Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« UDF et Démocrate jusqu'au bout des ongles : Valérie Sachs. | Page d'accueil | Législatives »

lundi, 11 juin 2007

Hausse de la TVA...

Jean-Louis Borloo, n'a pas exclu dimanche 10 juin au soir "l'éventualité" d'une augmentation de la TVA...

 Evidemment...Cela aurait été tout de même plus honnête de l'annoncer avant : c'est le seul moyen fiable, désormais, de résorber nos déficits abyssaux. En revanche, est-ce très juste que cela finance également les récents cadeaux fiscaux du gouvernement ? Je ne le crois pas, d'autant que j'attends que quelqu'un m'explique ce qu'ils vont apporter à l'économie de notre pays...

08:50 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : TVA, Borloo, fiscalité |  Facebook | | |

Commentaires

Ceci confirme que la tva, appliquée a tous les foyers, financera les baisses dépenses d'impots prévues pour les foyers les plus aisés (exemption de frais de successions...).

Le reveil sera tres tres lourd le 18 Juin au matin...

Écrit par : Thibault | lundi, 11 juin 2007

Economiquement, la TVA sociale n'est pas une hérésie, mais ce qui n'est pas acceptable, c'est qu'elle serve à financer des cadeaux fiscaux eux-mêmes sans effets sur l'économie.

Ce qui est perfide, c'est que cela semble indolore, ou presque, mais c'est trompeur, car 1% sur tous les prix, cela finit par peser.

Le problème, c'est que ce supplément de TVA dans un tel contexte, n'aurait plus rien de social...

Écrit par : L'Hérétique | lundi, 11 juin 2007

Effectivement il serait dramatique que le gouvernement utilise le prétexte de la TVA sociale pour financer ses cadeaux fiscaux inconsidérés.

Ceci dit, et j'ai déjà eu l'occasion de développer mon point de vue sur ce blog, je pense que la mise en œuvre d'une véritable TVA sociale est une condition absolument nécessaire (même si pas suffisante) pour relancer la compétitivité de nos entreprises tout en préservant notre système social.

En conséquence je ne ferais aucun procès d'intention au gouvernement à ce sujet et j'attend avec impatience le détail de la mesure envisagée.

Mieux même, je souhaiterais que nous participions au débat ... si possible !

On nous dit que les "cadeaux fiscaux" seront financés par des économies. Ok, j’attends (même si un peu sceptique) de voir quelles seront ces économies.

On nous dit que la "TVA sociale" qu'envisage le gouvernement ne sera pas détournée de son but premier. Ok, j’attends de voir comment elle sera appliquée dans les faits.

Par ailleurs j’attends aussi avec impatience de connaitre les mesures que prendra le gouvernement pour favoriser l'innovation.

En revanche je suis très surpris (et c’est un euphémisme) de la position de Bayrou à ce sujet ?!

http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?&news=4289669

Le principe figurait pourtant au programme de l’UDF, au moins en terme "d’expérimentation". J’avoue que je ne comprends pas Bayrou et il semblerait que je ne sois pas le seul : http://www.lesechos.fr/info/france/4587716.htm

Écrit par : Marc B | mercredi, 13 juin 2007

Oui, moi aussi, je suis surpris de la position de Bayrou alors que je trouve que la TVA sociale est un levier intéressant. j'ai écouté Fillon, hier, et j'ai trouvé son idée plutôt ingénieuse.

En revanche, elle ne résoud pas le problème du financement de la protection sociale, et, par ailleurs, rien ne dit que les entreprises vont répercuter les charges sociales en moins sur les salaires.

Par ailleurs, du coup, cela ne donne pas d'argent en plus pour les recettes fiscales.

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 13 juin 2007

« En revanche, elle ne résoud pas le problème du financement de la protection sociale »

Effectivement et ce n’est pas l’objectif d’ailleurs.

« … par ailleurs, rien ne dit que les entreprises vont répercuter les charges sociales en moins sur les salaires. »

En tant que chef d'entreprise et je peux te garantir que ma principal préoccupation est surtout de maintenir (et si possible d'augmenter) mes parts de marché.

Si je ne répercute pas ces baisses de charges sur mes prix de vente, peux tu m'expliquer comment je vais faire pour augmenter mes parts de marché par rapport à la concurrence ???

Peux-tu me dire quelles sont les entreprises, surtout les PME, qui ne subissent pas les contraintes de la concurrence ? Et cette concurrence, crois-moi, elle est impitoyable !

Par ailleurs si je me trouve sur un segment de marché ou je suis déjà compétitif (donc dans l'hypothèse ou je ne suis pas vraiment obligé de baisser mes prix de vente) que crois tu que je ferais avec l'argent généré par l'augmentation de mes marges opérationnelles ?

Personnellement je l'investirais immédiatement en recherche et en développement pour conserver ma compétitivité en misant sur l'innovation.

La recherche et le développement, quel que soit le secteur d'activité implique des investissements et des embauches !

J'en profiterais aussi pour augmenter les prestations salariales de mes employés parce qu'une entreprise ou l'ambiance est saine et ou les gens sont motivés est nettement plus compétitive.

Bien entendu il faut dissocier les PME des grands groupes industriels car le mode de gestion n'est pas vraiment comparable. Un grand groupe pense beaucoup plus en termes de profit à court terme, c'est exact, tandis qu'une PME ne subit pas la pression de ses actionnaires dans la mesure où, la plupart du temps, les actionnaires sont employés de la structure et qu’elles ne sont pas cotées en bourse.

Maintenant que représente, en pourcentage global, la somme des emplois générés par les PME : 80%, 90% ?

Raison de plus, donc, pour favoriser les PME plutôt que les grands groupes ! A ce sujet, d'ailleurs, la France accuse un très grand déficit par rapport à d'autres pays d'Europe, Allemagne en tête.

Écrit par : Marc B | mercredi, 13 juin 2007

Merci, Marc, pour tes remarques qui apportent un éclairage supplémentaire sur cette mesure.

J'ai lu sur AgoraVox que ce serait les charges patronales qui seraient baissées, et pas les charges salariales. Est-ce que tu peux me rafraîchir la mémoire et me dire ce que cela couvre, exactement, les charges patronales ?

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 13 juin 2007

Les charges sociales assurent le financement des différentes prestations sociales assurées par l'état, notamment en matière de :

- Sécurité sociale (maladie, accident, maternité)
- Retraites
- Assurance chômage
- Aide au logement

Ces charges sont payées, sur la base du salaire brut, en partie par l'employeur (charges patronales) à hauteur de 41.8% et par l'employé à hauteur de 20,9%.

Ci-après un document qui compare ces charges avec ce qui se pratique dans différents pays : http://www.geneva.ch/Publications/ci04/fr/cotisation_sociale.pdf

L'objectif prioritaire de la TVA sociale n'est pas d'augmenter le pouvoir d'achat des employés mais la compétitivité des entreprise tout en conservant notre modèle de protection sociale dans un contexte mondial.

Partant de là c'est donc prioritairement les charges payées par l'employeur qui doivent être réduites et non pas celles payées par l'employé.

Écrit par : Marc B | mercredi, 13 juin 2007

Très intéressant : et est-ce que tu sais ce que financent précisément la part patronale dans les charges sociales ?

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 13 juin 2007

Voici un tableau récapitulatif ou tu trouveras les informations souhaitées.

http://www.pratique.fr/tableaux/daf3112a.htm

Écrit par : Marc B | mercredi, 13 juin 2007

Le tableau est très clair : si Fillon met son plan à exécution, je vois mieux ce qui va passer sur la TVA sociale.

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 13 juin 2007

Les commentaires sont fermés.