allié.

Le MoDem est sans doute faible, mais il existe tout seul. C'est là son principal mérite.

Les présomptueux, de grands coups du sort leur font payer cher leur jactance, et leur enseignent, mais trop tard, la sagesse (Antigone de Sophocle)

mercredi, 09 juin 2010

Et le code génétique centriste ?

Comme beaucoup d'internautes attirés par la théorie politique, j'ai pris connaissance de la passe d'armes qui a opposé Jean-François Kahn et François Bayrou quant à la définition d'un centre. Je pense que pour compléter le panorama, il faudrait aussi lire le billet de Laurent de Boissieu, journaliste à La Croix et expert ès centre et théories du centre. D'ailleurs, dès qu'il y a un grand rassemblement centriste, il couvre généralement l'évènement.

En fait, je crois que je ne suis d'accord avec aucun des trois. Kahn voit le centre comme un milieu, un mi-chemin entre deux extrémités. Il appelle à inventer un ailleurs qui soit une alternative à la politique et au monde tels qu'on les connaît aujourd'hui. Bayrou lui réplique que l'ailleurs existe et qu'il rentre dans la définition du centre telle qu'il la propose. Les deux se retrouvent pour rejeter le "centrisme". Laurent de Boissieu, quant à lui, ne voit dans le centre qu'une localisation politique. Il est, paradoxalement, assez proche de Kahn sur ce point.

Eh bien pour ma part, et je plussoie Jean Arthuis, je pense qu'il existe un code génétique du centre au même titre que ceux de droite et de gauche qu'évoque François Bayrou. Soyons plus précis : il existe un code génétique centriste. Centriste, et pas spécifiquement démocrate. Tout l'effort de Bayrou, est, je le crois, de tenter de fondre en une grande force centrisme et courant démocrate, sachant que les sociaux-démocrates couvrent en partie le spectre de ce dernier.

Le centrisme a donc un code génétique, et c'est ce code qui se rebelle tant contre François Bayrou. Si le MoDem et Bayrou retrouvent largement la source démocrate-chrétienne quant au caractère programmatique de leur propos, les effluves mystico-révolutionnaire qui fleurent bon l'appareil militant du MoDem, et pendant les trois dernières années les interventions de François Bayrou, ne sont absolument pas dans son ADN.

Le centrisme, ce sont ces cercles de la raison, cette pondération, ce goût pour les corps intermédiaires, cette soif de liberté, cette confiance en l'individu et ses initiatives, ce refus de l'autorité absolue tant de l'État que d'un seul individu, le choix de la rationalité et de l'effort vertueux et nécessaire. Le centrisme, c'est typiquement absolument une idée de la cité dont l'asymptote est clairement la république vertueuse et raisonnable de Montesquieu. Or, depuis Aristote et Platon, mysticisme et raison s'opposent, s'affrontent, même, radicalement. Rien de plus étranger à la tradition centriste, donc, que le culte du chef, la bayroumania, l'idéalisme absolu et  l'exaltation des masses militantes du MoDem.

Kahn n'est pas un centriste, et c'est bien pour cela qu'il a très vite inventé le concept de centrisme révolutionnaire. C'est un mystique. Mystiques et idéalistes aussi, tous ces militants du MoDem qui ont rêvé d'une constitution idéale, leur constitution, comme on établit les lois d'une cité, à la création du MoDem avec tous leurs arguties sur les statuts du Paris.

En Grèce, dans l'Antiquité, les citoyens des cités en création faisaient appel à des sages, des philosophes, des législateurs reconnus pour concevoir et fixer leurs lois. Voilà qui sied bien au centrisme, pas au mysticisme révolutionnaire, se parât-il de couleurs démocrates.

Si le centrisme admet donc dans son ADN une fonction tribunicienne qu'incarna Jean Lecanuet en son temps, puis, aujourd'hui, François Bayrou, il ne saurait rêver de grand soir quelle que soit la couleur du ciel ce jour-là.

En ce sens, Bayrou est à la croisée des chemins, parce qu'il marie ces deux tendances, pourtant étrangères l'une à l'autre. Et c'est en ce sens aussi qu'il sème tant de trouble : c'est une mutant. Un mutant qui est le fruit d'une mutation improbable. Pas grand chose de commun entre la ferveur presque religieuse des premiers militants démocrates et le réalisme pragmatique de l'UDF. Voilà pourquoi le mariage s'est si mal fait, bien que le ver fût déjà dans le fruit UDF bien avant le MoDem.

Le MoDem n'est donc pas l'héritier de l'UDF. Le Nouveau Centre non plus, d'ailleurs, car à s'accommoder de toutes les lubies sarkozystes, il a fini par altérer également son ADN dans une sorte de blougui-blouga méconnaissable.

