Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Et le code génétique centriste ? | Page d'accueil | Tournantes : la racaille n'a pas d'âge... »

jeudi, 10 juin 2010

Désespérant...ils ne comprennent rien à Bayrou...

Si j'avais pu encore douter un jour que Bayrou était définitivement un OVNI politique, ces derniers jours achèveraient de me convaincre. Je lis les nombreux articles de presse à propos de ses rencontres avec Nicolas Sarkozy, et les bras m'en tombent. Pourquoi faut-il que la presse, les blogueurs aussi (je ne parle même pas des hystériques...) s'échinent à chercher midi à 14 heures, supputent des plans, des accords tacites, pain dont Bayrou n'est pas soupçonnable de se nourrir.

A quel état de déliquescence politique en sommes-nous dans les esprits tordus de nombre de journalistes pour qu'ils soient incapables de comprendre qu'un homme politique puisse se sentir honnêtement, en dépit de ses divergences, co-responsable d'une situation critique ?

Que l'on se rende chez Hashtable, lui qui surveille avec l'attention d'Argos et ses cent yeux pour Io les signes les moins visibles du désastre imminent. Les Credit Swap dont l'objet est d'assurer un défaut de paiement de la France pour sa dette se vendent de plus en plus cher. Autrement dit, de nombreux acteurs financiers jugent que le placement devient plus risqué.

Bayrou n'a cessé de mettre en garde contre le poids de la dette, et contre le risque d'une conflagration des générations en raison de l'évolution démographique ; c'est même sa marque de fabrique. Il est tout de même pertinent que le Président de la République consulte les acteurs majeurs de la sphère politique alors qu'une crise majeure se rapproche à grands pas si des mesures radicales ne sont pas prises.

Il faut bien le comprendre, et Jean Arthuis, le disait avec beaucoup de perspicacité tout récemment, ce n'est pas seulement nos dépenses qu'il faut réduire en France, mais notre manière de dépenser qu'il faut changer. Il y a là un logiciel archaïque, vulnérable aux troyens les plus malveillants, désormais,  à modifier impérativement.

Bayrou a toujours été un homme droit, honnête, intègre. Je crois même qu'il envisage sérieusement une mise entre parenthèses de ses ambitions présidentielles dès lors que la situation du pays exige un effort et une attention soutenue de tous.

Les médias dans leur ensemble, professionnels ou citoyens ne parviennent pas à le comprendre. Il faut forcément qu'il y ait un calcul, un intérêt. Plus personne n'envisage l'action désintéressée. Plus personne ne comprend que l'on puisse aimer son pays sincèrement.

Parce que leurs cerveaux sont pourris, ils ne raisonnent plus qu'en termes d'intérêt personnel, à l'image, vraisemblablement, de ce qu'ils ont tous dans la tête. Voilà l'une des raisons pour lesquelles notre pays marche sur la tête : l'individualisme, le culte de l'intérêt égoïste, la faute des autres, jamais la sienne, y ont pris des dimensions démesurées au point de polluer tout le tissu social.

C'est sordide : Bayrou vient parler des retraites, un sujet sur lequel il y a des désaccords entre leaders politiques ( Non, Nicolas, Bayrou n'est pas pour la retraite à 65 ans, il veut simplement que l'on ne touche pas à ce filet légal, c'est tout...), et partout on lit que Bayrou se recentre, qu'il y a un deal avec l'Élysée. Mais b.... de m...., l'important, ce sont les retraites, oui ou non ? Pas de petits calculs minables qui n'ont d'ailleurs aucun sens. S'il y a bien un électorat incontrôlable qui fait bien ce qu'il veut, c'est celui de Bayrou. Pas la peine de compter sur des reports, il se reporte tout seul sans aucune consigne à son bon gré...

10:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : bayrou, éthique, crise |  Facebook | | |

Commentaires

je suis d'accord avec toi.
il y a juste un point qui mérite d'être mentionné : bayrou avait critiqué DCB lors du célèbre débat, pour ses entrevues avec le Président. Aujourd'hui, ça parait naturel à Bayrou d'être lui meme invité. C'est pas cohérent !
Mais bon.

Écrit par : centriste en vadrouille | jeudi, 10 juin 2010

Joli billet,
J' ajouterai que c'est ce qui fait toute la différence entre les hommes d'état et l'homo politicus lambda.

