Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« MoDem infiltré en terre centriste... | Page d'accueil | Désespérant...ils ne comprennent rien à Bayrou... »

mercredi, 09 juin 2010

Et le code génétique centriste ?

Comme beaucoup d'internautes attirés par la théorie politique, j'ai pris connaissance de la passe d'armes qui a opposé Jean-François Kahn et François Bayrou quant à la définition d'un centre. Je pense que pour compléter le panorama, il faudrait aussi lire le billet de Laurent de Boissieu, journaliste à La Croix et expert ès centre et théories du centre. D'ailleurs, dès qu'il y a un grand rassemblement centriste, il couvre généralement l'évènement.

En fait, je crois que je ne suis d'accord avec aucun des trois. Kahn voit le centre comme un milieu, un mi-chemin entre deux extrémités. Il appelle à inventer un ailleurs qui soit une alternative à la politique et au monde tels qu'on les connaît aujourd'hui. Bayrou lui réplique que l'ailleurs existe et qu'il rentre dans la définition du centre telle qu'il la propose. Les deux se retrouvent pour rejeter le "centrisme". Laurent de Boissieu, quant à lui, ne voit dans le centre qu'une localisation politique. Il est, paradoxalement, assez proche de Kahn sur ce point.

Eh bien pour ma part, et je plussoie Jean Arthuis, je pense qu'il existe un code génétique du centre au même titre que ceux de droite et de gauche qu'évoque François Bayrou. Soyons plus précis : il existe un code génétique centriste. Centriste, et pas spécifiquement démocrate. Tout l'effort de Bayrou, est, je le crois, de tenter de fondre en une grande force centrisme et courant démocrate, sachant que les sociaux-démocrates couvrent en partie le spectre de ce dernier.

Le centrisme a donc un code génétique, et c'est ce code qui se rebelle tant contre François Bayrou. Si le MoDem et Bayrou retrouvent largement la source démocrate-chrétienne quant au caractère programmatique de leur propos, les effluves mystico-révolutionnaire qui fleurent bon l'appareil militant du MoDem, et pendant les trois dernières années les interventions de François Bayrou, ne sont absolument pas dans son ADN.

Le centrisme, ce sont ces cercles de la raison, cette pondération, ce goût pour les corps intermédiaires, cette soif de liberté, cette confiance en l'individu et ses initiatives, ce refus de l'autorité absolue tant de l'État que d'un seul individu, le choix de la rationalité et de l'effort vertueux et nécessaire. Le centrisme, c'est typiquement absolument une idée de la cité dont l'asymptote est clairement la république vertueuse et raisonnable de Montesquieu. Or, depuis Aristote et Platon, mysticisme et raison s'opposent, s'affrontent, même, radicalement. Rien de plus étranger à la tradition centriste, donc, que le culte du chef, la bayroumania, l'idéalisme absolu et  l'exaltation des masses militantes du MoDem.

Kahn n'est pas un centriste, et c'est bien pour cela qu'il a très vite inventé le concept de centrisme révolutionnaire. C'est un mystique. Mystiques et idéalistes aussi, tous ces militants du MoDem qui ont rêvé d'une constitution idéale, leur constitution, comme on établit les lois d'une cité, à la création du MoDem avec tous leurs arguties sur les statuts du Paris.

En Grèce, dans l'Antiquité, les citoyens des cités en création faisaient appel à des sages, des philosophes, des législateurs reconnus pour concevoir et fixer leurs lois. Voilà qui sied bien au centrisme, pas au mysticisme révolutionnaire, se parât-il de couleurs démocrates.

Si le centrisme admet donc dans son ADN une fonction tribunicienne qu'incarna Jean Lecanuet en son temps, puis, aujourd'hui, François Bayrou, il ne saurait rêver de grand soir quelle que soit la couleur du ciel ce jour-là.

En ce sens, Bayrou est à la croisée des chemins, parce qu'il marie ces deux tendances, pourtant étrangères l'une à l'autre. Et c'est en ce sens aussi qu'il sème tant de trouble : c'est une mutant. Un mutant qui est le fruit d'une mutation improbable. Pas grand chose de commun entre la ferveur presque religieuse des premiers militants démocrates et le réalisme pragmatique de l'UDF. Voilà pourquoi le mariage s'est si mal fait, bien que le ver fût déjà dans le fruit UDF bien avant le MoDem.

Le MoDem n'est donc pas l'héritier de l'UDF. Le Nouveau Centre non plus, d'ailleurs, car à s'accommoder de toutes les lubies sarkozystes, il a fini par altérer également son ADN dans une sorte de blougui-blouga méconnaissable.

S'il fallait être honnête jusqu'au bout, force serait de reconnaître que la vraie héritière de l'UDF et du centrisme, c'est effectivement l'Alliance centriste telle qu'elle existe. Au demeurant, attention, à vouloir recruter des déçus du MoDem, elle pourrait avoir quelques mauvaises surprises : les mystiques déçus font encore moins bon ménage avec la raison que les mystiques encore emplis d'espoir...

