Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ecoles : pénurie d'enseignants dans le 16ème ! | Page d'accueil | Hausse de la TVA... »

vendredi, 08 juin 2007

UDF et Démocrate jusqu'au bout des ongles : Valérie Sachs.

 
Valérie Sachs, candidate de l'UDF - Mouvement Démocrate dans le 16ème arrondissement, expose les raisons de sa candidature et de ses choix :
Electrice de Nicolas Sarkozy au second tour, on comprend vite, à la lueur de ses explications, qu'elle s'est estimée contrainte à un vote par défaut.
A l'heure où beaucoup quittaient le navire, elle choisit un engagement renouvelé qui s'inscrit dans la continuité de son action politique et des valeurs qu'elle a toujours défendues.
Elle précise les ddificultés qui ont été les siennes, dans une circonscription où l'initiative de François Bayrou et la création du Mouvement Démocrate a d'abord éveillé la méfiance.
- difficultés à entamer le dialogue sans partis pris ou a priori des électeurs du 16ème
- difficultés à faire entendre le point de vue du Mouvement Démocrate quant au rôle que veut jouer ce mouvement : l'heure des partis d'opposition est révolue, ce que veut être le MoDem, c'est un parti de positions, où l'élu vote non en fonction de consignes partisanes mais de ce qu'il estime être l'intérêt général de la France
 
Eric Azière, présent à cette réunion, salue le courage de la candidate dans une circonscription où le combat est difficile à mener. Il appelle à un enracinnement dans chaque circonscription parisienne, et, finalement, convie électeurs, sympathisants, adhérents et candidats du Mouvement Démocrate à un moment historique  : la naissance d'une pratique et d'un positionnement nouveaux dans le paysage politique français.
 
Finalement, à l'évocation de la voie difficile qui attend tous ceux qui ont fait le choix de l'UDF - Mouvement Démocrate, on pourrait simplement rappeler ces mots latins fameux :  
 
Ad augusta per angusta ( A des résultats augustes par des voies étroites). Que l'on se rappelle que cette locution latine par laquelle on caractérise un triomphe obtenu en surmontant les plus grandes difficultés,  est aussi le mot de passe des conjurés au IVème acte d'Hernani de Victor Hugo.
 
On pourrait même ajouter celle-là, que Jules César prononça en franchissant le Rubicond (et François Bayrou l'a largement franchi aussi, son Rubicond !) : Alea jacta est (le sort en est jeté). 

Les commentaires sont fermés.