Écrit par : Martine | jeudi, 10 juin 2010

Hello l'hérétique
Oui, la presse cherche systématiquement de tortueuses intentions dans les actes et paroles de Bayrou. Mais cela se comprend aussi. D'abord parce que ses rapports historiquement désastreux avec les médias poussent ceux-ci à chercher la moindre faille, ensuite parce que, même si sur l'essentiel des sujets, Bayrou conserve la même opiniatreté, ses dernières stratégies ont été tellement sinueuses qu'il est difficile de ne pas imaginer la chose se reproduisant.
Par ailleurs, j'y ai été de mon papier sur les assises de la refondation, si ça t'intéresse.
http://wuyilu.hautetfort.com/archive/2010/06/09/petit-precis-de-centrisme-pour-les-nuls-episode-3.html
Bonne journée.

Écrit par : Wuyilu / Benjamin | jeudi, 10 juin 2010

Hé hé ! Si personne de comprend rien à Bayrou, c'est peut-être de sa faute, non ?

Écrit par : Nicolas | jeudi, 10 juin 2010

@Nicolas
tss tss : trop facile, ça :-)

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 10 juin 2010

Trop facile, mais pas totalement faux...
C'est aussi du fait que la nuance n'est pas toujours la grande force des médias et que Baytrou demeure une personnalité infinimpent complexe, à la différence d'un Sarko...

Écrit par : Wuyilu / Benjamin | jeudi, 10 juin 2010

L'Hérétique,

Non. Enfin, si c'est facile, mais même s'il est traité par l'humour, c'est de l'argument de fond...

Écrit par : Nicolas | jeudi, 10 juin 2010

Bayrou a toujours été un homme droit, honnête, intègre. Je crois même qu'il envisage sérieusement une mise entre parenthèses de ses ambitions présidentielles dès lors que la situation du pays exige un effort et une attention soutenue de tous....


MDRRR L'Hérètique il va vraiment falloir un jour que tu nous donnes l'adresse de ton dealer.

Ce qu'il te donne doit te faire tellement planer que cela commence à donner envie.

Écrit par : La Bayrnez | jeudi, 10 juin 2010

Je pense que ce billet et les commentaires auraient eu davantage de poids sans les procès d'intention envers mes confrères.

Ce qui est peut-être compliqué pour certains d'entre eux, c'est d'avoir écrit pendant des années que l'UDF était au centre (alors qu'elle était au centre droit) : maintenant qu'un centre est réapparu (ce qui est inédit depuis 1974, malgré une tentative de réapparition en 1988), ils ne disposent plus du vocabulaire idoine pour parler du MoDem, ayant dénaturé pendant des années le mot centre.

Enfin, autant je ne peux pas sonder les reins et les cœurs pour savoir ce qui motive François Bayrou, autant je suis d'accord sur l'erreur de parler de "recentrage" : c'est même l'objet du début de ma dernière note, même si vous êtes en désaccord avec la fin (j'y répondrai, dès que j'aurai le temps de rédiger un nouveau billet sur le sujet !).

Écrit par : Laurent de Boissieu | jeudi, 10 juin 2010

Avez vous lu la chronique d'Alexandre Vatimbella à ce sujet ?

La thèse du complot apparait, plus exactement une alliance entre Nicolas Sarkozy et François Bayrou afin d’empêcher l’émergence d’un Centre réunifié.
http://www.lecentrisme.com/2010/06/une-semaine-en-centrisme-lalliance.html

Je ne m'attendais pas à celle là !

Écrit par : Teo Toriatte | jeudi, 10 juin 2010

centriste en vadrouille a visé juste.
Le pb de Bayrou c'est quand il ne fait plus du Bayrou mais du PS : les gens n'y comprennent plus rien !

Écrit par : Orange Sanguine | jeudi, 10 juin 2010

Bayrou est un gage d'intégrité : laissons le faire avancer ses dossiers; l'art de la politique ne se résume pas aux enceintes étroites d'un bâtiment ministériel ni au carcan d'un appareil politique en mal d'action. Les juristes de Byzance avaient une belle conception du Basileus; ils parlaient volontiers de "l'Evêque du dehors". C'est de cette extériorité dont nous avons le plus besoin aujourd'hui : extériorité par rapport aux médias, extériorité par rapport au pouvoir; savoir ne pas obtenir l'onction présidentielle c'est accepter d'engager la réflexion politique dans la longue durée, en dehors des grandes échéances, au risque d'y perdre ses forces. S'il existe un abîme entre le sommet du Capitole et le tremplin de la roche Tarpéienne, l'effort du politique appelle un sursaut existentiel, libre, risqué et salutaire.