Les centristes sont des hommes de dossier, de compromis, de raison et de modération et en même temps indépendants et forts en caractère. Des Delors, des Bourlanges, des Rocard, des Arthuis, et, in fine, qu'il le veuille ou non, le têtu Béarnais qu'est François Bayrou, quand bien même serait-il désormais une sorte d'alien...

15:14 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : bayrou, kahn, centre, centrisme |  Facebook | | |

Commentaires

@ L'hérétique,

Je trouve votre billet nourri en réflexions d'expérience; simplement, je crois qu'il faille peut être plus parler des "singularités démocratiques" qui alimentent l'appareil du modem que d'un code génétique centriste; notre force, c'est l'union dans la diversité et c'est ce qui fait toute la richesse du Centre.

Ce petit détail de terminologie ne doit par faire oublier une réalité que vous avez effectivement soulignée : c'est dans la structure de l'appareil et dans les hommes de caractère qui en détiennent les leviers que l'on voit émerger une force d'expression démocrate; sans ce solide tronc d'expression, le modem éclaterait en courants (les socialistes), en groupuscules (les Verts) ou bien même il couperait presque allègrement les têtes qui dépassent (les UMP, je les appelle les "tous au garde à vous").

Personnellement, c'est cette liberté d'expression qui me plait au modem : toutes les bonnes idées pertinentes sont souvent les bienvenues sans qu'il faille pour autant suivre une ligne politique fixée à l'avance.

J.F Kahn est un orateur qui a de l'aura mais je ne lui jamais demandé dans un confessionnat s'il était porteur d'une mystique : la mystique est en effet à dissocier de la politique. Lorsque l'on mélange les genres, on peut aboutir à des précipités plutôt détonnants : "donnez moi quelques saints et je réussirai la révolution" (Lénine). Les expériences révolutionnaires ne sont pas toujours concluantes et il y a fort à parier que Lénine recherche encore les saints qu'il avait appelé de ces voeux il y bientôt près de cent ans.

L'expérience de la mystique ne me paraît donc pas tout à fait concluante dans le cadre de la philosophie de l'Histoire. Aider les hommes dans le cadre d'une gestion démocratique des institutions politiques me paraît à la fois une perspective plus modeste, plus réalisable, et surtout beaucoup moins utopique.

Écrit par : Jourdan | mercredi, 09 juin 2010

@ l'hérétique, merci pour ce billet três intéressant. Effectivement, JFK n'est pas centriste, et un centriste se sent forcèment mal à l'aise au modem, derrière le chef Bayrou, quelles que soient les qualités de ce dernier d'ailleurs.

Surtout j'aime bien votre définition du centriste "homme de compromis.. de modération...". Je trouve que la politique c'est quelque chose de sérieux, de grave, et qu'être modéré en politique c'est une vertu. Malheureusement nous sommes en France, ou préférer le compromis à l'affrontement (aux "luttes"), est considéré avec mépris. Je crains que le centrisme n'ait aucune chance en France, on aime trop se quereller. Il existe d'autres pays ou on sait négocier, faire des compromis, comme l'Allemagne ou les pays scandinaves. Et ils s'en portent três bien.

Écrit par : superdupont | mercredi, 09 juin 2010

très bon billet !
"les mystiques déçus font encore moins bon ménage avec la raison que les mystiques encore emplis d'espoir..." pas mieux !

Écrit par : MoDem du Milieu | mercredi, 09 juin 2010

Bien vu. J'ajouterai qu'il ne faut pas confondre être au centre - c'est à dire avoir une vision intermédiaire ou modérée de certains sujets notamment économiques - et être transversal comme JFK.

Écrit par : polluxe | mercredi, 09 juin 2010

Ah bon, il est transversal?Décidemment, "on" en apprend tous les jours...

Écrit par : Martine | mercredi, 09 juin 2010

Intéressant éclairage sur le positionnement respectif des personnalités du (ou gravitant autour du) MoDem. Les compromis permettent d'avancer pas à pas, mais font-ils un bon modèle de société ?

Écrit par : Juntos | mercredi, 09 juin 2010

L'article a le mérité d'être clair et cohérent.
Je n'aime pas beaucoup l'idée de fixer comme cela le mot compromis, même si c'est une réalité pratique. Tout choix est déjà un compromis.
Je dirai plus, un souci d'équilibre. Ce qui n'entre du coup plus en contradiction avec innovation ou passion.

Ce serait une bonne nouvelle. On n'obtiens pas l'adhésion des masses dans les urnes sans un peu de passion et le centrisme ne mérite pas d'être condamné a devenir/rester un parti technocratique.

Écrit par : Florian | jeudi, 10 juin 2010

Voilà un billet bien intéressant...

J'y répondrai sur mon blog... lorsque j'en aurai le temps (comme vous l'avez remarqué en me croisant mardi soir au Sénat, l'agenda centriste et centre-droitiste est très chargé en ce moment : ce week-end, pas de wwek-end mais congrès du Nouveau Centre à Tours).