S'il fallait être honnête jusqu'au bout, force serait de reconnaître que la vraie héritière de l'UDF et du centrisme, c'est effectivement l'Alliance centriste telle qu'elle existe. Au demeurant, attention, à vouloir recruter des déçus du MoDem, elle pourrait avoir quelques mauvaises surprises : les mystiques déçus font encore moins bon ménage avec la raison que les mystiques encore emplis d'espoir...

Les centristes sont des hommes de dossier, de compromis, de raison et de modération et en même temps indépendants et forts en caractère. Des Delors, des Bourlanges, des Rocard, des Arthuis, et, in fine, qu'il le veuille ou non, le têtu Béarnais qu'est François Bayrou, quand bien même serait-il désormais une sorte d'alien...

15:14 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : bayrou, kahn, centre, centrisme |  Facebook | | |

MoDem infiltré en terre centriste...

Jean-Pierre Bozzonne et Jean Arthuis m'avaient invité à une réunion organisée par Jean Arthuis, au Sénat, dont l'objet principal devait être le rassemblement des différentes chapelles centristes. J'y ai croisé entre autres Charles de Courson, Jean-Louis Bourlanges, François Sauvadet, Hervé Morin, Jean-Christophe Lagarde, Serge Peltier, Pierre Méhaignerie, Michel Mercier, Thierry Benoît, Denis Badré et Jacquelin Gourault et puis Jean Arthuis lui-même, bien sûr, pour citer quelques têtes politiques. Bref, toutes les obédiences avaient là au moins un ou plusieurs représentants.

Pour rassembler, il faut éviter en priorité les sujets qui fâchent ; alors Jean Arthuis a programmé des débats là où il y avait à peu près consensus chez les centristes : les retraites, la réforme des collectivités territoriales, l'Europe. Pour les premières, tous les centristes sont favorables à un système à points un un compte notionnel, pour la seconde, à l'introduction d'une part de scrutin proportionnel, et pour la troisième, à un fédéralisme et une Europe à plusieurs cercles.

J'ai goûté la conclusion de Jean Arthuis, persiflant l'appétit français immodéré pour le normatif (une norme pondue pour chaque fait divers, entraînant toujours plus de frais pour les collectivités) pour l'inflation législative, bref pour l'agitation quand il faudrait désormais tenir le langage de la raison, c'est à dire une maîtrise systémique des dépenses. J'ai apprécié également son rappel d'une nécessaire indépendance du centre (il suffisait de voir la tête des parlementaires néo-centristes à ce moment-là pour en savourer l'effet...).

De Bayrou, sans lequel aucune refondation du centre n'est possible, il n'en a jamais été question. Oh, bien sûr, les journalistes ont bien tenté d'alpaguer Jacqueline Gourault pour lui faire dire que sa venue était un signe, mais, encerclée par quatre journalistes déterminés, dont Laurent de Boissieu, elle s'est avérée fine bretteuse ; rappelant que les relations entre sénateurs démocrates et sénateurs de l'Alliance centriste avaient toujours été bonnes, que de manière générale, les deux partis entretenaient de bonnes relations, c'est à titre amical qu'elle a déclaré être venue.

Il est vrai que le discours de Jean Arthuis présente certaines similitudes tactiques avec celui du MoDem. J'ai pu échanger quelques mots avec Jean Arthuis, et lui ai demandé comment il escomptait parvenir à rassembler tout le monde, lui faisant valoir le rôle incontournable de Bayrou. Je ne sais pas s'il mesure les travaux d'Hercule auxquels il s'attelle tant le fossé qui s'est creusé entre le Nouveau Centre et le Modem est grand, désormais. Même au niveau de l'Europe, ils ne sont pas dans le même groupe...

Nous avons aussi parlé économie. Il est favorable à une TVA sociale, estimant que de toutes façons, les cotisations patronales se répercutent, au final, sur les prix. Ouch ! il estime qu'il faudrait passer à un taux de 25% partout contre 19.6 actuellement !!! Cela fait un moment que je ne parviens pas à trancher sur la pertinence de cette mesure.

Il y a tout de même quelques avantages : cela rééquilibre les coûts des produits et services concurrents importés car nous contraignons ainsi les entreprises et sociétés concernées à intégrer dans leurs coûts finaux notre protection sociale. Comme le tourisme est un secteur important en France, cela assure aussi que les 80 millions d'étrangers qui viennent en France contribueront également à notre modèle.

De ce côté-là, c'est bien. Mais alors de l'autre, ça fait tout de même une authentique baisse de pouvoir d'achat. Est-ce bien prudent de risquer de casser la consommation ? Il faut à mon avis doser toute hausse avec une très grande prudence.

J'ai croisé à ce congrès quelques blogueurs ex-MoDem ou futurs ex-MoDem plus ou moins en déshérence. Il y avait là le Vénitien Fabio, Benjamin, Serge, qui ne sait plus où il en est entre le MoDem, Cap21 et l'Alliance Centriste (au fait, c'est vraiment un jeunot !!!), et quelques autres ex-MoDem, MoDem ou futurs ex-MoDems non blogueurs.