Écrit par : Jourdan | jeudi, 10 juin 2010

@Bayrnez
t'en veux ? C'est de la bonne. Mais en échange, tu m'en donnes de la tienne qui m'a l'air de qualité aussi.
@Teo Toriatte
Oui, moi non plus. J'avoue que là, c'est fort, surtout sur un site respectable comme celui-là...
@Orange
c'est clair.
@centriste
en effet. D'une certaine manière, c'est bien fait pour lui et j'espère qu'il aura retenu la leçon...
Mais bon, les circonstances sont différentes aussi et l'heure est grave...

Écrit par : l'hérétique | jeudi, 10 juin 2010

Reconnaissez, Monsieur de Boissieu, que certains de vos confrères répugnent à écrire les choses telles qu'elles sont dites dans leur entier. Ils choisissent pour la plupart quelques extraits sortis de leur contexte de façon à laisser le champ libre à toutes sortes d'interprétations.
N'y a-t-il pas là une évidente volonté de déformer la réalité pourtant toute simple ?! Vous-même n'avez pas ce comportement-là et c'est bien réconfortant mais acceptez que l’on puisse remettre en cause certains journalistes s'il vous plait.

Je pense pour ma part que François Bayrou a été désigné comme cible privilégiée de votre profession le 11 décembre 2008, lors d'une émission « A vous de juger » chez Arlette Chabot.

Avec le traquenard qui lui a été véritablement tendu par la suite -à lui comme aux autres d’ailleurs, mais c’était bien lui la principale cible- lors de la confrontation avec Daniel Cohn Bendit, quelques jours avant les Européennes. Et que j’ai appelé « Le retour du coup de poêle à frire » ! Parce que tout cela a été voulu. Prémédité et soigneusement préparé ; avec une mise en scène digne des plus grands scénaristes. Je sais très bien comment faire : j’en ai fait ! (du théâtre…)

http://programmes.france2.fr/a-vous-de-juger/49401164-fr.php

Regardez et ré-écoutez bien cette vidéo retransmettant les propos échangés entre François Bayrou et Arlette Chabot. Arrêtez-vous aussi sur les images de fond et prêtez l’oreille à certains moments bien précis. Allez, je vais vous aider. Notez bien ce qui est dit d’abord dès l’entrée à 3 mn45 puis surtout à 40 mn précises de la vidéo, puis à 45 mn, lorsque François Bayrou parle de l’emprunt européen. A ce moment-là d’ailleurs, on voit (en double-portrait), un Jean-François Copé tout sourire, se réjouissant à l’avance -à mon avis- de ce qu’il va dire pendant la confrontation prévue par la suite…

A peine le rideau levé, François Bayrou démarre en trombe : « …. C’est pour une raison très simple, très précise, c’est que c’est la cour ! La cour dans une monarchie ça fonctionne comme ça… ça fonctionne par grâce et par disgrâce. (…) Quand on est en disgrâce, il suffit du signe discret du souverain… Discret : on ne l’entend pas… Mais on lâche contre eux -ou elles- la meute des hyènes… Et je déteste ça ! ». A ce moment-là, Arlette Chabot est encore neutre, semblant même respectueuse devant son invité.

Plus loin, en réponse à la journaliste qui lui demande son sentiment sur la présidence de l’Europe de Nicolas Sarkozy, François Bayrou ne donne pas de bonne note mais « une note d’activité et même de suractivité… »… Et voilà même ce qu’il rajoute : « Je lui donne en revanche une mauvaise note pour un sujet qui est un sujet crucial pour l’Europe, que j’aime ; c’est qu’il a laissé se creuser entre l’Allemagne et la France vraiment une fracture, peut-être même un gouffre, qu’on aura du mal à rétablir… »… Plus loin encore, il ose dire ceci « … Je suis allé voir le plan allemand et à très peu de choses près, c’est le même que le plan français. (…) Ce n’est pas un plan de relance, c’est un plan de sauvetage. (…) Dans le plan qu’on vient de faire, il y a deux ou trois choses qui crèvent les yeux : on nous a annoncé 26 milliards. Vous savez quand j’écoute les conférences de presse de Nicolas Sarkozy, j’ai quelquefois l’impression d’être dans les foires de chef-lieu de canton, vous savez, les foires dans lesquelles il y a des bonimenteurs, camelots ! Vous allez me donner 20 € et je vais vous donner une casserole ! Mais pas une casserole, deux casseroles, trois casseroles ! Je vous donnerai dix casseroles et en plus vous aurez LA POELE A FRIRE ! Et puis la cocote minute, s’il faut ! … Cette manière de faire pleuvoir les milliards comme si on en avait de disponibles… Et ces milliards, ils ne sont pas vrais ! Ils sont aussi peu vrais que les casseroles exceptionnelles des bonimenteurs. »