Juste une petite remarque : le MoDem n'est en effet pas l'héritier de l'UDF (mais davantage du Centre Démocrate version pré-1974). Quant à l'Alliance centriste et au Nouveau Centre, on pourrait dire que le Nouveau Centre est l'héritier de l'UDF version 1998 (Hervé Morin voudrait même en faire l'héritier de l'UDF version 1978) et que l'Alliance centriste est l'héritière de l'UDF version 2002.

Écrit par : Laurent de Boissieu | jeudi, 10 juin 2010

@ Jourdan

Je vous lis avec ahurissement : "Personnellement, c'est cette liberté d'expression qui me plait au modem : toutes les bonnes idées pertinentes sont souvent les bienvenues sans qu'il faille pour autant suivre une ligne politique fixée à l'avance."

Vous êtes sûr que c'est bien du MoDem que vous parlez ? Si oui, nous n'avons manifestement pas été inscrits au même !

Écrit par : Ch. Romain (Nanterre) | jeudi, 10 juin 2010

Le démocrate que j'espère être salue ce billet centriste, et espère que démocrates et centristes sauront cohabiter dans un même parti … déjà qu'on n'est pas nombreux, par rapport aux partis démocrates étrangers ... comme par rapport aux partis du Centre étrangers ! alors, évitons le schisme ;-)

Comme l'écrit Laurent de Boissieu dans son commentaire, le MoDem d'aujourd'hui est dans la droite filiation du Centre démocrate de 1967-1973, et plus précisément du pôle Réformateur (démocrates + radicaux de JJSS) aux législatives de 1973 - auxquels il faut ajouter l'écologie, qui n'était pas en 1967-73 une force politique.

Mais il n'y a pas interruption entre 1973 et 2007, il y a toujours eu un parti du centre démocrate ... et certains militants sont restés fidèles tout au long de ces décennies !

Simplement, l'identité propre du centre démocrate avait été doublement occultée, par la création de la fédération "UDF" dominée par les giscardiens d'une part ; par la rivalité entre UDF et RPR pour conquérir l'électorat "de droite", antisocialiste, d'autre part.

Le retour au jour du Centre démocrate comme force politique autonome a été progressif (Nouvelle UDF en 1998 ; UDF "hors UMP" de 2002 ; MoDem en 2007) et a eu ... très peu d'impact. A vrai dire, hors janvier-avril 2007, plus notre identité politique a été visible, moins nous avons eu de suffrages :-(

Nous semblons donc avoir le choix entre l'inexistence par ralliement à un parti de pouvoir, ou l'inexistence par absence de poids électoral.

Ou, tout de même, le succès. Après tout, même nos adversaires n'en écartent pas la possibilité. Alors, pourquoi nous ?

Écrit par : FrédéricLN | jeudi, 10 juin 2010

@Laurent de Boissieu
Très juste analyse. Moi, je suis un UDF 2002, en fait, d'où le malaise, souvent, avec le MoDem...
Cette fois le Nouveau Centre ne m'a pas invité ;-) Dommage. Leurs débats m'intéressent aussi.
@Fred
Oh, la cohabitation est tout de même possible, la preuve, j'y suis...
@Florian
Ce que vous dites est vrai, sur la passion, mais la passion, par nature, est éphémère. Un choix fondé sur la raison est plus durable.
@polluxe
Oui, très juste distinction.
@Juntos
Ce sont les sociétés de compromis qui sont les plus justes, car elles essaient de trouver un dénominateur commun à tous les intérêts.
@superdupont
Malheureusement, ce n'est pas dans la tradition française : ici, on préfère se castagner...
@jourdan
Oui, ce mélange-là a rarement produit du bon. Il y a toutefois des contre-exemples (De Gaulle, Vaclav Havel, par exemple...)

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 10 juin 2010

@ Ch. Romain (Nanterre).

Vous m'interpellez, je vous réponds aimablement : il existe une liberté d'expression démocratique certaine au modem 94. Chacun peut parler et faire valoir sa compétence, à condition que les contributions reçues soient considérées comme une véritable valeur ajoutée. La présidence exerce un droit de regard bienveillant et incontournable. La direction du bureau est il est vrai assez hiérarchique et assez directive; la base a la possibilité de faire valoir ses recommandations et ses orientations, mais je le répète, les compétences sont généralement très bien reçues au modem94. Personnellement, j'essaie d'y fournir le maximum avec réalisme, sans faire les choses dans l'extravagance et sans être non plus dans la langue de bois. Je vois dans ce subtile dosage une preuve du Centre.

Écrit par : Jourdan | jeudi, 10 juin 2010

Centriste peut être, indépendant et humaniste OUI
c'est ainsi qu'en tant que MODEM je me défini.....

Écrit par : gilco | lundi, 14 juin 2010

Les commentaires sont fermés.