Nous avons évoqué évidemment la politique, en compagnie de Jean-Pierre, le passé, le présent et le futur. Discussions intéressantes...Jean-Pierre est demeuré encore tout imprégné du programme du MoDem, particulièrement europén. J'ai retrouvé dans les avis qu'il a exprimés, les Biens premiers que le Mouvement Démocrate voulait défendre au niveau européen. C'étaient à peu près les mêmes, avec quelques ajustements toutefois : Éducation, Santé, Défense pour Jean-Pierre. Nous nous sommes opposés sur les franchises médicales, pour lesquelles il s'avère plus proche du MoDem que moi : il est résolument opposé aux franchises, arguant que des individus au RMI qui doivent par exemple payer un traitement contre le sida se retrouvent ainsi avec 200 à 300 euros de frais mensuels.

J'estime pour ma part qu'aucune fraction de la population ne devrait échapper à la franchise, même si, en revanche, on peut la moduler considérablement selon les revenus et les pathologies. Si la santé est un bien premier, elle doit figurer avant les loisirs dans nos paniers.

L'objet de cette réunion était de rassembler les centristes, je l'ai dit. Très franchement, je suis plus que pessimiste sur l'issue de cette entreprise. Quand j'écoute, notamment, ces anciens militants du MoDem, encore très remontés contre Bayrou ou le MoDem en tant qu'appareil, je n'imagine pas qu'un compagnonnage politique soit un jour possible. On peut bien sûr débattre, se tendre la main, mais se rejoindre ?...Pour moi, le centre, c'est très clair : jamais sans Bayrou. Or, il y a chez les ex-MoDem une rancoeur envers le personnage qui rend toute coopération très difficile. On peut toujours me dire que ce sont les idées qui comptent, pour ma part, les hommes qui les portent comptent au moins autant, même si Jean-Pierre observe à juste titre que ce n'est pas la tradition centriste que d'avoir un leader fort.

Et puis ces ex-MoDem demeurent à mon sens bien trop polarisés sur le fonctionnement de l'appareil partisan. Serge vient à peine de rejoindre l'Alliance centriste (ou il envisage de le faire) que le voilà déjà à chercher les statuts des jeunes de ce mouvement et à s'inquiéter de la validité de leur élection ou non. J'ai eu également un vif débat avec Fabio à ce sujet, et un très clair désaccord. Les questions d'appareil sont et demeurent à mes yeux tout à fait secondaires. Et je persiste à penser que dès lors qu'on ne se sent plus assez en phase avec son parti et son leader, le plus sage est de les quitter tous deux, pas de faire de l'agit-prop façon trottskiste...

Je suis pessimiste également en considérant les réactions néo-centristes envers Bayrou. Pas un jour sans qu'une figure du Nouveau Centre le dénonce comme l'ennemi principal. Est-ce cela, la tradition centriste ? démolir celui qui porte le plus de valeurs communes avec vous ?

Pour conclure, avis au Crapouillot, il intéresse l'Alliance centriste. Cela ne m'étonne guère, à vrai dire. Nous partageons nombre de vues, lui et moi, et je l'ai déjà dit, on peut dire que je me retrouve dans 90% du programme politique actuelle de l'Alliance Centriste, ce qui est loin d'être le cas de celui actuel (projet humaniste) du MoDem. Je pense que le Crapaud est à peu près dans la même situation.

Il y aura d'autres réunions. Je souhaite bonne chance à Arthuis, c'est un homme droit, intègre et de valeur. Je pense que des ponts avec Bayrou sont plus que possibles. Les deux hommes se connaissent, s'apprécient, partagent la même intransigeance et portent les mêmes valeurs. Mais rassembler TOUS les centristes, c'est une autre histoire. Seul le temps nous dira s'il y parviendra...

jeudi, 22 avril 2010

Trois blogues centristes et démocrates au Top du Post !

C'est marrant quand le Post, webzine gaucho et caviar s'il en est, découvre subitement l'existence de vrais et authentiques blogues centristes ! J'ai jeté il y a deux jours un oeil indifférent à leur palmarès, et ai finalement eu la surprise de trouver là-dedans d'authentiques blogues MoDem. Tout d'abord mon baveux favori (il fait moins le fier, maintenant qu'il est peopolisé...), ensuite Nelly dont l'activité s'était ralentie pas mal de temps et enfin Polluxe qui ne revendique pas d'étiquette mais que je sais proche des idées du MoDem et de Bayrou. Bon, tant mieux qu'ils soient reconnus, ils délivrent en effet des messages originaux, et puis des blogues qui ont le front de s'afficher MoDem sans ambiguïté, par les temps que nous vivons, cela ne coure pas les rues.

10:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : centre, blogs, modem, post |  Facebook | | |