A 51 mn : « …Tout cela cherche à plaire à celui qui gouverne. Vous voyez, il y a dans tout ça comme une espèce d’énorme escroquerie ! »

Puis en face à face avec Copé, qui, comme je vous l’ai dit plus haut préparait son entrée fracassante en le traitant d’homme de droite, d’illusionniste… François Bayrou attaque d’emblée (à 54 mn…) : « Premièrement, vous bâtissez une société injuste, dans laquelle les plus favorisés sont protégés ; les plus fortunés sont protégés. Et dans laquelle les classes moyennes payent tout ! … ».

A 56 mn 30 à JFC qui lui dit ironiquement « Vous n’allez pas me dire que vos militant ne vous disent pas comme vous êtes beau François Bayrou ?!! », FB lance une réplique que j’ai personnellement adorée : « Je trouve qu’ils ne le disent pas assez ! »

Mais ce qui a signé sa mise… « aux arrêts », qui a décidé de la suite de toutes les attaques, c’est ce que Copé a sciemment travesti de ses réponses. Ainsi à ce que François Bayrou dit : « Ce qui me révolte c’est que le président soit nommé par le président de la république (…) C’est un service public et non une entreprise publique. », Copé rétorque « … ça c’est très choquant si je peux me permettre ; cela veut dire, en clair, que vous soupçonnez alors les 3500 journalistes de France Télévision, et les 11 000 salariés, de devenir demain incapables de conserver leur liberté d’expression… C’est quand même un sacré procès d’intention. Je n’ai pas l’impression que derrière l’oreillette d’Arlette Chabot, il y a Nicolas Sarkozy. »

Et là, moment révélateur de la manigance (je dis bien : « RÉVÉLATEUR » !!!), on entend Arlette Chabot dire, goguenarde, « Non, non ! ». Parce que je peux vous assurer qu’elle a fait là une véritable faute professionnelle ! Elle ose en effet publiquement perdre de sa neutralité et prendre le parti de Jean-François Copé. N’oubliez pas qu’elle était et est toujours sur une chaîne du service public !

A mon avis, c’est bien une preuve que c’est à cet instant précis de ces échanges -je le crains- que François Bayrou a été désigné à la vindicte non pas populaire mais journalistique ! Dans certaines rédactions, on a assisté depuis lors, si ce n’est à une véritable machination, au moins à un travail de sape organisée : certains journalistes ou blogueurs essayant de broyer, par tous petits morceaux à la fois, tous les mots, les phrases et les discours de François Bayrou. Canal + étant d’ailleurs l’un des plus acharnés et des plus hypocrites.

Eh bien, maintenant que la vapeur s’inverse, Monsieur de Boissieu, que certains journalistes, vos confrères malchanceux, se retrouvent à la rue (2300 journalistes au chômage en 2009 !), que quelques quotidiens se voient foulés, impitoyablement, sous les marches funèbres des pompes… à billets (oui, je sais, je suis plutôt du genre poétique), peut-être vont-ils enfin ouvrir les yeux ?!!
http://tempsreel.nouvelobs.com/dossier/medias-pouvoirs/20091105.OBS6973/cri-d-alarme-des-journalistes-sur-leur-situation.html

Ceux-là vont-ils enfin reconnaître en François Bayrou ce qu’il est réellement ? Non seulement un honnête homme mais aussi celui qui a la vision la plus juste parmi les dirigeants politiques actuels. Il sait posséder sa place au centre. C’est ce centre qui redressera la France.

Justement, j’ai lu sur votre blog, que vous cherchiez une « définition non géographique du centre ». Je vais vous donner la mienne : elle est malgré tout bien terrestre (parce qu’un support est toujours nécessaire à la représentation de la pensée).
Le vrai centre en politique, je le vois comme un phare qui tournoie sur lui-même, de manière à tout voir, tout saisir dans son faisceau de lumière, quelle que soit la situation ou la hauteur des différents Partis. Puis qui restitue ce qu’il a capté de mieux. En rayonnant.

Il suffit d’écouter la dernière conférence de presse de François Bayrou. Ou de relire sa lettre adressée aux adhérents. Les propos sont clairs.
Et je rejoins donc ce que dit notre ami L’hérétique :
« Pourquoi faut-il que la presse, les blogueurs aussi (je ne parle même pas des hystériques...) s'échinent à chercher midi à 14 heures, supputent des plans, des accords tacites, pain dont Bayrou n'est pas soupçonnable de se nourrir. »

Écrit par : Françoise Boulanger | jeudi, 10 juin 2010

Françoise , FB n'a pas attendu cette date pour se mettre à dos les journalistes ... qui parfois le lui rendent bien. D'ailleurs , il faut se méfier quand ils sont plus aimables car ça correspond à des périodes de grand échec pour FB.

Écrit par : Géraldine | jeudi, 10 juin 2010

Géraldine, voilà justement un exemple typique de ce que subit sans cesse un homme politique comme François Bayrou : vous ne donnez aucun argument mais ne pouvez résister d'énoncer un avis négatif !Pour le seul plaisir de nuire ? A quoi voulez-vous aboutir ? Attention, il me semble qu'invoquer la liberté d'expression pour ne dire que ce genre de commentaire... serait plutôt fallacieux. ;-)

Écrit par : Françoise Boulanger | vendredi, 11 juin 2010

Françoise, je ne perdrai pas de temps en me lançant dans de grands discours car ça me paraît incroyable qu'on puisse être aveuglée au point d'ignorer la manière dont FB s'y prend avec les journalistes.

Écrit par : Géraldine | vendredi, 11 juin 2010

@centriste en vadrouille et l'hérétique :

Absolument rien à voir entre les visites de Bayrou et Cohn Bendit !
DCB est allé le voir en PLEINE période électorale. Je suis à fond d'accord avec Bayrou sur ce coup là.

Vous croyez qu'ils avaient parlé de quoi ?
De l'écologie peut-être ?

Écrit par : VB | vendredi, 11 juin 2010

Il est vrai que beaucoup de gens et particulièrement les médias ne comprennent rien à la vision humaniste et démocrate de Français BAYROU.N'est pas bien calculé par qui vous savez ?
C'est en fait pour nous adhérents difficile à vivre cette situation car, il faut bien reconnaitre que la gouvernance du MODEM a un grand besoin de revoir sa communication avec les adhérents et tout particulièrement les provinciaux qui, souvent ont le sentiment d'être très loin de PARIS et, pourtant PARIS n'est pas la PROVINCE...mais, me donne l'impression d'avoir la main mise sur le parti ?
BAYROU doit remédier à celà !

Écrit par : gilco | vendredi, 11 juin 2010

@gilco

C'est à dire qu'il y aurait en effet quelques décisions importantes à réaliser comme par exemple la mise en place de porte-paroles.
Oui, au niveau de la gouvernance, c'est clairement un joyeux bordell...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 juin 2010

à l'hérétique,
Nous sommes d'accord, c'est comme vous dites un joyeux bordel mais, les parisiens ne veulent rien lacher. Bayrou semble laisser faire cette absence de communication et on arrive à ce que nous connaissons : des désertions et pas de programme approfondi.
J'ai parfois l'impression que nous sommes en parti comme les autres ! et, j'ai du mal à être convaincu totalement par les mises au point de FB.
mais que faire ?
les jours se suivent, les désertions continuent, le clan parisien subsiste et, pourtant la suite de la déconfiture de l'UMP - PS peut et doit nous servir.mais,
le programme complet sans souci d'électoralisme tarde à se mettre en place ?
c'est bien celà la base.

Écrit par : gilco | vendredi, 11 juin 2010

@gilco
Franchement, je ne crois pas qu'il y ait un clan. Organiser un parti, c'est très difficile ; or, le MoDem a très vite perdu son réseau d'élus et de cadres, en partie de son fait, d'ailleurs...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 juin 2010

D'ici peu avec vos propos on vous retrouvera main dans la main avec Marine. Après tout une union MODEM-UMP-FN, donc de la droite la plus réactionnaire et anti-sociale qui soit doit en faire saliver plus d'un.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | vendredi, 11 juin 2010

@Front de Gauche
Tiens, c'est marrant : j'ai déjà vu défiler FN et Communistes ou socialistes gauchistes main dans la main (en 2005, par exemple) mais jamais centristes et extrême-droite.
Peut-être pourrez-vous m'expliquer ce mystère...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 juin 2010

La vraie gauche était contre car cela aller accentuer la main mise néolibérale, on ne peut pas dire qu'elle se soit tromper. L'extrême droite, elle par nationalisme.

Cela n'a donc à voir.

Enfin tout cela pour distraire l'attention sur vos similitudes idéologiques avec le FN.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | vendredi, 11 juin 2010

@Frontdegauche
Il y a toujours eu plus de similitudes entre la plus extrême des extrême-droites et l'extrême-gauche qu'avec le centre.
Tenez, par exemple, extrême-droite et extrême-gauche ont toujours revendiqué de concert le socialisme et ont en commun des penseurs "socialistes" du 18ème...
Pas vraiment le cas chez les centristes et les chrétiens-démocrates...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 juin 2010

Que de conneries voilà maintenant l'extrême droite socialiste ...

Écrit par : Front de Gauche 2012 | vendredi, 11 juin 2010

@Front de Gauche
Une lecture pour votre édification morale et politique :
Les Collaborateurs de Pascal Ory, en collection point seuil.
Vous verrez, après, vous abjurerez le socialisme...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 juin 2010

OUI les 2 extrêmes se rencontrent mais n'ont pas la même idée de la France malgré tout : l'un est anarchiste, l'autre raciste
moi je suis democrate et humaniste

Écrit par : gilco | vendredi, 11 juin 2010

@gilco
Oui, mais sur l'antisémitisme, par exemple, il y a des convergences assez nettes...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 juin 2010

ah bon l'extrême gauche est aussi raciste

Écrit par : gilco | vendredi, 11 juin 2010

@gilco
raciste, non, mais une partie de l'extrême-gauche masque son antisémistime sous le couvert de l'antisionisme.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 juin 2010

c'est un peu pareil non ?

Écrit par : gilco | vendredi, 11 juin 2010

Qu'est ce qu'il ne faut pas tout entendre ... Tiens vous devriez venir lors des réunions vos petites blagues. Mais bon vous avez beau détourné l'attention, sa n'empêche pas vos similitudes avec la droite la plus extrême.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | vendredi, 11 juin 2010

@Front de Gauche
aucune similitude avec l'extrême-droite. Ce qu'il il y a plus opposé à un extrême, ce n'est pas l'autre extrême mais le centre...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 juin 2010

Déjà le centre cela n'existe pas, le Modem est tout autant un parti aux services des intérêt financier si ce n'est plus que le P"S" par exemple ou l'UMP. Sans parler que le P"S" est lui même un parti de droite puisqu'il accepte l'économie de marché et le néolibéralisme.

Donc cela est bien beaux vos petites rigolades mais historiquement les collabos et soutient de l'extrême droite se sont les gens de droite, peut importe que vous mentiez en utilisant le terme centre ou autre.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | vendredi, 11 juin 2010

@Front de gauche
tss tss MRP = centristes et ce sont des résistants dès 40, à l'époque où le pacte germano-soviétique est en vigueur...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 11 juin 2010

à l'hérétique,
j'arrive d'une réunion MODEM ou nous avons discuté du clan parisien qui conseille FB, c'est bien le sentiment de tous : les provinciaux en général n'ont pas beaucoup droit à la parole.
C'EST DOMMAGE car le MODEM manque d'une véritable gouvernance : c'est ce que nous demandons....

Écrit par : gilco | samedi, 12 juin 2010

"à l'époque où le pacte germano-soviétique est en vigueur..."


Remarque stupide, je l'ai déjà dit mais l'URSS n'avait rien de communiste, il s'agissait de capitalisme d'état.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | samedi, 12 juin 2010

ah...et alors, dites-moi, dans quel pays le communisme a-t-il existé, alors ?

Écrit par : l'hérétique | samedi, 12 juin 2010

De nombreuses expériences fondés sur les principes communistes ont exister comme dans certaine communauté en Espagne. Le fait que vous avez pris en exemple l'URSS, ne fait que montrez que vous ne savez pas ce qu'est le communisme, ni même le socialisme. La propagande médiatique a visiblement bien fait son travail.


Sinon je suis content, si au P"S" DSK prend la tête, non seulement cela risquerait de saborder Bayrou mais diviserait la droite (DSK, Bayrou, Sarkozy, Le Pen) entre des candidats exprimant les mêmes idées. Pendant ce temps, la vraie gauche pourrait très bien être la surprise de 2012, je l'espère et j'y veillerais.

Écrit par : Front de Gauche 2012 | dimanche, 13 juin 2010

Les commentaires sont fermés.